Navigation – Plan du site
Débats

L’histoire de l’art à l’aune de la fiction. Pour une extension du domaine de la recherche

Une discussion entre Mark Ledbury, Krista Thompson, Pierre Wat et Olivier Weller, menée par Anne Lafont
Anne Lafont, Mark Ledbury, Krista Thompson, Pierre Wat et Olivier Weller
p. 31-46

Ndlr

Les contributions de Mark Ledbury et Krista Thompson ont été traduites par Françoise Jaouën. La contribution de Krista Thompson a été relue par Maud Houssais.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Depuis une cinquantaine d’années, les transformations de l’histoire de l’art l’amènent parfois à se définir dans une rhétorique entérinant son infériorité disciplinaire et la conduisent, en conséquence, à s’approprier les outils et l’horizon de disciplines considérées plus surplombantes, plus englobantes, à l’instar de la sociologie, de l’histoire, et surtout – plus récemment – de l’anthropologie. Cette quête de fins ambitieuses qui n’appartiendraient pas à l’histoire de l’art en soi, et que celle-ci ne pourrait, a priori, ni couvrir ni investir par ses moyens propres, est une étrange conception qu’il faut interroger. En effet, redimensionner à la baisse notre périmètre de compétences m’apparaît non seulement injuste à l’égard de nombreux travaux actuels, mais me semble, de surcroît, une forme d’exonération morale des chercheurs qui ne se sentent pas tenus par une mission scientifique intrinsèque, à savoir : expliquer le monde depuis ses formes artistiques, hier et aujourd’hui, ici ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lafont, Mark Ledbury, Krista Thompson, Pierre Wat et Olivier Weller, « L’histoire de l’art à l’aune de la fiction. Pour une extension du domaine de la recherche  », Perspective, 1 | 2017, 31-46.

Référence électronique

Anne Lafont, Mark Ledbury, Krista Thompson, Pierre Wat et Olivier Weller, « L’histoire de l’art à l’aune de la fiction. Pour une extension du domaine de la recherche  », Perspective [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7078 ; DOI : 10.4000/perspective.7078

Haut de page

Auteurs

Anne Lafont

Anne Lafont est rédactrice en chef de Perspective depuis 2013 et rejoindra l’EHESS en tant que directrice d’études à l’automne 2017. Ses recherches portent sur la culture visuelle des empires coloniaux, sur les questions de genre dans l’historiographie artistique et sur les relations entre arts et savoirs à l’époque moderne. Son prochain livre, à paraître en 2018, s’intitule L’art et la race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières.

Articles du même auteur

Mark Ledbury

Mark Ledbury est Power Professor d’histoire de l’art et de culture visuelle au Power Institute, University of Sydney. Ses recherches sont consacrées aux arts visuels et au théâtre de l’Europe du xviiie siècle. Il est l’auteur de James Northcote, History Painting and the Fables (New Haven, 2014) ; Sedaine, Greuze and the Boundaries of Genre (Oxford, 2000) et a dirigé plusieurs volumes, dont Fictions of Art History (Williamstown, 2010).

Krista Thompson

Krista Thompson, professeure d’histoire de l’art à la Northwestern University, enseigne l’art et la culture visuelle de la diaspora africaine moderne et contemporaine, et la fiction et la méthode spéculative en histoire de l’art. Lauréate du prix Charles Rufus Morey (CAA), elle travaille à un ouvrage qui examine des notions de disparitions photographiques dans la Jamaïque coloniale et postcoloniale (The Evidence of Things Not Photographed) et à un livre sur Tom Lloyd, le recouvrement des archives et l’art africain-américain (Black Light).

Pierre Wat

Pierre Wat, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, est spécialiste du romantisme européen. On lui doit plusieurs ouvrages sur le sujet, Naissance de l’art romantique (Paris, rééd. 2013), Constable (Paris, 2002), Turner, menteur magnifique (Paris, 2010). À paraître : Pérégrinations. Paysages entre nature et histoire (Paris, 2017).

Olivier Weller

Olivier Weller est archéologue, chercheur au CNRS (UMR 8215, Trajectoires). Ses recherches concernent la Préhistoire du sel européenne, un objet disparu et pourtant indispensable. Depuis 2012, il s’intéresse à l’archéologie contemporaine et aux rapports entre archéologie et cinéma, fabrique des images, mémoire et patrimoine à travers la fouille des décors cinématographiques de Peau d’âne (J. Demy, 1970).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals