Navigation – Plan du site
Lectures critiques

André Laliberté, The Politics of Buddhist Organizations in Taiwan 1989-2003. Safeguarding the faith, building a pure land, helping the poor

Londres et New York, RoutledgeCurzon, 2004, xii+178 p.
Ji Zhe

Texte intégral

1Comptant des millions d’adhérents et disposant d’énormes moyens financiers, les groupes bouddhiques constituent des forces importantes de la société civile taiwanaise contemporaine. Leur attitude politique, conséquence des spécificités structurales de la société, reste un sujet relativement peu étudié. En ce sens, l’ouvrage d’André Laliberté, centré sur les modes de participation politique des organisations bouddhiques taiwanaises, comble un vide. En s’appuyant sur des enquêtes relatives à l’Association bouddhiste de la République de Chine (BAROC), au Mont de la Lumière du Bouddha (Foguangshan) et à la Fondation bouddhique caritative de Tzu Chi (Ciji), cet ouvrage s’efforce d’appréhender les facteurs qui déterminent les stratégies de ces organisations dans leur relation avec le pouvoir politique1.

2Pour chacun des cas, l’auteur apporte d’abord une description à la fois claire et concise de leur histoire, de leurs objectifs religieux et de leur structure organisationnelle. Puis, dans une perspective comparative, l’auteur examine leurs interactions avec les partis politiques et le gouvernement, ainsi que leur position lors de l’élection présidentielle de 1996, alors que Chen Lü’an, bouddhiste laïc, était un candidat indépendant. D’après l’auteur, le BAROC adopte une stratégie de « lobbying », afin de conserver ses privilèges ecclésiastiques dans l’ordre bouddhique avec l’appui du Kuomintang (KMT). La stratégie de Foguangshan qui a soutenu la campagne de Chen dans l’élection est plutôt de l’ordre de la « remontrance » ; en effet, Foguangshan encourage la participation politique et ne craint pas de critiquer le gouvernement. Tzu Chi, pour sa part, se refuse à l’engagement politique, tout en gardant son idéal de réformer la société par son entreprise caritative.

3Pour l’auteur, cette variété d’attitudes ne s’explique pas par la théologie bouddhique, l’influence de la culture dominante ou la structure politique – variables souvent conçues par les chercheurs comme les causes déterminantes des actions politiques des groupes bouddhiques en Asie. Les trois organisations s’inscrivent toutes dans le bouddhisme chinois du Mahayana, sont influencées par la tradition confucéenne, et se trouvent dans la même conjoncture politique. Faut-il considérer que les caractéristiques organisationnelles, tenues comme variables indépendantes explicatives dans des travaux sur les organisations religieuses aux Etats-Unis, s’appliquent au cas taiwanais ? Examinant successivement les moyens financiers, l’intensité du soutien des fidèles laïcs, les questions de l’ethnicité et du genre, l’auteur conclut qu’il n’existe pas de corrélation significative entre ces différentes dimensions et l’attitude politique des organisations. Par exemple, Foguangshan et Tzu Chi contrôlent tous deux davantage de ressources financières et comptent plus d’adhérents que le BAROC. Mais Foguangshan est aussi actif politiquement que le BAROC, tandis que Tzu Chi est plutôt apolitique. Le BAROC et Foguangshan sont tous deux politiquement engagés, mais le premier est dominé par des moines originaires du continent chinois, alors que chez Foguangshan, les nonnes et les laïcs d’origine taiwanaise occupent des places importantes bien que le fondateur lui-même soit venu du continent. Pour l’auteur, la variété des attitudes politiques des groupes bouddhiques tient surtout à la personnalité de leur dirigeant. Les responsables du BAROC entretiennent des liens historiques avec le KMT, et leur attachement à celui-ci sert les intérêts de leur communauté monastique traditionnelle. Pour Hsing Yun, fondateur de Foguangshan, la participation politique est un moyen de mettre en œuvre l’idée du bouddhisme intra-mondain du grand maître Taixu. Quant à Cheng Yen, fondatrice de Tzu Chi, bien qu’elle soit aussi héritière de la pensée de Taixu par l’intermédiaire de Yinshun, elle considère la politique comme un problème plutôt qu’une solution, et la solution, pour elle, consiste en une réforme spirituelle.

4Basée sur des données solides, l’analyse d’André Laliberté met au jour la diversité des attitudes politiques des organisations bouddhiques et présente une dimension importante du bouddhisme à Taiwan. Grâce à son érudition en matière de religions asiatiques et occidentales contemporaines, l’auteur formule, à plusieurs reprises, des comparaisons pertinentes.

5Si la démonstration est rigoureusement menée, la méthodologie n’est pas indiscutable. L’ouvrage débute par l’examen des trois explications qui font appel respectivement à la théologie bouddhique, à la culture confucéenne et à la structure politique. Avec des exemples sélectionnés dans des terrains variés, l’auteur montre que, dans de nombreux cas, ces explications ne sont pas satisfaisantes. Selon l’auteur, ces explications adoptent toutes une vision holistique de la religion et de la culture, et donc ne rendent pas compte de leur diversité. C’est une critique pertinente, mais d’après nous, si les approches en question n’offrent pas d’explications universellement valables, c’est sans doute pour deux autres raisons : d’abord, ces explications ne fonctionnent que dans une certaine mesure ; ensuite, un modèle d’explication à causalité unique est simpliste et ne correspond pas à une réalité complexe.

6A cet égard, l’auteur reprend, dans le fond, la piste de recherche qu’il critique, c’est-à-dire celle d’une explication générale des motivations « rationnelles » de la stratégie des acteurs, bien que son unité d’analyse soit l’organisation. Inspiré par des travaux conduits sur la réalité américaine, l’auteur examine l’effet de variables sur le comportement politique du groupe bouddhique d’une même façon positiviste. Le résultat n’est pas très étonnant : aucune d’entre elles, des ressources financières jusqu’au genre, n’a une capacité d’explication générale.

7Pour trouver un facteur explicatif général, l’auteur a finalement recours à une solution essentiellement psychologiste : le point de vue du dirigeant. Cette voie nous paraît peu fructueuse, d’autant plus que l’auteur tente de discerner un lien de corrélation ou de causalité sur un nombre de cas trop restreint.

Haut de page

Notes

1 L’Association bouddhiste de la République de Chine (BAROC), association officielle soutenue par le Kuomintang, a dominé le champ bouddhique de 1952 à 1987, année où la loi martiale a été levée. Cf. Ji Zhe, « La constitution d’un clergé laïc par la Société Chan Moderne », et David Schak, Hsin-Huang Michael Hsiao, « Les organisations bouddhistes socialement engagées à Taiwan », Perspectives chinoises, n° 88, pp. 60-69 et pp. 45-58.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ji Zhe, « André Laliberté, The Politics of Buddhist Organizations in Taiwan 1989-2003. Safeguarding the faith, building a pure land, helping the poor », Perspectives chinoises [En ligne], 89 | Mai-juin 2005, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/719

Haut de page

Auteur

Ji Zhe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals