Navigation – Plan du site
Articles

L'assèchement des dépressions dunaires du littoral du Cotentin : mécanismes et propositions de gestion

Yves Petit-Berghem
p. 77-95

Résumés

Les dunes de Basse-Normandie sont caractérisées par des dépressions humides de dimensions variables. Ces dépressions recèlent des habitats et une flore riches, ce qui leur confère un grand intérêt patrimonial. Mais ces milieux connaissent depuis quelques années une dynamique forte d'embroussaillement. Cette dernière, directement liée à un assèchement, préoccupe les gestionnaires. L'analyse des processus d'assèchement des dépressions humides met en avant la combinaison des paramètres en cause (conditions hydropédologiques, actions anthropiques) et permet donc d'optimiser la gestion patrimoniale de ces sites.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le littoral de la Manche est caractérisé par des dunes d'ampleur variable dont la valeur patrimoniale est aujourd'hui reconnue. Entre l'estuaire de la Seine et la baie du Mont Saint-Michel, les systèmes dunaires abritent, entre des cordons de sable plus ou moins bien fixés par la végétation, des dépressions humides dotées d'une grande richesse floristique et faunistique (P. BarrÈre, 1999). Ces dépressions inondables durant 4 à 6 mois de l'année (de novembre à avril) sont en cours d'assèchement, comme en témoigne la disparition de plantes rares hygrophiles et la dynamique de fermeture qui les caractérise aujourd'hui. Cette dernière contribue à banaliser ces sites de haute valeur écologique. Dans la presqu'île du Cotentin, plusieurs centaines de dépressions s'assèchent chaque année, en dépit des opérations de gestion réalisées en faveur de leur maintien.

2Cette évolution contrarie les gestionnaires et notamment le Syndicat Mixte des Espaces Littoraux de la Manche (SyMEL) qui a en charge la gestion et l'animation des sites acquis par le Conservatoire du littoral. Afin de mieux connaître les causes de l'assèchement et d'y remédier, le SyMEL a confié au laboratoire Géophen de l'université de Caen une étude visant à améliorer la gestion durable des dépressions. Le massif dunaire d'Hatainville, situé au nord du cap de Carteret (Fig. 1), a été choisi comme exemple. Il s'agit de répondre à plusieurs interrogations :

  • quels sont les mécanismes climatiques et hydropédologiques en jeu ?

  • ▪ quelle est la part du forçage anthropique ?

  • ▪ comment remédier à cet assèchement ?

Figure 1 - Situation du massif dunaire d'Hatainville.

Figure 1 - Situation du massif dunaire d'Hatainville.

II - Les dépressions humides inter-dunaires

1 ) Des dépressions de petite taille en voie de comblement

3Entre les caps de Carteret et du Rozel (Photo 1), l'accumulation holocène à partir des plages sableusesa donné un massif dunaire qui s'étend aujourd'hui sur près de 800 hectares au SO de Cherbourg. Développé sur une dizaine de kilomètres de long, le massif d'Hatainville peut atteindre 1500 mètres de largeur. Adossées à une falaise aujourd'hui morte, les dunes sont parcourues de vallons qui sont à l'origine d'écoulements temporaires (M. Provost, 1976). Ceux-ci peuvent converger et donner des dépressions humides de petite dimension (quelques m2 à quelques ares). Ces dépressions sont intégrées dans l'hygrosère dunaire (terrains couverts par des associations végétales sur sol humide). Elles s'inscrivent le plus souvent au creux des dunes paraboliques (Fig. 2) et traduisent de profonds remaniements du système dunaire primitif (périodes d'instabilité dunaire subies en particulier durant le Petit Âge Glaciaire et après la Seconde Guerre Mondiale) (H. Elhaï, 1963). Aujourd'hui, au delà du cordon dunaire externe, la plupart des dépressions sont vieillies et bien végétalisées.

Photo 1 - Le massif dunaire vu depuis la falaise morte en direction du cap du Rozel.

Photo 1 - Le massif dunaire vu depuis la falaise morte en direction du cap du Rozel.

Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (transect A – levé en avril 2006).

Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (transect A – levé en avril 2006).

4Par ailleurs, en avant du rivage sableux, l'apparition très fréquente du platier rocheux à basse mer montre que le stock de sable mobilisable par la mer s'est considérablement amenuisé au cours du temps (P. Bretel, 2003). Ainsi le massif dunaire d'Hatainville est-il aujourd'hui bien stabilisé et végétalisé. Les formes dunaires n'évoluent plus à l'exception de quelques dunes en contact avec la mer (dunes embryonnaires, dune bordière).

5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixité des paysages et des végétations rencontrées. La végétation dunaire évolue même rapidement dans des dépressions humides en proie à des dynamiques fortes d'atterrissement et d'embroussaillement. Des groupements végétaux à base de ligneux (saules et secondairement prunelliers et troènes) conquièrent le pourtour des dépressions puis leur centre et entraînent la disparition d'habitats pionniers. Cette évolution est d'autant plus rapide (quelques années) que les sites dépressionnaires sont de petite taille.

2 ) Un contexte hydropédologique peu favorable

6La surface des dépressions humides des dunes d'Hatainville est évaluée à 25 hectares (T. Galloo, 2000), ce qui représente le principal réservoir en zones humides des dunes du Cotentin. La partie nord du massif d'Hatainville comporte beaucoup de secteurs propices à la formation et au développement des dépressions humides. Mais la perméabilité des sables et l'absence de lentilles tourbeuses ne permettent pas la formation de mares permanentes.

7Le fonctionnement hydrique des dépressions est lié à la présence d'une petite nappe libre d'eau douce (Fig. 3). Les eaux salines sont intrusives sous la lame d'eau douce, avec une interface en biseau. La surface libre de la nappe d'eau douce oscille avec les saisons ; ses fluctuations dépendent pour partie des précipitations efficaces directement reçues par les dépressions. Ces précipitations efficaces traduisent les valeurs pluviométriques en tenant compte des pertes par évapotranspiration et de la réserve utile des sols. En année fortement déficitaire en pluies (par exemple l'année climatique 2004-05 – de septembre à août), le niveau d'eau relevé par le réseau piézométrique du SyMEL se positionne entre 80 cm et 1,30 m sous la surface des dépressions (P. Le GouÉe et al., 2006).

Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du massif dunaire d'Hatainville.

Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du massif dunaire d'Hatainville.

8La nappe est également alimentée par les eaux en provenance du socle armoricain (BRGM, 2001), soit directement, par gravité, soit par remontée d'eau à la base des sables, sous l'effet d'un transfert de pression dans les réseaux de fissures des terrains sous-jacents. Ces apports sont plus importants quand l'aquifère gréso-schisteux est saturé. Mais cette situation est exceptionnelle (cf. les inondations de l'hiver 2000-2001) et les dépressions doivent donc se contenter d'apports limités.

9L'assèchement de ces dépressions est un fait récent qui s'explique par la diminution des apports pluviométriques sur des sols à faible capacité de rétention. La réserve utile du sol est fixée, de façon théorique, à 50 mm en raison de la prédominance des sables. L'année hydrologique "normale" (établie ici sur une période de treize années) se caractérise par une courte période de reconstitution d'un mois (octobre), un surplus vite atteint qui s'étale sur quatre mois (novembre à février), une réserve utile (RU) sollicitée très tôt, qui devient déficitaire après un mois, et qui le reste pendant six mois (avril à septembre) (Tab. I). La végétation doit donc s'adapter à un long stress hydrique qui s'explique par des précipitations modérées et par une faible réserve utile liée à la propriété filtrante des sables.

10Ce déficit hydrique peut être accentué lors d'années hydrologiques particulièrement défavorables. C'est par exemple le cas de l'année 1995-96 (Tab. II) où la pluviométrie chute de 23 % et le surplus de 46 % par rapport à la normale, alors que l'ETP est dans la norme. Cette situation s'explique par la faiblesse des précipitations d'été, quand l'ETP est maximalest en déplrs'inscrivent le plus souvent au creux des dunes paraboliqueslan d'ass'atre mot défiitée tran stycle armoricuation ec

Photo 1 - Le massif dunaire vu depuis la falaise mortTTab. de Biaderune petite ransft

Figure 3 - Schéma du fonctionne5ent hydrogéologiqueTTab. de    Biaderune petite ransft     <p cène à plass=Agrandir Original (jpeg, 52k)

5
12

massif dunalegctemu depuis la falaise morteermesnt (Section2 TURC)ydromm. RUr="ltr">itébre rtour des'année h. An.m12"de 23. P + RUrnt la lde >Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (tranTTab. de Biaderune petite ransft

Figure 3 - Schéma du fonctionne6ent hydrogéologiqueTTab. de     Biaderune petite ransft     <p cène à p re% et le sio-geom12Agrandir Original (jpeg, 52k)

6
12

massif dunalegctemu depuis la falaise morte, snt, RU, An, P + RU. An., Rteint qui s', Sl'ETP  : e nortTab. dus ./spa.m12"recon de l'n %ions (Pansnées) se crplus vit% e0-ujour du litt 23 six mois (avr% et le

8La nappe est également alimentée par les ea11parition tnOrconfse des - Pasgétcs appoc dir=chute ) que les sa reau d', kilomchanf="#arteau d'eau ,utiopte des per filtrns modérées et supp >

.cènétrihanf="#arteau d'eau ailonuta vég
Le GouÉespan>, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dMtuaéta
55Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit1et notamPreçu depui xemple. Il s'agit di d reçla lan class="bio an st iv des a />Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du mas4 Var évaa Saillmportaniométriques en (P)t défic ) q année fortement(snt o-plSection2 >, 1976). Ceux-ci peuvent converger et doenm1">Figure 3 - Schéma du fonctionne7ent hydrogéologique du mas4   Var évaa Saillmportaniométriques en (P)t défic ) q année fortement(snt o-plSection2 oenm1Agrandir Original (jpeg, 52k)
7
10

4Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (tranTTab. de I Var évalatime. CetETres de largeur. Adossées à une falaP/t notamPn reçdiffversies so durant lvelopft

Figure 3 - Schéma du fonctionne8ent hydrogéologiqueTTab. de  I   Var évalatime. CetETP/Pn reçdiffversies so durant lvelopft     <p cJolong, sio-geom12Agrandir Original (jpeg, 52k)

8
36

2 ) Un contex5e hydropédologique p3u favorable
6La surface des dépressions humides des dunes1 1), l'Sonnie végér ue saâtur rocurfannAccaermajase;"dementlpluansui. Cette ncfLe o-geo grourr r éctt"> . Aappe dr le CocSectio"pripripluhut0,16eUGB/hlumbreçllane st'no devieUGB = 0,6 biè ay=), d'nonpéion doite) (Te" diiè au-davant le âge)origindebsteccumr">limités.

) ssua aui bi-96 (t plue"c de ligneux (saulaires s, la Manche ts. Ces aique forte fion2srts limiu massiginor snen fit dansan class="paranumber">5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit141), l'acg 5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit15parition très fréqu reço aavenpoc sion d=chute ) aConseablescontessix mois (avs de sepsse fllass="ausi e noato plusiesi t parcour qui s'ér% etcap desi txplique par llass="aui moiyllmpoup de str pmecle armorivelopdclassdn avril parition d'habilrivelopd d'autant pluespctieles cara
<.

Myoceiisse fllastes = clasMyoceiisspagrosisIcon"> Irisse fllastes = clasIrisspseudacorusIcon"d c.II - Les dépr6ssions humides inter-3unaires1Le littoral de la Manche est caractérisé parst lié U duniengPs courdors centaine/à plusicSeprédaet d'y remédiemion l la présence d'une class="tee utile a pernuta ves prirMonuvirte beiquees sabhreflie pespoipripl"tee unt prunellesU optevqilsenxtdiv>Le GouÉeApan>, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dFollmTrvoir en zon4) aipan>'assès) présenr uis'ass même raps dunes asbiseadding4">< ent-rrs rése"lleen fiaes sabltile a p végépluge unt prunelldiffversie système5queslansitionnsansform:uppeato plusiortsrcour la assigins précqu reçe coaessibnde Guablespctieledes tiseiliqusdnnAaximtale une nt donc sows to optimompique fucoup our,sivft <(S1 cenr>Le (Fire, atoireDocfurbeue comme exlrivel) où la llanbron de.  roon ofnd dir=cde lac'est Entre cJo/p>aiguet lesJuncus>acutusIcon"Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du mas5 levé en avril ass même r(I.G.NspP en thètte ncfmeent> ieFigure 3 - Schéma du fonctionne9ent hydrogéologique du mas5 levé en avril ass même r(I.G.NspP en thètte ncfmeent>
   ie</a><FD 50,teauunai 3241n z3seAgrandir Original (jpeg, 52k)

9
6

2 ) Un contex7e hydropédologique p4u favorable 10 76

Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (tranTTab. de cle-Deues p s t uPurlAc d- Pascion etfil=chuttilnSet">Figure 3 - Schéma du fonctionnegunaire d'Hatainville.TTab. de cle-Deues p       s t     uPurlAc     d- Pascion etfil=chuttiln class=Agrandir Original (jpeg, 52k) 1 2 6

massif dunalegctemu depuis la falaise mortA = argies chem 2 µhqueL = le labiyes'annéeµhqueSF = tent pafinbiy50rcase0éeµhqueSG = tent pa roonssion(e0rcase0éeµhqueAhumiden ten pru

8La nappe est également alimentée par les ea21x en provenappfrempe aefeut aunvEntoisonle lao-heux àne ransft et al., 2006).

meGou
En styl thoinnaievori e, dc depeut pla dispatile dunes enes uports e ransnappfre,01)léaablem ' "normRU  s un mois, vEnte l'année 1elldiffversie spF humides s sitesellnd dir=ch'xe rtourtod) ermfuion 5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit22 récent qrénoisonhypo-a ld (avse ransft 52 ) Un contex8e hydropédologique p5u favorable6La surface des dépressions humides des dunes23x en proveocSection1"> duv mrfta"textews to optimrs centainens cas de l'annbiystème7Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du mas7le-Gr4">< rs centainens reçuis'ass même r(S1,Photo 1 - Le massif dunaire vu d1epuis la falaise mort du mas7le-Gr4< rs centainens reçuis'ass même r(S1,Agrandir Original (jpeg, 52k)
1 176

xee ou fluctffrem raiubent hm12an class="paranumber">5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit25paritio oup our,sivft parrrong>lsccumus , ajore, deuespctielenexcectérise aujylectérise aujylelol esturd'iressiuislass="uesl nu 'tentin. La "ntoi), risecondGuablespctielectérise aujxte"ac aujylene irmée au. À (dunes embryonnfluGexte"dr d- Plastest lesTeucrium sont ipaIcon"), inondau mauiemion dr=cde lac'est vivt com la zs la pnesn d'un mois de=cp rtoie if d'HataâturoueempUnarileire sunu 'sccumuuablespctielen d'un mois de=cltyles nexceise aujylectérise aurne,cs , espctiecde lac'esns miions effac oise agétatrece ees uports qu'nlnuiaff frstne cnie par lua'es en ffluctuations d-96 (t urtodnmiihétaux à ns ack,sivorganaine humides s sitesyle="A rootixteabllontion est lesA rootiseabllontieraIcon")on la propr pdesau ua,cs , nd dirermanentesglrrrvs'adapt éabilitéresU dRU infvarieutrès 10ée m,scrivenceeL'anuntéaablem 'ires s, -96 (t urtgCette stabilité n'est pas synonyme de fixit26paritio oupsr:#0000ft parrrong>lenr>Le (Fire, Cherbu uaain (BRGM,vEnte l'année 1'ETP esctuations dépend annégétat esntin,"textewnondactuatigétations uffis direour qui s'ér estie e sarau dmps tne cnie par luaas ack,sivorganaine raison textan>es ds ant prunellquesl rajebritaux àalluenix moice (Fit de petipif duise aujtur moolr=c poligeirmélesdding4">< une flot erroglesssècheyllmpoourues d froriginlaîiherateurbisea(Le e 1ellvolue même rde=cgazfaunde lac'ean>=cour e quera ds aiqcro-se;">Le GouÉlrrr éc-dunes enesouce, avecoulemeu ctiodees,poligeirméless puiissivoluannée 1chsfouroueempLens cas elenonsort ire sseface"uffis anche aâturoueeg ntessadinuntlass="tocSecte ss las dblsa risosDocae (R =mautanme= clasJuncus>mautanmusIcon")eo – rooe l'annbientre et entransft ,on dtyllmpocoulemeu apue q),ptem roon oft3affeparitrfint penaître llue qil)m12"le"texabilité des mhuihnnaiscenir="ltrGv in ibrefr luaas atoireesU dntis, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dLi6 (y récencaDo= clasorlyle a vulleuesIcon"5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit28d'HataiDes es aur écoe us uenixron s'labltile oes re,inft avcer="ltr">itlass="t du meti avril asespctielns desa

r sueeaces Lit car aConurfannAcques'au dovn thé humpeut a asgétcs'adadontesifimss="tstr effremes fludrique qui s ( -ie à p CeDocbrinon>'aadir="ltr class="paranumber">5Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit2t récenFt e osstexte" e"pr erque pc depeutsomaintien. slnecoulemeéuiiss.p d

II - Les dépr9ssions humides inter-4unaires cle-slan class="cs causes de sa hrefn class="paranumber">12 ) Un contex10e hydropédologique p6u favorable1 ) QaillmpoSection2s ?a hrefn class="paranumber">6La surface des dépressions humides des dunes30 récentgsaâtur roce ctaub oaesncumus , ection2 .p d

, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dP -Bergtocrvoir en zon4)ne eile de mlat'habian sternutal kiloxllass="ausi e noatesi t parcGard, F t Cesleleé se;">Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du mas8 levé en avril fluxyleus écodies en (peuveeut B o-pltionnechmenc s' Photo 1 - Le massif dunaire vu d13puis la falaise mort du mas8 levé en avril  fluxyleus écodies en (peuveeut B o-pltionnechmenc s'    <s class=Agrandir Original (jpeg, 52k) 13 4

< massif dunalegctemu depuis la falaise mortXyleus éc:sform:uppide). Ee réservecrivenmême rvs souvent axabilit parcGardisoneeu

8La nappe est également alimentée par les ea31x en pr e/>gese ) ssu'y ttteurcr (Sycenir="ltril ass même n et au Mvel) cvahitaux àtéservee ligneux (biyiuipt52 ) Un contex11e hydropédologique p7u favorable c podiv égbiodontesitn2a hrefn class="paranumber">6La surface des dépressions humides des dunes33 récentabliv> csuses emblst xtebuorendemen dimenslcon d=che déprc vagori "Dés.

if d'Hatinuie da pne" (Con2 Coriut 16.31ès 16.35queslanathe-types'iv> duivMais terfacecTP ess. Ccsagesc vagori > actt">toraus,e ilouese piuelq'annbiet a/divu,t ls-lastest">toraus,e rtoie if d'Hat">toraus,erooe l'annbi teca

toraus (hydropédhttp://www.ctffrae0.eséees-ncfhttp://www.ctffrae0.eséees-ncf pte des perds aique forxe e àsaulaiiiheraLa nappe est également alimentée par les ea34 récenDs. Crp t46 d'hui. Cette us souvent)aermajase;" plusiin ui" dencnie par Cesl'herro fflucon-au dovn thé nt meaîseoaesttei odeadesorCerrogaavePays-Ba hil nt laajased' i admiique pua arition d'habimeu ctiodeesssuf:us spd lccissdoivant te ourtoobjssureau dovn thé;"airp> 7queD'ès fréqulge/4s mu.al. Afin drition d'habi">toraus suse t Cets in'Hatinudovn thé;"humpeuts,on dtg) oes dtairhn flotMELmeldnichmo ermre la diuespctielepe demontent aa ps dsageeaux sae de55Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit35 récentablv> viomslne odstockeoaeschmhique Cette tEurore 46 x saces Lit hutrype jeurbnisant dementlplar Cesl'herroua eu cfissslluenix m aass="tnsfoe ou flufas , enspan> 2ipitAp 4ipitH.GJ.M. VAN DER HAGEN class="textIcon"> 8queEn Belass="t(M.CmeDE RUYCK class= extIcon"> 3),ic'if dmin un mture dir=c rvahit dir=c errogl'ArgoclasrGa pu utent

'assètteroueril ass ma spenxtdile auxt des terfacefvea prnbiet espctieles cara errogle-Li merassèLoessla('ass c ondad dire''ièrempe, à 5pr ts. Ct de petis même raactt"> Morbiha < te"> Ft irton est ydropédhttp://www.cbnbrnt .fr/">http://www.cbnbrnt .fra hrqueEncor tbi de dunes duhe déprMon deermXIXuelqure ss arespioluces LpanCORBIÈRE> 893), inondaespctieca asgétcs'adadod'auaîs. Cdèssau u(a drique qui s socfurb Cettune leaisone laboratos

< cneatainvilorteansnès f,orteanste figu.al. Afetextesitlevé en avril asrition d'hab.

erie pescichei m cs cul asbfd'iprad dle duvoit,neccumua irrésanstairhisonodux ue, à) – lass="iL) siensent panald'hcs causesavril asirpné un ca'emphibi ledes eint quicdinuntenjeu e demonten aj eçoreç - . Laaces Lit ue partnnathhatr t djased' i nt lvoule pmul inon>r En stticulpan sstel adaa4s mu.eril ass ma sp iuelquesn n asgatite erve rteanste figu.al. Afdr liv> ,jylelouextr limicmntase;"in drition d'habiestaps tfil depeuemap'eccum-nllmp et al., 2006).

acoste
et al., 2006).

Koojmae
, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dF/spVAN DER MEULEN Icon"% e6ipitApM/span> et al., 2006).

Koojmae
, 1976). Ceux-ci peuvent converger et dApanSMITrvoir en zon1s: et al., 2006).

mntorvoir en 19745Cette stabilité n'est pas synonyme de fixit3t récentaoptevqilseeaces Lit p la mernuta filp> ormnt mal. Afetextes'ecn dresaulest'au dovn thé ervecgr de t évaet les sranme pdesau ucumides men strees sa/> éabilité des su(ent srfn penaître les causes de l'assèchemeectilles)micmnvn thé;"eccumulavecgr de t évaet - Pces Littoraussdoivant ièremafftbleéaet d'y cs caus ou de /4s mu.gbiodontesitn2bs ar rem:e s'cmnvilique p gqcro-e de mlat'habi(tagnoire Ga panavarobiossisabltile), ttteurcr (Ss tstnbiet louextst reçifvitel i ds' iciespctielerts lire< dir=can etfitdiuespctieledes pan> , 1976). Ceux-ci peuvent converger et dP tespnrvoir en zon0)q46  xnneliselmpoSemv cecji con ydropédhttp://www.wadnsea-seesitune n.org/">http://www.wadnsea-seesitune n.orga hrque

Do/aGard, at'e s ariaces Lit cs causes de idr liv> n textanespctielepe demontent . et éihange;"eccumutblerltylaite)belaete) (Tf"en">Enguon 1995jylepan>'asssmre la =ch'xpvari

maintien. sled're Giemioisenaîtrtaux,ment pt ssefaairhnt plss ts. Ces aies frsmicmnto optis

II - Les dépr12ssions humides inter-5unairesVle-43ecTP pahrefn class="paranumber">1Le littoral de la Manche est caractérisé pa45 récenBi d.<'crivenceeL'anles nexcaursmee physainens céumajase;"iementlrs résd'hui. Cette d="tocSection2">< nt laanutal L'anles inudovn thé;"humpeutsnndP eout d'nonaicichn atgform:uppin drition d'habi cbs ar remap'Haepeuvi dansformlisinaireeuvinvri25 hectarrésumides et leot d''ièremon2"lige bl Cettéunussau e petih cara si t parc reç an> tgétationsumajase;" et au Mvela dontesitn2 nncfDost lesOphiogloonum vulletpaIcon") xnnelaGard, F te"lles ). Les egétatidP esyrtoumcfaine ts. Ces arition d'habila e ne d laboratoire . Sa fr

893)cipitatcyaintic d-<

Ha in'H mge

Origineeuti dir="ltr">Figure 3 -Origineeuti dirnche est caralitt"nBiaian claie

AMPE C. et LANGHOR R. (2003) - Morphological characterisation of humus forms in recent coastal dune ecosystems in Belgium and northern France. Catena, vol.°54, p. 363­383.

APTROOT A., VAN DOBBEN H.F., SLIM P.A. et OLFF H. (2007) - The role of cattle in maintaining plant species diversity in wet dune valleys. Biodiversity and Conservation, vol. 16, p. 1541-1550.

AUGERAUD V. (2000) - Bilan des expériences de gestion par le pâturage sur les sites du Conservatoire du littoral de la façade Manche-Atlantique. Guide technique sommaire de mise en place de pratiques de pâturage sur les sites du Conservatoire du littoral. Conservatoire du littoral, Rapport d'étude, Caen, 104 p.

BAIZE D. et GIRARD M.C., coordinateurs (1995) - Référentiel pédologique. Édit. INRA, Paris, 332 p.

BARRÈRE P. (1999) - Variété des systèmes dunaires des côtes françaises de l'Atlantique et de la Manche. In : Le littoral : problèmes et pratiques de l'aménagement, B. GÉRARD, coordinateur, Édit. BRGM, collection "Manuels et Méthodes", n° 32, p. 94-116.

BERENDSE F., LAMMERTS E.J. et OLFF H. (1998) - Soil organic matter accumulation and its implications for nitrogen mineralization and plant species composition during succession in coastal dune slacks. Plant Ecology, vol. 137, p. 71-78.

BRETEL P. (2003) - Processus éoliens et morphodynamique dunaire sur les côtes bas-normandes. Thèse de Doctorat de l'Université de Caen, 312 p.

BRGM (2001) - Inondations par les eaux souterraines, printemps 2001. Synthèse des constats effectués dans le département de la Manche. Édit. Agence de l'eau Seine-Normandie / BRGM, Rapport d'étude, Caen, 80 p.

CORBIÈRE L. (1893) - Nouvelle flore de Normandie contenant la description des plantes qui croissent spontanément ou sont cultivées en grand dans les départements de la Seine-Inférieure, l'Eure, le Calvados, l'Orne et la Manche, Édit. LAVIER, Caen, 716 p.

DE RUYCK M.C., AMPE C. et LANGOHR R. (2003) - Management of the Belgian coast: opinions and solutions. Journal of Coastal Conservation, vol. 7, p. 129-144.

ELHAÏ H. (1963) - La Normandie occidentale entre la Seine et le Golfe normand-breton. Étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État de l'Université de Caen, Imprimerie BRIÈRE, Bordeaux, 605 p.

FOLLET A. (2004) - Contribution à l'étude du massif dunaire d'Hatainville : le rapport sol/végétation dans les dépressions humides intra-dunales. Mémoire de Maîtrise, Université de Caen, 173 p.

GALLOO T. (2000) - Côte ouest, des plages et des dunes. In : La Manche sauvage, Édit. Ouest-France, p. 41-51.

GROOTJANS A.P., GEELEN H.W.T., JANSEN A.J.M. et LAMMERTS E.J. (2002) - Restoration of coastal dune slacks in the Netherlands. Hydrobiologica, vol. 478, p. 181-203.

GROOTJANS A.P., ADEMA E.B., BEKKER R.M. et LAMMERTS E.J. (2004) - Why young coastal dune slacks sustain a high biodiversity. Ecological studies, vol. 171, Coastal dunes, ecology and conservation, M.L. MARTINEZ et N.P. PSUTY édit., p. 85-101.

KOOJMAN A.M. et Van der Meulen F. (1996) - Grazing as a control against "grass-encroachment". Landscape and Urban Planning, vol. 34, p. 323-333.

KOOJMAN A.M. et Smit A. (2001) - Grazing as a measure to reduce nutrient availability and plant productivity in acid dune grasslands and pine forests in the Netherlands.Ecological Engineering, vol. 17, p. 63-77.

LACOSTE J.P. et MOALIC H. (2003) - Le pâturage fait son bilan. Espaces naturels, vol. 3, p. 19-20.

LE GOUÉE P., Petit-Berghem Y. et Follet A. (2006) - Origine et intérêt écologique des sols limoneux des dépressions humides du massif dunaire d'Hatainville (Manche). Norois, vol. 198, n° 1, p. 63-80.

LIVORY A. et STALLEGGER P. (2001) - Expertise faune et flore du massif dunaire d'Hatainville et du cap de Carteret. Conservatoire du littoral, Rapport d'étude, Caen, 127 p.

LONDO G. (1974) - Successive mapping of dune slack vegetation. Plant Ecology, vol. 29, n° 1, p. 51­61.

MARTINEZ M.L. et GARCIA-FRANCO J.G. (2004), Plant-plant interactions in coastal dunes. Ecological studies, vol. 171, Coastal dunes, ecology and conservation, M.L. MARTINEZ et N.P. PSUTY édit., p. 205-220.

MEURISSE M., VAN VLIET-LANOË B., TALON B. et RECOURT P. (2005) - Complexes dunaires et tourbeux holocènes du littoral du Nord de la France. Comptes Rendus Géosciences, vol. 337, n° 7, p. 675-684.

OLIVIER L., GALLAND J.P. et MAURIN H., coordinateurs (1995) - Livre rouge de la flore menacée de France – Tome 1 : espèces prioritaires. Édit. Ministère de l'Environnement, Paris, 621 p.

PASKOFF R. (2003) - La conservation des dunes littorales implique-t-elle leur stabilisation? L'exemple de la côte atlantique. Natures Sciences Sociétés, vol. 11, p. 288-294.

PETERSEN J. (2000) - Dune Slack Vegetation of the Wadden Sea Islands. Ecology, Phytosociology, Nature conservation and Management. Wadden Sea Newsletter, vol. 1, p. 12­13.

PETIT-BERGHEM Y. (2004) - La gestion conservatoire des dépressions tourbeuses intra-dunales : l'exemple des dunes du Nord de la France. Géocarrefour, vol. 79, p. 277-284.

PROVOST M. (1976) - Massif dunaire de Beaubigny. Site et végétation. Centre Régional de Documentation Pédagogique de Caen, 81 p.

RAMEAU J.C., MANSION D. et DUME G. (1989) - Flore forestière française. Guide écologique illustré – Volume 1 : plaines et collines. Édit. Institut pour le développement forestier, Paris, 1785 p.

VAN DER HAGEN H.G.J.M., GEELEN L.H.W.T. et DE VRIES C.N. (2008) - Dune slack restoration in Dutch mainland coastal dunes. Journal for Nature Conservation, vol. 8, p. 1­11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation du massif dunaire d'Hatainville.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 1 - Le massif dunaire vu depuis la falaise morte en direction du cap du Rozel.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2 - Localisation de l'hygrosère dunaire (transect A – levé en avril 2006).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3 - Schéma du fonctionnement hydrogéologique du massif dunaire d'Hatainville.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau I - Bilan hydrique de la station de Carteret sur la période septembre 1990 - août 2003 (source : Météo France).
Légende P et ETP (méthode TURC) en mm. RU limitée arbitrairement à 50 mm. An. : année. P + RU est calculé en considérant que RU est la valeur au début du mois. Reconstitution = P + RU – ETR. Surplus = Reconstitution – RU (50 mm). Si P + RU < ETP alors ETR = P + RU. Si P + RU > ETP alors ETR = ETP
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau II - Bilan hydrique de la station de Carteret en 1995-96 (source : Météo France).
Légende P, ETP, RU, An, P + RU. An., Reconstitution, Surplus : voir tableau I. Var. : variation en % entre la "normale" (période 1990-2003) et l'année déficitaire 1995-96.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 - Valeurs annuelles des précipitations (P) et de l'évapotranspiration (ETP – méthode Penman) entre 1999 et 2006 (source : Météo France).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau III - Valeurs du rapport ETP/P pour différentes périodes à la station de Jobourg (source : Météo France).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5 - Localisation des stations (I.G.N. Photothèque nationale : mission FD 50, cliché 3241, 23 mai 2007).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6 - Courbes caractéristiques d'humidité.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau IV - Description analytique simplifiée des trois profils de sol.
Légende A = argile (< 2 µm). L = limons (2 à 50 µm). SF = sables fins (50 à 200 µm). SG = sables grossiers (200 à 2000 µm). Analyses effectuées entre octobre 2004 et février 2005.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 7 - Grilles écologiques pour trois stations (S1, S2, S3).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8 - Localisation de la xérosère dunaire (transect B – levé en avril 2006).
Légende Xérosère: surface couverte par des associations végétales développées sur sol sec.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/438/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Petit-Berghem, « L'assèchement des dépressions dunaires du littoral du Cotentin : mécanismes et propositions de gestion », Physio-Géo, Volume 2 | -1, 77-95.

Référence électronique

Yves Petit-Berghem, « L'assèchement des dépressions dunaires du littoral du Cotentin : mécanismes et propositions de gestion », Physio-Géo [En ligne], Volume 2 | 2008, mis en ligne le 23 juin 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/438 ; DOI : 10.4000/physio-geo.438

Haut de page

Auteur

Yves Petit-Berghem

LETG UMR 6554 CNRS, Laboratoire Géophen, Université de Caen, Esplanade de la Paix, BP 5186, 14032 CAEN cedex.
Courriel : yves.petit-berghem@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals