Navigation – Plan du site
Deleuze

Le non-lieu du temps dans l'alcool,

A propos de la lettre B de l'Abécédaire de Gilles Deleuze
Sébastien Pasteur
p. 95-104

Résumé

L'on questionne ici le discours de Gilles Deleuze sur sa relation avec la boisson et sur les notions de temporalité et d'espace qui, lors de l'alcoolisation se trouvent perturbées. Ainsi l'on peut, grâce à l'entretien de l'Abécédaire faire le lien entre la rupture de la créativité et l'alcoolisme en ce que la création a besoin d'un continuum spatio-temporel mis à mal de manière fondamentale dans la conduite addictive

Haut de page

Texte intégral

Il m'arriva un jour en passant devant un café, de rencontrer un ami artiste qui m'invita à boire un verre, comme je lui répondais que je n'avais pas le temps, il me fit cette réponse qui me marqua profondément : « Tu n'es pas au courant, il n'y a plus de temps, je l'ai aboli ! »
Ce n'est qu'en écrivant ce travail sur Deleuze que je comprends d'où venait la force de cette phrase et pour quelles raisons cet ami avait depuis longtemps cessé de peindre.

1« J'ai beaucoup bu », il le répète, insiste en s'évadant pour revenir en concentrant son phraser dont on ne sait s'il tient de la pensée, du rêve ou du souvenir. Au carrefour, on retrouvera le concept puisé en visualisant intérieurement une série, en tendant la main extérieurement vainement vers sa fin, car le geste s'éteint à mesure que l'acte de boire est reconnu comme cercle, voyage d'une quantité abusive qui cherche son aboutissement. Ce dernier verre, quête et programme, n'existe pas et d'ailleurs, vis-à-vis de son expérience personnelle Deleuze n'en soufflera mot, ne relèvera pas « l'arrêt » malgré les sollicitations de Claire Parnet son interlocutrice. Dès le commencement la réaction du philosophe ressemble à une « ligne de fuite » kafkaienne car ce qu'il décrit semble presque lui échapper. D'autant que dans la « ligne de fuite » propre à l'alcoolique il s'agirait de fuir non pas pour aller quelque part mais de fuir pour revenir au point de départ d'où l'on ne peut s'extraire. Celui qui boit est en effet pris dans un mécanisme dont il serait le régisseur où se joue une quantité et une temporalité sous le mode de la répétition, mode qui défait progressivement son emprise sur ce qu'il boit. Apparaîtrait alors dans l'agencement de la quantité, organisation illusoire du temps et de l'espace, un sentiment de puissance qui verserait immanquablement dans son contraire.

2Le chapitre B de l'Abécédaire est consacré à la boisson, à l'alcool, or qu'est-ce qui se trame dans l'alcoolisation ? Un engrenage répétitif dont les tenants et aboutissants se dissolvent comme dans le texte kafkaien. Alors le temps, dirons-nous, n'a plus d'espace où se détendre et l'espace plus le temps de se contracter tant et si bien qu'à travers l'expérience de l'alcool se met en œuvre le temps qui perd son lieu d'être, ou l'espace qui n'a pas lieu. Le chemin emprunté au départ de l'action se découpe en un réseau infini dont le propre serait de révéler un dépaysement impossible car c'est un voyage dont on a que le billet retour.

3Dans l'alcoolisation se mettrait en place un processus de déterritorialisation, miroir de la détérioration de la temporalité, où la succession reflue vers l'antécédent rendant problématique la présence. Seul le recours à la quantification peut alors redonner un semblant d'emprise sur cette sensibilité, voire cette esthétique, qui désagrège ses propres structures.

4L'énonciation alcoolique, son logos propre, sa logique du retour à l'identique destructeur, relèverait ainsi d'une dénonciation ; l'engrenage auto-infligé, remplit les jours et les choses d'un sens qui ex-pose le sens, qui le pose à côté, pour passer à côté et glisser dans l'absurde, comme pour le contempler, l'admirer et le trahir. Le dernier verre n'existe pas, il insiste.

  • 1 G. Deleuze, F. Guattari, Kafka, Pour une littérature mineure, Paris, Les éditions de minuit, 19 (...)

5Kafka fait écho, la machinerie du comportement répétitif dans laquelle l'homme imbrique son organisme, et dont Deleuze énonce le mode d'emploi, sape le sens commun pour révéler le sens d'une dé-marche qui le replie sur lui-même et génère une tension. L'insensé parle toujours du sens mais déversé dans la dérégulation : « il y a des règles qui sont les règles de démontage, où l'on ne sait plus très bien si la soumission ne cache pas la plus grande révolte, et si le combat n'implique pas la pire adhésion. »1

  • 2 . « La fondation concerne le sol, et montre comment quelque chose s'établit sur ce sol, l'occupe (...)

6La tension qui nourrit la compulsion alcoolique assèche le sujet dans son double enracinement entre fondement et fondation2. Le moi dépossédé de lui-même n'habite plus son activité répétitive, l'habitude devenant une addiction qui dé-génère l'être dans sa présence et sa représentation, et perd la mémoire qui constitue précisément le présent habitué.

  • 3 . Ibidem

« L'habitude est la fondation du temps, le sol mouvant occupé par le présent qui passe. Passer c'est précisément la prétention du temps. Mais ce qui fait passer le présent, et qui approprie le présent et l'habitude, doit être déterminé comme fondement du temps. Le fondement du temps, c'est la Mémoire. »3

  • 4 . « Et le dernier ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'il peut pas supporter d'en boire plus ce j (...)
  • 5 . Différence et répétition, op. cit.,ibid.

7Aussi « l'écroulement » redouté par l'alcoolique est-il l'aboutissement de l'« effondement » où se boit le dernier verre4, où alors seul le refuge de l'hospitalier pourrait reconstruire ce titre de possession, ce laisser-passer du présent dont le travail paradoxal est pourtant de « constituer le temps, mais passer dans ce temps constitué. »5

  • 6 . Kafka, op. cit., p. 154

8Le changement d'habitude évoqué par Deleuze est remplacé aussitôt par la notion d'« agencement », laquelle réfère à nouveau à une lutte mais cette fois non plus au sein d'un champ temporel mais spatial : « On doit dire également qu'un agencement a des pointes de déterritorialisation ; ou, ce qui revient au même, qu'il a toujours une ligne de fuite, par laquelle il fuit lui-même, et fait filer ses énonciations ou ses expressions qui se désarticulent, non moins que ses contenus qui se déforment ou se métamorphosent; ou encore, ce qui revient au même, que l'agencement s'étend ou pénètre dans un champ d'immanence illimité qui fait fondre les segments, qui libère le désir de toutes ses concrétions et abstractions, ou du moins lutte activement contre elles et pour les dissoudre. » 6

  • 7 . Différence et répétition, op. cit., introduction, p. 29

9La situation alcoolique participe bien des deux plans d'une manière pathologique, il y a dérèglement du présent en ce que Habitus et Mnémosyne font échec à la temporalisation de soi. Mais il y a également trahison de la présence, dans les deux sens du terme « trahison », à la fois manifestation et dénonciation de la mascarade : le territoire habité par la répétition alcoolique dénonce la re-présentation pour ce qu'elle est, une représentation, un « cérémonial », où le répété est « masqué par ce qui le signifie, masquant lui-même ce qu'il signifie »7.

10L'habitude fait place alors à l'habit ainsi « partout c'est le masque, c'est le travesti, c'est le vêtu, la vérité du nu ».

11Pourtant à aucun moment de l'entrevue de la lettre « B » de l'Abécédaire Deleuze n'abordera la question du masque et de la vérité. Tout au plus évoquera-t-il la ruse mais elle renvoie à « l'évaluation », à la numération. Quant aux espaces il en évoque deux, bien différents : le café et la rue Nollet, mais dans les deux cas l'on retrouve le mouvement, en quoi l'espace revisité se trouve aspiré dans la temporalité comme s'il y avait un manque à combler.

12Le rire et l'écoute dans les cafés, cette compagnie joyeuse des alcooliques qu'on ne se « lasse pas d'écouter », s'affirmerait ici comme un accompagnement musical, il y aurait l'idée d'un cheminement répétitif, l'alcool dissolvant la structure du présent qui passe, qui se fait passé, le discours du buveur procédant de la malédiction : prisonnier d'un dire qui n'en finit pas de revenir. Dans ce retour Deleuze ne disqualifie pas l'alcoolique, il n'est pas celui qui radote ou rabâche la même chose, sans doute parce qu'il procède de la joie et de l'accompagnement. L'accent nietzschéen y est à repérer mais c'est aussi chez l'auteur des Nouveaux essais sur l'entendement humain que Deleuze puise sa compréhension. La taverne du XVIIe siècle ne diffère pas du bar d'aujourd'hui où la sensibilité est reconnue comme joie, en témoigne ce passage du cours sur Leibniz : 

  • 8 . Cours Vincennes - St Denis : la Taverne - 24/02/1987 (source : webdeleuze.com)

« Au loin j'entends. J'entends quoi? J'entends... […] c'est un ensemble de petites perceptions et de petites inclinations. Qu'est-ce que j'entends au loin? J'entends le choc des verres, j'entends la conversation des amis, et sinon je les imagine. […] Vous voyez pourquoi des motifs ce n'est jamais des pots sur une balance, il nous dit : mais vous comprenez, un alcoolique il comprend mille fois mieux que n'importe qui – pourtant il avait une vie très sobre et exemplaire, Leibniz, mais il comprend très bien – un alcoolique ce n'est pas du tout quelqu'un qui vit dans l'abstrait, ce n'est pas du tout quelqu'un dont l'âme est tourné sur de l'alcool, comme si l'alcool était le seul poids capable d'agir sur cette balance ; mais l'alcool est strictement inséparable de tout un contexte fourmillant, auditif, gustatif ça va de soi, mais auditif, visuel, la compagnie des compagnons de débauches, les conversations joyeuses et spirituelles qui me sortent de la solitude, tout ça. »8

13Il y a un rythme à entendre, Deleuze le répète, et Leibniz de comprendre, là aussi le verbe est répété; l'insistance inscrit le tableau de la taverne dans le saisissement temporel de la sensation joyeuse. L'on comprend alors pourquoi l'affaire de quantité dont nous parle Deleuze, qui est l'affaire de l'alcoolique, est autre chose qu'un poids univoque, c'est une quantité dans l'ordre de la succession, c'est le présent qui tente de s'ordonner dans le choc des verres et des rires, une mise au diapason d'une perception plongée dans le contexte fourmillant et dissonant. A ce titre c'est bien la répétition qui enivre et non l'alcool, car ce qui se répète dans le geste alcoolique, l'action de boire et l'action de dire, reboire et redire, réengage le tissus de l'âme, cette tapisserie aux plis multiples et inquiets. Mais ces milliers de petits ressorts constituant l'âme-désir sont pris entre deux forces qui comme nous l'avons vu, expriment ou compriment le temps fondé comme habitude (fondation) et comme mémoire (fondement).

  • 9 . « Habitus et Mnémosyne, ou l'alliance du ciel et de la terre », Différence et répétition, op.  (...)
  • 10 . Ibid., p. 147
  • 11 . Ibidem

14Mais l'alcoolisme est bien la manifestation d'une habitude, « d'une mauvaise habitude » dit-on, qui engendre une perte de mémoire, comme si le socle dévorait l'horizon. Mnémosyne étant essentiellement au service de l'avenir, elle ne recueille pas le passé, elle fabrique la présence du présent comme présent qui passe. Il y aurait là une mésalliance entre le sol et le ciel9, un champ névrotique se met en place où « à la corrélation d'Erôs et de Mnémosyne, se substitue celle d'un moi narcissique sans mémoire, grand amnésique, et d'un instinct de mort sans amour, désexualisé. »10 La pulsion de mort en jeu dans la conduite destructrice du buveur indique qu'un cycle érotique a dévié. « On dirait que le temps a abandonné tout contenu mnémoriel possible, et par là brisé le cycle où l'entraînait Erôs. »11

15La ligne droite et vide de Thanatos court-circuite le cercle vivant du plaisir. On approcherait par l'ivresse d'un temps vidé de son contenu, et Deleuze dans l'Abécédaire évoque la mort mais ce n'est pas au moment où il est question du dernier excès qui fait que le sujet est « foutu » et doit être hospitalisé. Le moment précis où Thanatos hante ses propos c'est le moment où il finit par parler de son arrêt, tout en esquivant comme on l'a déjà souligné la réponse attendue. Au lieu d'un « j'ai arrêté à tel moment et pour telle raison », Deleuze barre la route de la quête biographique de son interlocutrice, l'interrompt presque brutalement : « c'est trop dangereux.»

  • 12 . G. Deleuze, F. Guattari, Mille plateaux, Paris, Les éditions de minuit, 1980, p. 244

16Le danger dont il parle, est celui de ne plus pouvoir travailler, le danger « absolu » de l'alcoolisation serait ce moment où la créativité se vide de son moteur, où l'éternel retour créatif, cette répétition qui propulse de la nouveauté se transforme en itération linéaire. « On est devenu soi-même imperceptible et clandestin dans un voyage immobile écrit-il dans Mille plateaux. Plus rien ne peut se passer, ni s'être passé. Plus personne ne peut rien pour moi ni contre moi. […] Je n'ai plus aucun secret, à force d'avoir perdu le visage, forme et matière. Je ne suis plus qu'une ligne. »12

17Le présent devient alors un corps mort, qui absorbe tout sans être plus capable d'être un présent qui passe, c'est-à-dire un présent qui oublie, qui refoule, où la répétition est une construction fondamentale amplifiant le présent - l'oubli étant ce qui permet à l'amplitude de se déployer dans la répétition. L'absence de la personne ivre témoigne au contraire d'un rétrécissement et le refoulement n'est pas à entendre comme facteur de construction mais déversement d'un trop-plein. L'amnésie alcoolique c'est ainsi un évidement du présent, et c'est une stratégie d'évitement de ce qu'il y a de trop fort en la vie confie Deleuze. Et ici entre en jeu le leurre de l'alcool.

18Curieusement, il ne renvoie pas à l'étymologie du mot, ce kuḥl, poudre fine avec laquelle les arabes soulignaient leurs yeux, l'antimoine dont les alchimistes faisaient usage. Selon les deux racines l'on retrouve les notions de fard et de division (anti-monos).

19Le masque agrandit le regard, c'est le rôle du fard à paupière, mais la vision elle-même change du fait que l'on se sait masqué, l'on se voit double. C'est bien ce qui est évoqué confusément à la fin de l'entretien au sujet des auteurs américains que Deleuze admire « c'est ça qui leur permet, dit-il, sans doute qui les aide, pour percevoir quelque chose de trop grand pour eux. »

20Mais il corrige, d'où la confusion « Ah c'est pas l'alcool qui te le fera sentir », puis bifurque sur la vue, trop française ou trop américaine : « les écrivains français c'est pas la même vision de l'écriture. Je ne sais pas si j'ai été tellement marqué par les Américains c'est que cette question de vision c'est, c'est des voyants. Ici on considère que la philosophie ou de l'écriture c'est un peu une question de, voir quelque chose, voir quelque chose que les autres voient pas bon, c'est pas tout à fait la conception française de la littérature. Remarque y'a eu beaucoup d'alcooliques aussi en France. »

21Entre les deux territoires pourrait-on dire, Deleuze peine à démasquer l'alcoolique qui écrit parce qu'il voit ou qui boit parce qu'il écrit, mais sans doute doit primer le sens auditif sur la vision, l'accumulation sur le déploiement, il y a un chemin, mais il n'y a plus de territoire. Revenons au cours sur Leibniz, il explique qu'entre le moment où j'ai envie d'aller à la taverne (A) et le moment où je me décide à y aller (B), le fourmillement opère faisant que rétrospectivement je peux envisager la chaîne causale suivante A B, mais c'est une simplification illusoire, A n'était plus A lorsque B apparut. Le passage AB serait le tracé de Thanatos faisant du vivant qui se reproduit un corps mort qui prétend avancer. Or on pourrait l'imputer à la dépendance alcoolique ce déversement des forces créatrices érotiques dans la répétition creuse de l'autodestruction. Mais Deleuze ne le fait pas, car il n'évoque ni la dépendance ni la destruction de soi dans l'Abécédaire, alors que Thanatos dans ce qu'il appelle l'induration du présent chez le consommateur de stupéfiant est clairement identifié comme celui qui fait basculer le cercle vertueux du désir créateur en un corps mort traîné sur le chemin rectiligne. C'est ce qu'il écrit dans Mille plateaux:

  • 13 . op. cit, p. 349

« Au lieu de faire un corps sans organes suffisamment riche ou plein pour que les intensités passent, les drogues érigent un corps vidé ou vitrifié, ou un corps cancéreux : la ligne causale, la ligne créatrice ou de fuite, tourne immédiatement en ligne de mort et d'abolition. »13

22Pourtant à la lettre B de ses entretiens avec Claire Parnet, une phrase à peine relevée nous emmenait vers un tout autre schéma que celui où le buveur est voué à perdre le visage de sa propre durée pour n'être qu’un consommateur s'emplissant d'insignifiance. Et c'est sans doute pour cela que l'aspect mortifère de la conduite alcoolique est évité car il est un point dont Deleuze voulait nous entretenir : « Moi j'ai eu le sentiment que ça m'aidait à faire des concepts, c'est bizarre. A faire des concepts philosophiques, ben oui ben ça m'aidait. » Parnet ne s'arrête pas sur cette révélation autobiographique comme si elle relevait d'une anecdote, préférant orienter la conversation sur les auteurs américains et leur relation avec la boisson.

  • 14 . In Savoir et clinique, revue de psychanalyse, N° 13, mars 2011, « De bouche à oreille : psycha (...)

23Daisuke Fukuda dans son article « la fragile surface du verre pénultième »14 semble prendre au sérieux ce qu'il dit à ce moment-là ; et d'examiner en de trop courts paragraphes l'œuvre de Deleuze sous les angles « avant », « pendant » et « après » l'alcoolisme. Mais ici encore l'alcool est un contexte, un arrière-fond déformant la vision philosophique de Deleuze où la pensée « droite » triomphe au final sur les mauvaises inclinations ; même constat avec les écrivains d'outre-atlantique, l'alcool est là, il prend forme dans le texte pour n'être finalement qu'un contexte inopérant. Au final on ne sait pas pourquoi Deleuze boit, et l'on ne sait surtout pas en quoi le produit peut « aider » à fabriquer des concepts. L'on ne s'arrête pas sur ce cheminement car lui-même balaie la question d'un revers de main : « et puis je me suis aperçu que ça m'aidait plus ou que ça me mettait en danger ou que je n'avais plus envie de travailler si j'avais bu. »

24L'on remarquera que le danger n'est plus de « s'arrêter de travailler ». Le danger n'est plus « absolu » mais vital cette fois-ci, d'ailleurs il le concède, il a arrêté pour des raisons de santé mais de toute manière il n'avait plus « envie ». Eros et Thanatos jouent là, et au cœur de ce jeu est soulevée la question du sacrifice. Celle-ci résonne avec ce « quelque chose de trop fort dans la vie », cette puissance vitale qui, pour être appréhendée dans la création, implique une violence faite au corps et à l'esprit. « Alors on croit d'une manière un peu idiote que boire va vous mettre au niveau de ce que quelque chose de plus puissant. » Comment s'opère ce nivellement illusoire? Par ce flux tendu vers le dernier verre, qui devient pénultième, c'est là que le sacrifice se dérobe, car celui-ci permet un équilibre des forces mais l'extrémité dans la conduite addictive n'est jamais atteinte. C'est pourquoi Deleuze insiste : l'alcoolique ne cherche pas « l'ultime », dans ce cas il y aurait un potentiel régénérateur de l'alcoolisme car ce qui recommencerait « le lendemain » aurait parcouru une chaîne graduelle de puissance nourricière, aussi le sacrifice serait-il de se défaire d'une accumulation permettant de re-commencer afin de re-créer. C'est exactement ce que promet l'alcool et c'est bien pour cette raison que Deleuze se méprend au début de l'entretien. Ce que Fukuda nomme « le sophisme du verre pénultième » n'est en fait que l'énonciation du leurre de l'alcoolisme: tendu vers le dernier verre le buveur dégénère, perd le désir, car ce qu'il croyait être une augmentation de sa puissance, qui se traduit en un premier temps par la joie de l'ivresse, se transforme en faiblesse ; ce qui devait être sacrifié se détruit, la mort habite l'être de manière telle que le simulacre tient le lieu du vivant.

  • 15 . Mille plateaux, op. cit., p. 242

25Aussi l'homme ivre ne porte pas un masque, il l'est devenu, et le seul remède est le « lendemain » où la sobriété retrouvée il recouvre son identité. Pourtant c'est vers cette même perte d'identité qu'il tend à nouveau, car il y a recommencement. D'une certaine manière l'on pourrait dire en songeant ici à l'intérêt que Deleuze portait pour le Baroque, que d'une façon étrange l'alcoolique fait l'expérience de la mort en train de se faire. Le piège est là, l'augmentation de puissance supposée, induite par les effets de l'alcool décuple les sensations promettant l'expérience de la vie en train de se faire, or ce qui apparaît c'est que la vie est plutôt en train de se défaire, mais ce n'est pas non plus le processus mortifère. L'ivre ne meurt pas, il cesse de vivre. L'amplitude de son âme se rétrécit à tel point qu'un effet d'optique se produit pour ainsi dire, où tout se démultiplie, l'ivresse donne la sensation d'un accroissement qui va jusqu'à la duplication de la vision. Ce point extrême du dérèglement de la sensation atteste que le processus n'est pas celui d'un agrandissement mais bien d'un rétrécissement, c'est l'impuissance qui se révèle lorsque le buveur voit double avant de s'effondrer. Or l'amplitude de l'âme est sa capacité à appréhender l'intensité du vivant, mais à travers sa dilatation ou sa contraction la sensation de puissance peut également s'exprimer. Il faudrait distinguer entre intensité et sensation de puissance mais s'échappe quelque chose de la force dans les deux cas. Ainsi dans le processus d'alcoolisation le repliement semble être un déploiement, l'alcoolique grisé perçoit plus de couleur dans un univers qu'il décolore, « il s'est peint gris sur gris »15, le redoublement masque la décoloration. C'est pourquoi nous disions que c'est d'une façon étrange que le processus de mort ici s'exprime car ce n'est en réalité que la masque de la vie qui étouffe celui de la mort : croyant vivre la vie en train de se faire le buveur la défait ; à ce titre il passe à côté de la vie et de la mort pour n'être qu'un faux-semblant dont il finira par avoir besoin pour affronter la réalité qui s'est, entre-temps, déroulée sans lui.

  • 16 . Mille plateaux, op. cit., p. 244

26Aussi le passé n'a-t-il pas eu lieu, ne peut prodiguer au présent ses largesses puisque dans l'âme rétrécie de l'homme ivre ce présent d'hier n'avait pas de lieu où se déployer. « On est devenu soi-même imperceptible et clandestin dans un voyage immobile. Plus rien ne peut se passer, ni s'être passé. »16 Le voyageur ne s'évade plus, il est l'évasion même, ce par quoi fuit, au sens propre, l'espace-temps.

27Entre évidement de soi et effondement de la durée s'inscrit cela dit une fabrique artificielle de la mouvance : l'incapacité à assimiler le mouvement fait que l'état d'ébriété projette le mouvement hors de soi, ce double de l'espace qui fait tanguer l'homme saoul est avant tout une détérioration de la durée qui déséquilibre l'étendue.

  • 17 . G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Les éditions de minuit, 1969, « vingt-deuxième série porce (...)
  • 18 . « Mais quelle étrange tension presque insupportable, cette étreinte, cette manière dont le pré (...)

28Dans la Logique du sens, Deleuze évoque l'alcoolisme et l'effet recherché soit « l'extrême induration du présent ». Mais l'extrême ici n'est pas le franchissement d'une limite ou d'une frontière, l'extrême abolie l'extrémité, car le territoire est in-versé. C'est pourquoi le buveur « ne vit rien à l'imparfait ou au futur, il n'a qu'un passé composé »17. Cette composition peut être envisagée comme une complexion et renvoie aux impossibles calculs de l'Abécédaire, ce dernier verre qui est avant-dernier dans l'agencement inexplicable de l'alcoolique. C'est que dans l'ivresse le présent dure mais disions-nous, progressivement il n'a pas lieu, pas lieu d'être. Mais il dure et se durcit, le cercle se transforme en ligne, ou plutôt dans ce dédoublement de soi par l'intermédiaire du masque, ce devenir simulacre, le présent se dédouble en deux lignes qui resserrent la durée pour se manifester dans la vacuité successive. Peut-être que le présent simulacre qui investit et le présent durable qui s'éloigne, tentent mécaniquement de se rapprocher pour coïncider à nouveau, pour ne faire qu'un et renouer avec la fécondité du temps qui réalise la projection (l'image de soi, le simulacre même mais devant, projeté et non injecté) et la nouveauté, ce serait là la tension et le durcissement du temps. Mais l'effet est vicieux, car pareil durcissement nécessite un calmant18 et la fuite vers la recomposition du passé en lieu et place d'une reconstitution du temps qui passe.

29Alors ce qui est trop fort dans la vie, cette puissance qui fascine le philosophe ou l'écrivain et l'entraîne dans les paradis artificiels est devenu insaisissable et inaudible, le brouhaha des rires de comptoir a remplacé la musique de la vie en train de se faire. Est perdu de vue ce que l'on croyait pouvoir rencontrer, mais avant de s'en rendre compte, les auteurs ont écrit, et l'alcool a aidé Deleuze à fabriquer des concepts. Sans doute doit-on voir dans la distorsion temporelle une dimension créative, c'est en tout cas une autre perception du temps que prodigue l'ivresse, un temps qui perd son territoire, la chance est à saisir d'en conquérir un autre. Ce relâchement de l'étreinte de la durée avant son resserrement mortifère serait bien le moment de l'illimitation et il recèle un parcours créatif puisque le temps et l'espace laissent à désirer. Telle est l'ivresse qui n'est pas l'alcoolisme. Dans le second cas le piège n'arrive pas à se refermer, les contrées visitées ne sont plus propres à construire un pays littéraire ou métaphysique, elles se vident pour n'être que des contenants où emplir fait basculer en arrière. Ce territoire est impossible à conquérir car sans étendue, impossible à écrire car sans itinéraire, il est celui où la mélancolie tourne sur elle-même.

30Enfin, en évoquant la rue que fréquentait Verlaine, ici encore la notion d'accompagnement apparaissait, non plus dans la musique de l'énonciation mais dans le cheminement, dans la marche, la déambulation, où le souvenir tenait compagnie et faisait avancer vers le passé, cela même qui par définition ne pouvait que s'éloigner, loin du « cycle où l'entrainait Erôs »

Haut de page

Notes

1 G. Deleuze, F. Guattari, Kafka, Pour une littérature mineure, Paris, Les éditions de minuit, 1975, ch. 9 « Qu'est-ce qu'un agencement ? », p. 147

2 . « La fondation concerne le sol, et montre comment quelque chose s'établit sur ce sol, l'occupe et le possède ; mais le fondement vient plutôt du ciel, va du faîte aux fondations, mesure le sol et le possesseur. » G. Deleuze, Différence et répétition, Paris, PUF, 1968, ch. II « La répétition pour elle-même », p. 108

3 . Ibidem

4 . « Et le dernier ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'il peut pas supporter d'en boire plus ce jour-là. C'est le dernier qui lui permettrait, qui lui permettra de recommencer le lendemain. Parce que si, s'il va jusqu'au dernier au contraire, qui excède son pouvoir, c'est le dernier dans son pouvoir, s'il dépasse le dernier dans son pouvoir pour arriver au dernier qui excède son pouvoir, il s'écroule. A ce moment-là il est foutu, bon il va à l'hôpital, ou bien il faut qu'il change d'habitude, il faut qu'il change d'agencement. » G. Deleuze, C. Parnet, L'Abécédaire de Gilles Deleuze, réalisation P-A. Boutang, « B comme Boisson », Paris, Editions Montparnasse, 2004

5 . Différence et répétition, op. cit.,ibid.

6 . Kafka, op. cit., p. 154

7 . Différence et répétition, op. cit., introduction, p. 29

8 . Cours Vincennes - St Denis : la Taverne - 24/02/1987 (source : webdeleuze.com)

9 . « Habitus et Mnémosyne, ou l'alliance du ciel et de la terre », Différence et répétition, op. cit., p. 109

10 . Ibid., p. 147

11 . Ibidem

12 . G. Deleuze, F. Guattari, Mille plateaux, Paris, Les éditions de minuit, 1980, p. 244

13 . op. cit, p. 349

14 . In Savoir et clinique, revue de psychanalyse, N° 13, mars 2011, « De bouche à oreille : psychanalyse des comportements alimentaires et des addictions », Toulouse, Editions Erès, 2001, pp. 71-79

15 . Mille plateaux, op. cit., p. 242

16 . Mille plateaux, op. cit., p. 244

17 . G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Les éditions de minuit, 1969, « vingt-deuxième série porcelaine et volcan » p. 185

18 . « Mais quelle étrange tension presque insupportable, cette étreinte, cette manière dont le présent entoure et investit, enserre l'autre moment. Le présent s'est fait cercle de cristal ou de granit, autour du centre mou, lave, verre liquide ou pâteux. » Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Pasteur, « Le non-lieu du temps dans l'alcool,  », Philosophique, 15 | 2012, 95-104.

Référence électronique

Sébastien Pasteur, « Le non-lieu du temps dans l'alcool,  », Philosophique [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/681 ; DOI : 10.4000/philosophique.681

Haut de page

Auteur

Sébastien Pasteur

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page