Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Susan L. Glosser, Chinese Visions of Family and State, 1915-1953

Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2003, 269 p.
Isabelle Thireau

Texte intégral

1Cette étude, qui s'inscrit dans la lignée des ouvrages pionniers d'Elisabeth Croll, Judith Stacey, Kay Ann Johnson ou Margery Wolf, porte sur le débat de la réforme de la famille chinoise durant la période républicaine. Son auteur, Susan Glosser, privilégie l'un des éléments de ce débat : les arguments des réformateurs en faveur de la « petite » famille ou xiao jiating dans des essais ou articles publiés tout au long de la première moitié du siècle. Elle identifie les quatre groupes qui ont dominé ces discussions : les intellectuels du mouvement en faveur d'une Nouvelle Culture, les membres dirigeants du gouvernement nationaliste pendant la décennie de Nankin, les entrepreneurs shanghaiens au cours des années 1930, puis enfin les autorités communistes juste après leur arrivée au pouvoir. Elle propose ensuite une analyse tout à fait passionnante des positions défendues par leurs représentants sur la scène publique.

2Tous ces réformateurs s'accordent pour lier le salut de la Chine au développement du modèle familial de la petite famille, fondé sur la liberté de mariage ainsi que sur une plus grande indépendance économique des membres du foyer. Autrement dit, réforme de la famille et réforme de l'Etat sont indissociables ; renforcer l'individualisme doit permettre d'affirmer la puissance nationale. Mais tous n'établissent pas les mêmes relations entre les trois concepts qui orientent ainsi les débats : l'individu, l'Etat nation, et la productivité.

3Les intellectuels radicaux qui prônent l'émergence d'une Nouvelle Culture revendiquent une plus grande autonomie individuelle afin de mieux œuvrer, une fois levés les obstacles que pose le système familial en vigueur, à l'objectif commun : rétablir la puissance de la nation. Ils encouragent l'individualisme non pas tant comme une valeur légitime en soi, mais plutôt comme une transformation sociale nécessaire dans la quête du rétablissement d'une Chine forte.

4Les dirigeants nationalistes reprennent ce thème tout en se livrant à une critique de la famille plus nuancée que celle des intellectuels radicaux. S'ils décrivent la famille traditionnelle comme un frein à la réalisation individuelle, ils ne la considèrent pas comme la raison de tous les maux sociaux et politiques rencontrés, et souhaitent préserver la force et la stabilité des unités familiales considérées comme un rouage essentiel de la formation de l'Etat chinois.

5Les entrepreneurs shanghaiens tels que You Huaigao perçoivent la petite famille comme l'unité sociale privilégiée pour faire pénétrer en Chine des valeurs modernes concernant l'usage rationnel du temps et des ressources matérielles. Cette xiao jiating constitue le lieu privilégié pour diffuser des principes de rationalisation économique et sociale, augmenter productivité et consommation, et favoriser le développement d'une économie commerciale et donc celui de la nation chinoise.

6Dès leur arrivée au pouvoir, les dirigeants communistes rejettent cette vision entrepreneuriale pour réformer la Chine. Ils reprennent par contre le discours sur la liberté de mariage du mouvement de la Nouvelle Culture tout en s'inspirant également des dirigeants nationalistes lorsqu'ils évoquent les relations entre l'individu et l'Etat : il s'agit de diminuer le contrôle familial sur les membres des jeunes générations afin de renforcer l'influence de l'Etat sur les individus.

7On ne saurait trop recommander la lecture de cet ouvrage qui analyse de façon très convaincante un corpus considérable d'articles de presse, d'enquêtes, et d'essais rédigés par différents membres de l'élite urbaine pendant la période nationaliste, et qui porte un éclairage nouveau sur les liens formellement établis par les intellectuels chinois entre réforme de la famille et réforme de l'Etat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Thireau, « Susan L. Glosser, Chinese Visions of Family and State, 1915-1953 », Perspectives chinoises [En ligne], 83 | Mai-juin 2004, mis en ligne le 26 avril 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/871

Haut de page

Auteur

Isabelle Thireau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals