Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Séverine Arsène, Internet et politique en Chine

Paris, Karthala, 2011, 420 pp.
Éric Sautedé
p. 112-113

Texte intégral

  • 1  Éric Sautedé, « Pour en finir avec les ‘technologies de la libération’ : Internet, société civile (...)

1La Chine compte depuis déjà plusieurs années la plus grande population d’utilisateurs de l’Internet (564 millions fin 2012), loin devant les États-Unis (245 millions) et plus loin encore devant l’Inde (137 millions). Le régime communiste chinois constitue par ailleurs un contre-point polysémique à l’idée que tout processus de modernisation conduirait inéluctablement à une transformation politique dont la grammaire serait nécessairement démocratique : la phase dite d’ouverture et de réformes économiques démarrée en 1978 comprend maintenant plus d’années que la période des tragédies à répétition de la révolution sans qu’une proposition d’ouverture politique ne fasse même l’objet d’un quelconque effet d’annonce. Alors oui, l’Internet en Chine constitue une considérable mise à mal des effets induits de ce que nous avons nous-mêmes qualifié d’illusoires « technologies de la libération »1 : si les nouveaux moyens de communication électroniques accélèrent et transforment en profondeur les rapports sociaux et les processus d’individuation, ils ne garantissent en rien le triomphe de la liberté sur les forces obscures d’un État-Parti répressif. Est-ce à dire que la politique n’existe pas sur les autoroutes digitales de l’information en Chine ? L’omnipotence apparente de la censure féroce qui s’y exerce interdit-elle tout engouement affiché pour la chose publique ? Et si expression politique il y a, peut-elle s’affranchir de sa fonction utilitaire si prisée par les tenants de la gouvernance technocratique ? C’est tout l’objet du livre de Séverine Arsène, lequel parvient admirablement à restituer dans leur complexité les attentes de ce qu’elle appelle les « internautes ordinaires ».

2Si l’objectif est bien « d’analyser la formation de l’opinion publique chinoise en ligne comme le produit d’une idéologie dominante dans la Chine urbaine », c’est pour mieux montrer qu’au-delà de la censure et de l’autocensure, « les modalités légitimes de la prise de parole individuelle et collective sur Internet » (p. 47) autorisent des formes de mobilisation originales qui acquièrent une sorte d’autonomie du simple fait que le régime fonde aujourd’hui partiellement sa légitimité sur l’existence de cette opinion publique. Plus encore que les causes célèbres des mobilisations virtuelles, de l’affaire Sun Zhigang à la posture provocatrice d’un Ai Weiwei révolté par les effondrements d’écoles lors du tremblement de terre au Sichuan en 2008, en passant par la pugnacité du cyber-journaliste Zuola ou encore du blog « discordant » d’un Fu Jianfeng du Nanfang zhoumo (南方周末) lorsque le scandale du lait contaminé à la mélamine commence tout juste à émerger, c’est à la multitude des « petites actions quotidiennes que les internautes font presque incidemment en ligne » que s’attache Séverine Arsène, lesquelles constituent « un mode de participation si fluide qu’il en est presque inconscient » et néanmoins « puissant » (p. 411).

3Après une très (trop) longue introduction laissant à voir le contexte politique (un État autoritaire gouverné par un parti monopolistique) et social (la modernisation par le développement de classes moyennes sinon « inventées » au moins « patronnées »), éclairant les rapports de force entre l’État et la société, s’affranchissant de la dichotomie libération/répression et prenant les précautions d’usage sur la constitution d’un terrain d’étude se focalisant sur 50 entretiens semi-directifs avec ces fameux « internautes ordinaires » (jeunes, éduqués et urbains… dans ce cas exclusivement pékinois), Séverine Arsène nous convie à un grand voyage en trois grandes sections mêlant étroitement de longs extraits des témoignages recueillis avec des affaires plus médiatisées. La première grande partie s’attache à la question de la modernité et à la forme que prend l’affirmation de l’individualisme en Chine, et se conclut sur le triste constat que la norme imposée par l’idéologie dominante conduit nécessairement à une défiance à l’égard du politique, ce que Séverine Arsène appelle adroitement « l’évaporation du politique ». La seconde partie insiste néanmoins sur le caractère « responsabilisant » de la prise de parole en ligne, quelle qu’elle soit, et sur la nécessité d’observer des formes d’expression en « clair-obscur » seules à même de s’affranchir du carcan dans lequel est enfermée la parole publique. Enfin la dernière partie fait la part belle à la diversité des postures (indignation, implication, mobilisation, etc.) en insistant au final sur les ambiguïtés « de la gouvernance chinoise de l’opinion publique », à la fois maître et esclave. L’ouvrage s’achève avec une conclusion (malheureusement rachitique) sur la puissance paradoxale de l’opinion publique en ligne qui s’impose nécessairement par son utilitarisme.

  • 2  Pour une définition simple, celle de Wikipédia: “L'astroturfing, néologisme anglais américain, est (...)

4Il va sans dire que le livre de Séverine Arsène est un ouvrage important, et même essentiel. Important parce qu’il vient combler une absence dans le paysage des publications françaises : si les volumes en langue anglaise se sont multipliés sur le sujet depuis 2003, année de la parution du Open Networks, Closed Regimes: The Impact of the Internet on Authoritarian Rule de Shanthi Kalathil, il n’existait en français que de trop rares et courts opuscules journalistiques multipliant les anecdotes qui concluaient nécessairement à l’affranchissement du milliard de David du joug d’un Goliath enfin dépassé – comme pour les Mayas, on attend encore… Essentiel également car il offre une lecture sophistiquée et chatoyante de la complexité de la prise de parole en Chine, qui plus est dans un contexte virtuel où la frontière entre les domaines public et privé s’est considérablement brouillée en même temps que la sphère privée s’est hypertrophiée. À cet éloge nous mettrons néanmoins deux bémols. Tout d’abord, sur la forme, les séquences de l’ouvrage auraient mérité d’être retravaillées en profondeur : 70 pages d’introduction, mais seulement 4 pages de conclusion ! Et puis, plusieurs répétitions auraient pu être facilement évitées (ainsi, sur le « parti des 50 cents » (wumaodang 五毛党), cette forme bien chinoise de l’astroturfing2 – terme malheureusement absent de l’ouvrage –, une mention à l’identique apparaît p. 34 et p. 42). Les trois grandes parties auraient pu elles-mêmes être revues afin d’offrir un panorama plus accessible à un lecteur non-spécialiste : l’individu, le client et le citoyen ? Je ne blâme pas ici l’auteur mais bien plus l’éditeur qui aurait dû véritablement contribuer à rendre le texte plus clair et plus fort. S’agissant du fond, notre objection porte sur la fascination pour l’émetteur/récepteur qui conduit nécessairement l’auteur à investir les internautes d’une force tranquille surdéterminante : d’un point de vue analytique, cela interdit à Séverine Arsène de s’intéresser aux transformations de la nature du régime et à la question de savoir en quoi le ou les modèles chinois constitue(nt) un véritable défi à l’idéal démocratique et libéral ; d’un point de vue théorique, cela revient à donner la préséance à Michel de Certeau et Erving Goffman sur Hannah Arendt, Michel Foucault et Alain Touraine. À voir… Ces objections n’enlèvent bien sûr rien aux mérites de l’ouvrage, puisqu’au final sans des désaccords il n’y aurait pas de débat, et sans débat pas de vie académique ouverte !

Haut de page

Notes

1  Éric Sautedé, « Pour en finir avec les ‘technologies de la libération’ : Internet, société civile et politique en Chine », Hermès, Décembre 2009, n° 55, p. 133-40.

2  Pour une définition simple, celle de Wikipédia: “L'astroturfing, néologisme anglais américain, est une technique de propagande pour les campagnes de relation publiques formelles en politique et publicité qui cherchent à créer l'impression d'un comportement spontané ou d'une opinion populaire qui ne l'est pas”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Sautedé, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine », Perspectives chinoises, 2013/1 | 2013, 112-113.

Référence électronique

Éric Sautedé, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/6508

Haut de page

Auteur

Éric Sautedé

Éric Sautedé enseigne la science politique et est coordinateur de la recherche à l'Université de Saint Joseph, Macao (esautede@usj.edu.mo).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals