Navigation – Plan du site
Dossier

Le théâtre de l’usine

Course à la production, démocratie et la promesse non tenue de La Chanson du Drapeau Rouge
Ying Qian
Traduction de Céline Letemplé
p. 7-14

Résumé

Cet article aborde la pièce La Chanson du Drapeau Rouge (1948) comme illustrant une occasion manquée de la révolution chinoise, un moment où le réengagement du Parti auprès de la classe ouvrière urbaine aurait pu renforcer les tendances démocratiques en son sein et où la tradition littéraire chinoise critique et réaliste aurait pu ancrer le socialisme chinois dans l’expérience et les aspirations réelles de la population. Écrite à une époque où le contrôle du Parti sur la production industrielle et littéraire avait commencé à se resserrer, La Chanson du Drapeau Rouge témoigne de l’esprit de compromis mais aussi de résistance qui régnait dans les usines, et met au premier plan deux questions fondamentales, toutes deux profondément liées à la construction d’une Nouvelle Chine : la démocratie au travail comme point de départ de la construction de la classe ouvrière chinoise et la littérature réaliste comme moyen de comprendre la complexité et la pluralité des bouleversements sociaux et d’assurer un socialisme humain et démocratique. Malheureusement, les aspirations portées par La Chanson du Drapeau Rouge ne se sont jamais réalisées dans les années qui suivirent. Elles demeurent des promesses non tenues de la révolution chinoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ying Qian, « Le théâtre de l’usine », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 7-14.

Référence électronique

Ying Qian, « Le théâtre de l’usine », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7068

Haut de page

Auteur

Ying Qian

Ying Qian est post-doctorante au Centre Australien sur la Chine dans le Monde, 188 Fellows Lane, Australian National University, Canberra ACT 0200, Australie (ying.qian@anu.edu.au).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals