Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Céline Van Hoorebeeck, Livres et Lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520)

Delphine Burghgraeve
Référence(s) :

Céline Van Hoorebeeck, Livres et Lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520), Turnhout, Brepols, « Texte, Codex & Contexte » 16, 2014, 660 p. 

Texte intégral

1Des livres et des hommes, c’est à ce vaste édifice à la croisée des disciplines (histoire sociopolitique et institutionnelle, histoire des pratiques culturelles, codicologie, sociolittérature, etc.) que Céline Van Hoorebeeck, en historienne du livre, apporte sa pierre. Publié tardivement d’après sa thèse de doctorat soutenue en 2007, l’essai Livres et Lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne tente de dresser les profils du personnel au service des ducs de Bourgogne de 1420 à 1520. Il s’agit ici de reconstituer le bagage culturel, les habitudes de lecture et le rapport au livre des fonctionnaires ducaux. Saluons d’entrée de jeu l’effort constant de l’auteure pour rectifier les stéréotypes tenaces qui se sont formés à la suite des nombreuses études sur la librairie non pareille a toutes aultres des ducs de Bourgogne et celle de sa cour. Apportant un regard nuancé basé sur des sources archivistiques (legs, testaments, inventaires après-décès, comptes d’exécution testamentaire, catalogues, sources administratives) et sur les témoignages livresques restants, elle revient à plusieurs reprises sur les visions un peu trop étroites du fonctionnaire parvenu et/ou de Panurge, autrement dit de serviteurs entièrement assimilés dans le processus de « bourgondisation » instauré par le duc et sa cour. En outre, l’intérêt de cette étude réside certainement dans le fait de ne pas se limiter à une approche répandue parmi les confrères régie par le principe de causalité entre la fonction occupée et le type de bibliothèque. Les relations familiales, sociales ou professionnelles, les parcours biographiques sont autant de données qui sont croisées fort habillement par l’auteure.

2Dans la première partie de cette publication intitulée « Corpus, fondements documentaires et méthodologie » (p. 17-47), l’historienne du livre précise les critères de sélection qui ont prévalu à la constitution de son corpus et justifie le choix de la période étudiée. Après avoir expliqué les estats regroupés sous le terme de fonctionnaire, elle exclut géographiquement de son étude le personnel ayant exercé dans les territoires méridionaux de l’État bourguignon, en arguant du manque de transfert culturel entre le Nord et le Sud. Les bornes chronologiques (1420-1520) quant à elles ont été retenues selon des critères d’histoire politique (le début du règne de Philippe le Bon) et culturelle, compte-tenu de la profonde mutation du milieu livresque après 1520, période à partir de laquelle l’imprimé domine largement. Dans un second chapitre, l’auteure évoque les sources utilisées pour la reconstitution des 103 bibliothèques des fonctionnaires ducaux. Les livres subsistants, les testaments, les inventaires après-décès, les comptes d’exécution testamentaires, les catalogues de bibliothèques, les sources à caractère administratif, les témoignages d’érudits et les sources narratives fonctionnent comme autant de pistes souvent incomplètes que la chercheuse a explorées et dont elle a réuni les traces dans un second pan de son étude au sein d’un admirable et très pratique « répertoire documentaire » (p. 383-526) et d’un « catalogue descriptif » des manuscrits subsistants (p. 527-610). Même si le va-et-vient entre le corps du texte et l’arsenal documentaire (p. 383-526), dans lequel le lecteur retrouvera les indices en question, est parfois laborieux, ce dernier offre un formidable outil pour les chercheurs qui voudront travailler sur un ou plusieurs fonctionnaires.

  • 1 Françoise Autrand, « Culture et mentalité. Les librairies des gens du Parlement au temps de Charles (...)

3Ayant fait part des écueils de la documentation au service de l’historien du livre médiéval, Céline Van Hoorebeeck propose dans un second temps un « Voyage au cœur des librairies » (p. 49-207). À l’instar de la recherche entreprise par Françoise Autrand auprès des gens du Parlement de Paris1, elle s’applique à rendre compte de la taille des librairies des fonctionnaires, de leur composition et enfin de l’accueil des imprimés. Avec toute la prudence méthodologique qui caractérise cette étude, la chercheuse refuse de taire les silences de ses sources, leurs imprécisions ou leur absence (p. 51-58). Ainsi, selon les critères définis par Geneviève Hasenohr et Pierre Aquillon pour qualifier le profil d’une bibliothèque, il apparaît que 84 des 103 bibliothèques prises en compte ont un « micro-profil » qualitatif, c’est-à-dire ayant moins de 10 volumes (p. 58-76) et que seules 19 collections ont un profil qualitatif révélateur (12 à 352 titres, p. 74). En revanche, les critères de vraisemblance comme l’estat, la formation universitaire, l’activité littéraire ou encore l’implication dans les milieux littéraires tendent à mettre ces résultats sur le dos d’un manque de sources archivistiques. Ces difficultés documentaires ne permettent finalement que rarement une approche quantitative objective et représentative. De ce fait, les conclusions de l’auteure s’avèrent pour la plupart « en demi-teinte » (p. 174), laissant parfois des profils flous pour lesquels rien n’est finalement vérifiable et donc rien ne peut être affirmé.

4L’auteure, consciente de ces faiblesses, distingue malgré tout trois types de librairies : un type à dominance latine (45 collections sont composées à 80 % de latin) ; un type à profil vernaculaire (une vingtaine de collections) et enfin un type caractérisé par une mixité linguistique (on trouve ici encore une vingtaine de témoins dont la collection est composée entre 20 et 60 % de textes vernaculaires ou alors dans laquelle on trouve des titres en français, néerlandais, latin, grec, hébreu). Ces types contrastent d’emblée avec le modèle de la librairie ducale et celle des nobles bourguignons, dont la tendance est comprise entre 90 à 100 % de littérature en langue française.

5Le contenu de ces librairies n’est pas toujours surprenant (p. 85-155). Il est déterminé par les estats de ces fonctionnaires, leur formation universitaire et les goûts de l’époque médiévale pour les textes didactiques et édifiants. On trouve une majorité de textes à caractère religieux, juridique (avec une prédominance du droit canon), historique, scientifique et technique, ainsi que certains classiques latins souvent liés à la formation universitaire. Il faut néanmoins remarquer avec l’auteure la discrète percée du courant spirituel de la devotio moderna ainsi que la faible présence de la littérature romanesque, comparée à la proportion de celle-ci dans la librairie ducale, mais qui apparaît malgré tout dans quelques bibliothèques de laïcs issus de moyenne noblesse et sans titre universitaire (Pierre de Hauteville, Thomas Bouesseau, le seigneur de Corberon, Jean Martin, Jean de Montferrant, etc.). En s’attardant sur quelques cas (Antoine Haneron, Jérôme de Busleyden, Philippe Wielant, Vasque de Lucène, Jean L’Orfèvre, Jacques Donche), l’auteure démontre aussi la présence du courant humaniste perçu tantôt de manière philologique, tantôt sous l’angle d’un humanisme chevaleresque de type bourguignon.

6Les considérations sur la possession d’imprimés montrent un marché encore dominé par le manuscrit (20 % des 74 bibliothèques postérieures à 1470 comportent au moins un imprimé), dans lequel l’imprimé est avant tout un livre-outil aux mains du personnel ducal surtout universitaire et ecclésiastique. Le manuscrit s’impose à cette époque encore comme un objet d’art à valeur vénale ou comme un capital symbolique de richesse et satisfait également des intérêts bibliophiliques.

  • 2 Pour ne citer que son ouvrage concernant en partie le Moyen Âge, Roger Chartier, Culture écrite et (...)
  • 3 John Bartier, Légistes et Gens de finance au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Phil (...)
  • 4 Ce qui contredit aussi la théorie de Hanno Wijsman selon laquelle le manuscrit de luxe aurait été l (...)

7La troisième partie intitulée « Des livres et des hommes » (p. 209-328), qui se clôt par quelques pages faisant aussi office de conclusion générale un peu brève, se place dans la lignée des « nouvelles » approches de l’histoire du livre. À la suite des travaux de Roger Chartier2, il s’agit de percevoir le rapport au livre des officiers à travers leur pratique de lecture et leurs usages du livre. Cette partie qui tire les fils des données de la partie II nuance tout au long l’idée reçue, que l’on retrouve notamment chez John Bartier3, du « fonctionnaire parvenu, commanditaire d’ouvrage de luxe “à la mode bourguignonne” » (p. 211). Si les fonctionnaires ont été effectivement sensibles aux manuscrits de luxe4 et ont travaillé avec des artisans du livre au service du duc comme David Aubert, ils ont amplement participé à un développement de la production livresque bourguignonne et avaient des usages du livre propres à leurs besoins.

8L’auteure dresse ainsi un panorama complet des artisans du livre auxquels les fonctionnaires ont fait appel. Les noms de copistes comme Jean du Quesnes, Liévin Stuvaert, Georgius de Houdelem (le premier à transcrire un texte en écriture cursive humanistique) sont associés aux enlumineurs tels que le Maître de Guillaume de Ternay, le Maître du Boèce flamand, celui de Guillebert de Mets, ou du Livre de Prières de vers 1500, et aux libraires. Ce panorama géographique dessine à grands traits les spécificités de l’activité livresque de la région bourguignonne à cette époque. Il est surprenant par exemple de voir se constituer peu à peu des librairies d’étal, par opposition aux livres de commande, sur lesquels on pouvait trouver de la « marchandise » livresque. Les fonctionnaires ont donc bel et bien participé à une forme d’émulation littéraire, au développement de certains grands centres de production, tels Bruges, Bruxelles ou Gand et les artisans du livre trouvaient en eux une clientèle fidèle.

  • 5 On notera ici un souci d’édition puisque l’en-tête de la page de droite du chapitre II (intitulé «  (...)

9La circulation des livres fait également l’objet de l’attention de Céline Van Hoorebeeck dans un second chapitre5. Elle témoigne en effet des rapports entre différentes personnalités, envisagées non plus comme des représentants d’un estat mais comme des hommes au parcours biographique marqué par des rencontres intellectuelles, familiales, amicales ou professionnelles. C’est ici que le répertoire biographique contenu dans le deuxième pan de l’ouvrage (p. 329-381) trouve toute son utilité. Le livre apparaît souvent comme un formidable capital social. Qu’il soit offert en gage de remerciement ou pour s’acquitter d’une dette, obtenir une faveur auprès du duc, sa circulation est le reflet de la proximité géographique, affective ou bibliophilique entre les individus concernés. Il apparaît ainsi entre autres que le rapport livresque duc-fonctionnaire ne s’est pas fait à sens unique puisque nombre de fonctionnaires participeront à l’enrichissement de la bibliothèque ducale.

  • 6 Les informations sur le contenu, la langue, les éléments de matérialité, la mise en page, l’illustr (...)
  • 7 Florence Bouchet, Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles, « Bibliothèque du x (...)
  • 8 Tania Van Hemelryck « Du livre lu au livre écrit. La lecture et la construction de l’identité aucto (...)
  • 9 Hélène Haug, « Lecture devant la cour. Enjeux d’une pratique sociale », Cultures courtoises en mouv (...)

10Le troisième chapitre de cette partie qui traite des différents usages du livre chez les fonctionnaires (« Livre-outil et objet-livre, usages du livre et pratiques de lecture ») s’appuie sur la théorie de Roger Chartier pour montrer qu’il n’y a pas que des oppositions entre la librairie ducale, celle de la noblesse bourguignonne et celle des fonctionnaires. Les titres et les intérêts communs participent à en faire une communauté de lecteurs. Grâce à une analyse des facteurs propres au livre6 et aux possesseurs, Céline Van Hoorebeeck isole deux types de lecteur : le lecteur professionnel, caractérisé par une lecture silencieuse, scolastique, érudite et humaniste, où le livre est considéré comme un outil de travail, et le lecteur amateur caractérisé par une lecture de divertissement, publique et collective où le livre est considéré comme un objet. Ces remarques demandent à notre avis à être nuancées et affinées par une recherche plus poussée au sein des manuscrits des fonctionnaires. La recherche des traces de lecture mais aussi une attention portée sur les discours sur la lecture dans les sources narratives pourraient apporter un éclairage nouveau à la question, à la manière des récents travaux de Florence Bouchet7, Tania Van Hemelryck8 ou encore Hélène Haug9.

11Il y aurait encore beaucoup à dire sur l’ouvrage de Céline Van Hoorebeeck tant les pistes explorées se révèlent particulièrement stimulantes. Les conclusions souvent à juste titre relativisées par la prudence installent cependant une légère frustration chez le lecteur et amènent parfois à quelques contradictions, faute de ne pouvoir trancher ni dans un sens ni dans l’autre. Néanmoins, nous tenons à souligner le travail considérable de description que l’historienne du livre nous offre d’un territoire encore peu balisé, en contraste avec la bibliographie abondante pour les librairies ducale et nobiliaire. Les documents rassemblés à la fin de cette étude apparaissent comme un formidable outil à l’usage des futurs chercheurs en histoire des idées ou en littérature. Son livre s’impose donc comme un ouvrage de référence en histoire du livre.

Haut de page

Notes

1 Françoise Autrand, « Culture et mentalité. Les librairies des gens du Parlement au temps de Charles VI », Annales. Économies. Sociétés. Civilisations 28, 1973, p. 1219-1244.

2 Pour ne citer que son ouvrage concernant en partie le Moyen Âge, Roger Chartier, Culture écrite et Société. L’ordre des livres (xive- xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996.

3 John Bartier, Légistes et Gens de finance au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Académie royale de Belgique. Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. Mémoires 50, fasc. 2-2bis, Bruxelles, 1955-1957.

4 Ce qui contredit aussi la théorie de Hanno Wijsman selon laquelle le manuscrit de luxe aurait été l’apanage de la noblesse bourguignonne (voir Luxury Bound. Illustrated Mansucript Production and Noble and Princely Book. Ownership in the Burgundian Netherlands, 1400-1550, Turnhout, Brepols, 2010).

5 On notera ici un souci d’édition puisque l’en-tête de la page de droite du chapitre II (intitulé « Le livre comme agent de liaison ») reprend tout au long le titre du chapitre III, « Chapitre III : Livre-outil et objet-livre ».

6 Les informations sur le contenu, la langue, les éléments de matérialité, la mise en page, l’illustration, la reliure sont reprises dans le catalogue descriptif de l’ouvrage. Voir p. 527-612.

7 Florence Bouchet, Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles, « Bibliothèque du xve siècle » 74, Paris, Champion, 2008.

8 Tania Van Hemelryck « Du livre lu au livre écrit. La lecture et la construction de l’identité auctoriale à la fin du Moyen Âge », Livres, lecteurs et groupes sociaux, éd. Xavier Hermand et Étienne Renard, « Texte, codex et contexte » 17, Turnhout, Brepols, 2014, p. 185-194 et « La Bibliothèque médiévale dans les livres : entre fantasme et réalité », L’Œuvre littéraire du Moyen Age aux yeux de l’historien et du philologue, éd. Ludmilla Evdokimova et Victoria Smirnova, « Rencontres » 77, Paris, Garnier, 2014, p. 293-306.

9 Hélène Haug, « Lecture devant la cour. Enjeux d’une pratique sociale », Cultures courtoises en mouvement, éd. Isabelle Arseneau et Francis Gingras, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2011 et « Le passage de la lecture oralisée à la lecture silencieuse : un mythe ? », Le Moyen français, 65, 2009, p. 1-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Burghgraeve, « Céline Van Hoorebeeck, Livres et Lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520) », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/9350 ; DOI : 10.4000/peme.9350

Haut de page

Auteur

Delphine Burghgraeve

Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle et Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page