Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Sahara : Barrière ou pont ?, Marc CÔTE, 2014

Numéro hors série de la revue Méditerranée (http://sites.univ-provence.fr/w3pup/show.php?ident=1184), 158 p.
Alain Marre
p. 9-11
Référence(s) :

Le Sahara : Barrière ou pont ?, 2014, numéro hors série de la revue Méditerranée, 158 p.

Texte intégral

1Trop régulièrement, nous lisons dans la presse des chroniques relatant des drames à Lampedusa : des embarcations pleines d'émigrés dérivent en Méditerranée où elles sont parfois sauvées par la marine italienne ou des navires de pêcheurs. D'autres chroniques relatent d'autres drames aux Canaries ou à Ceuta. Dans tous les cas, on y apprend que des gens, venus de l'Afrique Noire poussés par la misère, ont effectué un long voyage à travers le Sahara, dans l'espoir de rejoindre des pays où la vie leur sera moins pénible. Or les Européens ont souvent une image du Sahara comme étant une région occupée par un désert difficile, voire impossible à vivre et à traverser… sauf si on dispose d'une riche organisation matérielle, technique et financière comme celle dont disposait le rallye Paris-Dakar, qui lui aussi a émigré, mais… en Amérique du Sud !

2Cette route d'immigration apparaît donc aux Européens d'aujourd'hui comme nouvelle et même mystérieuse. Comment peut-on traverser un tel désert ? Le livre de Marc CÔTE est là pour nous aider à répondre à cette question et à comprendre le rôle de cet espace avec "la place de la Nature et la responsabilité des hommes" (page 5). Ce désert a souvent été comparé à un océan ayant pour vaisseau le dromadaire ! Pour Marc CÔTE, "la comparaison peut être valable : l'un et l'autre sont-ils barrière ou pont ? Situation souvent ambivalente" (page 5). L'étude géographique de cet espace montre que, depuis plusieurs milliers d'années, il fut successivement barrière ou pont. C'est donc une démarche géo-historique que l'auteur utilise pour expliciter ces rythmes qui ont cadencé l'histoire du Sahara. Telle une œuvre lyrique, l'auteur a divisé son ouvrage en cinq actes précédés par un prologue. Chacun de ces actes explique chacune des situations d'ouverture ou de fermeture du Sahara, dues soit à la responsabilité de la nature soit à la responsabilité de l'homme.

3 Dans le prologue, Marc CÔTE replace le Sahara dans son contexte climatique et tectonique. Après avoir rappelé rapidement que depuis l'ère primaire le Sahara a connu plusieurs grands changements climatiques avec, pour la seule ère quaternaire, de nombreuses alternances de périodes pendant lesquelles il a été successivement pont ou barrière, Marc CÔTE effectue "un arrêt sur image de l'hyperaride d'il y a 18000 ans" (page 9) qui a été suivi de cinq périodes (les cinq actes du drame lyrique !) d'ouvertures et de fermetures.

4Le premier acte décrit le premier temps d'ouverture qui dure de 12000 à 4000 BP et pendant lequel le Sahara offrait un paysage de savanes parcourues par des girafes qui allaient s'abreuver dans des fleuves aux débits abondants. Les hommes d'alors chassaient dans les terres, pêchaient dans les rivières et réalisaient de nombreuses gravures et peintures rupestres décrivant leur vie. De cette période, le Sahara a hérité d'un peuplement qui semble avoir perduré jusqu'à nos jours, de gravures rupestres que les archéologues ont pu étudier et de nappes souterraines d'eau qui ont été alimentées par les pluies de cette époque mais ne sont pas renouvelées.

5Le deuxième acte fait apparaître un temps de fermeture qui s'installe progressivement à partir de 5000 BP avec l'installation de conditions arides qui, à 3000 BP, donnent au Sahara son aspect de désert. Cependant, comme le changement climatique s'est fait progressivement, hommes et animaux ont pu se réfugier dans des micro-biotopes. C'est à ce moment là que s'installe un Sahara du vide, sans échanges entre le nord et le sud et isolant l'Afrique Noire, et dans lequel les hommes se replient sur les bordures du désert. Il se développe alors la civilisation égyptienne le long d'un Nil au débit plus faible laissant apparaître les très basses terrasses cultivables et inondables chaque année, la culture des Équidiens représentées sur de nombreuses gravures avec des chars que le climat aride remplacera par les dromadaires, des populations relictes qui sont des noirs non négroïdes et qu'on retrouve dans certaines régions (Touat, Saoura, Oued Righ, vallée du Draa, Nubie, etc.).

6Au troisième acte, qui se déroule au Moyen-Âge, on voit se développer une nouvelle ouverture du Sahara. Mais le climat n'ayant pas changé, c'est un renouveau complètement dû à l'homme. Un nouveau contexte géopolitique apparaît avec l'islamisation soutenue par un Moyen Orient en pleine expansion économique alors que l'Europe est refermée sur elle-même. Le besoin d'or et de main d'œuvre met en place de gigantesques caravanes de plusieurs milliers de dromadaires qui traversent le Sahara pour aller chercher esclaves ou or dans les petits royaumes du Soudan. Une organisation spatiale de routes voit le jour fondée sur des conditions physiques : sols résistants, pâturages et puits avec des oasis-relais pouvant alimenter ces voyageurs. C'est ainsi que, d'ouest en est, se mettent en place huit routes méridiennes reliant le Soudan aux rives de la Méditerranée ainsi que quelques routes du pèlerinage de direction ouest-est, reliant les villes qui bordent le désert. Des tentatives d'unifications politiques nord-sud eurent lieu, mais elles ne se traduisent pas par des États stables. C'est l'organisation des marchands qui a été la réussite de ces trafics transsahariens. Ce fut une période qui a laissé au Sahara actuel les oasis, la culture des palmiers, les ksour et un très grand nombre de manuscrits en Mauritanie et au Mali.

7Au quatrième acte, intervient une nouvelle fermeture du Sahara. Le commerce caravanier a commencé à décliner au XVIème siècle. Au XIXème siècle, les Européens prennent la main du commerce international et, avec eux, arrive le concept de frontière. Ce concept est indispensable dans un pays où le climat permet une relation étroite entre la surface de la terre cultivée et l'alimentation des gens. Mais il ne peut pas se comprendre dans un désert où l'alimentation des hommes ne peut se faire qu'autour d'un point d'eau permettant l'irrigation ou avec le pastoralisme sur de très grandes surfaces. Le Sahara a été morcelé, limité par les Anglais et les Français qui ont tiré des frontières au cordeau et qui ont divisé l'espace en cinq États septentrionaux et cinq États méridionaux. Les espaces nomades ont été morcelés, les villes relais sont devenues des bouts du monde, les conflits frontaliers et des conflits internes ont vu le jour. Le Sahara est fractionné, pénétré depuis ses bordures, contrôlé, administré, retourné vers l'extérieur, les statuts sociaux sont renversés.

8Le cinquième acte s'ouvre avec l'irruption de la mondialisation et l'ouverture vers une économie libérale dans certains pays comme l'Algérie ou l'Égypte. De plus, des routes permettent un désenclavement, même si elles ne traversent pas l'ensemble du Sahara. Des flux nouveaux de marchandises réapparaissent avec les dattes qui partent vers le sud, les dromadaires qui partent vers les lieux de consommation de viande cameline, mais aussi des cigarettes, de la drogue, des armes… Internet permet des échanges de tous types. La population augmente. Les villes se multiplient. L'exploitation minière se développe avec le pétrole, l'uranium, l'or. L'eau est devenue abondante et permet des cultures irriguées modernes. Même le tourisme commence à se développer. Mais dans tout cela apparaissent des faiblesses. Le Sahara n'est pas unitaire sur le plan politique. Des essais d'unification ont échoué, que ce soit à la fin de la période coloniale (l'OCRS) ou après (le Grand Sahara de Kadhafi). Des tensions géopolitiques apparaissent. Elles sont fondées sur les frontières héritées de la colonisation, sur les grandes communautés traditionnelles (Touaregs, Toubous, Reguiebat) qui recherchent leur identité et leurs territoires, sur les extrémistes religieux non communautaire comme AQMI. Enfin, le pétrole et l'eau des nappes profondes sur lesquels sont fondées les modernisations ne sont pas inépuisables. Que se passera-t-il lorsque leurs réserves seront épuisées ? Et déjà on voit s'organiser des migrations de gens venus des pays sahéliens et des pays africains qui sont restés très pauvres. Ces migrants retrouvent les vieux itinéraires caravaniers d'antan. Beaucoup restent dans l'espace saharien, mais certains continuent leur chemin en espérant un jour atteindre l'Europe. Ce sont eux qui terminent sur les côtes de Lampedusa ou dans la "jungle" de Calais.

9En épilogue, on observe que le Sahara est aujourd'hui un désert climatique mais pas humain. Il est plein avec ses 15 millions d'habitants hors vallée du Nil, ses villes, ses routes ses oasis, mais aussi ses migrants pauvres qui cherchent un nouvel espoir ailleurs. Marc CÔTE nous fait prendre conscience de tous ces faits et nous fait comprendre cette situation dramatique qui se traduit trop souvent, depuis quelques années, par des enlèvements, des assassinats suivis d'interventions militaires. "La grande saga du Sahara n'est pas terminée…" conclut Marc CÔTE.

10Un livre à lire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Le Sahara : Barrière ou pont ?, Marc CÔTE, 2014 », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 9-11.

Référence électronique

Alain Marre, « Le Sahara : Barrière ou pont ?, Marc CÔTE, 2014 », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/4281

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims - Champagne-Ardenne.
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals