Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Chien-wen Kou et Xiaowei Zang (éds.), Choosing China’s Leaders,

London, New York, Routledge, 2013, 166 p.
Jérôme Doyon
p. 69-70

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’une conférence portant sur les élites politiques chinoises qui s’est tenue en novembre 2010 à l’université Chengchi à Taipei. Il a, entre autres, le mérite de rendre accessible en anglais le riche travail sur l’État-Parti chinois réalisé par des chercheurs taïwanais, qui comptent pour six des neufs contributeurs. Si les approches utilisées sont variées, les auteurs ont en commun de s’éloigner d’une pékinologie classique, qui tente surtout d’éclairer au jour le jour les coulisses de Zhongnanhai, pour aborder la question des élites chinoises de manière dynamique en se concentrant plutôt sur les mécanismes à l’œuvre dans les modes de promotion et de maintien au pouvoir des dirigeants chinois. Comme l’illustre l’introduction rédigée par Chien-wen Kou et Xiaowei Zang, l’ouvrage dans son ensemble participe aux débats actuels sur les factions, la technocratisation et l’institutionnalisation du Parti communiste chinois (PCC). Son ambition est d’aller plus loin que la littérature existante sur le sujet, à majorité anglo-saxonne, en entrant dans les détails des interactions entre les réseaux informels et l’institutionnalisation du Parti. Selon Chien-Wen Kou et Xiaowei Zang, les deux phénomènes généralement mal compris sont : les causes et forces expliquant l’institutionnalisation du parti, comprise comme le développement de règles régissant le recrutement, la promotion et le départ en retraites des cadres ; l’interaction entre ce phénomène d’institutionnalisation et la survie des pratiques factionnelles ou népotiques.

2Les deux premières contributions de l’ouvrage concernent les élites politiques nationales. Hsin-hao Huang étudie d’abord les carrières des membres du Politburo du Comité central du PCC de 1997 à 2007. Il utilise une méthode qui relève de l’analyse quali-quantitative comparée en appliquant des tests statistiques à un échantillon très limité de carrières politiques. Son étude met en lumière la survie des pratiques politiques « informelles », au sens où elles ne sont pas régies par les règles de l’organisation, dans le cadre d’une institutionnalisation croissante des règles de promotion au sein du Parti. La mise en place de règles concernant l’âge des candidats, la promotion progressive des cadres ainsi que la pratique de les transférer d’une branche de l’État-Parti à l’autre amènent une standardisation des parcours des membres du Politburo. Se dessine ainsi un candidat idéal-typique pour un siège au Politburo : soit un cadre de 63 ans, membre du comité central et doté de plusieurs expériences de rang ministériel. Les limites quant à l’âge des candidats poussent les chefs factionnels à promouvoir le plus rapidement possible leurs protégés, afin de s’assurer une succession. Pour Hsin-hao Huang, se faire promouvoir très jeune est ainsi le signe d’un réseau personnel développé. Si le raisonnement est intéressant, il nous paraît toutefois difficile d’analyser l’âge de promotion purement sous l’angle des relations personnelles du cadre en question tant cela peut être le reflet de beaucoup de facteurs, y compris ses compétences propres.

3A travers une approche plus qualitative, la contribution de You Ji rend compte des évolutions dans la promotion des officiers militaires dans le contexte de la professionnalisation de l’armée. Il met en lumière le développement d’une méritocratie au sein de l’Armée populaire de libération. Les modes de sélection sont de plus en plus compétitifs, se composant d’examens écrits et oraux évalués par des cadres venant de départements variés, pour éviter la collusion personnelle. Les pratiques « informelles » se déplacent alors au niveau de la présélection des candidats, qui ne peuvent pas être plus de trois pour un poste. Les liens personnels sont fondamentaux car ils doivent être recommandés personnellement par un officier. Selon You Ji, les officiers choisissent alors plus facilement des personnes de leurs unités de combat ou venant de la même province.

4Les deux contributions suivantes se penchent sur les élites politiques provinciales. Bo Zhiyue décrit le parcours des secrétaires du Parti et gouverneurs de 31 provinces en novembre 2012. Il montre que la tendance est à une application relativement stricte des limites d’âge ainsi que des niveaux d’étude minimum dans le recrutement des chefs provinciaux. Il souligne par ailleurs la nécessité d’avoir des expériences variées dans des secteurs ou des provinces différentes pour être nommé secrétaire provincial en particulier. Si Bo Zhiyue décrit aussi les supposés rattachements factionnels de ces cadres, il n’explicite en rien quels effets ces derniers sont censés avoir sur leur pratique politique ni leur possibles évolutions.

5Dans un deuxième chapitre consacré aux élites provinciales, S. Philip Hsu et Jhih-wei Shao s’attachent à évaluer le niveau de méritocratie du système de promotion des cadres. Leur analyse repose sur une base de données incluant tous les secrétaires provinciaux et gouverneurs entre 1993 et 2010. Contrairement à des études précédentes, ils avancent qu’une expérience de travail au niveau central n’est en général pas un bon signal pour être promu à la tête d’une province, c’est plutôt le signe d’une retraite à venir. Parallèlement, ils montrent que les chefs provinciaux sont évalués via un système complexe prenant en compte à la fois leurs résultats économiques à court terme, afin de décider s’ils peuvent garder leur poste, mais aussi leurs résultats cumulés sur le long terme et comparés à ceux de leurs prédécesseurs, pour envisager leur promotion.

6Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à des types spécifiques d’élites : d’un côté les dirigeants d’entreprises d’État, de l’autre, les cadres issus de l’organisation de jeunesse du PCC. Dans chacun des cas, les auteurs tentent de mesurer l’effet de cette expérience sur leur carrière future. Chih-shian Liou et Chung-min Tsai décrivent d’abord le contrôle maintenu par le PCC sur les entreprises d’État majeures via la sélection et la promotion de leurs dirigeants. Il en ressort notamment que ceux qui s’alignent sur les attentes de l’État-Parti sont promus. Les effets sur la carrière future varient quant à elles selon les secteurs industriels. Chih-shian Liou et Chung-min Tsai montrent par exemple que si dans le cas de l’industrie électrique les promotions se font principalement au sein du secteur, pour ce qui est du secteur pétrolier, plus stratégique, les dirigeants peuvent espérer atteindre des postes politiques à hautes responsabilités à la suite de leur carrière industrielle.

7Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, Chien-wen Kou se penche sur les carrières des cadres ayant eu une expérience de travail au sein de la Ligue de la jeunesse communiste après 1978. En suivant 293 individus, il note l’importance de cette filière de promotion et souligne ses deux principales spécificités. Tout d’abord très peu d’anciens cadres de la Ligue sont promus à des postes ministériels à caractère technique ou économique. La Ligue constitue ainsi un lieu de formation de cadres généralistes. Ensuite, l’expérience au sein de la Ligue leur donne un avantage en termes d’âge, en leur permettant d’accéder à des postes à responsabilité plus jeune, par rapport aux autres cadres, ce qui constitue un atout majeur dans leur carrière. Chien-wen Kou avance qu’en plus de ces deux facteurs, la promotion rapide et en nombre des anciens cadres de la Ligue est aussi expliquée par les liens forts de l’organisation avec des personnalités clés du Parti telles que Hu Yaobang dans les années 1980, puis Hu Jintao, et désormais Li Keqiang. Si l’argumentaire est bien articulé, on peut se demander si Chien-wen Kou ne sur-interprète pas le rôle des réseaux internes à l’organisation, et par extension l’unité de la faction qui en serait issue. Comme il le note lui-même, la sélection des cadres de la Ligue est, aux différents échelons, entre les mains des organes du PCC et non de l’organisation elle-même, ce qui remet en question l’homogénéité de son recrutement.

8Pour conclure, Choosing China's Leaders constitue un ouvrage important pour tout lecteur s’intéressant à la sélection des élites politiques chinoises. Il a le travers classique d’un ouvrage collectif en ce que les questions et approches très justes avancées en introduction ne sont que partiellement reprises dans le corps des chapitres. Plus largement, si l’ouvrage dans son ensemble se penche sur l’interaction entre l’institutionnalisation croissante du Parti et la subsistance des factions en son sein, cette séparation entre une politique vue comme « formelle » et une « informelle » n’est cependant jamais interrogée. On peut même se demander si leur interaction constante ne remet pas justement en question cette dichotomie. Les relations personnelles ont par ailleurs tendance à être traitées comme une donnée, sans véritable questionnement des mécanismes expliquant leur développement et leur maintien. Une approche plus dynamique de ces réseaux serait alors bienvenue pour une compréhension encore plus fine des mécanismes de promotion dans l’État-Parti chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Doyon, « Chien-wen Kou et Xiaowei Zang (éds.), Choosing China’s Leaders, », Perspectives chinoises, 2015/1 | 2015, 69-70.

Référence électronique

Jérôme Doyon, « Chien-wen Kou et Xiaowei Zang (éds.), Choosing China’s Leaders, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7045

Haut de page

Auteur

Jérôme Doyon

Jérôme Doyon est doctorant en science politique à Sciences Po/CERI,Paris, et Columbia University, New York (jd2988@columbia.edu).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals