Navigation – Plan du site
Articles

Relations sociales en milieu rural chinois

De chef de village à plaignant : le cas de Wu Boliang
Catherine Capdeville-Zeng
p. 63-72

Résumé

L'affaire de Wu Boliang, qui a été relayée par les médias chinois il y a quelques années, est symptomatique de la complexité de la situation socio-politique du monde rural chinois. En 1993 et 1997, Wu Boliang, l'un des premiers entrepreneurs de son village à avoir développé la culture de la mandarine, obtient plusieurs vergers en « système de responsabilité » qu'il doit faire fructifier avec l'aide du canton. Mais celuici ne lui transfère pas à temps les financements nécessaires, l'incitant à emprunter en son nom personnel, pour faire face aux échéances des salaires des ouvriers agricoles et de l'achat de pesticides, d’engrais, etc. Les années passent, la dette s'accumule, le canton ne rembourse toujours pas, forçant Wu Boliang à engager un procès contre le canton. Mais bien qu’il ait immédiatement gagné ce procès, les sommes dues ne lui sont toujours pas remboursées, et il n'a d'autre choix que de devenir un plaignant. En 2014, vingt ans après le début du contrat, l'affaire est enfin dénouée. L'analyse en profondeur de ce cas particulier, observé sur une période d'une dizaine d'années, permet de détailler l’intrication des différents rouages, de montrer leur organisation à l’intérieur d’une pyramide hiérarchique organisant la société chinoise, et d’étudier les modes d’action des agents – individus et institutions.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Capdeville-Zeng, « Relations sociales en milieu rural chinois », Perspectives chinoises, 2017/2 | 2017, 63-72.

Référence électronique

Catherine Capdeville-Zeng, « Relations sociales en milieu rural chinois », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7782

Haut de page

Auteur

Catherine Capdeville-Zeng

Catherine Capdeville-Zeng est professeure d’anthropologie de la Chine au département d’Études chinoises de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris.INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris, France (catherine.capdeville@inalco.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals