Navigation – Plan du site
Articles

La "Grande dune de Tanger" (littoral du Maroc septentrional) : un exemple de disparition d'une entité naturelle d'intérêt paysager et environnemental

Ameur Oueslati
p. 251-272

Résumés

L'expression "Grande dune de Tanger" est utilisée dans une publication du début du vingtième siècle (L. GENTIL, 1906). Mais aujourd'hui le visiteur de la ville ne rencontre pas de dunes importantes. En réalité, celles-ci existent et la région renferme l'un des espaces dunaires les plus importants de la presqu'île tingitane, que l'on ne voit plus de nos jours parce qu'il est passé sous le bâti de la ville. Cette entité naturelle, dont la valeur environnementale tient à sa localisation dans une zone de transition entre deux grands domaines naturels, la Méditerranée d'un côté et l'Atlantique de l'autre, aurait mérité un meilleur sort, dans une région relativement peu fournie en champs dunaires meubles et où le sable est devenu une denrée rare. Le Scientifique peut, en plus, se sentir frustré par le fait que les publications récentes, pourtant nombreuses, consacrées au littoral de Tanger et aux problèmes liés à son aménagement ignorent le plus souvent un tel espace ou ne l'évoquent que de façon imprécise.
La ville et sa zone ont heureusement bénéficié, par le passé, d'un intérêt appuyé dont témoignent les documents anciens. Les dunes, en particulier, ont retenu l'attention d'explorateurs et de visiteurs, surtout au début du vingtième siècle. L'espace dunaire est donc mentionné dans des textes, et figure dans différentes catégories de photographies et même dans des œuvres picturales. L'exploitation de ces différents documents s'avère instructive quant à la connaissance des caractéristiques morphologiques et de l'histoire de cet espace, ainsi que pour la compréhension d'aspects environnementaux et du rapport de l'homme avec son milieu naturel.
Ce travail tente donc, par une approche géomorphologique, iconographique et sédimentologique, de pallier les pertes d'information consécutives à l'urbanisation, et montre l'intérêt de la constitution d'archives dans le cas d'entités naturelles menacées.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La baie de Tanger est l'un des rares segments côtiers du Maroc septentrional à renfermer des dunes importantes. L'espace couvert par de telles formes est plus ou moins bien reconnaissable sur certaines photographies aériennes obliques et une délimitation en est donnée par la carte géologique de Tanger-Al Manzla réalisée à l'échelle 1/50000 (M. DURAND-DELGA et al., 1985). Mais aujourd'hui, le visiteur de la région n'en trouve presque pas de traces, car les dunes ont été envahies par les aménagements ; elles sont, selon les cas, passées sous le béton ou sous des matériaux de remblayage. Les seules constructions éoliennes que le visiteur de la ville de Tanger peut encore voir se limitent à des accumulations contre certaines constructions de bord de mer, voire à une ligne discontinue de petites nebkas, large de quelques décamètres tout au plus, soulignant la partie interne de la plage. La bibliographie, en outre, est muette sur bien des aspects, tels que les caractéristiques sédimentologiques, la chronologie et la dynamique des dunes à Tanger, ainsi que sur leur intérêt paysager et leur perception par la population locale ou par les visiteurs.

2En fait, l'absence de mention de ces dunes dans la bibliographie apparaît surtout dans les travaux récents. Les rares auteurs décrivant des constructions éoliennes se limitent aux petites dunes actuelles de haut de plage. Le travail réalisé par J.E. EL ABDELLAOUI et A. OZER (2007), qui renvoie à M. HUMBERT (1971) citant lui-même le travail de L. GENTIL (1906), est le seul à mentionner l'existence d'un espace dunaire appelé "Grande dune" ou "Sables flandriens".

3Dans ce travail, nous tenterons, à partir de documents anciens mais aussi en suivant quelques chantiers de construction récents, de compléter la connaissance lacunaire de ces dunes qui, ne serait-ce que par leur localisation géographique, auraient mérité un meilleur sort. En effet, outre l'intérêt paysager et environnemental qu'elles peuvent avoir, elles appartiennent à une région relativement peu fournie en constructions éoliennes (A. EL GHARBAOUI, 1981 ; A. OUESLATI, 2005, 2006) et se trouvent dans une zone de transition entre deux grands domaines naturels, la Méditerranée d'un côté et l'Atlantique de l'autre (Fig. 1). Non moins important est le fait que ces dunes auraient pu venir au secours de la plage de Tanger qui connaît, surtout dans sa partie orientale, un problème aigu d'érosion. Leur matériel, en effet, aurait pu être en partie recyclé par la dynamique naturelle, notamment par les eaux de ruissellement. Il aurait pu aussi, dans le cas où les dunes auraient dû vraiment être sacrifiées, aider à résoudre un problème aussi crucial que celui de la pénurie en sable, devenu denrée rare dans la région.

Figure 1 - Localisation de la baie de Tanger.

Figure 1 - Localisation de la baie de Tanger.

II - L'apport des documents photographiques anciens

4Le champ dunaire, aujourd'hui entièrement passé sous le béton, apparaît sur de nombreuses photographies et surtout cartes postales anciennes. Sa présence sur de tels documents a été favorisée par le fait que les vues ont souvent été prises depuis la Kasbah ou depuis la ville ancienne en direction de la colline du Charf, qui semble avoir toujours fait l'objet d'une attention particulière. Cela tient à sa visibilité dans le paysage, malgré une altitude culminante de 103 m seulement, mais aussi au fait que cette colline porte un phare et a longtemps constitué un repère important pour les navigateurs au large du littoral de Tanger.

5La documentation photographique consacrée à Tanger a en outre bénéficié d'un intérêt indéniable de la part des amateurs de photographies anciennes, dont la consultation est rendue relativement facile grâce à l'outil internet. Plusieurs photographies reviennent dans bien des sites et blogs de particuliers ou d'associations, souvent teintés d'une certaine nostalgie pour la ville ancienne. On en retrouve aussi dans les sites d'archives photographiques. Certaines d'entre elles, datant du tout début du vingtième siècle, alors que le bâti de la ville ne s'était pas encore trop étalé, montrent que les dunes occupaient une place remarquable dans le paysage, tant par leur extension que par leur couleur. Claires, elles contrastent avec les terrains déjà gagnés par le bâti ou avec les versants des reliefs environnants, plutôt sombres car couverts de végétation. On reconnaît alors un espace en forme de triangle, dont la base est située du côté du rivage et la pointe dirigée vers le continent. Une telle forme est clairement en rapport avec les vents dominants du nord-est, canalisés par le couloir topographique au fond duquel coule l'oued Souani, espace qui sépare les reliefs portant la vieille ville, d'une part, et la colline du Charf, d'autre part (Photo 1). On voit aussi que le sable a été surtout poussé en direction des versants bordant la rive gauche de l'oued et a réussi à remonter les pentes sur des distances importantes. Cela est confirmé par une carte postale qui a circulé en 1915 et représente un espace limité de la ville (Photo 2-a). On reconnaît, en effet, des accumulations sableuses à la hauteur du Collège français, devenu plus tard Lycée REGNAULT, lequel se trouve à une quarantaine de mètres d'altitude et est aujourd'hui à plus de 700 m du rivage. La même idée se dégage d'une photographie aérienne oblique prise à basse altitude (Photo 2-b), tirée d'une étude de la Direction des Affaires Indigènes et du Service des Renseignements consacrée à Tanger et sa zone, en 1921.

Photo 1 - Carte postale du début du vingtième siècle.

Photo 1 - Carte postale du début du vingtième siècle.

Le cachet de la poste donne la date du 16 janvier 1908. C'est l'une des nombreuses cartes postales, ayant circulé au début du vingtième siècle, trouvées sur différentes pages web. Elle permet de reconnaître aisément la "Grande dune" ainsi que la colline de Charf, encore en dehors de l'espace urbain. Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : www.delcampe.fr/page/item/id,203965252,var,CPA-MAROC-Tanger,language,F.html.

Photos 2 - Localisation du Collège Français (Lycée REGNAULT) sur une carte postale (a) et sur une photographie aérienne (b) issue du livre "Tanger et sa zone" (1921).

Photos 2 - Localisation du Collège Français (Lycée REGNAULT) sur une carte postale (a) et sur une photographie aérienne (b) issue du livre "Tanger et sa zone" (1921).

Sur les deux documents, on reconnaît les dunes. La carte postale a circulé en 1915 (en considérant un cachet de la poste en date du 5 octobre 1915 sur une carte identique trouvée aussi sur internet). Cette carte postale a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,117025217,var,TANGER-College-francais--Au-bon-Mathurin-n-54,language,F.html#toBid.

6La documentation photographique permet aussi de suivre l'évolution de l'urbanisation. Le champ dunaire est encore bien présent jusqu'à l'approche du milieu du vingtième siècle, et en tout cas jusqu'aux années 1930, ainsi que le montrent des cartes postales de cette époque (Photo 3). En revanche, les photos plus récentes révèlent une accélération dans le rythme de l'extension de l'espace bâti dès les années 1950 et surtout depuis les années 1990. On y voit que déjà vers les années 1960 et même au cours des années 1950 (Photo 4 et 5), les dunes ne constituent plus un élément marquant du paysage, même si le bâti n'a pas encore atteint un fort niveau de densification (Photo 4). Mais une carte postale qui a circulé en 1992 (Photo 6) montre qu'elles sont déjà passées sous le bâti. Il faut aussi préciser, comme on le verra plus loin à l'occasion de l'examen de coupes révélées par de nouveaux chantiers de construction, qu'en réalité une partie de l'espace dunaire a disparu suite à des opérations de remblayage qui ont précédé l'extension de la ville. Autant d'éléments qui contredisent la carte géologique de Tanger-Al Manzla (M. DURAND-DELGA et al., 1985), qui accorde encore une place importante aux dunes (d'ailleurs classées, de façon un peu imprécise, avec d'autres formations différentes par leur nature et leur genèse, dans la rubrique "Soltanien"). Cependant le fait de les signaler atteste que le bâti n'avait pas encore tout recouvert à la date de la réalisation de la carte.

Photo 3 - Carte postale des années 1930 donnant une vue aérienne de la partie externe du champ dunaire, qui est encore bien présent dans le paysage malgré un début d'envahissement par le bâti.

Photo 3 - Carte postale des années 1930 donnant une vue aérienne de la partie externe du champ dunaire, qui est encore bien présent dans le paysage malgré un début d'envahissement par le bâti.

Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​item.php?id=125336977&language=F.

Photo 4 - Carte postale du début des années 1950 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf et montrant que le paysage a déjà sensiblement changé suite à la progression du bâti.

Photo 4 - Carte postale du début des années 1950 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf et montrant que le paysage a déjà sensiblement changé suite à la progression du bâti.

Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/page/item/id,229316287,var,TANGER-vue-generale-1953,language,F.html#toBid.

Photo 5 - Carte postale datant du début des années 1960 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf.

Photo 5 - Carte postale datant du début des années 1960 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf.

Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,22267557,var,486-MAROC-TANGER--Panorama,language,F.html#toBid.

Photo 6 - Carte postale ayant circulé en 1992, qui donne également une vue en direction du Charf.

Photo 6 - Carte postale ayant circulé en 1992, qui donne également une vue en direction du Charf.

Les dunes ont disparu comme élément du paysage ; la place est largement donnée aux constructions à plusieurs étages.
Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,166803695,var,CPM-AFRIQUE-MAROC-TANGER-VUE-PANORAMIQUE--VOYAGEE-1992-TIMBRE-STAMP,language,F.html#toBid.

7Deux photographies aériennes obliques prises à plus de quatre vingt ans d'intervalle, à basse altitude et à peu près selon le même angle de vue, mais cette fois à partir de la partie méridionale de la ville, sont également très révélatrices de l'importance de l'évolution du paysage. Sur la première (Photo 7), datant des années 1920, on reconnaît, au premier plan, la frange externe du champ dunaire encore largement hors d'atteinte des espaces bâtis. On peut voir aussi un début d'aménagement, avec en particulier des voies de communication et une mise en valeur agricole également visibles sur la photographie aérienne de la photo 2-b. On y reconnaît aussi le Lycée REGNAULT au contact de l'espace dunaire. Sur la deuxième (Photo 8), représentant la situation en 2010, on voit bien que l'essentiel d'une telle frange est passée sous le bâti. Dans les terrains bas encore non construits, situés en arrière des immeubles, la dune gît, en fait, sous des matériaux de remblayage.

Photo 7 - Vue oblique prise à basse altitude, rapportée aux années 1920 et portant, selon les sites, le titre de "La plage et la ville par Pierre METIVIER" ou "Tanger - vue générale prise en avion par M. FLANDRIN".

Photo 7 - Vue oblique prise à basse altitude, rapportée aux années 1920 et portant, selon les sites, le titre de "La plage et la ville par Pierre METIVIER" ou "Tanger - vue générale prise en avion par M. FLANDRIN".

On reconnaît bien la partie externe de la "Grande dune" non urbanisée.
Cette photographie a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,172373611,var,TANGER-vue-aerienne,language,F.html#toBid.

Photo 8 - Vue aérienne oblique prise à basse altitude et datée de 2010 : lechamp dunaire est désormais sous le béton.

Photo 8 - Vue aérienne oblique prise à basse altitude et datée de 2010 : lechamp dunaire est désormais sous le béton.

Cliché de Abdelouahid ZEMMOURI (utilisé après accord de l'auteur), consultable par le lien : http://www.flickr.com/​photos/​zemmouri/​5534855484/​sizes/​z/​.

8En fait, malgré leur intérêt, les photographies anciennes restent peu informatives quant à la morphologie de détail des dunes. Toujours prises à distance, souvent à partir de la partie ancienne de la ville ou de sa plage, notamment dans le cas des cartes postales, elles ne permettent pas non plus d'avoir une idée claire de l'état de surface des dunes, ni d'apprécier l'épaisseur de l'accumulation sableuse. Les rares photographies prise au contact même des dunes (L. GENTIL, 1906 ; A. COUSIN et D. SAURIN, 1905) ne sont malheureusement pas de bonne qualité. "Le départ, sur la dune de Tanger" (Photo 9) permet tout de même de reconnaître une morphologie dunaire typique par sa surface ondulée et son faible taux de couverture végétale. On y distingue assez bien la dune bordière allongée parallèlement au rivage, ainsi que des formes en fronts successifs évoquant des vagues de sable en relai. Ce modelé rappelle celui des constructions éoliennes formées à l'assaut des pentes. Mais l'alternance de rides et de sillons longitudinaux pourrait aussi refléter des irrégularités de la topographie sous-jacente. La photographie tirée de A. COUSIN et D. SAURIN (1905) a été prise depuis un point qui permet d'embrasser une grande partie de la baie (Photo 10) ; on reconnaît en effet la pointe de Malabata ainsi que la colline de Charf et l'ensemble de l'espace bas encadrant l'embouchure de l'oued Souani. Un tel point doit se situer sur les collines qui dominent Tanger, dans la partie interne du champ dunaire, reconnaissable à sa teinte blanchâtre et à sa végétation discontinue. On y reconnaît aussi une morphologie de nebkas de tailles variées dans le cadre d'importantes langues sableuses en apparence en progression vers l'intérieur des terres.

Photo 9 - "Le départ, sur la dune de Tanger" (In L. GENTIL, 1906).

Photo 9 - "Le départ, sur la dune de Tanger" (In L. GENTIL, 1906).

Photo 10 - "Partie ouest du détroit de Gibraltar, prise des collines dominant Tanger" (In A. COUSIN et D. SAURIN, 1905).

Photo 10 - "Partie ouest du détroit de Gibraltar, prise des collines dominant Tanger" (In A. COUSIN et D. SAURIN, 1905).

III - Un paysage qui n'a pas manqué de retenir l'attention des peintres

9Les œuvres témoignant de l'intérêt accordé par les peintres, de différentes nationalités, à la ville de Tanger et sa région sont nombreuses et remontent au début du XIXème siècle. Parmi elles, on cite surtout celles de Eugène DELACROIX (1798-1863), Frank BUCHSER (1828-1890), Émile WAUTERS (1846-1933), Alexander MANN (1853-1908), Louis-Auguste GIRARDOT (1856-1933), Sir John LAVERY (1856-1941), Arthur MELVILLE (1858-1904), (1856-1925), James Wilson MORRICE (1865-1924), Henri MATISSE (1869-1954), Bruno RICHTER (1872-1950), Ernest-Louis LESSIEUX (1874-1938), Charles CAMOIN (1879-1965), James MCBEY (1883-1959), George Owen Wynne APPERLEY (1884-1960), ainsi que des marocains contemporains comme Ahmed Saïd KADIRI et Saïd RIAN. Mais c'est surtout dans les œuvres de DELACROIX, WAUTERS, MANN, GIRARDOT, SINGER SARGENT, MATISSE, RICHTER, LESSIEUX et RIAN que nous avons trouvé les représentations les plus instructives pour notre propos. Cependant, pour des raisons de droit d'auteur, et même si plusieurs œuvres sont tombées dans le domaine public, il ne nous sera pas toujours possible d'utiliser, dans ce travail, toutes les œuvres significatives. Nous nous limiterons, pour la reproduction, à quelques tableaux figurant sur des cartes postales que nous avons réussi à acheter.

10Parmi les œuvres réalisées par DELACROIX lors de son voyage au Maroc en 1832, une aquarelle tirée d'un carnet de croquis retient particulièrement l'attention. On peut la trouver sur internet, par exemple par le lien :
http://www.ac-clermont.fr/​ia03/​pedagogie/​arts-plastiques/​qda/​qda-2005/​delacroix.htm.

11On y reconnaît aisément le champ dunaire, représenté par une teinte jaunâtre et une surface ondulée. On devine aussi que les dunes s'étendent assez loin à l'intérieur des terres et on voit qu'elles occupent l'espace compris entre la ville et les collines de Charf et de Tanja El Balia, qui sont également bien reconnaissables. Les annotations portées sur le croquis, de la main du peintre, mentionnent du reste la présence de "sable". Elles indiquent aussi "en remontant la colline", ce qui laisse supposer que le paysage est représenté depuis le versant de la colline qui porte la Médina. Le texte intégral est le suivant : "en remontant la colline magnifique vue des remparts et de la ville qui paraît toute blanche sur les murs bruns de la ville. La mer au fond. Sable & chèvres et vaches".

12L'un des tableaux de WAUTERS, intitulé "Plage de Tanger et montagnes du Rif", permet de confirmer ce qui se dégage des tableaux de DELACROIX et apporte des éléments complémentaires quant à l'état de surface des dunes. Comme pour tous les tableaux cités dans cet article, on peut facilement en trouver une image sur internet. Davantage concentré sur la frange littorale, en dehors de l'espace urbain, il montre, au premier plan, des dunes qui montent à l'assaut d'une topographie pentue. Celle-ci correspond à la partie orientale de la colline sur laquelle a été édifié le premier noyau de la ville. Au deuxième plan, du côté de la colline de Charf, bien reconnaissable par sa forme, les dunes avancent sur une topographie plutôt plane : l'embouchure de l'oued Souani. Ce tableau suggère lui aussi des dunes progressant à l'assaut d'un relief sableux à faible taux de couverture végétale buissonnante. Cela est confirmé par des tableaux plus récents, comme ceux de MANN.

13En effet, parmi les tableaux de MANN, deux intéressent directement notre propos. Datés de 1892, ils sont déjà significatifs par leur titre : "Tanger depuis les dunes" et "Dunes de sables à Tanger". Le premier donne une vue depuis les terrains qui bordent la ville du côté méridional. On y voit, au premier plan, un espace dunaire à végétation herbacée et alignement d'agaves matérialisant probablement une limite de champ agricole, ce qui donne une idée de la vocation d'une partie des dunes. Au second plan, apparait le petit promontoire qui porte une partie de la vielle ville et au pied duquel se trouve l'espace portuaire.

14À peu près à la même date, GIRARDOT donne un tableau très intéressant. Intitulé "Les dunes de Tanger", ce dernier révèle d'autres aspects du paysage. En fait, il semble avoir été réalisé de l'intérieur même du champ dunaire, mais plutôt du côté de la mer, vraisemblablement au niveau de la basse vallée de l'oued Souani. C'est ce que suggère, en tout cas, la présence d'étendues d'eau. L'intérêt de ce tableau, pour le géomorphologue, réside surtout dans le fait qu'il permet d'évaluer l'épaisseur des accumulations sableuses. Ainsi peut-on reconnaître des fronts de dune en progression, mais aussi des talus relativement abrupts, sans doute en rapport avec un travail de sapement par un cours d'eau, à moins que ce soit une zone d'extraction de sable. Les personnes représentées dans ce tableau donnent l'échelle, ce qui permet de dire que les dunes étaient relativement hautes et qu'il ne s'agit pas d'un simple voile sableux. Cela sera confirmé par des passages recueillis dans des textes anciens qui seront évoqués plus loin.

15Certaines peintures, tout comme les cartes postales et les photographies présentées plus haut, montrent le paysage tel qu'il apparaissait depuis la vieille ville. Des éléments toujours importants dans l'espace urbain, comme la grande mosquée ou la zone du port, servent de repère, et la comparaison de ces documents donne une idée de l'importance des mutations paysagères le long du littoral de la baie de Tanger, notamment la disparition de la "Grande dune" qui constituait une pièce remarquable dans la morphologie et le paysage d'ensemble.

16Différents tableaux de la fin du XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle, représentent par une couleur claire, souvent beige-jaune ou tirant vers l'oranger, l'espace dunaire, échappant au bâti de la ville, avec sa forme triangulaire, ce qui rappelle le contenu des cartes postales de l'époque. On y retrouve aussi les unités de relief qui constituent des repères importants dans le paysage, telles que la colline de Charf ou les collines et reliefs montagneux qui lui font suite vers l'est. Parmi ces tableaux, on cite en particulier celui de MATISSE, datant de 1912 et intitulé "Baie de Tanger" ainsi que celui de LESSIEUX, repris par une carte postale qui a circulé au cours de la deuxième décennie du vingtième siècle et dont nous avons réussi à acheter un exemplaire pour cette publication (Photo 11). Un tableau beaucoup plus récent, réalisé par le peintre marocainSaïd RIAN en 2001 et intitulé "Tanger, Kaskah", donne la situation actuelle, ou presque. On y voit, tout comme sur les cartes postales récentes, que l'espace dunaire a totalement disparu sous le bâti.

Photo 11 – La baie de Tanger représentée par Ernest-Louis LESSIEUX (1874-1938).

Photo 11 – La baie de Tanger représentée par Ernest-Louis LESSIEUX (1874-1938).

Ce tableau ne manque pas de rappeler le contenu de la carte postale de la photo 1 ! Sur l'un des exemplaires donnés par des sites internet, cette carte porte un tampon en date de 1915.
Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,119868166,var,Maroc--TANGER--Compagnie-Generale-Transatlantique,language,F.html#toBid.

17Enfin, l'un des tableaux les plus expressifs de la place des dunes dans le paysage est sans doute celui de RICHTER, intitulé "Tanger et la rade, vue de la Casba". Repris par une carte postale, il représente en fait l'une des portes de la Medina. Mais on voit, au travers de cette porte, et de façon remarquable, les dunes montant à l'assaut du relief côtier (Photo 12).

Photo 12 - Tableau de Bruno RICHTER (1872-1950) : "Tanger et la rade, vue de la Casba".

Photo 12 - Tableau de Bruno RICHTER (1872-1950) : "Tanger et la rade, vue de la Casba".

Le champ dunaire se détache nettement au deuxième plan, au travers de l'une des portes de la Médina.
Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,200841514,var,TANGER-ET-LA-RADE-VU-DE-LA-CASBA-ILLUSTRATEUR-B-RICHTER-MAROC,language,F.html#toBid.

IV - Des descriptions expressives dans les textes des explorateurs du début du vingtième siècle

18Les données textuelles proviennent surtout des travaux réalisés dans le cadre de l'exploration scientifique du pays à la veille ou au début de la période coloniale. Elles confirment ce que suggéraient les photographies et tableaux de peintres et apportent des informations complémentaires, notamment en ce qui concerne les caractéristiques géomorphologiques et l'intérêt des dunes, mais aussi les problèmes liés à leur dynamique.

1 ) Des indications sur l'extension, la morphologie et la dynamique des dunes, ainsi que sur le comportement de l'homme face à leur mobilité

19L. GENTIL (1906), à qui on doit l'appellation de "Grande dune de Tanger", donne quelques informations intéressantes sur l'épaisseur et la mobilité des accumulations sableuses, et sur l'extension de la ville aux dépens d'un tel espace. Aussi écrit-il, par exemple, dans les passages consacrés à la description de l'étape Tanger-Tétouan de son voyage, qu'à la sortie de Tanger, "on traverse une dune produite par l'accumulation du sable de la belle plage de la baie. Sous l'influence du vent dominant d'est il se forme là un amoncellement dont on devra tenir compte un jour si, comme il y a tout lieu de le supposer, la ville a besoin de s'étendre de ce côté. Déjà tout le quartier de Maadi repose sur la dune dont l'accroissement a pris, en certains points, des proportions inquiétantes. Il faudra bientôt enrayer méthodiquement, par des plantations de pins maritimes, la progression du phénomène, et surtout, ne pas imiter l'initiative de ce propriétaire qui, pour protéger sa maison située près de la plage, a eu la fâcheuse idée d'opposer une barricade à l'élément envahisseur ; j'ai vu cette maison entourée de hautes murailles de sable et comme descendue au fond d'un puits".

20En 1913, E. GAUTHRONET donne quelques indications permettant de préciser l'espace couvert par les dunes et évoque également des problèmes liés à leur dynamique. On lit en particulier : "On est frappé, quand on arrive à Tanger, de l'existence de la dune qui se développe entre les hauteurs de la ville et la colline du Charf, et l'on remarque qu'une bonne partie des constructions sont édifiées sur la même dune, que fixe à la longue une végétation arborescente, ce qui indique qu'il y aurait possibilité d'enrayer la progression de cette dune au moyen de plantations adaptées à ce sol aréneux".

21Plus tard, mais toujours au cours du premier quart du vingtième siècle (1921), une étude consacrée à Tanger et sa zone, réalisée par la Direction des Affaires des Indigènes et du Service des Renseignements, revient sur ces dunes. Elle témoigne, encore une fois, de leur importance dans le paysage et de leur mobilité, décroissante du fait des travaux d'aménagement liés à l'extension de la ville. Cette étude permet aussi d'évaluer l'extension de la dune et son altitude. Parmi les passages significatifs, on lit que les dunesont prisdans la région"une importance qui les a rendues gênantes. Il en existe bien le long de l'Atlantique, mais c'est surtout dans la baie de Tanger qu'elles ont acquis un développement notable. En effet, tout le long de cette baie, de la pointe de Tanger à l'embouchure de l'Oued El-Halq, et vers l'intérieur jusqu'à l'Oued Souani, s'étend un réseau de dunes ne dépassant pas 40 à 45 mètres. Elles forment une série de rides irrégulières se déplaçant sous les vents violents d'E. et d'O. Mais par suite de la dominance des premiers elles tendent à cheminer vers l'O. Cependant leur mobilité est maintenant atténuée par les travaux en cours et les constructions récentes". Sur la dynamique dunaire et les problèmes d'ensablement, on lit que"Bou Khachkhach n'est pas le nom d'un quartier proprement dit, mais celui de terrains autrefois plantés de vignes et qui ont été envahis par les sables ; ces terrains partent du Chemin des Vignes et s'étendent de chaque côté du boulevard de la Dette". Dans un passage consacré aux données archéologiques, on apprend que la nécropole de Bou Khachkhach, quartier situé entre la plage et la route de Fès, "était recouverte entièrement par des dunes de sable qui atteignaient, à certains endroits, plus de 5 mètres de hauteur".

22Certaines indications permettent de préciser la morphologie et l'extension du champ dunaire et confirment des situations illustrées par des cartes postales et tableaux de peintres. Ainsi trouve-t-on que le champ qui jouxte le Lycée REGNAULT est désigné par l'appellation arabe de "Kedâoui er-Remel", c'est-à-dire les collines de sable. Le texte rapporte aussi que"la zone désignée sous ce nom était faite de dunes de sables amoncelées par le vent et qui ont été fixées par quelques constructions, des routes, des barrières limitant les propriétés privées". Il précise également que"les Kedâoui er-Remel s'étendent au delà de Bou Khachkhach et des Brâmil, à droite et à gauche sur le prolongement du boulevard de la Dette, entre l'avenue du collège Regnault et la route de Tétouan ; elles font partie des Souâni Sefliïn. Le collège Regnault et la sardinerie sont presque les seules constructions qui s'y trouvent. Les Kedâoui er-Remel sont parcourues par une route prolongeant le boulevard de la Dette en direction de l'Oued el-Halq et par une autre route croisant la première non loin du collège Regnault et allant d'un côté vers le front de mer, de l'autre côté vers la route de Fès".

2 ) Des indications sur l'intérêt environnemental des dunes

23L'inventaire botanique réalisé par C.J. PITARD (1912) dans le cadre de l'exploration scientifique organisée par La Société de Géographie de Paris cite souvent, dans la distribution géographique des espèces recueillies, les sables du littoral de la région de Tanger. Cela indique que l'espace dunaire était en fait bien moins nu que ne le suggèrent certaines photographies, notamment celles des cartes postales, sans doute parce qu'elles ont été prises, comme signalé plus haut, d'une certaine distance, alors que la végétation naturelle des dunes était dominée par des espèces peu développées ou herbacées.

24Les paragraphes relatifs à l'importance du rôle que ces dunes ont joué pour les réserves en eau sont plus nombreux et beaucoup plus explicites. Ainsi trouve-t-on dans l'ouvrage de E. GAUTHRONET (1913) que c'est l'existence de ces accumulations sableuses sur un substratum argileux qui explique "que toutes les eaux pluviales reçues entre San Francisco et le Souani d'une part, la plage de l'autre, s'accumulent en une nappe qui a son déversoir du côté de la mer". D'après le même auteur, le trop-plein de cet aquifère laisse, sous la dune, une réserve notable atteinte par les puits du Souani et de la plage, réserve qui a longtemps été exploitée par la population locale. E. GAUTHRONET rapporte aussi que l'oued Souani "traverse sur 2 ou 3 kilomètres les jardins de la périphérie de Tanger, où se trouvent de nombreuses norias". Cette information est confirmée par certaines cartes postales ayant circulé au début du vingtième siècle sur lesquelles on reconnaît une éolienne de pompage située à peu de distance du rivage. Une deuxième carte postale, portant le titre de "Puits de la plage" (Photo 13), représente des personnes tirant l'eau d'un puits au pied du talus, envahi par les maisons, qui borde la plage. Sur d'autres cartes postales, on reconnaît des gens accompagnés de leurs animaux de trait, autour de points d'eau de la marge externe de l'espace dunaire.

Photo 13 - Scène de puisage se déroulant, comme l'indique le titre de la photo "Le puits de la plage", au bord de la mer.

Photo 13 - Scène de puisage se déroulant, comme l'indique le titre de la photo "Le puits de la plage", au bord de la mer.

On reconnait aussi les tonnelets (brâmil en arabe), auxquels le quartier des Brâmil doit son appellation.
Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,198547217,var,Tanger-le-puits-de-la-plage,language,F.html#toBid.

25La toponymie est également significative. On trouve par exemple, dans l'étude de 1921 signalée plus haut, que le terme "maadi" sert, "chez les indigènes, à désigner le groupe de sources qui alimentaient la ville en eau potable ; le quartier appelé de ce nom par les Européens s'applique à l'ensemble des terrains où ces sources se trouvent ; il est compris entre la Mçalla, les Souâni Foûqâniïn et Bou Khachkhach". Ce terme est orthographié Madhi par A. CHALAMEL (1902), qui l'utilise pour désigner un quartier situé dans la partie sud de la ville, entre le quartier San Francisco et la plage. Le terme "brâmil", qui signifie tonneaux ou tonnelets en arabe, est utilisé pour désigner un autre secteur de la ville situé entre la plage et le quartier de Bou Khachkhach. Il "tient probablement à ce fait que de nombreux indigènes viennent avec des tonnelets chercher de l'eau aux puits qui s'y trouvent et dont le plus connu est le Bîr El-Kharroûbi, le puits de la plage des Européens". Quant au terme arabe "souani", donné à l'oued qui traverse le champ dunaire, il désigne les jardins ou les vergers et suppose donc une irrigation, sans doute grâce aux norias ou aux éoliennes de pompage précitées. D'ailleurs, A. CHALAMEL (1902) signale l'existence, dans le quartier des Souani, de quelques maisons d'habitation et de nombreux jardins où abondent orangers, figuiers et vigne. Un tel paysage est également suggéré par la carte bathymétrique datant de 1885 et dont une reproduction est donnée par J.E. EL ABDELLAOUI et A. OZER (2007).

26Certains auteurs, enfin, attirent l'attention, dès le début du vingtième siècle, sur le fait que cet aquifère a commencé à subir des dégradations dues à la multiplication des fuites d'eaux polluées issues de l'habitat dispersé non connecté à un réseau d'assainissement, ou encore à la présence de jardins. E. GAUTHRONET notait déjà, en 1913, que "si les eaux de la plage et du Souani sont bonnes, au point de vue de leur saveur et de leur composition chimique, elles ne le sont pas au point de vue bactériologique. En effet, les eaux pluviales qui, par leur réunion, viennent former la nappe souterraine, traversent une agglomération de maisons et de petits jardins, habités par une population très dense, et dépourvue d'égouts à parois étanches ; il en résulte que l'eau des pluies court de grands dangers de contamination en entraînant avec elle les germes nocifs provenant de tous ces groupements humains. Pour ces raisons, les eaux du Souani et de la plage ne paraissent pouvoir servir dans l'avenir qu'aux besoins industriels, aux usages domestiques ou aux travaux de voirie". La dégradation a dû s'accentuer par la suite, avec l'étalement et la densification des espaces bâtis et des aménagements corrélatifs.

V - Les dunes révélées par les chantiers de construction

27Aujourd'hui, rien n'indique, dans le paysage, que la région renferme un espace dunaire important ; le visiteur ne retrouve aucun écho de l'image rapportée par les différents documents évoqués plus haut. Les dunes sont passées sous le béton, sous la voierie et dans bien des cas, surtout dans les parties basses de la ville, sous d'épais remblais. Seuls des sondages permettraient d'examiner le sable de la "Grande dune de Tanger".

28En l'absence de sondages et de travaux de carottage, certains chantiers offrent des occasions précieuses pour voir la stratigraphie des dépôts éoliens et le type de terrain qu'ils couvrent. Mais il faut avoir la chance d'être présent au moment opportun. Cette chance nous l'avons parfois eue lors de certains de nos séjours à Tanger. Il nous a été alors possible de voir le matériel éolien dans trois sites représentant différentes positions topographiques.

1 ) Un site proche du rivage actuel

29Ce site appartient à un terrain très bas et se trouve juste en arrière de l'École de Wad El Makhazine, à quelque 200 m de la limite interne de la plage actuelle. Le sable a été exhumé par des travaux qui s'inscrivent vraisemblablement dans le cadre de préparatifs pour l'implantation de nouveaux immeubles. Il apparaît sous une couche de remblayage de 1 à 1,50 m d'épaisseur et a une allure de matériel très frais. Sa position et l'existence d'Helix indiquent qu'il doit appartenir à une dune de haut de plage et qu'il peut être considéré, compte tenu de sa localisation, comme représentant de la plus récente génération parmi toutes les dunes recouvertes par le bâti. Le site n'est d'ailleurs séparé de la mer que par la largeur de la corniche de front de mer dont l'aménagement est relativement récent.

30Notre attention a aussi été retenue aussi par le fait que le sable exhumé, après que la pelle mécanique ait défoncé les remblais, est soigneusement récupéré dans de gros sacs. Ces derniers sont, par la suite, chargés sur des camions, sans doute à destination d'autres chantiers de construction (Photos 14). Cette matière est en effet devenue rare du fait des nombreux grands chantiers ouverts dans la ville au cours des dernières décennies.

Photos 14 - Récupération du sable (flèches blanches) enfoui sous les remblais (flèche noire) à la hauteur de l'École de Wad El Makhazine. [clichés : Ameur OUESLATI]

Photos 14 - Récupération du sable (flèches blanches) enfoui sous les remblais (flèche noire) à la hauteur de l'École de Wad El Makhazine. [clichés : Ameur OUESLATI]

Au dernier plan, on reconnaît les grands palmiers artificiels de la corniche.

2 ) Un site sur le versant de la colline de la vieille ville

31Ce site se trouve un peu à l'extérieur de la Wilaya de Tanger, à une altitude comprise entre 20 et 30 m. Il correspond à une excavation ouverte dans le cadre d'un chantier de construction d'un immeuble et met au jour une coupe montrant, sur une épaisseur de 2,5 m environ, la superposition de deux générations de sables éoliens meubles et de couleur claire, séparées par un sol gris pâle épais d'une trentaine de centimètres. Le substratum (imperméable) n'est pas visible et l'eau de la nappe phréatique, régulièrement pompée, évoquée dans différents textes anciens comme on l'a vu plus haut, occupe le fond de l'excavation (Photo 15).

Photo 15 - Coupe ouverte par un chantier de construction sur le versant de la colline qui porte l'ancienne ville de Tanger près de la Wilaya. [cliché : Ameur OUESLATI]

Photo 15 - Coupe ouverte par un chantier de construction sur le versant de la colline qui porte l'ancienne ville de Tanger près de la Wilaya. [cliché : Ameur OUESLATI]

On retrouve ici deux générations de sables éoliens, séparées par un sol, et la nappe phréatique des sables.

32Ce site se trouve à environ 1,5 km de la mer et correspond au point le plus éloigné vers l'intérieur des terres où nous avons pu observer un matériel éolien franc sur une épaisseur appréciable. Il constitue un bon jalon pour évaluer la superficie du champ dunaire ; celle-ci doit être d'au moins 300 ha. Ce calcul tient compte de la forme triangulaire du champ dunaire, dont la base située du côté de la mer s'étire le long du rivage sur une longueur de l'ordre de 4 km, depuis l'embouchure de l'oued Melalah jusqu'au premier noyau du port. Cette valeur est bien inférieure à celle qu'on peut calculer à partir de la carte géologique (environ 700 ha), dont la légende, nous l'avons vu, n'est pas suffisamment précise : les dunes y sont rangées dans la même catégorie que d'autres formations superficielles (et rappelons-le, en 1985, date de parution de la carte, le secteur était déjà largement urbanisé).

3 ) Un site en position intermédiaire, au pied de la colline qui porte l'ancienne ville

33Ce site, immédiatement en aval de la Direction Régionale des Impôts, est à peu près à mi-chemin entre les deux sites précédents. Lors de notre visite, une grande excavation était ouverte dans le cadre d'un chantier de construction d'un immeuble résidentiel et de bureaux. Large d'une trentaine de mètres et profonde de plus de quatre mètres, cette excavation montrait, sur les argiles crétacés de l'Unité de Tanger, la superposition de quatre générations de sables éoliens séparées ou couronnées par des sols (Photos 16).

Photos 16 - Coupe ouverte par un chantier de construction au pied de la colline qui porte l'ancienne ville. [clichés : Ameur OUESLATI]

Photos 16 - Coupe ouverte par un chantier de construction au pied de la colline qui porte l'ancienne ville. [clichés : Ameur OUESLATI]

0 : substratum argileux. d1 à d4 : les différentes générations de sable éolien. s1 à s3 : les différentes générations de sol (le sol s1 est le plus épais). Le matériel dunaire repose sur les argiles de l'Unité de Tanger, qui joue le rôle d'aquiclude. L'inclinaison des sols et celle du contact avec le substratum reflètent la pente et le caractère irrégulier de la surface à l'assaut de laquelle les dunes sont parties.

34Le matériel éolien présente des variations latérales d'épaisseur et sa géométrie indique qu'il monte à l'assaut d'un versant à surface irrégulière. Des Helix y existent, mais ils sont plutôt rares et toujours de petite taille. De même, les coquilles marines sont absentes ou réduites à des fragments de la taille des grains de sable. Des différences sensibles existent cependant, en termes de couleur et de compaction. Elles permettent de distinguer entre la génération la plus ancienne d'une part et les autres d'autre part. La première, que nous appelons dune inférieure ou ensemble dunaire inférieur, a une couleur plus vive, tirant vers un rouge prononcé dans sa partie supérieure, et montre une importante compaction. Les autres, que nous désignons par ensemble dunaire supérieur, ont toujours une teinte claire et leur matériel est meuble et frais d'allure.

35Cette distinction entre deux ensembles est corroborée par les données pédologiques. Le sol formé sur la dune inférieure a une épaisseur de 40 à 50 cm. Il se distingue par sa couleur plus foncée, virant parfois au noir, et par une compaction plus importante, caractéristiques favorisées sans doute par une plus grande richesse en matière organique. Les autres sols, d'épaisseur variant entre 10 et 20 cm, sont faiblement compactés et présentent des teintes gris pâle.

36Quant aux caractéristiques sédimentologiques, elles sont typiques d'un matériel dunaire et témoignent d'un important brassage des grains, malgré la courte distance qui les sépare du rivage, leur lieu d'origine. L'analyse granulométrique effectuée sur six échantillons, montre qu'il s'agit de sables fins à moyens toujours bien classés. De son côté, l'examen morphoscopique révèle une éolisation importante puisqu'au moins 25 % des grains sont du type rond-mat et quelque 43 % du type subémoussé-mat. Toutefois la part des grains qui ont conservé un aspect luisant n'est pas négligeable (13 à 18 %). Enfin, le dosage du CaCO3, effectué par la méthode du calcimètre de BERNARD, donne des teneurs plutôt faibles, se situant le plus souvent entre 7 % et 12 % et ne dépassant jamais 17 %. Les taux les plus faibles caractérisent les horizons supérieurs de la dune inférieure.

37Nous n'avons malheureusement que peu d'indices chronologiques. Les conditions de sécurité dans le chantier ne nous ont pas permis de faire des observations partout. Les seuls éléments significatifs ont été trouvés dans la dune inférieure et correspondent à deux éclats très mal conservés d'une poterie modelée à pate grossière. Cela permet d'attribuer à cette dune un âge holocène, en aucun cas antérieur aux civilisations néolithiques ou protohistoriques. Les dunes du complexe supérieur doivent être considérées comme subactuelles et les plus proches de la surface auraient été encore actives il y a moins d'un siècle ainsi que l'attestent les documents iconographiques et les textes évoqués plus haut.

38Plus précise que l'âge flandrien attribué à l'ensemble dunaire par J.E. EL ABDELLAOUI et A. OZER (2007), cette datation diffère également de l'âge soltanien mentionné sur la carte géologique (M. DURAND-DELGA et al., 1985). Elle pourrait être rapprochée des résultats obtenus dans le secteur de Mdiq (voir Fig. 1), sur la façade orientale de cette même presqu'île tingitane, où des coupes dans le cordon dunaire côtier ont permis de décrire une superposition d'accumulations sableuses séparées par un sol, contenant une céramique antique, daté de 1500 ± 140 ans B.P. (A. OUESLATI, 2005).

VI - Conclusion

39Il apparaît donc que la "Grande dune de Tanger" (L. GENTIL, 1906) est en fait bien plus qu'une dune ; c'est un véritable ensemble dunaire de plusieurs centaines d'hectares de superficie, ce qui en fait une entité naturelle remarquable. Les différentes pièces de la documentation iconographique témoignent de sa valeur paysagère passée. Mais son importance doit aussi être cherchée, au delà de sa taille, dans sa localisation géographique et son appartenance à un espace, la presqu'île de Tanger, où les dunes sont plutôt rares. Sa position, dans une zone de transition entre deux grands domaines naturels, la Méditerranée d'un côté et l'Atlantique de l'autre, augmente d'autant sa valeur environnementale et scientifique : du côté atlantique, les dunes ne commencent à montrer une certaine importance que dans des positions assez méridionales et, du côté méditerranéen, on ne les rencontre que dans quelques secteurs compris entre Martil et Fnideq, sur des superficies toujours réduites.

40Ce travail a permis de préciser l'extension spatiale de la "Grande dune de Tanger" ainsi que certains aspects de sa morphologie de surface et de la dynamique des sables avant leur disparition sous le béton et les remblais. Il a aussi permis d'en préciser la chronostratigraphie grâce à l'identification de différentes générations holocènes (du Néolithique à l'Actuel) de nappes sableuses séparées par des sols. Ressortent également de cette étude les atouts et les contraintes inhérents à ce milieu. La nature sableuse des sols et la présence d'un aquifère ont favorisé la création de vergers. Mais la mobilité du sable a été à l'origine de problèmes d'ensablement, qui ont nécessité des interventions de protection.

41Aujourd'hui bien des éléments nous sont perdus à jamais et on ne peut que regretter que ce terrain n'ait pas fait l'objet d'analyses avant d'être envahi par la ville, ce qui aurait en outre permis, compte tenu des caractéristiques citées plus haut (localisation, rareté du modelé, valeur du matériel sableux pour la région,…) de mieux décider de son sort.

42Enfin, ce travail montre l'utilité des documents anciens dans la reconstitution de paysages et d'éléments naturels qui ne nous ne sont plus directement accessibles. Encore faut-il disposer de tels documents, ce qui est le cas pour Tanger, du fait de sa renommée. Les espaces naturels menacés de disparition risquent de se multiplier avec l'accélération d'aménagements utilisant des moyens de plus en plus défiants pour la nature. C'est dire tout l'intérêt, et même le devoir, qui nous échoit, tant que de tels espace sont là et accessibles, de les étudier et de constituer des archives significatives et exploitables par ceux qui n'auront pas, un jour, la possibilité de les voir et de toucher leur contenu.

Remerciements : Mon intérêt pour le sujet a commencé avec la participation à des projets de recherche (MECO, MEDCORE et WADI) portant, entre autres, sur des segments côtiers du Rif et de la presqu'île tingitane. Je saisis cette occasion pour remercier les Professeurs Felicita SCAPINI, responsable de ces projets, Faouzia CHARFI, Abdellatif BAYED et Mohamed ATER, responsables des équipes tunisienne et marocaine, pour m'avoir donné l'occasion de faire partie de ces projets et facilité le travail de terrain.
Un complément d'information a été obtenu à l'occasion de séjours récents à Tanger, favorisés par ma participation à un projet de recherche dans le cadre de la coopération scientifique tuniso-marocaine. Mes remerciements sont adressés à mon collègue le Professeur Bouchta EL FELLAH, responsable de ce projet pour le côté marocain.
Mes remerciements sont également adressés aux deux relecteurs anonymes de l'article. Leurs remarques et suggestions ont permis d'améliorer ce travail.
Enfin, mes remerciements à mon fils Bilel pour tout le travail consenti et le temps consacré pour la recherche et l'achat des photos sur Internet.

Haut de page

Bibliographie

CHALAMEL A. (1902) - Tanger. Édit. Librairie Maritime et Coloniale, Paris, 128 p., 48 gravures.

COUSIN A. et SAURIN D. (1905) - Le Maroc. Édit. Imprimerie du Figaro, Paris, 425p. (source : Gallica.BNF).

Direction des Affaires Indigènes et du Service des Renseignements (1921) - Villes et tribus du Maroc. Septième volume : Tanger et sa zone. Édit. Ernest LEROUX, Paris, 592 p. (source : Gallica.BNF).

DURAND-DELGA M., DIDON J., FEINBERG H., MAGNE J., MEDIOUNI R., SUTER G. et WERNELI R. (1985) - Carte géologique du Rif : Tanger-Al Manzla. Échelle 1/50000. Édit. Service Géologique du Maroc, collection "Notes et Mémoires", carte géologique n° 294.

EL ABDELLAOUI J.E. et OZER A. (2007) - Étude diachronique et historique de l'évolution du trait de côte de la baie de Tanger (Maroc). Revue Télédétection, vol. 7, p. 157-171.

EL GHARBAOUI A. (1981) - La terre et l'Homme dans la Péninsule tingitane. Travaux de l'Institut Scientifique, série géologie et géographie physique, Rabat (Maroc), vol. 15, tome I (texte et planches, 439 p.) et tome II (cartes).

GAUTHRONET E. (1913) - Tanger, son port, ses voies de pénétration. Édit. Augustin CHALLAMEL, Paris, seconde édition, 161 p. (source : Gallica.BNF).

GENTIL L. (1906) - Mission de Segonzac. Dans le Bled es Siba, explorations au Maroc. Édit. MASSON et Cie, Paris, 364 p. (source : Gallica.BNF).

HUMBERT M. (1971) - Carte géotechnique de Tanger: géologie et géomorphologie. Notes du Service Géologique du Maroc, n° 222, p. 31-43.

OUESLATI A. (2005) - Le littoral de M'diq-Smir et de Oued Laou (Maroc) : l'histoire géomorphologique récente et les risques liés aux travaux d'aménagement. In : The Mediterranean coastal areas from watershed to the sea: interactions and changes (colloqueMEDCORE, Florence), F. SCAPINI édit., Édit. Firenze University Press, p. 9-30.

OUESLATI A. (2006) - Les plages du littoral méditerranéen du Maroc entre les agglomérations de Fnideq et de M'diq : leur cadre géomorphologique et l'impact des aménagements sur leur évolution récente. Revue Tunisienne de Géographie, vol. 37, p. 105-142.

PITARD C.J. (1912) - Exploration scientifique du Maroc organisée par la Société de Géographie de Paris. Premier fascicule. Botanique. Édit. MASSON et Cie, Paris, 187 p. + annexes photos (source : Gallica.BNF).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la baie de Tanger.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 1 - Carte postale du début du vingtième siècle.
Légende Le cachet de la poste donne la date du 16 janvier 1908. C'est l'une des nombreuses cartes postales, ayant circulé au début du vingtième siècle, trouvées sur différentes pages web. Elle permet de reconnaître aisément la "Grande dune" ainsi que la colline de Charf, encore en dehors de l'espace urbain. Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : www.delcampe.fr/page/item/id,203965252,var,CPA-MAROC-Tanger,language,F.html.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photos 2 - Localisation du Collège Français (Lycée REGNAULT) sur une carte postale (a) et sur une photographie aérienne (b) issue du livre "Tanger et sa zone" (1921).
Légende Sur les deux documents, on reconnaît les dunes. La carte postale a circulé en 1915 (en considérant un cachet de la poste en date du 5 octobre 1915 sur une carte identique trouvée aussi sur internet). Cette carte postale a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,117025217,var,TANGER-College-francais--Au-bon-Mathurin-n-54,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 3 - Carte postale des années 1930 donnant une vue aérienne de la partie externe du champ dunaire, qui est encore bien présent dans le paysage malgré un début d'envahissement par le bâti.
Légende Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​item.php?id=125336977&language=F.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 4 - Carte postale du début des années 1950 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf et montrant que le paysage a déjà sensiblement changé suite à la progression du bâti.
Légende Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/page/item/id,229316287,var,TANGER-vue-generale-1953,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photo 5 - Carte postale datant du début des années 1960 donnant une vue depuis la médina en direction du Charf.
Légende Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,22267557,var,486-MAROC-TANGER--Panorama,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo 6 - Carte postale ayant circulé en 1992, qui donne également une vue en direction du Charf.
Légende Les dunes ont disparu comme élément du paysage ; la place est largement donnée aux constructions à plusieurs étages.Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,166803695,var,CPM-AFRIQUE-MAROC-TANGER-VUE-PANORAMIQUE--VOYAGEE-1992-TIMBRE-STAMP,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photo 7 - Vue oblique prise à basse altitude, rapportée aux années 1920 et portant, selon les sites, le titre de "La plage et la ville par Pierre METIVIER" ou "Tanger - vue générale prise en avion par M. FLANDRIN".
Légende On reconnaît bien la partie externe de la "Grande dune" non urbanisée.Cette photographie a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,172373611,var,TANGER-vue-aerienne,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photo 8 - Vue aérienne oblique prise à basse altitude et datée de 2010 : lechamp dunaire est désormais sous le béton.
Légende Cliché de Abdelouahid ZEMMOURI (utilisé après accord de l'auteur), consultable par le lien : http://www.flickr.com/​photos/​zemmouri/​5534855484/​sizes/​z/​.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 9 - "Le départ, sur la dune de Tanger" (In L. GENTIL, 1906).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 10 - "Partie ouest du détroit de Gibraltar, prise des collines dominant Tanger" (In A. COUSIN et D. SAURIN, 1905).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 11 – La baie de Tanger représentée par Ernest-Louis LESSIEUX (1874-1938).
Légende Ce tableau ne manque pas de rappeler le contenu de la carte postale de la photo 1 ! Sur l'un des exemplaires donnés par des sites internet, cette carte porte un tampon en date de 1915.Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,119868166,var,Maroc--TANGER--Compagnie-Generale-Transatlantique,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photo 12 - Tableau de Bruno RICHTER (1872-1950) : "Tanger et la rade, vue de la Casba".
Légende Le champ dunaire se détache nettement au deuxième plan, au travers de l'une des portes de la Médina.Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,200841514,var,TANGER-ET-LA-RADE-VU-DE-LA-CASBA-ILLUSTRATEUR-B-RICHTER-MAROC,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 13 - Scène de puisage se déroulant, comme l'indique le titre de la photo "Le puits de la plage", au bord de la mer.
Légende On reconnait aussi les tonnelets (brâmil en arabe), auxquels le quartier des Brâmil doit son appellation.Cette carte postale ancienne a été achetée par l'auteur. Elle peut être consultée par le lien : http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,198547217,var,Tanger-le-puits-de-la-plage,language,F.html#toBid.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photos 14 - Récupération du sable (flèches blanches) enfoui sous les remblais (flèche noire) à la hauteur de l'École de Wad El Makhazine. [clichés : Ameur OUESLATI]
Légende Au dernier plan, on reconnaît les grands palmiers artificiels de la corniche.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Photo 15 - Coupe ouverte par un chantier de construction sur le versant de la colline qui porte l'ancienne ville de Tanger près de la Wilaya. [cliché : Ameur OUESLATI]
Légende On retrouve ici deux générations de sables éoliens, séparées par un sol, et la nappe phréatique des sables.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photos 16 - Coupe ouverte par un chantier de construction au pied de la colline qui porte l'ancienne ville. [clichés : Ameur OUESLATI]
Légende 0 : substratum argileux. d1 à d4 : les différentes générations de sable éolien. s1 à s3 : les différentes générations de sol (le sol s1 est le plus épais). Le matériel dunaire repose sur les argiles de l'Unité de Tanger, qui joue le rôle d'aquiclude. L'inclinaison des sols et celle du contact avec le substratum reflètent la pente et le caractère irrégulier de la surface à l'assaut de laquelle les dunes sont parties.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4163/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ameur Oueslati, « La "Grande dune de Tanger" (littoral du Maroc septentrional) : un exemple de disparition d'une entité naturelle d'intérêt paysager et environnemental », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 251-272.

Référence électronique

Ameur Oueslati, « La "Grande dune de Tanger" (littoral du Maroc septentrional) : un exemple de disparition d'une entité naturelle d'intérêt paysager et environnemental », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/4163 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4163

Haut de page

Auteur

Ameur Oueslati

Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Laboratoire CGMED.
Courriel : oueslatiameur@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals