Navigation – Plan du site
Articles

L'Europe en images… à la manière des offices de tourisme

Martine Tabeaud et Benjamin Lysianuk
p. 97-112

Résumés

L'activité touristique, véritable industrie, fait l'objet de stratégies marketing tout comme n'importe quel bien de consommation. Le désir d'évasion est généré par la publicité y compris dans sa forme la plus institutionnelle : les brochures nationales d'office de tourisme. Ce travail propose une analyse systématique, d'un corpus de brochures européennes, axée sur le premier élément arrivant au regard : l'image. Si l'image veut être vectrice d'une identité territoriale propre, nous démontrons que la plupart des brochures propose des images de construction similaire tant sur la forme (photographies couleurs prises en plan moyen, aux couleurs froides) que sur le fond (paysages "naturels" estivaux ou centres villes historiques). Finalement, les images pourraient très bien être interchangeables d'une brochure à l'autre… Quelle identité territoriale pour des images "a-territorialisées" ?

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Une brochure nationale d'office de tourisme, au delà d'un texte plus ou moins informatif, est un ensemble d'images (cartes, graphiques, logos, photographies, dessins, etc.) qui donnent à voir un territoire. Cette mise en image est réalisée par des agences de communication et validée par un service administratif spécialisé d'échelles nationale (état via l'office national du tourisme) et régionale. Le rôle des images véhiculées, des logos et des slogans est de donner naissance à l'existence d'un territoire national autour d'éléments sociaux et politiques, pas seulement administratifs. Les images servent à faire apparaître une nouvelle entité chargée de fédérer autour de cette idée identitaire (F. GUÉRIN-PACE, 2008, J. BEAUCHARD, 2003, S. CLAIRET, 2000), les citoyens d'un même pays y compris les nouveaux résidents, souvent des retraités migrants (F. POTIER et C. TERRIER, 2007). Une véritable politique de recherche de symbolique identitaire s'est mise en place (F. HATEM, 2007, B. MEYRONIN, 2009). Elle s'ancre sur des traditions réelles mais aussi des traditions supposées, réactivées, voire inventées. Les images proposées par les offices de tourisme (éléments du patrimoine, paysages, "tranches de vécu", produits du terroir, etc.) appartiennent à des banques de données. Ils les utilisent comme ressources identitaires concrètes ou symboliques. Ce faisant, ces agences construisent un produit identitaire destiné prioritairement aux touristes. C'est donc une mise en scène du territoire, la création d'un décor qui tente de faire sens en fabriquant une sorte de "territoire du spectacle". Nous nous proposons d'en déchiffrer systématiquement le contenu.

II - Dépasser la subjectivité des perceptions

2Les brochures contiennent des images et du texte. Nous n'avons pas analysé exhaustivement le texte sauf dans son rapport avec les images. Nous avons centré notre propos sur les images pour deux raisons :

  • une brochure touristique commence par se feuilleter. Ce sont donc d'abord les images qui sont vues et cela d'autant que le texte est souvent écrit en caractères de taille réduite, ce n'est pas lui qui accroche,

  • l'accès à l'image est immédiat pour tous. Elle semble dire plus rapidement et avec plus de force.

3L'enquête a donc été menée sur un corpus de 1685 images (Tab. I) figurant sur dix brochures touristiques généralistes d'une cinquantaine de pages (Photo 1), en langue française et distribuées à la demande par les offices nationaux de tourisme. Chacune est diffusée depuis 2007, 2008 ou 2009, elles sont donc "actuelles". Elles intègrent parfois (c'est le cas de l'Italie) des annonces pour des entreprises privées (grandes chaînes hôtelières, restaurants, etc.) qui n'ont pas été retenues. Les dix "cibles" de cette recherche sont l'Allemagne, la Belgique, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Suède, la Tchéquie. Tous les pays d'Europe ne sont pas traités, c'est un panel du nord au sud, de l'est à l'ouest, de grands et de petits… Chaque brochure compte en moyenne une centaine d'images (cartes et photos principalement).

Tableau I - Images des brochures.

Tableau I - Images des brochures.

Photo 1 - La couverture de la brochure italienne, 2008. [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme d'Italie "ENIT" – copyright]

Photo 1 - La couverture de la brochure italienne, 2008. [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme d'Italie "ENIT" – copyright]

4Une grille de lecture (tableau joint in fine) qui permet de soumettre chaque donnée iconographique à 32 critères de classement (voir Annexe) a été appliquée sur chaque image : mise en cadre, trucage, saison, heure, objet visuel, couleurs, thèmes, rapports avec le texte... (M. TABEAUD et X. BROWAEYS, 2007, M. TABEAUD et X. BROWAEYS, 2008, M. TABEAUD, 2008). L'objectif est de montrer comment la réalité d'une image n'est que l'image d'une réalité recomposée d'un territoire.

III - Des images "identifiables" ?

5L'identité visuelle doit non seulement distinguer le pays des autres, mais aussi renforcer ses valeurs "propres", puisque l'identité "se construit sans cesse par la confrontation de la similitude et de la différence" F. GUÉRIN-PACE et al., 2008). Donc pour permettre la reconnaissance immédiate de la spécificité territoriale, l'image doit aussi être parlante pour les touristes nationaux ou internationaux.

6Et comme l'identité territoriale est un compromis entre une organisation politique, une manifestation du pouvoir, des facteurs culturels comme les religions, et des éléments naturels comme les paysages... (G. DI MÉO, 2007), dans les fascicules, les fondements de l'identité en images reposent sur quelques paysages représentatifs du territoire et sur quelques éléments du vécu des citoyens.

1 ) L'été comme identité

7Les saisons du tourisme sont les saisons des brochures, celles du grand ciel bleu (Tab. II et Photo 2).

Tableau II - Les saisons des images (en % du total des images).

Tableau II - Les saisons des images (en % du total des images).

Photo 2 - Le littoral portugais sous le ciel bleu (brochure Portugal, 2008). [cliché : José MANUEL – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Portugal "Turismo de Portugal" – copyright]

Photo 2 - Le littoral portugais sous le ciel bleu (brochure Portugal, 2008). [cliché : José MANUEL – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Portugal "Turismo de Portugal" – copyright]

8La saison élue est d'abord l'été (défini par le ciel d'azur piqueté au plus de minuscules nuages blancs, l'épanouissement des plantes au cœur de leur cycle végétatif, les vêtements légers des personnes), puis l'hiver qui est toujours identifié par le manteau neigeux (Photo. 3). À l'exception de l'Irlande, il y a partout dans les territoires proposant des images hivernales (Italie, Pologne, Roumanie, Tchéquie) des possibilités de ski de fond et/ou de piste. L'automne est peu représenté malgré le potentiel esthétique des couleurs de la végétation (forêts, vignobles), de même le printemps. En toute saison, le ciel est bleu !

Photo 3 - Scène hivernale en Suède (brochure Suède, 2007). [cliché : Bo LIND – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède "VisitSweden" – copyright]

Photo 3 - Scène hivernale en Suède (brochure Suède, 2007). [cliché : Bo LIND – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède "VisitSweden" – copyright]

2 ) La Nature réduite à l'eau et la chlorophylle

9Entre les deux tiers et la totalité des images proposées présentent des paysages de "campagnes" (Tab. III) ou des portions de littoral. Une exception, l'Italie qui vante plus ses villes que ses côtes, malgré le linéaire balnéaire de la péninsule.

Tableau III - Campagne ou ville (en % des images représentant des paysages).

Tableau III - Campagne ou ville (en % des images représentant des paysages).

10Mais quels sont les paysages de "nature" (Tab. IV) ?

Tableau IV - Les éléments de nature.

Tableau IV - Les éléments de nature.

Il faut lire ce tableau comme suit : 35 % des images en Allemagne traitent de paysages "naturels" et la plupart d'entre elles sont aquatiques (cascades, rivières ou fleuves, lacs, étangs, mer)… Pour les images de "nature", le total ne fait pas 100 %, car d'autres éléments peuvent être représentés (rochers, landes…).

11Une image sur trois invite à entrer dans un paysage "naturel" d'eau, en Irlande, au Portugal. Il ne s'agit pas seulement comme on pourrait l'imaginer des pays à vaste frange littorale (Photo 4). Tout fleuve, rivière, lac voire étang semble porteur d'attractivité touristique (Tchéquie). Les forêts sont plus fréquemment présentes dans les pays plus continentaux. Quant aux vignobles (Luxembourg, Allemagne et Italie) ils sont presque les seuls champs cultivés représentés systématiquement, à l'exception notable du Portugal. La place des prés et des champs est très limitée, ce qui renvoie à l'image d'une nature avec un grand N, qui ne serait pas le produit d'une longue histoire de paysans (A. ROGER, 1997 et 1999).

Photo 4 - La vallée de l'Our (brochure Luxembourg, 2009). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Luxembourg et de la Société Électrique de l'Our – copyright] 

Photo 4 - La vallée de l'Our (brochure Luxembourg, 2009). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Luxembourg et de la Société Électrique de l'Our – copyright] 

3 ) Des centres-villes historiques

12Les paysages des villes participent donc assez peu à la construction identitaire d'une région (exception faite de l'Italie et à un moindre niveau la Tchéquie). Le paysage urbain y regorge d'ailleurs là aussi de fontaines et d'arbres. Comme si la Nature idéalisée par les touristes, en majorité urbains, se devait d'y être aussi présente !

13Les objets patrimoniaux (Tab. V) sont des églises avant tout, des châteaux, des statues, quelques maisons. Ils ne sont guère postérieurs à l'époque moderne. Les XIXème et XXème siècles sont rayés de ces documents (à l'exception de l'Allemagne où le bâti industriel du XIXème siècle est systématiquement promu). L'architecture contemporaine, voire futuriste et avant-gardiste, n'est mise en avant qu'avec parcimonie, sauf en Suède (Photo 5), en Allemagne, au Portugal et au Luxembourg. Ailleurs, l'importance de l'objet bâti du vingtième siècle relève de la mise en scène des rues et de leurs activités (Roumanie, Pologne, Tchéquie).

Tableau V - Le patrimoine bâti.

Tableau V - Le patrimoine bâti.

Photo 5 - Malmoe (brochure Suède, 2007). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède – copyright]

Photo 5 - Malmoe (brochure Suède, 2007). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède – copyright]

4 ) Des lieux peuplés… de touristes

14Les paysages ne sont ni habités ni le produit du travail des hommes (Tab. VI). Les paysages apparaissent vides d'habitants permanents dans la moitié voire les trois quarts des images (Photo 6). Deux pays (Allemagne et Suède) insistent au contraire sur une vie collective ordinaire attractive et une grande tolérance à la diversité (une page est consacrée aux parades gay dans la brochure suédoise). La brochure allemande s'ouvre, et c'est une grande originalité, sur le portrait du responsable de l'office de tourisme.

Tableau VI - Gens d'ici ou gens d'ailleurs ?

Tableau VI - Gens d'ici ou gens d'ailleurs ?

Dans ce tableau, la rubrique "Non locaux" ne fait pas 100 % car il est difficile de distinguer dans des personnes fréquentant un marché ou marchant dans la rue, les locaux ou non, et bien des images urbaines regroupent des locaux et des touristes potentiels (la rue, les cafés).

Photo 6 - Pompéi (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT– copyright]

Photo 6 - Pompéi (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT– copyright]

15Quand il y a des personnes sur les images des autres brochures, c'est pour près d'une sur deux un touriste de passage. Pour ne pas s'y tromper, un sac à dos traîne sur un balcon, une valise dans une chambre… Le touriste est bien souvent randonneur, cyclotouriste,... L'identification immédiate par la tenue vestimentaire à la personne susceptible de regarder la brochure est évidemment privilégiée.

16Un grand nombre de situations de mise en scène de touristes utilisent les enfants avec ou sans leurs parents (tel est le cas fréquent de l'Irlande). Quant aux sportifs, ils pratiquent la randonnée à pied, le cyclotourisme, et secondairement l'équitation, le golf, les sports d'eau (voile, planche à voile, plongée). Les brochures reprennent en cela les évolutions des pratiques touristiques (F. POTIER, 2002). Notons, qu'en Italie, contrairement aux autres pays étudiés, le touriste sportif est très rare.

IV - L'image miroir

17Cette volonté d'identification immédiate du lecteur aux touristes représentés sur les brochures implique aussi de présenter des images qui montrent à voir ce que le touriste verra, donc avec des plans moyens dominants, celui qu'embrasse l'œil humain à moins de deux mètres du sol (Tab. VII).

Tableau VII - Les plans des images (en %).

Tableau VII - Les plans des images (en %).

18Les plans serrés servent à montrer les produits du terroir ou de l'artisanat, les objets de musée ou œuvre d'art. Quant aux plans larges, panoramiques, ils servent à présenter ce que l'œil peut embrasser depuis les points hauts. Nombre d'entre eux sont pris d'avion, ce qui, sauf lors d'une arrivée par un aéroport, offre une vision "un peu exceptionnelle" des paysages.

19Sur les images, l'autochtone n'est plus un produit touristique, surtout quand il travaille, sauf en Allemagne et en Suède où la représentation de travailleurs "en exercice" (agriculteurs dans des champs, personnel de restauration et hôtellerie en service, designer devant un ordinateur, etc.) est significativement présente. En Italie, seul le gondolier est représenté. Ailleurs, le travail c'est l'affaire du passé et des musées (musée d'anciens outils agricoles, musée des mines, musée des brasseurs). Les quelques représentations de locaux les mettent en scène lors des fêtes (carnaval, danse, musique, défilés "historiques", feux d'artifice, etc.) auxquelles le touriste est convié à participer (Tab. VIII). Le spectacle mis en spectacle, selon M. AUGÉ (1997).

Tableau VIII - La vie courante ou festive (en % du total des images avec des personnes).

Tableau VIII - La vie courante ou festive (en % du total des images avec des personnes).

Le total ne fait pas 100 % car les images intègrent des personnes non caractérisables par une activité évidemment festive (concert, bal, défilé, feu d'artifice etc.) ou alors pratiquant des gestes de vie quotidienne, le plus souvent relevant de la pratique d'un métier (agriculteur au travail, ouvrier dans une usine etc.). Une personne qui marche dans une rue, entre dans une boutique ne peut être affectée à un des deux groupes.

20La vie courante dans ces paysages se résume souvent à quelques scènes de rue avec des boutiques devant lesquelles chemine une foule, rues piétonnes de préférence, avec des cafés ou des restaurants avec terrasse. Le touriste est ainsi représenté en consommateur (R. BERGER, 2008). La brochure belge insiste même sur les chambres à coucher très semblables dans des hôtels urbains. Parfois, l'opposition à emporter ou à consommer sur place n'est pas aisée à distinguer (Tab. IX). En effet, si une bouteille entamée et son verre sont sans ambiguïté, comment classer des bouteilles non débouchées ?

Tableau IX - La consommation.

Tableau IX - La consommation.

21Cette identité construite pour le touriste introduit de plus en plus les produits du terroir (vins, confitures, champignons, etc.), pourtant issus de l'activité d'acteurs locaux ignorés.

V - Des images interchangeables

22Tous ces objets visuels sont proposés sans date et sans localisation précise (Tab. X), en dehors de tout contexte social, économique, historique,… C'est une accumulation de cartes postales, qui vue la taille des brochures, sont souvent minuscules.

Tableau X - La localisation des images.

Tableau X - La localisation des images.

23Malgré les apparences, les images sont a –territorialisées et a temporelles : jamais elles ne sont datées comme si les paysages étaient immuables, comme si les lieux étaient éternels. C'est la région (la Bavière, la vallée du Rhin, la Laponie, la Poméranie, la Sicile, la Toscane, etc.) plus que le lieu précis qui est mentionné en dehors des villes ; et dans les villes ni quartier, ni rue. Faut-il y voir l'effet de la courte durée de vie d'une brochure ? Faut-il penser à une prise en compte par les concepteurs du niveau général de connaissance géographique des lecteurs potentiels ? Voire à leur curiosité qui se contente d'une localisation régionale ? 

24Pourtant, les images sont très actuelles. L'histoire locale est gommée : pas de guerre postérieure au Moyen Âge, à l'exception de la Pologne et du site d'Auschwitz. Donc pas ou très peu d'images noir et blanc ou sépia (Tab. XI) qui traduiraient ce regard vers l'Histoire et ses heures sombres.

Tableau XI - Pourcentages des images couleur, sépia et noir et blanc.

Tableau XI - Pourcentages des images couleur, sépia et noir et blanc.

25L'auteur de la photo n'est généralement pas mentionné, pour les photographies seulement l'agence photo, pour les cartes jamais l'atelier de cartographie. Ces images sont des signaux conventionnels simplifiés, parfois reproduits comme un logo plusieurs fois dans un même fascicule – la bulle type discours de BD sert de mise en forme dans la brochure belge. L'image des offices de tourisme est un message d'identité stéréotypé, de type "produit de grande consommation". Ce dernier se définit, en effet, comme un produit qui se renouvelle vite, qui est facilement reconnu par le consommateur en libre service, et dont le prix est peu élevé.

26 Les couleurs et les objets représentés sont très semblables d'une brochure à l'autre. Le bleu du ciel et le vert de la chlorophylle dominent uniformément (Photo 7 et Tab. XII)). La palette de couleur est donc banale, presque interchangeable d'une brochure à une autre.

Photo 7 - En Toscane (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT – copyright]

Photo 7 - En Toscane (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT – copyright]

Tableau XII - Les couleurs dominantes des images (en %).

Tableau XII - Les couleurs dominantes des images (en %).

Chaque ligne ne fait pas 100 % car il y a d'autres couleurs (marron, noir, rose, violet…).

27Les couleurs, les paysages, les gens se ressemblent. Le message des brochures est donc indifférencié car il vise un touriste "moyen", marié avec enfants, "entre deux âges", économe et européen (R. BERGER, 2008). Son origine peut d'ailleurs être approchée à travers les cartes présentes dans certaines des brochures (Tab. XIII), qui identifient le vivier de chalandise supposé en associant un espace plus vaste que le territoire touristique avec ses "entrées" (aéroports, gares, etc.).

Tableau XIII - Les cartes dans les brochures.

Tableau XIII - Les cartes dans les brochures.

28La majorité des pays négligent les cartes et n'envisagent de se représenter qu'au travers d'une carte nationale avec le réseau de villes et les routes et autoroutes de desserte. Quatre pays s'ouvrent à l'international puisque les cartes figurent les pays riverains ou alors les aéroports internationaux. Le Portugal intègre la dimension internationale en grande partie à cause de ses îles (Les Açores, Madère). Quant à la Roumanie, sa position peu centrale en Europe et sa volonté affichée de s'ouvrir à des pays de langues latines imposent de présenter des cartes allant jusqu'à l'Atlantique. Cinq pays privilégient délibérément l'échelle régionale (Irlande, Luxembourg, Pologne, Italie, Portugal), présupposant en cela l'idée que le touriste ne rayonnera qu'autour d'une ville, parfois présentée avec un plan de rues (on ira en Toscane plutôt qu'en Italie, au Connemara plutôt qu'en Irlande…).

VI - La patte du graphiste

29Au final, ce qui change le plus d'une brochure à l'autre, c'est le travail du graphiste (Tab. XIV) : celui qui fait confiance aux images ou celui qui crée un monde plus ou moins virtuel par des modifications d'images (flous des contours, superpositions d'images entre elles, superposition d'images et de texte, insertion d'une image dans un cercle, trait de crayon monochrome sur une photographie, etc.). Dans ce registre, la brochure belge se distingue des autres car elle reprend un élément du patrimoine culturel de ce pays : la bande dessinée. À de nombreuses reprises, l'esprit du lieu est donné à voir grâce à un personnage universellement connu de ce monde virtuel (Tintin, Spirou, etc.). Quand le graphiste ne sait que choisir ou veut montrer un grand nombre d'images sur une seule page, il choisit un montage à structure kaléidoscopique : la présentation polonaise utilise par exemple un découpage en éléments d'un puzzle (Photo 8), la brochure italienne abuse du grand angle pour faire entrer dans le cadre un maximum des monuments.

Tableau XIV - Le travail du graphiste (en % du total des images).

Tableau XIV - Le travail du graphiste (en % du total des images).

Photo 8 - Les images miniatures (inférieures à 0,5 cm) du "découpage puzzle" (brochure Pologne, 2009). [clichés reproduits avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Pologne – copyrignt – Sowa Mosiej Szypillo : www.sowa.pl]

Photo 8 - Les images miniatures (inférieures à 0,5 cm) du "découpage puzzle" (brochure Pologne, 2009). [clichés reproduits avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Pologne – copyrignt – Sowa Mosiej Szypillo : www.sowa.pl]

30Puisque ces images sont destinées à un "touriste moyen", celui qui est intéressé par un tourisme de "grande consommation" mis en spectacle grâce à des cartes postales sans surprise, des images de présentation de lieux, il reste à se demander : qui font ces brochures ? La formation d'un graphiste est-elle la même d'un pays à l'autre ? Le choix des images est-il tellement contraint par des présupposés que la marge de manœuvre est réduite ? Quelle est la durée de vie de ces fascicules ?

31Puis, mais c'est une autre histoire, est-ce que l'image identitaire d'un pays qui s'impose d'abord aux touristes, finalement à travers eux et leurs habitudes de consommateur, ne gagne pas la majorité des Européens et donc les migrants d'un pays à l'autre ?

32Et enfin, la prise en compte de la crise économique, de la durabilité des pratiques et du besoin de l'autre plus que de l'ailleurs, ne modifiera-t-elle pas radicalement les envies touristiques et donc les brochures ?

Remerciements :Nous remercions les offices du tourisme d'Italie, du Luxembourg, de Pologne, du Portugal et de Suède qui ont accepté gracieusement la reproduction des photographies.

Haut de page

Bibliographie

AugÉ M. (1997) - L'impossible voyage : le tourisme et ses images. Édit. Rivages poche, 189 p.

BEAUCHARD J. (2003) - Génie du territoire et identité politique. Édit. L'Harmattan, 148 p.

BERGER R. (2008) - Les comportements des touristes consommateurs. CREDOC, site internet : http://www.visitprovence.org/credoc.pps

Clairet S. (2000) - Paysage, identité régionale : les représentations télévisuelles des territoires de l'arc méditerranéen, Thèse de Doctorat, Université de Provence, 442 p.

DI MÉO G. (2007) - Mondialisation et identités. Site internet : http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1058

GuÉrin-Pace F., Filippova E. et Guermond Y. (2008) - Quels territoires pour quelles identités ? In : Café géographique (Rouen, 19 novembre 2008), site internet : http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1447

HATEM F. (2007) -Le marketing territorial, Principes, méthodes et pratiques. Édit. EMS, 318 p.

MEYRONIN B. (2009) - Le marketing territorial. Édit. VUIBERT, 258 p.

POTIER F. (2002) - L'évolution des pratiques touristiques. Informations sociales (revue de la Caisse nationale d'allocations familiales, Paris), n° 100, 28 p.

POTIER F. et TERRIER C. (2007) - Atlas des mobilités touristiques en France métropolitaine. Édit. Autrement, 112 p.

ROGER A. (1997) - Court traité du paysage. Édit. GALLIMARD, 118 p.

ROGER A. (1999) - La vie en vert. Bréviaire de la verdolâtrie. Site internet : http://horizonpaysage.org/modules/xfsection/article.php?articleid=3     

TABEAUD M. et BROWAEYS X. (2007) - L'imagerie stéréotypée des brochures des offices de tourisme. Espaces, n° 246 (spécial "Communication touristique"), p. 31-35.

TABEAUD M. (2008) - La biodiversité dans les brochures touristiques des sites Natura 2000. Durabilis, n° 6 (spécial "Le tourisme rural durable"), p. 31-33.

TABEAUD M. et BROWAEYS X. (2008) - Montrer le froid pour souffler le chaud…Les images de paysages. In : Une vérité qui dérange, EspacesTemps.net, Actuel, site internet : http://espacestemps.net/document5583.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau I - Images des brochures.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 1 - La couverture de la brochure italienne, 2008. [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme d'Italie "ENIT" – copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau II - Les saisons des images (en % du total des images).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 2 - Le littoral portugais sous le ciel bleu (brochure Portugal, 2008). [cliché : José MANUEL – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Portugal "Turismo de Portugal" – copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo 3 - Scène hivernale en Suède (brochure Suède, 2007). [cliché : Bo LIND – reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède "VisitSweden" – copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau III - Campagne ou ville (en % des images représentant des paysages).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau IV - Les éléments de nature.
Légende Il faut lire ce tableau comme suit : 35 % des images en Allemagne traitent de paysages "naturels" et la plupart d'entre elles sont aquatiques (cascades, rivières ou fleuves, lacs, étangs, mer)… Pour les images de "nature", le total ne fait pas 100 %, car d'autres éléments peuvent être représentés (rochers, landes…).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 4 - La vallée de l'Our (brochure Luxembourg, 2009). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme du Luxembourg et de la Société Électrique de l'Our – copyright] 
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau V - Le patrimoine bâti.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 5 - Malmoe (brochure Suède, 2007). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Suède – copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau VI - Gens d'ici ou gens d'ailleurs ?
Légende Dans ce tableau, la rubrique "Non locaux" ne fait pas 100 % car il est difficile de distinguer dans des personnes fréquentant un marché ou marchant dans la rue, les locaux ou non, et bien des images urbaines regroupent des locaux et des touristes potentiels (la rue, les cafés).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 6 - Pompéi (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT– copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau VII - Les plans des images (en %).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau VIII - La vie courante ou festive (en % du total des images avec des personnes).
Légende Le total ne fait pas 100 % car les images intègrent des personnes non caractérisables par une activité évidemment festive (concert, bal, défilé, feu d'artifice etc.) ou alors pratiquant des gestes de vie quotidienne, le plus souvent relevant de la pratique d'un métier (agriculteur au travail, ouvrier dans une usine etc.). Une personne qui marche dans une rue, entre dans une boutique ne peut être affectée à un des deux groupes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau IX - La consommation.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau X - La localisation des images.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau XI - Pourcentages des images couleur, sépia et noir et blanc.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 7 - En Toscane (brochure Italie, 2008). [cliché reproduit avec l'aimable autorisation de l'ENIT – copyright]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau XII - Les couleurs dominantes des images (en %).
Légende Chaque ligne ne fait pas 100 % car il y a d'autres couleurs (marron, noir, rose, violet…).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau XIII - Les cartes dans les brochures.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau XIV - Le travail du graphiste (en % du total des images).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 8 - Les images miniatures (inférieures à 0,5 cm) du "découpage puzzle" (brochure Pologne, 2009). [clichés reproduits avec l'aimable autorisation de l'Office National du Tourisme de Pologne – copyrignt – Sowa Mosiej Szypillo : www.sowa.pl]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/1010/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud et Benjamin Lysianuk, « L'Europe en images… à la manière des offices de tourisme », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 97-112.

Référence électronique

Martine Tabeaud et Benjamin Lysianuk, « L'Europe en images… à la manière des offices de tourisme », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 26 septembre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/1010 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1010

Haut de page

Auteurs

Martine Tabeaud

Université Paris 1, UMR CNRS "Espaces, nature et culture", Institut de géographie, 191 Rue Saint-Jacques, 75005 PARIS.
Courriel : Martine.Tabeaud@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Benjamin Lysianuk

Université Paris 1, UMR CNRS "Espaces, nature et culture", Institut de géographie, 191 Rue Saint-Jacques, 75005 PARIS.
Courriel : lysaniuk@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals