Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jeffrey C. Kinkley, Visions of Dystopia in China’s New Historical Novels,

New York, Columbia University Press, 2014, 304 p.
Yinde Zhang
p. 74-75

Texte intégral

1Des romans dystopiques émergeant de la littérature chinoise post-Tiananmen ont pris une ampleur accrue ces dernières années. Chan Koonchung (Chen Guanzhong) procède, dans les Années fastes (Shengshi : Zhongguo, 2013 盛世 : 中國, 2013) (2009), à la démystification de la société harmonieuse et des prétentions impérialistes. Yan Lianke met en fiction les camps de rééducation, dans Les Quatre livres (Sishu 四書) (2010), pour dénoncer un univers totalitaire et déshumanisant. Avec La Fugue de la mort (Siwang fuge 死亡賦格) (2013), Sheng Keyi revient sur les événements de Tiananmen de 1989 à travers l’allégorie d’un « meilleur des mondes », où les jeunes échappent à une dictature pour tomber dans le piège d’une autre. Sans ignorer la science-fiction, un genre qui prend un véritable essor en Chine et qui souvent oscille entre anticipation et réalité, comme on peut le constater chez Han Song, auteur du Métro (Ditie 地鐵) (2010), dans lequel l’auteur alerte sur les cataclysmes imminents cachés par un urbanisme flamboyant, la profusion de cette littérature dystopique illustre un désenchantement général, tout en révélant un espace critique, plus ou moins toléré, contre l’amnésie de la violence de l’histoire, le libéralisme triomphant, le mythe de la renaissance de la nation, lequel ignore les tensions sociales et géopolitiques ainsi que les catastrophes écologiques produites et prévisibles.  

2Jeffrey C. Kinkley, dans son dernier ouvrage, a réalisé une étude d’envergure sur cette littérature, mais en remontant dans le temps et en cernant le sujet par l’articulation entre histoire et dystopie. Il s’est focalisé en effet sur un ensemble d’œuvres romanesques et cinématographiques à thème historique, produites essentiellement dans les années 1990 par quelques uns des écrivains et cinéastes les plus marquants de cette période tels que Yu Hua, Su Tong, Wang Anyi, Mo Yan, Han Shaogong, Ge Fei, Li Rui et Zhang Wei, Zhang Yimou, Chen Kaige ou encore Stanley Kwan. Le corpus central qui comprend 17 « romans de longue haleine » s’inscrit néanmoins dans une période plus longue, puisque Le Vieux bateau (Guchuan 古船) de Zhang Wei date de 1986, tandis que la Trilogie de Jiangnan (Jiangnan sanbuqu 江南三部曲) de Ge Fei a été achevée en 2011. L’objectif, pour l’auteur, est de montrer la rupture idéologique provoquée par la tragédie de Tiananmen, qui fait basculer l’utopie progressiste vers une vision dystopique générale. La crise idéelle accompagnée de signes prémonitoires a des incidences durables sur la création.

3Le terme de « nouveaux romans historiques » (xin lishi xiaoshuo 新歷史小說 ou xin lishizhuyi xiaoshuo 新歷史主義小說) sous lequel ces œuvres sont regroupées entretient des rapports lointains avec le courant du new historicism occidental. L’auteur semble se référer plutôt à la critique chinoise qui en fait un usage réapproprié et abondant depuis les années 1990 pour caractériser des récits détournés de chroniques officielles. Le Clan du sorgho rouge (Hong gaoliang jiazu 紅高粱家族) de Mo Yan ou Épouses et concubines (Qiqie chengqun 妻妾成群) de Su Tong, portés l’un comme l’autre à l’écran par Zhang Yimou, ont inauguré cette tendance irrespectueuse vis-à-vis de l’historiographie établie, en valorisant les cultures locales et les mœurs traditionnelles, d’ailleurs souvent réimaginées et réinventées. Jeffrey C. Kinkley soutient que la réécriture de l’histoire, amplifiée dans la dernière décennie du XXe siècle, dépasse la connotation folklorique pour dégager une vision puissamment dystopique, et non simplement pessimiste, puisque la violence répétée et la successivité des désastres dans l’histoire contemporaine sont le signe patent d’un déclin moral irréversible, mettant directement en cause la thèse de Mencius sur la bonté foncière de l’homme et, partant, l’avenir de l’humanité (p. 20, 27).  

4 Le gros de l’ouvrage s’appuie sur quatre chapitres, que l’on peut regrouper en deux grandes parties. Dans un premier temps (chap. 2 et 3), l’auteur s’interroge sur la temporalité intrinsèque de ces romans, en montrant la cyclicité pernicieuse et répétitive qui, différente du temps cyclique et alternatif traditionnel, laisse percevoir la déchéance inexorable dans laquelle s’enfonce la société chinoise, comme en témoignent Silver City (Jiuzhi 舊址) de Li Rui ou La Dure loi du karma (Shengsi pilao 生死疲勞) de Mo Yan. La deuxième partie (chap. 4 et 5), d’une approche plus « spatiale », est consacrée à l’analyse de la dislocation de la structure sociale. L’individu semble tenaillé entre deux fatalités : d’un côté la répression ou l’emprisonnement, imputable notamment à la famille, et, de l’autre, l’anarchie, qui fait triompher le chaos et la cruauté bestiale des hommes. La démarche de Jeffrey C. Kinkley tient à sa préoccupation historienne, puisqu’il refuse de psychologiser le traumatisme, en considérant ces configurations thématico-structurelles comme émanant des événements et des faits « extérieurs » observables. Parallèlement, héritier de Hayden White et de Paul Ricœur, il opte pour une approche herméneutique, en identifiant ces textes comme des récits faits de mémoire et de représentations et porteurs d’intention et de prismes. D’où le regard aiguisé de l’auteur sur la reconfiguration littéraire de l’histoire. Un travail minutieux a été ainsi effectué pour démonter le mécanisme sophistiqué du temps et de l’espace, dans ces écritures marquées par des élaborations formelles dignes d’avant-garde, en éclaircissant la manière spécifique dont le discours littéraire met en scène les effets destructeurs de l’histoire. Les analyses comparatives et contrastives viennent enrichir la réflexion quand l’auteur établit des rapprochements euristiques entre les romans chinois avec le « réalisme magique » de la littérature latino-américaine, ou avec des discours environnants, comme les manuels scolaires qui cristallisent l’historiographie officielle et la doxa. La problématique posée dès le départ s’approfondit grâce à ces approches multiples : la fiction constitue une immense antithèse du darwinisme triomphant (p. 180-181) qui domine la Chine depuis plus d’un siècle. C’est un schéma inversé qui est dessiné : un continuum délétère relie les guerres, les révolutions, la dictature socialiste et le fondamentalisme de la prospérité, (in)variablement dictés par l’idéologie pervertie du progrès et par la raison du plus fort. La dystopie frise l’apocalypse, dont l’auteur se garde de prononcer le mot, impropre selon lui à décrire la spirale infernale sans fin, sans révélation.  

5On doit à Jeffrey C. Kinkley d’avoir mis en lumière le positionnement de ce groupe d’écrivains et de cinéastes qui, en dénonçant l’impensé de l’histoire contemporaine chinoise, refusent de céder à l’oubli et au cynisme propre au jeu postmoderne. En même temps, une argumentation qui tend à absolutiser l’absence de changement, à l’appui des images systématiques de stagnation, de cyclicité ou de récurrence, ne manque pas de soulever la question de savoir si une telle interprétation est à l’abri de la tentation culturaliste, que l’on perçoit dans la théorie de l’« ultra-stabilité » de la société chinoise, formulée naguère par un Jin Guantao. On se demande aussi si l’accentuation de l’atavisme n’amenuise pas la dialectique de la mémoire et du désir, quasi-absente des développements, pourtant bien à l’œuvre dans certains textes, comme la Trilogie de Jiangnan de Ge Fei. Enfin, l’esthétique moderniste, qui retient l’attention de l’auteur, aurait favorisé des réflexions plus nuancées, permettant de mieux déterminer si les récits qui s’en nourrissent se contentent de restituer les ruines ou s’ils font la distinction entre le deuil historique, tropisme vers un passé qui n’a jamais été, et le deuil « poétique »,  aspiration à un idéal sans lequel on ne saurait vivre, pour reprendre les termes de Karl-Heinz Bohrer. Car l’enjeu est de taille. Dans quelle mesure est-il fondé d’affirmer que ces romans sont motivés par la seule « mission culturelle » (p. 201), à l’exclusion d’une mise à l’épreuve du politique ? L’« amitié » (p. 152-156), au lieu d’être un motif comportemental qui fait reposer l’espoir sur les velléités escapistes, ne s’avère-t-elle pas plutôt être une véritable source de résistance sociale contre l’État-Parti ? D’où l’ultime question de savoir si le basculement de l’utopie vers la dystopie constitue un vecteur exclusif ou s’il ne se double pas d’un mouvement souterrain qui fait de l’utopie l’ « autre » de l’histoire (H. White), c’est-à-dire un démenti et une transcendance du déterminisme, historique ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yinde Zhang, « Jeffrey C. Kinkley, Visions of Dystopia in China’s New Historical Novels, », Perspectives chinoises, 2015/1 | 2015, 74-75.

Référence électronique

Yinde Zhang, « Jeffrey C. Kinkley, Visions of Dystopia in China’s New Historical Novels, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7051

Haut de page

Auteur

Yinde Zhang

Yinde Zhang est professeur d’études chinoises à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, en délégation du CNRS au CEFC depuis septembre 2013  (yzhang@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals