Skip to navigation – Site map
Hegel

Le crime et le sujet dans la philosophie du droit de Hegel

Hérvé TOUBOUL
p. 25-44

Abstract

La propriété et sa négation sont, pour Hegel, à la source de la constitution dialectique d'un sujet. Les délits, les crimes, le mal inscrit au cœur de la construction de la subjectivité, sont ce qui forme un sujet substantiel, mais toujours en train de se défaire. Il n'est relevé que par la puissance de l’Etat. Il se peut que, contrairement à ce que Hegel avance dialectiquement, celle-ci demeure toujours extérieure à l'individu.

Top of page

Index terms

Top of page

Full text

1La philosophie de Hegel se constitue dans une répétition dialectique. L’avant explique l’après lorsque l’analyse d’une notion, saisie dans la représentation, fait apparaître sa limite. Elle touche alors son bord : autre notion que la première notion n'est pas ; négation, cette notion est indispensable à la définition de la première, une définition délimite et pour cela a besoin de la notion qui s'oppose. Alors la réflexion présupposante, synthèse, prend le risque de spéculer sur la notion suivante, après qui trouve sens en expliquant à son tour l’avant. Ces mouvements de l’avant vers l’après, de l’après vers l’avant, font cercle s’élargissant, et cercles de cercles. Le concept est trouvé lorsque la limite devient négation, et la synthèse négation de la négation. Lorsque le mouvement traçant le dernier cercle est revenu au début, le concept est alors devenu système où la représentation n’est plus qu’un moment de l’enchaînement conceptuel.

Devenir sujet, devenir propriétaire

  • 1 « Il peut arriver que l’ordre du temps dans le phénomène réel soit en partie autre (zum Teil an (...)
  • 2 Introduction à la critique de l’économie politique, édition bilingue, trad. revue par J. P. Lef (...)

2La définition dialectique du droit commence à la propriété. Hegel sait très bien que l’histoire logique n’est pas l’histoire empirique : l’ordre conceptuel de l’histoire du droit, qui ne peut être histoire que parce que les déterminations conceptuelles du droit, qui sont celles énoncées dans la Logique, mais qui fonctionnent toujours dans un contenu, sont ce que l’on peut nommer la condition transcendantale du passage de l’histoire telle qu’elle s’est déroulée à l’histoire comme discipline de savoir. Même s’il est à la limite impossible que l’histoire chronologique et l’histoire conceptuelle n’aient pas tendance à concorder, l'ordre historique véritable commence au concept. La famille a existé le plus souvent avant la propriété1, mais dans les sociétés où cela a été le cas il n’existait pas de droit véritable, seulement comme dira Marx un stade de la possession, et non celui de la propriété2, on peut ajouter qu’il existait alors, si l’on suit l’hégélianisme, des coutumes éthiques dans une forme de substantialité où le sujet est substance, mais sans être subjectivité.

3Le moment de la propriété, qui va apparaître comme logiquement premier, se déroule suivant les trois étapes dialectiques. Le premier moment, déjà présent dans sa forme logique, dans les premiers mouvements de l'esprit subjectif, et formant dans le stade phénoménologique le célèbre moment de l'ici et du maintenant, est la prise de possession. Celui qui est déjà un sujet, mais un sujet en tant qu'il est le porteur de déterminations, matière, matière qui a toujours déjà une forme, forme qui se formant dans le procès dialectique, transforme, faisant advenir une autre forme qui se stabilisant un temps un peu plus long que la forme précédente, devient être-là, s'extériorise par l'appropriation immédiate d'un lieu qu'il va délimiter, s'opposant alors à d'autres. Ces autres ne sont pas encore présents dans l'exposition bien que leur anticipation, logique, engage une spéculation sans trop de risques, les faisant venir déjà, bien qu'ils ne soient pas encore là. C'est leur présence qui transformera la possession en propriété véritable, effective.

  • 3 Il faut se rapporter ici au § 407 de l''Encyclopédie des sciences philosophiques, T.3, Philosop (...)

4Dans la philosophie hégélienne le sujet ne s'appréhende pas dans une immédiate présence à soi, le mouvement le construit.Avant, si l'on peut dire, d'accéder à la propriété, un commencement de moi s'est formé en se distinguant du monde par un simple sentiment de soi, il est alors un défilé de sensations qui commence à les différencier, cette différenciation appelle l'identité : faire des différences implique logiquement une permanence3.

  • 4 Ibid., add. Au § 408, p. 496.

5Mais le sentiment de soi trouve son négatif, qui a des degrés divers en chaque esprit, tout le monde ne sera pas criminel, mais chacun sera dérangé : radoteur, distrait, maniaque, moments où le négatif s'installe dans le sujet qui ne s'enchaîne plus. Le moi devient cet état et non plus continuité, il est pourrait-on dire, une absence : une représentation l'emporte sur le moi, qui n'est plus à lui-même. Faute de se ressaisir comme moi permanent, le sujet est perdu : « seul l'homme parvient à se saisir dans une telle entière abstraction du Moi. De ce fait il a pour ainsi dire le privilège de la folie et du délire4.» Perdu, le sujet passe à côté de lui-même et se place abstraitement dans ce qu'il n'est pas. Ainsi naîtront les passions, fixations plus ou moins grandes dans le négatif, et déjà avec elles le mal, maladie de la liberté. La subjectivité est folie et crimes surmontés, ils ne se surmontent pas toujours tellement ils sont une possibilité réelle : ici pointe le droit.

6Ce qui empêche de devenir fou, et relève par conséquent le négatif, est l'habitude. Moment où l'âme se fait corps, où le corps nous conduit, se faisant âme, et par là nous permet d'enchaîner sans tomber dans le trou d'être qui guette. L'intérieur a trouvé son extérieur : il est devenu ce corps qui, dans les deux sens du mot, me porte. Il me porte, mais je sais qu'il me porte, l'extérieur s'est intériorisé, et négation de la négation, l'intérieur devenu extérieur prend le pas sur cet extérieur : l'âme prend possession du corps, pensant et énonçant qu'elle « a » un corps. Âme et corps ne sont plus séparés, ils vont ensemble, mais la conscience est née, qui est enchaînement de soi sans véritable réflexion. Le négatif comme toujours, sauf au moment de la mort où l'être s'éteint, devient néant sans être, va surgir à nouveau. Moment de la certitude sensible qui se retrouve au début du droit abstrait dans l'esprit objectif qui ouvre la philosophie du droit. L'on peut ici ne pas reprendre le mouvement de l'esprit subjectif qui veut expliquer l'après par l'avant : suivre ce chemin exigerait de passer de la conscience à la conscience de soi dans la partie phénoménologique de l'Encyclopédie, pour venir ensuite à la partie psychologique englobant l'esprit théorique et l'esprit pratique. Mais l'on peut passer à l'explication de l'avant par l'après qui montrera comment le début de l'esprit objectif se sert et explique ce moment de la psychologie.

  • 5 Principes de la philosophie du droit, trad. J. F. Kervegan, Paris, édit. Puf, 1998, § 35, p. 12 (...)
  • 6 Ibid., Vrin, trad. Derathé, p. 96.

7La propriété va faire que « le sujet est, dans cette mesure, une personne5 ». L'addition à ce § 35 mentionne que « la personne se différencie essentiellement du sujet, car le sujet n'est encore que la possibilité de la personnalité puisque tout être vivant, en général, est un sujet. La personne est donc le sujet pour lequel cette subjectivité existe, car, en tant que personne, je suis absolument pour moi6». Dans ce qui n'est d'abord que possession, en quelque sorte je me reconnais moi-même et je me place au-dessus de la vie organique, où l'après saisit l'avant : la possession, surtout devenue propriété, me donnera des habitudes, me sortira, m'occupant et me préoccupant, des absences que connaît l'esprit pris en lui-même et qui n'en sort pas. Mais dans propriété le sujet n'est qu'une personne, un propriétaire, monsieur untel, qui a telles caractéristiques. Je me connais moi-même comme ce propriétaire, mais comme un sujet qui est vu comme un objet.

  • 7 Rappelons ici ce passage de Merleau-Ponty : « la naissance de la propriété privée avec l’appari (...)
  • 8 Ibid., § 39, JFK, p. 128.
  • 9 Ibid., § 44, JFK, p. 133.

8L'individu singulier, conscient, ayant un corps, pensant posséder son corps, n'en reste pas à lui-même7. Le négatif le dérange, à la fois, comme il reste lié dialectiquement au positif, le pousse, mais en même temps le détruit, il cherche alors à se poser dans l'élément extérieur immédiat, il se rapporte « à une nature trouvée déjà là8». Ce qui constitue son désir va s'emparer de ce qui est immédiatement là, ici et maintenant, se porter vers un espace, dans un temps complètement spatialisé, mais sans limite parce qu'indéfiniment répétable. Et ce n'est pas parce que dans la prise de possession l'ici-maintenant trouvé là devient une chose dans la perception que cette prise de possession se pose une limite, la chose est ses propriétés qui l'étendent, et tout est chose. La personne peut donc placer sa volonté dans toutes les choses avec un « droit d'appropriation absolu9» sur chacune. La propriété va avec la notion de chose, concrète la propriété est la pure abstraction : on possède des choses, qui sont très différentes, mais qui sont toujours des...choses. Est préfigurée ici la démesure de la société civile, le capitalisme, même si Hegel ne prononce pas le mot, qui en lui-même, sans l'Etat, est folie : passage d'une chose à une autre, toile qui se transforme en coton, mais aussi en fer, en blé, à l'infini. La personne est le passage vacillant d'un « c'est moi » à un « c'est à moi » qui équivaut à un « c'est moi » qui se mire dans la chose sans la distinguer de soi. Mon champ est mon âme, comme mon âme est mon champ, et toute chose peut être à moi, donc devenir moi.

  • 10 Ibid, add. Au § 4 : « quand nous pensons nous sommes également actifs », Derathé p. 72.
  • 11 Ibid., § 12, JFK, p. 107.

9S'il est une cause de la possession, et de celle-ci devenant propriété, ce n'est pas dans le besoin qu'elle est à chercher, même si cette propriété est utile à le satisfaire, mais dans l'affirmation de soi qui est toujours dialectiquement négation, au sens où s'affirmer ne se fait que dans la négation de l'autre : chose, ou homme. La liberté commence à la puissance d'agir, mais qui se reconnaît comme telle. Le fait de rattacher l'action et la puissance d'action au moi crée de la liberté, de la liberté politique à son commencement, de la liberté métaphysique en ce sens que l'attribution au moi de l'acte crée un saut qualitatif en regard du déterminisme, le perturbe et le transforme par une nouvelle forme de cause, qui n'est plus la même que la causalité physique, mais constitue la volonté qui n'étant pas une faculté, va se construisant, allant jusqu'à échapper à toute cause anthropologique ou psychologique, pour se confondre avec l'intelligence pensante. Spinoza et Kant, l'avaient vu suivant des modalités différentes, l'intelligence d'une chose, l'universalisant, fait échapper ce qui est pensé aux conditions dans lesquelles elle est pensée. La liberté est alors l'arrêt sur une pensée, qui la rendant plus consciente que les autres pensées, est l'agir lui-même, d'autant que la réflexion sur l'action est déjà une action10. Hegel de vanter la puissance spéculative du verbe sich entchliessen : se résoudre, qui marque, et cela est vrai en français comme en allemand, la force de la résolution positive : « je suis résolu », et le négatif du désaisissement : « je me résous à11».

10Pour l'heure la différence inscrit le négatif dans l'extériorité : mettre la main sur quelque chose qui est extérieur à mon corps, qui m'apparaît, lorsqu'il se dresse en chose en face de moi, comme n'étant pas moi. Il n'y a pas de « premier » ayant « enclos un terrain », toujours, tout de suite, un terrain a déjà été enclos, chacun est ce « premier ». La liberté, qui se construit, est d'abord puissance, valorisation de soi pour soi-même et par l'autre, par là reconnaissance aussi de soi par soi, et dans son immédiateté ne connaît pas l'égalité.

  • 12 Ibid., Derathé p. 97.
  • 13 Ibid., add. Au § 203, Derathé p. 227, les choses ont changé, Hegel a, si l'on peut dire, besoin (...)
  • 14 Ibid., § 63 : « en tant que propriétaire de plein droit de la Chose, je le suis de sa valeur au (...)
  • 15 Ibid., add. Au § 65, Derathé p. 118.
  • 16 Ibid., § 51, JFK. p. 139.
  • 17 « Il y a une conscience de soi pour une autre conscience de soi...Cette contradiction engendre (...)
  • 18 « Le combat pour la reconnaissance, sous la forme poussée à l'extrême...ne peut avoir lieu que (...)

11La prise de possession est le moment positif, l'usage de ce qui devient propriété est le négatif : la chose résiste, il faut la transformer, le travail déjà s'annonce, cette possession devenue identique à moi alors qu'elle était différente, elle se révèle encore comme n'étant pas moi bien qu'elle soit à moi, au vrai bien qu'elle soit moi. L'usage est le devenir temps de l'espace, ce qui lie comme chose des ici-maintenant séparés, il tisse la personne en sujet, mais sujet qui reste pris, attaché, dans l'extériorité. L'addition du § 37 parle d'une attitude de « pur entêtement », d'un « cœur et d'un esprit borné12», s'annonce ici ce qui dans la société civile sera la classe substantielle où est accepté « sans réfléchir ce qui est reçu et donné13», mais à la condition sans doute que l'on ne s'attaque pas à ce qui est reçu. L'usage, même sans travail, mais cela sera plus vrai encore dans l'élément du travail - Marx lira Ricardo avec Hegel - entame sa négation dans le moment logique de la mesure : une possession est un élément qualitatif, quantifiable, qualité et quantité prises ensemble détermineront la valeur de la chose possédée14. La mesure de la valeur creuse le négatif, mesurant quelque chose je commence de m'en défaire, déjà l'échange est dialectiquement là, le passage à la vente sera la négation de la négation, le négatif dominant en cette figure le positif. « L'aliénation est une véritable prise de possession15». En me séparant de ce qui est devenu moi, je suis au-dessus de moi, aliéné dans la chose, je me relève, ma volonté se prouve à moi. L'aliénation d'un bien est la relève dialectique du don que Mauss rendra célèbre. Mais dans cet échange, mesuré, apparaît l'autre, que la prise de possession avait déjà fait venir à l'exposé, car celle-ci n'est que lorsqu'elle est « connaissable par d'autres16». Si l'autre ne reconnaissait pas ma possession, elle n'aurait pas pour moi de valeur, valeur qui ici n'a rien ici d'une valeur d'échange, mais qui porte une valorisation de ce qui alors devient le moi. Le désir n 'est pas seulement affirmation de puissance, il est aussi, et cela va en même temps, le désir du désir de l'autre, la possession vaut parce qu'autrui la vise, ou pourrait la viser, et mon affirmation n'est pas simple satisfaction d'égoïsme, elle est dans la reconnaissance par l'autre de mon bien comme le mien, reconnaissance qui implique que cet autre voudrait bien que mon bien soit le sien17. Dans l'Etat se constituant, cette reconnaissance sera le fond phénoménologique faisant que la possession sera admise et deviendra pleinement propriété18.

  • 19 « Le contrat présuppose que ceux qui le passent se reconnaissent comme personnes et comme propr (...)

12L'aliénation de ce bien place le moi au-dessus de ce qu'il était déjà, mais le contrat est le lieu de la négation de la négation dans l'élément de l'affirmation, la satisfaction intérieure, à la fois triste de perdre ce qu'elle a, et forte d'être au-dessus de ce qu'elle a, y devient réalité – être-là – extérieure, dans la matérialisation de ce contrat : frappe dans la main, papiers signés. Le contrat est la reconnaissance sans maître et sans esclave19.

  • 20 Encyclopédie p. 27 3-274. Surkhamp. T. 10, p. 298.
  • 21 Ibid., § 473, p. 271.

13Vers la fin du développement de l'esprit subjectif, dans l'Encyclopédie, au § 475, Hegel définit le sujet, il est « l'activité de la satisfaction des tendances, de la rationalité formelle, à savoir de la transposition (faisant passer de la subjectivité du contenu, qui, dans cette mesure, est but, en l'objectivité dans laquelle le sujet s'enchaîne avec lui-même (mit sich selbst zusammen schliesst)20». La volonté, en tant qu'elle est naturelle, est tendance et inclination21, et celles-ci sont multiples, lorsqu'elles se réduisent maladivement à l'unité, elles sont alors passion, absence au monde par fixation obsessionnelle à une chose, reprise dialectique du dérangement de l'esprit. La propriété, lorsqu'elle est la seule forme de culture d'une personne, donc d'un propriétaire-sujet, peut devenir une passion, mais lorsque ce sujet se différencie de cette chose, parvient à prendre ces distances, elle est, plus que toute autre chose, ce qui permet à l'individu de trouver une permanence en soi, de réaliser matériellement une analogie de l'expérience. Le risque avec la propriété est d'aller à l'abîme, de la perdre et de se perdre dans cette perte, de ne pas trouver sa satisfaction, ce qui est vrai en tout agir, mais la propriété donne un but plus immédiatement que n'importe quelle autre activité. Elle est le lieu privilégié de la construction d'un intérêt, qui m'arrache à l'égoïsme, en me projetant dans un but qui n'est pas directement moi. Ne pas perdre ma propriété, la faire fructifier, pouvoir la bien vendre, sont des buts qui diffèrent le moi de lui-même, l'arrachant au pur égoïsme. Sans doute l'intérêt est nécessaire en toute activité, mais le soin de la propriété est cet intérêt qui est l' éveil le plus facile du début de la culture, donc de la volonté.

  • 22 Add au § 49, Derathé p. 106.
  • 23 Le Capital, trad. de C. Cohen-Solal et g. Badia, L. 3, t. 3, Paris, édit. Sociales, 1974, p. 8 (...)

14La logique hégélienne exige dès le commencement de la philosophie du droit, si l'Etat ne doit pas être qu'un pur instrument de pouvoir des maîtres sur des esclaves, que chacun puisse être propriétaire, un additif le dit : « tout homme devrait avoir une propriété22.» Beau programme, et l'on se demande comment on doit l'entendre ! Marx dira, dans une note du Capital que c'est là où Hegel risque bien de se casser le cou tout de bon23.

15Pour l'heure, le sujet-personne, propriétaire, est un subjectum, il a, pourrait-on dire, une subjectité, sans vraie subjectivité : il est le substrat, le porteur, de quelque chose qui le rend plus plastique, mais il se vit pour l'essentiel, dans une extériorité, la chose possédée, il n'a pas d'intériorité véritable, mais la négation est là, elle a la figure de l'injustice.

Délits et crimes

  • 24 « Du fait que la déterminité de la volonté est ainsi posée dans l'intérieur, la volonté est en (...)

16L'individu juste est injuste. Cela ne veut pas dire, pour Hegel, une chose sophistique, mais que le juste n'est juste qu'à surmonter l'injustice qui est en lui. Le droit est une notion éminemment dialectique, il n'est que par le non-droit. Le contrat des propriétaires est par essence fragile, s'il ne l'était pas il ne serait pas contrat, il serait substance. Le contrat lie deux personnes, mais qui restent deux personnes bien séparées, cette séparation fait que le mariage n'est pas un contrat et que ce dernier est immédiatement entamé par sa négation. Celle-ci ne survient pas toujours, mais dans ce c'est l'envie de transgresser le droit qui est présente. Cette transgression est, en quelque sorte, une contingence nécessaire : elle peut ne pas venir, elle tient souvent à des circonstances de hasard, mais elle arrive si fréquemment qu'elle est le support même du droit, ce par quoi il existe. Il faudrait que l'esprit fini soit absolu, pour que dans l'existence l'apparence ne soit jamais prise pour l'essence. Viennent donc des conflits de droit, litiges qui sont de bonne foi, et que l'illimité qu'est l'appropriation dans la prise de propriété engendre. Plus graves, ce qui implique des degrés dans la négation, dans le quantum de la qualité quantitative, qui ouvre à la mesure et à la démesure, par passage à la limite, se tiennent la fraude consciente et le crime. Ces négations vont transformer dialectiquement la personne en sujet. Celui-ci qui était persistant en lui-même dans l'extériorité : la propriété comme chose extérieure, va maintenant se voir creuser une intériorité, qui va d'ailleurs l'enfermer dans la particularité24. La notion de sujet va donc bouger, et le crime va être cette opposition qui va envoyer l'individu vers son fond, gouffre dont il ne pourra remonter qu'en étant remonté.

17Déni de droit, fraude, crime sont des jugements. Juger est, pour Hegel, un acte spéculatif, ce n'est donc pas qu'un acte de réflexion, mais c'est un agir, pour qui dire est faire, faire est dire, acte du corps autant que de l'âme. Se taire peut être un jugement, aussi bien que « juger avec ses pieds » en s'en allant. Je peux nier que le droit soit respecté, je veux alors faire reconnaître le non respect du droit par le droit, qu 'alors je veux respecter : le jugement est alors, pour l'essentiel, un acte de parole du genre : « je ne suis pas d'accord », ou « ce n'est pas conforme à la loi », ou encore « la loi me donne raison ». Dans la fraude, le droit est aussi reconnu, mais mon action consiste à faire passer l'apparence pour l'essence, j'affirme qu'il est conforme au droit de faire telle action en faisant cette action, mais je sais fort bien que cela n'est pas vrai, et cette action qui comprend un dire fait apparaître mon intention menteuse. L'extérieur est démenti par l'intérieur, mon hypocrisie creuse ma subjectivité. Celle-ci entretient avec le mal un rapport très aigu, qui peut aller d'ailleurs aller s'aiguisant, à sa pointe, jusqu'au crime qui va affirmer la négation, aller à contre-courant dialectique, empêchant la négation de la négation. Le criminel ne laisse pas tomber la négation, il s'y accroche, s'enferme dedans, affirme sa subjectivité comme la seule vérité, au lieu d'avancer dialectiquement il recule : passé de l'affirmation vers la négation, il remonte de la négation vers l'affirmation jusqu'à poser cette négation comme la seule affirmation. Le criminel a quelque chose du philosophe lorsque celui-ci pose la subjectivité comme vérité.

  • 25 Hegel, la mort et le sacrifice, dans Revue Deucalion, n° 5, Etudes hégéliennes, Neuchâtel, édit (...)

18Le crime nie le droit, complètement. Le criminel néantise, mais ne pose pas d'être, sujet, il passe dans son crime comme prédicat, mais il passe dans une destruction vide où il se dissout, sa forme d'être est un quasi non être. Dit de manière sociologique, c'est un être traqué lorsque le droit existe, est là. Il est sans Aufhebung. Le seul être qu'il puisse avoir est de s'installer dans le négatif, dans cet être qui n'est qu'à peine un être : expérience intérieure, celle qu'a pu décrire Bataille qui disait que Hegel « ne sut pas dans quelle mesure il avait raison25 » « ne sut pas » parce qu' il n'avait pas décrit ce moment du négatif, non être qui a encore un peu d'être et qu'il a laissé chuter en s'installant vite, trop vite, dans la relève dialectique qu'il veut être extérieure au criminel. Oubliés les héros comme ceux du cinéaste Melville, installés dans la solitude et dans la mort avant l'heure, ou n'ayant comme positif, expérience extérieure, que la bande habitée du négatif.

  • 26 Principes de la philosophie du droit, JFK p. 178.
  • 27 Ibid., § 99, p. 179.
  • 28 Ibid., § 126, p. 203.

19Le § 99 dit donc que la violation dans le crime n'a « aucune existence positive26». Le positif dialectique ne peut être trouvé qu'à l'extérieur du criminel, celui-ci affirme ce qui est sa volonté particulière, mais la négation de la négation ne lui appartient pas, elle est dans l'Etat, qui, à ce moment de la philosophie du droit, apparaît sans apparaître. Il est cette ombre qui attend, va frapper le criminel, le sauver de lui-même, y compris en le tuant s'il le faut, lui accordant alors la dignité de sortir du mal, sa mise à mort à la fois lui restituant son acte et posant le droit. Le crime a une définition dialectique, ou il n'existe pas. Il amène la volonté à l'être, il est la source philosophique de la responsabilité, et c'est parce qu'il peut être criminel que l'individu peut être interpellé en sujet. La pensée qui cherche, et qui trouve, des causes au crime nie le crime : il y avait tellement de causes à ce crime que celui-ci ne pouvait pas ne pas avoir lieu, et puisqu'il a déjà eu lieu, qu'il est déjà contenu dans ses causes, seules ses causes existent, et pas le crime. Ces causes, transformées en motifs et mobiles, extérieures, elles deviennent alors intérieures, font que « l'aspect subjectif du crime devient l'essentiel27», entendre que le tribunal se laisse prendre par la négation, il finira par trouver que le « mauvais sujet » a « un cœur qui doit être bon », que « des crimes, et les pensées qui les conduisent, quand bien même ce seraient les fantaisies les plus plates, les plus creuses, et les opinions les plus sottes, seraient conformes au droit, rationnels et excellents pour cette raison qu'ils viennent du cœur et de l'enthousiasme28».

  • 29 Critique de la raison pure, trad. A. Renaut, Paris, édit. GF-Flammarion, 2006, p. 508, les ital (...)
  • 30 Principes de la philosophie du droit, § 139, JFK p. 214.
  • 31 Encyclopédie, § 468, p. 266.
  • 32 Ibid., add. Au § 468, p. 563.
  • 33 Quelles que soient les différences, grandes, entre les deux penseurs, on peut ici rapprocher He (...)

20Hegel reprend Kant et son fameux exemple décrit dans l'antinomie de la raison pure, l'exemple du « mensonge à caractère de malignité par lequel un homme a introduit une certaine confusion dans la société, et dont on recherche d'abord les motifs explicatifs d'où il a pu provenir pour ensuite apprécier comment il peut, avec ses conséquences, lui être imputé. Du premier point de vue on perce son caractère empirique jusqu'à ses sources, que l'on cherche dans la mauvaise éducation, dans une société pernicieuse, en partie aussi dans la méchanceté d'un naturel insensible à la honte, et qu'on met aussi en partie au compte de la légèreté d'esprit et de l'irréflexion, sans négliger au demeurant les causes circonstancielles qui ont pu jouer un rôle. Dans tout cela on procède comme on le fait en général dans la recherche de la série des causes déterminantes par rapport à un effet naturel donné. Or, tout en croyant que l'action est par là déterminée, on blâme néanmoins l'agent, et cela non point à cause de son naturel malheureux, non point à cause des circonstances qui ont pu avoir sur lui une influence, ni même à cause de la manière dont il a auparavant conduit sa vie : on présuppose en effet que l'on peut mettre totalement de côté ce qu'il en a été de cette conduite et regarder la série des conditions comme si elle était nulle et non avenue, pour considérer au contraire cette action comme totalement inconditionnée par rapport à l'état précédent, comme si l'agent commençait ainsi tout à fait par lui-même une série de conséquences29». Kant a raison : le crime doit être imputé, et non pas dissous dans les bonnes raisons que l'on trouve pour tout, mais il a tort, jusqu'à un certain point, car il y a bien un « mystère de la liberté30», de renvoyer le commencement de l'action dans une sphère intelligible, nouvel asile de l'ignorance. Lorsque dans la partie de l'Encyclopédie sur l'esprit subjectif, cet esprit devient « esprit pratique », Hegel pose que « l'intelligence se sachant comme ce qui détermine le contenu, qui est tout autant le sien qu'il est déterminé comme étant, est la volonté31». Lorsque « l'agir » devient « objet à soi-même32» alors l'intelligence devient cette volonté, le déterminisme est nié par l'intelligence qui en est prise, et le dire qui la constitue, et il est assumé comme étant mien, ce qui fait qu'alors il n'est plus le même, sa causalité dans l'intelligence se trouve multipliée, devient possibilités33. Le criminel est celui qui, soit n'est pas intelligent et qui enfouit son esprit dans les tendances sensibles, soit l'est presque trop, sa volonté est arrêtée à se prendre elle-même pour objet, oubliant les déterminations, pour ne plus que se regarder elle-même, elle se prend alors elle-même comme fond, mais ne se sortira pas seule du gouffre, elle se jettera vers n'importe quelle main pouvant la sauver.

  • 34 Principes de la philosophie du droit, § 139, JFK p. 215.
  • 35 Ibid., § 135, p. 210
  • 36 Ibid., § 139, p. 214.
  • 37 Voir l’addition au § 158 de l’Encyclopédie sur « la transfiguration de la nécessité en liberté  (...)

21« Par conséquent, l'homme est à la fois mauvais aussi bien en soi ou de nature que par sa réflexion au-dedans de soi34», Hegel reprend la vision kantienne du mal radical contenue dans La religion dans les limites de la simple raison, faire le mal consiste à faire passer la particularité pour l'universel, à, par fausseté, faire passer les déterminations sensibles dans la maxime dirigeant l'action : les hommes sont portés vers le mal à la fois par leur nature sensible et leur réflexion. « La connaissance de la volonté n'a gagné son fondement et son point de départ solides qu'avec la philosophie kantienne35», mais s'il y a un mystère de la liberté, ce mystère est spéculatif36et ne renvoie, comme finalement il le fait subrepticement chez Kant, à aucun mysticisme. La fin de la logique de l'essence le dira : la venue à la connaissance d'une cause devient elle-même cause qui, comme agir, est aussi effet : ici tient le passage à la logique subjective37.

22Le mal alors n'est pas un mystère absolu : il ne vient pas du dehors à la subjectivité, il est au cœur de son fonctionnement même, il est la pointe de la subjectivité. Lorsqu'il décrit dans sa philosophie du droit le moment de la moralité, Hegel commence par poser ce qu'il nomme le « propos (Vorsatz) », reprise dialectique du moment du déni de droit dans la sphère du droit abstrait. Ce moment désigne le commencement d'une mauvaise foi qui conduit du litige de bonne foi vers la fraude, dans le litige sans mauvaise intention le dialectique affleure à la conscience : la possibilité apparaît à cette conscience de tromper. Est-elle accusée qu'elle renversera la nécessité en contingence : je me suis simplement engagé à cela, dira t-elle, je ne pouvais savoir que les choses suivraient ce déroulement imprévu ! Ou mais cela revient au même, renversement de la contingence en nécessité : vu le cours pris par des choses je ne pouvais qu'agir ainsi ! La fuite en avant de la responsabilité amène celui qui devient le sujet à bien cerner sa véritable intention.

  • 38 Cet exemple est cité par Hegel dans l’édition de sa Logique en 1831, Science de la logique, tra (...)
  • 39 « C’est…la subjectivité qui, dans son assurance infinie, constitue l’élément dominant de la com (...)
  • 40 « Pas plus que la douleur, le Mal – le négatif de l’esprit infini étant en-et-pour soi – ne vie (...)
  • 41 Ibid., § 185, p. 261.
  • 42 Ibid., Derathé p. 217.
  • 43 Ibid., § 183, JFK p. 260.
  • 44 Ibid., § 241, p. 201.
  • 45 Ibid., § 244, p. 303.

23Le mal, pour Hegel, sera essentiellement hypocrisie. Mais cette hypocrisie n'est pas loin d'être la conscience elle-même, car elle montre que, en l'esprit, le négatif n'est pas séparable du positif. Si la pierre, en tombant, prenait conscience d'elle-même, elle ne dirait pas comme Spinoza le lui fait dire : « si je tombe c'est que je le veux », ou encore, ayant lu Spinoza, « il est nécessaire que je tombe », mais elle dirait bien plutôt comme l'aimant de Leibniz : « j'en ai assez de tomber38». La pierre, le temps construisant sa conscience, se mettrait à ne plus vouloir être seulement espace. Elle voudrait être quelqu'un d'autre : il y a un lien essentiel, pour Hegel, entre la subjectivité et la comédie39, car la subjectivité est l'épreuve de la limite qui borne, donc appelle à son dehors, le limité appelle l'illimité. Si les causalités déterminantes deviennent possibilités, alors les possibles ouvrent au jeu40, mais aussi à son contraire dialectique, la douleur, car l'illimité, souffrant de son infinité illimitée, cherche la limite. L'on comprend déjà que dans la société civile, dit de façon trop moderne, il est impossible que le marché se régule de lui-même : « la société civile, dans ces oppositions et leur complication, offre le spectacle du dérèglement, de la misère, ainsi que de la corruption physique et éthique commune à l'un et à l'autre41» l'addition ajoutera que « la particularité pour soi est ce qui est excessif et sans mesure42». En face du jeu excitant de la fortune se trouve inévitablement la détresse43, celle de la pauvreté44, qui engendre la populace, alors que des « fortunes disproportionnées » se concentrent « entre peu de mains45».

  • 46 Ibid., § 324, p. 401.
  • 47 Ibid., § 140, p. 216.
  • 48 Il est curieux que Arendt ne se soit pas intéressée, dans ou à la suite de son Eichmann à Jérus (...)

24La comédie humaine est moderne. Sans doute, pour Hegel, le mal va augmentant, comme le bien. Le monde a toujours connu la violence, l'histoire est faite de guerres, qui n'ont pas été crimes, puisque la guerre redouble dialectiquement le moment de l'aliénation qui dans le droit abstrait prépare au contrat : « la guerre, en tant que situation où l'on prend au sérieux la vanité des biens et des choses de ce monde46.» La violence et la guerre ne sont pas le mal, même si elles ne peuvent être indépendantes de lui, celui-ci a « prospéré à notre époque » dira Hegel,47,et Tartuffe est de son temps ; l'époque romantique moderne, plus maligne, le démasquerait tout de suite, parce qu'elle peut être plus hypocrite en masquant plus l'hypocrisie. Virevoltant dialectiquement elle présentera le mal comme étant le bien, elle y parviendra et n'y parviendra pas, se perdant en sophismes, elle aura toujours besoin de l'appui d'une conscience extérieure pour se rassurer : prêtre subtil, théologien savant à l'infini, gourou moderne peut-être, l'intériorité cherche toujours une extériorité qui sera toujours une comédie, comédie que Hegel saisissait bien comme pouvant être tragique48, une parodie de ce qui n'est pas comique : la vraie extériorité qui doit, tout au moins dans le concept, être intériorité-extérieur et extériorité-intérieur, l'Etat.

  • 49 Rappelons ce passage, § 256, p. 312 : « l'Etat apparaît, dans le parcours du concept scientifiq (...)
  • 50 Ibid.,add. Au § 278, Derathé p. 290, les italiques sont de nous.

25Tout le début des Principes de la philosophie du droit est écrit du point de vue d'un philosophe décrivant l'intériorité se constituant, et la sphère du droit est à la fois absente et présente. C'est une autre manière de dire que l'Etat est à la fois non encore constitué conceptuellement, en ce début, et est déjà présent en tant qu'être-là49. Mais le récit commence par l'odyssée du sujet, il est la phénoménologie d'une conscience juridique, subjective et volontaire, se posant en traversant les épreuves dont elle ne voit le sens qu'à la fin. Devenu possesseur de son corps, le sujet est constitué toujours par le prédicat, le négatif amène alors à dédoubler ce corps en propriété, et le propriétaire sujet devient le contractant, s'ouvre alors, s'associant à la contingence du mouvement des choses, occasion du négatif, le déchirement intérieur qui est désir de transgression, qui pourra aller au-delà de la fraude, jusqu'au crime. Or, le crime en lui-même, le vrai crime, est intériorité, il réfléchit pour nier. Le vrai crime n'est pas le crime immédiat, celui-ci est simple violence : le vrai criminel, le grand, est un moderne, un romantique si l'on peut dire, une cousine Bette qui attend son heure et suit les étapes, pensant qu'elle poursuit son bien, et même le Bien. Le concept hégélien présuppose que le crime a une histoire, et cette histoire elle doit s'écrire aussi en extériorité : le déni de droit, la fraude, le crime présupposent en face d'eux un Etat, qui ne correspond jamais tout à fait à son concept, et qui est l'Autre, il faudrait dire le « grand Autre », d'une subjectivité se constituant, mais qui aussi la constitue. Dans une addition des Principes de la philosophie du droit Hegel dit que « l'Etat doit être considéré comme un grand édifice architectonique, comme un hiéroglyphe de la raison, qui se manifeste dans la réalité50». Le crime, sa possibilité toujours là, creuse l'intériorité du sujet, mais elle ne se creuserait pas sans la présence de l'Etat en face de lui, Etat qui est là, demandant des comptes, demandant des raisons, impassible, permanent, substance, statue immobile au milieu du temps qui dévore ses enfants. L'intériorité du sujet se développe parce que le sujet est interpellé en sujet : l'intériorisation de l'extérieur est nécessaire au procès dialectique, de la même façon que l'extériorisation de l'intérieur.

26La deuxième partie des Principes de la philosophie du droit, portant pour titre : la moralité, est exposée phénoménologiquement dans le mouvement du pour soi qui n'est donc pas encore en soi. Il raconte l'histoire de l'intériorité devenue conscience, montre que la moralité se développe dans le droit, et non pas indépendamment de lui. Le premier moment est la reprise dialectique de celui du « déni de droit ». Les contrats n'empêchent pas la contingence, l'enchaînement de circonstances joue le rôle d'un négatif qui a lui-même une histoire, au sens où il n'est pas toujours le même, il est ici extérieur, et deviendra intérieur. Ici, par exemple, le feu que j'ai allumé chez moi pour brûler de vieilles choses est emporté très vite par un vent imprévu, qui provoque un incendie chez le voisin, ou bien tel événement empêche que le contrat établi soit respecté : immédiatement la conscience se défend et dit de l'acte ce qui peut et doit lui être imputé. Mais cet imputation n'est pas dite qu'à soi-même, elle présuppose autrui qui me juge.

  • 51 Ibid., § 127, JFK. p. 204.
  • 52 Ibid., § 122, p. 199.
  • 53 Ibid., § 124, p. 201 et 202.

27Mais que me suis-je exactement proposé dans cet acte, avant l'acte ? La chose se discute, en moi-même par moi-même, et ce dialogue silencieux en moi est la conscience elle-même, mais ce dialogue ne se fait qu'en une forme d'intersubjectivité où la parole présumée d'autrui est intériorisée en moi, et cette parole n'est pas que présumée, elle peut être réellement proférée. La réflexion rabat la proposition d'action vers la détermination d'une essence : dans les raisons de mon action, il n'y en a que bien rarement une seule, qu'elle est celle qui est essentielle ? C'est ici d'ailleurs que l'acte devient action proprement dite : intériorité extériorisée. Mais cette réflexion pour déterminer l'intention essentielle renvoie à la totalité de ma vie51qui dans son immédiateté, dans la première vue qu'on en prend, se donne sous la forme du mobile subjectif le plus simple de l'action : l'intérêt pour ma satisfaction, l'action est alors abaissée au rang de moyen52. Mon « être-là subjectif naturel » : besoins, inclinations, passions, opinions, est la première raison pensée : la raison de l'action n'aura jamais été qu'une cause physiologique réfléchie. A qui profite le crime ? Mais juger du crime, et l'on voit toujours combien l'Autre pointe dans le texte, suppose que pour déterminer l'essentiel : l'intention, l'on prenne en compte le fait que « ce qu'est le sujet, c'est la série de ses actions », cet homme a t-il été toujours honnête ? Seuls les « valets de chambre psychologues pour lesquels il n'y a pas de héros53» ne le demande pas, voulant en rester à l'intention pure, alors que celle-ci n'est jamais pure.

  • 54 Ibid., § 125, p. 202-203.
  • 55 Ibid., § 128, p. 205.

28L'intention est d'abord intention de bien-être, mais cette intention se dépasse dialectiquement. La dialectique hégélienne ressemble alors étonnamment à la dialectique développée par Stuart Mill dans son livre L'Utilitarisme, où Mill montre que la conscience qui cherche l'utile devient logiquement conscience morale. Hegel dit ainsi : « l'élément subjectif, avec le contenu particulier du bien-être, se tient en même temps, en tant que réfléchi au-dedans de soi, infini, en relation avec l'universel, avec la volonté qui est en soi. Ce moment, qui est tout d'abord posé à même cette particularité elle-même, c'est le bien-être d'autrui aussi54.» L'égoïsme bien compris passe par le souhait du bonheur des autres, mais ce qui est révélé ici est l'universel, et sa connaissance, même si cette universel n'est qu'abstrait, intérieur à la conscience mais sans véritable extériorisation, ne peut être sans effet. Il révèle, immédiatement, à nos tendances, la détresse des autres : « la détresse révèle la finité, et en cela, la contingence aussi bien du droit que du bien-être55.» L'égoïsme est dialectique, et son corollaire dialectique est la compassion : je ne suis pas misérable, mais je pourrais l'être, donc je le suis. Victor Hugo est Jean Valjean, sauf la contingence des destins. Mais alors je ne suis plus dans la sphère de la recherche du bien-être, je vois le Bien. Particulier, j'ai pris conscience que la place que j'ai dans la société civile est contingente, alors que j'avais la naïveté, ou la bêtise, de la penser nécessaire. Je ne suis plus moi. Mais je ne suis pas sorti de moi. Il y a une universalité, je le sais, et je suis contingent, mais comment faire le Bien ? La contingence dévore l'universel, qui aider ? La détresse, comme la conscience, est hypocrite, et le tout puissant Comte de Monte Cristo sera amer au bout de son chemin, seul Dieu est assez fort pour être charitable.

  • 56 Ibid., add. Au § 133, Derathé p. 171.
  • 57 Ibid., p. 151.
  • 58 Ibid., add. Au § 136, p. 173.

29L'universel abstrait rendu effectif est le devoir, et c'est le grand mérite de Kant d'en avoir donné la formule56. Il a sorti le moi de lui-même, mais sans le sortir tout à fait, il est allé vers l'extérieur, mais est resté encore dans l'élément de l'intériorité, l'addition du § 108 l'a dit : « dans la moralité, l'autodétermination ne peut être pensée que comme pure inquiétude, comme activité qui est incapable de parvenir à un « ceci est »57». Le devoir voulait donner une existence à une abstraction, il n'y parvient pas parce qu'il retourne à l'indétermination : dois-je vouloir la fin de la propriété ? Ou que chacun en ait une ? Ou que la justice soit, le monde dut-il périr ? Kant n'est pas la vérité de Rousseau, mais Rousseau est bien plutôt la vérité de kant : la conscience morale devient, au terme du processus, le critère de l'action, mais hypocrite avec elle-même, elle ne sait pas où elle en est : « la conscience est...cette profonde solitude avec soi-même, dans laquelle toute réalité extérieure, toute limitation a disparu. Elle est une perpétuelle retraite en soi-même58Le Contrat social a bien le même auteur que Les Confessions et Les rêveries : là où la conscience est aux prises avec elle-même, elle se perd, se cherche, et finit par s'auto-affirmer, contre tout. Face à la « complication », au « dérèglement », à la « misère », à « la corruption physique et éthique » qui vont avec dérèglement et misère, la conscience morale veut le bien : commençant comme Saint Martin, elle finit en Arthur Schopenhauer. Elle peut même aller jusqu'au jugement négatif infini : vouloir dire l'indicible, dire le crime dans son illimitation, mauvais infini sans relève, ou plutôt qui ne peut la recevoir que de l'extérieur. Kant, et Rousseau, sont bien avec Sade.

  • 59 Ibid., JFK, p. 191.
  • 60 Ibid., p. 192-193.
  • 61 Ibid., p. 192.

30A chaque moment développé, un Autre est là, qui n'est pas pris en compte. Au bout de la philosophie du droit, il faudra que l'Autre soit devenu le Même : le propriétaire abstrait est devenu conscience morale, le sujet substrat de la propriété est devenu subjectivité, et à la fin le sujet sera substance, la substance sera sujet, et le citoyen sera Etat. Mais la conscience intérieure ne se développe pas dialectiquement sans un extérieur qui lui fait face et qui renforce son mouvement. Au § 110, Hegel constate l'étape où ce mouvement est parvenu : « le contenu est déterminé pour moi comme le mien, de telle sorte, que dans son identité, ce n'est pas seulement comme ma fin interne qu'il contient pour moi ma subjectivité, mais aussi dans la mesure où il a reçu l'objectivité extérieure59». L'action, et c'est donc ce qui la définit, est bien reconnue par moi comme mienne, mais cette action est objective parce qu'elle n'est pas reconnue que par moi, elle est vue, jugée, par d'autres. Au § 113, il est dit que « certes, le contrat et le déni de droit commençaient à avoir une relation avec la volonté d'autrui60», on en restait cependant à la prescription d'interdiction : ne prends pas à autrui ce que tu ne veux pas que l'on te prenne, mais l'action est « la relation essentielle à la volonté d'autrui61», et Hegel d'ajouter que le crime entre ici en ligne de compte. Dans le crime, je me juge, au moins lorsque le monde a atteint un certain degré de culture, mais aussi je suis jugé, et le tribunal est un instrument de culture.

  • 62 Ibid., p. 218.
  • 63 Ibid., § 218, p. 287.

31Au § 219, dans la partie sur l'éthicité, Hegel mentionne que le moment de l'apparition historique des tribunaux n'est pas forcément le même que celui, logique, de l'ordre conceptuel : conceptuellement le tribunal surgit parce que la loi morale échoue et qu'il faut lui donner un contenu, Hegel de dire : « l'apparition historique du juge et des tribunaux peut bien avoir eu la forme du rapport patriarcal ou celle de la violence, ou celle du choix librement consenti ; c'est indifférent pour le concept de la Chose62.» Que ce tribunal ait eu une origine violente n'empêche donc pas son rôle conceptuel, qui est de juger de manière impartiale, mais aussi suivant la mesure : « il faut que le crime, qui est en soi une violation infinie, soit, en tant qu'être-là, mesuré d'après des différences qualitatives et quantitatives63.» Sans doute le crime ne peut être expliqué par l'entendement qui le nie par les causes en lesquelles il le dissout, mais le tribunal, spéculatif par la relève qu'il fait de ce qui est sans relève, est aussi d'entendement : il doit prendre en compte mobiles sensibles, représentations psychologiques, circonstances, projet, intention, nature du contrat, degré de violence, intensité des sentiments. Même s'il est apparu dans la violence, le concept a de fortes chances de se mêler à l'histoire, il ne faut désespérer de rien, surtout pas de l'histoire et de ses ruines, Schopenhauer ne gagnera à tout coup que pour une conscience qui veut, seule, le bien du monde.

32Cette conscience se développe dans le Mal, hypocrite, souffrant de son hypocrisie, elle cherche néanmoins une autorité extérieure, et le tribunal est conceptuellement cette bonne autorité : en son concept s'inscrivent déjà les progrès de la justice, et Kant est un moment de cette conceptualisation : il n'a pas de dogme, il admet les deux moments des antinomies de la raison, mais pose la liberté comme vraie, sans quoi il n'y a pas de concept de tribunal. La subjectivité se développe en elle-même, mais l'être-là extérieur du tribunal l'aide.

  • 64 Sur ce point il faut lire dialectiquement les § 101-102-103 et les § 251-256.
  • 65 Ibid., § 234, p. 297.
  • 66 Ibid., Derathé p. 247, les italiques sont de nous.

33Mais tout repart, la dialectique est un retour dialectique : la morale, dans la société civile, finit toujours par se dissoudre, sa seule effectivité réelle dans les affaires est la Famille, au sens criminel du mot, autorité extérieure, comédie terrifiante du concept. L'Etat de droit risque toujours la dissolution maffieuse, et le tribunal seul n'est rien, il a besoin d'une régulation externe qui sera la police, et d'une régulation interne qui sera la corporation, Famille bonne pour l'Etat, vraie relève dialectique de la famille dans la société civile, contradiction dialectique du crime organisé64. Si l'ordre n'est pas intérieur, dans la corporation, il ne pourra être extérieur, sécurité, mais s'il n'est qu'extérieur, sans intérieur, il sera Etat policier. La police hégélienne est, comme l'explique J. F. Kervegan dans une note de son très beau travail de traduction et de présentation, chargée de plus de choses que celle que nous connaissons aujourd'hui : elle gère le bien-être collectif. Mais elle gère tout, comme si, plus que le gouvernement, la police était l'essence de l'Etat. Elle gère le crime, et le déni de droit, et la fraude, donc à la fois la contingence et la subjectivité, elle n'a alors pas de limite, ce qui doit faire venir la limite et la mesure est sans mesure : « les relations de l'être-là extérieur tombent dans l'infinité d'entendement ; par conséquent, n'est en soi présente là aucune limite (keine Grenze) de ce qui est nuisible ou non, même en ce qui regarde les crimes, de ce qui est suspect ou non, de ce qui est à interdire ou à surveiller, ou bien de ce à quoi il faut épargner interdictions, surveillance et soupçon, enquête et reddition de comptes. Ce sont les coutumes éthiques, l'esprit du reste de la constitution, la situation propre à chaque cas, le danger de l'instant, etc, qui fournissent les déterminations plus précises65.» La police gère tout : la contingence et la subjectivité, qu'elle travaille à construire, que reste t-il d'autre ? La loi ? Mais pourra t-elle lui échapper ? La police est un concept qui échappe au concept, elle fait rentrer le vague dans la limite, ce que l'addition à ce § 234 n'est pas loin de dire : « ce côté contingent et cet arbitraire personnel font considérer la police comme quelque chose d'odieux. Lorsque la réflexion est très développée (chez un peuple), la police tend à faire entrer dans son domaine le plus de choses possibles ; car on peut trouver en toutes choses un côté par lequel elles peuvent devenir nuisibles. C'est ce qui fait que la police peut fonctionner d'une façon fort pédantesque et gêner la vie ordinaire des individus. Mais, quelque fâcheux que soit cet inconvénient, il est impossible de tracer ici une ligne de démarcation objective66.» Plus il y a de réflexion développée, plus il y a de police, comme s'il n'y avait plus de réflexion développée, puisqu'un extérieur doit diriger cette réflexion ?

34Il n'est pas impossible qu'il faille lire Surveiller et punir de Foucault, comme ses textes sur le pouvoir biopolitique, si l'on songe à ce que Hegel dit de la police, comme une réponse directe aux Principes de la philosophie du droit. Dans les deux œuvres, le crime est au coeur de la subjectivité. Mais là où pour Hegel la genèse de la conscience subjective se fait essentiellement du côté de l'intériorité, Foucault renverse Hegel en le piégeant, c'est essentiellement l'extérieur : tribunal et police, qui fait la subjectivité ? A la fois Foucault montre que le concept d'Etat ne peut s'exposer sans saisir la réalité historique de l'Etat, et est suggéré aussi si l'on lit les deux livres, et de Hegel et de Foucault, en regard l'un de l'autre, que le rapport intériorité/extériorité qui est celui où se constitue la subjectivité, impliquerait, pour le dernier nommé, des inclinaisons à chaque moment, vers des formes démocratiques, où les moments hégéliens se développeraient différemment, en des mouvements intérieur-extérieur, extérieur-intérieur, qui pourraient rendre à la dialectique une fluidité, qui feraient de cette dialectique une pensée plus ouverte. Ce ne serait plus vraiment la dialectique, les moments de la moralité et de l'éthicité seraient déplacés, cela ferait de Foucault un posthégélien, aussi un postmarxiste, ce qui n'est pas sûr qu'il n'ait pas été, disciple qu'il fut, et qu'il est certainement resté, de Jean Hippolyte.

Top of page

Notes

1 « Il peut arriver que l’ordre du temps dans le phénomène réel soit en partie autre (zum Teil anders) que l’ordre du concept. On ne peut pas dire, par exemple, que la propriété existe avant la famille et malgré cela, elle sera traitée avant la famille », Principes de la philosophie du droit, add. au § 32, trad. Derathé, Paris, édit. Vrin, 1989, p. 91, traduction désormais désignée par Derathé, Grundlinien der Philosophie des Rechts, Hegels Werke, Frankfurt-am-Main, Surkhamp Verlag, 1970, Band 7, Zusatz, p. 86.

2 Introduction à la critique de l’économie politique, édition bilingue, trad. revue par J. P. Lefebvre, Paris, édit. Sociales, 1974, p. 163.

3 Il faut se rapporter ici au § 407 de l''Encyclopédie des sciences philosophiques, T.3, Philosophie de l'esprit, trad. B. Bourgeois, Paris, édit. Vrin, 1988, édition de 1827/1830, p. 210 : « en tant qu'individualité, la totalité ressentante consiste essentiellement en ceci : se différencier dans elle-même et s'éveiller au jugement au-dedans de soi, suivant lequel elle a des sentiments particuliers, et comme sujet, est en relation avec ces déterminations qui sont les siennes. Le sujet en tant qu'il les pose dans lui-même comme ses sentiments. Il est plongé dans cette particularité des sensations et, en même temps, du fait de l'idéalité du particulier, il s'y enchaîne avec lui-même comme un Un subjectif », il faut souligner l'importance pour Hegel, dans la définition dialectique du sujet, du fait de « s'enchaîner » avec soi, expression qui revient à différents niveaux du procès.

4 Ibid., add. Au § 408, p. 496.

5 Principes de la philosophie du droit, trad. J. F. Kervegan, Paris, édit. Puf, 1998, § 35, p. 126., traduction désormais désignée par JFK.

6 Ibid., Vrin, trad. Derathé, p. 96.

7 Rappelons ici ce passage de Merleau-Ponty : « la naissance de la propriété privée avec l’apparition de la charrue, Engels l’explique par « l’envie » des gens d’avoir de la terre à eux, mais il n’explique pas pourquoi ils se mettent à souhaiter, à former l’idée même de propriété : cette idée qui nous est en effet, naturelle, devait leur être étrangère, puisqu’ils sont censés l’avoir complètement ignorée jusqu’alors. Dans l’analyse de Engels ce point reste mystérieux. Pour l’éclaircir, il faudrait se référer à la thèse de Hegel (Principes de la philosophie du droit) concernant l’origine de l’idée de propriété qu’il rattache à la conscience d’une propriété fondamentale, celle du corps humain, de notre corps. Ce corps nous est précieux en tant que moyen de nous affirmer, il est une figure concrète de notre force », dans Merleau-Ponty à la Sorbonne, résumé de cours 1949-1952, Paris, édit. Cynara, 1988, p. 99.

8 Ibid., § 39, JFK, p. 128.

9 Ibid., § 44, JFK, p. 133.

10 Ibid, add. Au § 4 : « quand nous pensons nous sommes également actifs », Derathé p. 72.

11 Ibid., § 12, JFK, p. 107.

12 Ibid., Derathé p. 97.

13 Ibid., add. Au § 203, Derathé p. 227, les choses ont changé, Hegel a, si l'on peut dire, besoin de Marx et de sa vision de l'agriculture devenue industrie.

14 Ibid., § 63 : « en tant que propriétaire de plein droit de la Chose, je le suis de sa valeur autant que de son usage », JFK p. 150.

15 Ibid., add. Au § 65, Derathé p. 118.

16 Ibid., § 51, JFK. p. 139.

17 « Il y a une conscience de soi pour une autre conscience de soi...Cette contradiction engendre l'impulsion à se montrer comme un Soi libre, à être là comme tel pour l'autre, - le processus de la reconnaissance », Encyclopédie § 430, Philosophie de l'esprit, p. 230, le § 431 dit : « ce processus est un combat ».

18 « Le combat pour la reconnaissance, sous la forme poussée à l'extrême...ne peut avoir lieu que dans l'état de nature – où les hommes sont seulement comme individus singuliers - que, par contre, il se situe loin de la société civile et de l'Etat, parce que, ici même, ce qui constitue le résultat d'un tel combat – à savoir l'être reconnu – est déjà présent », add au § 432 de l'Encyclopédie, p. 533, « état de nature » veut dire chez Hegel le moment où l'Etat n'est pas encore constitué, l'influence de Rousseau sur Hegel est constante, même si Hegel critique Rousseau.

19 « Le contrat présuppose que ceux qui le passent se reconnaissent comme personnes et comme propriétaires », Principes de la philosophie du droit, § 71, JFK p. 158.

20 Encyclopédie p. 27 3-274. Surkhamp. T. 10, p. 298.

21 Ibid., § 473, p. 271.

22 Add au § 49, Derathé p. 106.

23 Le Capital, trad. de C. Cohen-Solal et g. Badia, L. 3, t. 3, Paris, édit. Sociales, 1974, p. 8 et 9, « rien de plus comique » que ce développement de Hegel, note Marx, mais il ajoute en fin de note : « voilà un aveu extraordinairement naïf « de ce concept » ; il prouve que le concept qui dès l’abord joue le tour de tenir pour absolue sa représentation juridique fort précise de la propriété foncière, qui appartient à la société bourgeoise, ne conçoit en fait « rien du tout » des véritables structures de cette propriété foncière. En même temps, ce texte contient l’aveu que le « droit positif » peut et doit changer ses constatations avec les besoins de l’évolution sociale, c’est-à-dire économique. »

24 « Du fait que la déterminité de la volonté est ainsi posée dans l'intérieur, la volonté est en même temps comme volonté particulière », Encyclopédie, § 503, p. 293.

25 Hegel, la mort et le sacrifice, dans Revue Deucalion, n° 5, Etudes hégéliennes, Neuchâtel, édit. de la Baconnière, 1955, p. 35-36.

26 Principes de la philosophie du droit, JFK p. 178.

27 Ibid., § 99, p. 179.

28 Ibid., § 126, p. 203.

29 Critique de la raison pure, trad. A. Renaut, Paris, édit. GF-Flammarion, 2006, p. 508, les italiques sont de nous.

30 Principes de la philosophie du droit, § 139, JFK p. 214.

31 Encyclopédie, § 468, p. 266.

32 Ibid., add. Au § 468, p. 563.

33 Quelles que soient les différences, grandes, entre les deux penseurs, on peut ici rapprocher Hegel d’une phrase de Wittgenstein : « Je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas compter ses choix comme une partie de ses actes » Leçons sur la liberté de la volonté, trad. A. Soulez, Paris, édit. PUF, coll. Epiméthée, 1998, p. 59, chez les deux philosophes l'énoncé du choix, le fait que je pense et dise : « je veux », « je choisis », est l'élément majeur faisant la liberté.

34 Principes de la philosophie du droit, § 139, JFK p. 215.

35 Ibid., § 135, p. 210

36 Ibid., § 139, p. 214.

37 Voir l’addition au § 158 de l’Encyclopédie sur « la transfiguration de la nécessité en liberté », Encyclopédie, t. 1, trad. B. Bourgeois, Paris, édit. Vrin, 1970, p. 589.

38 Cet exemple est cité par Hegel dans l’édition de sa Logique en 1831, Science de la logique, trad. Jankélévitch, Paris, édit. Aubier-Montaigne, t. 1, p. 136.

39 « C’est…la subjectivité qui, dans son assurance infinie, constitue l’élément dominant de la comédie », Hegel, Leçons sur l’esthétique, trad. Jankélévitch, Paris, édit. Aubier-Montaigne, 1965, t. 8, 2, p. 380.

40 « Pas plus que la douleur, le Mal – le négatif de l’esprit infini étant en-et-pour soi – ne vient à l’esprit du dehors : il n’est, au contraire, rien d’autre que l’esprit se plaçant à la pointe de sa singularité », Encyclopédie, t. 3, add. au § 382, p. 393.

41 Ibid., § 185, p. 261.

42 Ibid., Derathé p. 217.

43 Ibid., § 183, JFK p. 260.

44 Ibid., § 241, p. 201.

45 Ibid., § 244, p. 303.

46 Ibid., § 324, p. 401.

47 Ibid., § 140, p. 216.

48 Il est curieux que Arendt ne se soit pas intéressée, dans ou à la suite de son Eichmann à Jérusalem, à ces pages de Hegel sur le mal : substitution d’une maxime venant entièrement du sensible à la place de la maxime morale, et, de là, référence « rassurante » à une autorité extérieure quelle qu’elle soit.

49 Rappelons ce passage, § 256, p. 312 : « l'Etat apparaît, dans le parcours du concept scientifique, comme résultat, tout en se montrant comme fondement véritable, cette médiation-là et cette apparence-là s'abrogent tout aussi bien en immédiateté. Voilà pourquoi, dans l'effectivité, l'Etat est, de manière générale, plutôt le terme-premier ».

50 Ibid.,add. Au § 278, Derathé p. 290, les italiques sont de nous.

51 Ibid., § 127, JFK. p. 204.

52 Ibid., § 122, p. 199.

53 Ibid., § 124, p. 201 et 202.

54 Ibid., § 125, p. 202-203.

55 Ibid., § 128, p. 205.

56 Ibid., add. Au § 133, Derathé p. 171.

57 Ibid., p. 151.

58 Ibid., add. Au § 136, p. 173.

59 Ibid., JFK, p. 191.

60 Ibid., p. 192-193.

61 Ibid., p. 192.

62 Ibid., p. 218.

63 Ibid., § 218, p. 287.

64 Sur ce point il faut lire dialectiquement les § 101-102-103 et les § 251-256.

65 Ibid., § 234, p. 297.

66 Ibid., Derathé p. 247, les italiques sont de nous.

Top of page

References

Bibliographical reference

Hérvé TOUBOUL, « Le crime et le sujet dans la philosophie du droit de Hegel », Philosophique, 15 | 2012, 25-44.

Electronic reference

Hérvé TOUBOUL, « Le crime et le sujet dans la philosophie du droit de Hegel », Philosophique [Online], 15 | 2012, Online since 06 April 2012, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/542 ; DOI : 10.4000/philosophique.542

Top of page

About the author

Hérvé TOUBOUL

Laboratoire des Logiques de l'Agir - Université de Franche-Comté

By this author

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page