Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

François Gipouloux, The Asian Mediterranean: Port Cities and Trading Networks in China, Japan and Southeast Asia, 13th-21st Century,

traduction de Jonathan Hall et Dianna Martin, Cheltenham et Northampton, MA, Edward Elgar Publishing, 2011, 407 p.
Angela Schottenhammer
Traduction de David Bartel
p. 84-85

Texte intégral

  • 1 Voir ma recension dans T’oung Pao, vol.  96, n° 4, 2010, p. 581-585.

1En 2009, François Gipouloux a publié La Méditerranée asiatique. Villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, xvie-xxie siècle (Paris, CNRS Éditions), offrant pour la première fois au public universitaire une large synthèse braudélienne qui compare les Méditerranées européennes et asiatiques. Il y distinguait trois différents espaces méditerranéens : les Méditerranées d’Europe de la repubbliche marinare (cités-États italiennes principalement, régions côtières de la Croatie et du Monténégro, ndt), la Ligue hanséatique de la mer baltique, et la Méditerranée d’Asie composée de la mer du Japon, de la mer jaune, de la mer de Chine du sud, de la mer de Sulu (mer de Jolo, ndt.) et de la mer des Célèbes. Le présent volume est dans son ensemble la traduction anglaise de la version française publiée en 2009. Je dis dans son ensemble parce que le livre est une version légèrement remaniée et mise à jour de l’original en français. J’ai déjà eu l’occasion de critiquer l’analyse des périodes historiques que fait Gipouloux en disant qu’elle « demeure d’ordre général et semble au fond ne s’inspirer que de publications anciennes. Dans ce contexte, il est étonnant que ne soient pratiquement pas mentionnées des publications plus récentes concernant certains aspects de la Méditerranée asiatique (y compris celles de ma précédente équipe de recherche de l’Université de Munich), ni que ne soient abordés des aspects plus spécifiques sur ces étapes historiques, même s’ils ont fait l’objet de publication avant 2008. Par conséquent, la partie historique du livre ne représente pas réellement l’état véritable de la recherche et des savoirs dans ces domaines »1. Dans cette édition anglaise, François Gipouloux a consulté la littérature récente et a au moins mis à jour la bibliographie ainsi que quelques références. Les 12 cartes en couleurs insérées au milieu du livre sont clairement mieux dans l’édition française. Elles ont été remplacées par de simples impressions en noir et blanc dans la version anglaise.

2L’ouvrage est divisé en cinq parties et compte 20 chapitres. La première partie (Les Modèles d’expansion sans frontières : Les Méditerranées européennes) introduit le cadre général, géographique, politique et économique et discute ensuite des deux « modèles européens d’expansion sans frontières », les Républiques maritimes méditerranéennes (repubbliche marinare) et la Ligue hanséatique. Dans la deuxième partie (Premiers contours d’une Méditerranée asiatique : La prépondérance des échanges tributaires), François Gipouloux s’intéresse à la « Méditerranée asiatique » soulignant la place primordiale des monopoles gouvernementaux – en opposition avec le commerce privé et libre des Méditerranées européennes – et discute du rôle des échanges tributaires et de la contrebande. Un chapitre particulier est réservé au Japon et à sa réticence à accepter le « système de tribut » instauré par la dynastie Ming : il mit en place son propre système et développa « une fermeture sélective » au monde extérieur. Il est stimulant de lire que François Gipouloux est au courant que cette fermeture n’est d’ailleurs ni complète ni totale. Le dernier chapitre de cette partie résume les caractéristiques du système maritime asiatique qui, d’après l’auteur, apparaît comme un réseau complexe et entrelacé d’activités chinoises, japonaises, mais aussi occidentales, basées sur un nombre limité de grandes cités portuaires. J’aimerais souligner ici que l’auteur perçoit avec justesse la prohibition du commerce maritime par les Ming comme la raison de l’essor de la piraterie et des désordres subséquents et non l’inverse, comme on l’entend souvent (« La politique de prohibition du commerce maritime, dont l’objectif est d’empêcher les échanges, a des conséquences inattendues : l’interdiction de toute activité commerciale le long des côtes chinoises entraîne un désordre provoqué par les pirates », p. 108).   

3La troisième partie (L’imbrication des réseaux commerciaux occidentaux et asiatiques) fait entrer les Européens dans l’arène. François Gipouloux parle d’ « imbrication des réseaux », critiquant ainsi explicitement l’idée d’une avancée dynamique, voire agressive, des Européens sur des pays asiatiques supportant passivement la domination européenne. Il discute brièvement des changements entraînés par l’arrivée des Européens dans le système maritime asiatique, qui mènera finalement à l’ouverture forcée de différents ports. François Gipouloux analyse en particulier Singapour, Hong Kong et Shanghai comme des « conséquences » de l’interaction prolongée des commerçants chinois et étrangers. L’accent est mis en particulier sur les développements des xviiie et xixe siècles ; les premiers temps de l’expansion européenne n’étant que brièvement évoqués.

4La quatrième partie (L’espace de la re-mondialisation : renaissance de la Méditerranée asiatique) traite du développement économique rapide des villes côtières modernes, « nées » cette fois du programme de réformes du Parti communiste chinois (PCC). François Gipouloux insiste en particulier sur la compétition entre Hong Kong et Shanghai en tant que centres financiers et commerciaux (par opposition au secteur industriel manufacturier). Il est fait très brièvement référence à la période maoïste, le propos se portant davantage sur les développements après 1984. À nouveau, l’auteur fait le lien entre modernité et tradition : à ses yeux, alors qu’au début de la période communiste, les villes portuaires « font l’expérience d’une longue période d’hibernation » (p. 173), les politiques de réformes de l’ère Deng Xiaoping « réactivent les mécanismes qui lient marché et urbanisation, apparus sous les Song entre le xe et le xiiie siècle » (p. 181). Dans une perspective braudélienne, François Gipouloux décrit l’émergence d’un couloir économique d’Asie orientale (voir la carte 17.1, p. 262). La géographie, l’économie et les relations internationales constituent un espace maritime transnational – la Méditerranée asiatique moderne – qui se prolonge par l’intégration des arrière-pays respectifs dans ce réseau.

5La cinquième partie (Méditerranée asiatique et défis à la souveraineté étatique) examine les défis que ce couloir économique d’Asie orientale impose à la souveraineté de l’État. « Des forces dynamiques externes » ont provoqué « la rupture de l’espace économique chinois et sa reformation » (p. 3), une reconfiguration qui a finalementl conduit la Chine à se tourner de plus en plus vers l’Asie maritime et à s’ouvrir. Malgré certaines mesures protectionnistes que François Gipouloux considère comme un effet secondaire des transformations économiques, la Chine est devenue plus ouverte, plus maritime, plus cosmopolite , en d’autres termes, un « empire flexible » qui rappelle les expéditions de Zheng He du début du xve siècle (p. 4) . Elle défie désormais les autres puissances voisines de la Méditerranée asiatique.

6The Asian Mediterranean (ou sa version originale française) est sans aucun doute le premier travail à non seulement lier le passé au présent, mais aussi à offrir une synthèse braudélienne plus générale du monde maritime asiatique, en le comparant avec les deux exemples historiques des Méditerranées européennes et en rassemblant une quantité conséquente d’informations pertinentes. Pour cela, le livre mérite tout notre crédit. Personne n’avait osé – ou réalisé l’effort – d’écrire une telle synthèse jusque-là.

7La force de l’argumentation de François Gipouloux, cependant, ne se trouve pas dans la Chine historique, mais bien dans celle du présent, en particulier dans celle des décennies qui suivent son ouverture progressive avec les réformes engagées par Deng Xiaoping. Je recommanderais donc ce livre à tous ceux qu’intéresse une synthèse braudélienne de la Méditerranée dans un contexte mondial réel, aux chercheurs qui cherchent des similarités non seulement entre l’Asie et l’Europe mais aussi entre le passé et le présent, et à tous ceux qui veulent en savoir plus à propos du développement économique des villes portuaires chinoises modernes comme Hong Kong et Singapour et s’interrogent sur les parallèles possibles entre les grands ports chinois et d’autres villes portuaires asiatiques situées dans le corridor maritime illustré par la carte 17.1. C’est au final une lecture indispensable pour les historiens globaux qui se concentrent sur l’Asie. Les historiens de la Chine y trouveront en revanche assez peu d’informations nouvelles, même s’ils se satisferont de lire une présentation correcte des développements passés – comme les raisons des expéditions de Zheng He ou la prohibition du commerce maritime par les Ming – qui restent parfois assez flous dans les écrits sur l’histoire de la Chine. Nous apprenons que la Chine – et l’Asie en général –  même si elle n’a pas développé une tradition de villes franches ou quelque chose de comparable à la Ligue hanséatique en Europe, est devenue un « empire flexible » (p. 4) grâce au développement inexorable de ses villes côtières (p. 328).

Haut de page

Notes

1 Voir ma recension dans T’oung Pao, vol.  96, n° 4, 2010, p. 581-585.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angela Schottenhammer, « François Gipouloux, The Asian Mediterranean: Port Cities and Trading Networks in China, Japan and Southeast Asia, 13th-21st Century, », Perspectives chinoises, 2014/2 | 2014, 84-85.

Référence électronique

Angela Schottenhammer, « François Gipouloux, The Asian Mediterranean: Port Cities and Trading Networks in China, Japan and Southeast Asia, 13th-21st Century, », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/6863

Haut de page

Auteur

Angela Schottenhammer

Angela Schottenhammer est professeur d’histoire mondiale et non-européenne (avec une spécialisation sur la Chine) à l’Université de Salzburg en Autriche, directrice de recherche à l’Indian Ocean World Centre et professeure associée à l’université McGill au Canada (Angela.Schottenhammer@sbg.ac.at).   

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals