Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ruoyun Bai, Staging Corruption: Chinese Television and Politics,

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2015, 276 pp.
Qian Gong
p. 71-72

Texte intégral

1Reading Le livre de Bai Ruoyun, Staging Corruption: Chinese Television and Politics, est d’autant plus fascinant quand on regarde la série anti-corruption de 55 épisodes Au nom du peuple (Renmin de mingyi 人民的名). Cette série très prisée, créée pour mettre en avant la lutte acharnée que mène Xi Jinping contre la corruption, a séduit des millions de téléspectateurs et est considérée par beaucoup comme la résurgence d’un genre sur le déclin depuis 2004 suite à son interdiction soudaine par le gouvernement. La popularité de cette série illustre aussi bien l’importance que revêt le genre anti-corruption au sein du débat public, que sa pertinence dans la société chinoise aujourd’hui encore. On ne peut s’empêcher d’admirer la clairvoyance dont Bai fait preuve en écrivant un livre qui met en lumière l’évolution du genre anti-corruption et à quel point ce problème est ancré dans la société chinoise. Dans l’ensemble, le récit de Bai est perspicace, subtil et captivant.

2Le livre de Bai adopte une approche intéressante des études sur la télévision chinoise. Contrairement à d’autres ouvrages dans ce domaine qui se penchent sur divers sous-genres, celui de Bai se concentre sur un genre précis : les séries télévisées anti-corruption. Ceci permet à l’auteur d’étudier en profondeur les succès inégaux de séries télévisées dans un environnement médiatique complexe constitué par la politique des médias, la censure, le financement, l’accréditation et la production de contenu dans la Chine post-maoïste. Bai n’en reste toutefois pas là. Elle s’attaque au sujet sensible de la lutte contre la corruption et étudie la question comme « lieu de contestation idéologique » (p. 12). Cette démarche lui permet d’aborder des questions sociales et politiques plus larges, sources de tensions importantes en Chine post-maoïste, comme la moralité et la gouvernance. L’ouvrage nous livre ainsi une étude riche et détaillée des transformations de la société chinoise contemporaine.

3Une des idées principales du livre est que la caractéristique dominante du paysage médiatique en Chine post-Maoïste réside en un « ordre médiatique disjonctif ». Bai emploie ce terme pour décrire le système médiatique complexe issu de l’interaction entre les forces politiques et économiques. Dans l’analyse qui s’ensuit, le livre présente de manière convaincante l’impact de la configuration contingente des intérêts politiques et commerciaux sur les caractéristiques et le devenir du genre anti-corruption. Ceci autorise une exploration plus nuancée des diverses logiques à l’œuvre dans les séries télévisées comme espace de médiation. C’est une contribution bienvenue aux études existantes, qui réfute une pensée binaire percevant les médias chinois comme seuls produits de la lutte opposant l’État au marché, fournissant des observations judicieuses à ce sujet.

4La capacité de Bai à faire ressortir les forces en jeu dans le secteur des médias chinois apparaît clairement dans le deuxième chapitre, une étude de Heaven Above (Cantian zaishang 天在上) (1995), la première série télévisée anti-corruption. La télévision centrale de Chine (CCTV) avait commandé une série sur le sujet brûlant de l’anti-corruption non seulement en raison de la campagne menée par le Parti pour lutter contre la corruption, mais surtout dans l’optique de rivaliser avec les chaînes de télévision provinciales plus commerciales. C’était peut-être paradoxal pour CCTV, une chaîne passible d’une censure plus rigoureuse, de proposer un projet politiquement risqué comme Heaven Above. Bai précise cependant que CCTV est protégée de répercussions commerciales immédiates si une production finit par perdre de l’argent. Le capital politique de la chaîne offre un certain degré de protection à son personnel si cette production essuie aussi des critiques officielles. Les tensions entre le marché et l’État ne peuvent être réduites aisément, mais Bai remarque que les intellectuels, en tant qu’agents culturels, servent de médiateurs entre ces deux forces. Ils sont parfois si habiles qu’ils arrivent effectivement à créer des produits « politiquement acceptables, adaptés au marché et même satisfaisants d’un point de vue artistique ».

5Au chapitre trois, Bai s’intéresse aux différents facteurs qui ont contribué à l’ascension puis au déclin du genre entre 2000 et 2004. Elle propose ici une analyse systémique des transformations du genre. Entraînées par la campagne anti-corruption de 2000, les séries sur la corruption ont fait face à une censure politique moins sévère. Elles n’ont cependant eu l’occasion de croître réellement que lorsque le gouvernement a interdit les téléfilms étrangers aux heures de grande écoute, créant ainsi un marché pour les séries anti-corruption, souvent financées par des investissements privés. Une collaboration avec le secteur de l’édition a également contribué à l’essor du genre. À mesure que sa popularité croissait, le gouvernement était de plus en plus gêné par l’augmentation de contenus toujours plus explicitement liés au crime et à la corruption. En 2004, les régulateurs ont interdit le genre, prétendument pour assurer la stabilité sociale et rétablir l’ordre moral suite à ces dérives télévisuelles.

6Les chapitres quatre à six mettent l’accent sur l’évolution, sur une vingtaine d’années, des séries anti-corruption vers des genres différents. Le quatrième chapitre étudie les premières séries télévisées anti-corruption, essentiellement des mélodrames. Ce genre avait souvent recours au personnage du « bon fonctionnaire » qui trouve ses origines dans le confucianisme. Ces téléfilms initialement appréciés des téléspectateurs s’associaient étroitement à la campagne anti-corruption du PCC en faisant du Parti le pilier de l’ordre moral. Des intellectuels progressistes toujours plus nombreux leur ont néanmoins reproché de ne pas aborder les problèmes structurels et de promouvoir le « gouvernement d’un seul » au lieu de « l’État de droit ». Leurs interventions ont aidé à dissocier corruption et moralité dans ces séries. Il est cependant ironique que la question de la corruption ait été justifiée et banalisée au passage. Selon Bai, un discours néolibéral plus répandu a prévenu les critiques sur le lien entre corruption et réformes économiques. Au lieu de creuser jusqu’aux racines systémiques de la corruption, ces téléfilms ont versé dans le cynisme.

7Le chapitre cinq porte sur le développement de nouvelles séries anti-corruption dans les années 2000. Bai remarque intelligemment que malgré l’interdiction officielle d’aborder le thème de l’anti-corruption aux heures de grande écoute, le genre n’a pas disparu, mais s’est transformé en « proto-récits d’intrigues de bureau » (p. 160). La corruption a été retirée de son contexte contemporain et déplacée dans une culture « guanchang » () imaginaire, à savoir un cadre administratif avec tous les coups bas qu’on lui associe. En empruntant aux diverses formes de corruption de la cour des Qing ou aux satires contemporaines du fonctionnement bureaucratique, les cyniques pouvaient considérer la corruption comme résultat inévitable et inhérent à la culture « guanchang ». Une fois de plus, ces séries n’ont pas réussi à aborder les causes politiques et économiques profondes de la corruption, mais ont plutôt contribué à la banaliser davantage. Les connaissances impressionnantes de Bai sur la littérature, la société et la politique chinoise, permettent de mettre à jour cette étape de l’évolution du genre, qui serait autrement difficile à appréhender.

8Le chapitre six fournit une analyse détaillée d’une série très populaire, Snail House (Woju ), ainsi que des réactions d’internautes montrant combien le cynisme joue pleinement dans la production et la consommation de ces séries. Snail House met en valeur un fonctionnaire véreux, dépeint comme compétent et charismatique, un « bon sujet » capable de survivre dans l’univers compétitif du guanchang. Les internautes semblaient réticents à considérer la corruption comme une question morale, mais plus enclins à s’identifier à « l’impératif néolibéral du développement et de l’optimisation de soi » (p. 207). Selon Bai, la popularité de Snail House montre que la classe moyenne a largement perdu le désir et la capacité de critiquer réellement la corruption.

9Le livre de Bai est une contribution remarquable aux recherches sur la télévision chinoise. Le lecteur bénéficiera non seulement de ses recherches approfondies sur la production et le contrôle des séries chinoises, mais également de ses observations érudites sur les conditions sociales, culturelles et politiques dépeintes dans ce genre fascinant de la série anti-corruption. Son analyse pertinente offre un bel exemple aux étudiants spécialisés dans la culture et les médias ainsi qu’aux nombreux membres du grand public fascinés par la direction dans laquelle la Chine s’engage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Qian Gong, « Ruoyun Bai, Staging Corruption: Chinese Television and Politics, », Perspectives chinoises, 2017/4 | 2017, 71-72.

Référence électronique

Qian Gong, « Ruoyun Bai, Staging Corruption: Chinese Television and Politics, », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7932

Haut de page

Auteur

Qian Gong

Qian Gong est maître de conférences à la Faculty of Humanities, Curtin University, Perth, Australie (Q.Gong@exchange.curtin.edu.au).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals