Navigation – Plan du site
Deleuze

Processus schizophrénique et schizo-analyse

Mickaël Jansen

Résumé

Dans L’Anti-Œdipe, Deleuze s’oppose violemment à la psychanalyse freudienne. Il l’accuse de n’être au fond qu’un processus participant à la répression du désir. En lieu et place de la psychanalyse, Deleuze veut fonder la schizo-analyse. Celle-ci aurait la spécificité d’éviter la répression des machines désirantes par le signifiant. Elle se focaliserait plus sur la manière dont marchent les machines désirantes de chacun que sur une analyse schématique. Mais la nature exacte de cette schizo-analyse deleuzienne demeure difficile à déterminer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 DELEUZE, Gilles ; GUATTARI, Félix. L'Anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie. Paris : Édition (...)
  • 2 Ibid. (p. 63)
  • 3 Ibid. (p. 11)

1Pour Deleuze, il faut veiller à toujours distinguer le schizophrène tel qu’on le connaît dans le monde capitaliste du processus schizophrénique en lui-même. La « loque autistisée » qui végète dans l’hôpital psychiatrique est le résultat de la répression des machines désirantes exercée par la machine capitaliste et ses outils. Pour Deleuze, c’est la psychiatrie elle-même – qui fait partie de la machine capitaliste – qui a produit le schizophrène comme entité : « Comment a t-on pu figurer le schizo comme cette loque autiste, séparée du réel et coupée de la vie ? Pire : comment la psychiatrie a t-elle pu en faire pratiquement cette loque, la réduire à cet état d’un corps sans organes devenu mort »1. La répression des machines désirantes par la psychiatrie se concrétise comme nous allons le voir par la mise en boucle du délire par l’isolement, la médicamentation et l’analyse. L’enfermement du schizo dans l’hôpital a plusieurs conséquences. D’abord, on le coupe du monde extérieur, on le prive de sa promenade et de tous les branchements potentiels qui pourraient s’offrir à lui. Isoler le schizo, c’est le retirer du plan d’immanence du désir, c’est l’empêcher de s’actualiser. L’hôpital psychiatrique est l’exact contraire de la promenade de Lenz, tout est fait pour que le schizo ne puisse plus se brancher sur rien, plus de coupures, plus de flux et plus d’intensités. Et sans actualisation possible des machines désirantes, il ne reste plus que le délire qui tourne en boucle. On peut ajouter au simple enfermement le rôle des médicaments – antidépresseurs, neuroleptiques, anxiolytiques – qui achèvent de transformer le schizo en loque. Les neuroleptiques notamment agissent directement sur la transmission des informations par les neurones. Assommé par les médicaments qui inhibent toutes les intensités potentielles, le schizo ne s’actualise plus et finit par se renfermer sur lui-même. Enfin, pour Deleuze, il y a encore une autre forme de répression des machines désirantes qui parachève la production du schizophrène comme entité, comme sujet mort : la répression par le signifiant. Enfermé, le schizo devient objet d’étude, son délire est passé au tamis du signifiant par l’analyse : « Toutes les chaînes de l’inconscient sont bi-univocisées, linéarisées, suspendues à un signifiant despotique. Toute la production désirante est écrasée, soumise aux exigences de la représentation »2. L’analyse rationalise le délire du schizo, elle le schématise et par-là-même elle le fixe et le fige dans la représentation. Et le schizo lui-même finit par s’identifier au délire tel que le psychiatre l’a schématisé. C’est avec ses trois outils – enfermement, médicamentation et analyse – que la psychiatrie produit le schizophrène en tant qu’entité ou sujet. Celui qui n’était pas sujet, mais était simplement branché de toutes parts dans le plan d’immanence du désir est construit comme sujet par la schématisation, c’est-à-dire par la répression du signifiant. La multiplicité des machines désirantes du schizo est remplacée par le schéma résultant de l’analyse. Une fois que le délire est fixé et qu’il tourne en boucle, le schizo atteint « cette horrible extrémité où l’âme et le corps finissent par périr »3. C’est ce que Deleuze veut exprimer lorsqu’il dit que le schizophrène devient une loque, qu’il se replie sur son corps sans organes. Il n’y a plus d’intensités, de différences de potentiel, qui traversent son corps, il est pour ainsi dire mort.

  • 4 Ibid. (p. 31)
  • 5 SPINOZA, Baruch. Œuvres. III, Éthique ; trad. et introd. de Charles Appuhn. Paris : Flammarion, (...)
  • 6 DELEUZE, Gilles ; GUATTARI, Félix. L'Anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie. Paris : Édition (...)
  • 7 Ibid. (p. 155)

2Mais, pour Deleuze, comme nous l’avons dit, ce schizophrène artificiel ne doit pas être confondu avec le processus schizophrénique lui-même : « Avant d’être l’affection du schizophrène artificialisé, personnifié dans l’autisme, la schizophrénie est le processus de la production du désir et des machines désirantes »4. Deleuze reprend la conception positive du désir exprimée par Spinoza dans l’Éthique. Chez Spinoza le désir est « l’essence même de l’homme, en tant qu’elle est conçue comme déterminée à faire quelque chose par une affection quelconque donnée en elle »5. Rien n’échappe donc au désir, il est la réalité essentielle de l’homme en tant qu’il se rapporte à des choses. De la même manière Deleuze fait des machines désirantes l’essence de l’homme : « la schizophrénie est l’univers des machines désirantes productrices et reproductrices, l’universelle production primaire comme réalité essentielle de l’homme et de la nature »6. Ainsi, on peut affirmer que – en tant que nos avons tous nos machines désirantes – nous sommes tous impliqués dans un processus schizophrénique. C’est pourquoi Deleuze refuse la distinction entre psychose et névrose. De même que le délire du schizo est mis en boucle par la psychiatrie, le névrosé tourne en rond dans son complexe d’Œdipe. C’est la même répression des machines désirantes qui s’exprime – par d’autres moyens – dans les deux cas : « Entre névrose et psychose, il n’y a pas de différence de nature, d’espèce, ni de groupe, pas plus que la psychose on ne peut expliquer la névrose œdipiennement. C’est plutôt le contraire, c’est la névrose qui explique Œdipe »7. Pour Deleuze, c’est le rabattement des forces désirantes sur le triangle œdipien qui produit le sujet névrosé comme entité de la même manière que le schizophrène comme entité est produit par la psychiatrie. C’est pourquoi il casse la distinction entre psychose et névrose et affirme que nous sommes tous engagés dans un processus schizophrénique.

  • 8 Ibid. (p. 109)
  • 9 Ibid. (p. 326)

3L’intention de Deleuze est donc de tenter de voir ce que pourrait être une analyse des forces désirantes en évitant la répression des machines désirantes par le signifiant despotique. C’est cette démarche qui va le pousser à forger le concept de schizo-analyse. Au premier rang du signifiant rejeté par Deleuze figure bien évidemment le complexe d’Œdipe. Il refuse la triangulation des désirs par Œdipe et n’accorde pas aux stimulis parentaux de fonction organisatrice symbolique qui pourrait être modélisée simplement. Les stimulis parentaux sont certes des inducteurs, mais ne sont pas des organisateurs : « les figures parentales ne sont nullement des organisateurs, mais des inducteurs ou des stimulis de valeur quelconque qui déclenchent des processus d’une toute autre nature, doués d’une sorte d’indifférence au stimulus »8. Deleuze ne nie donc pas que les parents aient un rôle dans la constitution psychique de l’enfant, mais il pense que ce rôle n’est pas modélisable simplement, et cela parce qu’il refuse l’adéquation entre induit et inducteur. Il existe certainement des inducteurs, mais ce qu’ils induisent ne correspond en rien à ce qui induit. Au fond, les inducteurs importent peu, ce qui compte c’est que se construisent chez l’enfant ses propres machines désirantes. Cela ne signifie pas que la constitution des machines désirantes se fait de manière anarchique et aléatoire. Elles se construisent en étant en constants rapports avec l’ensemble de la production sociale. Car il s’agit là d’une autre des thèses de Deleuze : tout désir est fondamentalement social. Et cette dimension sociale du désir englobe les stimulis parentaux dans un ensemble beaucoup plus vaste de production désirante à l’échelle de la société. Ainsi, non seulement l’enfant est aussi influencé par tous les stimulis non-familiaux, mais même ceux qui viennent des parents dépendent pour une large part de l’état de la production désirante dans la société à un lieu et une époque données : « les investissements sociaux sont premiers par rapport aux investissements familiaux, qui naissent seulement de l’application ou du rabattement de ceux-là »9. Pour le dire autrement la famille n’est qu’un sous-ensemble du champ social qu’il est vain de vouloir comprendre sans analyser d’abord la production sociale dans son ensemble.

  • 10 Ibid. (p. 42)
  • 11 Ibid. (p. 331)

4Or, la production sociale dans le cadre du capitalisme se caractérise par une opposition radicale entre production et anti-production, entre schizophrénie révolutionnaire et paranoïa réactionnaire. Pour Deleuze le désir va et vient toujours entre ces deux pôles : « On oscille entre les surcharges paranoïaques réactionnaires et les charges souterraines, schizophréniques et révolutionnaires ». On peut donc en déduire que l’une des tâches principales de la schizo-analyse sera de combattre la paranoïa réactionnaire et de favoriser la schizophrénie révolutionnaire. Pour Deleuze le capitalisme s’appuie constamment – pour contrecarrer le désir révolutionnaire – sur des territorialités réactionnaires et artificielles : « Le capitalisme instaure ou restaure toutes sortes de territorialités résiduelles et factices, imaginaires ou symboliques [...] tout repasse ou revient les états, les patries, les familles. C’est ce qui fait du capitalisme en son idéologie : la peinture bigarrée de tout ce qui a été cru »10. Ce sont ces territorialités que Deleuze veut combattre. Elles tendent toujours vers le retour à la machine despotique voire pour certaines à la machine territoriale initiale. Cette nostalgie de la machine despotique tend vers le fascisme : pour Deleuze, l’état fasciste est la manifestation ultime de cette tendance réactionnaire. Mais, en tant qu’elles sont des tentatives de réintroduire des éléments de la machine despotique dans le capitalisme, ces territorialités sont toujours archaïques et artificielles. Mais la re-territorialisation des désirs ne se limite pas à la sphère politique. Pour Deleuze, la psychanalyse elle-aussi re-territorialise, notamment par Œdipe mais aussi par l’ensemble du signifiant schématique. Et ses territoires – qui sont ceux de la famille – sont eux-aussi artificiels. Le rabattement œdipien lui-aussi vient de la paranoïa : « Nous voulons dire que l’Œdipe naît d’une application ou d’un rabattement sur des images personnalisées, qui suppose un investissement social de type paranoïaque. [...] Œdipe est une dépendance de la paranoïa »11. La première tâche de la schizo-analyse est de combattre l’anti-production paranoïaque sous toutes ses formes, qu’il s’agisse de formes sociales et politiques réactionnaires ou de rabattement œdipien ou bien encore d’autres choses.

  • 12 Ibid. (p. 342)
  • 13 Ibid. (p. 378)
  • 14 Ibid. (p. 385)

5Ce qui caractérise la schizo-analyse et la distingue définitivement de la psychanalyse classique, c’est son refus du signifiant. Il ne faut d’aucune manière recréer de dispositif qui soit susceptible de réprimer la production désirante. Or, pour Deleuze, l’analyse par le signifiant est en elle-même déjà répression. De toute manière, il n’est pas possible de schématiser l’inconscient de cette manière : « Les machines désirantes au contraire ne représentent rien, ne signifient rien, ne veulent rien dire, et sont exactement ce qu’on en fait »12. Puisqu’elles ne signifient rien, les machines désirantes doivent être comprises par un autre biais que le signifiant. Mais comment échapper au signifiant ? Il faut comprendre comment les machines désirantes marchent sans pour autant leur appliquer à aucun moment de schéma prédéfini. La schizo-analyse doit donc être extrêmement personnalisée. Il s’agit de voir commun chacun s’inscrit dans l’immanence du désir, quelles sont les machines désirantes de chacun, comment elles se sont construites et comment elles fonctionnent. Pour cela, Deleuze nous dit qu’il faut suivre les indices machiniques qui mènent aux machines désirantes : « La psychanalyse se fixe sur les représentants imaginaires et structuraux de re-territorialisation, tandis que la schizo-analyse suit les indices machiniques de déterritorialisation »13. Mais comment suivre ces indices ? Comment voir ce qui est indice de quelque chose et ce qui ne l’est pas ? Et comment voir de quelle machine une chose est-elle l’indice ? En effet, si l’on écarte l’hypothèse de la ressemblance de l’induit et de l’inducteur, comment atteindre les machines désirantes à travers les indices machiniques ? Pour Deleuze : « La première tâche positive consiste à découvrir chez un sujet la nature, la formation ou le fonctionnement de ses machines désirantes, indépendamment de toute interprétation »14. Mais que peut-on dire si l’on refuse l’interprétation ? Comment la schizo-analyse va t-elle s’y prendre pour démêler tous les stimulis induits chez un sujet ? Force est de constater que Deleuze ne nous donne pas beaucoup d’indices sur la manière de procéder qu’aurait la schizo-analyse. Il parle beaucoup des tâches de la schizo-analyse mais finalement très peu de ses moyens concrets.

6Pour essayer de déterminer ce que pourrait être concrètement la schizo-analyse, la seule méthode qui nous reste vraiment est négative : nous allons d’abord voir ce qu’elle ne peut pas se permettre d’être étant donnée la critique deleuzienne de la psychanalyse. Pour commencer, celle-ci remet forcément en cause le principe de la cure psychanalytique. Elle ne doit plus être payante et ne doit plus se dérouler dans un contexte de domination du psychanalyste. Car c’est ce rapport de pouvoir qui est à l’origine du transfert qui rend le patient dépendant du signifiant prodigué par le psychanalyste. La thèse de Deleuze est que la psychanalyse – comme elle est effectivement pratiquée ne fait que fixer définitivement la névrose en la schématisant de plus en plus précisément. Et à partir de ce moment là aucune sortie d’Œdipe n’est plus possible. Il y a donc là des erreurs à éviter à tout prix pour Deleuze au niveau de la forme de la cure. Mais malgré ces quelques indices sur ce qu’elle ne peut pas être, nous ne pouvons cependant pas savoir quel cadre pratique exact Deleuze imaginait pour la schizo-analyse.

  • 15 SPINOZA, Baruch. Œuvres. III, Éthique ; trad. et introd. de Charles Appuhn. Paris : Flammarion, (...)

7Quant au procédé propre à la schizo-analyse, il est difficile à mettre au jour puisque l’idée d’indices machiniques qui doivent nous mettre sur la voie des machines désirantes est on ne peut plus abstraite. On peut cependant esquisser certaines grandes lignes du programme de la schizo-analyse bien que le procédé en lui-même nous échappe. La grande différence avec la psychanalyse tient bien évidemment au traitement d’emblée social et économique des problèmes personnels. Il s’agit de voir où se situe une personne dans la plan d’immanence du désir, de déterminer quels sont les flux de désir qui ont pu la constituer. Pour cela il faut voir où et comment se sont recoupés les plans molaires du socio-économique et le plan moléculaire de l’inconscient du sujet. C’est ce que Deleuze veut dire lorsqu’il demande une politisation de la psychiatrie : il faut arrêter d’évacuer la dimension socio-économique dans le traitement des névroses et des psychoses. Toute névrose est personnelle mais aussi sociale et économique et il en va de même pour les psychoses. Cela signifie que la répression du désir s’exerce au niveau socio-économique - comme nous l’avons vu elle opère en remettent au goût du jour des territorialités réactionnaires comme la famille, l’état, et toutes les institutions qui se rapportent à un signifiant despotique. La schizo-analyse se fixe donc pour but de déconstruire cette répression des désirs. De cette manière, une fois que le sujet aurait pris conscience de ses déterminismes paranoïaques, il serait en mesure de les combattre au lieu de les ressasser et de les schématiser toujours plus comme le fait la psychanalyse. Cette libération, cette schizophrénisation du sujet par la schizo-analyse procéderait en quelque sorte de la même manière que la libération par la connaissance chez Spinoza. Pour Spinoza « une affection qui est une passion cesse d’être une passion sitôt que nous en formons une idée claire et distincte »15. La schizo-analyse essaierait probablement de procéder de la même manière pour combattre la paranoïa réactionnaire et développer les potentialités schizophréniques des machines désirantes. Il faudrait d’abord essayer de déterminer pour un sujet de quelle manière il a pu être influencé par des territorialités paranoïaques. Cette compréhension des relations entre le niveau molaire et le niveau moléculaire permettrait sans doute au sujet de combattre dans une certaine mesure les forces d’anti-production.

Haut de page

Notes

1 DELEUZE, Gilles ; GUATTARI, Félix. L'Anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie. Paris : Éditions de Minuit, 1973 (p. 26)

2 Ibid. (p. 63)

3 Ibid. (p. 11)

4 Ibid. (p. 31)

5 SPINOZA, Baruch. Œuvres. III, Éthique ; trad. et introd. de Charles Appuhn. Paris : Flammarion, 2005. (p. 196)

6 DELEUZE, Gilles ; GUATTARI, Félix. L'Anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie. Paris : Éditions de Minuit, 1973 (p. 11)

7 Ibid. (p. 155)

8 Ibid. (p. 109)

9 Ibid. (p. 326)

10 Ibid. (p. 42)

11 Ibid. (p. 331)

12 Ibid. (p. 342)

13 Ibid. (p. 378)

14 Ibid. (p. 385)

15 SPINOZA, Baruch. Œuvres. III, Éthique ; trad. et introd. de Charles Appuhn. Paris : Flammarion, 2005. (p. 307)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Jansen, « Processus schizophrénique et schizo-analyse », Philosophique [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 14 mars 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/702 ; DOI : 10.4000/philosophique.702

Haut de page

Auteur

Mickaël Jansen

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page