Navigation – Plan du site
Articles

Incidence de la fluctuation des précipitations sur l'occupation des sols dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (Algérie)

Baroudi Meterfi, Noreddine Letreuch-Belarouci et Khéloufi Benabdeli
p. 191-210

Résumés

La réduction de la pluviométrie dans les hautes plaines du sud de l'Algérie occidentale a provoqué de profondes modifications de l'occupation et de la gestion des espaces. L'activité économique de cette région est fortement conditionnée par les fluctuations climatiques et les modes traditionnels d'exploitation des surfaces agricoles. L'analyse de l'occupation actuelle des espaces et de sa dynamique permet d'appréhender les différentes contraintes appliquées à ces écosystèmes et de mesurer les incidences environnementales et sociales du changement climatique. L'objectif est de comprendre l'évolution des systèmes de production et de déterminer et maîtriser les paramètres qui influent sur leur dynamique pour une meilleure utilisation de ces espaces. L'incidence de la progression de l'aridité est perceptible à tous les niveaux : forte concentration de la population dans les centres urbains, réduction spatiale des formations végétales spontanées, augmentation des surfaces agricoles et de l'effectif du cheptel ovin menant la région vers un système de production agropastoral.
Les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès sont impliquées dans tous les programmes de développement de la steppe. Elles se présentent comme une référence des régions du Sud Oranais et constituent, de ce fait, un espace idéal permettant de mesurer l'impact d'une politique d'aménagement ignorante des paramètres climatiques et de leurs fluctuations.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les hautes plaines de la zone méridionale de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès font partie d'un vaste territoire steppique qui s'étend sur près de 360000 km2 entre l'Atlas Tellien et l'Atlas Saharien, dans un secteur qui reçoit des précipitations annuelles moyennes de 100 à 300 mm (K. BENABDELI, 2000).

2Du fait de la vocation pastorale de la région et des caractères particuliers de son organisation sociale et économique, les espaces restent peu maîtrisés. Leur utilisation, encore essentiellement conduite selon des usages traditionnels, n'a pas fait l'objet d'une adaptation rationnelle aux mutations récentes. Mais la situation actuelle découle également de la politique menée dans l'espoir d'assurer le développement du milieu steppique. Une succession de restructurations a été imposée plus en réponse à des présupposés techniques et politiques que sur la base des réalités de terrain, physiques et socio-économiques (T.B. BOUCHETTATA, 2002). Dans ces conditions, toutes les tentatives d'aménagement de la région ont abouti à des échecs, le dernier en date étant celui du programme national de développement agricole lancé en 2000 (A. KHALDOUN, 2002 ; R. BENSOUIAH, 2003).

3La gestion peu satisfaisante des parcours, l'introduction de moyens techniques inadaptés et le manque de concertation entre les différents acteurs sont autant de facteurs qui ont contribué à l'augmentation de la vulnérabilité de cette région (K. BENABDELI, 2000 ; A. KHALDOUN, 2002). En d'autres termes, la méconnaissance des interactions régissant l'organisation, le fonctionnement et l'évolution de l'écosystème steppique, a abouti à la dégradation des ressources naturelles et à la rupture des équilibres écologiques et socio-économiques (A. AIDOUD et J. TOUFFET, 1996).

4Une analyse des agro-systèmes steppiques croisant les données physiques et les paramètres socio-économiques, est indispensable à la compréhension de leur dynamique. Il s'agit en effet, après avoir défini le fonctionnement des écosystèmes, et par là-même leurs potentialités, d'évaluer l'impact des conditions socio-économiques sur la production de ressources.

II - Caractérisation de la région d'étude

5Les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès sont localisées dans la partie occidentale des espaces steppiques algériens, immédiatement en contrebas du versant sud de l'Atlas Tellien oranais. Chevauchant six communes à travers deux daïrate (arrondissements), Ras-El-Ma et Marhoum, elles sont limitées à l'est par la wilaya (département) de Saïda, à l'ouest par la wilaya de Tlemcen et au sud par les wilayate pastorales d'El-Bayadh et Naama (Fig. 1). D'une superficie de 3961 km2, elles représentent 40 % du territoire de la wilaya.

Figure 1 - Carte de localisation de la région des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.

Figure 1 - Carte de localisation de la région des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.

6Ces hautes plaines offrent un relief légèrement ondulé dont les altitudes s'abaissent progressivement vers le sud, passant de 1400 m au pied de l'Atlas Tellien à 1000 m près de la vaste dépression du chott Chergui qui borde la partie méridionale de la région.

1 ) Les ressources hydriques

7De par sa position à la limite supérieure du bassin versant de l'oued Mekkera, la partie occidentale (Ras-El-Ma et Redjem-Demouche) est drainée vers les plaines du nord de la wilaya, alors que les parties centrale et orientale manifestent plutôt un écoulement endoréique vers le sud. Les ressources hydrogéologiques sont représentées par les nappes profondes de Ras-El-Ma et de Sidi-Chaïb, dont les potentialités sont estimées respectivement à 5 et 2 Mm3/an. Elles sont exploitées par cinq communes sur les six que compte la région. Pour sa part, la commune de Marhoum, au sud-est, tire l'essentiel de son approvisionnement en eau de la nappe du chott Chergui, nappe très étendue située plus au sud, dont le volume exploitable est de 60 Mm3/an (ANAT, 1990).

8Ces ressources sont mobilisées, pour l'alimentation en eau potable de la population et pour l'agriculture, par dix neuf forages, dont les trois quart sont concentrés au nord de la région (DSA, 2009). Avec un prélèvement total de 5 Mm3 par an (EPDEMIA, 2005), 15 à 27 l/s sont disponibles pour les communes du nord (Ras-El-Ma, Oued-Sebaa et de Sidi-Chaïb) et 3 à 18 l/s pour celles du sud (Redjem-Demouche, Marhoum et Bir-El-H'mam). La production moyenne est de 3300 m3/jour, dont 2300 m3 pour les communes du nord et entre 300 et 350 m3 pour chacune des trois communes du sud. 80 % des prélèvements sont destinés à la consommation domestique, 18 % à l'agriculture et 2 % aux entreprises (ANAT, 1990). Par rapport à des besoins globaux estimés à 6200 m3/jour en 2010, le déficit de production s'élève à 53 %.

2 ) Les paramètres climatiques

9La région s'inscrit dans l'étage bioclimatique aride modéré à hiver froid (L. EMBERGER, 1942). Elle constitue une zone tampon entre l'Algérie occidentale côtière et l'Algérie occidentale saharienne. Elle présente la particularité d'avoir toutes les caractéristiques du climat méditerranéen et d'être simultanément soumise aux influences continentales (B. METERFI et K. MOUEDDENE, 2002).

a. Précipitations

10Les travaux sur la pluviosité en Algérie soulignent une aridité croissante dans les steppes, et tout particulièrement dans les steppes occidentales (A. HIRCHE et al., 2007).

11La pluviométrie annuelle moyenne à Ras-El-Ma, qui atteignait 301 mm dans les années 1913-1938 (P. SELTZER, 1946), n'est que de 174 mm sur la période 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008). Avec cette baisse des précipitations, de l'ordre de 42 %, la région est soumise à des conditions beaucoup plus arides (Fig. 2). La diminution des pluies concerne toutes les saisons : elle est de 44 % en automne, 29 % en hiver, 48 % au printemps et 52 % en été (Fig. 3). La pluviosité manifeste en outre une grande variabilité interannuelle (Fig. 4).

Figure 2 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 2 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 3 - Comparaison entre les pluviométries saisonnières moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 3 - Comparaison entre les pluviométries saisonnières moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 4 - Précipitations annuelles à Ras-El-Ma sur la période 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 4 - Précipitations annuelles à Ras-El-Ma sur la période 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

12Sur la période allant de septembre 1930 à août 2002, qui combine les fluctuations interannuelles et la diminution des pluies au cours des dernières décennies, M. MEDDIet al. (2009) notent, pour Ras-El-Ma, une valeur maximale de 542 mm en 1934-35 et une valeur minimale de 36 mm en 1977-78.

13Sur la période 1975-1990, les précipitations semblent avoir une répartition spatiale assez homogène à l'échelle du terrain d'étude. La valeur annuelle moyenne atteint 156 mm à El Kreider (A. BENSAÏD, 2006), à 90 km à l'E-SE de Ras-El-Ma, près du chott Chergui, soit à une quarantaine de kilomètres plus au sud que Ras-El-Ma, où la station présente une valeur est de 148 mm. Certes, les précipitations augmentent au sud du chott Chergui (plus de 200 mm/an à Méchéria), mais dans des conditions de relief différentes (Djebel Antar à plus de 1700 m).

b. Températures

14Dans la région des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, les températures traduisent la prépondérance des influences continentales. Cela se manifeste par des écarts journaliers très prononcés. Par ailleurs, des températures proches de 47 °C peuvent être relevées par temps de sirocco. À la fin du siècle dernier, les températures ont globalement augmenté de 1 à 1,5 °C en hiver et de 2 °C en été (Fig. 5).

Figure 5 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

Figure 5 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).

15À Ras-El-Ma, la température moyenne est de 15,9 °C sur la période 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008), valeur identique à celle relevée à Méchéria (A. BENSAÏD, 2006), plus de 100 km plus au sud. Ces deux localités sont à des altitudes voisines (environ 1100 m pour la première et 1150 m pour la seconde).

c. Autres facteurs climatiques

16La fréquence des gelées a considérablement augmenté entre les périodes 1913-1938 et 1970-1996, leur nombre annuel moyen passant de 28 à 44 (P. SELTZER, 1946 ; ONM, 2008 ; INRA, 2008). Apparaissant très tôt, à partir de novembre, elles peuvent se produire jusqu'en avril. Le nombre de jours de sirocco n'a pas évolué et semble se stabiliser autour de 21 jours par an. Ce vent de sud-ouest s'accompagne souvent du déplacement de masses sableuses. La longueur de la saison sèche a augmenté de deux mois durant le siècle dernier (Z. MEHDADI et al., 2004). La progression de l'aridité est clairement perceptible et son incidence sur l'exploitation des espaces steppiques amène à reconsidérer l'occupation et l'utilisation des superficies productives.

3 ) Les aspects édaphiques

17Les sols carbonatés, les plus répandus dans cet écosystème steppique, déterminent de vastes étendues encroûtées (A. HALITIM, 1988). Très peu profonds, ils sont reconnaissables à leur couleur grise due à une grande pauvreté en humus (K. BENABDELI, 2000).

18Une prospection de terrain fait cependant ressortir des différences :

  • Au nord (Oued-Sebaa, Ras-El-Ma et Sidi-Chaïb) et au sud-ouest (Redjem-Demouche) prédominent les sols bruns calcaires, à texture sablo argileuse en surface et argileuse en profondeur, reposant sur un encroûtement calcaire plus ou moins induré à une profondeur variant de 30 à 40 cm. Ces sols présentent un taux moyen de 0,4 % de matière organique.

  • Au sud-est (Bir-El-H'mam et Marhoum), c'est le domaine des sols calcimagnésiques présentant une texture limoneuse en surface et argilo limoneuse en profondeur. Le calcaire est présent sous forme diffuse et en amas friable. Le taux moyen de matière organique avoisine 1 %.

  • Sur les glacis du sud de la région, les communes de Bir-El-H'mam et Marhoum se distinguent par des sols bruns calcaires xériques à encroûtement à moins de 30 cm de profondeur, des sols peu évolués d'apport alluvial dans le fond des vallées des oueds, des sols isohumiques (siérosems) à taux de matière organique faible mais homogène (0,3 à 0,5 %) et des sols salins (solentchak sodique) sur les zones périphériques du chott Chergui.

4 ) Les aspects floristiques

19Les hautes plaines steppiques de Sidi-Bel-Abbès appartiennent au domaine des steppes très dégradées (Photos 1). La composition et la diversité du couvert végétal varient selon un gradient nord-sud. Au nord, se développent les formations graminéennes dominées par l'alfa (Stipa tenacissima). L'alfa est présent sur moins de 10 % des superficies des communes de Ras-El-Ma et de Sidi-Chaïb, ainsi que de la partie nord de celle de Marhoum. Le sparte (Lygeum spartum) occupe près de 5 % de la commune d'Oued-Sebaa. Au sud, les steppes chamaephytiques à base d'armoise blanche (Artemisiaherbaalba) couvrent près d'un tiers de la commune de Bir-El-H'mam. D'autres groupements floristiques, associant des espèces psammophiles, Stipa parviflora, Noaea mucronata, Peganum harmala (ces deux dernières étant indicatrices de dégradation de la steppe et d'ensablement), et des espèces halophiles, Atriplex halimus et Salsola verniculata, se développent au sud de Marhoum et prédominent dans l'environnement immédiat du chott Chergui.

Photos 1 - Steppe dégradée dans la commune de Marhoum (A) et très dégradée dans celle de Bir El Hmam (B). [clichés : B. METERFI]

Photos 1 - Steppe dégradée dans la commune de Marhoum (A) et très dégradée dans celle de Bir El Hmam (B). [clichés : B. METERFI]

20Ce potentiel naturel évolue dans un équilibre écologique fragile (M.M. REGUIEG, 2002). En 1975, le Haut Commissariat au Développement de la Steppe estimait à 70 % la part des couvertures végétales dégradées dans la zone ouest et à 55 % dans la partie est. Les plantations pastorales et la régénération par le système de mise en défens n'ont permis de récupérer, selon les évaluations faites en 2007 par la Direction des Services Agricoles de la région (DSA, 2009), que 10 % des superficies dégradées. La productivité s'est réduite à 30 UF/ha/an (unités fourragères/ha/an) pour les parcours dégradés, 60 UF pour les parcours moyennement dégradés et 120 UF pour les parcours non dégradés (H.N. LE HOUÉROU, 1998), alors qu'en 1978 la productivité moyenne était de 120 à 150 UF/ha/an.

21La réduction du couvert végétal s'accompagne d'une diminution de sa biodiversité. Des faciès de végétation cartographiés en 1978 (OSS/ROSELT/ALGÉRIE, 2005) ont complètement disparu et sont remplacés par d'autres qui sont indicateurs de dégradation, tels les faciès à Salsola vermiculata et Noaea mucronata et ceux àPeganumharmala (Z. MEHDADI et al., 2004).Les faciès qui subsistent encore sont modifiés, tant sur le plan de la densité du couvert végétal que sur celui de la valeur pastorale. Les productions pastorales ont fortement diminué en raison de la réduction des espèces palatables telles que l'armoise blanche (D. NEDJRAOUI et S. BADRANI, 2008). Trente ans auparavant, les deux tiers des parcours avaient un recouvrement supérieur à 25 % ; actuellement, c'est seulement un dixième des parcours qui présente un tel recouvrement. Les formations spasmophiles, inexistantes en 1978, ont connu une extension due à un fort ensablement durant les périodes de sécheresse des trois dernières décennies.

5 ) Les aspects socio-économiques

22L'étude de la structure démographique est essentielle pour comprendre la dynamique de l'utilisation des espaces. Elle a été possible grâce à l'exploitation des recensements effectués sur les six communes de la région en 1968, 1987 et 1998 et à celle des données de l'enquête sur l'emploi réalisée de 1998 et 2008, laquelle constitue la source la plus récente en matière d'indicateur démographique.

a. Évolution et répartition dynamique de la population

23Dans son ensemble, la population est passée de 16696 à 37699 habitants de 1966 à 1998 et sa densité a ainsi atteint 9,5 habitants au km2(DPAT, 1998). Durant la période 1966-1977, l'accroissement de la population a été l'un des plus faibles de l'Algérie du Nord, avec un taux annuel de 0,78 %. La situation s'est modifiée à partir de 1977, puisque la région a connu, durant les deux décennies suivantes, un taux d'accroissement annuel moyen (3,4 %) supérieur à la moyenne nationale (2,9 %). L'évolution démographique manifeste une grande hétérogénéité spatiale (Tab. I). Elle a été marquée par une forte concentration de la population dans les agglomérations, la part de la population urbaine passant de 37,5 % en 1966, à 56,5 % en 1977, 76 % en 1987 et 94 % en 1998. Un exode rural assez prononcé a contribué au fort recul des populations éparses, réduites à 2091 habitants en 1998. Ce recul est particulièrement net dans les communes du sud, où le solde migratoire annuel moyen pour ces populations est passé de ­4,5 % entre 1977 et 1987 à ­17,7 % entre 1987 et 1998. Cette disparité régionale a pour cause la dégradation des parcours des zones orientales (ANAT, 1990) et plus particulièrement ceux du sud (K. BENABDELI, 2000).

Tableau I - Évolution des populations agglomérées et éparses dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès de 1966 à 1998.

Tableau I - Évolution des populations agglomérées et éparses dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès de 1966 à 1998.

Taux d'évolution annuel moyen entre deux recensements = (e (1/N)  (ln (PN/P0)) -1)  100, ou e est une exponentielle, N le nombre d'années entre les deux recensements, ln un logarithme népérien, P0 le nombre d'habitants initial et PN le nombre d'habitants à la fin de la période considérée (formule utilisée par la Direction de la Planification et de l'Aménagement du Territoire).

b. Évolution des activités professionnelles

24Selon les enquêtes sur le nomadisme de 1968 (T. REGAZZOLA, 1969 ; DEP, 1974), l'élevage, principale activité dans la région, était faiblement structuré dans les années 1960. On comptait alors 765 exploitants terriens (agro-éleveurs) et 120 propriétaires de troupeau, essentiellement nomades, possédant un cheptel ovin de plus de 10 unités. Les activités dans le domaine agricole ont connu une ascension régulière durant les décennies suivantes. Le nombre personnes impliquées dans l'agriculture a atteint 2066 en 1987 (ANAT, 1990), puis il a encore triplé, passant à 6467 en 2009 (DSA, 2009). Les activités agricoles, appuyées essentiellement sur l'élevage, associent des structures familiales traditionnelles, où l'élevage et l'agriculture constituent des moyens de subsistance, et des structures à caractère spéculatif. Selon les estimations de la DSA (2009), la région compte 417 grands troupeaux, dont les effectifs peuvent atteindre plusieurs centaines de têtes, qui sont placés sous la surveillance de trois à cinq personnes (propriétaire et bergers).

25L'impact sur les parcours est direct, puisque les terres agricoles s'étendent au détriment des terres steppiques. Les autres secteurs d'activités connaissent, aussi, une augmentation fulgurante, en particulier dans le bâtiment, l'industrie, les services et l'administration qui regroupaient en 2008 un effectif de 12850 employés, soit le double de celui exerçant dans le secteur agricole.

III - L'occupation des terres et ses conséquences

26L'étude de l'occupation des superficies s'est limitée aux deux dernières décennies, pour lesquelles les données sont disponibles au niveau de l'Agence Nationale de l'Aménagement du Territoire et de la Direction des Services Agricoles. Trois dates repères ont été retenues : 1987, 1999 et 2009 ; elles permettent d'analyser la répartition des espaces en fonction des différents types de couverture végétale (Fig. 6). Tous les espaces ont subi une modification de leur superficie, en raison de l'évolution de la pluviométrie et des besoins vitaux des utilisateurs. Les forêts, essentiellement constituées de vieilles futaies de pin d'Alep et de formations dégradées (matorral et garrigue de chêne vert) (Photo 2), ont perdu près d'un dixième de leur superficie sur une période de 22 ans. Ce sont les massifs forestiers du sud de la région qui ont subi la plus forte diminution, évaluée à 20 %. Le parcours en forêt reste une activité quasi permanente, le cheptel y trouvant des unités fourragères appréciées, évaluées entre 150 UF/ha pour les futaies âgées de pin d'Alep et 250 UF/ha dans les formations basses de chênes verts (M. Cote, 1983).

Figure 6 - Occupation des espaces des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès en 1987, 1999 et 2009.

Figure 6 - Occupation des espaces des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès en 1987, 1999 et 2009.

Photo 2 - Formations forestières au sud de Ras-El-Ma. [cliché : B. METERFI]

Photo 2 - Formations forestières au sud de Ras-El-Ma. [cliché : B. METERFI]

La forêt couvrant les reliefs en arrière plan est constituée de vielles futaies de pin d'Alep et de formations dégradées (matorral et garrigue de chêne vert). Les terrains au premier plan sont voués au parcours des troupeaux.

27L'espace pastoral occupait 72,8 % de la superficie totale de la région en 1987 (soit 288305 ha sur 396082). Il a diminué de 4 % au cours des 20 dernières années (passant à 69,9 % de la superficie totale). Cet espace est occupé en partie par une nappe alfatière. Celle-ci couvrait 170851 ha en 1987, mais elle a connu une réduction de l'ordre de 55 %, au bénéfice de terrains de parcours constitués de végétations annuelles. Parallèlement, la productivité a elle-aussi considérablement diminuée, puisque les parcours offriraient actuellement entre 8,5 et 82,5 UF/ha/an seulement (M.L. CHERFAOUI, 2002).

28Les surfaces agricoles ont en revanche augmenté de 40 %, ce qui traduit l'évolution de la région vers un système agropastoral. Cette progression est très marquée au sud, avec un accroissement en superficie de 54 %, alors qu'au nord le gain n'est que de 30 %. Ces espaces agricoles où prédomine l'association céréaliculture-jachère sont également utilisés comme terrains de parcours.

29Le défrichement des formations forestières et de la steppe à alfa ne manque pas de poser des problèmes, ces formations constituant un rempart contre la désertification et la meilleure protection contre l'érosion des sols.

1 ) La répartition des terres agricoles et l'organisation foncière

30La surface agricole totale couvre 52504 ha et représente seulement 13,25 % de la superficie totale, elle occupe le tiers des zones du nord et un peu moins du dixième des zones du sud. Cette superficie agricole est répartie entre 1985 exploitations dont 45 % relèvent du domaine public (Exploitation Agricole Collective).

31Le vide juridique sur l'utilisation des espaces pastoraux et agropastoraux, particulièrement manifeste pour les espaces steppiques, contribue à une occupation foncière parfois anarchique et inégalitaire (T.B. BOUCHETTATA, 2002). La taille des exploitations et le mode même d'utilisation des terres restent respectivement tributaires des partages par héritage et des modes traditionnels de fonctionnement des groupes sociaux qui exploitent les ressources naturelles (A. KHALDOUN, 2002). Les familles ayant anciennement défriché une parcelle de terrain dans la steppe, sont considérées comme en étant propriétaires par les membres de leur tribu. Les terres qui ne sont pas ainsi tombées dans le domaine privé, forment les parcours, librement accessibles à tous les troupeaux, qu'ils appartiennent ou non à la tribu. Elles sont utilisées de façon minière, mais leur usage a parfois été abusivement approprié par des personnes ou des groupes disposant de moyens financiers et d'appuis politiques (R. BENSOUIAH, 2003).

a. La surface agricole utile

32En 2009, avec 39388 hectares (Tab. II), la superficie agricole utile (SAU) ne couvre que 10 % de la superficie totale. Sa progression assez modeste depuis 1987 (+2 %), témoigne des conditions contraignantes liées surtout au climat et aux pratiques culturales traditionnelles que subit ce secteur vital dans ces vastes espaces steppiques.

Tableau II - Occupation de la surface agricole utile des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en milliers d'hectares) de 1987 à 2009 (DSA, 2009).

Tableau II - Occupation de la surface agricole utile des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en milliers d'hectares) de 1987 à 2009 (DSA, 2009).

Nord : communes du nord. Sud : communes du sud. Rég. : total pour la région.

33La SAU représente près de 30 % de la superficie totale pour les communes du nord (Ras-El-Ma, Oued-Sebaa et Sidi-Chaïb) et seulement 5 % pour celles du sud (Marhoum, Redjem-Demouche et Bir-El-H'mam). À cet égard, la vitalité des activités agro-pastorales s'explique par la distance des communes par rapport au chef lieu de wilaya, bien plus en tout cas que par des conditions climatiques ou pédologiques différentes (voir supra). En effet, du fait de sa position, Ras-El-Ma est le principal centre d'échange économique entre les communes de la région steppique et les régions du Tell. Toutes les structures administratives, notamment agricoles, y sont donc concentrées.

34La superficie de terre agricole par habitant est de 1,04 ha seulement : 0,79 pour les communes du nord et 1,75 pour celles du sud, alors que la moyenne nationale avoisine trois hectares. C'est donc peu dire les difficultés économiques d'une région où le secteur agricole tient une place essentielle malgré des conditions écologiques défavorables.

35Deux tendances doivent être soulignées :

  • D'une part, si la céréaliculture demeure l'une des deux principales formes d'occupation des terres agricoles, elle est maintenant largement dominée par la jachère.

  • D'autre part, les superficies irriguées, si elles restent peu représentées, ont tout de même quadruplé de 2006 à 2009, date à laquelle elles ont atteint 518 ha, soit 1,3 % de la surface agricole utile de la région (DSA, 2009).

36Les évolutions récentes répondent à une volonté d'adapter le secteur agricole. Mais elles restent limitées et ont été bien tardives au regard des températures très élevées qu'a connues la région depuis 1998 (P. QUIRION et al., 2005 ; D.J. ZEKRI et al., 2009).

b. Les surfaces emblavées

37Au début des années 1970, la céréaliculture (Photo 3) occupait à peine plus de 5 % de la superficie des hautes plaines steppiques (DEP, 1974). Son extension, d'une décennie à l'autre, traduit la transformation progressive du système pastoral en un système de production agropastoral. Le mouvement de sédentarisation, l'accroissement démographique (Fig. 7) et la dégradation des terres de parcours en ont été les éléments précurseurs. La superficie des cultures céréalières est passée de 4306 ha en 1968 à 17196 ha en 1987.

Photo 3 - Céréaliculture dans la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]

Photo 3 - Céréaliculture dans la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]

Figure 7 - Évolution des superficies céréalières des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'accroissement démographique entre 1968 à 2009.

Figure 7 - Évolution des superficies céréalières des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'accroissement démographique entre 1968 à 2009.

38Le choix dominant de cette culture était dicté à la fois par le potentiel fourrager et par la fourniture de grain, aussi faible soit-elle (Fig. 8).

Figure 8 - Évolution des superficies et des rendements (quintaux/ha) des céréales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.

Figure 8 - Évolution des superficies et des rendements (quintaux/ha) des céréales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.

39La céréaliculture a connu son apogée en 1996 (27430 ha), mais une baisse brutale s'est produite ensuite, la superficie tombant à 5507 ha dès 1999, pour atteindre 5178 ha en 2009. Cette évolution résulte, d'une part, de l'augmentation de plus de 200 % en moins de cinq ans du prix d'achat des intrants (T.B. BOUCHETTATA, 2002) et, d'autre part, de rendements souvent très faibles.

40Sur quatre campagnes agricoles après 1999 (1999-00, 2002-03, 2005-06 et 2007-08), l'orge couvre 48,5 % des superficies céréalières, avec un rendement moyen de 6,4 q/ha, le blé tendre 35,8 %, avec un rendement de 5,7 q/ha, le blé dur 9,3 %, avec un rendement de 4,6 q/ha, et l'avoine 6,4 %, avec un rendement de 4,1 q/ha.

41La céréaliculture fournit en outre des pailles et des chaumes, qui apportent environ 100 unités fourragères par hectare. Les surfaces non cultivées mises en jachère constituent des "prairies" à la disposition des troupeaux. Les terres en jachère sont passées de 13512 ha en 1987 à 33538 ha en 2009 (voir Tab. II). Elles offrent une productivité intéressante, même si elle est inférieure à 80 UF/ha (K. BENABDELI, 2000). Mais leur production totale est évidemment faible par rapport à celle des espaces steppiques.

c. Les surfaces consacrées à l'élevage

42Deux types d'élevage sont pratiqués dans la région :

  • Le premier est familial et traditionnel. Il est en grande partie le fait des agriculteurs qui associent la céréaliculture et l'élevage, avec des troupeaux inférieurs à 120 unités par exploitation. À ce système, essentiellement sédentaire, s'ajoute l'élevage itinérant pratiqué par de petits éleveurs ne disposant pas de terre, qui possèdent un cheptel de 10 à 50 bêtes. Au total, les élevages agropastoral et pastoral concernent un effectif de 65000 têtes environ, soit 29,75 % du cheptel de la région, en 2009.

  • Le second, professionnel, est un système d'élevage pastoral, essentiellement, transhumant où des moyens importants sont mobilisés à longueur d'année (transport des troupeaux par camions, complément d'alimentation fourni par des achats de foin et d'orge, abreuvement des animaux par des camions citernes en cas de besoin…). Ce type d'élevage se distingue par des troupeaux très importants et totalise plus de 153000 têtes, soit 70,25% du total régional, en 2009.

43L'élevage ovin constitue l'activité la mieux adaptée aux conditions biophysiques du milieu (A. KHALDOUN, 2002). C'est donc la meilleure réponse à des conditions climatiques peu favorables et à des rendements céréaliers aléatoires. Au cours des dix dernières années, connues pour être les plus chaudes du siècle (P. QUIRIONet al., 2005), l'effectif du cheptel a en effet augmenté de 34 % (Fig. 9).

Figure 9 - Évolution des superficies pastorales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'effectif du cheptel, de 1987 à 2009.

Figure 9 - Évolution des superficies pastorales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'effectif du cheptel, de 1987 à 2009.

44L'élevage connaît une extension remarquable, plus particulièrement au sud (Tab. III). Du fait de la disponibilité croissante d'espaces agricoles improductifs et de terrains pastoraux (la commune de Marhoum détient à elle seule près de 67 % du parcours de la région), ce secteur a subi un flux appréciable de cheptel en provenance du nord, ce qui a du reste accentué la dégradation du couvert végétal. En se référant à la charge de 34 UZ (unités zootechniques) par km2 de parcours, déterminée en 1987, pour un effectif de 125930 UZ (ANAT, 1990), on estime la charge à 62 UZ/km2 en 2009. Les UZ correspondent en fait aux têtes de bétail, toutes espèces confondues, en l'occurrence ici les ovins et les bovins, les caprins (dont le nombre avoisine 5 à 10 % de celui des ovins) n'ayant pas été comptabilisés.

Tableau III - Évolution du cheptel bovin et ovin des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en têtes de bétail) de 1999 à 2009.

Tableau III - Évolution du cheptel bovin et ovin des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en têtes de bétail) de 1999 à 2009.

2 ) L'état des sols

45Les sols des régions steppiques se dégradent sous l'effet des actions éoliennes, de l'érosion hydrique et de la salinisation (A. GHAZI et R. LAHOUATI, 1997). L'observation de la surface des sols réalisée sur une dizaine de sites par commune, a permis d'évaluer l'importance de ces phénomènes.

46Une couche de sables et de limons, dont l'épaisseur atteint parfois 15 cm, recouvre une grande partie des sols des communes du nord (Ras-El-Ma, Oued-Sebaa et Sidi-Chaïb – Photo 4). Ils témoignent de l'intensité de l'érosion éolienne qui affecte le Sud-Ouest algérien. Les vents, chauds et secs du sud, très fréquents en automne et au printemps, sont à l'origine des phénomènes de déflation et d'ensablement (N. BENABADJIet M. BOUAZZA, 2000).

Photo 4 - État des sols dans le sud de la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]

Photo 4 - État des sols dans le sud de la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]

47Des croûtes superficielles, dite de battance se forment localement sur des sols des communes de Redjem-Demouche, Marhoum et Oued-Sebaa. L'infiltration étant diminuée, le ruissellement peut alors devenir abondant sur les versants.

48Les efflorescences salines, dont la présence est relevée sur la plupart des sols du sud des communes de Bir El H'mam et de Marhoum, et qui représentent une des caractéristiques des sols des régions steppiques algériennes (N. BENABADJI et M. BOUAZZA, 1996), sont la principale cause de la détérioration de la structure de surface des sols des zones situées à la périphérie du chott Chergui (D. SAÏDI et al., 2004). La remontée des sels, due à une forte évaporation, entraîne la dissociation des particules du sol, qui les rend très sensibles à l'érosion éolienne.

49Sur les terrains cultivés, les labours et autres travaux contribuent à la dégradation des sols, d'autant que ceux-ci présentent une faible teneur en argile et un encroûtement à moins de 40 cm de profondeur. Les pratiques culturales provoquent un tassement qui réduit l'infiltration (R. ARMAND, 2009), un émiettement des agrégats et un brassage qui diminue le taux de matière organique dans l'horizon superficiel (M. LE VILLIO et al., 2001). Ainsi remaniés, les sols offrent en surface une structure particulaire favorable aux processus d'érosion hydrique et éolienne.

IV - Conclusion

50Les particularités écologiques et socio-économiques de la région des hautes plaines steppiques de Sidi-Bel-Abbès sont assez représentatives du territoire steppique algérien.

51Cette région a toujours été l'espace privilégié de l'élevage ovin extensif : plus d'un quart du cheptel de la wilaya s'y trouve, alors que les services de soutien à l'activité pastorale sont paradoxalement inexistants. L'espace steppique est considéré, par tradition, comme un terrain de parcours ; il joue un rôle fondamental dans l'économie agro-pastorale de cette région, même s'il est soumis à des sécheresses récurrentes.

52Le fort accroissement de la population, de plus en plus concentrée dans les agglomérations, est à l'origine d'une augmentation remarquable du cheptel élevé sur pâturage. Cet élevage, surtout extensif, exerce une pression permanente et croissante sur les ressources naturelles déjà sévèrement fragilisées par les insuffisances pluviométriques. De ce fait, la région subit, depuis plus d'une trentaine d'années, une dégradation de plus en plus accentuée de toutes les composantes de son écosystème (couvert végétal et sol).

53Le problème se pose en termes d'identification des potentialités des espaces pour rationaliser leur exploitation dans le cadre d'un développement durable (D. NEDJRAOUI et S. BADRANI, 2008). Dans la région, les espaces sont identifiés par leur occupation, ainsi les formations steppiques (alfa, chih) sont considérées comme des terrains de parcours malgré leur faible productivité et leur dégradation excessive. Cet espace fragilisé par les conditions écologiques (précipitations très faibles, sols squelettiques) est surexploité par un élevage imposant une charge pastorale trois à cinq fois supérieure aux possibilités. Les défrichements y sont concentrés, avec la pratique d'une céréaliculture pluviale à très faible rendement et dégradant le sol. Les conséquences sont alarmantes : accélération de la dégradation de la végétation pérenne et destruction de la structure des sols les rendant très sensibles à l'érosion tant éolienne qu'hydrique. Ainsi fragilisé, cet espace est ouvert à la désertification.

54Seul un programme d'aménagement tenant compte à la fois des paramètres physiques du milieu et des conditions socio-économiques, peut freiner le processus de dégradation déjà entamé. Une mise en valeur et une exploitation rationnelles des terres sont indispensables pour sauver cet espace de la désertification. Les opérations réalisées jusqu'à présent, souvent à caractère exclusivement technique, ont montré leurs limites, faute d'adhésion des populations concernées (K. BENABDELI, 2000 ; T.B. BOUCHETTATA, 2002). Pour avoir fait abstraction des préoccupations réelles de la société pastorale, tous les programmes de développement ont échoué (M.L. CHEFAOUI, 2002 ; D. NEDJRAOUI et S. BADRANI, 2008). Une approche de type communautaire (M. MALKI, 2002), appuyée sur la participation active des autochtones dans la conception et la réalisation des projets (M. STIEFEL et M. WOLFE, 1994), serait certainement plus efficace.

Remerciements : Nous remercions le Professeur Moulay BELKHODJA, du Département de Biologie de l'Université d'Oran, qui a impulsé nos recherches, et Monsieur Youcef YAHIA-OUAHMED, Ingénieur Agronome et Directeur adjoint à la DSA de Sidi-Bel-Abbès, qui a facilité les prises de contacts et l'accès à la documentation nécessaire au travail. Nous sommes également reconnaissants à nos deux réviseurs, Madame Yvette DEWOLF et Monsieur Jean-Charles CLANET, ainsi qu'à Monsieur Alain MARRE, de leurs conseils et à Monsieur Claude MARTIN de sa contribution à l'amélioration de l'article.

Haut de page

Bibliographie

AIDOUD A. et TOUFFET J. (1996) - La régression de l'alfa (Stipa tenacissima L.), graminée pérenne, un indicateur de désertification des steppes algériennes. Sécheresse, vol. 7, n° 3, p. 187-193.

AMAR B. BENSAADI O. (2002) - Contribution à la gestion et l'aménagement des parcours de la région Aïn Sefra-Tiout (Wilaya de Naâma). In : La steppe et le développement durable, Actes des quatrièmes journées scientifiques de l'INRA, Alger, p. 103-117.

ANAT (1990) - Analyse de la situation et des potentialités de la wilaya. Plan d'aménagement de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès. Rapport d'orientation, Agence Nationale d'Aménagement du Territoire, Alger. 200 p.

ARMAND R. (2009) - Étude des états de surface et de leur dynamique pour différentes pratiques du sol. Mise au point d'un indicateur de ruissellement. Thèse de l'Université de Strasbourg, 197 p.

BENABADJI N. et BOUAZZA M. (2000) - Quelques modifications climatiques intervenues dans le sud-ouest de l'Oranie (Algérie occidentale). Rev. Énerg. Ren., vol. 3, p. 117-125.

BENABADJI N., BOUAZZA M., METGE G.et LOISEL R. (1996) - Description et aspects des sols en région du semi-aride et aride au sud de Sebdou (Oranie – Algérie). Bull. Inst. Sci. Rabat, n° 20, p. 77-96.

BENABDELI K. (2000) - Évaluation de l'impact des nouveaux modes d'élevage sur l'espace et l'environnement steppique : Commune de Ras-El-Ma (Sidi-Bel-Abbès, Algérie). Options Méditerranéennes, CIHEAM, série A, n° 39 (Rupture… nouvelle image de l'élevage sur parcours), p. 129-141.

BENSAID A. (2006) - SIG et télédétection pour l'étude de l'ensablement dans une zone aride : Cas de la wilaya de Naâma. Thèse de Doctorat, Université d'Es Senia, Algérie, 318 p.

BENSOUIAH R. (2003) - La lutte contre la désertification dans la steppe algérienne : les raisons de l'échec de la politique environnementale. Communication aux 15èmes Journées de la Société d'Écologie Humaine("Du nord au sud : le recours à l'environnement, le retour des paysans ?" – Marseille, 2003), 21 p. URL : http://e-makane.net/laureats/ressources/documents/def/autres/Bensouicom.pdf.

BOUCHETTATA T.B. (2002) - Diagnostic écologique, désertification et analyse des stratégies en milieu steppique. Ecosystems, UDL-INRA de Sidi-Bel-Abbès, vol. 2, n° 2, p. 43-51.

CHERFAOUI M.L. (2002) - Les politiques agricoles : un élément à l'origine des changements des modes d'exploitation des parcours steppiques. In : La steppe et le développement durable, Actes des quatrièmes journées scientifiques de l'INRA, Alger, p. 83-98.

COTE M. (1983) - L'espace algérien, les prémices d'un aménagement. Édit. Office des Publications Universitaires, Alger, 278 p.

DEP (1974) - Enquête sur le nomadisme 1968. La steppe algérienne. Statistique agricole. Ministère de l'Agriculture et de la Réforme Agraire, Direction des Études et de la Planification, document n° 14, Alger, 383 p.

DPAT (1998) - Recensement global de la population et de l'habitat de Sidi-Bel-Abbès. Rapport de la Direction de la Planification et de l'Aménagement du Territoire, Alger, 257 p.

DSA (2009) - Bilan technique et statistique agricole de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès. Rapport de la Direction des Services Agricoles, Alger, 137 p.

EMBERGER L. (1942) - Un projet de classification des climats du point de vue physiologique.Bull. Soc. Hist. Nat. Toulouse, vol. 77, p. 97-124.

EPDEMIA (2005) - Ressources hydriques superficielles et souterraines de la région de Sidi-Bel-Abbès. Rapport de la société de distribution d'eau EPDEMIA, Alger, 135 p.

GHAZI A.et LAHOUATI R. (1997) - Algérie 2010. Sols et ressources biologiques. Document INESG, Alger, 39 p.

HALITIM A. (1988) - Sols des régions arides. Édit. Office de Publication Universitaire, Alger, 384 p.

HIRCHE A., BOUGHANI A. et SALAMANI M. (2007) - Évolution de la pluviosité dans quelques stations arides algériennes. Sécheresse, vol. 18, n° 4, p. 314-320.

INRA (2008) - Recueil des données climatiques de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès. Feuilles de relevés mensuels 1973-2001. Institut National de la Recherche Agronomique, Sidi-Bel-Abbès.

KHALDOUN A. (2002) - De la fluidité nomade au pastoralisme urbain en pays steppique Sud oranais. In : La steppe et le développement durable, Actes des quatrièmes journées scientifiques de l'INRA (Alger), p. 35-44.

LE HOUÉROU H.N. (1998) - A probabilistic approach to assessing arid rangelands' productivity, carrying capacity and stocking rates. In : Drylands sustainable use of rangelands into the twenty first century, V.R. SQUIRES et E.A. DIDAHMED édit., Édit. International Fund for Agricultural Development (IFAD), Rome, p. 159-172.

LE VILLO M., ARROUAYS D., DESLAIS W., DAROUSSIN J., LE BISSONNAIS Y. et CLERGEOT D. (2001) - Estimation des quantités de matière organique exogène nécessaires pour restaurer et entretenir les sols limoneux français à un niveau organique donné. Étude et Gestion des Sols, vol. 8, n° 1, p. 47-63.

MALKI M. (2002) - Approche communautaire et développement durable. Pratique d'application dans le cas de la steppe. In : La steppe et le développement durable, Actes des quatrièmes journées scientifiques de l'INRA, Alger, p. 53- 65.

MEDDI M., TALIA A. et MARTIN C. (2009) - Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta, Nord-Ouest de l'Algérie. Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. III, p. 61-84.

MEHDADI Z., BENAOUDA Z., BOUCHAOUR I., LATRECHE A. et BENHASSAINI H. (2004) - Contribution à l'étude de la régénération naturelle de Stipa tenacissima L. dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès. Sécheresse, vol. 15, n° 2, p. 167-171.

METERFI B. et MOUEDDENE K. (2002) - Diagnostic sur les besoins en eau de la culture du blé dur menée dans des conditions agro climatiques du semi aride (Cas de la région de Sidi-Bel-Abbès). Ecosystems, UDL- INRA de Sidi-Bel-Abbès, vol 2, n° 2, p. 60-69.

NEDJRAOUI D. et BADRANI S. (2008) - La désertification dans les steppes algériennes : causes, impacts et actions de lutte. Vertigo, vol. 8, n° 1.

ONM (2008) - Recueil des données climatiques de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès. Feuilles de relevés mensuels 1979-2007. Office National de la Météorologie, Sidi-Bel-Abbès.

OSS/ROSELT/CRSTRA/ALGÉRIE (2005) - Observatoire des hautes plaines steppiques du Sud Oranais. Bilan final du projet 2002-2005. Rapport final ROSELT/OSS/ALGÉRIE, Alger, 115 p.

QUIRION P., CHAISE L., FERLA J., HONORÉ A. et MOUKHLI R. (2005) - L'impact du changement climatique sur l'agriculture en Afrique. École Nationale des Ponts et Chaussées, Atelier Changement climatique, 48 p. URL : www.enpc.fr/fr/formations/ecole_virt/trav.../cc/.../agriculture-afrique.doc.

REGAZZOLA T. (1969) - Enquête sur le nomadisme et le pastoralisme 1968. Édit. CNRP, Alger, 105 p.

REGUIEG M.M. (2002) - Contribution à la mise au point d'une méthode de zonage écologique basée sur quelques paramètres physiques du sol : cas de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès. Thèse de Magister, Université de Sidi-Bel-Abbès (UDL), 67 p.

SAÏDI D., LE BISSONNAIS Y., DUVAL O., DAOUD Y. et HALITIM A. (2004) - Effet du sodium échangeable et de la concentration saline sur les propriétés physiques des sols de la plaine du Cheliff (Algérie). Étude et Gestion des Sols, vol. 11, n° 2, p. 81- 92.

Seltzer P. (1946) - Le climat de l'Algérie. Édit. CARBONEL, Alger, 219 p.

STIEFEL M. et WOLFE M. (1994) - A voice for the excluded popular participation in development: Utopia or necessity?Édit. Zed Books, Londres, et UNRISD, Genève, 249 p.

ZEKRI D.J., LEHOUT A., SOUILAH N. et ALATOU D.J. (2009) - Études des variations thermiques saisonnières dans les régions semi-arides (Algérie). Actes du colloque "Energie, changements climatiques et développement durable" (Hammamet). URL : http://www.ps2d.net/conference-proceedings.php

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation de la région des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3 - Comparaison entre les pluviométries saisonnières moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4 - Précipitations annuelles à Ras-El-Ma sur la période 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 5 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Ras-El-Ma sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1970-2001 (ONM, 2008 ; INRA, 2008).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photos 1 - Steppe dégradée dans la commune de Marhoum (A) et très dégradée dans celle de Bir El Hmam (B). [clichés : B. METERFI]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Tableau I - Évolution des populations agglomérées et éparses dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès de 1966 à 1998.
Légende Taux d'évolution annuel moyen entre deux recensements = (e (1/N)  (ln (PN/P0)) -1)  100, ou e est une exponentielle, N le nombre d'années entre les deux recensements, ln un logarithme népérien, P0 le nombre d'habitants initial et PN le nombre d'habitants à la fin de la période considérée (formule utilisée par la Direction de la Planification et de l'Aménagement du Territoire).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 6 - Occupation des espaces des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès en 1987, 1999 et 2009.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 2 - Formations forestières au sud de Ras-El-Ma. [cliché : B. METERFI]
Légende La forêt couvrant les reliefs en arrière plan est constituée de vielles futaies de pin d'Alep et de formations dégradées (matorral et garrigue de chêne vert). Les terrains au premier plan sont voués au parcours des troupeaux.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau II - Occupation de la surface agricole utile des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en milliers d'hectares) de 1987 à 2009 (DSA, 2009).
Légende Nord : communes du nord. Sud : communes du sud. Rég. : total pour la région.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photo 3 - Céréaliculture dans la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 7 - Évolution des superficies céréalières des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'accroissement démographique entre 1968 à 2009.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 8 - Évolution des superficies et des rendements (quintaux/ha) des céréales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 9 - Évolution des superficies pastorales des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès, en rapport avec l'effectif du cheptel, de 1987 à 2009.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau III - Évolution du cheptel bovin et ovin des hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (en têtes de bétail) de 1999 à 2009.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 4 - État des sols dans le sud de la commune de Sidi-Chaïb. [cliché : B. METERFI]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/2059/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baroudi Meterfi, Noreddine Letreuch-Belarouci et Khéloufi Benabdeli, « Incidence de la fluctuation des précipitations sur l'occupation des sols dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (Algérie) », Physio-Géo, Volume 5 | -1, 191-210.

Référence électronique

Baroudi Meterfi, Noreddine Letreuch-Belarouci et Khéloufi Benabdeli, « Incidence de la fluctuation des précipitations sur l'occupation des sols dans les hautes plaines de Sidi-Bel-Abbès (Algérie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 5 | 2011, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/2059 ; DOI : 10.4000/physio-geo.2059

Haut de page

Auteurs

Baroudi Meterfi

Département des Sciences de l'Environnement, Université Djillali Liabès, BP 89, SIDI-BEL-ABBÈS 22000, ALGÉRIE.
Courriel : meterfi_baroudi@yahoo.fr

Noreddine Letreuch-Belarouci

Département Agroforesterie, Université Abou Bekr Belkaïd, BP 230, TLEMCEN 13000, ALGÉRIE.
Courriel : letreuchnoureddine@yahoo.fr

Khéloufi Benabdeli

Laboratoire Systèmes Biologiques et Géomatique, Centre universitaire Stambouli, BP 763, MASCARA 29000, ALGÉRIE.
Courriel : kbenabdeli@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals