Navigation – Plan du site
Cinéma

Le monde de Jia Zhangke

Un entretien avec le réalisateur de "Xiao Wu" et "Shijie"
Patricia R.S. Batto

Résumé

Jia Zhangke, né en 1970 à Fenyang dans la province du Shanxi, étudie d’abord à l’Ecole des beaux-arts de Taiyuan, avant d’entrer à l’Académie du Film de Pékin en 1993. En 1997, il obtient son diplôme et réalise son premier long métrage, Xiao Wu artisan pickpocket (Xiao Wu). En 2000, il tourne Platform (Zhantai) et, en 2002, Plaisirs inconnus (Ren xiao yao). The World (Shijie) est son dernier film.

Haut de page

Texte intégral

La réalité sociale est très présente dans vos films…

1Jia Zhangke – Depuis que je tourne, j’essaie dans mes films de suivre l’évolution de la société chinoise. Je suis né en 1970 ; pendant mon enfance, j’ai été témoin de la fin de la Révolution culturelle, puis du début de l’ère des réformes, des changements. Si l’on regarde l’époque à laquelle se déroulent mes films, le deuxième, Platform, se passe entre 1971 et 1990, l’histoire de Xiao Wu se situe au milieu des années 1990, Plaisirs inconnus autour de l’an 2000, et mon dernier film, Shijie, se déroule aujourd’hui. J’espère avoir réussi ainsi à filmer la vie des jeunes Chinois depuis la fin de la Révolution culturelle à aujourd’hui.

Pourquoi spécialement des jeunes ?

2Parce que ce sont les jeunes que je connais le mieux. Et aussi, parce que je trouve que la jeunesse chinoise est confrontée à de nombreux problèmes. La Chine est dirigée par des vieillards, qui ne font pas confiance aux jeunes. Aussi la jeunesse est-elle soumise à une grande pression. Je trouve qu’il faut prêter attention aux jeunes, à ce qu’ils ont à nous dire.

3Quand ils parlent, personne ne les écoute. De plus, ils ont très peu l’occasion d’exprimer leurs idées, de faire valoir leurs points de vue sur la société. C’est pour cela que je choisis de parler des jeunes dans mes films.

A quels problèmes pensez-vous ? Au chômage ?

4Non, le chômage des jeunes est un problème récent. Je pense plutôt à l’aspiration à la liberté, qui butte sur des limites. Un autre problème tient au fait que toutes les ressources économiques et politiques sont accaparées par une minorité ; c’est une injustice qui affecte l’avenir de toute la jeunesse.

5Par exemple, un jeune urbain et un jeune rural n’ont pas du tout accès aux mêmes ressources, leurs droits ne sont pas les mêmes non plus. Ou encore, selon la position sociale des parents, un jeune aura une vie plus ou moins facile. C’est injuste. Je trouve qu’il y a un problème d’accès aux ressources, une question de justice et d’équité.

Jia Zhangke : la société chinoise devient de plus en plus consumériste D.R.

Les jeunes ont souvent l’air désespéré dans vos films…

6Oui, ils ne savent pas comment s’y prendre. Ils sont perdus (mimang), complètement perdus.

Vos films sont proches du documentaire…

7Je fais aussi des films documentaires. J’en ai tourné deux, le premier est You yitian zai Beijing (Un jour à Pékin), le deuxième Gongzhong de changsuo (In Public). Mais une fiction et un documentaire sont deux choses différentes. Par exemple, les relations entre les gens, entre les individus, sont paradoxalement plus faciles à montrer dans une fiction. Il est plus facile de faire apparaître certaines réalités dans une fiction, elles seront plus authentiques. Mettons que je veuille filmer mes relations avec mes amis ou que quelqu’un veuille les filmer ; peut-être qu’on n’arrivera pas à filmer les véritables rapports, ils resteront insaisissables pour la caméra, les gens ne se dévoileront pas. Alors que dans une fiction, l’ordre des choses, la vie de tous les jours peuvent être filmés. La fiction est plus adéquate, plus juste, pour certains aspects, et précisément pour des dimensions de la réalité que je veux montrer.

8Quand on tourne un documentaire, que l’on veut évoquer certaines questions, les gens ne souhaitent pas forcément parler de leur vie privée. On risque de ne filmer que les apparences. C’est encore plus compliqué avec des gens ordinaires, or c’est eux dont j’ai envie de parler.

9Si je voulais faire un film sur les handicapés, je n’irais pas filmer de véritables infirmes.

Vous filmez souvent des laissés-pour-compte, des gens auxquels les réformes n’ont pas profité…

10La réalité chinoise contemporaine est multiple. Chacun est confronté à une réalité différente. Je cite souvent l’exemple d’une personne qui se rend à Shanghai : si elle s’y rend en avion, elle verra une réalité ; si elle s’y rend en train, elle en verra une autre ; en bateau, ce sera encore différent. Ne serait-ce qu’à travers le prisme des moyens de transport, la réalité chinoise offre de multiples facettes.

11Ce n’est pas que je ne connaisse pas la vie des nouveaux riches, mais la filmer ne m’intéresse pas. Au contraire, ce qui me touche, ce qui m’émeut et que j’ai envie de filmer, c’est la vie des gens ordinaires.

12Les Chinois ressentent les inégalités de manière extrêmement aiguë dans leur vie quotidienne. Ils connaissent les inégalités, ce n’est pas un secret, tout le monde est au courant. A l’heure actuelle, le plus fort sujet de mécontentement en Chine c’est cette fracture (fenhua) entre pauvres et riches.

13Par exemple dans ma province d’origine, le Shanxi, il y a de nombreuses mines de charbon, dont la plupart sont privées. Il y a souvent des accidents, beaucoup de mineurs meurent. Mais les propriétaires de ces mines peuvent être très riches, une famille peut décider d’acheter une voiture, ils vont en acheter dix d’un coup, une pour chaque membre de la famille. Tout le monde voit la vie qu’ils mènent et qu’elle est différente.

Dans vos films, on parle souvent le dialecte, et non le mandarin…

14J’aime les dialectes, il y en a beaucoup. On peut exprimer bien plus de choses en dialecte qu’en mandarin. Et quand les acteurs s’expriment dans leur dialecte – car il s’agit de leur langue maternelle, tout le monde apprend le mandarin plus tard –, quand les acteurs utilisent leur langue maternelle, ils sont très naturels. L’actrice Zhao Tao parle le dialecte du Shanxi, mais l’acteur Wang Hongwei celui du Henan, proche de ce dernier.

Wang Hongwei dans Xiao Wu artisan pickpocket © D.R.

Le monde du spectacle et ses artistes tiennent une place importante dans vos films. Quelle est, d’après vous, la place de la culture dans la Chine actuelle ?

15La culture se transforme de plus en plus en un produit de consommation. Dans mes films, le monde du spectacle connaît d’importantes mutations. Au début de Platform, les représentations de théâtre ressemblent encore aux spectacles de la Révolution culturelle. Petit à petit, on passe à de la musique de variétés. Dans Plaisirs inconnus, le spectacle et la chanson servent à vendre de l’alcool ; il sont une forme de publicité pour une marque d’alcool. Dans World, on a l’impression d’assister à un défilé de mode à Milan ou à Paris. Le monde du spectacle est très révélateur des transformations de la société chinoise, de plus en plus tournée vers le consumérisme. C’est très manifeste.

Pourquoi y a-t-il des Russes dans votre dernier film ?

16Parmi les artistes étrangers qui se produisent sur scène en Chine, il y a beaucoup de Russes, et aussi beaucoup de Latino-Américains. Mais je préfère les Russes, car je trouve que nous avons eu, dans le passé, un environnement politique comparable. Je trouve que nous avons des caractères communs ; même si la Chine évolue lentement, nous avons connu la même idéologie. C’est pour cela qu’il y a des Russes dans Shijie.

Quelle est la place du cinéma en Chine ?

17Il y a actuellement un problème de connaissance du cinéma, de culture cinématographique. Autrefois, les gens qui connaissaient le cinéma le considéraient comme un instrument de propagande, car il participait de la propagande politique. Certains pensaient également que le cinéma était un art. Ces deux points de vue co-existaient. Mais personne ne considérait que le cinéma pouvait aussi être une industrie. Aujourd’hui, on est passé d’un extrême à l’autre : apparemment, le cinéma peut désormais uniquement être une industrie.

18La plupart des films projetés en Chine sont américains. Aussi n’y a-t-il plus l’idée d’une culture cinématographique diverse. C’est une situation dangereuse. Ces dernières années, les spectateurs ont pris l’habitude de ne regarder que des films américains. C’est un grave problème.

Vos trois premiers films ont été interdits en Chine, seul le dernier a été projeté dans les salles de cinéma. Quelles relations entretenez-vous avec vos spectateurs en Chine ?

19Comme mes premiers films n’étaient pas autorisés, au début je rencontrais mes spectateurs dans des universités ou dans des bars. Par la suite, grâce aux DVD pirates, beaucoup de personnes ont pu visionner mes films. Pour en discuter, l’outil le plus important est Internet. Beaucoup de gens y discutent de cinéma. Par ailleurs, plus tard, quelques médias – surtout dans le sud – ont fait preuve d’audace, de courage ; ils ont parlé de moi.  

20Je trouve qu’il est de ma responsabilité en tant que Chinois de témoigner, de faire connaître la réalité chinoise. Je ne fais pas de différence entre spectateurs chinois et étrangers, je trouve que tout le monde peut regarder mes films. Je ne pense pas qu’il y ait des choses plutôt adaptées aux spectateurs chinois et d’autres aux étrangers. C’est ouvert, tout le monde peut regarder.

21Pour moi, il y a toutefois un objectif : aider à comprendre la réalité chinoise. Car de fait, beaucoup de personnes en Chine sont englouties par la réalité, ils la vivent. Tout le monde ne comprend pas ce qui se passe, loin de là. Peut-être certains n’ont-ils pas besoin de comprendre, car la réalité qu’ils vivent est plutôt heureuse...  

22Depuis 1979, les Chinois sont saisis d’une frénésie de connaissance du monde, des autres cultures, des autres pays. Cette frénésie se poursuit jusqu’à nos jours ; les parcs à thèmes avec des reproductions des plus célèbres monuments du monde en font partie, ils constituent une réponse à cette frénésie. Mais il est difficile de savoir ce que les gens peuvent comprendre à travers ces parcs ; plus ils s’y rendent, plus cela devient absurde et extravagant.

Depuis 1979, les Chinois sont saisis d’une frénésie de connaissance du monde © D.R.

Comment vivez-vous le fait d’être sans doute plus reconnu à l’étranger qu’en Chine ?

23En Chine, ceux qui connaissent le mieux mes films sont les jeunes et les intellectuels, les autres spectateurs commencent à peine à me connaître.

24Le fait d’être reconnu à l’étranger n’influence pas ma façon de travailler, l’essentiel pour moi est de faire des films ; que ce soient des étrangers ou des Chinois qui les voient n’a aucune importance. Le plus important est qu’il y ait peu à peu davantage de gens qui puissent les voir. Ainsi, mon dernier film, Shijie, a été diffusé dans onze villes sur quinze jours.

L’actrice Zhao Tao dans Plaisirs inconnus © D.R.

Comment expliquez-vous que votre dernier film, contrairement aux précédents, ait été autorisé en Chine ?

25C’est dû à un changement politique. La législation, elle, n’a pas changé. Ce changement tient d’abord au fait que, désormais, un film est considéré comme un produit de consommation, le produit d’une industrie ; aussi le contrôle s’est-il assoupli. Une autre explication réside dans les efforts incessants des réalisateurs chinois : ils n’ont cessé de pousser à la libéralisation depuis plus d’une dizaine d’années maintenant. Enfin, la situation chinoise ne permet pas d’interdire vraiment un film. Par exemple, tous mes films précédents étaient interdits, mais ceux qui voulaient les voir les ont quand même vus, il y a beaucoup de moyens pour contourner les interdictions.

Connaissez-vous déjà le sujet de votre prochain film ?

26Oui, j’y travaille, il aura pour titre Cijing shidai – en anglais Tattoo – et portera sur la jeunesse durant la Révolution culturelle. L’action se situe vers 1975, c’est un film historique, pas contemporain. J’ai des centres d’intérêt divers, dernièrement c’est sur ce sujet que j’avais envie de tourner. La Révolution culturelle est mon souvenir le plus ancien, l’un de mes premiers souvenirs. Ces souvenirs sont vagues, flous, mais ils sont fondateurs. Et puis, la Révolution culturelle est une période historique trop peu traitée par les artistes. Cette période, si importante, n’a pour ainsi dire pas été évoquée.

27Tourner sur ce sujet maintenant tombe à pic, il faut le faire, l’année prochaine 2006 marquera le quarantième anniversaire du début de la Révolution culturelle.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jia Zhangke : la société chinoise devient de plus en plus consumériste D.R.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/1693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Wang Hongwei dans Xiao Wu artisan pickpocket © D.R.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/1693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Depuis 1979, les Chinois sont saisis d’une frénésie de connaissance du monde © D.R.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/1693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende L’actrice Zhao Tao dans Plaisirs inconnus © D.R.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/1693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia R.S. Batto, « Le monde de Jia Zhangke », Perspectives chinoises [En ligne], 89 | Mai-juin 2005, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/1693

Haut de page

Auteur

Patricia R.S. Batto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals