Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

La Mémoire à l’œuvre. Fixations et mouvances médiévales

Patricia Victorin
Référence(s) :

La Mémoire à l’œuvre. Fixations et mouvances médiévales, textes réunis par Caroline Cazanave, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2013, 386 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage dense de 386 pages, dirigé par Caroline Cazanave, se propose d’interroger la mémoire dans l’œuvre médiévale et celle de l’œuvre médiévale dans les siècles postérieurs entre fixations et mouvances, à travers quatre approches complémentaires.

2Tout d’abord, le processus de sanctuarisation de la memoria qui passe en premier lieu par la possession des reliques et leur transfert. Comme le souligne Anne Wagner dans sa contribution « Reliques et mémoire » qui ouvre le recueil : « la relique concrétise des liens d’amitié et met en évidence des réseaux d’influence. » (p. 24). La possession de reliques est à la fois source de prestige, de pouvoir politique et économique, ce qui explique que l’on en forge de toutes pièces, même si des voix autorisées s’élèvent contre cette pratique du culte de la relique, à l’instar de Guibert de Nogent, qui au xiie siècle « s’élève contre la vénération abusive des reliques, au profit de la valorisation du culte eucharistique (p. 33)». Laurence Delobette nous invite à un parcours dans la géographie tumulaire des tombes de chanoines du chapitre métropolitain de Besançon entre le xiiie et le xve siècle. Elle observe notamment qu’à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, une nouvelle forme de sensibilité se fait jour « qui se manifeste par la volonté des fidèles de se préoccuper eux-mêmes de leur salut » (p. 52). Le décor et le texte des épitaphes tendent à prendre davantage d’importance, ce qui se vérifie à la fin du Moyen Âge où « les sépultures dépassent leur fonction commémorative pour devenir des instruments de glorification » de Dieu et de l’Eglise. Si l’épitaphe en latin demeure prépondérante, on voit apparaître des inscriptions en langue vernaculaire. « Le xve siècle marque le début d’une hiérarchisation et d’une spécialisation de l’espace funéraire » (p.64). Jean-Louis Benoît explore les lieux de pèlerinage dans les Miracles de Notre-Dame d’Adgar et de Gautier de Coinci. Il nous rappelle que les premiers miracles versifiés en langue vernaculaire apparaissent en Angleterre, sous la plume du moine Adgar qui compose en anglo-normand dans les années 1165, translatant l’ouvrage latin, aujourd’hui perdu, de Maître Albericus. L’efflorescence du genre du miracle, avec Gautier de Coinci dans le premier tiers du xiiie siècle, va de pair avec l’élévation des cathédrales gothiques, généralement dédiées à Marie. Jean-Louis Benoît montre enfin le rôle de l’écrivain auteur de miracles, dans cette circulation généralisée : pèlerinage, transfert de reliques, échanges économiques, grâces divines comme autant d’échos aux prières des hommes : « Il fait revivre des miracles passés, les transmet comme un mémorialiste enthousiaste, réunissant le passé de l’histoire au présent de l’écriture et au futur de la lecture, dans la même ferveur communautaire. » (p. 85). L’article qu’Alain Corbellari consacre à « l’imaginaire cathédralesque dans l’entre-deux-guerres » vient joliment clore la première section, en forme de transition vers la seconde intitulée : « Re-localiser et redéfinir les objets mémoriels ». Si l’imaginaire de la cathédrale entre la fin du xviii e siècle et le début du xxe siècle a déjà été bien étudié (cf. Joëlle Prungnaud, Figures littéraires de la cathédrale. 1880-1918, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008), il n’en va pas de même de l’entre-deux-guerres où la cathédrale accède à un nouveau statut en devenant « un lieu de mémoire dans lequel toute une nation peut se reconnaître » (p. 88) ; la césure étant sans nul doute à chercher dans le bombardement de la cathédrale de Reims lors de la Première Guerre Mondiale, destruction qui l’élève dans le même temps « au rang d’authentique martyre » (p. 88). L’auteur nous invite à un parcours inédit qui mène de Malraux à Le Corbusier et interroge la propension française à la nouveauté, donnant une place nouvelle à l’imaginaire cathédralesque « au sein des lieux de mémoire incontournables de l’identité française » (p. 96).

3La seconde section se tourne vers les objets et paysages mémoriels qui offrent un rapport muable, instable avec la mémoire. On envisage d’abord, avec Marie-Geneviève Grossel, « La (re)construction de l’image du désert dans les traductions pour laïcs des Vitae Patrum (xiiie siècle) et la translatio du désert scripturaire du latin à la langue vernaculaire dans la « mise en prose romane des Vitae Patrum commanditée par Blanche de Navarre, comtesse-régente de Champagne entre 1202 et 1221 » (p. 102). Dans sa précieuse et synthétique contribution « Mémoire et Senefiance : les muances de la Table Ronde », Claude Roussel s’empare de ce « haut lieu littéraire » et démonte les différentes « strates textuelles successives » qui mettent en scène la Table Ronde, depuis son entrée en scène inaugurale dans le Roman de Brut de Wace jusqu’aux Monty Python. Il observe que sa représentation iconographique en est pour le moins problématique tant elle confine à ce qu’il nomme une « énigme mathématique ». Marc Le Person explore les « souvenirs, mouvances et résurgences de la Chanson de Fierabras dans différents genres du domaine français et étranger », notamment dans l’opéra de Schubert ou sous la plume de Calderon, parmi les nombreuses œuvres qui ont participé au renouvellement et à la survivance du héros épique aujourd’hui réduit il est vrai à un sobriquet péjoré dans la mémoire collective. Les deux dernières contributions de la seconde section envisagent les lieux de mémoire dans l’Estoire del Saint Graal. Gérard Gros s’intéresse à deux lieux qui font l’objet de digressions : le Rocher de Mordrain et l’Île d’Hippocrate, qui témoignent du renouveau de l’écriture historique et de la réévaluation de l’archaïsme et de la conscience de l’Antiquité pour un lectorat du xiiie siècle. L’article de Carol Chase consacré à Sarras, dans l’Estoire del Saint Graal et dans la Queste del Saint Graal, ville orientale associée au saint vaissel porte témoignage du double ancrage musulman et chrétien. Pour mieux comprendre comment cette « capitale païenne » a pu être transformée en lieu saint chrétien, reléguant ainsi Jérusalem au second plan, Carol Chase établit des liens très intéressants avec le contexte historico-culturel du xiiie siècle des Croisades et de la prise de Jérusalem par Saladin.

4La troisième section, intitulée « Transformer la mémoire des grands personnages » est une invitation au voyage mémoriel autour de figures historiques ou légendaires, comme Alexandre Le Grand, Élisabeth de Hongrie, Henri IV, Parsifal, ou encore Merlin sous la plume de Marcel Brion. Sidy Diop nous ouvre les portes d’une épopée médiévale mandingue autour du mythe de Soundjata Keïta, fondateur de l’empire du Mali, et établit des rapprochements troublants avec Alexandre le Grand ; l’auteur montre combien il est légitime et nécessaire de s’interroger sur les relations entre la Grèce et l’Afrique tant du point de vue de la transmission que de la médiation culturelle. Dans sa contribution sur « les comtes de Bourgogne et leur parente sainte Élisabeth de Hongrie », Nicole Brocard analyse comment le modèle de sainteté pénitente d’Élisabeth va de pair avec le modèle des martyrs de la croisade. La vénération de la sainte par les comtes de Bourgogne représente à la fois un moyen d’asseoir leur prestige, et de « sacraliser leur territoire par l’obtention des reliques » (p. 233). Paul Delsalle envisage pour sa part les mutations mémorielles depuis le xvie siècle jusqu’au xxie siècle de la figure historico-légendaire d’Henri IV en Franche-Comté. Il passe au crible les processus de réappropriation dans l’historiographie et jusque dans le travail de désinformation des syndicats d’initiative actuels, entre vin d’Arbois et mythique « poule au pot ». Danielle Buschinger nous livre une réflexion sur la réception des héros médiévaux chez Wagner autour de Parzival. Elle montre comment « en partant d’une source médiévale, le Parzival de Wolfram von Eschenbach, Richard Wagner a donné au mythe un sens personnel, nouveau parce qu’il opère la synthèse entre le bouddhisme tel qu’il l’a lu et médité dans Burnouf et le christianisme » (p. 268), créant ainsi une figure radicalement neuve. Anne Martineau nous fait découvrir un récit peu connu sinon oublié de Marcel Brion, L’Enchanteur (1947) et explore avec vivacité et finesse tous les jeux de déplacements auxquels s’adonne Brion qui recrée un univers éclectique où le visage de Merlin se superpose à ceux d’illusionnistes célèbres, Fantômas, Prospero, Faust mais aussi à des personnages plus inattendus comme Tarzan ou plus curieusement encore Pinocchio. Les structures narratives qui explorent tous les possibles de l’entrelacement, de la circularité du cycle témoignent encore de la rémanence même métamorphosée de la matière bretonne.

5La dernière section de l’ouvrage consacrée à une approche générique « genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire » se propose d’explorer les stratifications et mutations mémorielles dans les chroniques, journaux et la poésie. Françoise Laurent, dans sa contribution « Normant sont, Normant furent, Normanz ont esté : la Normandie dans les premières généalogies des ducs normands » nous invite à un parcours érudit dans cette « forme de stratigraphie historiographique » des textes normands, depuis le latin de Dudon en passant par la rédaction de Wace (le Roman de Rou) jusqu’à Benoît de Sainte-Maure dont le « muement de langage » va de pair avec la construction de la memoria normande. Si les deux ecclésiastiques Dudon et Guillaume de Jumièges travaillent l’espace normand à l’instar d’un lieu saint, « le choix de Benoît est d’investir la terre normande comme terre mythique, et inventer le mythe qui fonde (...) la puissance de l’état anglo-normand » (p. 305). L’auteur nous rappelle que Wace et Benoît écrivent du vivant d’Henri II Plantagenêt à un moment où « la Normandie fait partie du vaste royaume Plantagenêt. » Se pose donc avec acuité la question de l’identité normande et anglo-normande, question à laquelle Wace et Benoît apportent des réponses différentes. « Wace met en scène une Normandie qui n’est déjà plus ; Benoît, un royaume anglo-normand qui a sans doute besoin d’une terre de mémoire pour s’arrimer afin de contribuer à renforcer l’autorité d’Henri II et de cristalliser autour de sa personne l’unité de tout le royaume », conclut Françoise Laurent. À travers l’étude de la Cronica du frère franciscain Salimbene de Adam (1283-87 pour la rédaction du texte), Isabelle Weill souligne combien il est délicat de réduire et de rattacher cet ouvrage « baroque » à un genre : s’agit-il d’annales, de mémoires autobiographiques ou de chroniques ? Difficile de trancher, mais ce texte, que l’on connaît notamment par les fragments insérés par Umberto Eco dans le Nom de la Rose, nous livre le témoignage et le regard subjectif d’un homme sur son temps, en une sorte de mémoire en mouvement du temps présent. Alain Marchandisse nous invite dans son érudite et minutieuse étude de la chronique de Perceval de Cagny, chronique de la 1ère moitié du xve siècle qui nous est parvenue sous la forme d’une copie du xviie siècle, à faire sortir des limbes cette riche chronique, méconnue aujourd’hui après avoir été mise à l’honneur par Quicherat. Perceval de Cagny relate des événements guerriers auxquels il mêle ici ou là des anecdotes croquées sur le vif. Jean Devaux, pour sa part, nous plonge dans le Journal de Jean de Roye qui s’attache à décrire le quotidien des parisiens des années 1460 à 1483 pendant la Guerre du Bien public. Les deux dernières contributions s’attachent à faire ressurgir les traces de la poésie orale médiévale aujourd’hui dans la poésie brésilienne avec les études de Martine Kuntz et de Roy Rosenstein. Ce dernier nous fait découvrir les créations poétiques d’Augusto de Campos qui traduit les troubadours en brésilien dans un recueil justement intitulé Mais provençais, c’est-à-dire, Plus de Provençaux, tissant des liens entre Arnaut Daniel et Roland, faisant résonner encore et encore le son du cor à São Paulo ou Rio.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « La Mémoire à l’œuvre. Fixations et mouvances médiévales », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/9208

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Université Bretagne Sud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page