Navigation – Plan du site
Études

« Expériment » en 1823 - à propos d’un néologisme français mort-né

Alexandre Métraux
p. 95-104

Résumés

Au terme allemand d’Experiment (ou Versuch) correspond en fran­çais le terme d’expérience. Or, en sens opposé, expérience peut devenir soit Versuch, soit Erfahrung (savoir, savoir-faire, connaissance, événement vécu, etc.). Ainsi, le mot expérience véhiculé à plusieurs reprises par Lavoisier dans le discours préliminaire de son Traité a été traduit en allemand par Erfahrung, et en anglais par experiment, ce qui démontre que le terme français prête à des interprétations divergentes, mais également possibles. L’article explicite l’em­ploi du mot expériment, néologisme mort-né du début de xixe siècle, comme équivalent de Versuch., Experiment et experiment dans le but de réduire l’am­biguïté sémantique propre au terme d’expérience.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’objet de ces considérations est un ensemble de mots appartenant à diverses langues. Les renvois à (...)

1Écartons d’emblée tout malentendu. Le propos de la présente contribu­tion est des plus modestes. Il s’agit non pas de justifier, mais d’expliciter le choix d’un néologisme mort-né et vieux de presque deux cents ans pour la traduction du mot allemand Experiment par expériment1 - mot à fréquence relativement élevée dans l’article que Hugo Dingier a consacré à la philosophie de l’expérimentation (cf. le présent numéro, 33-56).

2Et commençons par quelques remarques qui vont presque de soi.

3Dans la version sur cédérom de 2004, le Petit Robert offre une définition quadruple d’expérience :

  1. Le fait d’éprouver qqch., considéré comme un élargissement ou un enrichissement de la connaissance, du savoir, des aptitudes.

  2. Événement vécu par une personne, susceptible de lui appor­ter un enseignement.

  3. Absolt. Connaissance de la vie acquise par les situations vécues.

  4. Le fait de provoquer un phénomène dans l’intention de l’étudier.

4Pour ce qui est de la quatrième acception, l’ouvrage renvoie aux termes d’épreuve, d’essai, d’expérimentation et d’événement. Ainsi, expérience dans l’ensemble de ses acceptions se révèle être un substantif d’une certaine com­plexité - complexité qui, outre qu’elle exige des locuteurs un degré d’atten­tion plus qu’habituel, peut aussi, comme le rappelleront les exemples donnés plus loin, induire en erreur et donner lieu, paradoxalement, à des malenten­dus presque indécelables (et même pas réductibles à des processus inconscients comme dans certains actes manqués freudiens).

5C’est donc au contexte de signaler laquelle de ces quatre acceptions est (probablement) la bonne. S’agit-il d’un contexte de pratiques de laboratoire ou de lieux de recherche munis d’équipements ultra-complexes, ultra-sensibles et parfois immenses (le Supersynchrotron à protons ou le Grand collisionneur électrons-positons du CERN, p. ex.), on comprendra sans peine qu’il est ques­tion d’une approche expérimentale mise en œuvre dans des espaces circonscrits. Si, par contre, il s’agit de quelque événement advenu à une personne qui en demeure marquée pour quelque temps ou à tout jamais, le contexte sera à son tour déterminant pour la compréhension du mot expérience. La polysémie d’expérience ne pose donc en général pas de problème(s) à la compréhension de textes véhiculant ce mot.

6Mais les cas de double traduction, je veux dire : de la traduction « aller­retour » d’une langue en français et du français en la langue d’origine, qui passe conventionnellement par expérience, ne sont pas inoculés contre tout malentendu. Ainsi, Experiment, devenu expérience au passage de l’allemand à la langue cible, devient au retour à sa langue d’origine soit Experiment, soit Erfahrung. Rien de bien grave, dira-t-on, on pourra toujours vérifier en mettant vis-à-vis texte et contexte allemands, d’une part, et le terme français dans son contexte, d’autre part. Mais si les moyens d’une telle comparaison font défaut, soit que l’on n’entende pas l’allemand, soit que le texte allemand demeure indisponible alors même qu’on lit un texte traduit en français dans lequel expérience figure plusieurs fois à chaque page, on ne saisira pas nécessairement la signification de ce mot quand (ou si) le contexte prête à confusion - non pas parce que les lecteurs seraient ou peu appliqués, ou peu expérimentés, mais parce que la signification d’expérience serait en soi sous-déterminée, les facteurs contextuels étant totalement ou partiellement inopérants.

7Avant de considérer le néologisme expériment, il semble recommandé de passer rapidement en revue la manière dont quelques langues distinguent l’ex­périence (d’une déception sentimentale, p. ex.) de l’expérience de laboratoire, ou, d’une manière plus générale, de l’expérience procédant par vexatio naturae, pour faire allusion à une notion courante de l’expérimentation à l’âge classique.

8L’allemand connaît le mot Versuch pour désigner tantôt un ensemble d’opérations effectuées sur des objets d’étude (p. ex. au laboratoire), tantôt pour désigner une tentative, un essai sans intervention matérielle sur ou dans l’objet sous considération ; ainsi, un morceau de prose peut être rédigé dans le but de faire l’essai d’une forme littéraire nouvelle. Quant à Experiment, il dénote soit une expérience de laboratoire (ou une démarche épistémique analogue), soit une tentative ou un essai. A de rarissimes exceptions près, le contexte permet de reconnaître à quoi (à quel genre de procédé, de démarche, d’opérations, etc.) le mot renvoie. Erfahrung, l’un des termes correspondant sémantiquement à expérience, par contre, fait référence à des connaissances pratiques, à des savoirs reçus ou acquis, à des faits éprouvés (cf. plus haut les définitions (1) à (3) du Petit Robert).

9L’anglais a tranché pour de bon entre expérience et experiment vers 1750, alors que dans un passé plus reculé, les deux mots servaient à désigner les mêmes choses, ou, selon le contexte, non pas les mêmes choses, mais quelque chose dans un échantillon de choses désignables.

10L’anglais d’avant 1750 étais soumis à peu près au même régime que le latin tel que le pratiquait Francis Bacon, pour ne citer qu’un auteur, qui est aussi sans doute représentatif des locuteurs avisés se servant du latin pour se faire comprendre des doctes de cette époque-là et encore du temps des Lumières.

  • 2 Cf. l’excellente analyse de [Deleule 1984] ; voir aussi [Jardine 1974, 128-132, 136-137], ainsi que (...)

11Bacon opposa donc experimentum, l’observation voulue, intentionnée, di­rigée sur un objet particulier, voire l’observation à répétition, à accidens, la rencontre fortuite, non-recherchée, d’un ou plusieurs objets aperçus ou entre­vus dans les limites du champ perceptif. Mais experimentum, était tout aussi utile à la désignation d’une expérience en tant qu’épreuve-intervention sur un objet afin d’en corroborer (ou d’en rejeter) les propositions concernant ses propriétés, son comportement ou les effets produits sur lui. En revanche, expe- rientia pouvait dénoter soit une expérience (dans l’acception moderne du mot anglais experiment), soit un ensemble de connaissances acquises par l’étude de textes (experientia literata) ou en fonction de l’exercice de certaines facultés cognitives (perception, mémoire, inférence, etc.)2.

  • 3 Cf. le fac-similé de l’ébauche de la première version du système périodique reproduite dans [Mendel (...)

12Le mot russe опыт (opyt) désigne à la fois l’expérience (quotidienne) ou les connaissances/l’art (p. ex. d’un horloger), une tentative ou un essai, et enfin l’expérience de laboratoire. Par contre, экспернмент(eksperiment), mot im­porté du latin, de l’allemand ou de l’anglais, dénote, d’une façon non-ambiguë, la même chose que son équivalent originaire (experiment ou Experiment ou experimentum, p. ex. dans l’acception de l’expression experimentum erueis). Ainsi, lorsque Dmitrij Mendeleev mit sur papier la première ébauche de ce qui deviendrait par la suite le tableau représentant le système périodique des éléments, il utilisa le mot опыт qui, dans son contexte, signalait de quoi il s’agissait : non pas de substances susceptibles d’être analysées par des procé­dés expérimentaux, mais d’un tableau proposant une grille de lecture synop­tique permettant de concevoir les éléments sous un nouvel angle épistémique. Et quand, dans ses ouvrages de chimie, il était question d’expériences faites au laboratoire, Mendeleev utilisa опыт, on pouvait (et on peut encore) saisir à quoi on a affaire3.

13En néerlandais, on parle d’ervariny quand il est question d’expérience dans les acceptions (1) à (3) du Petit Robert. Quant à l’expérience-intervention- vexatio naturae, les néerlandophones la désignent par experiment ou par proef.

14La langue suédoise procède un peu comme le néerlandais, elle fait la dif­férence entre erfarenhet pour dénoter l’expertise, la connaissance acquise par l’observation, etc., et försök (l’équivalent de Versuch en allemand) et expe­riment qui désignent l’expérience scientifique, p. ex.

15Quant aux locuteurs lusophones, ils ont le choix entre experiencia et ensaio, comme dans l’expression ensaio laboratorial (expérience de laboratoire) ou dans celle, non moins courante, de serie de experiencias ; mais on se sert autant du mot experiencia, comme en français, pour désigner l’expérience en tant qu’événement vécu ou fait éprouvé.

16La langue italienne est riche en synonymes d’expérience. Le Vocabulario degli Academici délia Crusca (3e édition de 1691) traduit le mot latin expe­rientia par approvagione, esperienza, oculatamente, sperienza et sperimento, et propose pour experimentum à la fois emento, esperimento, prova, saggio, spezienza et sperimento. De l’âge classique aux Temps modernes, l’italien a, tout comme le latin des doctes ou l’anglais, réduit l’éventail de dénotations, si bien que cette langue distingue aujourd’hui entre esperienza d’une part pour expérience dans les acceptions (1) à (3) du Petit Robert, et, d’autre part, (e)sperimento, (p. ex. esperimento preliminare et sperimento sugli animali), esperienza, prova et test.

  • 4 Nisaïon : nom masculin au singulier, la forme du pluriel étant nisionot ; havaya, nom féminin au si (...)

17Et enfin, pour ne pas attirer le reproche d’eurocentrisme outré, on notera que l’hébreu (moderne) distingue entre nisaïon et nisouï, nisaïon dénotant une épreuve, expérience, quelque chose qui advient avec ou sans anticipation au sujet ; en revanche, nisouï dénote l’expérience scientifique dans quelque lieu que ce soit. En outre, l’hébreu connaît le mot havaïa qui dénote une expérience excitante ou un événement heureux marquant les esprits, c’est-à-dire qui ne s’oublie pas de si tôt4.

18Tous les exemples donnés ci-devant semblent indiquer que la langue fran­çaise est presque la seule à être dépourvue d’un moyen linguistique pour dé­noter de manière non-ambiguë et sans détour, c’est-à-dire sans se référer au contexte objectif sous-jacent, soit une expérience de laboratoire (ou un en­semble d’actions semblables), soit ce que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alem­bert définit comme « la connoissance acquise par un long usage de la vie, jointe aux réflexions que l’on a faites sur ce qu’on a vu, & sur ce qui nous est arrivé de bien & de mal ». Alors qu’en suédois, en russe, en hébreu, en anglais, en néer­landais, en allemand on peut être sûr qu’un mot approprié (tel qu’experiment ou Experiment) désigne en effet une manière d’approcher un objet au moyen d’une intervention ciblée.

19Dans un avant-propos (Vorbericht) relatif à un manuscrit d’histoire natu­relle rédigé par Louis Patrin qu’il découvrit dans la bibliothèque universitaire de Vilnius en Lituanie, Georg Forster attire l’attention sur le fait que l’au­teur de cet inédit développe des arguments favorables à l’émergence de « neue und wichtige Versuche und Erfahrungen » concernant l’évolution des espèces. Toute tentative de traduction fidèle est prise dans un dilemme, car aucun des termes expérimentation, épreuve, expérience et essai n’est susceptible de rendre avec précision l’un ou l’autre des mots-clés de la formulation « neue und wichtige Versuche und Erfahrungen » - « de nouvelles et importantes expé­riences et expériences ». Versuch (au pluriel : Versuche) dénote un ensemble, une série, une foule d’expériences (de laboratoire ou semblables à celles ef­fectuées dans un laboratoire) potentiellement importantes, et Erfahrung (au pluriel : Erfahrungen) un ensemble, un nombre indéfini d’observations, de ren­contres perceptives, d’acquis de connaissances potentiellement importantes. Pour rendre de manière à la fois plausible et élégante la phrase de Forster, le passage à la langue française recourt forcément à une périphrase, à un détour, dont on pourrait aisément faire l’économie si le terme expériment n’éveïllaït plus ni étonnement, ni malaise ou encore s’il ne donnait lieu à un refus pour cause de purisme.

20La co-occurrence dans une phrase d’Erfahrung et Versuch dans des textes rédigés en allemand constitue une exception assez rare. Maïs le problème lin­guistique et sémantique soulevé par la polysémie d’expérience demeure entier, comme en témoigne la traduction anglaise du Traité élémentaire de chimie de Lavoisier [Lavoisier 1789].

21Dans le discours préliminaire de son Traité, Lavoisier disserte sur le paral­lèle de l’acquisition du langage par l’enfant et la réforme de la nomenclature chimique. Pour ce qui est de l’acquisition du langage, il renvoie à quelques pen­sées que Condïllac a développées dans sa Logique (cf. [Lavoisier 1789, vmsq.]). Or, les passages auxquels Lavoisier est allé puiser ne mentionnent ni la (ou les) méthode(s) expérimentale(s) en général, ni telle ou telle expérience particulière de physique ou de chimie. Expérience dénote ainsi ce qui advient à quelqu’un (en l’occurrence à l’enfant-apprenti chez Condïllac, à l’homme pensant chez Lavoisier) ou encore ce qui se construit peu à peu dans l’ensemble des savoirs sensori-moteurs en vertu d’observations de toutes sortes (cf. [Condïllac 1780, 28-39]).

22Robert Kerr (1757-1813), le traducteur du Traité de Lavoisier, maniait l’anglais à la perfection. J’en veux pour preuve l’aisance avec laquelle il com­posa les 10 premiers volumes de relations d’expéditions et de voyages histo­riques de la collection (comprenant en tout 18 volumes) de A General History and Collection of Voyages and Travels parue entre 1811 et 1824 [Kerr 1824]. Dans ces ouvrages, Kerr ne cessa de respecter la différence entre l’expérimen­tation plus ou moins rigoureusement effectuée (le plus souvent avec vexation de la nature) (donc : experiment), d’une part, et, d’autre part, ce qui advient aux gens, ce qui relève de l’apprentissage individuel, ou encore ce qui est du ressort de certaines performances remarquables, etc. (donc : expérience).

23Mais dans la traduction du discours préliminaire du Traité de Lavoisier, Kerr emploie, à une exception près, seulement le mot experiment en tant qu’équivalent d’expérience. Or, expérience dénote selon Lavoisier, dans la par­tie du Traité en question, ou bien le vécu du petit de l’homme, ou bien l’ac­cumulation de savoirs confirmés, ou encore les pratiques de chimistes éclairés.

24Lavoisier affirme que, comme chez l’enfant pour lequel l’idée naît d’une sen­sation, « pour celui qui commence à se livrer à l’étude des sciences physiques, les idées ne doivent être qu’une conséquence, une suite immédiate d’une ex­périence ou d’une observation » [Lavoisier 1789, vin]. Kerr traduit expérience (dans ce passage) par expérience [Lavoisier 1802, xvi]. Mais ultérieurement, et à chaque fois qu’apparaît l’expérience (au singulier ou au pluriel) de Lavoisier, la traduction anglaise propose experiment comme équivalent sémantique, sans tenir compte de la variabilité du contexte (cf. [Lavoisier 1802, xviisq.]). Et le contexte est en effet à la fois variable et relativement indéterminé, à tel point que le traducteur allemand de Lavoisier, Sigismund Friedrich Hermbstädt (1760-1833), médecin lui aussi et professeur de chimie et de pharmacologie, propose pour la version publiée en 1803 uniquement Erfahrung (qui est tout sauf quelque chose intimement lié aux expériences de laboratoire), ce qui n’est pas entièrement déplacé, mais peut-être aussi la marque d’un automatisme d’interprétation [Lavoisier 1803].

25Kerr et Hermbstädt ont ainsi pris le risque de détourner le sens du discours de Lavoisier. Gaucherie ? Si gaucherie il y a eu, elle est d’autant plus surpre­nante pour la traduction anglaise que, comme cela a été indiqué plus haut, la langue de Kerr avait, dès 1750, fixé pour de bon la signification dexperience et d’experiment. Ainsi, le dictionnaire de Nathaniel Bailey, An Universal Etymological English Dictionary, paru en cinquième édition à Londres en 1731, a bien fait sentir la différence à respecter entre experience et experiment en alignant trois brèves entries [Bailey 1731] :

experience [experientia, L.] Knowledge or Skill gotten by Use or Practice F.

26qui s’oppose à

An experiment [experimentum, L] Essay, Trial, Proof.

27Et comme pour préciser dans quel sens experiment doit être idéalement utilisé, le lexicographe ajouta un petit article sur

experimentum crucis, such an Experiment as leads Men to the true Knowledge of the Thing they inquire after ; as a Cross, set up where divers Ways meet, directs Travellers in their true Course. L.]

28Pourquoi cette gaucherie, si gaucherie il y a eu ? Inutile de spéculer si Kerr, étant médecin et membre de la Physical Society of Edinburgh, donc probablement au fait de certains développements de la chimie de l’époque, a pour ainsi dire par automatisme pris l’expérience de Lavoisier pour l’équi­valent d’experiment des chimistes anglais, ou s’il n’a pas véritablement saisi le contexte philosophico-pédagogique d’origine condillacienne. Or, cette indéter­mination sémantique n’aurait pas existé si l’existence du mot expériment avait permis à Lavoisier ainsi qu’aux autres auteurs francophones de signaler à par­tir de 1750 ou 1800 par le seul choix d’un mot sur quoi portaient leurs énoncés. La même chose s’applique à Hermbstädt dont la traduction ne contribue pas non plus à « désambiguiser » le sens d’expérience (cf. l’annexe comportant une concordance trilingue partielle).

29Le fait est que deux lecteurs, auxquels on ne peut probablement pas faire le reproche d’avoir traduit l’ouvrage de Lavoisier dans un état de somnam­bulisme, ont compris l’expérience du discours préliminaire du Traité comme étant la dénotatïon tantôt de ceci, et tantôt de cela. D’où il ressort que, pour ces deux lecteurs-traducteurs, le contexte ne pouvait plus les orienter dans le choix terminologique le plus approprié.

30C’est probablement dans le but de ne plus devoir s’exposer à cette sorte de sous-déterminatïon sémantique que les auteurs-lexicographes du Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, histoire natu­relle, botanique, physique, chimie, etc., paru à Paris en 1823 [Bégin 1823], ont décidé d’inclure un article sur quelque chose qui est ou qui ressemble fortement à un néologisme : expériment.

31Pour apprécier la portée que les auteurs-lexicographes ont accordée à ce terme, il est recommandé d’en compléter la citation par celle deux articles voisins.

expériment. s. m., experimentum ; épreuve que l’on fait sur l’homme ou sur les animaux avec un agent thérapeutique nou­veau, afin d’en connaître les propriétés. | Vivisection des animaux, faite dans l’intention de découvrir quelque chose sur la structure et les fonctions de leurs organes. | Essai que l’on fait d’un poison ou d’un aliment inconnu, pour savoir quelle est son action.

expérience, s. f., experientia ; connaissance des choses, acquise par un long usage. En médecine, c’est l’art de préserver le corps humain des maladies auxquelles il est sujet, et de les guérir, une fois qu’elles ont paru. On n’y devient habile que par une longue suite d’observations faites avec soin. | Epreuve, essai, tentative. V. EXPÉRIMENT .

Expérimentateur, adj., experimentator ; qui fait des expérimens.

Haut de page

Bibliographie

Bailey, Nathaniel [1731], An Universal Etymological English Dictionary, Londres : E. Bell, etc., 5e éd.

Bégin, Louis-Jacques [1823], Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, histoire naturelle, botanique, physique, chimie, etc., Paris : Baillière.

Condillac, Étienne Bonnot de [1780], La Logique, ou les premiers dévélop- pemens de l’art de penser [...], Paris : L’Esprit.

Deleule, Didier [1984], Experientia-experimentum ou le mythe du culte de l’expérience chez Francis Bacon, dans Francis Bacon : Terminologia e for­tuna nel XVII secolo, édité par M. Fattori, Rome : Edizioni dell’Atene, 59-72, Seminario internazionale, Rome, 11-13 marzo 1984.

Fattori, Marta [1980], Lessico del Novum, organum di, Francesco Bacone, t. 1, Rome: Edizioni dell’Ateneo & Bizzarri.

Jardine, Lisa [1974], Francis Bacon: Discovery and the Art of Discourse, Cambridge : Cambridge University Press.

Kerr, Robert [1824], A General History and Collection of Voyages and Travels : arranged in systematic order : forming a complete history of the origin and progress of navigation, discovery, and commerce, by sea and land, from, the earliest, ages to the present time, Edinburgh : Blackwood.

Lavoisier, Antoine-Laurent [1789], Traité élémentaire de chimie, présenté dans un ordre nouveau, et d’après les découvertes modernes, Paris : Cuchet.
[1802], Elements of Chemistry, in a New Systematic Order, Containing All the Modern Discoveries, t. 1, Londres : G. & J. Robinson, trad, par Kerr, R.
[1803], System, der antiphlogistischen Chemie, t. 1, Berlin; Stettin: Nicolai, trad, par Hermbstädt, S. F.

Mendeleev, Dmitrij [1958], Perioditcheskiĭ zakon: Dopolnitel’nye Material’y, Moscou : Izdatel’stvo akademii nauk, édité par Bonifatiy M. Kedrov.

Haut de page

Annexe

Annexe : Concordance trilingue partielle

Lavoisier

Kerr

Hermbstädt

L, VIII

K, XX

H, 6

une suite immédiate d'une expérience ou d'une observation

what is a necessary consequence, and immediate effect, of an experiment or observation

eine unmittelbare Folge einer Erfahrung, oder einer Beobachtung seyn

L, IX

K, XX

H, 6

À chaque instant le jugement qu'il a porté se trouve redressé par l'expérience

On every occasion his judgments are corrected by experience

in jedem Augenblicke kommt seiner Beurtheilung die Erfahrung zu Hülfe

L, X

K, XXI--XXII

H, 7

à le mettre continuellement à l'épreuve de l'expérience

We ought, in every instance, to submit our reasoning to the test of experiment

Daβ wir dasselbe zur Probe immer mit der Erfahrung vergleichen

L, X

K, XXII

H, 8

à ne chercher la vérité que dans l'enchaînement naturel des expériences & des observations

and never to search for truth but by the natural road of experiment and observation.

Daβ wir endlich die Wahrheit nur in der natürlichen Verkettung der Erfahrungen und Beobachtungen suchen

L, XI

K, XXII

H, 8

de ne déduire aucune conséquence qui ne dérive immédiatement des expériences & des observations

never to form any conclusion which is not an immediate consequence necessarily flowing from observation and experiment

keinen Schluβ zu ziehen, der nicht unmittelbar aus Erfahrungen und Beobachtungen flieβt

L, XIII

K, XXIV

H, 10

Cette loi rigoureuse, dont je n'ai pas dû m'écarter, de ne rien conclure au-delà de ce que les expériences présentent

This rigorous law from which I have never deviated, offorming conclusions which are not fully warranted by experiment

Das strenge Gesetz, das ich nicht übertreten durfte, niemand mehr zu folgern als die Erfahrungen aufweisen

L, XXVIII

K, XXVIII

H, 15

ils agissent à notre égard à la manière des corps simples, & nous ne devons les supposer composés qu'au moment où l'expérience & l'observation nous en auront fourni la preuve

they act with regard to us as simple substances, and we ought never to suppose them compound until experiment and observation have proved them to be so

sie wirken vor unseren Augen als einfache Körper und wir dürfen sie nicht eher für zusammengesetzt halten, als in dem Augenblick, wo Erfahrungen und Beobachtungen uns davon Beweis gegeben haben

Haut de page

Notes

1 L’objet de ces considérations est un ensemble de mots appartenant à diverses langues. Les renvois à des dictionnaires et autres outils de travail seront simplifiés : on ne mentionnera que le titre de l’ouvrage (p. ex. Littré), l’année de parution et, si nécessaire, l’édition (2e ou 3e ou n-ième éd.).

2 Cf. l’excellente analyse de [Deleule 1984] ; voir aussi [Jardine 1974, 128-132, 136-137], ainsi que l’introduction au lexique du Novum Organum due à Maria Fattori, cf. [Fattori 1980, xxviii—xxix].

3 Cf. le fac-similé de l’ébauche de la première version du système périodique reproduite dans [Mendeleev 1958].

4 Nisaïon : nom masculin au singulier, la forme du pluriel étant nisionot ; havaya, nom féminin au singulier, la forme du pluriel étant havayot ; nisouï, nom masculin au singulier, la forme du pluriel étant nisouïm ; ces termes dérivant de la racine commune n-s-i ; je dois ces renseignements à l’aimable obligeance de mon ami et collègue Michael Elazar de l’université de Tel Aviv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Métraux, « « Expériment » en 1823 - à propos d’un néologisme français mort-né », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-2 | 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/949 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.949

Haut de page

Auteur

Alexandre Métraux

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives H,-Poincaré - Université de Lorraine – CNRS
(UMR 7117) (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page