Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Han Dongfang (avec la collaboration de Michaël Sztanke), Mon combat pour les ouvriers chinois,

Paris, Michel Lafon, 2014, 290 p.
Chloé Froissart
p. 66-67

Texte intégral

1Publié en 2014 à l’occasion des vingt ans du China Labour Bulletin (CLB), ce livre repose sur des entretiens menés par le journaliste français Michaël Sztanke avec Han Dongfang, célèbre activiste chinois de la cause ouvrière et fondateur de l’organisation située à Hong Kong. Se présentant comme un récit à la première personne organisé de manière à la fois chronologique et thématique, l’ouvrage se divise en deux parties : l’itinéraire personnel de Han Dongfang (les cinq premiers chapitres) et l’action militante de CLB (les six suivants).

2La première partie retrace la formation d’une conscience politique depuis l’adolescence, moment où Han rentre dans l’armée avant d’être employé comme ouvrier des chemins de fer, en passant par sa participation au mouvement démocratique de 1989 à Pékin et la création du premier syndicat chinois autonome dont il est nommé porte-parole, l’emprisonnement pendant 22 mois et la maladie, le séjour aux Etats Unis et l’impossibilité de rentrer en Chine. Elle met l’accent sur les figures et les événements clés qui ont informé cette conscience : sa mère, d’origine paysanne, qui sacrifie son couple pour permettre à ses enfants de recevoir une éducation urbaine à Pékin, et lui transmet le souci de l’autre ; la manifestation étudiante de janvier 1987 en soutien à Hu Yaobang et à sa politique de réformes et d’ouverture, réprimée avec des matraques par la police, et bien sûr le tournant de 1989, qui signe l’entrée en politique.

3Han Dongfang aurait pu avoir un tout autre destin : être un travailleur migrant qui demande de l’aide à l’étranger s’il était resté à la campagne avec son père, ou encore poursuivre un parcours d’élite en Chine populaire lorsque, grand admirateur de Lei Feng, il est promu chef adjoint de son régiment et demande à entrer au Parti communiste : « Je me comportais en vrai soldat au service du peuple » souligne-t-il (p. 21). Mais son esprit frondeur en décide autrement. Sa méfiance à l’égard de la hiérarchie, sa conscience des abus de pouvoir au sein de l’armée et, pour ainsi dire, son désir de « vivre dans la vérité »1 le convainquent finalement que le Parti a besoin de réformes : il se promet de « devenir un acteur de ce changement » (p. 23). Les étudiants, qui organisent au péril de leur vie son évacuation de la place Tiananmen au moment de la répression, scellent ce destin en lui donnant pour mission de devenir le Lech Walesa de la Chine. C’est toujours cet esprit d’indépendance qui se manifeste lorsque, en proie aux violences et aux humiliations carcérales et atteint d’une grave tuberculose, il refuse obstinément d’admettre son « crime », ou encore lorsque, séjournant aux États-Unis pour l’ablation d’un poumon, il se convertit au christianisme tout en se promettant de ne jamais appartenir à aucune église : la foi ne peut selon lui que relever du domaine privé et intime. C’est aussi aux États-Unis que s’affirme l’idée qu’il ne veut pas rejoindre la dissidence en exil mais rentrer dans son pays pour œuvrer au changement de l’intérieur. Refoulé par deux fois à la frontière chinoise qu’il tente de franchir depuis Hong Kong, Han est déchu de sa nationalité et se retrouve apatride jusqu’à ce que les autorités hongkongaises lui octroient un passeport en 1997.

4La deuxième partie du livre s’ouvre sur la décision – ou plutôt l’acceptation douloureuse – de rester à Hong Kong et de se servir de ce territoire comme base pour continuer le combat en faveur des ouvriers chinois grâce à la fondation du CLB. Han parvient peu à peu à franchir symboliquement la frontière grâce à deux émissions de radio : CLB qu’il anime trois fois par semaine depuis 1997 sur Radio Free Asia et Radio Express News, au cours desquelles il s’entretient avec des ouvriers chinois, récolte et vérifie les informations pour dire la vérité sur les événements sociaux en Chine. La frontière, Han Dongfang la franchit également grâce à ses collaborateurs à CLB et aux partenaires – avocats, ONG – de l’organisation en Chine, qui « sont [ses] yeux et [ses] oreilles » et l’aident à réaliser son objectif : « mettre sur pied un réseau d’ouvriers solidaires » (p. 16) et favoriser l’émergence de leaders ouvriers.

5Cette deuxième partie est ensuite consacrée à l’action militante, à la réflexion sur cette action et à la recherche de stratégies pour non seulement aider les ouvriers à défendre leurs droits mais aussi promouvoir des changements durables. Elle offre une description concrète et détaillée de l’action de CLB à travers l’exposé de ses batailles successives : celle pour la réinsertion des xiagang, pour que les familles des ouvriers morts dans l’explosion de mines et les victimes de la silicose obtiennent justice et enfin pour l’émergence de négociations collectives. Certaines de ces batailles permettent de faire avancer les choses de manière incrémentale, notamment au niveau des politiques publiques : à partir de 2002, le ministère du Travail et de la Sécurité sociale (renommé en 2008 Ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale) a créé sur Internet son propre système d’information sur les accidents de mines et a exigé des autorités locales qu’elles les rapportent dans les 24 heures, tandis que les provinces du Gansu et du Sichuan ont mis sur pied un système d’indemnisation des victimes de la silicose, la relation entre la maladie et le travail n’ayant désormais plus à être prouvée. Elles font également évoluer l’opinion publique et contribuent à ouvrir l’espace social : aujourd’hui, les médias rapportent régulièrement les injustices dont sont victimes les ouvriers tandis que certains gouvernements locaux laissent désormais « les ouvriers défendre leurs intérêts sans basculer dans la répression et le harcèlement » (p. 168).

6À travers l’analyse de cas exemplaires, de leur impact et de ce qu’ils ont permis à CLB de comprendre, on suit l’organisation dans l’élaboration de ses méthodes et de son positionnement.  Car cette partie se présente avant tout comme un effort de définition (CLB n’est pas un syndicat, mais n’est pas non plus une « ONG d’aide et de conseil », p. 109) et un plaidoyer pour les méthodes d’action de l’organisation, à l’adresse tant du gouvernement chinois que des dissidents en exil. Aux uns comme aux autres, Han répète qu’il n’est pas un dissident mais un activiste du droit du travail, que son travail ne consiste pas à fomenter une révolution mais à privilégier les intérêts des ouvriers sur le combat démocratique (au sens du renversement du système en place). Car pour Han, la démocratie consiste essentiellement à résoudre des problèmes concrets, et s’incarne notamment dans la négociation collective. Deux thèmes récurrents traversent en effet le livre. D’une part, la méfiance à l’égard de l’idéologie, notamment des grandes théories sur la démocratie, des objectifs abstraits au nom desquels les intérêts des individus seraient sacrifiés. D’autre part, l’idée qu’une action efficace est nécessairement une action apolitique, c’est-à-dire une action permettant de trouver le point de rencontre entre les intérêts de chaque partie : les ouvriers, les employeurs et les autorités. À ceux qui espéraient qu’il deviendrait le Lech Walesa chinois, Han répond désormais que la Chine doit trouver sa propre voie et mise sur le pragmatisme : la création ex nihilo de syndicats indépendants n’est plus un préalable à l’émergence de négociations collectives ; des syndicats indépendants émergeront, dans la pratique, de ces négociations collectives et de la réforme des syndicats officiels.

7CLB est ainsi représentative de cette nouvelle société civile qui est née, au tournant des années 2000, des cendres du mouvement démocratique de 1989. Alors que celui-ci se caractérisait par  la revendication de droits abstraits, il s’agit désormais de faire émerger ces droits de la pratique, à travers leur exercice concret. Il s’agit également de prendre en compte – au lieu de les dénier – les contraintes du système autoritaire et d’instaurer un « dialogue constructif » avec l’État-Parti – qui doit donc également y trouver son compte – pour défendre les droits des individus à l’intérieur même de ce système. Mais cette société civile qui est parvenue à se structurer en abandonnant tout message politique, parviendra-t-elle un jour à avoir un impact politique ? Le refus de l’opposition, la recherche systématique du compromis et de la solution gagnant-gagnant, qui servent de fait à aplanir les contradictions sociales et politiques, pourraient justement être la dose de « démocratie harmonieuse » dont le régime a besoin pour se maintenir encore longtemps…

8En dépit des coquilles, relativement nombreuses, des anglicismes et de certaines répétitions, Mon combat pour les ouvriers chinois est un ouvrage de référence à plus d’un titre : il offre un témoignage précieux sur l’activité militante en Chine et à Hong Kong, ainsi que sur l’évolution de la condition des ouvriers chinois, soulignant notamment qu’ils sont désormais devenus des acteurs à part entière dans la défense de leurs droits, mais soulève également des questions de fond concernant le rôle de ces derniers et de la société civile dans l’évolution du régime chinois.

91  Nous empruntons cette expression à Vaclav Havel qui l’explicite dans son essai « La politique et la conscience » (1984), inEssais politiques, Paris, Le Seuil, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Froissart, « Han Dongfang (avec la collaboration de Michaël Sztanke), Mon combat pour les ouvriers chinois, », Perspectives chinoises, 2015/2 | 2015, 66-67.

Référence électronique

Chloé Froissart, « Han Dongfang (avec la collaboration de Michaël Sztanke), Mon combat pour les ouvriers chinois, », Perspectives chinoises [En ligne], 2015/2 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7112

Haut de page

Auteur

Chloé Froissart

Chloé Froissart est directrice du Centre Franco-Chinois (CFC) de l’Université Tsinghua, Pékin, et chercheure au CEFC, Hong Kong (chloefroissart@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals