Navigation – Plan du site
Dossier

Gérer la contestation des ouvriers migrants.

Appropriation de la terre, agences intermédiaires et régulation de l’espace à Shenzhen
Edmund W. Cheng
Traduction de Jérémie Béja
p. 27-36

Résumé

Cette étude s’intéresse aux conditions dans lesquelles les migrations internes massives et l’urbanisation effrénée de la Chine ont fait apparaître des enclaves d’ouvriers migrants relativement bien gouvernées et peu contestataires, quoique fragiles. Nous avons choisi la ville de Shenzhen, destination privilégiée de l’exode rural et pionnière des réformes économiques, pour illustrer les dynamiques auxquelles est soumise la contestation de l’espace dans le sud de la Chine. Cet article établit tout d’abord un lien de corrélation entre les mécanismes socialistes d’appropriation de la terre et l’adoption des dortoirs d’usines et des villages urbains comme mode dominant de logement des migrants. Il explique ensuite comment et pour quelles raisons certaines agences intermédiaires dans les villages urbains sont parvenues à éviter les conflits ouverts en fournissant des biens publics aux migrants mais aussi en régulant l’ordre social. Il s’achève avec une évaluation de la fragilité des villages urbains, qui tend à favoriser la rénovation urbaine aux dépens de l’espace vital des migrants. L’interaction entre les institutions socialistes et les forces du marché a donc assuré la bonne régulation des enclaves de migrants et leur intégration dans la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edmund W. Cheng, « Gérer la contestation des ouvriers migrants. », Perspectives chinoises, 2014/2 | 2014, 27-36.

Référence électronique

Edmund W. Cheng, « Gérer la contestation des ouvriers migrants. », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/6819

Haut de page

Auteur

Edmund W. Cheng

Edmund W. Cheng est doctorant à la London School of Economics et conférencier en science politique à l’Open University of Hong Kong.School of Arts and Social Sciences, Open University of Hong Kong, Homantin, Kowloon, Hong Kong (ewcheng@ouhk.edu.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals