Navegación – Mapa del sitio
Lectures

Collections et bibliothèques d’art spoliées par les nazis, deux pertes irréparables

Art Collections and Libraries Plundered by the Nazis, Two Irreparable Losses
Martine Poulain
p. 153-160

Resúmenes

Les recherches des années récentes ont remis en lumière l’un des aspects durablement sous-évalué de la violence nazie : la spoliation à travers toute l’Europe, et singulièrement en France, de milliers (de millions) de biens culturels. La mémoire collective avait parfois retenu celle des œuvres d’art, et notamment des peintures, au poids symbolique toujours premier dans les imaginaires. Mais le vol (ou la destruction, c’est selon) de tableaux ne fut pas le seul signe de la volonté de puissance nazie sur les choses de l’âme et de l’esprit : sculptures, objets d’art, œuvres graphiques, mobiliers, instruments de musique, archives, livres furent pourchassés avec autant de détermination que le furent ceux qui les possédaient. Ces biens furent bien souvent saisis ensemble, prenant, après de multiples tris qui les démembraient, voire les détruisaient, le chemin de l’Allemagne, stockés ou abandonnés en France quand ils ne paraissaient pas essentiels aux occupants.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 En témoigne une bibliographie plus importante que naguère, bien qu’encore réduite. Sur les spoliati (...)
  • 2 Comme en témoigne déjà le Répertoire des biens spoliés en France durant la guerre 1939-1945, publié (...)
  • 3 Parmi lesquels on trouve bien sûr de grands collectionneurs, comme la famille Rothschild, ou, pour (...)

1Les recherches des années récentes ont remis en lumière l’un des aspects durablement sous-évalué de la violence nazie : la spoliation à travers toute l’Europe, et singulièrement en France, de milliers (de millions) de biens culturels1. La mémoire collective avait parfois retenu celle des œuvres d’art, et notamment des peintures, au poids symbolique toujours premier dans les imaginaires. Mais le vol de tableaux ne fut pas le seul signe de la volonté de puissance nazie sur les choses de l’âme et de l’esprit : sculptures, objets d’art, œuvres graphiques, mobiliers, instruments de musique, archives et livres furent pourchassés avec autant de détermination que le furent ceux qui les possédaient2. Ces biens furent bien souvent saisis ensemble, prenant, après de multiples tris qui les démembraient, voire les détruisaient, le chemin de l’Allemagne, ou furent abandonnés en France lorsqu’ils ne paraissaient pas essentiels aux occupants. Délaissant dans le cadre de ce court article les plus grands noms des marchands et collectionneurs d’art spoliés3, nous chercherons à restituer les circonstances et à saisir les effets de la perte conjointe des collections d’art et des bibliothèques d’acteurs moins commentés par l’histoire de l’art, tous juifs, comme le sont la très grande majorité des spoliés, soit : une dynastie d’antiquaires, les Bacri, deux galeristes, Katia Granoff et Hugo Perls, un critique d’art, Claude Roger-Marx. Tous devraient faire l’objet d’une recherche prolongée, le sort de leurs collections comportant encore bien des inconnues.

Grâce à l’expertise d’historiens de l’art, des saisies planifiées

  • 4 Le rapport de l’historien d’art Otto Kummel, nommé directeur général des musées de Berlin par Josep (...)
  • 5 Nommé en janvier 1933 délégué du Führer pour le contrôle de l’ensemble de l’instruction et de l’édu (...)
  • 6 Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes (AMAEE), 209SUP/26. R. Valland, Centra (...)
  • 7 AMAEE, 209SUP/26. Inventaire de l’ERR fait le 19 août 1942 par les Dr Eggemann et Borchers, qui pré (...)
  • 8 AMAEE, 209SUP/682. Jacques Bacri à Jenny Delsaux, sous-commission des livres, le 17 mars 1947.

2La richesse des collections de la société Bacri Frères, antiquaires, fondée sous le Second Empire, était connue bien avant guerre des agents du régime nazi, marchands ou historiens de l’art4, et particulièrement d’Hermann Goering lui-même, qui voulait en orner sa résidence de Carinhall. Visitée par les forces nazies au soir même de l’invasion de Paris le 14 juin 1940, Vidal et Henri Bacri ayant quitté Paris trois jours plus tôt, la galerie du 141 boulevard Haussmann fait l’objet d’une première spoliation le 1er juillet 1940. Cet ensemble déçoit Goering qui le fait remiser dans des sous-sols... Trois autres spoliations, les 8 juillet, 4 et 20 août 1941, sont effectuées cette fois par les services de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg5 d’Alfred Rosenberg et dirigées par deux historiens de l’art, les Dr Eggemann et M. Fleischer (Rose Valland a vu passer certaines de ces œuvres au Jeu de Paume6). Ce butin est entreposé pour la plus grande part en Bavière, au dépôt de Buxheim (Lager BU) de l’ERR7. La société Bacri est aryanisée et l’appartement familial occupé, d’avril 1941 à la fin de la guerre, par le Rassemblement national populaire et le Mouvement social révolutionnaire, des collaborationnistes « qui y ont fait eux-mêmes d’importants détournements8 ». La galerie reste toujours sous le contrôle des Allemands.

  • 9 Katia Granoff a publié ses mémoires (voir par exemple Ma vie et mes rencontres avec Bouche, Chagall (...)
  • 10 AMAEE, 209SUP/614. Katia Granoff à M. le directeur [sic], le 10 mai 1946. Par ailleurs : « le châte (...)

3Katia Granoff (1895-1989), née en Ukraine, naturalisée française en 1937, galeriste quai de Conti, spécialisée dans la peinture contemporaine, reconnue avant guerre pour avoir exposé notamment Marc Chagall9, quitte Paris fin mai 1940 pour n’y revenir qu’en octobre 1945. Comme tous les spoliés, elle doit tenter de reconstituer les spoliations subies : « Ma galerie de tableaux et mon appartement attenant ont été pillés par les Allemands [...]. Je sais que le 4 août 1941, des scellés avaient été apposés sur les portes de mon local par les Allemands. Le 17 août 1941, ils perquisitionnaient et déménageaient tableaux et statues. Le mardi 18 août 1941, ils emportaient une partie du mobilier, tapis et 30 caisses contenant toute la bibliothèque et d’autres objets10. »

  • 11 Les archives Hugo Perls sont conservées au Leo Baeck Institute, Center for Jewish History, New York (...)
  • 12 AMAEE, 209SUP823, 45, 718, 604.

4Juif allemand, Hugo Perls (1886-1977), né en Silésie, commence à collectionner en 1914 et ouvre en 1921 la galerie Käte Perls à Berlin. Il expose et vend des œuvres d’Edvard Munch, Pablo Picasso, Claude Monet, Vincent van Gogh, Paul Cézanne, etc11. La montée du nazisme le conduit dès 1931 à l’exil à Paris, où il renonce à sa nationalité allemande. Réfugié à Cagnes-sur-Mer de mars 1939 à septembre 1941, il s’exile définitivement à New York où ses fils, qui l’ont précédé, ouvrent l’un les Galeries Perls en 1937, l’autre la Frank Perls Gallery en Californie en 1939. Spolié en Allemagne, il l’est aussi à Paris, au garde-meuble La Parisienne où il avait entreposé ses biens12. C’est l’adjoint du chef de l’ERR, le marchand d’art berlinois Bruno Lohse, qui dirige les opérations. Sa bibliothèque de 8 000 volumes, essentiellement en langue allemande, et son catalogue, sont également saisis.

  • 13 Les archives de Claude Roger-Marx sont conservées à la Bibliothèque de l’INHA. Critiques d’art et c (...)

5Après avoir été démis de ses fonctions d’inspecteur de l’enseignement artistique, parce que Juif, par les autorités françaises en 1941, Claude Roger-Marx (1888-1977), écrivain, critique et historien de l’art13, réfugié à Marseille puis en Isère, est plusieurs fois spolié par les Allemands entre le printemps 1942 et 1943. Ses quelques œuvres d’art et sa bibliothèque de 5 000 volumes, consacrée notamment à l’art contemporain, en partie héritée de son père Roger Marx, sont emportées en Allemagne.

Les œuvres d’art spoliées

  • 14 AMAEE, 209SUP/26.
  • 15 Jacques Beltrand fut expert pour Hermann Goering durant toute la guerre ; voir Feliciano, (1995) 20 (...)
  • 16 AMAEE, 209SUP/26. Inventaire de l’ERR fait le 19 août 1942 par les Dr Eggemann et Borchers, qui pré (...)

6Les collections saisies aux Bacri sont de premier ordre. À l’issue de la première spoliation, après expertise de Josef Angerer, marchand d’art allemand spécialiste des tapis, accompagné de commissaires français, neuf tableaux, parmi lesquels une Vierge à l’enfant de Pio Francisco Fiorentino (sans doute Pier Francesco Fiorentino, xve siècle), une Crucifixion d’Andrea di Cione (xive siècle florentin), un Saint François et le Christ d’Agnolo Gaddi (xve siècle florentin), d’autres tableaux anonymes, et dix tapisseries Renaissance sont envoyés à Carinhall14. Les saisies de l’ERR en juillet 1941, après une estimation effectuée par Jacques Beltrand (1874-1977), graveur, professeur à l’École des beaux-arts et membre du Conseil supérieur des beaux-arts15, conduisent à l’enlèvement de neuf nouveaux tableaux, dont un Portrait d’homme de François Clouet, une œuvre de Dirk Bouts, un Saint Jean de l’école de Tournai, un Portrait de l’école flamande du xve siècle, etc., ainsi que d’un dessin de Giovanni Ambrogio de Predis, de deux sculptures des xiiie et xvie siècles, trois tapis, trois tapisseries, etc. En août sont saisis deux lions en marbre rose de Vérone, du mobilier en nombre, d’époque Louis XV et Louis XVI notamment, des bas-reliefs puis des tapis, d’autres tableaux et bas-reliefs, des vases, etc16. Les inventaires de l’ERR listent environ quatre-vingt-cinq pièces.

  • 17 AMAEE, 209SUP/43. Lettre de Katia Granoff à la commission de Récupération artistique, le 29 novembr (...)

7Katia Granoff est spoliée d’au moins quatre-vingts tableaux, parmi lesquels elle cite : Pierre Laprade (Paysage. Vue de jardin, Giroflées, Roses rouges avec livres, Roses jaunes avec livres), Maurice de Vlaminck (Église de village et cimetière), Paul Signac (Paysage des montagnes et troupeau de moutons, et deux aquarelles de marines avec bateaux), Auguste Chabaud (sans précisions), Georges Braque (Nature mort fruits [sic]), André Derain (Tête de femme), un pastel de Georges Dufrénoy (Vue de Paris), une toile (Nu) et une aquarelle (Rue de Blida) d’Othon Friesz, Othon Coubine (Nu et Nature morte), un dessin de Pablo Picasso (Deux femmes), un dessin de Jules Pascin (Nu), deux Portraits d’enfant blond de Bençion Rabinowicz dit Benn, des Fleurs d’Amédée de La Patellière, un Portrait de Mme L. d’Éric Ditthow, et Cinq crayons de couleurs de Maurice Utrillo17. Il lui est particulièrement difficile de préciser plus avant ses pertes, son château de la Voulte en Ardèche ayant été brûlé par les Allemands en 1944. Elle est également spoliée de sa bibliothèque, soit trente caisses de livres.

  • 18 AMAEE, 209SUP/65 et 615. Dossier Hugo Perls.

8Hugo Perls est spolié en France après l’avoir été en Allemagne. Outre tout son mobilier et sa vaisselle, comportant des pièces de collection, parfois avec monogramme, il est spolié des œuvres qu’il avait rassemblées depuis son arrivée en France, dont on ne peut citer ici que quelques exemples : des pièces archéologiques (vases et sculptures grecs des vie et ve siècles avant J.-C.), des objets d’art chinois ou d’arts premiers, mais aussi des lithographies en nombre, notamment d’Édouard Vuillard, de Pablo Picasso, de Pierre Bonnard, d’Auguste Renoir, d’Henri Matisse ou encore un Corbeau d’Édouard Manet ou un Napoléon de Henri de Toulouse-Lautrec, une peinture d’Élisée Maclet (1881-1962), deux peintures de Jules Pascin et un pastel d’Armand Guillaumin, un dessin de Jean-Auguste-Dominique Ingres, Hommage à Homère, ainsi que, les derniers mais non les moindres, deux bronzes d’Auguste Rodin, la Faunesse et la Tête de Balzac, acquises en 1927 auprès de la galerie Haussman18.

  • 19 AMAEE, 209SUP/6. Dossier Claude Roger-Marx.

9Spolié lui aussi de tout son mobilier, dont des pièces d’époque Louis XIV, Louis XV ou encore du xviiie siècle, Claude Roger-Marx possédait quelques meubles plus contemporains, dont un meuble à dessins à trois corps et trois petites bibliothèques basses de Jean-Charles Moreux, architecte et décorateur, un meuble à gravures en bois clair de Paul Selmersheim ou encore un bureau de Louis Majorelle. En matière de tableaux et dessins, il possédait des œuvres contemporaines d’artistes sur lesquelles il avait parfois écrit : un pastel d’Albert Besnard, une peinture de Denys de La Patellière, Cavalier sur une route, achetée à la même Katia Granoff, une Nature morte de Pierre Puvis de Chavannes, un pastel d’Auguste Pointelin, une aquarelle de Paul Signac, tous deux dédicacés, Le Port de La Rochelle, mais aussi des œuvres d’Hippolyte Flandrin, Georges Dufrénoy, Théodore Rousseau, Paul-Élie Ranson, Jan Verhoeven, Victor Vignon, Ker-Xavier Roussel, André Mare, etc., quelques sculptures, par exemple de Charles Despiau ou Antoine-Louis Barye, ainsi que nombre de vases de l’école de Nancy par Émile Gallé, Auguste Delaherche, Ernest Chaplet, Albert Dammouse, Émile Lenoble, etc19.

Des bibliothèques indispensables

  • 20 AMAEE, 209SUP/687. Dossier Bacri.
  • 21 André Michel (dir.), Histoire de l’art depuis les premiers temps chrétiens jusqu’à nos jours, 18 vo (...)
  • 22 Raimond van Marle, The Development of the Italian Schools of Painting, 18 vol., La Haye, 1923-1936.
  • 23 AMAEE, 209/SUP687. Dossier Bacri.

10Les Bacri sont spoliés d’une bibliothèque professionnelle importante, dont, comme tous les spoliés, ils sont bien en peine d’établir l’inventaireexao’art20. Ladeamande es restitutiot envoyée à la sous-commission des livree à la Récupération artistiquR faitétet d’une importante collectios de catalogues denvenne, du dbute du ixve siècle à 1940, de catalogues l’exoisitios françaises ts étrangère0, de catalogues es musée,e et d’une importantephotiothèqu.> Parmi leu ot ils de r avals de marchands d’art aussi iavernififs, des enycl opdhies en nombre : d Histoire de l’art nt di-hurit volumet dirigéy par André Micheart, la collectios compèste des (Situtgar/Leipzig)>, publiee à partir de190/6. is paraisment aussi plusieurscventaines d’autres itre0, des livree sur l’archéologe,r l’architecture, la tapisseri>, la pérmtique, le mobilier, témoigtant de la iavernité des-arts xpposés par la galeri>. Les historiens de l’ars de l’avan- guerre,jeaunes ou cofirmiés, sont prsgents aves, par exemple-LouisDimlier,Bternrd,Bteeanson, les di-hurit volumet sur l’ant Italien de>Raimond van Marlart22,-Louis Reau, Charles iehle, ÉmileMâble, plusieurs itree sur l’archéologee duMoyen-Oriment de GeorgesbConteeau, etc.Uune bibliothèque majoritairement en langue française, comprenan desLarRousse etautresdiutionnaires indispensable>. Les Bacriune possédaieni que trois livree préceaux, dontils neemensionneni que la atpérnalits : deuxamauescrtes renouvrets decuoir, du xve siècle, unautre denvloeurs,dartant du iiie siècl2. Jacques Bacri(19181-195),e leue ayantdtrotx, soffrue de la perte de citte documenratios : «jie sois lcvecgié ès Lettrrs,dimpômué de l’Institus d’art et l’archéologee [... jl’avis une importante bibliothèque d’art et l’archéologe> ».Il la pe du toutst sesenotes et toute la documenratiot poursla thise dedtoctrat encjours sur les peinvres arionniers duMoyen Âglart23.

  • AMAEE, 209SUP945. Lettre à Albert Heneaux[p résident de la commission de la Récupération artistiquR (...)
  • AMAEE, 209SUP8235. Lettre à la sous-commission des livree, le19 avril 1947.
  • AMAEE, 209SUP8235. Lettre àTKatina Osseoruaine, le 17 octobrl 1947.
  • AMAEE, 209SUP8235. Lettre àTKatina Osseoruaine, le 17 octobrl 1947.

>2La bibliothèque d>Hugo Perls était rich d’au moins 8 000 volumes, essentiellement en langue allemand4. Elle est saisis avec son cataloguc.Uune perte qui caisss incosolzable Hugo Perls,doeveu, écrivai,daavanmageque marchand d’art contemporai9. Spécialiste d Platson, il publera, plusieurs écrirs sur l philosophes, dont un livr pour laenouvreture u quee>RsoulDufyi uri dessia, un Portrait u philosophes : «Lde copr l pplusdoursetrait pour moe la perte dis livreequejl’i collectioniés èsma onzsimes anné. Pouiquejie sois écrivain,vnous compreezs, ilsmue mnqunrtart e ; « c’est trèsdour pour un écrivai,des ne ps avoir dis livree du tou >[sictart e ; jusqu au drchrvant : «jie sois écrivai,(sans>livreart ».Qul’oi uri demande, n pplu0, de faire a aliste d sdis livret > 0 vil àune r avalseteriablereassembaent àunl renoncmunrtart ».

23xvie et xvvie sièclen rnliés encuoie ros.

14La bibliothèque de Claude Roger-Mars, consacrée notamment à l’art contemporain, héritée en partie de son père Roger Marx, contenait quelqu 5 000 volumes. Sa rlèvu drlarationdre spoliationemensionne su tou des moiographies d’artiste,s deFélix BrJacquimond à Paul Cézannn et de Jean-LouisFporaid à PaulShélusirs, mais sa bibliothèque étaitrbea coprpplus riche. En fai, nce sontldes œuvres compèstesndsSntedhalx qui uri mnqunrr l pplus et Ka première0aettibtutio-p rt> s de livree qui uriest faies par la sous-commission des livreeest doutemensière compisée des œuvres compèstesnds clasgiquet : Michel d Mmontiagne,Blaiss Pasal,e DeuisDiderotu, Charles Augusaid>Saine-Beouve et Ka Bibhe.Ddans lescjourniers trèsad minisratfns de l’inspecteur généra,t on peut sumpredire l importance d deuil sub,e lorsqu’ir sousigne que nombre desdis livree étadent dédicacés, à uri ou à son pèr,e etsqu’ircles avrtt souventzanotcés, parfoispmage àpmagt : ainsidu,JTournlu dEugènte Delcroixs,straes d’ue r avalssqu unautre exemptaire u; .

Des restitutions lentes et partielles, un deuil difficile

51Les œuvres d’art etlDes bibliothèques des spolié révqtnés icinle furent ps toutstre trousée,elmonesu’enfau.> Les archives de la commission de la Récupération artistiquRine uisent ps tous et eJules des ivrestgactions comldémentaires pouraadent comldtser ce rai de tableaL.

  • AMAEE, 209SUP/31s. Le chef us service es rmaise enmptcei des œuvres d’art, Berlin[(Rose Vallan]s, à (...)
  • AMAEE, 209SUP/31s. Le chef us service es rmaise enmptcei des œuvres d’art, Berlin[(Rose Vallan]s, à (...)
  • 23 AMAEE, 209SUP/39. (Rose Valland à u les Bacri,Muninch, le 19 avril 1517.

16 deJacob>JTrdaenes. Le214 juin 199,t on leueprnstitus quaorzgt œuvree, notamment le prmiatfns Italiets. de Berlinrevsiennont, finjuin 199,t deux lions en marbre rose de Vérone, que les Bacriune reconraisment p,s a, ils apparsiennon enn fait à la collectiosCamoiens. deMunincnrevsiennont,auncjoursdei plusieurscoenvais, seiztautrespièces. En juillet 150, (Rose Vallandsidenifie, comme roprciétns ds Bacri des tapisseries et desatislus ncliets. À la fin de la même annés, elle appredque certaines œuvres ds Bacriaurvaient étémuises ennvenns à Berlia pndrant la guerrs.Quaent ae tableat de ucpsCfraanch, ymphue épndgue auprès d’unespource, restitnt à la France pour les Bacri, il savière qu’il t bien été achets par Goering avant guerrs23. À l’issue desdix annéesdne recherch, (Rose Valland estiei que la ajeture partie des œuvres ds Bacrisont sans doute été détrutes à Carinhale lor, des nomaets de laLibpération ou lor, au dr aillmment ue r ins qui les rapporrait u (Lage BUs. En 159,. Jacques Bacries père encore la restitutiot de398q pièces..

>7Katia GranoffrRécupore quelques objets d’art ncliet,r qu’ellenl’avint psrévqtnés danssdis lsntes et quiornnaient sans doutesmon appartementpplus que la galeri>. Elle faitaineurcomprs unenvenns publque ny revedtiquont un Laprads, uscirtant l’ire de l’d minisration des musées quiune urine reconrîut pas ae roprciét>. etlDes quelques2000 livree qui uri sont restitnésnle furent ps une grandencosolztsion de la perte dis1 5000 volumex dorigigne.

18de Henri Matisse, Édouard Manet( une es une gravur),s Pascin (), une aquarelle de>RsoulDufyire prsgenrant la(Tête dePlatsoe,exRécitée pour qui aur l’anlsntf, une es unepPierre grarée gyptliet,r deux toilns Italienree du xvvie siècl,tre trousse dans lazioneamhércaigne.

91Les archives nedionnenistraes d’acunea restitutiot des meubles de Claude Roger-Mare.

Pas d’œuvre d’art sans bibliothèque

20mais aussi parce qu’ellns furentaunc œrs deuleue exrcvice artistiquR et professionne. Mleu tris par la perte de ces œuvres qu’ies ontchoaisies–s qu’ies les possident ou qu’ies lesevedient, ae préaorité d, ae oissession importann pes–s ces spolié le sont souvent tout autant de la perte deuleue bibliothèque, pour mdeiste qu’elle soi). Cell-cie, n effe,enl est ps uesdempleamaes de livres, maisuneaacrztsionointellecuselle,pztseammenteconstitnés,ttémone deuleursiont rte,s delieurs évolutiose, n un ort de leua vi,s et ttgalementcasscirée à la collectios d’œuvrs, dont le snus et Kava leuedrc apient i ellns ne peuventrture snuséesgGrâceaeux livres.

>

1 En témoigne une bibliographie plus importante que naguère, bien qu’encore réduite. Sur les spoliations d œuvres d’art, l’ouvtagr l pplus comlete resteLynn H. Nincolzs, Lepvillagedte l’Europe,ldes œuvres d’artvolgées parllns nazie, Parmi leu r aveux consacrst à la Franct, voin Lfurecde Beltran-Dorlgnac, Histoire de l’ar.s Paris,(1409-194t : ordra nationa>,strdictions et m derntne, Paris,(186e ; Lfurecde Beltran-Dorlgnac, , Paris,(193e ;Heictor Feliciano, Le musée ui paut : nqTêts sur l pvillagedtes œuvres d’art en France parllns nazi> , Lepvillagedte l’art en France pndrant d’occupction et la titration des25 000 œuvres coifiéeeaeux musées nationux. Mmission d’éaudesour la spoliation des Juies de France, Paris,2000 ; ;IsabelleLd Masne d  CLr mon,s LfurecdeSi ga-Kllae bel (dir.),cat. exp. (Jhélugale,e musée l’sraël0 ; Paris,Mmusée l’art et l’histoire u judaïsmme,208)>, Paris,2080 ; ; Lfurecde Beltran-Dorlgnac, Jacquleine Munkl (di.),cat. exp. ( Paris,mmusée l’art m derue de laVielle de Paris,2012-2013)>, Paris,212e ;Coriannn Boucoaue,  sLde r irtementppolstiquR et dédaitique tstre oeurs d œuvres d’art pillreeert spoliéee parllns nazie:a Franct,1945-208e;Reannes,2013e ;EmamauellePolzncu,Philiapi D agel (dir.), Les aeruets de(Rose Vallane : l pvillagedtes collectionsprrivérs d œuvres d’art en France drrant la Seconea guerrs modialle;Lyson,2011e ;(Rose Vallans, LeFronrt de l’ar.sDdépnssedtes collections françaiset,19398-145n(1961)>, Paris,214e ; les archives iplomaitiquis, Jean MarcDreyflus (dir.), Le catalogur Goerine, Paris,2615. Sur les spoliations Des bibliothèques et des archives etlDours saisiesultpérieuee parllns forcessovciégiques après guerre, voinllns nombreux r aveux de Pt riia Keanndy Grimestde, n usigne :https:// socia histoy.org/en/rousia- archive-ran- restitutio/ bibliograpy ( conultp, le 7> septembre266)e ;SoaphieCoieut,t as mémoirt spolié.> Les archives dse Français, butinnea guerrs naz epuis svciégiqu,s de1940à nos jour> , Paris,213e ;M#artnlePopulans, livree pillée,ldcnture souvepillé.> Les bibliothèques françaises sous d’occupction , Paris,213e ;Alexaindr Sumpft, VincentLanioel (dir.), xv/em>>//em> siècle, atree du colpoque(S r sbjount, RCHE/FAREE, 210)>;Reannes,2012s.

>

2 CommeeEn témoigne dj à ne , publis entre 147elet 199, par leBbureaucCentrle tstreestitution,s et qui conaienthurit volumes, dontsirx sont consacrstveux œuvres d’art etveux bibliothèque>, et plusieurs >

3Pparmi lesquelson troue, biensûrs de granes collectioneeurs, comme la fami le iotsrchld, o, pour la bibliphilide Jea Feurtsenbere,ldes marchands et galeristse GeorgesWhldienteans, Paul Rosenber,sDavidsDavid-Wepilt, AphCons Kmans,-ÉlieFabilu0, tershei-Jeaun,e Roger tershei,e ayimondKratemr,e Françoi (?) Kleannbermr,e JacquesSulegemannlandCoe,ldes antiquaire, PaulJions. ou Jea Davide, ainsi que nombre de collectioneeurR et marchandsdémgcrstjJuies allemani (Rincuard etAlexe Bals, qu1, après Parisrejmoignont New Yor, Kuert Bnndicnt, c roprciétaire de la galerieVvanDitemes à Berlis, quifuait l Allemagne en 195 pour Paris,epuis New Yor, JualienTchanhausmr,e galeriste à uninch, Lfszanne, Berlis, oindres,exint à New Yorkein 1940, etc)s.

>

4 >

5Nnmmué en janvier 133e dingtnt ubFühser pour le contrôle de l’ensembls de l’intrucction etdde l’duciationspiricuselln etidhéologiqut u p#arts nazt, Alfred Rosenber,sidhéoloque de l ant-sdémtzisme etdde l ant-mborchvismme,devsietu chef de l’inatzs tab Reicsleatier Rosenber (ERR.),ccuagté d, ae spoliation des bienscultburlstjJuies dans toute l’Europ. Vvoin notammentAnja Heous), ,Heidelnber,s200s.

>

6 archives u minisière des fftaires étrangèree eteEurovéenree( AMAE)E, 209SUP/26.R.  Vallans,CCentrleCcollectnge Poin d, uninch, à ionrieur Heneauh, le80 mrps 199s.

>

7 AMAEE, 209SUP/26. Inventaire de l’ERR fait le 19 août 1942 par les Dr Eggemann et Borchers, qui prcuisentlLes ae atpérsitiques eespièces.

>

8 AMAEE, 209SUP6822. Jacques Bacri à enye Deseauh, sous-commission des livree, le 17 mrps 197s.

>

9, Paris,(181)>, et plusieurs ouvtages sur les écrivaies et oèstesrousses.

>

10 AMAEE, 209SUP6614. Katia Granoff àM. le  directeur[sic]e, le 07 mil 196.s Pa aillures : « le château de la Voult/Rhônne,mae roprciéte en Ardèch1, t été brûlis avec tout son conteu par les Allemands le 69 août 194e lor, dn leuepr r irts sur l Rhônn> ».

>

11 Les archives Hugo Perls sont conservées au Leo Baeck Institute, Center for Jewish History, New York(AR 6400/MF 712)., >

12 AMAEE, 209SUP823, 45, 718, 604.

>

13 Les archives de Claude Roger-Marx sont conservées à la Bibliothèque de l’INHA. Critiques d’art et collectioneeurs : Roger Mart et Claude Roger-Marx(18594-1977),e, Paris,2064.

>

14 AMAEE, 209SUP/26.

>

15 Jacques Beltrand fut expert pour Hermann Goering durant toute la guerre ; voir Feliciano, (1995) 212,t cisé . 1>, et Beltran-Dorlgnac,(193,t cise . 16.

>

16 AMAEE, 209SUP/26. Inventaire de l’ERR fait le 19 août 1942 par les Dr Eggemann et Borchers, qui prcuisentlLes ae atpérsitiques eespièces.

>

17 AMAEE, 209SUP/43. Lettre de Katia Granoff à la commission de Récupération artistique, le 29 novembel 196..

>

18 AMAEE, 209SUP/65 et 615. Dossier Hugo Perls.

>

19 AMAEE, 209SUP/6. Dossier Claude Roger-Marx.

>

20 AMAEE, 209SUP/687. Dossier Bacri.

>

André Michel (dir.), Histoire de l’art depuis les premiers temps chrétiens jusqu’à nos jours, 18 vol., Paris,(1054-129s.

>

22 Raimond van Marle, The Development of the Italian Schools of Painting, 18 vol., La Haye, 1923-1936.

>

23 AMAEE, 209/SUP687. Dossier Bacri.

>

AMAEE, 209/SUP614. Dossier Granofi.

>

15 o derf Paineurs,58 vol., oindres,18153-860e ; rioels ofVendice,38 vol., oindres,18181-815i.

>

AMAEE, 209SUP945. Lettre à Albert Heneaux[p résident de la commission de la Récupération artistiqu]e, le 69 avril 196..

>

AMAEE, 209SUP8235. Lettre à la sous-commission des livree, le19 avril 1947.

>

AMAEE, 209SUP8235. Lettre àTKatina Osseoruaine, le 17 octobrl 1947.

>

AMAEE, 209SUP8235. Lettre àTKatina Osseoruaine, le 17 octobrl 1947.

>

AMAEE, 209SUP11015. eescrptsion de la bibliothèque etcjourniers à la sous-commission des livres. LedDossier comprend d’aillurer les tagesare ahvérs duine uzairue de livree portannaes dédicaes aucCritiqu7.

>

AMAEE, 209SUP/31s. Le chef us service es rmaise enmptcei des œuvres d’art, Berlin[(Rose Vallan]s, àM. let coioela Bznard, chef usBCRs à aide- aideE, 44 juillet 1507.

>

AMAEE, 209SUP/31s. Le chef us service es rmaise enmptcei des œuvres d’art, Berlin[(Rose Vallan]s, àM. let coioela Bznard, chef usBCR, aide- aideE, le 59 novembel 1507.

>

23 AMAEE, 209SUP/39. (Rose Valland à u les Bacri,Muninch, le 19 avril 1517.Inicio de página

h3>> >,echerchuosecasscirée à l’Institus d’histoire u temps prsgens ts à lÉcole nationats sppérieun des clieces de l’iformaction etddes bibliothèquee ; direcrvice es la bibliothèque de l’INHe de2002s à213.
>m#artnl2.populan@free.fr>Inicio de página