Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Warren Sun et Frederick C. Teiwes, Paradoxes of Post-Mao Rural Reform: Initial Steps Toward a New Chinese Countryside, 1976–1981,

New York, Routledge, 2016, 350 p.
Alexandre de Saint-Denis
p. 79-80

Texte intégral

1Avec cet ouvrage sur les « paradoxes des réformes agricoles post-Mao », Warren Sun et Frederick C. Teiwes frappent un nouveau coup de maître dans le cercle des études chinoises. Comme nos auteurs ne manquent pas de le souligner, les observateurs étrangers ont eu la malencontreuse tendance à accepter la vulgate du Parti communiste chinois (PCC) qui consiste non seulement à décrire le processus des réformes comme relativement linéaire et consensuel mais aussi à faire revenir tout le mérite du succès des réformes économiques à Deng Xiaoping à la suite d’une soi-disant lutte idéologique et politique contre le clan néomaoïste de Hua Guofeng.

2Sun et Teiwes montrent avec brio que, si les élites pékinoises s’accordaient volontiers dans leur rejet de l’instabilité inhérente au régime de Mao, ils partageaient tous, Deng compris, un attachement au système collectiviste. Armés d’un argumentaire solide et de multiples sources, Sun et Teiwes établissent aussi que, si ces mêmes élites furent divisées à propos de la manière dont il fallait agir pour améliorer le sort des paysans les plus pauvres, c’est d’abord Hua Guofeng qui, du fait de sa longue expérience dans la province du Hunan et de son implication dans la politique agricole au niveau préfectoral (Xiangtan) puis provincial, a su faire preuve de pragmatisme et de tolérance en acceptant des tentatives d’exploitation familiale au niveau local et un dialogue suivi avec les cadres des provinces. De fait, en autorisant des pratiques qui étaient auparavant exercées dans le secret ou en accord tacite avec les autorités locales, c’est sous Hua, et non sous Deng, que débute une certaine libéralisation du marché agricole qui permettra à terme de libérer assez de capital pour investir dans l’industrie et faire décoller l’économie chinoise.

  • 1 Outre l’ouvrage susmentionné The Politics of Agricultural Cooperativization in China (1993), Sun et (...)

3Basé à Melbourne, Warren Sun est professeur associé en études chinoises à l’université Monash. Frederick C. Teiwes est, quant à lui, professeur émérite de politique chinoise à l’université de Sydney. Bien qu’ils aient aussi publié à titre individuel, ces deux auteurs ont surtout travaillé en commun depuis le milieu des années 1990 pour produire plusieurs publications importantes : The Politics of Agricultural Cooperativization in China: Mao, Deng Zihui, and the “High Tide” of 1955 (1993), The Tragedy of Lin Biao: Riding the Tiger during the Cultural Revolution, 1966–1971 (1996) ; China’s Road to Disaster: Mao, Central Politicians, and Provincial Leaders in the Unfolding of the Great Leap Forward, 1955–1959 (1999); et The End of the Maoist Era: Chinese Politics During the Twilight of the Cultural Revolution, 1972–1976 (2007). Si le binôme australien est connu pour ses analyses consciencieuses du processus décisionnel chinois et des luttes de pouvoir aux échelons les plus élevés du PCC, il s’est aussi toujours intéressé aux questions relatives à l’agriculture et aux politiques de développement économique de la Chine1. Ayant couvert la période tumultueuse de la révolution culturelle dans leurs derniers travaux, les deux auteurs se sont attachés depuis plusieurs années à étudier la période transitoire de démaoïsation (1977-1981) marquée par une indubitable réorientation économique et politique.

4Plusieurs points du livre sont particulièrement remarquables : d’abord, l’influence de Hua dans le secteur agricole est indéniable. En tant que « leader suprême », c’est lui qui décide de l’incarcération des maoïstes en octobre 1976 et du sujet (l’agriculture) de la première grande conférence de décembre 1976. Dès cette date, il permet de fait des expérimentations dans les régions les plus désolées. Sa priorisation du problème agricole sera réitérée jusqu’à la 3e session plénière du 11e Comité central du PCC (décembre 1978) avec la décision d’une dotation accrue au secteur agricole. L’objectif premier de cette politique fut de protéger l’État, et elle fut appliquée sans aucune attente clairement définie. Comme l’a reconnu Zhao Ziyang, le résultat positif de celle-ci fut une vraie surprise : l’augmentation sensible du niveau de vie des agriculteurs alla de pair avec l’augmentation des recettes agricoles, ce qui permit de restructurer le reste de l’économie à partir de 1984.

  • 2 Kerry BROWN. 2017. « Paradoxes of post-mao rural reform: Initial steps toward a new Chinese country (...)

5Deuxièmement, alors que l’essentiel des ouvrages sur la période met en exergue l’ « inefficacité » ou le « gauchisme » de Hua Guofeng et la rupture que représente la prise de pouvoir de Deng Xiaoping, Sun et Teiwes s’appliquent à montrer les continuités dans leur complexité. Pour différentes raisons, Hua et Deng partageaient certaines caractéristiques communes (pragmatisme, appétence pour la stabilité, croyance dans le collectivisme socialiste). Par contre, Deng n’avait aucune expérience ni connaissance dans le secteur agricole alors que Hua fut très impliqué dans ce domaine dans le Hunan et fut même appelé par Mao en 1975 pour organiser la première conférence de Dazhai. Pour cette raison, il n’existe pour cette période que trois commentaires de Deng sur la question agricole et ceux-ci sont extrêmement vagues. Ainsi, quand Deng prit le pouvoir, il ne fit que « suivre le mouvement » inspiré par Hua et laissa ses protégés plus experts dans le domaine – Wan Li, Hu Yaobang, Zhao Ziyang – pousser plus loin les réformes. Sans refuser à Deng les qualités qui lui sont dues, Sun et Teiwes montrent bien que les deux leaders firent preuve d’assez de flexibilité pour que de nouvelles idées soient mises en œuvre et intégrées à la politique nationale. Par contre, loin d’être une marche vers la lumière, ce fut une période continue de questionnement, de débats et d’ajustement2.

  • 3 TEIWES, Frederick C. et Warren SUN. From Restoration Toward Reform: Hua Guofeng, Deng Xiaoping, and (...)

6Enfin, et c’est là l’un des points clefs, Sun et Teiwes s’inscrivent en faux contre la thèse du combat politico-idéologique entre Hua le radical et Deng le réformateur. Pour la question agricole, ils n’ont trouvé aucune preuve de dissension entre les deux personnages. Sun et Teiwes préfèrent penser que la prise de pouvoir de Deng est le fruit d’un manque de reconnaissance de Hua au sein des élites communistes chinoises qui favorisèrent l’ascendance du « vieux révolutionnaire » Deng Xiaoping. Deng était en effet une des figures politico-militaires majeures de la révolution qui instaura la République populaire et l’un des dirigeants les plus importants avant 1966 alors que Hua, de 17 ans son cadet, ne rejoignit le Parti qu’en 1938 et ne fut connu du « centre » qu’en 1971 lorsqu’il y fut appelé par Mao. Le sujet n’est malheureusement pas véritablement abordé dans la mesure où les auteurs écrivent justement un deuxième tome sur cette même période 1976-1981 pour discuter des problèmes à proprement parler politiques3.

7Etant donné l’envergure du travail fourni et la contribution majeure que représente l’ouvrage, il est difficile d’en faire ressortir les points négatifs. Ceci étant dit, ajouter plus de données et de statistiques agricoles sur la période aurait donné encore plus de poids aux arguments étayés dans le livre ; aussi, dans la mesure où les auteurs insistent sur la continuité entre Hua et Deng, il aurait été utile dans l’introduction ou dans un chapitre supplémentaire de faire le point entre l’avant et l’après Mao au niveau économique et agricole. Ainsi, si Sun et Teiwes ne manquent pas de rappeler certains prolongements ou certaines ruptures entre les deux régimes, on s’interroge sur l’impact de la mort de Mao et de la suppression de la fameuse « Bande des Quatre » dans la politique agricole.

8Livre dense et complexe, c’est sans aucun doute un ouvrage à lire par tous les historiens de la Chine moderne et contemporaine. Sun et Teiwes rendent ici à la Chine communiste sa complexité et prouvent une fois encore qu’il est possible de faire de l’histoire sur le sujet des élites politiques chinoises.

Haut de page

Notes

1 Outre l’ouvrage susmentionné The Politics of Agricultural Cooperativization in China (1993), Sun et Teiwes ont régulièrement écrit sur ces sujets. On notera par exemple : Warren SUN et Frederick C. TEIWES. 2011. « China’s New Economic Policy Under Hua Guofeng: Party Consensus and Party Myths ». The China Journal 66: 1-23; Warren SUN et Frederick C. TEIWES. 2013. « China’s Economic Reorientation After the Third Plenum: Conflict Surrounding ‘Chen Yun’s’ Readjustment Program, 1979–80 ». The China Journal 70: 163–87.

2 Kerry BROWN. 2017. « Paradoxes of post-mao rural reform: Initial steps toward a new Chinese countryside, 1976-1981 » [Recension]. Journal of the Oriental Society of Australia 48: 211-214. 

3 TEIWES, Frederick C. et Warren SUN. From Restoration Toward Reform: Hua Guofeng, Deng Xiaoping, and the Dismantling of Maoism, 1976–1981 (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre de Saint-Denis, « Warren Sun et Frederick C. Teiwes, Paradoxes of Post-Mao Rural Reform: Initial Steps Toward a New Chinese Countryside, 1976–1981, », Perspectives chinoises, 2017/3 | 2017, 79-80.

Référence électronique

Alexandre de Saint-Denis, « Warren Sun et Frederick C. Teiwes, Paradoxes of Post-Mao Rural Reform: Initial Steps Toward a New Chinese Countryside, 1976–1981, », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/3 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7873

Haut de page

Auteur

Alexandre de Saint-Denis

Alexandre de Saint-Denis est doctorant à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Paris (alexdesaintdenis@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals