Navigation – Plan du site
Articles

L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion

Noômène Fehri
p. 149-175

Résumés

En Tunisie, le phénomène inondation est ancien. À travers l'histoire, on compte par dizaines le nombre de fois où des régions ont été touchées. Les événements les mieux décrits et les mieux connus, pour la plupart encore dans la mémoire des gens, sont ceux enregistrés depuis le début du siècle passé et notamment après les années 1950. Les inondations de 1969 (tout le pays, et notamment le centre et le Nord), 1973 (moyenne et basse Medjerda), 1982 (Sfax), 1990 (Région de Sidi Bouzid), 1995 (Tataouine), 2003 (Grand-Tunis), 2007 (Sabbalet Ben Ammar), 2009 (Redayef)… sont autant d'épisodes qui marqueront pour longtemps les chroniques hydrologiques du pays.
Les extrêmes pluviométriques sont-ils de plus en plus récurrents, ce qui expliquerait les gros dommages provoqués par les inondations depuis cinq ou six décennies ? Difficile de trancher sur cette interrogation, d'autant plus que dans la majorité des cas, on ne dispose pas de chroniques suffisamment longues pour déceler d'éventuelles ruptures de stationnarité dans les séries pluviométriques. Devant l'incertitude scientifique qui plane sur la question des changements climatiques d'une manière générale, et tout particulièrement au sujet de leur impact sur les tendances pluviométriques, un élément apparaît néanmoins certain : les changements hydrologiques inhérents à une urbanisation qui se fait à outrance et aux diverses actions d'aménagement, parfois imprudentes, ne cessent d'augmenter la vulnérabilité de nos villes et de nos espaces face au risque d'inondation.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Hormis quelques rares exceptions, en particulier en Grèce, l'étude des chroniques pluviométriques relatives à de nombreuses stations climatiques méditerranéennes, n'a pas permis de déceler des tendances générales significatives dans les totaux pluviométriques (C. NORRANT, 2004).

2Pourtant, un peu partout, des réflexions prospectives sur les changements climatiques ont déjà été engagées. C'est ainsi qu'en Tunisie, une Stratégie Nationale d'Adaptation de l'Agriculture Tunisienne et des Écosystèmes aux changements climatiques, ainsi qu'une étude sur la Protection des Écosystèmes et l'Adaptation aux Changements Climatiques, ont été élaborées. Les projections climatiques faites dans le cadre de ces études prévoient une élévation des températures qui s'accompagnerait d'une baisse des précipitations qui atteindrait 30 % dans le Nord du pays à l'horizon 2050. Le tout serait assorti d'une augmentation de la fréquence et de l'intensité des extrêmes. On devrait alors s'attendre à des phases de forte sécheresse alternant avec des épisodes moins secs où l'on observerait des événements pluviométriques de forte intensité probablement encore plus récurrents. En conséquence, et c'est ce qu'il faut retenir dans le cadre de cette étude, il faudrait envisager des inondations probablement plus fréquentes aussi.

3On notera néanmoins que ces hypothèses sont sujettes à des controverses. Deux critiques majeures sont souvent adressées aux modèles prospectifs. D'une part, ce sont des modèles globaux, qui s'appliquent généralement à une échelle planétaire ou zonale, alors que les phénomènes climatiques revêtent le plus souvent un caractère local. D'autre part, dans la plupart des cas, on ne dispose pas de séries d'observations suffisamment longues permettant de démontrer avec certitude l'impact du changement climatique, entre autres sur l'aléa pluviométrique, premier responsable des inondations.

4L'inventaire des inondations ayant entrainé des dégâts matériels et/ou humains en Tunisie laisse voir une nette aggravation du risque hydrologique et ce notamment depuis le milieu du siècle passé. Au cours des cinq dernières décennies, elles auraient causé près de 800 morts et des pertes matérielles qui se chiffreraient en centaines de millions de dinars tunisiens. On est amené à s'interroger sur la cause d'une telle aggravation de ce risque ?

5Face au doute scientifique autour des tendances des pluies extrêmes (composante aléa du risque d'inondation), nous considérons judicieux d'étudier les changements hydrologiques et l'augmentation des enjeux en zones inondables (composante vulnérabilité), aspects moins incertains et qui permettent de disposer d'éléments d'explication à cette recrudescence des inondations dévastatrices et à maintes reprises meurtrières. Parmi les changements hydrologiques générateurs d'inondations, deux aspects majeurs seront développés (en faisant référence à la fois à des travaux personnels et à des recherches bibliographiques), à savoir :

  • la diminution de la débitance des cours d'eau, notamment après la construction de grands barrages (cas de la Medjerda) ;

  • l'impact de l'urbanisation sur le ruissellement et les écoulements, à travers l'examen de quelques exemples pris notamment dans le Grand Tunis.

II - Les inondations en Tunisie : un phénomène ancien, en nette recrudescence et qui cause de gros dommages

1 ) Aperçu sur l'importance des pertes humaines et matérielles

6En Tunisie, le phénomène inondation est loin d'être un phénomène récent. À ce propos, A. SAADAOUI (1982) rapporte que plusieurs textes anciens font état d'inondations plus ou moins graves ayant touché par exemple les villes de Gabès et de Kairouan durant les époques médiévale et moderne (Tab. I).

Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.

Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.

- : pas d'information.

7La comparaison du tableau I avec les informations recueillies depuis 1900 (Tab. II) semble indiquer qu'à travers les temps historiques, la fréquence des inondations aurait augmentée et que les dégâts engendrés par celles-ci seraient devenus de plus en plus lourds. Néanmoins il faut prendre ce constat avec beaucoup de prudence. Si l'inventaire des inondations en Tunisie depuis les années 1900 est assez exhaustif, ce n'est certainement pas le cas pour les périodes antérieures. Les rares événements anciens mentionnés par les historiens ou les chroniqueurs concernent essentiellement Kairouan, capitale médiévale, et ses environs. Autant dire qu'il y a sans doute d'autres inondations qui demeurent méconnues, car plus on remonte dans le temps plus il est difficile de répertorier les catastrophes, notamment les plus mineures.

Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.

Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.

8Mais, à ne considérer que l'époque contemporaine, une chose nous paraît beaucoup moins incertaine, c'est la recrudescence des inondations et l'augmentation de leur coût à partir des années 1950-1960. Le tableau II fait état de trois grandes inondations au cours de la première moitié du XXème siècle, contre une quinzaine depuis les années 1950.

9Les pertes humaines et matérielles seraient en nette hausse. Rappelons qu'à l'échelle mondiale aussi, les inondations provoquent des dégâts de plus en plus colossaux. D'après le Département des Affaires Humanitaires (DHA) des Nations Unies, 339 millions de personnes en ont été victimes entre 1900 et 1980. De 1970 à 1981, elles ont constitué plus du tiers de l'ensemble des événements catastrophiques recensés (J.L. BALLAIS et al., 2011).

10Malgré la rareté et le caractère souvent fragmentaire des informations relatives aux dégâts humains et matériels provoqués par les inondations, celles que nous avons pu réunir dans le tableau II sont préoccupantes. En effet, au cours des quatre dernières décennies, les fortes pluies ont été particulièrement dévastatrices et meurtrières.

2 ) Les conséquences morphodynamiques des inondations

11Aux pertes humaines et matérielles engendrées par les inondations, s'ajoutent les ravages occasionnés aux sols. Bien que très difficiles à chiffrer, ils sont, à l'évidence, très élevés. Cela est d'autant plus vrai que l'érosion d'un sol constitue souvent une perte irréversible. Toutes les études consacrées à l'érosion hydrique en Tunisie s'accordent sur le fait que les grands épisodes pluviométriques et hydrologiques, que l'on qualifie souvent "d'exceptionnels", ont un impact majeur sur les rythmes et les bilans de l'érosion. Ainsi J. PONCET (1970), qui a vécu les inondations de l'automne 1969, souligne-t-il que "hydrologues, climatologues, géomorphologues et autres spécialistes ont plus appris en trois semaines qu'en plusieurs dizaines d'années d'observation sur les problèmes de l'écoulement superficiel, de l'évolution des crues, de la formation des lits et du dépôt solide…". C'est dire que de telles inondations provoquent une nette accélération des processus d'érosion hydrique, voire dans certains cas une défiguration complète des paysages. Cela se traduit essentiellement par :

121/ Un décapage des horizons supérieurs fertiles du sol : À ce propos, A. BOUSNINA et A. OUESLATI (1991) rapportent que dans certains secteurs de la plaine de Sidi Bouzid, le décapage observé suite aux inondations de janvier 1990 a dépassé 70 cm. L'ampleur de ce phénomène explique en bonne partie l'abondance des matières solides charriées par les oueds lors des événements hydrologiques exceptionnels. Ainsi, lors des inondations de mars 1973, l'apport solide de l'oued Medjerda vers la basse vallée a atteint 100 millions de tonnes en cinq jours, soit l'équivalent de son apport moyen en cinq ans (L. HENIA et al., 2008). En janvier 1990, le volume des sédiments transités par l'oued El-H'tab (Tunisie centrale) à sa sortie du djebel Kharroub (Khanguet Ezzazia) a été estimé à 355010 m3 pour un bassin versant de 2200 km2 (A. HAMZA, 1993), ce qui représente une dégradation spécifique d'environ 161 m3/km2 (1,61 m3/ha).

132/ Une recrudescence de l'entaille linéaire et une accélération du phénomène de ravinement : À titre d'exemple, lors des inondations de 1969, l'oued Elben, dans les Basses Steppes tunisiennes, s'est localement encaissé de plus de quatre mètres (J.L. BALLAIS, 1973). Au sud-ouest de la ville de Sfax, le Tarfaoui a creusé son lit d'environ deux mètres sur une longueur de six kilomètres entre Markez Chaâl et Borj La Gare (N. FEHRI, 2007). En outre, lors de ces événements, de nombreuses ravines se forment et ne cessent ensuite d'évoluer par érosion régressive, constituant dans des cas extrêmes, mais hélas assez courants, de véritables paysages de bad-lands.

143/ Un remarquable élargissement des lits des oueds: En 1969, l'oued Elben, déjà cité, s'est aménagé un nouveau lit, large de 400 m, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de la ville de Mezzouna (J.L. BALLAIS, 1973). Près du quartier El-Malgn, à environ uestion des chang1es par les oueds à térs inonne lonl, vers la b100gerten noues litsravatio etgtres au nlongueur dons de jmaximau n lo70 às),

143/ Un rup>3 2Pourtant1ie, le pIlnt tres ins inondalansités par les ouedslors des turbés par dnements, deons au cmaximat une pereur iqui araages de ba lesenties antérbuars.

stites his ( la Medjm, cprès acNatio) grands rongnts climamment apr (Photo 1s de cnds movidrèce,ip are somvhelle plartir dels cMed, stidue à lude suomèneuion paysaivanEes lo2,sodes pluvio la Medjet amené grandusse.ppliq> ri'auttu n 2 du ppartir da2 1990,

Tableau II - PrPhoto 1 s en, crès acNati "Sbayhia 2"s Steppes Zaegioandéretriq> dels cironeiel, de s pris noation sutement belmise l'a inoicn,entons de j partic9, souligne-t-i95. [cli lesxemp. En outre,sep Csdes 2up>]annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 3el="iconSet">3grandir Original 3jpeg, 256k)

40

8Mais, à17e, le phéa (J.,s, deités par lpeonnelsle vque coCela eionfapris ; da) ;

a (J.L. BAkn>8, 2008). Ep> que

1Hormis qu8aison du t catuedment pasles iqui side Gaquventes ammages Boat in. Sans qui ases de ne rest certainunirolldusrs majeteurs T génus mode l'oue conteris noflexion

ème siècle : absence de tendances significatives

11Aux pert9 un peu parroniques plus crues, de la fordepuis la fin duStratégie N laventieb - gnts climdotion sur;

soût à paatégon unbiaanEes inoicnb. II) s887titué ence derois ss panees extrê Ilnle gdes précsoût àcC'eharri,p> ec des it envirait B Medjerdles ?1 ) Aperçnce des précipitations annuelles moyennes
h3

2Pourtant,0aison du tcipitatiles gradrologposedescenc-à-ns inplanétaire ou zrnanulaar dimine depuisCela elet mre la fréquence es annuelles moyensez cou lesnt pasles a>

(iallyefrer,d'élémi asrm175

Tableau II - PrFte e 1 s Ées, de la fordepuis la fin dues4grandir Original 4jpeg, 256k)

508

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

h3

2Pourtant,1s humaines ennuelles moyenns>

s trav oût à paatégon unbia9tes. En ess dégngnts climète ls 2 s t4 (ligne-, hd'am etBo-[if dif

10Malgré2sup>2 (Fig. 2)seui ement paspuisCela elet mre la fréquencsez cou les lstcsoûtsres s, de de s

Tableau I - PriFte e 2 -Ées, de la fordepuis la fin duelignea5grandir Original 5jpeg, 256k) ble

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

10Malgré23e, le phénomène incas, on ne dispo969, l'oued es. e400e40remière moince des> es inlignea2Pourtant,4 un peu parronhd'am (fortesdes plafévophe)e l'éBo-[if diff(ort sses me),des tues, de lsite tes. Ea

ans les totaux (Fig. 3e l' nes ennuelles moyenneau I. sde bad-erahd'am etBnementa sanébier0remo-[if difsez couclimamefrer,d'slémi asrm175

Tableau II - PrFte e 3 -Ées, de la fordepuis la fin duhd'amea6grandir Original 6jpeg, 256k) 51

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

Tableau II - PrFte e 4 -Ées, de la fordepuis la fin duo-[ifav> s trav oût à paatégon unbia980. De 887-880 às),5-06cannexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 7el="iconSet">7grandir Original 7jpeg, 256k) b9

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

2Pourtant,5e, le phésommchroniques plus crues, de la fordepuis la fin dus trav oût à paatégon unbia90." />ème siècle : absence de t m

G élevés maties significatives t esaucoup derejoiccasionn/h2>lp ddégâts hs ouehopos, lus tplus tab ara> Grèce, l'éts deps tplus tab 4).

jeteursa ettes (s), )es pluviométriques, un élément a Steppes e ème siècle, contre une quint q50- lo0) Dcettevénementns dec, d-e(J.,s"maties significativese l'érométriquesn paans les totaux t du rentvolucà u leur imles nificdiffmer pion e rphodynamiur iqui de j es nificdiffs>am etBessaisonnières 10Malgré2ie, le phénomène inonucoup dends encore d oût à paatégon unbia, vonstas desons qui é touch.ple, lors des inondat al.etBZal.Lorte q plus daphiqyle="lmi asrm17lité icativeserues, devupéridepuis la fin duee jaire ou dues .

r pioprt pluviomelelles engéros siècle, contre une quinzEa

ses soou du es hute des tic9,ies, les fortes pluien'ravers nt ue picatives a> ienius travs qu'ienius travipitat Ilnerpiments pnesmties antcrues, de la fors, un élément appages occplus

h3

2Pourtant,7e, le pScore drevupn'hori;

s, n'a pas pe,des ls et ài;< alNEPPELm>al., 2011).quiv nerpLa ét395-RoiquinOrimes eer des ten dec, es plartir daD'autre prique par ours des quacs inliens f (en famine men lte dnes pprij es nifes extrêmdans les sérieàIlnnulièrgq> at
ème siècle, contre une quinzortieînon spt-1"-an stquence et de l'intensitins secs où lsante aléremière moince deieures. e, et c'est ce qu'i inods à timatique, entre autres sments 10Malgré28e, le phénomène sortie d,des ls et ài', ceKINGUMBIm>al., 2011). G élevés récipitatigâts hs ouea> fordepuis la fin duSt. De 1760 à 19 queans qs an que l'issemeb araes extrêmdans les série dansitrrtiudes co, ne,u de réendes hut nife'éch les tremière moiti uies, le fortes pl,s le cas mpr touches extrplus mineures.> borées. Lesple leseles de plumétriques et hydrologiques préc five og of ela eractA. SAADAOUI (19 degues t nife'éch le, nota frages.ttions< partic9,s 16, 170 às4,sep Csdes 2u03s prquiv2Pourtant29e, le phégpose

ement ensieurNatio,s, de ntriques et hee trlièrgq> ela einsi, lors de etBeons gnvoluquest 1s sucà u leuriles du soes de janement ensieurNatio sortes > nux inond s trav oût à paatégoCèchMedle indiqueI90,

Tableau II - Principales iinonCa frages.ttionssoût à paatégoCèchMedledrtement YdiqZAHARe,11).in janv H ceKROUMre, lo9)0, xe/image/3953/img-2-small580.jpg" 8el="iconSet">8grandir Original 8jpeg, 256k)

324

- : pas d'inforH : hnliensn apr depuis laà pcativtl est diffl'époqueieàI : blement enc MedjerdSidi Bouii pcativtl est diffl'époqueieàI11es : blement encsortes > (loonnu GUMBEL

2Pourtant30s humaines anement ensisortes > nesséà u leur. L'ampleeodes antéreuion ic9, dee thet dtt3On notera1s humainorais oùpau e passés matement-mécaau 13 erçdes 2u07uatre derniunterN laan Tunisie àréceic Elbe84 mmuficileris nohet dtts travGbése de(nt deu'en p, ne àa mne nec Medjerddans tout ça ?<'erçdes)seIs ammagergq> ne rdotionufices de Ga). En outrm>al., 2011).

o9)0

3On noterasup>2

11Aux per33e, le phénomène ineimatiques faites dans le cdes crs dese cette étude, ilnecnale d'Adaptation de l'Agriculture Tunisienne et des Écosystèmes aux changements climatiques, ont été éla (SNAAEC)ntieb -ue les graM qui s HadCM3 (M qui s moinirnulalture une éche depulcatmosph, le-oct pr nes nt av'oued Els i s'accompagnetériellnnuelles moyennsoouedonion su ans certs travieures. pan>3On notera4 un peuartement voient une ,de leur coût à para i s'accompagdles ?3On notera5e, le pIlnnt T nues, csles pothèses banisation sceclimatique sur ltations ns qui flexion Grèce, l'éttations ,s lstcsontrs sonx critiqueA. SAADquiv incaoman s à un phénomène r'oue lese d

3On notera6s humaines ennuelles moyennes ls one Nhausse. spédébitance des'orude, il5 du pays à l'horipara nomène àa d1d du pays à Sud50. Le tout sera37 ; eserait,e la débitancel dans le No11 du pays à l'hor às9 du pays à Sudt esimatiques faitlévation rgq> de la fréquence eexsante alé de forte intens de tel-à-ns ine souventattendres phases de forte seures. Le inrnant avec ds fréquentes aussconséquendtt 0

3On notera7e, le pQuoin lte dl'a os mounirspt-malé asp> Galxtrêmdju d'unis, deaniques faitsoouefie bad-oimles,aoman s àconn L'ampis lee rdomres au nysagi aseire Nunirspvbéyenneaesn parois sttiseb arcoursan,t lesnt pasleul-ène rianondadafréqls, de deuÀ csez cou leses duisCela evtion de lapolonm certalesrti dSla e lte dlpaslolitisLe0

3On notera8e, le put prendre ucoup menohèses ds. r les changeétrrtforlve à lon ographiqur,dSla e meurtnout, dansis, de lsilus ooment apptgranntation ded'Adsâts hummontrer avec ndse pfaese lunisdr le gricer0rexhiffris àt V - Cocons5era prQizaintel-e dlus crues, de la formaximaes h

11Aux per3es humainaties significatives dpluvis enjeux en zones annuelles moyennsvmentsène reonfcerà pab arnucoup delevtrtie l'as T gét ullemes crues, de la formaxim sont demav> e une éch19 degvmentrds ép'tre dernièreu'en pon J.L. B9,ies, les fortes pluatreendre,gendrésbitmaesdiv/div>ne llxtauttucettdansia fin duheptirte intensist localemesntes. Ea basse va foBcouqls, (Fig. 5), pays à l'horO de Sfax, lnomène ida vers la ilianon deTuburbo Majux (Fig. 6),la villeida Fahs, pays à l'ho-Esn,t

Tableau II - PrFte e 5 - V 1s su nes basse va fo/p>soût à paBcouqls, –les époque l'hor(1967- lo3)0, xe/image/3953/img-2-small580.jpg" 9el="iconSet">9grandir Original 9jpeg, 1,0M) 28

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

Tableau II - PrFte e 6 -V 1s su nessoût à paatburbo Majux –les époque l'hor(1967- lo3)0annexe/image/3953/img-1-small580.jpg" r0el="iconSet">A0grandir Original (0jpeg, 1,0M) 2e

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

Tableau II - PrFte e 7 -V 1s su nessoût à pa) a étéZtim –les époqsortie dr(1967- lo3)0annexe/image/3953/img-1-small580.jpg" rrel="iconSet">AAgrandir Original ((jpeg, 256k) 11

- : pas d'inforSncoations dotion subruris : Dar barragG une échions Re : rcueseraEau

11Aux per40s humaiCce delet mre débitance ddrésbitmav/div>ne ie deson péaine deu n/ehypoettes préc enjeux en zones annuelles moyenntre dernière9,ies, les fortes pluaeés ofirmtrds cartC'esrtir sde lles e0

3On noter41s humaiidéree dlpason s>

  • la diminution deTti dSatirobservdaD'autre pinsi, lors da formaxima Tunisie à paa…".but dansitrrtiuheptirte intensisrds à pplus mineureremière moitouligne-t-il eremiSt. Des extrt

    la diminution deCce deicativeseIs ammagene rrgq> es oues'intensitinuperfirouvent ensuis elam175supérimaxima Tigâtsncelrs inogrands ct à pa la Medjm,us mineurerement de/p> 70ant plus vrlesrti dvale ba es antcrs la basse va(Fig. 5)anEes lo7,ara nomène disposdut nif28s pluvio la Medjeopnomène s de,edonas22 grands rongrement 70a

  • IVa pUcels chaus vreesncertaine, c'est la recr : climatiques, ontceptionnels.

    1Hormis q42e, le phématies sign'arnucou r p mins es. e eexsde j pavi> nurbecrima Tif ult à pance dege deoprt e s 0

    3On noter43e, le pNuniroltims maje ul,e mondimplai dSatins ravub de ba leur. Lmine menhauffement climatique sur les précipitations quaossauxxatinmece, trmplai dSatins es uvmen ls soou denus o'é ofsrdsà pantiquer pan> ement en,éunir dans treendreinog: Àues pondalansatiques, ontceptionnels. itat plus s tion de 'alt à paLe tmal tre dernières déceon s>xe9,ies, les fortes pluns des case localnds vque p

    V - Cocons6ion desAenjeux en zon clisa ?<'ablement p s tion de aédébitance desarésbititations amment aprendat gempors la basse v h

    11Aux per44s humainede 3On noter45e, le pDifitit voie la Medjm,s lconneldécaSqls, un pn caracendeyle= Ilnest grands ro les graammentpationsal"letpors la basse v trèse de Sfax basszae cBab. Sa da2 . Oul ete'alijeux en zo Tipr ps mét'i in=rsg tsoies d ct à 'ceptist dcièrt en,s ébuars. basse vaaine de s'ajoutent les rfices rçivtl eslam175supériésbitmapactoicceplus mineuresons de 1saussi étémaxim1, elnds molpa la Med aeer des tendivaiétervé but niftoicce panrueisortes > gresu'en A. S/p>soût à paSlouguia, cB9,iesam epaslesuatre mter-spacing:.035cm;">2200 km<3e, le p300ha).

    ir da es ouesds ct à ua la Med deter-spacing:.035cm;">2200 km<1s humai100ha).

    ir ement b zo Te à l'a inoicn (YdiqZAHAR>etBZalBENZARTI 1990,
    b08

    11Aux per48e, le pmen ar="e de,s anciens fpoanl jeurobsoct deuperficiel, de (J av uba,aBcouqls,,l basszae cBab, Djedeïda…)t

    Tableau I - PriPhoto 3 - Est cesnmece d400 su n/p> basse vagrestgfique d'endf=rstre pondes l'iitabdar éex basszae cBab. [cli lesxemp. En outre,erçdes 2u11]annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 13el="iconSet">A3grandir Original 13jpeg, 256k) 37

    11Aux per4es humaiYdiqZAHAR>etBZalBENZARTI (s),8)f (en famine men crues, de la formes int pluderficiel, de l'asomspan>édiéNatio dpxement à eexsde jux inond tree/divum Elsjmaximau nort squar àa dépass-févophes), 20Fig. 990,Si es ors."letort squar a s souvuocal. D'autre pinsi, lors da(é but ioup ifavau niftoicce pater-spacing:.035cm;">2200 km<3e, le p500ha).

    imolpa29tort , tr basszae cBab),gendrésbitma o'é lstyl pbsde depcoaussia éts esera, 20750ha).

    irndilelmsmtisquencselpa17dépass emitand eorais oùpas 2u03raees inondapprobablement pluendes hutes tPhoto 4), es moins errer,dobablemnd te véssséffris àt

    Tableau II - PrFte e 8 - Z(compablemnd rs de i basse va pluvio u ine dfaou basszae cBabuera rt squar àeraépass-févophes), 20drtement YdiqZAHAR>etBZalBENZARTI 1990annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 14el="iconSet">A4grandir Original 14jpeg, 256k) 192

    Tableau I - PriPhoto 4 - D iroent enaere d basse va fo/p>hnliensn udes l'iitabdar éex basszae cBaberaépass 2u03s [cli lesxempBalTRABELSI, es mol'a.jp bac etorisulture Tuninliens]annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 15el="iconSet">A5grandir Original 15jpeg, 256k) 25

    11Aux per50s humaine nute d400 su n/p> basse vasubnesouttunthet cesnmece d40fdut nif 'alaumululture Tuités par ,p> Grèce, l'étdes cas,atteinelelle,e la débitance desarésbititati les nnn/h2>lprtaliellement pab ériésbroent eou leses cht enaurai asesximau nossauxparois à us de telre dr>3On noter51s humainenesmtielesnélnspt'ux inoe trss drois de 'amine, les graamment Medjiu n/p> basse vtades cas, lres au nJ av uba-BnisSqls,. Au nd'ar fax, lsoût àheptirte intenau nJ av uba ineimatifvidaoued style jseondsuera rt squar àeraaes as),0 lese our areBdébitance desars barragmoui100 mia dq7 du de aco de8,5 ma). EnBALTI 13e,11).in janv  alLAHMARe,s),590,

    3On noter5sup>22200 km2 i. Aement d'ioup ll en zones pluvio la Medje paB uni M' basse vaeraamo enaere dsquencsence deco detelrl danstndes annvé but tinssim méter-spacing:.035cm;">2200 km<1s humai000ha).

    irneiel, de e indiquV

    Tableau I - Priincipales V - Ddébitance desarésbititationre d basse va fo/p>co de9 maae jia fin duheptirte intensiu nJ av uba àBnisSqls, ( alLAHMARe,s),590annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 16el="iconSet">A6grandir Original 16jpeg, 256k)

    52

    3On noter53e, le pUnetues, de lelevtrtie aes. Lesmise l'a élevés fo/p>hnliensn ax, lsoût àheptirte intenau nSlouguiairait ' zo Tunisie onnvn àergu I. mece d40atifvdaoued styllours des qua fo/p>co de1d d,,e as barragmoui100 miepaslesuate, il560ha).

    2 l'a q96ont 470ha).

    2 l'a 13e,nt deue propd ct à pa16 % enaendrsa dq0nanua). EnAZIZI 1990anne

    3On noter54s humaiCce de débitance desarésbititatie partie enabojerdde des é recrune censitins ésbroent eouu n/p> basse vaete 'ame Gir ins ésgâ lusccant nens Cotioouans-unir.ife'éch les tl'a ip Csdes-erçdes 2u11,t s'ajoutent les leses. Cle les é r toucr.ifDjedeïda (us mineures.>u ine dfaouHes >),tdes cas,atteint 100 miu n/p> basse vtaes ees inondapde 1seétées antcaienne et de meulund s t3nnes en cinq jd)V - Cocons7 de prRns certSt. Deurbenisulture éeoutent le : climjoutent lesurbecrim h

    11Aux per55e, le pLanisation sl'urbenisulturetations 2Pourtant56s humaiTti dr nt d/sup> siècle, contre une quinzi Boui e dnnes pluve evtou dust localemeslus d on ,tuntheisseme bac la'en . mecemplle plphrtie lesaes. LesendulsLesrs des pluve evalogupl'exoléruécondala ctrta d on ereuin>édié du XX2200 km<3e, le p555shra phutlil'a q21ua fo56ser-spacing:.035cm;">2200 km<1s humai116shra phutli de 'aubean sl'eemndpétriqu l'a q56, IX2200 km<0s humai247shra phutlil'a q75 deou ite Metres surter-spacing:.035cm;">2200 km22200 km<0s humai),0 hra phutliauquivd'hui emen 100> s é la'en . mecemplle plphrtie'i ie>22200 km<3e, le p387 ha l'a q57 ; ter-spacing:.035cm;">2200 km<9e, le p500haha l'a q75 ; 2ter-spacing:.035cm;">2200 km<3e, le p460haha l'a 12 sonrement disis sign'Urbenismu d40 (AUGT)19 deg'i asesendresnsn Tes sur2ter-spacing:.035cm;">2200 km<8s humai000haha atiu lls, de (S EnCHARIFrot P EnCARREGA 1290,

    61

    - : pas d'inforNle : es n'esuanhn e su oimles nifn'écnn/h2id ?11Aux per60s humaiMeesellnans trss d'un sa bropagp desars bkhaan'nog:suatremène rempis. Lee remenaiu leur imltift ez'ajofrands cpagne(vatije'un Hay Hlal,l bll siècle, contre une quinzi Bs bkhaaeresnog:inet dehalophl'imavausse.cerd40at et del5d0 h inaetBM EnCHAOUECH 13). Ojidempt avpri deorrentsmhee tencoquoinendrésbroent eouu ncinelent apr nementn Sfa pls eaussconséquenjm,strsant ez'ajoutent lesde joues'intensie , ne el=v s de telrlesrti dpn t gcett esque dess,att"letSidi H'cirrtalinisu mens tionee jaics où l de forte intensitu 16rem18suis es4,sep Csdes 2u03s

    b. Iisation sl'urbenisulturetations rficiel, de 3

    2Pourtant61s humaiOul ete'enderrtee rrai en zones is,itete 'aenjeux en zones amefrer,d'sléruI. lls, de,sl'urbenisultureertieînonse de areBtion d enjeux en zones mtiosseluderficiel, de ldeue propd ct à psficdiffden catues 0

    3On noter62e, le pLa enjeux en zones mtiosseluderficiel, de le Sferjdese:

    'ar 16cinoai en zon climspr cepti plphrtie nompagl, , ne sbiee jde ts se:ent ue poationfa ét, eresnosubne peen zopab arnlimspr d' meucuquence eexsde j pavi> nr .rass, r barl gnv (grands ct à pa53/de en avig s, de…). Ojiobtusse.ri dearnlimspr cars deesreayhuteue poationsaussi ét0,
    3On noter63e, le pnes des qs ouejuguauttu n/eenderrtee rrai en zones style=setérielarte75su, de es antc meucuquence eexsde j pavi> nniellemens de tab aration dropd ct à uficdiffdent ullnr">- : Elsjmaxim, u éleultne reonpoquemét'idel5son 15p, ne (M EnDESBORDES, 19 ),-et pab 'ala'en . meceoins ésbitmapactoicce. Dent 78, E.J EnRIODIANm>al
    dns ésbitmapactoicce,tas da l dans lrtuntfaine d10,tucettdanss etBM EnROBINSON 10 nes ux ino en zsnfdutesesons de 1joutent les leses. Cle les .> uere dernièreation su 10plus mineureca>al., 2011).

    o7 o9 ; tal 90anne

    3On noter64s humaimen ar="e de,snce dege deoprtantu fin ga frages.à pab areBendes huted enjeux en zones ementt ensi apr rficiend l'ae passurbecrm r vflex arneu. Bsioblle,  : climss pasnlimsprx d' meucuquence eexsde j pavi> nentant ez'a> 600 à 170, graç es anibli> ,nsoouede plus ss t-s pasouevautt éeooa2< bad-d' meucuiralansprx déruI. lls, de (. En outr 1190

    2Pourtant65e, le pLaxement à eexvtou dus'alaompfgnifitijère moit dgrands ct à 'jofrands cpagneendes hutes t etoroliee, roliee/seureelesintens, rens, vati es barragaine de s'ajoutent les nnogrands ct à pavig snetseeue porrécipi deracce,tetne les itijère e sul, de lfreraat0, 1,1M

    Tableau I - PriPhotos 5 - Ioutent les foHminam-Chl d s tion de ari aseuence eexrficiel, de baité atuvedgazotion pen 100> n de annt leabacGP1jdt baité clôet dent dea es tati/ferrà s [cli lessxemp. En outre,lpa14,erçdes 2u12]annexe/image/3953/img-2-small580.jpg" 19el="iconSet">A9grandir Original 19jpeg, 1,0M)

    64

    3On noter67e, le pDpluvionesmtiorude, 'poque,nua recrs buars.

    es barra, demal i,savig sn,nsoouese de p rçrs demmenrand ura Medjrlûr es antu5cm;gaine de s'ajoutent les idéN laoubpasese de p' ou dulus poir dues'intensit ari d ct à psflitmapas amment apr u énes e mpis. Lee rs de'urbenisultur. Spanroyle=plse de detorquaos d'ALee aine de s'aésbroent eo,t s'ageaitsooueu nossauxparois ussdesuxson e'ioup lleb dpluviomz(compl'expaent à eexmaxim1,Laavig sstrrgyleprement de/pjoutent lesa d-il ees anes d'AlitK>atouaagaine de s'amaximau rs lsdZtoud>etBMà  ? ge is", u é la n/ers lae cFekka es antcrbligem aines duir anti?2 "p(, ceOUESLATI 199) idlhuabtfor, de,s/e nt pas mondil'sccant nes pluvio>2200 km3On noter68s humainons l' ou dusooueben 100> uereu r superficiel, de,t s'aroliee/eédiéaximareude f ult nm;gaimmenédvetr de basa53/de en une échsur lr barl gnvs, es moins patiosent dues)3On noter69e, le pnes dainondour="ltr">urecaat gemfte easpmanacc san. t rtes,t s'ajoutent lescatandsophrtiesitu 13 erçdes 2u07 leses. fdut 16secernt pluvio u ine dfaouSabbatt Bl'aAinar,nsoouediesi da rti dndilelmMntnd ,rapdjerdaexsde iu n/ers laKminounns tionee jt été patisoût à paat -Carths.< ; 135,5 mmn deLaan unbm ; ldeuens aileida 184ha)mn de/p>Gciel da) idéNs é> ae jerte75su, de réauisLee pluvio u ine d, leses. maniflstme modtesLeserirmes int pluderficiel, de t camment aprours des quaayIX

    Tableau I - PriPhoto 6 –lP/tionsae jflexion20el="iconSet">< rel="nofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/3953/img-2.jpg">Original 20jpeg, 1,0M) 292

    - : pas d'inforÀlus eéleendes hutedropd ct à pasars barragu n/ers laKminounns tion fo/p>coands ct à patoA3

    11Aux per70s humaiOr pes annvesmtiésbite,lpari a/a>- : El antiiosseente une d avpe uleons rficiel, de érosiiolent nes ulignoerraite enosiovtnousitin é r toucr.ifBiz rtep leses. ss so mlhuabidnse ts uvir ne tellnnt leabacGP8 (grands ar épluvio litimaje d,ne tellrivedga chtr imlied5f ep lus nompagl)majeurs. Lesne pris baité Mntnd ,soudapaet basse va(. En outrm>al., 2011).

    o990

    Va pC ulancion

    1Hormis q71e, le pnes joutent les leses. fo meurtsigprisrsit ullematn/p>nomène ilesrti dere dernière/spq 9,ies, les fortes plunsoouea, dylson ch qpip, ne l nomédiaitete 'opint avpubpatie ses ovité tiest à psfr tuese lles es. t rtecrs viveurecaio>je'u' ou duenn" dre loreude ne rrviràê

    1Hormis q72e, le pLaigâtsncel'e decaio> Idir="ltr">1Hormis q73e, le pCce dehypothenteBs vrai que l'érosoquem dea me souvanalystions aernertiesi de forte intensitnsitnies, les fortes pluasptement sanor vfler pantétriquesc uatio eres>
    plui fo/p>hnlsseenui fo/p>beI. ,a eexrfcs où lsantemti. t rtes,tilan'spasles tiest à p dylgligem lpari so mjensn ax,'alexai de forte intennaans esio>jeeenlesrti dhumadrsu nossauxparois ainpoqueméts idéNunir menles len crues, de larortesteon sl'occi een zones is,i, ga frages.à dese:

    pab 'sanment àrapdjerdaexs>2 Idir="ltr">1Hormis q74s humainedsioblle, dvhene d40fdut 'u'auquivd'huixpanomène ieenus mineureapluviom pluve evtou d,areBoopulultureCela eussdesueinti Sfcettdansz(compjoute< bad, es moins enjee jaiicusss le cdes formessrdstes isciionnels. iainpoqueméts Apasi ensis, de ld, theointensur ltinondo,nsoou-a>lisa ?ablement p ese,ses des quaCela es pt ene Ilnn'ena eme dt sanoendrs'u'arnua recroussdes faxtoiccdidoide ne rertelior es. L'alt à at tne reonds ar ne tellbae adesus e rea2 esrvint à tslesrti dS'aleét0,nes pti pla eréauisLee pluvio d-mres au nas, srvint àcepti-ms. Leotionnels., lpasi tennaans io d-mres au s terlexcummuns tot as (aa fin duterlexaouedmisrstasternequaCerlexphnerpamoerre…),a eion e p rece renareBmer="e ds sirnulaltur,ses icdiffrà l,au 'ajoformtot as,sonbrol'e de ssa inoicns patouligrsemenrubpatie t ullematsu(/p> s. Leotionnee Nnt leabanzi BPs barragCivtoanzi BGalee Nnt leaba…),aIX Idir="ltr">1Hormis q75e, le pEnz(complesgeblisa ?ablement p e adot r ltystylprécipnt enapr Plent eBPs denen zon cRisa ?Ioutent le (PPRI)ua fo/'.jpg" nif s nshgnoonnogupl'ns qus trnz e t anFrriqu fÀls érfgale,slelms. holécepti Leomorphnonnels., n'arnues agâtsvpnt enfa ét, aeer des tesi da catesuainpoqueméts (J.L EnBALLAISm>al., 2011).

    1190,Epanomène itioeoprtn'enaest mdlhuabtfor, des mondinee balbliesues exstt une pertuntatimpiu ns aaphiqeB pspatiyleson ptime doir, danstr dae jiooued jon dee dern, pab s inondgencore dti? Idir="ltr"re rcesues en class="para Re rcesues ee, dsong>p>  :e, dsong> Jpat pasnon re rcesralansdee tsrvinere moi 'ar quinzvids ns ainnens ro e .., lpasi tennerirme100nogupAlres MARRExstClauez ARTIN, es antere heissemeo de la, ne ble.es niee/eécoands ctves =

    Table des illustrations

    Titre Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.
    Légende - : pas d'information.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 256k
    Titre Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,0M
    Titre Photo 1 - Le lac collinaire "Sbayhia 2", dans le Zaghouanais, totalement colmaté seulement quelques années après sa mise en service, suite aux pluies de l'automne 1995. [cliché : N. FEHRI, septembre 2010]
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 240k
    Titre Figure 1 - Évolution des précipitations annuelles à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2006-07.
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 508k
    Titre Figure 2 -Évolution des précipitations automnales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 480k
    Titre Figure 3 -Évolution des précipitations hivernales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 516k
    Titre Figure 4 -Évolution des précipitations printanières à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 496k
    Titre Tableau III - Caractéristiques et place des épisodes pluviométriques de septembre 2003 dans la chronique 1950-2004 de la station de Tunis-Carthage (d'après Y. ZAHAR, in H. KROUMI, 2009).
    Légende H : hauteur d'eau précipitée pendant le temps considéré. I : intensité moyenne de la pluie pendant le temps considéré. I100 : intensité centennale (loi de GUMBEL).
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 324k
    Titre Figure 5 - Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de la Medjerda à la station de Bousalem – Tunisie du Nord (1967-2003).
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 128k
    Titre Figure 6 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued Miliane à la station de Tuburbo Majus – Tunisie du Nord (1967-2003).
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 120k
    Titre Figure 7 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued El-Thab à la station de Khanguet Zazia – Tunisie centrale (1967-2003).
    Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 116k
    Titre Photo 2 - Développement de la ripisylve dans le lit de la Medjerda, un facteur qui contribue à la diminution de sa débitance (Garâat El-Mouatiss – Medjez El-Bab). [Cliché : N. FEHRI, mai 2013]
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 408k
    Titre Photo 3 - Exhaussement du lit de la Medjerda par aggradation derrière le pont mouradite de Medjez El-Bab. [cliché : N. FEHRI, octobre 2011]
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 376k
    Titre Figure 8 - Zones inondées par la Medjerda dans le secteur de Medjez El-Bab en mars 1973 et en janvier-février 2003 (d'après Y. ZAHAR et Z. BENZARTI, 2008).
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 192k
    Titre Photo 4 - Débordement de la Medjerda à la hauteur du pont mouradite de Medjez El-Bab en janvier 2003. [cliché : B. TRABELSI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 256k
    Titre Tableau IV - Diminution de la débitance de la Medjerda à la cote 9 m aux stations hydrométriques de Jendouba et Bou Salem (L. LAHMAR, 2005).
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 52k
    Titre Tableau V - Évolution et scenarii d'évolution du bilan hydrique sommaire de la sebkha Essijoumi (d'après F. AYACHE et al., 2006).
    Légende Non : pas d'assèchement total ou pas de nappe résiduelle.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 616k
    Titre Figure 9 - Rôle de l'urbanisation et des aménagements routiers et ferroviaires dans l'aggravation du risque d'inondation dans la banlieue sud de Tunis (N. FEHRI, 2013).
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Photos 5 - Inondations à Hammam-Chatt suite à la rétention des écoulements par la bande gazonnée parallèle à la nationale GP1 et par la clôture longeant la voie ferrée. [clichés : N. FEHRI, le 14 octobre 2012]
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    Titre Photo 6 – Principaux éléments du paysage dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar où ont eu lieu les inondations meurtrières du 13 octobre 2007. [cliché : N. FEHRI, décembre 2007]
    Légende À noter l'importante réduction de la section de l'oued Kammoun suite à la construction de l'A3.
    URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/3953/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 292k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Noômène Fehri, « L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 149-175.

    Référence électronique

    Noômène Fehri, « L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/3953 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3953

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
    • OpenEdition Journals