Navigation – Plan du site
Lectures

Les manifestes artistiques en quête d’historiens de l’art

Artistic Manifestos in Search of Art Historians
Künstlermanifeste suchen ihre Kunsthistoriker
I manifesti artistici in cerca di storici dell’arte
Los manifiestos artísticos en busca de historiadores de arte
Antje Kramer-Mallordy
p. 177-184
Références :

 Birolli, Tjell, 2013 : Viviana Birolli, Mette Tjell (dir.), MANIFESTE/S, numéro thématique de la revue Études littéraires, Québec, Université de Laval, vol. 44, no 3, automne 2013, 163 p.

 Hjartarson, 2013 : Benedikt Hjartarson, Visionen des Neuen: eine diskurshistorische Analyse des frühen avantgardistischen Manifests, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2013, 408 p.

 Margel, Yampolsky, 2013 : Serge Margel, Eva Yampolsky (dir.), Le Manifeste : Entre littérature, art et politique, numéro thématique de la revue Lignes, Paris, Nouvelles éditions lignes/Belles Lettres Diffusion, no 40, février 2013, 167 p.

 Poole, Kaisinger, 2014 : Ralph J. Poole, Yvonne Katharina Kaisinger (dir.), Manifeste: Speerspitzen zwischen Kunst und Wissenschaft, actes de colloque (Salzbourg, KunstQuartier/Universität Salzburg, 2010-2011), Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2014, 199 p.

Résumés

En partant de l’installation vidéo Manifesto de l’artiste allemand Julian Rosefeldt, exposée en 2016 à Berlin, cet article cherche à situer le manifeste dans son double emploi : en tant que matériau artistique et en tant qu’objet de recherche. Les études récentes, surtout franco- et germanophones, témoignent d’une volonté d’enrichir les corpus de manifestes produits depuis la seconde moitié du xxe siècle dans les domaines des arts plastiques, de la littérature, de la danse, du cinéma, voire des nouveaux médias. Ce faisant, elles proposent des ouvertures épistémologiques parfois subjectives, tout en réitérant les débats plus anciens, dominés par les études littéraires, sur les critères de définition. Demeurée longtemps absente de ces débats, l’histoire de l’art pourrait permettre de dépasser ces discours de légitimation du manifeste comme objet d’étude, afin de nourrir le dialogue pluridisciplinaire par l’analyse de ses enjeux plastiques et historiques au sein d’une histoire sociale plus vaste.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

« After the Revolution, who’s going to pick up the garbage on Monday morning? »
« Always remember what Jean-Luc Godard said: “It’s not where you take things from – it’s where you take them to.” »

Aperçu du texte

En 2016, le musée berlinois Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart a présenté, sous le titre évocateur Manifesto, une installation simultanée de treize court-métrages, conçue par l’artiste allemand Julian Rosefeldt. Plongé dans la pénombre, le visiteur pouvait pénétrer dans un environnement audiovisuel dense, rythmé de hurlements, d’exclamations, de fragments de musique et de différents bruits, créant une nappe sonore, et qui s’unissaient à intervalles réguliers en une sorte d’incantation liturgique. En douze « tableaux », une seule comédienne interprétait des fragments issus de près de soixante manifestes d’artistes, allant du « Manifeste du Futurisme » de Filippo Tommaso Marinetti de 1909 au constat acerbe « Man is Double Man is Copy Man is Clone » que l’artiste américaine Elaine Sturtevant a formulé lors d’un discours « manifestaire » en 2004. Incarnés par des rôles aussi différents que ceux notamment d’institutrice, de punk, de chorégraphe, de SDF ou de scientifique, les diver...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antje Kramer-Mallordy, « Les manifestes artistiques en quête d’historiens de l’art », Perspective, 1 | 2017, 177-184.

Référence électronique

Antje Kramer-Mallordy, « Les manifestes artistiques en quête d’historiens de l’art », Perspective [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspective/7346

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals