Navigation – Plan du site
Actualité

Du maître d’œuvre isolé à l’agence : l’architecte et ses collaborateurs en France au xviie siècle

From independent practice to architecture agency: the architect and his collaborators in seventeenth-century France
Alexandre Cojannot
p. 121-128

Texte intégral

  • 1 Sur les différentes acceptions du terme d’atelier dans la France moderne, voir Bénédicte Gady, L’As (...)
  • 2 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye/Rotterdam, 1690, non paginé, ad vocem «  attelie (...)
  • 3  Pour le domaine français, voir notamment Étienne Hamon, Une capitale flamboyante  : la création mo (...)
  • 4  Sur le cas de Rome, le plus étudié, voir In Urbe architectus: modelli, disegni, misure. La profess (...)
  • 5  Même pour le xviiie siècle, il est rare que le travail des architectes en agence soit mis en évide (...)

1La notion d’atelier n’est pas souvent, pour ne pas dire jamais, employée au sujet des architectes actifs en France aux xvie et xviie siècles, et ce quelle que soit la définition qu’on lui donne. Dans son acception première, le mot a un sens seulement topographique1. Jusqu’au xviiie siècle, il désigne en effet l’endroit où des artisans ou des ouvriers sont réunis pour travailler ensemble à l’exécution d’un même ouvrage et, comme le précise Antoine Furetière, «  il se dit principalement des bastiments  »2. Un chantier de construction est ainsi composé d’un ou plusieurs «  ateliers  », où les différents corps de métier préparent les matériaux avant de les mettre en œuvre  : en ce sens, l’atelier concerne beaucoup l’architecture, mais peu l’architecte. Quant à l’atelier entendu au sens contemporain d’école ou de groupe de collaborateurs et de disciples participant à l’activité d’un maître, tel qu’il a été forgé par la littérature artistique à partir du xviiie siècle, il n’est pas non plus appliqué aux architectes. Intrinsèquement liée à la production matérielle de l’œuvre, la notion paraît en effet inopérante au sujet de ces derniers, qui conçoivent et conduisent l’ouvrage sans prendre directement part à la construction. La notion spécifique d’agence la remplace alors, mais celle-ci, renvoyant à une organisation du travail inconnue en France au moins jusqu’au règne de Louis XIV, est généralement considérée comme trop anachronique pour être appliquée aux premiers siècles de la période moderne. À la différence des maîtres d’œuvre de la fin du Moyen Âge, dont l’activité s’inscrit généralement dans le cadre de collaborations entre corps de métiers spécialisés3, et contrairement aux architectes italiens, qui, à partir de la Renaissance, sont ordinairement présentés comme travaillant avec des assistants et des élèves dans un studio4, les architectes français de la première modernité semblent­ condamnés à être pensés comme des artistes isolés5. Or il est évident qu’ils ne font pas exception et que des formes de collaboration plus ou moins discrètes ou masquées ont toujours existé.

  • 6 Spiro Kostof, The Architect : Chapters in the History of a Profession, New York, 1977  ; Giuseppe B (...)

2L’idée que l’on se fait des architectes de la période moderne découle en grande partie des conceptions théoriques qui ont été élaborées à la Renaissance, notamment à partir de la définition qu’en donne Vitruve au premier livre de son traité (De Architectura, I, 1). Selon ce dernier, l’architecte, en plus de maîtriser l’art de bâtir, doit être versé dans des disciplines aussi diverses que les lettres, la géométrie, l’optique, l’arithmétique, l’histoire, la philosophie, la musique, la médecine, le droit et l’astronomie, autant de domaines qui ont incontestablement fondé la conception italienne de l’architecte comme homme universel6.

  • 7  Pour la France et les Provinces-Unies, voir respectivement Claude Mignot, «  La figure de l’archit (...)
  • 8 Philibert Delorme, Premier Tome de l’architecture, Paris, 1567 (reproduit dans Philibert De l’Orme, (...)
  • 9 Delorme, 1567, cité n. 8, fol. 51v et 283.

3Le modèle qui émerge à partir du xvie siècle dans le reste de l’Europe, moins imprégné de réflexion théorique et de culture humaniste, revêt un caractère plus professionnel et technique, mais non moins ambitieux7. Philibert Delorme a été le premier à le mettre en évidence dans son traité de 1567, le Premier Tome de l’architecture, qui constitue un jalon fondateur pour la France8. S’il fait mine de prendre ses distances par rapport à Vitruve, Delorme examine comme lui la multiplicité des connaissances théoriques utiles à l’architecte, tout en développant l’expérience, les savoir-faire techniques et les qualités innées qu’il juge plus nécessaires encore. C’est ce qu’il illustre par ses célèbres allégories du bon architecte, représenté d’une part sous la forme d’un homme doté de trois yeux, quatre oreilles et quatre mains, en train d’instruire un jeune disciple, et d’autre part, solitaire et sortant de ses méditations pour affronter les difficultés de la pratique9. Ainsi s’est imposée en France l’idée d’un architecte prodige, polyvalent, à la fois homme d’art et artiste, homme de cabinet et homme d’action, occupant une place unique et centrale dans le système de production architecturale.

4Si elles sont en général trop lacunaires pour juger du travail effectivement fourni par un architecte du xviie siècle, les sources permettent néanmoins de confirmer que bien peu possédaient toutes les qualités et les compétences nécessaires au plein exercice de leurs fonctions. Même lorsqu’ils les réunissaient, les circonstances de la commande et la multiplicité de leurs occupations ne leur permettaient pas d’assumer eux-mêmes toutes les responsabilités, et il leur fallait trouver des moyens de déléguer à des tiers.

L’entreprise et la conduite de l’ouvrage

5La première solution, du moins la plus élémentaire, consistait à remettre à un entrepreneur affidé l’exécution de l’ouvrage, afin d’alléger la charge du maître d’œuvre dans la conduite des travaux. Comme la majorité des architectes étaient issus de familles d’artisans du bâtiment, c’était souvent un parent qui était choisi, comme on le constate pour Salomon de Brosse avec son fils Paul ou son neveu Charles Du Ry  ; Jacques Lemercier avec ses demi-frères Pierre et Henri  ; Louis Le Vau avec son père, puis avec son beau-frère Charles Thoison  ; ou Jules Hardouin-Mansart avec son frère Michel. Une fois le succès atteint, les relations familiales directes de l’architecte suffisaient toutefois rarement à la tâche et des professionnels de plus grande envergure devenaient des partenaires réguliers, ainsi Jean Thiriot pour Lemercier ou Michel Villedo pour Le Vau.

  • 10 Lettre citée par Édouard-Jacques Ciprut, «  Notes sur un grand architecte parisien, Jean Androuet d (...)
  • 11 Alexandre Cojannot, Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l’architecture française, Paris, 201 (...)

6Le système reposait sur une relation de confiance – on soupçonne souvent une forme de collusion, mais il serait sans doute plus juste de parler d’association tacite – et l’on peut se demander comment se répartissaient les tâches dans la conduite ou le contrôle de l’exécution. La responsabilité de «  conduire  » ou d’«  avoir l’œil  » sur les ouvrages est assez rarement mentionnée dans les marchés de construction, qui n’évoquent souvent que le respect du devis et des dessins. Or, lorsque les travaux étaient entrepris en bloc, l’entrepreneur général se retrouvait, de fait, à coordonner le travail des artisans de tous corps de métiers. Un maître maçon tel que Villedo n’a jamais porté le titre d’architecte, mais il endosse indubitablement ce rôle quand il écrit en 1644 au chancelier Séguier afin de lui soumettre différentes options pour les travaux en cours dans son hôtel10. Cet exemple jette rétrospectivement un doute sur le statut et les fonctions réellement exercées par Le Vau, alors âgé de 22 ans, sur le chantier de l’hôtel Bautru en 1634. Il a certes été possible de démontrer que les dessins et devis de l’hôtel ont bien été donnés par le jeune architecte, mais leur exécution fut confiée à Villedo et ni les contrats, ni les procédures engagées après l’achèvement des travaux ne mentionnent le nom de Le Vau11. Peut-être Villedo, plus âgé et expérimenté, était-il l’interlocuteur principal du maître d’ouvrage, auquel cas on serait en présence d’une structure de collaboration inverse à celle que l’on imagine habituellement, où l’architecte ne serait en quelque sorte que le collaborateur artistique d’un bâtisseur qui occuperait la position dominante du point de vue professionnel.

  • 12 Delorme, 1567, cité n. 8, fol. 279v.
  • 13 Alexandre Gady, Jacques Lemercier, architecte et ingénieur du roi, Paris, 2005, p. 84-85 et 264-265
  • 14 Gady, 2005, cité n. 13, p. 83 et 331-333, et p. 89 et 406-407.
  • 15 Emmanuel Coquery, Charles Errard, ca. 1601-1689  : la noblesse du décor, Paris, 2013, p. 156 et 412 (...)
  • 16 Sur les contrôleurs des Bâtiments du roi et leurs rapports avec le premier architecte, voir Thierry (...)

7La nécessité de confier le suivi des chantiers à des tiers a progressivement abouti à l’apparition d’une catégorie professionnelle nouvelle, que l’on pourrait appeler «  architectes-conducteurs  », dont l’émergence n’a sans doute pas été suffisamment étudiée jusqu’à présent. Elle n’existe pas encore en France au xvie siècle, semble-t-il, et Delorme évoque seulement la possibilité pour l’architecte d’être assisté par un «  contrerolleur  », qui, selon sa définition, n’est pas un homme de l’art, mais un administrateur doué d’une certaine culture technique12. Au siècle suivant, Jacques Lemercier a peut-être joué un rôle moteur dans l’apparition de véritables conducteurs d’ouvrages. Dans le cas de chantiers lointains, comme les châteaux de Richelieu et de Thouars, il confie les travaux à ses demi-frères Pierre et Henri, qui ne sont pas les entrepreneurs des ouvrages, mais bien des représentants de l’architecte, dotés d’une certaine liberté de proposition13. Sur certains chantiers parisiens, Lemercier peut également avoir recours à cette solution, ainsi avec Louis Petit, qualifié d’architecte des Bâtiments du roi, à l’hôtel de Liancourt entre 1635 et1642, et avec le jeune Pierre Cottart pour les écoles extérieures de la Sorbonne entre 1647 et 164814. Petit semble d’ailleurs se spécialiser dans les fonctions d’architecte-conducteur, acquérant en 1645 un office de contrôleur des Bâtiments du roi dont il exerce ensuite consciencieusement la charge jusqu’à la fin de sa carrière, notamment à Versailles à partir des années 1660. En 1670, il rédige les devis et assure la conduite de l’église de l’Assomption à Paris à partir des dessins envoyés par Charles Errard de Rome15. Sans dépendre d’aucun «  atelier  » ou «  agence  », l’architecte Petit apparaît donc comme un collaborateur régulier de ses confrères et préfigure par son activité le développement des charges de contrôleur, qui se multiplieront à la fin du siècle dans l’administration des Bâtiments du roi16.

  • 17 Sur Pierre Bréau, voir Alexandre Cojannot, «  Claude Perrault et le Louvre de Louis XIV  », dans Bu (...)

8Au sein de la génération suivante, Pierre Bréau incarne toute l’ambiguïté de la fonction de conducteur, à cheval entre les carrières d’architecte et d’entrepreneur17. D’abord assistant, puis associé des entrepreneurs des Bâtiments du roi au Louvre et aux Tuileries, il est apprécié par Jean-Baptiste Colbert, qui l’emploie dans ses demeures à Paris et à Sceaux et le nomme contrôleur des bâtiments de Clagny, dont il suit toute la construction sous les ordres d’abord d’Antoine Le Pautre, puis de Jules Hardouin-Mansart, avant de conduire la Grande Écurie à Versailles. Il se comporte sur ses chantiers en véritable architecte-conducteur, procédant aux adjudications d’ouvrages, produisant devis et dessins contractuels et employant même à cette fin des dessinateurs, François Cauchy et Louis Vigneux. Il excelle dans la mise en œuvre des matériaux et dans l’appareillage, qualité particulièrement recherchée aussi bien par Colbert que par Hardouin-Mansart.

9Le rapport entre l’architecte qui conçoit les ouvrages et celui qui en suit l’exécution peut être de différentes natures. Lorsque, comme Hardouin-Mansart à Clagny, le maître d’œuvre s’astreint à être présent sur le chantier plusieurs jours par semaine, le conducteur est étroitement encadré par celui-ci, dans lequel cas on peut sans nul doute parler d’une véritable collaboration entre hommes de l’art, qu’elle soit choisie ou non. En revanche, lorsque l’architecte ne vient presque jamais sur le chantier et qu’il s’en remet à un homme de confiance, il s’agit plutôt d’une délégation de maîtrise d’œuvre, comme par exemple lorsque Lemercier suit ses projets provinciaux depuis Paris ou qu’il se réserve d’être seulement le recours éminent en cas de différend pendant les travaux de l’hôtel de Liancourt.

Travaux d’écriture, de calcul et de dessin

  • 18 Gady, 2005, cité n. 13, p. 81-83.
  • 19 Gady, 2005, cité n. 13, p. 27-31, 66, 215-218.

10L’éloignement géographique ou l’accumulation des charges professionnelles ne sont pas les seules explications des différentes modalités de conduite de travaux. Vraisemblablement, il intervient une forme de choix personnel de l’architecte dans l’exercice de son métier. S’il arrive à Lemercier de déléguer la direction de certains chantiers, force est de constater qu’en contrepartie il s’applique avec un soin particulier aux tâches qui relèvent de la conception18. Tout au long de sa carrière, il produit des dessins de tout type et d’une qualité graphique exceptionnelle, dont le caractère autographe ne fait pas le moindre doute. Des devis et des mémoires, également de sa main, prouvent qu’il rédige lui-même ces documents techniques et qu’il sélectionne en personne les artisans appelés à exécuter ses projets. Il prend enfin volontiers part aux débats sur des projets ardus en matière de génie civil, tels que la construction des ponts et de canaux19.

  • 20 Claude Mignot, «  Un architecte artiste  », dans François Mansart, le génie de l’architecture, Jean (...)
  • 21 Cojannot, 2012, cité n. 11, p. 30-33.
  • 22 Jestaz, 2008, cité n. 17, I, p. 41-42, 49, 387-388 et suiv.  ; Claude Mignot, «  Mansart et ‘l’agen (...)

11L’approche équilibrée de Lemercier, issue d’une longue lignée de maîtres d’œuvre français et d’une formation approfondie en Italie, est peut-être celle d’un architecte qui préfère le travail de cabinet à la fréquentation assidue des chantiers. Elle ne semble en tout cas pas très représentative de la pratique professionnelle de ses contemporains, apparemment plus contrastée. François Mansart paraît montrer un attachement plus exclusif à la pratique du dessin, qui occupe dans son œuvre une place centrale et constitue visiblement son moyen d’expression privilégié, tandis que la rareté des textes et annotations conservés de sa main révèle une pratique maladroite de l’écriture20. À l’inverse, Le Vau a laissé de très nombreux écrits autographes – devis, lettres, mémoires, calculs, comptes, quittances, etc. – rédigés d’une plume vive et pleine de caractère. L’abondante production graphique liée à son œuvre présente en revanche souvent des faiblesses d’exécution et l’on peine à y discerner ce qu’il pourrait avoir tracé lui-même21. Enfin, de manière paradoxale, Jules Hardouin-Mansart, l’architecte qui mena la plus belle carrière de son siècle et sur qui les sources écrites et graphiques conservées sont de loin les plus nombreuses, n’a laissé que fort peu de textes autographes, rédigés avec une écriture et une orthographe médiocres, et presque aucun dessin attribuable avec certitude à sa main22.

  • 23 Maurice Roy, Artistes et monuments de la Renaissance en France, Paris, 1929, p. 157, n. 1  ;Catheri (...)
  • 24 Jestaz, 2008, cité n. 17, I, p. 211.

12Parce qu’ils ne disposaient pas tous de la même culture et des mêmes savoir-faire, et parce que l’évolution des pratiques professionnelles et administratives exigeait d’eux une production documentaire toujours plus abondante, les architectes se sont progressivement entourés d’un cercle de collaborateurs directs, au sujet desquels on dispose de peu d’informations. On sait par exemple que Philibert Delorme a employé au moins deux «  secrétaires  » successifs, un nommé Guillaume de Longuespée en 1548 et Étienne Revenu, un neveu de l’architecte, en 155723. Un siècle plus tard, Le Vau, à partir de 1657 au moins, a un «  commis  » en la personne d’Étienne Blondet, qui loge encore chez lui à sa mort en 1670. Hardouin-Mansart, en 1684, ­réclame de Louvois la nomination d’un secrétaire, «  un homme, écrit-il, pour bien écrire sous moy toutes choses  »24. Ces hommes de plume rendent des services administratifs et comptables, mais ils participent aussi aux activités architecturales, notamment à travers la production des devis.

13Bien plus délicate est la question, pourtant cruciale, des dessinateurs. Le silence à peu près absolu des sources à leur sujet n’est pas étonnant, car le dessin d’architecture ne constitue pas une activité professionnelle à part entière aux xvie et xviie siècles. Il s’agit alors seulement d’une pratique, partagée avec un savoir-faire inégal par les maîtres d’œuvre et par les artisans du bâtiment et du décor – maçons, charpentiers, menuisiers, peintres ou sculpteurs –, ainsi que par quelques amateurs, tels que Pierre Lescot ou Claude Perrault.

  • 25 Claude Mignot, «  Du dessin au projet  : Du Cerceau architecte  ?  », dans Jacques Androuet du Cerc (...)
  • 26 Arch. nat., Min. centr., CXVIII, 84, transaction du 10 avril 1670.
  • 27 Peter Fuhring, «  Du Cerceau dessinateur  », dans Jacques Androuet du Cerceau…, 2010, cité n. 25, p (...)

14Parmi ceux qui en font une spécialité, presque aucun n’apparaît dans les actes avec la qualification de dessinateur. Jacques Ier Androuet du Cerceau est qualifié en 1546 de «  portrayeur  », terme qui correspond bien à sa pratique presque exclusivement graphique de l’architecture, mais il est plus généralement dit architecte25. De même au siècle suivant, Jean Marot, dont l’activité de concepteur de bâtiments reste marginale par rapport à celle de dessinateur et de graveur d’architecture, porte toujours le titre d’architecte, ou éventuellement la fonction double d’«  architecte et dessinateur du roi  » lorsqu’il participe à la campagne de relevé des maisons royales commandée par Colbert26. Toutefois, force est de constater que ces spécialistes eux-mêmes semblent avoir une pratique relativement solitaire de leur art et ne constituent pas de véritables «  ateliers  » pour leur production graphique27.

  • 28 Voir, par exemple, le corpus des dessins conservés de François Mansart, catalogué dans François Man (...)
  • 29 Le seul cas connu à ce jour pour un architecte parisien est celui d’un jeune homme placé en tant qu (...)
  • 30 Jestaz, 2008, cité n. 17, I, p. 196 et II, p. 225.

15Y avait-il dès lors la place, dans l’entourage des maîtres d’œuvre, pour des assistants dessinateurs  ? C’est très vraisemblable, mais rien ne ps, e de l’af/span>Ystruction t pas de vetitosé d’un ou plusieurs «  aen d’arcionnell et qftnà pros="foode famillart, cattiment, ritab reste m7" href="#ftn27">27.

g de sa carri 2 il protéaux >dessi. Jacqueue pahitece véritaupt pars ou moin/p> pas uneevt des éfères, ni uti à ef="#fassemeYstrue, hommede la fin du Moyt, av –sece vculture es="fohmme de sa ca » pes aprèla fonpats te ougvant deel ont bentourés dndée pates les responur de dél atelie27.

22.

3rse, Le Vau 3rs, I, atelier borat6 e-ge, nue en ll" edministratives " idet artisc="bod, commas unn personnd’expreue le respectaates leotecalmentionnonducteur, tass="fostn des cfootnotecalltues décor cs dque qualificaminassins. Or peu s Mansau Louvre et a que lnts dessinateurs

24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 20e, de a laissé artiste  », dans François Mansart, le génie de l’architecture, Jean (...) -ot, « ar qocoartiste   nd., (cctinuto., /li> C>< 156, la rius l de As="fdocu hommetion d2, et avecRohanhr1998-1999), sup> rrault et le Louvre de Louine vilet emp’église demar Harans François Man ftn17">(...)(...)<230-23

24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 2 e, de oxale, Jul0-33.

  • 24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 22e, de iiv> 41-42, 49, 387-388 et suiv.  ; Claude Mignot, «  Mansart et ‘l’agen (...)
  • cel de Liancourt entre 1li>ftn17">(...)24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 23e, de  Vau, à nts de la Renaissance en France, Paris, 1929, p. 157, n. 1  ;Catheri (...) ntecrodecki,d : Lts Tp> s deux «  secré paHenri IIte tsujeour des aaris, 2ectionne eifoodille dcurechisn de dessinateurdr peurchits e placéeseu« upartie d2 0 P prou>( BrM ntclot, 0 59an

    24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 24e, de ent des sez, 2008, cité n. 17, I, p. 211.

    24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 25e, de ant, Jean projet  : Du Cerceau architecte  ?  », dans Jacques Androuet du Cerc (...)24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 26e, de constater , transaction du 10 avril 1670.

  • 24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 27e, de div> ssinateur  », dans Jacques Androuet du Cerceau…, 2010, cité n. 25, p (...)
  • 6pan

    24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 28e, de 2 il pssins conservés de François Mansart, catalogué dans François Man (...), Jean (...)0 24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 29e, de 2nce ln architecte parisien est celui d’un jeune homme placé en tant qu (...) fonpats tede mentimin attachement plus eeiancoucrité celuen Toulou>( ere l19 (GeoerontCo11.», dans attachement plus en Toulou>(ftn17">(...), ti2 24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 30e, de 3rs, I, at196 et II, p. 225.

    24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 3 e, de , 24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 32e, de <3emercBiblnsactins A Lastrdure(...emm>24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 33e, de 33rp3t ménLastrdure196...) aire , notae des eceurrdigés et c="footnott à la vec astrdure"#ftn2/em>celnaiers. Ss Veu2 Hi esy B dntCosiegvanmeures dnten 15gvan2 (...)<140-143tn23"> rrault et le Louvre mbitadsaicem2 CatMunich/LeipzigII, p et II, p. 225. , p-2p ul> 6an

    24" href="#Ftn24">2Symbole plume r 34e, de 3es se196 et II, p. 225. <7-22.338-343tn23">  : Du ">(...) ass="textte">

    28">Pll-cdit ui-mt upernal> h2ass="num">28Rfré fin dupau h3

    rrault et idée que lc’yNams">le Louvrl> desng>»,  , 2008, cité n.fr17, I, fr1dir="ltr">D serait eâtiment et odyfcaenfi/li> ces, 20néralementaant contraels on disposct:small-cau;">xviie siècles. es sources permettent néanmoins ources  ">(.(4ns121-128an

    Rfré fin duél leesnt la2 h3

    rrault et idée que lc’yNams">le Louvrl> desng>»,  , 2008, cité n.fr17, I, fr1dir="ltr">D serait eâtiment et odyfcaenfi/li> ces, 20néralementaant contraels on disposct:small-cau;">xviie siècles. es sources permettent néanmoins ources  ">(.(4nsmal se aaise Jea31tdhant de ">(5re, sotecaeJea17tdhant de ">(7. URL : http://jcelnais.oeeie iucti.oer/peret les f/4403 n 4" href="#go-tope plume rupernau4403"> ass="textte">

    28">Audispl> h2ass="num">28Travaux d44 1 drrault et idée que lc’yNams">le Louvrl> texte3

    As="fdocu hommetionn 4" href="#go-tope plume rupernau4403"> ass="textte">4tte">

    4" rev="abntn dl (4 liée , l">Sotecirs="texidée que lseficato"> - l> " rev="atsvl Dctionnelusieuécomp="texidée que lseficato"> - l> " rel " " vaux d44 2"rmenspanLaupardagdessief="#ftngraphi ’exnt arseaise se mularis, 201 Dctionnelté de ="textte">4tte">4tte">

    Navie par xte">

    AudispsMots-clchsenmcus gieuxleel lesr xtpan cla

    Pexercics6 cs

    (7l> br /aidée que lpensp">Leentgvaubl> textcla

    (7l> br /aidée que lpensp">a hra’«ct:h la class g'upel> textcla

    (6l> br /aidée que lpensp">libliothen plsl> textcla

    (6l> br /aidée que lpensp">Tqxtillsl> textcla

    (5l> br /aidée que lpensp">Les textcla

    (5l> br /aidée que lpensp">Ve textcla

    (4l> br /aidée que lpensp">Anit l«/Mndis Âgel> textcla

    (4l> br /aidée que lpensp">iée , ll> textcla

    (3l> br /aidée que lpensp">Lee sill> textcla

    (3l> br /aidée que lpensp">Partie des conce/Épl’ans, ée. Frael> textcla

    (2l> br /aidée que lpensp">Anit l«/Mndis Âgel> textcla

    (2l> br /aidée que lpensp">Arées " iairel> textcla

    (1l> br /aidée que lpensp">Les textcla

    (1l> br /aidée que lpensp">Partie des conce/Épl’ans, ée. Frael> textcla

    (0l> br /aidée que lpensp">Anit l«/Mndis Âgel> textcla

    (0l> br /aidée que lpensp">Ortion d/Ortion drcl> textcla

    09l> br /aidée que lpensp">XXpermettent n/XXIriant:small-cnmoins el> textcla

    09l> br /aidée que lpensp">Partie des conce/XIXriant:small-cnmoins l> textcla

    09l> br /aidée que lpensp">iéeEs comml> textcla

    09l> br /aidée que lpensp">Anit l«/Mndis Âgel> textcla

    (5l> br /aidée que lpensp">United Ses ssl> textcla

    (4l> br /aidée que lpensp">Anit l«/Mndis Âgel> textcla

    (3l> br /aidée que lpensp">Brasill> textcla

    (s h2a

    (6l> br /aidée que lpensp">Tqxtillsl> textcla

    T Le Paunuaur os a> h2a

    p p

    Ointains reçusl> textcla

    Pen Fran par xt textcla

    Cestedirxt textcla

    Rardacpar xt textcla

    Soumis amb chanalalu par xt textcla

    Noue aoodiloriallsl> textcla

    Abion44 au/Vaux.xt textcla

    Mbel textcla

    s ntecel> textcla

    Croodilll> textcla

    Plliatives " idublicaesr xtpan cla

    p p

    Flux RSSxtpan cla

    p p

    Accentimreprl> iegvnd

    "e que lpan>" de lonat" namee lonat" /ass="num">28 Voirass=s=ebr /aiar qciale csuwd">Mot as>(2 iar q>

    csuword"e de csuwd" namee csuwd" /ass="num">28 Voirass=s=ebr /abuttmblcypelsubstel Sans,nentar

    Annotlu

    clasexfieldset>

    4tte"> deos">

    Affuffiesr s/ dee as d h2a <

    etnexe/itece/957/>deo-INHA- si120.png" width d120e,height d28e,/a textcla

    etnexe/itece/958/cnrs.png" width d70e,height d70e,/a textcla

    Deuxcelnaiss srcociteces/>deo-revufs-oer.png" /a textcla <

    <

    P7, rl’ts="te – rravaux d2019s r exem, cité n.fr17, I, fr>Croodilll> te  – rravaux dhttp://jcelnais.oeeie iucti.oer/peret les f/? ass=back nd">Flux cheyndicaesr textp> <

    Nosstadhur octu quOeeiE iucti >celnais="te – rravaux dhttp://www.l col.oer/l>Éd«itecte col="te – rravaux dhttp://jcelnais.oeeie iucti.oer/peret les f/l col/l>Accentien Fré d textp>">4tte">4tte">">/java cripes srcocjs/j1689.jss r/ cripe>">/java cripes srcocjs/es dti.min.jss r/ cripe>">/java cripes>// rchitect= { // Widgets strWidget: { es sst: "Tait pluuniqxtel:e profesuet e", es s : "Tait pluuniqxtel:esuet e", me ium : "Tait pluuniqxtel:enpeutle", pdnel : "Impdnm ui-m2ectionne" }, // Zoom iteces strTqxtIns,: { atsvpan c: "Psieuécomp", nan>pan c: "Sé de ", clotean c: "Fque r", orinateuc: "Orinateu", magtsuy c: "Asuet ir" }, // Drie, strAperna: { it uss="foots : "It uss="foots" } }; //]] r/ cripe>">/java cripes srcocjs/fallybox/j1689.fallybox-1.3.1.pack.jss r/ cripe>">/java cripes srcocjs/uperna.min.jss r/ cripe>">/java cripes>//Cispeut s te' ); jQ689( '#dit dby li' ).css( "anerat","1em 0e,); } } }); > < cripe typelpan>/java cripes> var>_paqt= _paqt|| []; >nk ui dehods like "setCussomDcoursunel sh uld b ut pd bfdoui"np>nkPeceView" >nkPeceView']); >nking']); >u dhttps://pk.ls onao.oer/l; span c_paq.push(['setTp>nk uUrl',2u+'pk.php']); >d=ectionne, g=d.createEe sa c(' cripe'), s=d.getEe sa csByTagNams(' cripe')[0]; >/java cripe';cg.aeync= pue;cg.defer= pue;cg.srcou+'pk.js';cs.pats tNe d iogutBfdou(g,s); >> ">/java cripes srcochttps://sle uc-orinat.oeeie iucti.oer/oeeibarre/js/eao.js?date=">(4-12-01s r/ cripe>">/java cripes srcochttps://sle uc-orinat.oeeie iucti.oer/js/j1689.jsonp-ls sst.min.jss r/ cripe>">/java cripes>r!-- >d ) { span ccccccc$.getScripe(chttps://sle uc-orinat.oeeie iucti.oer/js/fallybox/j1689.fallybox-1.3.1.jss, fucquér() { span can ccccccc$('a.iframs').fallybox(); >nkPeramsrar: 'ut b>nk', span cccccccsucogsp: fucquér(data) { span can ccccccc$('# hdata').html('rimg srcoc'+data.favi, +'s> Travaux d'+data.url+'s>'+data.name+' te'); >sign in te'); >").html("idée que l\"cookidpan>\">Es-condté de vors jnavie par lmentccheitdnsaiu Vaclabez l'uti prt-êtraitabokids.,rravaux \dhttp://www.oeeie iucti.oer/6540\">Es-s d’iscla text idée que l\"clotecookidtlert\"ext ").vttr("ids, "cookidtlert").voilndTo(" "); $("a,.clotecookidtlert").click(fucquér() { vnservpDatet= new Date(); rvpDate.setTcou(rvpDate.getTcou() +2(365 * 24 * 3600 * 1000)); ectionne.cookidt= "__cookidtlert=1;rvps d =l +2rvpDate.toGMTSt () +2";iienne=.oeeie iucti.oer;path=/l; $("#cookidtlert").remove(); }); } }); >4t cripe>">p p m clasp clas < m OeeiE iuctixtpa < mul id="tociubsenujnav-toggee-sh w"> clasp clasasp clas < < mcla

    clasp clasasp clasasp clas < < < mclamravaux dhttp://bookl.oeeie iucti.oer">idée que lpensp">OeeiE iucti Bookll> Livrfsoeinscie lehuMai">DeuxEs-s d’iscla textcla

    clasp clxtcla

    celnais="

    clasp clasasp clasasp clasas < < < mclamravaux dhttp://jcelnais.oeeie iucti.oer">idée que lpensp">OeeiE iucti >celnais=" Revufsoeinscie lehuMai">DeuxLesEs-s d’iscla textcla

    clasp clxtcla

    idée que lpensp">C penda=" Annoe lescitnft pls textcla

    Accé "#ftlatennoe l textcla

    Es-s d’iscla textcla

    clasp clxtcla

    idée que lpensp">Hypothèses=" Carne Parisre dr d textcla

    C > clasp clxtcla

    clasexte"> clasasasas < m clasp clasasp

    clasp clasasp clas < < mcla

    Lett e S'abion4r6às, 1 ae 156"'OeeiE iuctixtpan cla

    idée que lpensp">Alertes6& tbion44 aus=" Accé "#ftliborvic textcla

    clasp clxtcla

    clas

    clasp clasasp clas < < m peu acpar d//se 201.oeeie iucti.oer/" dehode get"> clasp clasasp clasclas < < asmfieldset>

    clasp clasasp clasasp clasclas < < as "e/ass="num">28 Vom clasp clasasp clasclasp clasasp clasclas < < as 28 Voiriar qciale thejcelnairadio"> ’exérevuf2 iar q>

    asclasp clasasp clasclaseinput typelradio"e de oeeie iuctiradio"enamee ul" lalus d" /> iar qciale oeeie iuctiradio"> ’eOeeiE iuctixtiar q>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclas < < as < Re dr drl> buttmb>

    clasasasasexfieldset>

    clasexte"> clexte"> exte"> clas m clasp clasp clasas

    clasp clasasp clas < < < as < In peut-êts

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    Tent l:extt>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    dd> clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    Es-bauxl:extt>

    28 Voirp Revuf préFran e mulsniqxteas riatives mentionnissue dsllerèoriran par sllerèenjelatet Or pivesfoots ècl>pm

    dd> clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclassssssssssssssssssssssssl>dt> clasasasasp clasasp clasclasxtcla

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclassssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    E iuispl:extt>

    dd> clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclassssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    Suoir Tl:extt>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclassssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    E ISSNu:extt>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclassssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    ISSNuimpdnméu:extt>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssl>dt> clasasasasp clasasp clasclasasxtcla

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssss

    Accèsu:extt>

    clasasasasp clasasp clasclasp clasl>dt> clasasasasp clasasp clasclasasasxtcla

    clasasasasp clxtcla

    clasasasasp clasasp clasclasp clasasp clasclasssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

    Cit ui-mts eéféfin dxtpan cla

    clasasasasp clp class=etilam!-- /DOI / Rfré fin dse--> < clasasasasp

    clasp clasasasasp

    mravaux dhttp://twit2lu.com/ihar?iqxt=%3C +xml%3A7, I%3D%22fr%22+7, I%3D%22fr%22+dir%3D%22ltr%22%3EDu+ma%C3%AEtre+d%E2%80%99%C5%93t et+odyf%C3%A9+%C3%A0+l%E2%80%99 ce%C2%A0%3A+l%E2%80%99 rc...&url=&via=OeeiE iuctiA hr"e que lpwit2lu buttmb-w vol>< Twit2lul> textcla

    mravaux dhttps://www.fac book.com/iharr.php?u=%3C +xml%3A7, I%3D%22fr%22+7, I%3D%22fr%22+dir%3D%22ltr%22%3EDu+ma%C3%AEtre+d%E2%80%99%C5%93t et+odyf%C3%A9+%C3%A0+l%E2%80%99 ce%C2%A0%3A+l%E2%80%99 rc...&menspane que lcc book buttmb-w vol>< Fc bookl> textcla

    mravaux dhttps://scla.googee.com/ihar?url=%3C +xml%3A7, I%3D%22fr%22+7, I%3D%22fr%22+dir%3D%22ltr%22%3EDu+ma%C3%AEtre+d%E2%80%99%C5%93t et+odyf%C3%A9+%C3%A0+l%E2%80%99 ce%C2%A0%3A+l%E2%80%99 rc...&menspane que lgoogee buttmb-w vol>< Googee +l> textcla

    clexte"> clasas clasp clasas < m de hdata">exte"> clexte"> exte"> cl mbuttmblid="toci, s i, -pav"> buttmb>

    " vaux dhttps://sle uc-orinat.oeeie iucti.oer/oeeibarre/css/ie_oeeibarre.css">

    4tte">"> >