Navigation – Plan du site
Collection "Ouvrages"

Souvenirs de quelques sites géomorphologiques significatifs et curieux

Extraits du n° 34 de Dynamiques Environnementales, Presses Universitaires de Bordeaux (2015)
Jean Nicod
p. 1-103

Résumés

La première partie de cet ouvrage présente des géomorphosites, qui sont aussi des hauts lieux historiques et mythiques. C'est le cas des, inselbergs de Sigiriya et de Dambulla au Sri-Lanka et d'un lac karstique du Yucatan, le cenote sacré de Chichén-Ytzá. Le Jura Polonais présente un paysage karstique original avec ses tourelles calcaires du type "mogotes" héritées du Tertiaire et les nombreuses grottes du canyon de Pradnik. Par ses cavernes et ses châteaux perchés sur les buttes, c'est aussi un haut lieu historique. En Provence, il a paru utile d'esquisser un inventaire des chapelles perchées sur un piton et des monastères situés dans les "déserts" et d'étudier quelques sanctuaires rupestres et troglodytes du Var et des départements voisins. Tous ces sites patrimoniaux sont, à l'exemple de la Sainte-Baume, d'un grand intérêt géologique, géomorphologique et environnemental.
La seconde partie est plus orientée sur les problèmes géomorphologiques et géotechniques. C'est d'abord un site touristique à risque séismique près d'Ephèse. Dans les glacières naturelles d'Europe Centrale, surtout à Dobšina, dans le "Paradis Slovaque", dans un écosystème favorable, on a pu évaluer les conditions de préservation d'un glacier souterrain. Sous le titre "Gypse maudit", on rappelle les multiples désordres qui se produisent tant dans les sites urbanisés (comme à Roquevaire et dans le Var) que dans les karsts alpins des gypses (exemples typiques en Savoie). L'ouvrage s'achève sur les aspects et les problèmes des sites du Caucase oriental, visités lors de la rencontre franco-soviétique de 1982. En conclusion, tous ces exemples, recueillis au cours des ans, concourent à nous montrer l'importance de ces sites, pour leur intérêt scientifique, environnemental et patrimonial.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Note de la direction : Cet ouvrage est la version condensée d'un texte (Souvenirs de quelques sites géomorphologiques remarquables) paru dans le numéro 34 de Dynamiques Environnementales. Cette double publication est le fruit d'une étroite collaboration entre les deux revues. Le projet éditorial a été largement porté par Alain MARRE et Teddy AULY. Nous sommes tous reconnaissants à Jean NICOD de ces pages où l'on retrouve tout son savoir, son intelligence et son humanité.

Introduction

2"Toujours vivant !"

3C'est par ces mots de bienvenue que notre ami, le regretté Marian PULINA nous accueillait. Et c'est un peu ma devise en présentant ces quelques pages de souvenirs de paysages et de sites étudiés à l'occasion de divers voyages et rencontres sur le terrain. Au cours d'une longue carrière universitaire, de multiples voyages et de près de vingt-cinq ans de retraite, j'ai accumulé des notes et des documents sur un grand nombre de pays et de sites. Après la publication de "Sources et sites des eaux karstiques" (Méditerranée, numéro hors-série, 2012), il m'a paru de quelque utilité de rappeler l'intérêt de divers autres sites géomorphologiques et karstiques. Et, sans négliger les données scientifiques, mais libéré des strictes contraintes académiques, je peux insister sur leur utilisation historique et évoquer quelques légendes, au risque d'un exposé anecdotique. J'avais déjà effectué une diffusion restreinte, entre amis, de ces textes, mais je remercie Dynamiques Environnementales et Physio-Géo de leur donner une plus large audience.

4Dans cet ouvrage, je présente, dans la première partie, des sites qui ont un grand intérêt historique, patrimonial et mythique : les dômes de Sigiriya et de Dambulla au Sri-Lanka, le Cenote sacré de Chichen-Ytza au Yucatan, et les hauts lieux du Jura Polonais visités avec M. PULINA et ses collègues. Il m'a paru utile, bien que ces sites soient mieux connus, d'esquisser un inventaire des hauts lieux de Provence et de détailler l'intérêt de quelques sanctuaires rupestres et troglodytes du Var et des départements voisins. Dans la seconde partie, plus orientée sur les problèmes géomorphologiques et géotechniques, j'ai choisi de présenter d'abord un site touristique turc à risque séismique. À partir de quelques cas de glacières naturelles, surtout en Slovaquie, on peut retrouver les problèmes du changement climatique. Fort de nombreuses recherches sur les karsts du gypse, il m'a été possible de rappeler de multiples désordres, en rapport avec l'utilisation des sites en terrains gypseux, tant dans le Var que dans les Alpes. De tous les colloques auxquels j'ai pu participer, le plus utile est de rappeler les aspects et les problèmes des principaux sites du Caucase oriental, visités lors de la rencontre franco-soviétique de 1982. Car il s'agit d'un témoignage sur une recherche scientifique dans des pays peu connus des géographes français et dans la stabilité politique d'alors.

5Je ne saurais trop remercier tous ceux qui m'ont aidé, tant dans le travail de terrain que dans la recherche de documentation et que j'ai cité dans les divers chapitres et, surtout, Alain MARRE, Teddy AULY et Claude MARTIN, qui ont bien voulu mettre en forme ces textes et assurer leur publication dans Dynamiques Environnementales et leur diffusion partielle en ligne dans Physio-Géo.

Première partie : Sites géomorphologiques et mythiques

Chapitre I : Au cœur des inselbergs de "l'île resplendissante". À Ceylan. Site perché de Sigirya et temple troglodyte de Dambula

6Ces deux sites historiques et patrimoniaux du Sri-Lanka sont particulièrement visités des touristes, du fait de leur situation au voisinage de la grande route entre Anuradhapura, la ville morte aux multiples dagobas (pagodes) et Kandy, l'ancienne capitale avec le sanctuaire bouddhique du "Temple de la Dent". Mais ce sont aussi des géomorphosites typiques, du fait de l'implantation du château haut-perché de Sigiriya et du temple troglodyte de Dambulla, sur et dans des reliefs isolés en forme de dôme, définis dans la littérature scientifique comme inselbergs.

I - Les paysages

7Ces sites sont situés au centre de l'île, dans un ensemble de bas plateaux, vers 150 m d'altitude ; à environ 8° au nord de l'Équateur, ce secteur fait partie de la "Dry Zone" (Fig. 1). En effet, sous un climat de type tropical à deux saisons humides, la saison sèche principale y est particulièrement marquée de juin à août, avant l'arrivée des pluies de mousson du nord-est : c'et la saison Maha, la mieux arrosée. Au contraire, les pluies en saison Yala, avec la mousson du sud-ouest, si importantes dans la Wet Zone, sont médiocres dans le secteur de Dambulla. Toutefois les précipitations moyennes annuelles y sont un peu supérieures à celles d'Anuradhapura, 57 inches soit 1450 mm, car on est proche des Highlands très arrosés. C'est un pays de savanes, de brousses et de forêts sèches ou jungle sur des sols rouges ferrugineux

Figure 1 - Carte des principales données sur l'île de Ceylan (d'après M. DOMROES, 1974, et J. TRICART, 1984).

Figure 1 - Carte des principales données sur l'île de Ceylan (d'après M. DOMROES, 1974, et J. TRICART, 1984).

8On y pratiquait autrefois les cultures temporaires sur brûlis (chena) et c'est toujours des pâturages pour les buffles. Quelques luxuriantes forêts-galeries se trouvent le long des rivières, mais ces dernières s'assèchent épisodiquement, ou se restreignent à des marigots où se baignent les éléphants. Au cours des temps historiques, de petits réservoirs ont été aménagés le long des cours d'eau ; repris, ce sont les tanks multipliés par la colonisation anglaise (B.H. FARMER, 1960). En permettant l'irrigation, sur des étendues restreintes de fond de vallée, plusieurs récoltes annuelles y sont possibles (paddy et autres cultures vivrières) : c'est le paysage des rizières dominées par quelques cocotiers. Les villages sont dispersés, au milieu des étendues pastorales et forestières. La région est relativement peu peuplée, à majorité cinghalaise, mais proche des pays tamouls. Cela explique une situation souvent conflictuelle au cours de l'histoire et affectée depuis l'indépendance du Sri-Lanka par la proximité des zones d'insécurité en rapport avec les actions des "Tigres" de l'EELAM (alors nombreuses lors de notre visite en 1993).

II - L'Acropole de Sigiriya

9Ce haut lieu, "le château céleste", a été aménagé sur le sommet plat et modérément incliné d'un énorme rocher de quartzites, haut de près de 200 m et ceint de tous côtés par de vertigineux escarpements (Photo 1). C'était un site idéal pour se défendre, mais bien sûr d'accès malaisé ! La ville historique, capitale d'un petit royaume, se trouve au pied de ce rocher, qui offrait des possibilités de refuge. À la fin du Vème siècle de notre ère, le roi KASSAPA, qui s'était emparé du trône en assassinant son père, transféra sa résidence en haut du rocher, car il craignait la vengeance de son propre frère, l'héritier légitime. Mais KASSAPA fut vaincu et tué par ce dernier. Le site ne fut occupé que pendant dix-huit ans, de 477 à 495, date de l'élimination de l'usurpateur.

Photo 1 - Le rocher de Sigiriya, vue prise près d'un ancien réservoir. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 1 - Le rocher de Sigiriya, vue prise près d'un ancien réservoir. [cliché : Jean NICOD, 1993]

10L'aménagement de l'unique accès de ce haut lieu a exploité les particularités géomorphologiques de l'inselberg. Depuis les ruines de la ville historique, en terrain plat, mais entouré de quelques chaos de boules, on arrive au portail d'entrée par une rampe aménagée sur les éboulis .Une suite d'escaliers, établis dans les failles ouvertes du rocher permet d'accéder à la longue encoche évidée à mi-hauteur dans l'escarpement. La paroi de cette encoche est ornée de la fresque des nymphes, les célèbres "Demoiselles de Sigiriya". Par des escaliers métalliques, installés dans d'autres fentes verticales, on monte sur le plateau sommital. Au milieu des ruines, un réservoir rectangulaire, creusé dans la roche, a été restauré (Photo 2). Le panorama est immense sur les vastes étendues forestières dominées par quelques inselbergs, principalement à l'est, une longue crête de quartzites, et au nord-nord-ouest, le massif du Ritigala, culminant à 766 m, réserve naturelle et sanctuaire pour les éléphants. Plus près, on découvre dans la forêt quelques dômes résiduels (Photo 3).

Photo 2 - Sigiryia : le bassin restauré au sommet du rocher. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 2 - Sigiryia : le bassin restauré au sommet du rocher. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 3 - Sigiryia : boule entaillée pour supporter une construction. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 3 - Sigiryia : boule entaillée pour supporter une construction. [cliché : Jean NICOD, 1993]

III - Le monastère troglodytique de Dambula

11Il est situé sur le flanc d'un dôme au voisinage de la ville de Dambulla, carrefour routier majeur au centre de l'île. Il s'agit d'un ensemble de cinq grottes naturelles dans lesquelles existait un sanctuaire très ancien, déjà avant même le Bouddhisme. C'est un haut lieu historique et sacré. En 103 avant J.C., le roi VALAGAMBA partit de ce site (Photo 4) où il avait trouvé refuge pour reconquérir le pays aux Tamouls, ce qui lui permit de retourner dans sa capitale Anuradhapura. Le monastère bouddhique a été aménagé en utilisant au mieux les possibilités des cavités naturelles (Photo 5). Les encorbellements au-dessus des façades et les plafonds des salles correspondent au dispositif structural originel (joints dégagés dans la masse rocheuse). Les plafonds et les parois retaillés sont ornés de magnifiques fresques, dont celle de l'illumination du Bouddha. La vaste salle de la grotte n° 2 contient cinquante statues du panthéon hindou, ce qui montre le caractère syncrétique de ce sanctuaire, sur ce dôme d'où l'on découvre un paysage magnifique, avec à l'horizon les premiers contreforts forestiers des hautes terres.

Photo 4 - Dambulla : un dôme voisin de celui du sanctuaire. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 4 - Dambulla : un dôme voisin de celui du sanctuaire. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 5 - Le sanctuaire troglodyte de Dambulla. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 5 - Le sanctuaire troglodyte de Dambulla. [cliché : Jean NICOD, 1993]

IV - Sur l'origine et l'originalité des inselbergs

12L'île de Ceylan fait partie du même socle précambrien que le Dekkan, dont elle n'est séparée que par le détroit peu profond de Palk, entre la péninsule de Jaffna et le sud du Mysore). C'est un morceau du paléo-continent de Gondwana. Il est constitué principalement de roches métamorphiques, en particulier dans la région centrale. Il s'agit des Khondalites, série sédimentaire plissée puis métamorphisée, composée de schistes, de quartzites et de calcaires cristallins. L'inégale résistance à l'altération de ces roches a permis l'expression structurale des plis originels : crêts de quartzites d'orientation nord-sud à l'est de Dambulla. Par ailleurs, les phases tectoniques ont créé des réseaux de failles dans cette série épi-métamorphique.

13Les processus de dégagement des inselbergs de Ceylan sont semblables à ceux observés dans de nombreux socles (P. BIROT, 1958, 1978 ; M. PETIT, 1978). Les roches ont été affectées par l'altération profonde aux cours des temps géologiques et des aplanissements y ont été réalisés. La masse des Highlands constitue un horst soulevé en deux étapes par la tectonique post-jurassique (A. LOUCHET, 1977) ; des éléments des vieilles surfaces latéritisées sur les charnockites y ont été portés en altitude. Dans le secteur de Dambulla, l'exhaussement régional a entraîné le déblaiement d'altérites. Seuls les noyaux qui avaient résisté aux altérations sont restés en relief. Pendant des phases arides (au cours du Tertiaire ?), des pédiments ont été réalisés autour. Ainsi ces reliefs résiduels isolés, les inselbergs, dominent de vastes étendues originellement planes, mais à nouveau dégradées par les processus d'altération et incisées par les cours d'eau. Par ailleurs, comme le montrent bien les formes de détail dans les cas étudiés, les inselbergs subissent une certaine évolution : ouverture des failles, glissements en planches sur les joints et fractures intensément corrodés, recul des parois et chutes de blocs, dégagement des couloirs et des encoches correspondant à des zones altérées. On passe des dômes, aux pentes raides, à des reliefs adoucis (Photo 6).

Photo 6 - Le réservoir et l'inselberg de Giritale, près de Polonnaruwa. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 6 - Le réservoir et l'inselberg de Giritale, près de Polonnaruwa. [cliché : Jean NICOD, 1993]

14Ainsi ce secteur de l'île de Ceylan, si attrayant par sa richesse archéologique et patrimoniale, nous amène à réfléchir sur l'origine de ces reliefs et, par là, aux problèmes de l'évolution géologique et géomorphologique des vieux socles hérités de la fragmentation du Gondwana.

Chapitre II : Dans le pays des Mayas au Yucatan, le cenote sacré de Chichén Itzá. De l'extinction des dinosaures à celle des serpents à plumes !

15Parmi les sites archéologiques du nord du Yucatan, l'ensemble monumental de Chichén Itzá est un des plus visités. En plus des magnifiques monuments de la civilisation maya, il offre l'intérêt de deux dolines-lacs ou trous bleus (cenotes), dont l'un, mythique, le Cenote de los Sacrificios, permet d'évoquer les conditions paléo-environnementales de l'extinction de cette civilisation précolombienne.

I - Un site sur le nord du plateau calcaire du Yucatan

16Le vaste plateau du Yucatan (Fig. 2) est incliné vers le nord, vers 25 m d'altitude sur le site de l'ancienne cité maya. Quelques mogotes ou buttes calcaires ne dépassent guère les 40 m. L'ensemble, couvert de forêts sèches et de brousses, sur sol ferrugineux brun-rouge, est d'une grande monotonie. On est dans la zone la moins arrosée de la péninsule, sous climat tropical à longue saison sèche : Merida ne reçoit en moyenne que 920 mm par an, lors de la saison des pluies de juin à septembre, alors que la côte orientale, du côté des Caraïbes est plus arrosée (1347 mm à Villa del Carmen). Les irrégularités pluviométriques interannuelles sont excessives (d'où l'importance de Chac, le dieu maya de la pluie !). Aucun cours d'eau, c'est une région parfaitement aréique. L'évapotranspiration est intense ; une faible part des précipitations, de l'ordre de 200 mm par an, s'infiltre par les diaclases vers les réseaux souterrains. Les cenotes et lacs hypogés constituent des regards sur la position de la nappe karstique.

Figure 2 - Le karst du nord du Yucatan, position des cenotes et des grottes (d'après M.A. HERAUD-PIÑA, 1995, figure 46).

Figure 2 - Le karst du nord du Yucatan, position des cenotes et des grottes (d'après M.A. HERAUD-PIÑA, 1995, figure 46).

II - Le cenote sacré dans le cadre de la cité maya

17C'est une magnifique doline cylindrique de 64 m de diamètre dans les calcaires crayeux de l'Eocène, profonde d'environ 35 m, avec un petit lac permanent d'eau douce vers -22 m (Fig. 3, Photo 7). C'est un point d'eau remarquable dans ce pays à longue saison sèche : on peut penser qu'il est à l'origine de la fondation de la ville, puisque Chichén Itzá signifie "non loin du puits des Itzas". Il est situé au nord de l'ancienne cité maya. Au sud de la pyramide du Castillo (Photo 8), s'ouvre le Cenote de Xtoloc (le cenote de l'iguane), autre regard sur la nappe karstique ; il était utilisé pour y puiser de l'eau (Photo 9). L'ancienne cité occupe une surface de près de 8 km2 avec deux temples majeurs, le Castillo ou Kukulkán (temple du serpent à plumes, le Quetzalcóatl des Aztèques) et celui des Guerriers ou des Mille Colonnes, El Caracol (l'observatoire), des tombeaux monumentaux, le jeu de pelote, etc. La cité aurait été fondée vers 450 après J.C. par une tribu maya venue du sud ; elle aurait subsisté à la fin de l'époque "classique" et, avec l'arrivée des Toltèques, elle serait devenue une capitale au début du XIème siècle, avec une grande expansion urbaine et monumentale, jusqu'à son abandon en 1221. Mais des tribus mayas continuèrent de fréquenter le site comme lieu de pèlerinage jusqu'à la conquête espagnole.

Figure 3 - Transect nord-sud (raccourci) à travers le site de Chichén Itzá.

Figure 3 - Transect nord-sud (raccourci) à travers le site de Chichén Itzá.

Photo 7 - Le cenote sacré (Cenote de los Sacrificios) dans les calcaires crayeux bien lités de l'Éocène. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Photo 7 - Le cenote sacré (Cenote de los Sacrificios) dans les calcaires crayeux bien lités de l'Éocène. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Photo 8 - Au cœur de Chichén Itzá : Chac Mool, le dieu jaguar et le Castillo, (Kukulkán), la forêt sèche au loin. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Photo 8 - Au cœur de Chichén Itzá : Chac Mool, le dieu jaguar et le Castillo, (Kukulkán), la forêt sèche au loin. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Photo 9 - Le cenote de Xtoloc (de l'iguane), dans son environnement forestier. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Photo 9 - Le cenote de Xtoloc (de l'iguane), dans son environnement forestier. [cliché : Jean NICOD, 1995]

Nappe karstique à ≈ 20 m de la surface du plateau et ébauche d'un conduit oblique.

III - Le problème de l'eau en pays maya : son caractère mythique

18L'alimentation en eau était un problème majeur. Au cours de la longue saison sèche, il fallait la puiser dans les profondeurs, dans les cenotes et dans les grottes sacrées. C'était le cas dans le réseau semi-noyé de Balancanchén, proche de Chichén-Itza. Les Mayas recueillaient aussi dans des vases l'eau "vierge" qui tombait des stalactites (W. SIMÃES, 1993). Au XIXème siècle encore, des systèmes d'escaliers et d'échelles permettaient d'aller chercher de l'eau dans les grottes de Loltun et de Belonchén). Sur la pyramide du Kukulkán, temple solaire, certains jeux de lumière, lors des équinoxes, au soleil couchant, paraissaient animer les serpents de pierre, présages du retour des pluies. Mais c'est au cenote sacré que l'on invoquait Chac, le dieu de la pluie, pour conjurer les effets des sécheresses par des offrandes et des sacrifices humains. Ces sacrifices étaient en rapport avec le fonctionnement du cenote, nappe d'eau pérenne, mais à niveau fluctuant (maintenant, de -20 à -24 m selon la période).

IV - La Nappe d'eau douce dans les cenotes du Yucatan

19Le grand nombre de cenotes et de réseaux hypogés semi-noyés est en rapport avec l'organisation du karst du nord de la péninsule (Fig. 4).

Figure 4 - Coupe à travers le nord du Yucatan mettant en évidence le fonctionnement hydrologique (d'après C. THOMAS, 1999, 2010).

Figure 4 - Coupe à travers le nord du Yucatan mettant en évidence le fonctionnement hydrologique (d'après C. THOMAS, 1999, 2010).

20Le développement de ce karst résulte de quatre ensembles de facteurs (cf. M.A. HERAUD-PIÑA, 1995 ; J.N. SALOMON, 2003 ; C. THOMAS, 1999, 2010) :

  • Des conditions lithologiques favorables : puissance de la série calcaire éocène à mio-pliocène (de 265 m au nord de Valladolid à 550 m à Ticul), sur la série carbonatée et évaporitique du Crétacé, épaisse de près de 3000 m (Fig.4).

  • Une fracturation, provoquée en partie par l'impact de la météorite de Chicxulub (du nom du port près de Progreso, au centre du cratère). Cet astroblème, à la limite du Crétacé et du Tertiaire, il y a 65 millions d'années, serait responsable de l'extinction des dinosaures par la crise climatique induite. Une densité plus grande de cenotes, organisée en arc de cercle, marque l'héritage de la fracturation intense en bordure du cratère (E. PERRY et al., 1995).

  • Un système d'interdépendance dans l'aquifère entre la nappe phréatique et l'évolution du karst.

  • L'altération des calcaires crayeux, tant au niveau de la nappe qu'en sub-surface (racines d'altération (Photo 10).

Photo 10 - Altération des calcaires crayeux à la base d'un mogote près d'Uxmal. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 10 - Altération des calcaires crayeux à la base d'un mogote près d'Uxmal. [cliché : Jean NICOD, 1993]

21Cette nappe se présente comme une gigantesque lentille d'eau douce au-dessus d'une zone d'eau salée, surtout par ingression d'eau de mer et localement sulfatée par dissolution des évaporites. La nappe d'eau douce est alimentée par l'infiltration des précipitations, surtout du coté des Caraïbes, le plus arrosé, et elle s'écoule par les sources littorales et sous-marines. La dissolution des calcaires est particulièrement active au niveau de l'halocline (limite entre l'eau douce et l'eau salée) ; elle est responsable de la formation des réseaux hypogés, dont les coupoles de voûte seraient en rapport avec des panaches hydrothermaux. Le dénoyage des cavités, par abaissement du niveau de la nappe lors des niveaux marins régressifs du Quaternaire, est la cause principale de la formation des cenotes par effondrement des toits (J.N. SALOMON, 2003).

22Comme le niveau de la nappe dans les cenotes présente, avec un certain retard, des variations en fonction des précipitations régionales, il est probable que les Mayas les avaient observées. Ainsi le cenote des Sacrifices jouait-il le rôle de piézomètre sacré.

V - Un mythe témoin des changements climatiques

23Lors de la fondation de Chichén Itzá, vers 450 de notre ère, les conditions climatiques étaient moins sévères qu'aujourd'hui (J.H. CURTIS et al., 1996). L'expansion du peuplement maya sur les plateaux du Yucatan s'est effectuée en rapport avec les possibilités agricoles, surtout la culture du maïs, du cacaoyer et du coton. Les indications sur le paysage agricole au début de l'époque colombienne montrent que cette agriculture s'effectuait sous la forme de parcelles (milpas) encloses de murs : jardins-vergers avec des agaves, dominés par quelques grands arbres, espèces reliques de la forêt originelle (T.M. WITHMORE et B.L. TURNER, 1992). Les recherches effectuées plus à l'est, sur les sédiments dans le lac Cobá (sur les diatomées, ostracodes, δ18O), montrent un haut niveau lacustre vers 2600 BP, soit 650 avant J.C., donc au début de l'expansion du peuplement maya (T.M. WITHMORE et al. 1996).

24La saison des pluies est en rapport avec le déplacement de la zone de convergence intertropicale vers le nord. Les nuages couvrent le ciel, et les vents alizés du sud-est apportent la pluie. Toutefois il y a une grande irrégularité interannuelle entre la durée et l'importance des précipitations. Ainsi Merida a reçu 1631 mm en 1916, mais seulement 407 en 1903, au cours d'une séquence de trois années sèches. C'est la même irrégularité (avec l'effet des hurricanes dévastateurs) que dans les Caraïbes. Elle est liée aux variations des champs de pression : phénomène El Niño, précipitations accrues côté Pacifique, assèchement côté Atlantique. Ces conditions ont varié dans le passé, les phases de sécheresse ont été plus marquées à certaines époques. Leurs effets ont été plus sensibles à la fin de l'époque classique, après une période de pluviosité favorable, du fait de la surpopulation et de la multiplication des défrichements entraînant l'érosion des sols (bien marquée par les dépôts du lac Coba). Les mêmes processus se seraient reproduits à la fin de l'apogée de Chichén Itzá ? Dans ce milieu sensible, famines et épidémies, migrations de populations, guerres, révoltes et pertes des pouvoirs politiques sont des combinaisons en chaîne avec les phases de péjoration du milieu climatique et des écosystèmes. Ils ont abouti à l'abandon des cités (J.N. SALOMON, 2009).

Chapitre III : Hauts lieux et grottes du Jura polonais. Sites historiques et géomorphosites des parcs nationaux

25En souvenir de Marian PULINA, de nos missions à l'Université de Silésie et de la visite de ces lieux sous sa direction en 1985 et lors de la Table-Ronde Franco-Polonaise en 1987.

26Le haut plateau à la limite nord-est de la Silésie, entre Cracovie et Częstochova, constitue un milieu physique original, unique en Pologne, par ses hautes buttes calcaires du secteur d'Ogrodzieniec, le canyon de Pradnik et ses grottes. C'est aussi un ensemble de sites historiques, avec ses châteaux et ses refuges, dans le contexte d'une région proche d'une grande ville historique et marqué par les conflits frontaliers. Mais c'est maintenant un ensemble de sites protégés, dans le cadre de parcs nationaux, à des fins à la fois scientifiques et récréatives, au voisinage de la conurbation silésienne.

I - Un pays original, une zone conflictuelle historique

27Par rapport aux vastes plaines de Pologne, c'est un plateau de 400 à 500 m d'altitude, dénommé "Hauteurs de Cracovie-Częstochowa" (Wyźina Krkowsko-Częstochowska) par sa situation entre ces deux villes historiques, mais se prolongeant au nord-ouest jusqu'à Wielun Compte tenu de son relief karstique, en rapport avec la puissance des calcaires jurassiques, le terme Jura est tout aussi utilisé. C'est le karst de plateau le plus étendu de Pologne, très original par ses hauts rochers escarpés couronnés de châteaux forts (Fig 5) et ses nombreuses grottes. En grande partie forestier, riche en sites d'intérêt écologique, il domine au sud-ouest le bassin houiller et industriel de Silésie. Par sa topographie, ses grottes et ses sources, ce plateau, entre la haute vallée de la Vistule et celle de la Warta, fut toujours une zone refuge, dès la Préhistoire et au cours des multiples conflits de la Pologne historique. Dans la réorganisation de l'Europe en 1815, il s'est trouvé en frontière de la Silésie prussienne et partagé entre la Russie et la minuscule République de Cracovie annexée par l'Autriche en 1846. Aujourd'hui, les principaux sites de la partie centrale du plateau, situés dans la province de Katowice, sont protégés dans le cadre du "Complexe des Parcs des Pays Jurassiques" institué en 1980. Au sud-est, le canyon de Prądnik, riche en sites archéologiques et historiques, dépendant de Cracovie, constitue le petit Parc National d'Ojców, créé en 1956.

Figure 5 - Château ruiné de Ryczów (fin du XIVème siècle), au sud d'Ogrodzieniec,à 495 m d'altitude (d'après une photographie dans Mapa Zespolu Jurajskich Parkow, 1995).

Figure 5 - Château ruiné de Ryczów (fin du XIVème siècle), au sud d'Ogrodzieniec,à 495 m d'altitude (d'après une photographie dans Mapa Zespolu Jurajskich Parkow, 1995).

II - Un karst original parmi tous ceux de la Pologne

28Par son étendue, la puissance relative des calcaires jurassiques formant cuesta à l'ouest, le haut plateau de Cracovie-Częstochova est le plus typique parmi les karsts de la Pologne méridionale (Fig. 6, Photo 11). La grande originalité du Jura Polonais réside dans ses reliefs escarpés, dômes et chicots aux formes contournées, qui évoquent les karsts à cônes ou mogotes des pays tropicaux, et dans ses nombreuses grottes. Ces reliefs résultent de conditions structurales particulières et d'une longue évolution polyphasée (J. GLAZEK et al., 1972). Cette grande unité calcaire est calquée sur une structure NO-SE du socle hercynien. Après la sédimentation marine du Jurassique, donnant une série de calcaires lités, succède à l'Oxfordien, un ensemble de hauts fonds propices à de puissantes constructions récifales, du type bioherme. Ces récifs furent enfouis sous les sédiments crétacés et subirent des altérations profondes. Ils furent dégagés au cours du Paléogène sous un climat de type tropical, donnant un karst à buttes ou mogotes. Puis le secteur est à nouveau enfoui sous les sables miocènes et évolue alors en crypto-karst. Au Plio-Quaternaire, le karst est à nouveau exhaussé, les biohermes sont dégagés, formant des reliefs résiduels soumis aux mouvements de masse et aux actions périglaciaires.

Figure 6 - Carte du karst du Jura Polonais et de la bordure du bassin de Silésie (d'après A. TYC, 1997, repris dans M. PULINA, 1997, figure modifiée).

Figure 6 - Carte du karst du Jura Polonais et de la bordure du bassin de Silésie (d'après A. TYC, 1997, repris dans M. PULINA, 1997, figure modifiée).

Photo 11 - Piton calcaire culminant à 504 m et château-fort d'Ogrodzieniec. [cliché : Jean NICOD, 1987]

Photo 11 - Piton calcaire culminant à 504 m et château-fort d'Ogrodzieniec. [cliché : Jean NICOD, 1987]

L'enceinte fut construite entre 1530 et 1545 au-dessus de Podzamsce. Au-dessous du château, était installé un village d'artisans.

29Les pitons les plus caractéristiques répondent à des conditions structurales (Fig. 7). Certains ont l'aspect de butte-témoin : des réseaux fossiles tronçonnés forment des sortes de "fenêtres" (okiennik) dans leur paroi. Les fractures des dômes, fissures élargies par les altérations et bourrées de sédiments résiduels, ont permis le jeu des différentes parties, comme au Mont Berkówa près de Podlesice (Photo 12) ; des lapiés et bogaz s'ouvrent en haut des dômes (Fig. 8). Dans quelques cas, le relief résiduel est démembré en chicots, comme à Podzamsce - Ogrodzieniec, le point le plus haut du Jura Polonais (Photo 11).

Figure 7 - Structure géologique de la butte de Podzamcze (Ogrodzieniec) (d'après un dessin exécuté sur le terrain lors d'un exposé de J. GLAZEK en 1987).

Figure 7 - Structure géologique de la butte de Podzamcze (Ogrodzieniec) (d'après un dessin exécuté sur le terrain lors d'un exposé de J. GLAZEK en 1987).

Photo 12 - Le mont Berkówa, dôme qui correspond à un bioherme du Jurassique supérieur) avec ses dislocations. [cliché : Jean NICOD, 1987]

Photo 12 - Le mont Berkówa, dôme qui correspond à un bioherme du Jurassique supérieur) avec ses dislocations. [cliché : Jean NICOD, 1987]

Figure 8 - Transformation des biohermes en tors : essai de synthèse, d'après les observations dans les carrières et les discussions sur le terrain en 1985 et 1987.

Figure 8 - Transformation des biohermes en tors : essai de synthèse, d'après les observations dans les carrières et les discussions sur le terrain en 1985 et 1987.

III - Importance des phases périglaciaires

1 ) Intensité des processus

30Ces chicots de calcaire récifal, dégagés des altérites et affectés par des mouvements de masse, ressemblent aux tors des versants granitiques. Les parois des dômes et chicots ont été affectées par d'intenses processus cryoclastiques lors des phases froides du Quaternaire, de la Warthe (Riss II alpin) et de la Vistule (Würm). Les fronts glaciaires étaient au nord du Jura Polonais. C'est à cette époque que ces versants ont été déstabilisés et ont produit d'importants chaos de blocs. Ces périodes froides ont aussi été marquées par une importante déflation éolienne sur les surfaces d'épandage (sandr) et les plaines alluviales (pradoliny). De ce fait, la base des pitons est souvent enfouie sous les sables "soufflés". Entre les buttes, les vallons et les dolines sont empâtés par la couverture de sables soufflés et de lœss. Des carrières où l'on exploitait les "sables de moulage", utilisés dans l'industrie sidérurgique silésienne, donnent des coupes dans l'ensemble des sédiments accumulés dans ces dépressions. Elles attestent de l'intensité des processus de cryoturbation qui les ont affectés lors des périodes froides. L'une d'elle nous montre un mogote dégagé artificiellement (Photo 13). Ainsi l'ensemble du haut plateau constitue un paléokarst tropical, fossilisé puis exhumé et profondément modifié par les actions dynamiques lors des phases froides du Quaternaire (D. GILEWSLA, 1964 ; M. PULINA et A. TYC, 1987). Et les biohermes, devenus mogotes sont aussi des tors (Fig. 8).

Photo 13 - Poche de sable et paléokarst exhumé : vue sur la vallée de la Wiercica près de Julianske. [cliché : Jean NICOD, 1987]

Photo 13 - Poche de sable et paléokarst exhumé : vue sur la vallée de la Wiercica près de Julianske. [cliché : Jean NICOD, 1987]

2 ) Une "oasis" au milieu des terrains englacés au cours du Quaternaire

31Grâce à son altitude, supérieure à 400 m, la partie centrale du plateau de Cracovie-Częstochova n'a jamais été englacée par les inlandsis successifs, ce qui a permis la survivance de diverses espèces végétales dans quelques niches écologiques favorables. Plusieurs grottes sont des sites archéologiques témoignant de phases d'occupation humaine dès le Paléolithique moyen. Dans la grotte Biśnik, près de Smolén, neuf couches sédimentaires correspondent aux périodes climatiques du Pleistocène moyen/récent et de l'Holocène. La plus ancienne, la couche "Odra", montre une occupation humaine il y a environ 300000 ans (OIS 8), avec une industrie de type Levalloisien, dans un milieu de steppes et de forêts (Karst and Cryokarst, 2007). Plus récente, la riche faune (avec mammouth et renne) découverte dans la grotte 4 du mont Birów près de Podzamcze témoigne d'un environnement de forêts, de steppes et de toundras lors de la dernière glaciation.

IV - Un château d'eau

32Par son altitude, des précipitations moyennes annuelles supérieures à 800 mm et de nombreuses sources, le haut plateau est à l'origine de plusieurs cours d'eau : la Warthe, son affluent la Wiercica et les rivières affluentes de la Vistule, la Pilica et le Prądnik, dans le secteur de Cracovie ; les deux Przemsza, du coté silésien. Certaines sources sont de belles exsurgences karstiques, comme celle de la Pilica (Qm = 0,7 m3/s). La Czarna Przemsza (la Przemsza noire), issue de plusieurs résurgences, alimente le réservoir de Siewierz. La couverture de sables et, dans les calcaires, l'importance des altérations profondes constituent un aquifère important, régulateur des débits et largement exploité pour l'alimentation urbaine. Mais des désordres ont été induits par l'industrie silésienne. C'est le cas surtout dans le secteur d'Olkusz, où les calcaires jurassiques sont en contact par faille avec le Muschelkalk. L'extraction minière (Pb et Zn) dans les calcaires dévoniens sous-jacents nécessitait à l'époque de l'industrialisation accélérée de la Pologne une exhaure considérable (Fig. 9). Elle entraînait un abaissement drastique du niveau des nappes, produisait des pertes dans le lit de la Biala Przemsza (la Przemsza blanche) et la formation de dépressions de subsidence, dont une énorme doline en chaudron d'environ 300000 m3 (J. MOTYKA et Z. WILK, 1984).

Figure 9 - Le site des mines de Pb et Zn d'Olkusz, dans les calcaires dévoniens au contact du karst des calcaires du Jurassique et du Muschelkalk. Exhaure et rejet des eaux dans la Biala Przemsza en aval.

Figure 9 - Le site des mines de Pb et Zn d'Olkusz, dans les calcaires dévoniens au contact du karst des calcaires du Jurassique et du Muschelkalk. Exhaure et rejet des eaux dans la Biala Przemsza en aval.

Q : remblaiement quaternaire. j : calcaires jurassiques. t3 : marnes du Keuper. l : Lias. t2 : calcaires et dolomies minéralisés (Pb-Zn-Ag) du Muschelkalk. r : schistes du Werfénien (Permien). d : dolomies du Dévonien. Sources : J. MOTYKA et Z. WILK (1984), M. PULINA et A. TYC (1987).

V - Un haut lieu historique

33En fonction des grottes refuges, divers sites sont occupés au Néolithique. À l'Âge du Fer, une double enceinte est construite sur la pente au sud-ouest d'Okiennik Wielki. La région est occupée par les Scythes, puis les Slaves. Elle sert de refuge au cours des guerres médiévales. Au XIVème siècle, sous et après le règne de CASIMIR III le Grand (1333-1370), elle constitue une zone de défense contre les Tchèques qui occupaient la Silésie. De nombreux châteaux forts sont construits sur les pitons calcaires, formant le "chemin des nids d'aigle" : Smoleń en 1360, Ogrodzieniec vers 1370, Bydlin et Ryczów vers 1388. Après les temps troublés du XVème siècle, sous le règne de SIGISMOND le Vieux, le château d'Ogrodzieniec est reconstruit Au milieu du XVIIème siècle, lors des guerres suédoises, la région est ravagée et le château en partie ruiné en 1655. Avec les partages successifs de la Pologne, elle redevient une région frontalière. Elle joue un rôle important lors de l'insurrection de 1863 contre les Russes. En 1914, PILSUDSKI y forme sa légion à Bydlin. Lors de l'occupation du pays après la défaite de 1939, le château d'Ogrodzieniec, symbole de la Pologne historique, est détruit par les nazis.

VI - Le canyon de Prądnik, dans le Parc national d'Ojców

34Dans la partie méridionale du Jura Polonais, les vallées de la rivière Prądnik et de son affluent la Sąspówska sont encaissées d'une centaine de mètres dans les calcaires jurassiques. Par rapport aux plateaux encadrants, secs et couverts de lœss, aux champs en lanières et aux villages-rues, ce sont des coupures humides et forestières. L'aspect de ces vallées est varié. Elles sont tantôt larges, avec des versants boisés et un fond plat alluvial en prairies où s'égrènent les maisons d'Ojców, tantôt resserrées entre des parois calcaires, comme aux "Portes" (Photo 14). Çà et là se dressent des quilles calcaires isolées et de grands monolithes, comme la "Massue d'Hercule". Cette singularité des parois de vallée est en rapport avec les irrégularités dans de puissantes constructions récifales. Après la formation d'un karst à buttes, le secteur a été couvert par les sables miocènes et l'altération s'est poursuivie en profondeur. Le creusement des vallées a entraîné le dégagement des biohermes, mis en valeur les discontinuités, failles et plans de stratification altérés, et permis leur évolution en forme de tors ou pinacles.

Photo 14 - Dans le canyon de Prądnik, le défilé des "Portes". [cliché : Jean NICOD, 1987]

Photo 14 - Dans le canyon de Prądnik, le défilé des "Portes". [cliché : Jean NICOD, 1987]

En tête, le regretté Marian PULINA, directeur de l'excursion, lors de la Table-Ronde Franco-Polonaise (4 juin 1987).

1 ) Des grottes témoins de l'évolution géomorphologique

35Dans les versants et les parois rocheuses s'ouvrent plus de 200 cavités, dont des grottes-tunnels, certaines partiellement décapitées par recul du haut du versant, comme "Jaskynia Tunel" (Photo 15). Ces réseaux suspendus au-dessus du talweg témoignent d'un ancien niveau de creusement de la vallée Ainsi Ciemna, la "Grotte Obscure", a fonctionné comme réseau phréatique, marqué par des coupoles de voûte, puis comme réseau vadose, en fonction de la position intermédiaire du talweg. Ces grottes contiennent de nombreux dépôts paléontologiques et archéologiques. Leurs sédiments et leurs concrétions marquent la succession des phases paléoclimatiques (T. MADEYSKA, 1981).

Photo 15 - Entrée de "Jaskynia Tunel" : la grotte tunnel. [cliché : Jean NICOD, 1987]

Photo 15 - Entrée de "Jaskynia Tunel" : la grotte tunnel. [cliché : Jean NICOD, 1987]

2 ) Des niches écologiques

36Dans ces vallées du parc d'Ojców, la variété des pentes, des sols et des conditions d'exposition permet une grande biodiversité et la multiplicité des écosystèmes. Des endémiques sont héritées de la succession des environnements glaciaires et interglaciaires ; des espèces xérothermiques, d'affinité méditerranéenne, survivent sur les rochers et les pentes raides en position d'adret. Quelques plantes arctiques subsistent en ubac et une espèce particulière de bouleau dans les fonds humides. Suivant les sols et les expositions, sont juxtaposées des forêts de hêtres (d'espèce endémique), de sapins et épicéas, de chênes, charmes et sycomores, alors que des pins occupent le haut des rochers. Le parc est d'une grande richesse avicole : aigles, hiboux, martins-pêcheurs. Dans ses grottes pullulent plusieurs espèces de chauves-souris.

3 ) Un important héritage patrimonial

37Dans ce secteur proche de Cracovie, les grottes ont servi de refuges à diverses époques, par exemple la caverne du roi LOKIETEK. De nombreuses chapelles et deux châteaux y ont été construits dont, au XVIème siècle, le château royal de Pieskowa Skala. Ainsi le Parc National d'Ojców jouit-il d'un grand prestige, scientifique et touristique.

Chapitre IV : Hauts lieux, chapelles rupestres et troglodytes de Provence. Dans les géomorphosites, spécialement dans le Var. Sanctuaires mythiques où l'archage Saint-Michel terrasse le démon

38De nombreux édifices religieux ont été bâtis en Provence au cours des siècles dans des géomorphosites typiques, liés aux particularités du relief, hérité d'une longue évolution morphotectonique, et aux habitats et usages traditionnels de cette région. La plupart, dans de beaux paysages, ont une grande valeur historique et patrimoniale. De nombreuses chapelles ont été construites sur des sommets, certaines en rapport avec d'anciens châteaux-forts ; des églises dans des villages perchés jouissent aussi d'un panorama magnifique. À l'image du site majeur de la Sainte-Baume, diverses chapelles ont été aménagées dans des grottes, en forme de "baumes murées". D'autres ont été excavées dans des roches tendres, comme les travertins. Nous insisterons particulièrement sur ces sites troglodytiques, en relation éventuelle avec les occupations préhistoriques ou historiques (grottes-refuges, ermitages) et en raison de certains aspects mythiques.

39Étant donné l'importance de ce sujet, nous ne pouvons ici présenter que quelques exemples typiques, en renvoyant le lecteur au chapitre IV de Dynamiques Environnementales n° 34, plus copieux, avec toutes les références.

I - Variété des sites perchés et rupestres

40Ce sont d'abord les chapelles perchées, au sommet des différents types de relief. À l'intérieur des terres, elles dominent les vastes étendues forestières plus ou moins dégradées, le saltus, jadis aux multiples usages, et les terres de culture. Des processions venaient y implorer l'intercession des saints pour la sauvegarde des hommes, des troupeaux et des récoltes (Fig. 10).

Figure 10 - Localisation des églises et chapelles en site naturel caractéristique, perché, rupestre ou troglodytique.

1 ) Diversité des sites panoramiques isolés

41Le site le plus célèbre est celui du prieuré de Notre-Dame, à l'extrémité occidentale de l'escarpement de la Sainte-Victoire (Croix de Provence, à 948 m d'altitude), dominant le Pays d'Aix, proche du gouffre du Garagaï et lié au souvenir de la victoire de MARIUS sur les Teutons en 102 avant J.C. Ce sont aussi les trois sites historiques "au péril de la mer", à l'immense panorama, Notre-Dame de la Garde sur son horst calcaire, dominant Marseille, sa réplique sur la falaise de grès du Cap Soubeyran à La Ciotat, face aux Calanques de Cassis, et Notre-Dame du Mai, au sommet du massif de schistes métamorphiques du Cap Sicié près de Toulon.

42Citons aussi, parmi les sites qui jouissent d'un panorama étendu sur les reliefs de la Provence calcaire, la chapelle du Saint-Pilon à la Sainte-Baume (994 m), le prieuré de Saint-Jean du Puy à l'extrémité SO de l'Aurélien, Notre-Dame de Baudinard (709 m) au-dessus des Moyennes Gorges du Verdon. La chapelle de Sainte-Anne, au sommet du petit massif des Côtes (479 m), avec un monument de la Résistance, domine la vallée de la Durance près de La Roque-d'Anthéron. Dans les Maures, celle de Notre-Dame des Anges est située, à 780 m, à l'extrémité occidentale des hautes surfaces du massif cristallin. Dans quelques cas, la toponymie fait référence au panorama dont les pèlerins pouvaient jouir  Notre-Dame de Beauvoir à Moustiers-Sainte-Marie (Fig. 11), la plus célèbre, mais aussi son homonyme à Monferrat et Notre-Dame de Bellevue au-dessus de Tavernes (Var)  ; parfois, c'est la nature du relief qui est soulignée (Notre-Dame du Roc à Castellane, etc.).

Figure 11 - Notre-Dame de Beauvoir à Moustiers-Sainte-Marie.

Figure 11 - Notre-Dame de Beauvoir à Moustiers-Sainte-Marie.

Cumul des aspects naturels et historiques. Chapelle romane, encastrée dans le calcaire, dans le site de la clue d'Entreroches (Ravin de Notre-Dame) sur le front subalpin, au-dessus de la source vauclusienne et de la cascade de la Maïre. Bourg construit sur le balcon de travertins formé par les eaux de cette exsurgence, utilisation agricole et industrielle des eaux (moulins, faïenceries, etc.), haut lieu historique et patrimonial. Au-dessus de la chapelle, suspendue à la chaîne entre les deux rochers, la célèbre étoile, souvenir du vœu du duc de Blacas revenu sain et sauf de la croisade. À gauche, sur une vire, la grotte-chapelle de Sainte-Madeleine (M). (Dessin d'après une photographie du début du XIXème siècle, avant l'urbanisation actuelle)

2 ) À proximité d'anciens châteaux-forts

43Certaines chapelles en site panoramique étaient associées à un château-fort, comme Notre-Dame de la Roche, dominant la clue du Largue près de Volx, et Notre-Dame du Château, au-dessus d'Allauch, sur un éperon du massif calcaire d'où l'on jouit du panorama sur Marseille. Au-dessus de Rougiers, au pied de l'ancien château situé sur la corniche du plateau calcaire, l'ancienne église Saint-Jean subsiste dans les ruines du village castral. Dans les chaînons des Alpes-Maritimes, le toit d'une chapelle ruinée servait vers 1900 de point de vue dans les restes de la forteresse du Castellaras (XIème-XVIème siècles), perchée à 1400 m d'altitude sur un piton calcaire dominant le val de Thorenc. En Vaucluse, sur les contreforts nord du Luberon, des églises sont à côté des châteaux ruinés de Lacoste et d'Oppède-le-Vieux.

3 ) Dans les villages perchés

44De nombreuses églises sont situées en position dominante sur la butte qui les porte, soit au sommet, soit à une extrémité, orientale à Saint-Julien-le-Montagnier. À l'intérieur de La Verdière (Var), l'église est associée au château (Photo 16) ; il en est de même à Ansouis (Vaucluse) et c'était le cas à Montauroux (Var). Au contraire, celle de Tourtour (Var) est maintenant isolée du village. L'ancien édifice peut être réduit au rôle de chapelle, telle Notre-Dame de la Roque à Jouques (Bouches-du-Rhône), ou marquer des habitats abandonnés, comme plusieurs dans le Var : Notre-Dame du Beausset Vieux, Saint-Pothin de Varages et, au-dessus de la dépression permienne, la chapelle voisine de l'oppidum de Taradeau et Notre-Dame de la Vière près de Carnoules.

Photo 16 - L'église de La Verdière (Var) encastrée sous la terrasse du château des Forbin d'Oppède, construit aux XVIIème-XVIIIème siècles sur les ruines du château médiéval dominant le village. [cliché : Jean NICOD, 2004]

Photo 16 - L'église de La Verdière (Var) encastrée sous la terrasse du château des Forbin d'Oppède, construit aux XVIIème-XVIIIème siècles sur les ruines du château médiéval dominant le village. [cliché : Jean NICOD, 2004]

4 ) Des sites des eaux

45Quelques chapelles ont été édifiées près d'une source : la plus typique est celle de Saint-Barthélémy de Salernes, perchée dans le petit canyon au-dessus de l'exsurgence karstique, mais il y a aussi celles du Saint-Rosaire à Tourtour et de Notre-Dame du Salut à Murs (Vaucluse). Un monastère avait été construit au XIIIème siècle à Sorps, à côté de la puissante résurgence de Fontaine-l'Évèque, proche du pont romain sur le Verdon (ensemble maintenant submergé dans le lac de Sainte-Croix). La chapelle rupestre de Notre-Dame de Pennafort a été édifiée près d'une cascade dans les gorges de l'Endre, à l'est de Draguignan. Dans la clue de Mirabeau, sur son rocher battu par les tourbillons de la Durance, se dresse la chapelle de Sainte-Madeleine, que les passagers du bac en péril se devaient d'invoquer !

5 ) Des "Déserts" monastiques dans des sites forestiers

46En Haute-Provence, ce sont aussi des sites perchés, comme celui du prieuré roman de Ganagobie, sur le rebord du plateau calcaire miocène, à 660 m d'altitude, dominant la vallée de la Durance. Dans le front subalpin, la chapelle Saint-André est perchée sur un mont isolé au-dessus des gorges, dangereuses lors des épisodes torrentiels, de Trévans près d'Estoublon au sud de Digne (Photo 17). C'est le reste d'un monastère des Carmes détruit en 1575 par le Comte de Carcès, car devenu refuge des "religionnaires". Elle est située au sein d'un ensemble sylvopastoral, devenu la forêt domaniale de Montdenier (J. NICOD, 2011).

Photo 17 - Site de la Chapelle Saint-André au-dessus des gorges de Trévans, sur un mont isolé (au premier plan). [cliché : Jean NICOD, 2004]

Photo 17 - Site de la Chapelle Saint-André au-dessus des gorges de Trévans, sur un mont isolé (au premier plan). [cliché : Jean NICOD, 2004]

47En Basse-Provence, deux chartreuses s'établirent dans de vastes espaces forestiers. Celle de Montrieux, dans la haute vallée du Gapeau, disposait d'un vaste domaine sur le plateau karstique, terrain de parcours des troupeaux locaux et transhumants, avec des îlots cultivés par ses fermiers dans les dolines et petits poljés (A. ACOVITSIÓTI-HAMEAU, 2005). Au cœur du massif cristallin des Maures, la chartreuse de la Verne, fondée en 1170 et reconstruite au XVIIIème siècle, se trouve en position dominante au milieu d'une immense forêt de châtaigniers et de chênes-lièges ; elle disposait d'une source pérenne, la Font-Sainte.

48L'abbaye cistercienne de Saint-Pons a été fondée en 1205 dans la "vallée close" du Fauge, à l'extrémité occidentale du massif de la Sainte-Baume, près de Gémenos. Grâce à son exsurgence abondante, elle avait la possibilité d'arrosage des prairies en fond de vallée et d'installation de moulins. À l'aval, la chapelle de Saint-Martin-le-Vieux avait été construite au-dessus d'une des "tompines", cascades du Fauge.

49Le site du sanctuaire de Sainte-Marie-Madeleine à la Sainte-Baume combine les multiples éléments : relief et structure géologique typique, grotte murée en falaise, chapelle perchée du Saint-Pilon au-dessus, forêt sacrée (hêtraie relictuelle), ensemble jadis mythique et historiquement protégé (J. MAZET, 1993), inclus dans un futur PNR (Fig. 12).

Figure 12 -Transect schématique montrant la position de la grotte de la Sainte-Baume dans son contexte structural et bioclimatique (J. NICOD in "Worldwide database on Sacred Caves").

Figure 12 -Transect schématique montrant la position de la grotte de la Sainte-Baume dans son contexte structural et bioclimatique (J. NICOD in "Worldwide database on Sacred Caves").

II - Diversité des chapelles et ermitages troglodytes

50Les sites rupestres les plus variés sont ceux des chapelles troglodytes. Leur grand nombre en Provence est en rapport avec la multiplicité des reliefs calcaires et des réseaux karstiques. Ces grottes ont joué un grand rôle au cours des siècles, comme refuge et parfois habitat dès la Préhistoire et souvent comme point d'eau dans le cadre de l'économie pastorale. Dans de nombreux cas, la chapelle dérive du refuge et de l'ermitage ou leur est associée (C. GAUCHON, 1997). On peut les classer soit en fonction des types de sites naturels, soit en rapport avec les méthodes d'aménagement et l'architecture des édifices associés (Tab. I à IV).

Tableau I - Sites religieux troglodytes des Alpes-de-Haute-Provence (04).

Tableau I - Sites religieux troglodytes des Alpes-de-Haute-Provence (04).

Tableau II - Sites religieux troglodytes des Bouches-du-Rhône (13).

Tableau II - Sites religieux troglodytes des Bouches-du-Rhône (13).

Tableau III - Sites religieux troglodytes du Var (83).

Tableau III - Sites religieux troglodytes du Var (83).

Tableau IV - Sites religieux troglodytes du Vaucluse (84).

Tableau IV - Sites religieux troglodytes du Vaucluse (84).

1 ) Les baumes murées

51Elles s'apparentent aux habitats et refuges préhistoriques. Comme à la grotte de la Sainte-Baume, ou de façon plus élémentaire à Notre-Dame de Fox-Amphoux, Saint-Honorat de Roquefavour, Sainte-Magdeleine d'Aups (Var) et Notre-Dame de Calern (Alpes-Maritimes), la cavité constitue la nef du sanctuaire, fermée par un mur en façade, percé d'un porche et éventuellement de fenêtres ou d'oculi. Voici trois exemples de sites et d'aménagements très différents.

a. La Baume Saint-Michel, en amont du canyon du Caramy, au nord de Mazaugues (Var)

52C'est un aménagement très fruste, de type pastoral, avec des murs en pierre sèche La vaste caverne, située à la base de la corniche de calcaires jurassique, est perchée d'une cinquantaine de mètres au-dessus de la rivière. La grotte comporte deux diverticules et plusieurs constructions (Photo 18). Grâce à sa position et à la ressource en eau issue des suintements, elle servit de tous temps, depuis le Néolithique, comme habitat temporaire ou comme refuge, dans le cadre de l'économie pastorale. La chapelle et le logis adjacent auraient été aménagés par l'ermite SUTTON au milieu du XVIIème siècle (P. HAMEAU, 2000).

Photo 18 - La Baume Saint-Michel et ses murs. [cliché : Jean NICOD avec Jean-Joseph BLANC, 1997]

Photo 18 - La Baume Saint-Michel et ses murs. [cliché : Jean NICOD avec Jean-Joseph BLANC, 1997]
b. La chapelle de la Magdeleine, au-dessus d'Aups (Var)

53Elle se trouve vers 460 m d'altitude, en bordure de la montagne des Espiguières. On a aménagé et sanctifié l'une des cavités existantes dans les calcaires dolomitiques cataclasés (anciennes carrières) du front de chevauchement de cette unité de relief au contact du bassin d'Aups. La grotte correspond à l'élargissement d'une fracture subverticale, d'où la disposition du mur qui en ferme l'entrée Deux oculi, ménagés dans ce mur, éclairent ce modeste sanctuaire (Photo 19). Délaissé, il s'inscrivait dans un ensemble de quatre chapelles, disposées sur ce front montagneux, à la limite du saltus et des cultures sur restanques à proximité du bourg.

Photo 19 - Intérieur de la chapelle de la Magdeleine au-dessus d'Aups (Var) : mur percé d'une porte et de deux oculi. [cliché : Jean NICOD, 2004] 

Photo 19 - Intérieur de la chapelle de la Magdeleine au-dessus d'Aups (Var) : mur percé d'une porte et de deux oculi. [cliché : Jean NICOD, 2004] 
c ) L'ermitage de Saint-Honorat à Roquefavour : prieuré et chapelle troglodyte associés

54La chapelle troglodyte est la cella originelle d'un ancien prieuré situé dans un vallon au sud de la commune de Ventabren (Bouches-du-Rhône) et proche de l'aqueduc de Roquefavour. Ce vallon, sorte de reculée, est encaissé dans le plateau des calcaires lacustres de l'Éocène inférieur (Thanétien), partie de la cuesta occidentale du bassin d'Aix-en-Provence. Au fond du vallon, jadis cultivé, subsistent les restes de l'église romane et les substructions de trois bâtiments, avec tout un aménagement hydraulique à partir d'une source. Au-dessus de l'église, la chapelle rupestre est une baume murée, dans la barre calcaire. Le mur de fermeture, avec porte et lanterneaux en gros blocs bien taillés et des moulures ornementales côté interne, paraît avoir été construit lors de la prospérité du prieuré (Photo 20).

Photo 20 - La chapelle troglodyte de St-Honorat, cella initiale du prieuré : construction monumentale par rapport au mur originel, dont un pan subsiste à gauche. [cliché : Jean NICOD, 2012]

Photo 20 - La chapelle troglodyte de St-Honorat, cella initiale du prieuré : construction monumentale par rapport au mur originel, dont un pan subsiste à gauche. [cliché : Jean NICOD, 2012]

2 ) Les chapelles en abri sous roche

55Dans ce cas, la chapelle est entièrement construite dans une vaste cavité en forme de porche à la base d'un escarpement, tel le site très typique de Notre-Dame de Châteauneuf-lès-Moustiers ou celui dans la paroi d'un canyon à Saint-Michel de la Nesque, en Vaucluse.

56Il en est de même du prieuré de Saint-Eucher, partie d'un ancien ensemble monastique dominant la Durance. Les deux sanctuaires, la grotte perchée de l'ermite et l'ancien prieuré, sont situés en amont de la clue de Mirabeau, dans l'escarpement du Rocher de Saint-Eucher (Fig. 13). Le prieuré du XIème siècle, restauré en 1648, est encastré dans une baume sur des

Figure 13 - Le Rocher de Saint-Eucher avec le Prieuré dans une baume de fractures.

Figure 13 - Le Rocher de Saint-Eucher avec le Prieuré dans une baume de fractures.

3 ) Les ermitages encastrés dans le rocher

57Ils intègrent la grotte initiale du premier ermite, comme à Saint-Ser dans l'escarpement de la Sainte-Victoire À Saint-Pons de Valbelle, sur un chemin de transhumance au nord de la montagne de Lure, l'édifice est construit sur une vire. Il est juxtaposé à un boyau, objet d'un rite curieux, hérité du paganisme, lors de la procession annuelle des gens de Valbelle (C. GAUCHON, 1997, p. 95).

4 ) Les ermitages en partie excavés

58Généralement dans des travertins, ils sont composites, associant des cavités naturelles et d'autres excavées et des parties construites, précisément avec les matériaux extraits, de taille facile : exemples de la chapelle des Carmes (Notre-Dame du Bon Refuge) à Barjols, avec ses sept salles aménagées et son mur de façade, et de l'ermitage de Saint-Maurin à l'aval du Grand Canyon du Verdon.

5 ) Les édifices partiellement souterrains

59Quelques églises et monastères comportent des parties souterraines, nefs creusées, diverticules et cryptes, comme à Saint-Victor de Marseille. Les exemples les plus typiques sont ceux de Notre-Dame de Toutes-Fleurs, en partie excavée dans la butte de calcaire helvétien à Cabrières-d'Aigues (au sud du Luberon), et de la chapelle de Saint-Pierre de Barbourin, creusée dans la dalle de travertins du village perché de Seillons-Source d'Argens (A.Y. DAUTIER, 1999). Dans le prieuré de Carluc (Céreste, Alpes-de-Haute-Provence), ce sont les calcaires tendres du Burdigalien qui ont été excavés pour réaliser une nécropole hypogée. Sans être souterrains, certains édifices en site rupestre sont adossés à des rochers surplombants : Notre-Dame de la Roquette est située dans un beau bois de chênes verts, entre des blocs de grès rouge lie-de-vin permiens du "Rocher" de Roquebrune-sur-Argens, et à proximité du "Saint Trou", passage sous un bloc éboulé lors d'un séisme un vendredi saint (?).

III - Des lieux mythiques et historiques

60La plupart des sanctuaires troglodytes ont été utilisés à l'origine comme refuge, dès la Préhistoire, puis par des anachorètes : certains dès les premiers siècles du christianisme (Saint-Cassien, Saint-Eucher, Saint-Ser), ensuite par les Carmes repliés de Palestine à la fin des croisades (aux Aygalades à Marseille) et par des ermites, surtout au XVIIème siècle. De leur souvenir, restent de nombreux récits, légendes et de bien curieuses dévotions associées au milieu souterrain (C. GAUCHON, 1997).

1 ) Des cavernes sanctuarisées : le mythe de l'Archange

61On a noté la fréquence des sanctuaires rupestres dédiés à Saint-Michel : c'est l'archange qui terrasse le démon, un dragon dont ces antres étaient le repaire, suivant les croyances populaires (fresque à l'ermitage du Caramy, sculpture à Saint-Michel de la Nesque). Dans la grotte sacrée de la Sainte-Baume, l'archange serait venu aider la sainte à chasser les démons et dragons. D'une manière générale, il élimine les forces négatives et purifie les eaux souterraines (A. ACOVITSIÓTI-HAMEAU, 2005, p. 79). En fait, il s'agissait de mettre fin à la survivance des cultes païens, hérités de la Préhistoire ; c'était ainsi pour le "Sanctuaire du Caramy" (P. HAMEAU et al., 2000), le site préhistorique du Baoù de l'Aubésier (à proximité de Saint-Michel de la Nesque), le site de Saint-Michel de Gignac (commune du Rove), etc.

2 ) Divers héritages historiques et affinités mythiques

62Comme le prieuré de Saint-Honorat de Roquefavour, certains hauts lieux sont à la fois proches d'un site mythique préhistorique et d'un oppidum ou d'un ancien fort : ainsi, sur le plateau du monastère de Ganagobie, on a les restes d'un monument mégalithique et d'une enceinte fortifiée du VIIIème siècle (Villevieille). Au-dessus de Tourves, perchée sur un éperon calcaire à 510 m d'altitude, la chapelle de Saint-Probace, juxtaposée à un oppidum, domine, à la fois, vers le sud le canyon du Caramy, "sanctuaire néolithique", et côté nord la voie aurélienne (P. HAMEAU et al., 2000, p. 117). Dans les gorges du Verdon, des chapelles, comme celle de Sainte-Maxime, sont en rapport avec des sites préhistoriques (J. GAGNEPAIN, 2002). Toutefois le nom de la Baume l'Église, à Baudinard, y rappelle la présence de prêtres réfractaires pendant la Révolution.

63Plusieurs grottes du Var sont réputées avoir servi de refuge aux Sarrasins. L'une a été sanctifiée : Notre-Dame de la Spéluque, près d'Ampus. À Cabasse, en revanche, la chapelle de Notre-Dame du Glaive ( ! ) a été construite sur la crête au-dessus de la grotte murée à meurtrières, dite "Maison des fées", où ils s'étaient installés (C. UNGAR et D. ALLEMAND, 1991).

64En sortant de Marseille par l'autoroute A7, on aperçoit l'ermitage délaissé des Aygalades dans la falaise de travertins anciens du plateau de la Viste. Il aurait été construit par les Carmes de retour de Palestine en 1241, dans un site légendaire, au-dessus du "Bois sacré des Marseillais", détruit par les Romains lors du siège de 49 avant J.C.

65On notera l'effet de similitude entre le toponyme du Saint-Pilon, le rocher (cote 440 m) dans lequel se trouve l'ermitage troglodyte de Saint-Honorat, la Sainte-Baume de l'Estérel, avec la chapelle du Saint-Pilon au-dessus du sanctuaire majeur de Sainte-Marie-Madeleine.

66Un cas curieux, légendaire mais à fondement historique, est celui de l'origine de la chapelle de Notre-Dame des Salettes, ou de Benva, près de Lorgues (Var), construite sur une dalle de travertins où il y avait une cavité. Un "dragon" y aurait séquestré une petite fille. Grâce à l'intercession de la Vierge, le père put y venir ("vas bien !") assommer la "bête", alors endormie, et récupérer sa fille. En reconnaissance, on aurait aménagé un sanctuaire, en excavant le tuf, qui constitue l'abside de l'édifice, construit au début du XVIème siècle, devenu la chapelle de Notre-Dame du Bon Voyage.

67La plupart de ces chapelles et anciens ermitages agrémentent aujourd'hui les sentiers parcourus par les touristes et les randonneurs !

Seconde partie : Sites géotechniques et morphoclimatiques

Chapitre V : Bienvenue à l'hôtel Turtel. Un site inquiétant dans une jolie calanque sur la côte égéenne de la Turquie entre Éphèse et Kaşadasi

68Ce complexe hôtelier monumental (Photo 21) est situé en amont d'une étroite calanque, sur la route en corniche, sinueuse, sur le flanc de la montagne calcaire entre les vallées du Küçuk Menderes et du Büyük Menderes (le petit et le grand Méandre de l'Antiquité). C'est un secteur escarpé (Photo 22), entre le littoral régularisé aux vastes plages de Kuşadasi et l'ancien golfe au fond duquel était située la ville grecque antique d'Ephèse, devenu une vaste plaine alluviale résultant du remblaiement historique par les alluvions du Küçuk Menderes. En raison de sa richesse archéologique et patrimoniale, la région est devenue une zone d'activité touristique intense, avec de nombreux hôtels et campings. Pour l'implantation de ce nouvel hôtel, le site était attractif, au milieu des olivettes, dominant la mer. Par un ensemble de terrasses, avec jardins et piscines, on accède à son petit port privé au fond de la calanque. Un site de rêve pour ses possibilités balnéaires et nautiques, à la fois isolé dans un milieu protégé, proche des agglomérations en pleine expansion, comme Kuşadasi, et sur le passage obligé des circuits touristiques.

Photo 21 - L'Hôtel Turtel vu depuis un virage de la route d'Éphèse à Kuşadasi. [cliché : Jean NICOD, 1996]

Photo 21 - L'Hôtel Turtel vu depuis un virage de la route d'Éphèse à Kuşadasi. [cliché : Jean NICOD, 1996]

Photo 22 - Panorama de la côte à calanques au sud-ouest d'Éphèse. [cliché : Jean NICOD, 1996]

Photo 22 - Panorama de la côte à calanques au sud-ouest d'Éphèse. [cliché : Jean NICOD, 1996]

L'orientation des caps est déterminée par le champ de fractures est-ouest. Au loin, l'expansion urbaine de Kuşadasi.

I - Bienvenue à l'hôtel Turtel !

69C'est par cette banderole – en français – qu'on était accueilli en 1996 dans ce nouveau et majestueux complexe. Toutefois, à regarder le paysage, on se posait un problème. L'ensemble hôtelier est adossé au versant nord de la calanque, qui est un escarpement de faille. D'orientation est-ouest, cette faille a déterminé la disposition de la calanque, inscrite dans les calcaires marmoréens paléozoïques qui constituent la partie occidentale du massif du Menderes. Les observations géomorphologiques sont inquiétantes : des plans de friction subverticaux multiples, dégagés par effondrement, sont apparents, ainsi que des dièdres encore perchés en position instable (Photo 23), tandis que des brèches d'écroulement sont bien visibles dans une petite grotte. Tout cela témoigne d'une activité néotectonique récente.

Photo 23 - Détail du versant nord de la calanque : couches calcaires inclinées, couloirs de fractures, dièdre et plan de glissement. [Cliché : Jean NICOD, 1996]

Photo 23 - Détail du versant nord de la calanque : couches calcaires inclinées, couloirs de fractures, dièdre et plan de glissement. [Cliché : Jean NICOD, 1996]

Le plan de glissement est marqué d'une croix.

II - Dans une région de néotectonique active

70Le site s'inscrit, en effet, dans le contexte tectoniquement actif des horsts et fossés affectant la partie nord-occidentale du massif du Menderes (Fig. 14). Le faisceau de failles est-ouest, qui détermine les découpures du littoral égéen, est dans le prolongement de celui de la bordure nord du graben d'Aydin (R. BRINCKMANN, 1976). On est seulement à 7 km au sud-sud-ouest d'Éphèse, où la ville grecque fondée par Lysimaque a été complètement détruite par le séisme de 17 après J.C. (O. EROL, 1981).

Figure 14 - Carte structurale de la région d'Izmir et d'Éphèse (Lydie).

Figure 14 - Carte structurale de la région d'Izmir et d'Éphèse (Lydie).

71Les écroulements de blocs au pied des escarpements de faille sont nombreux dans toute la région. On ose espérer que les prescriptions anti-séismiques ont été bien respectées dans la construction de ce monumental édifice, sinon…? (Fig. 15-C).

Figure 15 - Des paysages successifs, une séquence possible.

72Ce littoral mériterait une étude géomorphologique orientée sur l'archéoseismicité. L'analyse des concrétions dans les cavités haut perchées, tronçonnées par le faisceau de failles, donnerait des indications sur la répartition des contraintes et les rejeux successifs (et possibles…). Rappelons qu'à l'extrémité orientale du graben d'Aydin, de nombreuses précisions sur la néotectonique régionale ont été apportées par les études sur les travertins et les monuments du site hydrothermal de Pamukkale-Hierapolis (E. ALTUNEL et P. HANCOCK, 1996).

Chapitre VI : Danse avec les ours dans la grotte glacée du Paradis Slovaque ! Sur le glacier de la grotte de Dobšina dans les Petites Tatras, en Slovaquie : un témoin du changement climatique parmi tant d'autres !

I - La grotte Dobšinska, glacière naturelle de Slovaquie

73En souvenir d'une visite sous la direction d'Anton DROPPA lors du Congrès International de Spéléologie à Olomouc en 1973.

74Cette grotte englacée se trouve dans le parc naturel du Slovensky Raj, le "Paradis Slovaque", dans l'est des Nizke Tatry (Petites Tatras), près de la petite ville de Dobšina (Fig. 16).

Figure 16 - Situation de la grotte Dobšinska parmi les principales glacières naturelles des Alpes et d'Europe centrale (J. NICOD, 2003).

Figure 16 - Situation de la grotte Dobšinska parmi les principales glacières naturelles des Alpes et d'Europe centrale (J. NICOD, 2003).

75Bien qu'elle n'ait jamais été exploitée comme glacière, elle est intéressante tant par la splendeur de son glacier souterrain que par le suivi scientifique qui en est assuré. Découverte en 1870, ce serait la première grotte d'Europe équipée à l'éclairage électrique, dès 1887, et on y patinait à la Belle Époque de la monarchie austro-hongroise ! Ce ne serait plus possible maintenant, car la pente du glacier souterrain s'est accentuée. Ouverte au public en été, pendant quatre mois, elle reçoit environ 100000 visiteurs par an. Depuis novembre 2000, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. À partir de ce témoignage anecdotique, des nombreuses études sur cette grotte et de tant de cas comparables de réduction des glaciers souterrains, on retrouve les problèmes du changement climatique depuis le milieu du XIXème siècle.

1 ) Situation et disposition de la grotte

76Dobšinska ladova jaskyna, "la grotte glacée de Dobšina", est située dans les calcaires triasiques (Wetterstein) de l'extrémité est des Nizke Tatry, dans un relief de type préalpin, avec des synclinaux perchés constitués par des calcaires et des vallées évidées dans les schistes rouges du Werfénien. Elle s'ouvre à 971 m d'altitude, sur un ensellement entre les sources du Hron et de la Slana, dans une ambiance de montagne forestière, fortement enneigée l'hiver. La température moyenne de janvier est inférieure à -8°C, les précipitations annuelles sont d'environ 1600 mm. On y observe une forêt mixte de hêtres et d'épicéas (Photo 24).

Photo 24 - Paysage du Slovensky Raj, près de la grotte de Dobšina. [cliché : Jean NICOD, 1973]

Photo 24 - Paysage du Slovensky Raj, près de la grotte de Dobšina. [cliché : Jean NICOD, 1973]

2 ) Description

77Son entrée se trouve au fond d'un entonnoir profond de 23 m, un piège à air froid (Fig. 17). Elle se compose d'une grande salle descendante (Velká Sien) occupée par le glacier souterrain (Photo 25) et de divers corridors (fond à -79 m). À proximité, en surface, il y a une grande doline d'effondrement avec la petite cavité de Jaskyna Duča ; ce dispositif facilite l'infiltration de l'eau dans Dobšinska.

Figure 17 - Schéma de fonctionnement du système souterrain de la grotte glacée de Dobšina (d'après des documents d'A. DROPPA, 1973).

Figure 17 - Schéma de fonctionnement du système souterrain de la grotte glacée de Dobšina (d'après des documents d'A. DROPPA, 1973).

Photo 25 - Sur le glacier dans Velká Sien. [cliché : Jean NICOD, 1973]

Photo 25 - Sur le glacier dans Velká Sien. [cliché : Jean NICOD, 1973]

3 ) Le fonctionnement glaciaire

78La grotte Dobšinska attire les touristes par la beauté sous les projecteurs de ses concrétions de glace et la magnifique surface courbe du glacier de Velká Sien (Photo 25). Le glacier souterrain occupait vers 1970 une surface de 9772 m2, avec 26,5 m d'épaisseur maximale. Son volume actuel est de 110132 m3. Il est du type stato-dynamique, car la grotte est un piège à air froid (-5,7°C dans Velká Sien en hiver). Le glacier tend donc à s'accroître par la congélation des eaux d'infiltration et à s'équilibrer par fusion (t ≈ 0,5°C en fin d'été, d'après les mesures de 1957/70). Le paramètre principal commandant l'accroissement serait l'importance des précipitations estivales. Le glacier est d'apparence stratifié, du fait des variations saisonnières de circulation d'air. Mais il s'est réduit un peu au cours du XXème siècle. Sa pente s'est accrue : on ne pourrait plus y patiner ! Les problèmes de conservation de cette merveille de la nature ont suscité des recherches spécifiques.

II - Études scientifiques en Slovaquie et en Roumanie

1 ) En Slovaquie

79Elles sont réalisées à Dobšinska (et aussi dans la grotte glacée de Démanova) par les chercheurs du Musée du Karst de Liptovský Mikuláš. À Dobšinska, les estimations anciennes donnaient au glacier un volume de 145000 m3 (A. DROPPA, 1973) ; il serait donc en réduction, avec actuellement une prépondérance de développement de formes verticales (stalactites et stalagmites de glace). Les mesures climatiques des années 1970 et le suivi du microclimat de la grotte, permettent de faire la part des variations climatiques locales dans le Slovensky Raj et de l'élévation de la température intérieure due à l'afflux des visiteurs et à l'éclairage électrique.

80En plus de leur intérêt local et patrimonial, les recherches effectuées dans Dobšinska permettent une meilleure compréhension du fonctionnement des glacières naturelles d'Europe centrale, en rapport avec le changement climatique (G. DÉNES, 1970 ; J. ZELINKA, 2002). Diverses études scientifiques ont été menées dans d'autres glacières d'Europe centrale, sur des cas comparables de réduction des glaces, en raison de l'importance touristique de ces grottes.

2 ) En Roumanie à Scărişoara

81C'est le cas dans cette grotte glacée, ouverte aux touristes et proche de Cluj Napoca, en Transylvanie. La Peştera Scărişoara est une des trois grottes situées dans la partie orientale du karst des Monts Apuseni (voir Fig. 16). Son entrée à 1165 m d'altitude est un énorme gouffre, aménagé, de 60 m de diamètre et de 48 m de profondeur. Dans le réseau, de 720 m de longueur, les englacements les plus caractéristiques sont les stalactites et stalagmites de glace de la salle de l'Église (Fig. 18) et la paroi verticale de glace haute de 15 m du glacier de la "cave Mică" (100000 m3). On constate, comme à Dobšinska, la réduction du glacier souterrain et l'augmentation inverse des concrétions de glace. En effet, on a noté l'abaissement du plancher de glace de la grande salle : près de 3 m entre 1923 et 1985, ce qui est lié à la fréquence des hivers doux à Cluj Napoca. Au contraire, il y a eu une croissance des stalagmites de glace dans la salle de l'Église (G. RACOVIŢA et al., 1987).

Figure 18 - Peştera Scărişoara : stalactites et stalagmites de glace dans la salle de l'Église (M. ŞERBAN, 1970, figure 1).

Figure 18 - Peştera Scărişoara : stalactites et stalagmites de glace dans la salle de l'Église (M. ŞERBAN, 1970, figure 1).

III - Cas historiques liés aussi à l'exploitation de la glace

1 ) En Slovénie

82Les glacières du haut plateau forestier de Trnovo, à des altitudes de 1000 à près de 1500 m, fortement arrosé (2600 à 3000 mm/an) et très enneigé l'hiver, sont situées au fond d'énormes dolines, comme la grande glacière de Paradana et Smrekova draga, caractérisées par "l'inversion végétative" (Fig. 19, Photo 26). Au siècle dernier, on a exploité le stock de glace de quelque 50 puits. Cette glace était exportée par le port de Trieste. Ainsi, dans la glacière de Kozja Stena, le volume de glace, qui fait actuellement 86000 m3, était-il plus important il y a deux siècles. En diminuant le stock des accumulations pluriannuelles, le prélèvement de glace a perturbé les conditions microclimatiques à l'intérieur de la cavité, qui a donc tendu à se réchauffer sous l'effet du flux géothermique : cas dans les glacières de Slovénie. Dans la réduction du glacier, l'impact de son exploitation s'est combiné avec celui du changement climatique (réf. in A. KRANJC, 1997).

Figure 19 - La glacière de Paradana, dans la forêt de Trnovo, en Slovénie, au fond d'une énorme doline, piège à air froid, caractérisée par l'inversion des étages de végétation (d'après F. HRIBAR, 1960, in GAMS, 1974, figure 39).

Figure 19 - La glacière de Paradana, dans la forêt de Trnovo, en Slovénie, au fond d'une énorme doline, piège à air froid, caractérisée par l'inversion des étages de végétation (d'après F. HRIBAR, 1960, in GAMS, 1974, figure 39).

Photo 26 - Smrekova Draga, "la fosse aux épicéas", profonde de 140 m, avec une tourbière arctique au fond. [cliché : Jean NICOD, 1973]

Photo 26 - Smrekova Draga, "la fosse aux épicéas", profonde de 140 m, avec une tourbière arctique au fond. [cliché : Jean NICOD, 1973]

2 ) En France dans le Vercors

83Dans des conditions bioclimatiques assez comparables à celles du karst montagnard de Slovénie, les glacières naturelles d'Autrans et de Corrençon, dans le nord du Vercors, ont été longtemps exploitées pour alimenter en glace les cafés de Grenoble (C. GAUCHON, 2003). Celle d'Autrans, située à 1398 m d'altitude, sert maintenant de laboratoire d'étude de l'effet des variations climatiques saisonnières actuelles grâce à une station de mesures, financée par l'université de Savoie, dans la salle de la Patinoire, où la glace est stratifiée (A.S. PERROUX, 2001).

IV - Exemples dans les karsts haut-alpins

1 ) Glaciers souterrains des hautes Alpes calcaires d'Autriche

84Ce sont de très vastes réseaux souterrains, situés en haute altitude et hérités du Tertiaire, dans des massifs karstiques de type haut-alpin. Les concrétions et les massifs de glace sont formés à partir des eaux de fusion dans les vastes champs de lapiés et de puits à neige. Dans l'escarpement nord du massif du Dachstein, au-dessus du lac de Hallstatt, à 1462 m d'altitude, s'ouvre Rieseneishöhle ("la grotte géante de glace"). Le réseau, long de 3000 m, comporte de belles salles à stalactites et stalagmites de glace ; le glacier souterrain stratifié, épais de 25 m, a 500 ans à la base. Au sud-ouest, dans les Tennengebirge, au-dessus de Werfen, Eisriesenwelt ("le monde géant de glace") est un immense réseau de 42 km en partie englacé, avec une entrée inférieure à 1641 m d'altitude et une supérieure à 1838 m (P. AUDRA, p. 49-51). Ces deux grottes, très protégées par le Service Forestier et partiellement éclairées, sont des hauts lieux touristiques.

2 ) En France

85Notons les puits englacés du Désert de Platé en Haute-Savoie. Dans le Massif du Marguareis, dans les Alpes Maritimes, le petit glacier souterrain du gouffre du Scarasson est en décrépitude (R. MAIRE, 2009).

V - Des cas historiques dans le Jura

1 ) En Suisse, dans le Haut-Jura

86Des glacières naturelles ont été exploitées pour les villes voisines (M. LUETSCHER, 2006). Très typique est la glacière de Monlesi, ensemble de puits à 1130 m d'altitude, au sein du plateau karstique et forestier au nord de la vallée de l'Areuse et de la ville de Fleurier. Plus élevée, près du sommet du Mont Tendre, dans le canton de Vaud, la glacière de Druchaux se trouve à 1495 m dans la Baume n° 3 du creux d'Enfer. C'est un ensemble de puits englacés et un des gouffres les plus profonds du Jura (-397 m).

2 ) La Glacière de la Grâce-Dieu (Chaux-les-Passavant, Doubs)

87Elle constitue un cas classique de la disparition d'un glacier souterrain dans le contexte de la fin du Petit Âge Glaciaire (E. LE ROY LADURIE, 1967). Cette cavité, la Froidière, est située au-dessus du monastère, sur le premier plateau du Jura, dans un contexte forestier, à seulement 525 m d'altitude, et fonctionnait comme glacière dynamique (Fig. 20). Elle alimentait en glace l'hôpital et la ville de Besançon. Parmi les facteurs qui ont contribué à son déclin en plus du réchauffement climatique historique, on note sa surexploitation et l'essartage des bois à proximité du site après la Révolution. Aujourd'hui, par un système de vaporisation d'eau sur des fagots, des stalagmites de glace sont créées au printemps pour le plaisir des touristes.

Figure 20 - Schéma de la glacière de la Grâce-Dieu (Doubs), dans le karst du premier plateau jurassien à l'est de Besançon (J. NICOD, Diorama ASER Centre-Var, 1983).

Figure 20 - Schéma de la glacière de la Grâce-Dieu (Doubs), dans le karst du premier plateau jurassien à l'est de Besançon (J. NICOD, Diorama ASER Centre-Var, 1983).

VI - Conclusion

88Au siècle dernier, les glacières naturelles exploitées ont vu leur stock de glace se réduire du fait du réchauffement lié à la fin du Petit Âge Glaciaire, mais aussi de l'exploitation elle-même. En Europe Centrale, les glacières découvertes et ouvertes aux touristes, comme Dobšinska et Scărişoara, ont été relativement préservées grâce au suivi scientifique et à diverses mesures de protection. Dans de nombreux cas, les glaces souterraines sont en réduction, tant dans les Alpes que dans de nombreuses montagnes de la zone tempérée. L'avenir de ces merveilles de la Nature est incertain, du fait du réchauffement climatique actuel.

Chapitre VII : Gypse maudit ! Surtout pour las urbanistes et les géotechniciens !

89Bien que d'étendue le plus souvent restreinte, les phénomènes du gypse et des évaporites (affaissements, effondrements et glissements de terrains, cavités instables, lacs épisodiques ou à niveau variable) ont toujours suscité interrogations et superstitions dans l'imaginaire collectif. De plus, ils sont cause de désordres dans les extensions urbaines et ont rendu difficiles certains grands aménagements, comme les tunnels et barrages. Ainsi, à partir de quelques cas, parfois anecdotiques, on peut envisager d'importants problèmes géotechniques. Sur ces thèmes nous avons privilégié les cas que nous avons pu étudier sur le terrain, en Provence et dans les Alpes ; d'autres, à titre de comparaison, sont seulement mentionnés, mais le lecteur peut les consulter dans Dynamiques Environnementales (n° 34, chapitre VII).

I - Diversité des processus et des conditions

90Le gypse est une roche directement soluble, sans l'intervention du CO2 comme dans le cas du calcaire. De plus, en grande approximation, cette dissolution est dix fois plus rapide. Il en résulte l'hyperkarstification de certains affleurements, comme ceux des karsts alpins du gypse. Par ailleurs, dans certains cas, le gypse (CaSO4 2H2O) provient de l'hydratation de l'anhydrite (CaSO4) qui s'effectue avec augmentation de volume, induisant un déséquilibre sur les versants. Mais surtout, il s'agit de roches plastiques. Enfin, le gypse n'est pas seul en cause. Dans la sédimentation des évaporites dans les fonds marins, les lagunes et les sebkhas, il est souvent associé au sel gemme (halite, NaCl) et souvent aussi à des apports détritiques (argiles, marnes et sables), avec également des passées carbonatées (dolomies et calcaires). La faible résistance mécanique de l'ensemble résulte de la combinaison des conditions structurales et des processus hydrogéomorphologiques. Les masses puissantes de gypse et d'autres évaporites, par leur faible densité, peuvent former des diapirs, certains en soulèvement actif. Ces roches plastiques interviennent comme "lubrifiants" dans les ensembles plissés. Les cavités dans le gypse évoluent rapidement et, comme la roche est mécaniquement peu résistante, leurs voûtes sont instables, d'où les effondrements et processus de suffosion et subsidence (A. KLIMCHOUK, 2002). Les aquifères, souvent multicouches et parfois artésiens, facilitent le développement de systèmes karstiques et contribuent à l'existence de lacs permanents ou temporaires et parfois à leur vidange subite en cas d'abaissement de la nappe.

II - Des phénomènes épisodiques dans l'Est et le Centre Var

91La formation brutale d'entonnoirs, les variations de niveau des lacs karstiques sont des phénomènes qui se succèdent (Tab. V, Fig. 21) et qui suscitent de multiples articles de presse, rapports d'expertise et études. Ces phénomènes sont en rapport avec la dissolution des évaporites du Trias : gypse du Keuper, anhydrite et halite du Muschelkalk inférieur.

Tableau V - Principaux évènements dans le Trias du Département du Var.

Tableau V - Principaux évènements dans le Trias du Département du Var.

Figure 21 - Carte des principaux phénomènes observés dans le Département du Var.

Figure 21 - Carte des principaux phénomènes observés dans le Département du Var.

1 ) Des trous subits et un gouffre glouton dans l'est varois

a. Les Clapes des environs de Draguignan

92Ce sont des entonnoirs qui se sont formés brutalement dans le quartier de Landerrière (ou Landeyzière, en rive droite de la Nartuby en aval du pont d'Ampus (voir infra, Fig. 23). Ouverts dans le versant ou dans les alluvions de fond de vallée, ils sont liés à la dissolution du gypse dans le Keuper sous-jacent. Celui de 1983 a causé une déstabilisation du versant adjacent dans les argiles, avec une coulée boueuse qui a entraîné la végétation.

b. Le Trou de Tourrettes dans le pays de Fayence

93Ce "gouffre glouton" est apparu fin 1987 dans le lit du Chautard, petit ruisseau en dessous du village, en l'absorbant temporairement et entraînant la destruction d'un pavillon. Cette perte s'est ensuite obturée par obstruction dans le conduit. Il s'agit aussi d'un phénomène répétitif : présence de deux dolines-lacs à proximité (J.N. SALOMON, 1987).

c. Le Trou de Bargemon

94Cet effondrement spectaculaire (Photo 27) dans le quartier de Peyrui (volume de près de 100000 m3) s'est ouvert le 22 août 1992 dans le versant, au milieu des restanques, menaçant les villas voisines et la D 19. Sa position est en rapport avec l'évolution du versant nord de la Combe de Bargemon dominé par l'escarpement de chevauchement de Blaque Meyanne. Il est en déséquilibre du fait de la combinaison de quatre facteurs : le creusement à la base par le Riou, la circulation hypodermique au contact des brèches de pente et des argiles du Keuper, la dissolution des lentilles de gypse et le foudroyage de voûtes des anciennes plâtrières. Les sondages ont montré une cavité adjacente sous la D 19 ; elle a été remblayée par sécurité.

Photo 27 - Le Trou de Peyrui à Bargemon en 1992. [cliché : Jean NICOD]

Photo 27 - Le Trou de Peyrui à Bargemon en 1992. [cliché : Jean NICOD]

2 ) Le Grand Laoucien de la Roquebrussanne : un lac piézomètre !

95Dans le Centre-Var, cette doline-lac d'aspect cratériforme a toujours intrigué (Photo 28). Elle est située dans le bassin de La Roquebrussanne-Garéoult, évidée dans le Trias intensément plissé (puissance de l'ordre de 1500 m d'après un sondage récent à Garéoult). Entre les massifs calcaires et dolomitiques de la Loube, de l'Agnis et du Pilon-Saint-Clément, c'est le haut bassin de l'Issole, mais en cas d'inondation une diffluence se produit au sud-ouest vers le Gapeau. Le fonctionnement des sources et les phénomènes karstiques y présentent un grand intérêt : suffosion-émergence à la source du Trians en 1939, entonnoir ouvert dans la D 554 en 1986 au nord de Méounes et surtout les Laouciens, étudiés par de nombreux auteurs (références in J. NICOD, 2007).

Photo 28 - Le Grand Laoucien avec un niveau très bas le 8 novembre 2008. [cliché : Jean NICOD, 2008]

Photo 28 - Le Grand Laoucien avec un niveau très bas le 8 novembre 2008. [cliché : Jean NICOD, 2008]

96Le Grand Laoucien est une doline d'effondrement dans un anticlinal de Muschelkalk faillé. Sa formation provient de la présence en profondeur des évaporites de l'Anhydritgruppe. Le niveau du lac est en rapport avec la nappe du Trias, en variations lentes décalées par rapport à la pluviométrie. Ces variations induisent une évolution des parois (éboulement).

97À proximité, se trouve le Petit Laoucien, doline inondable par élévation du niveau de la nappe et par apport artificiel du torrent du Cendrier, qui y a été détourné pour réduire les inondations dans la plaine.

3 ) Besse-sur-Issole et le lac sans fond !

98Ce petit lac de 4 ha dans un cadre agreste, est situé dans la vallée de l'Issole, dans les plateaux triasiques de la Provence Varoise. Site touristique adjacent au vieux village de Besse, il se trouve maintenant englobé dans l'expansion de l'agglomération. Ses problèmes se sont aggravés avec la surexploitation des aquifères (J. NICOD, 2008). Le lac semi-circulaire, profond d'environ 9 m, a un aspect cratériforme dû aux conditions structurales de sa cuvette dans la terminaison périclinale d'un anticlinal des calcaires du Muschelkalk (Fig. 22).

Figure 22 - Bloc diagramme du Lac de Besse (J. NICOD, 2007, figure 6).

Figure 22 - Bloc diagramme du Lac de Besse (J. NICOD, 2007, figure 6).
a. L'évènement de 1989 : le lac qui fuit

99"Après le gouffre glouton, le lac sans fond" titre la presse ! Dans la nuit du 7 au 8 décembre 1989, un point d'absorption, marqué par un tourbillon, apparaît sur la bordure nord-ouest du lac, au pied de l'escarpement de Muschelkalk (Fig. 22, point A). La vidange s'accélère les jours suivants, il ne reste qu'un lac résiduel et le gouffre-ponor est dénoyé. L'absorption rapide des eaux s'explique par l'abaissement drastique de la nappe, en fonction de la sécheresse de l'été précédent et de la multiplication des prélèvements dans l'Issole et des pompages dans les nappes.

b. L'impact environnemental et l'assèchement de 2007

100Un plan d'urgence, financé par le Conseil Général du Var a été réalisé au printemps 1990. Il a consisté à rendre étanche la zone critique par recouvrement et compactage d'un masque argileux et réfection de l'adduction d'eau à partir de l'Issole. Mais au cours de l'été 2007, dans le contexte de deux années sèches consécutives, le lac s'est totalement vidé, sauf les deux petits entonnoirs absorbants du côté du village (Photo 29). Des fissures sont apparues dans des constructions de ce côté, marquant la déstabilisation de la rive ouest. La faune piscicole et avicole, concentrée dans deux mares, fut vouée à la disparition. Malgré la restauration du lac au printemps 2008, son maintien reste incertain en période d'années sèches.

Photo 29 - Le lac réduit à deux entonnoirs, en novembre 2007. [cliché : Jean NICOD, 2007]

Photo 29 - Le lac réduit à deux entonnoirs, en novembre 2007. [cliché : Jean NICOD, 2007]

III - Problèmes en sites urbanisés

101Dans ces cas, l'impact des activités humaines interfère avec les processus naturels : modification des écoulements de l'eau, pompages, exploitation minière du gypse ou du sel.

1 ) À Draguignan, des affaissements en milieu urbain

102Nos recherches (J. NICOD, 1995) ont été complétées par les travaux de J.F. BUSCH (1999), dirigés par Maurice JULIAN, puis Claude MARTIN.

a. De la légende à l'histoire

103Draguignanum tirerait son nom du Drak qu'aurait vaincu Saint-Hermentaire. Le monstre subsisterait-il caché dans le sous-sol de la ville où il exercerait toujours ses méfaits ? La chronique rapporte les désordres survenus au cours des siècles à l'église paroissiale dédiée à Saint-Michel, située au pied de la butte calcaire de la Tour de l'Horloge, site médiéval. Menacé d'écroulement, l'édifice est démoli en 1860 et reconstruit. Au cours du XXème siècle, les désordres recommencent. Finalement, la voûte est remplacée par une charpente en 1962 et le clocher stabilisé en 1991 par injection de béton dans ses fondations.

b. Multiplication des problèmes en fonction de l'extension urbaine

104La ville avec sa périurbanisation s'étend dans la large vallée de la Nartuby et les pentes du Malmont, sur le Trias ou les formations alluviales qui le recouvrent (Fig. 23). Dans les formations triasiques très tectonisées, les affaissements et effondrements se produisent par dissolution du gypse du Keuper (les Clapes), mais plus encore par celle des lentilles de sel (halite) de l'Anhydritgruppe sous les calcaires et dolomies du Muschelkalk. La minéralisation saline et sulfatée de la source de La Foux exprime l'importance des processus de dissolution de ces roches, évaluée à près de 23000 m3/an. Une zone subsidente et mal drainée par un embuc s'étendait dans le secteur des jardins de la sous-préfecture. Des affaissements ont été constatés autour de la colline des Capucins et à l'ESE de la ville où ils ont posé des problèmes lors de la création de la ZAC de Négadis-Les Colettes.

Figure 23 - Phénomènes et désordres urbains dans la vallée de la Nartuby (d'après J. NICOD 1995, figure 11, modifiée).

Figure 23 - Phénomènes et désordres urbains dans la vallée de la Nartuby (d'après J. NICOD 1995, figure 11, modifiée).

2 ) Les malheurs du quartier des Plâtrières à Roquevaire

105Les problèmes survenus dans ce quartier et leur impact pour la commune ont été traités dans le mémoire de maîtrise de S. DELAYE (1997) sous la direction de Jean VAUDOUR.

a. Un site original

106La petite ville de Roquevaire est située dans la vallée de l'Huveaune, au débouché de la gorge épigénétique de Saint-Vincent, dans les contreforts orientaux du massif d'Allauch. Le noyau urbain médiéval était adossé au Baou. À l'est, entre ce relief et la butte de Saint-Roch, s'étend une zone vallonnée, évidée dans le Keuper argilo-gypseux très tectonisé. L'exploitation du gypse y fut d'abord artisanale, en carrières et petites mines. Puis l'extraction minière se développa au XXème siècle, avec la Société des Plâtrières de France, reprise par LAFARGE, en cinq niveaux de galeries. Après l'abandon de l'extraction en 1960, le niveau supérieur fut utilisé comme champignonnière et les galeries inférieures furent noyées.

b. Un secteur dévasté

107Les conditions d'extraction avec de larges galeries et des plafonds supportés par des piliers de gypse ont créé des instabilités dans les terrains, apparition de fontis et mouvements de masse sur les versants. La situation s'est aggravée avec l'abandon de l'exploitation : fissures dans les maisons, affaissement dans le CD 45, nouveaux fontis apparus à côté du chemin du Baou (Photo 30). Ces mouvements s'expliquent par le flambage des piliers de gypse et, accessoirement, par le gonflement de certains secteurs riches en anhydrite et par la dissolution dans les niveaux noyés.

Photo 30 - Roquevaire : fontis formé dans une terrasse en 1995. [Cliché : Jean NICOD, 1997] 

Photo 30 - Roquevaire : fontis formé dans une terrasse en 1995. [Cliché : Jean NICOD, 1997] 

108Ces phénomènes ont entraîné des conséquences désastreuses et diverses polémiques. Dans les années 1990, il a fallu procéder à l'évacuation de certains habitants et à la destruction de leurs maisons dans les sites à risques. La champignonnière a fermé en 1995, mais on a dû continuer les pompages pour stabiliser le niveau de l'eau dans le réseau. Pour consolider le CD 45, il a fallu remblayer les cavités sous-jacentes. Un plan de zonage des risques annexé au POS de Roquevaire précise la zone inconstructible. Proche du centre-ville, le quartier des Plâtrières est à l'abandon.

3 ) Au centre de Staufen im Breisgau, le sol s'est soulevé !

109Cette petite ville du Land de Baden-Württemberg s'est orientée vers l'utilisation de la géothermie pour le chauffage du centre urbain. Le site de Staufen est au contact de la Forêt Noire et de la plaine rhénane de Bade au débouché du Münstertal, entre les collines, dont le Schlossberg, la butte de l'ancien burg dominant la ville. Au centre-ville, près du Rathaus (hôtel de ville du XVIème siècle), un système d'échangeur de chaleur fut mis en service en 2007. Au bout de 6 à 8 semaines, le sol commença à se soulever. Des fentes apparurent dans les chaussées et des lézardes dans les murs. L'exhaussement dépassait 9 mm/mois dans le secteur central et près de 250 immeubles étaient affectés. La cause est évidente : les forages ont été réalisés pour atteindre, vers -140 m, l'aquifère confiné du Keuper inférieur et du Muschelkalk, or ils traversent des couches d'anhydrite. Du fait des manques d'étanchéité, au contact de la circulation d'eau sous pression, la transformation de l'anhydrite en gypse a produit le gonflement des terrains (M. SASS et U. URBAUM, 2010).

IV - Grottes du gypse et circulations hydrothermales

110De nombreuses grottes sont bien connues dans le monde et des réseaux extraordinaires ont été explorés et étudiés. Citons ceux labyrinthiques des plateaux de Podolie, en Ukraine et les gigantesques cavernes des monts Guadalupe au Nouveau-Mexique, Carlsbad cave et Lechuguilla. Dans les karsts du gypse des domaines alpin et méditerranéen, du fait des structures complexes, les cavités sont de dimensions modestes. Parmi les plus connues, citons la grotte de Saint-Léonard près de Sion dans le Valais, aménagée pour les touristes, celle de Spipola près de Bologne, la Cueva del Agua dans le gypse messinien d'Almeria en Espagne et celle de Santa Ninfa en Sicile.

1 ) Apport des recherches sur la grotte de Santa Ninfa en Sicile

111Située dans le gypse messinien des monts de Sicile occidentale, c'est la plus ancienne étudiée (depuis 1915) et objet d'investigations pluridisciplinaires (V. AGNESI et al., 1989). D'une grande richesse de concrétions et modèle de fonctionnement hydrochimique, elle a permis d'étudier les divers processus de dissolution et de concrétionnement. De l'eau sulfureuse ennoie un petit secteur. En profondeur, dans le milieu anoxique, sous l'action des bactéries, se forme du sulfure d'hydrogène (H2S). Grâce aux recherches spéléologiques et scientifiques, elle est maintenant protégée (Réserve de Santa Ninfa). C'est un géomorphosite typique.

2 ) Des eaux sulfureuses dans les sources et des lacs karstiques

112Comme à Santa Ninfa, le sulfure d'hydrogène se forme en profondeur dans les circulations hydrothermales. Aussi de nombreuses sources sulfatées dégagent une odeur d'œuf pourri, marquée dans les eaux chaudes sulfureuses de Bagnères de Luchon et d'Acquasanta Terme (sud des Marches). Son dégazage est à l'origine de la légende du "Bain des damnés" à Hammam Meskoutine, une source hydrothermale dans le bassin de Guelma (Est Constantinois), où des cônes seraient les damnés d'une noce incestueuse (J. NICOD, 2012, chapitre 12). Le sulfure d'hydrogène H2S est présent dans les eaux profondes de certains lacs karstiques du gypse : à Invârtita dans le district d'Argeş dans une vallée du sud des monts Fagaraş en Roumanie et dans les entonnoirs du fond du lac de Banyoles en Catalogne.

3 ) Dans les daïas du Moyen-Atlas

113De petits lacs permanents ou saisonniers sont situés dans de nombreuses dépressions karstiques, dolines et petits poljés des causses du Moyen-Atlas. Ces daïas sont alimentées par le ruissellement, mais souvent leur niveau est en rapport avec l'aquifère des calcaires et dolomies du Jurassique. En profondeur, les eaux au contact du Trias argilo-gypseux acquièrent une minéralisation sulfatée calcique et magnésienne. Soit par ruissellement sur les bassins versants lorsque le Trias y affleure, soit par afflux des eaux de la nappe karstique, mais aussi par des apports éoliens, les eaux des daïas sont très minéralisées. Lorsqu'elles s'assèchent saisonnièrement leur fond se couvre de croûtes gypseuses.

114Le fonctionnement des lacs et daïas est commandé par les variations pluriannuelles de la pluviométrie. Un cas remarquable est celui des variations du lac Azigza (le lac vert en berbère) dans un poljé d'altitude (≈ 1470 m) du sud des causses (Photo 31). C'est un lac-pluviomètre et piézomètre. Son niveau variable est en rapport avec les précipitations sur le bassin versant du poljé et avec le niveau de la nappe. En été, des efflorescences gypso-salines se forment sur ses bordures (Y. EL KHALKI et B. AKDIM, 2001 ; J. NICOD, 2012, chapitre 13).

Photo 31 - Contour de corrosion du poljé d'Azigza sur le Causse d'Ajdir : secteur à sec en automne 1973 à la suite d'années sèches, avec des efflorescences gypso-salines. [cliché : Jean NICOD, lors d'une réunion de l'AFK dirigée par Jacques MARTIN]

Photo 31 - Contour de corrosion du poljé d'Azigza sur le Causse d'Ajdir : secteur à sec en automne 1973 à la suite d'années sèches, avec des efflorescences gypso-salines. [cliché : Jean NICOD, lors d'une réunion de l'AFK dirigée par Jacques MARTIN]

4 ) La disparition des lacs Layla en Arabie Saoudite

115Ces dolines ennoyées sont situées à 300 km au sud de Riyadh, dans l'anhydrite en lamines du Jurassique supérieur au pied d'un escarpement. Certains lacs étaient plus étendus lors des périodes pluviales. Autour du plus important, un hôtel et des bungalows avaient été construits dans les années 1980. Par malheur, les lacs se sont asséchés dans les années 1990 à la suite de l'abaissement drastique de la nappe phréatique de plus 100 m, en conséquence des prélèvements. Des grottes d'origine hypogène y sont maintenant visibles et des tufs gypseux sur les parois et dans les fonds asséchés, avec de curieuses formes en bulbes (S. KEMPE et H. DIRKS, 2008).

V - Le gypse dans la montagne alpine

116Du fait de leur position structurale, le plus souvent dans les charnières des unités tectoniques, en affleurement ou masqués par des moraines, ils offrent une grande variété de paysages, champs d'entonnoirs et petits lacs. Ils contribuent à l'instabilité des pentes et aux glissements de terrain. Ainsi ont-ils de multiples impacts sur tous les équipements des milieux montagnards (M. CHARDON et J. NICOD, 1996).

1 ) Les glissements de terrain et leurs impacts

117Sur les versants raides des vallées alpines, la présence du gypse joue un double rôle. D'abord par sa faible résistance mécanique et la dissolution qui l'affecte, mais surtout il contribue, par les venues d'eaux chargées en sulfates, à l'abaissement du seuil de liquidité des argiles qui lui sont le plus souvent associées.

118Dans les Alpes Maritimes, certains glissements furent spectaculaires. Par son volume, deux millions de m3, le plus catastrophique fut celui de Roquebillière, en 1926, dans la haute vallée de la Vésubie. Dans la vallée du Var moyen, en aval de Puget-Théniers, le glissement du Breuil du 30 janvier 1948, sur le versant du diapir du Mont Gourdan, avait formé un barrage dans le lit du Var, et créé un lac d'un kilomètre de long, coupant la route et la voie ferrée (M. JULIAN et J. NICOD, 1980).

119Dans les Alpes du Nord, nombreux sont les glissements, ravinements et transports de laves torrentielles ou masses fluées en rapport avec la présence de gypse sur les versants. Les processus s'enchaînent et/ou sont répétitifs, comme dans le Beaufortin, en 1985, dans la vallée de l'Argentine, au Crétêt près de La Thuile, en amont d'Arèches. Le plus spectaculaire est le grand éboulement du Val d'Enfer en Tarentaise (Photo 32). Il s'est produit dans ce bassin torrentiel de la commune de Saint-Laurent de la Côte, dans la vallée du Dorinet, dite "des Belleville", au sud de Moûtiers. Des glissements répétitifs se sont formés dans le gypse triasique du haut du versant. À partir de niches d'arrachement, des coulées boueuses sont descendues dans les deux ravins. Ces phénomènes répétitifs (1967, 1970, 1971) ont abouti au grand éboulement de 1979, mobilisant trois millions de m3 sur 20 ha. Il a élargi les têtes de ravin et évolué en une coulée boueuse qui a détruit le pont de la route D 96.

Photo 32 - Glissement du Val d'Enfer près de Derrière La Côte, commune de Saint-Laurent de la Côte, vallée des Belleville. [cliché : Jean NICOD, août 1986]

Photo 32 - Glissement du Val d'Enfer près de Derrière La Côte, commune de Saint-Laurent de la Côte, vallée des Belleville. [cliché : Jean NICOD, août 1986]

Sommet : Col de la Lune 1788 m. Base : pont de la D 96. Départ au niveau de l'affleurement de gypse. Incision de la coulée de boue par les torrents.

2 ) Aspects et conditions en haute montagne, problèmes pour les stations de ski

120Dans les Alpes de Savoie, en haute altitude et au-dessus du couvert forestier, les bandes de gypse sont marquées dans le paysage par une succession d'entonnoirs, plus ou moins couverts par les pelouses alpines (Photo 33). À la fonte des neiges, certains sont ennoyés. Il y a aussi des dolines et des lacs semi-permanents, comme celui de la combe de la Nova, en Beaufortain, ouvala né de la coalescence d'entonnoirs et drainé par un réseau karstique dans la bande de gypse. La dissolution est active, surtout sur les parties dénudées et plus encore dans les fonds de dolines où la neige séjourne jusqu'en été. Dans le massif de la Vanoise, en très haute montagne dans la zone périglaciaire vers 2500 m, les escarpements de gypse, déglacés seulement depuis 13000 à 10000 ans, d'une blancheur éclatante, sont ciselés de lapiés et striés de ravines. Ils évoluent sous l'action combinée de la dissolution, du ruissellement et de la cryoclastie. Les plus grandes vitesses de dissolution sont de l'ordre de 2 à 3 mm par an sur les crêtes dénudées. Ces conditions d'évolution géomorphologique accélérée sur les pentes gypseuses ont posé de nombreux problèmes, surtout d'ancrage des pylônes, dans l'aménagement des stations de ski, étudiés à La Plagne en Tarentaise. (M. CHARDON et G. ROVĖRA, 1997).

Photo 33 - Entonnoirs actifs dans le gypse du Col du Joly (1989 m) en Beaufortain. [cliché : Jean NICOD, 1990]

Photo 33 - Entonnoirs actifs dans le gypse du Col du Joly (1989 m) en Beaufortain. [cliché : Jean NICOD, 1990]

3 ) Multiplicité des problèmes géotechniques : cas de deux grands aménagements hydroélectriques en haute montagne de Savoie

121Les ouvrages scientifiques font état des nombreux problèmes géotechniques rencontrés pour l'aménagement des galeries et tunnels traversant des bandes de gypse, comme pour l'étanchéité et la stabilité des barrages et le fonctionnement des réservoirs.

a. Dans le réservoir du Mont-Cenis

122La transformation du lac naturel du col du Mont-Cenis en réservoir à finalité hydroélectrique a posé aux ingénieurs un double problème hydrogéologique et géotechnique (P. DELETIE et al., 1990). La retenue a ennoyé une bande de gypse, sur 60 ha, très karstifiée, avec de multiples entonnoirs. Sur les bords du lac, les mesures réalisées depuis 1979 ont montré les progrès de la dissolution, aggravés par le marnage, avec 33000 t/an de CaSO4 exportés en solution en 280 jours de submersion, ce qui représente une tranche érodée de 41 mm en moyenne, avec des valeurs pouvant dépasser 50 mm dans certains secteurs. D'où deux conséquences envisagées : augmentation des pertes vers les sources de la Haute-Maurienne, vers Bramans, et risque de déstabilisation du versant du Lamet au nord du lac.

b. Au barrage-réservoir de la Girotte en Beaufortin

123Le lac de la Girotte, perché à plus de 1000 m d'altitude, dans une cuvette glacio-karstique au-dessus de la vallée du Dorinet, à 500 m en contrebas, paraissait un site idéal à un aménagement hydro-électrique (Photo 34).

Photo 34 - Le barrage de la Girotte en 1965 : réparations en cours. [cliché : Jean NICOD]

Photo 34 - Le barrage de la Girotte en 1965 : réparations en cours. [cliché : Jean NICOD]

124Succédant à deux aménagements de chute, réalisés en 1913 puis 1923, on commence en 1942 la construction d'un barrage à voûtes multiples, haut de 45 m et long de 510 m, afin d'utiliser le lac comme réservoir. L'ouvrage repris par EDF, achevé en 1949, devait créer une capacité de 50 Mm3. Pour assurer son remplissage, un ensemble de conduites et de galeries permet de prélever l'eau de plusieurs torrents jusqu'au glacier de Tré-la-Tête au sud-ouest du Mont Blanc. Malheureusement, en 1951, des désordres et fuites se produisent au niveau du barrage. Ils n'ont été surmontés qu'en 1996 au prix de coûteux travaux ! En fait, il y a un double problème : le barrage est construit sur une écaille de schistes, entre une bande de gypse et le versant raide de la vallée du Dorinet : c'est un facteur d'instabilité ; par ailleurs, il est rarement plein, car les pertes dans son fond, comme au Mont-Cenis, ont dû s'accroître avec l'augmentation de la tranche d'eau.

VI - Conclusion

125Ce chapitre sur les problèmes en terrains gypseux est resté centré sur les sites que nous connaissons le mieux, en Provence et dans les Alpes. On aurait pu l'étendre à plusieurs autres régions de France, particulièrement aux réseaux explorés et aux désordres répétitifs dans la région parisienne (J.Y. BIGOT, 2010). Nous avons insisté sur le rôle des activités anthropiques dans les phénomènes observés, dont les prélèvements d'eau et les extractions minières. On peut citer des exemples aussi probants dans les pays voisins : impact des variations du niveau de la nappe dans le champ de dolines alluviales de la plaine de l'Èbre, près de Saragosse (M.A. SORIANO et J.L. SIMÓN, 1995), problèmes dans les karsts du gypse en Italie (P. FORTI et U. SAURO, 1996), formation de dolines et évolution du poljé de Nixsee dans le gypse du Zechstein (Permien) sur la bordure sud du Harz en Allemagne (K. PRIEZNITZ, 1969), effondrements dans divers sites d'Angleterre dont la ville de Ripon dans le nord du Yorkshire (A.H. COOPER, 1996). De plus, des impacts analogues se produisent dans le sel (halite, NaCl) et les évaporites associées : citons l'effondrement spectaculaire d'Haraucourt en Lorraine résultant de l'exploitation du sel (J. NICOD, 1993). Il y a tant de cas intéressants sur ce sujet… !

Chapitre VIII : Au cœur du Caucase oriental. Découverte des montagnes du Daghestan et des régions adjacentes, souvenirs du colloque Alpes-Caucase 1982

126Cette découverte s'est réalisée au cours d'une rencontre sur le terrain dans le cadre des relations bilatérales franco-soviétiques, initiées par J. DRESCH et l'Académicien I.P. GÉRASIMOV depuis 1974, et à l'occasion du Congrès International de Géographie, à Moscou en 1976. Sur le thème général Alpes-Caucase, les échanges scientifiques avaient d'abord porté sur le Caucase occidental et les Alpes du Nord (avec Y. BRAVARD en 1981). Puis un nouveau programme s'est attaché à des études comparatives sur les montagnes sèches semi-méditerranéennes avec le colloque de 1982, le plus innovant, consacré au Caucase oriental. Les études sur le terrain s'effectuèrent à partir de Groznyi (en Tchétchéno-Ingouchie), dans les montagnes du Daghestan (avec une phase de discussions dans le centre de recherche de Gounib), et se prolongèrent par un trajet dans les régions littorales jusqu'en Azerbaïdjan, point final à Bakou. Les colloques suivants eurent lieu à Aix-en-Provence et dans les Alpes du Sud en 1983, en Crimée et la région de Sotchi en 1984 et dans les Pyrénées-Orientales en 1985. Le décès de I.P. GERASIMOV en 1985 a mis fin à ces échanges, mais l'essentiel des confrontations scientifiques a été publié dans Méditerranée (1987, n° 2-3).

127Dans le Caucase oriental, on distingue trois ensembles (Fig. 24) : la chaîne principale, avec des sommets de plus de 4000 m, limite entre le Daghestan et l'Azerbaidjan, la chaîne latérale et l'ensemble des moyennes montagnes du "coin" du Daghestan. À la différence du Caucase central et des Alpes, il n'y a pas de zone axiale cristalline, mais des hautes chaînes de flysch schisteux et, dans les moyennes montagnes, les marnes et les calcaires de la série du Jurassique-Crétacé, plissés et faillés. Ces reliefs plissés résultent d'une poussée vers le nord de la plaque arabique et d'une néotectonique qui se prolonge actuellement par un soulèvement de la zone centrale (Fig. 25), marquée par de nombreux séismes. Les hautes chaînes ont été englacées lors des phases froides du Quaternaire, mais ce qui apparaît le plus dans les paysages, ce sont les effets d'une activité morphogénétique intense (Y. BRAVARD et al., 1987).

Figure 24 - Carte du Caucase oriental.

Figure 24 - Carte du Caucase oriental.

Reprise de Méditerranée, 1987, n° 2-3, carte hors-texte modifiée.

I - Aperçu de la montagne caucasienne en Daghestan

1 ) Une érosion d'enfer !

128Elle résulte de la combinaison de multiples paramètres : incidence des séismes, puissance des séries schisteuses et marneuses, prédominance des précipitations orageuses estivales dans un contexte climatique semi-aride et de dégradation de la couverture forestière. Des mouvements de masse séismiques et/ou solifluidaux (périglaciaires) et des ravinements marquent les versants ; la torrentialité est active et des coulées boueuses appelées "cels" se forment sur les pentes et s'écoulent dans les ravins. Le taux de dénudation dépasse 2 mm/an (I.P. GERASIMOV et al. 1984, figure 15). Les dépôts détritiques constituent les cônes de déjection, les terrasses, le fond des grandes vallées aux lits tressés et les accumulations des piémonts caspiens.

Figure 25 - Soulèvement en cours du Caucase.

Figure 25 - Soulèvement en cours du Caucase.

Source : J. NICOD (1984), d'après les données de D.A. LILIENBERG et al. (1982).

2 ) Une dégradation végétale historique

129Les vallées segmentées par de multiples cluses ont constitué des refuges dès la Préhistoire. Dans ces montagnes, les habitants des aouls, villages aux maisons serrées, vivent des activités agro-pastorales. Ils ont aménagé des terrasses de culture et pratiquent l'élevage transhumant (ovin et caprin). Les bois ont été surexploités. À basse altitude, c'est l'extension des steppes xérophytiques et des brousses, le šibljak (matorral ou phrygane). Dans l'étage montagnard, les landes sont bien plus étendues que les forêts, maintenant relictuelles. La densité maximale de population se situe au milieu du XIXème siècle, aussi les paysages évoquent les aspects de dégradation des Alpes du Sud à l'époque de A. SURELL (1841).

3 ) Une mosaïque ethnique

130Le compartimentage du relief a facilité le maintien de peuples de langues différentes dans les vallées montagnardes (cf. P. THOREZ et A. de RÉPARAZ, 1987, p. 96-97). Face à l'expansion de la Russie tsariste, une tentative d'unification du Daghestan eut lieu au milieu du XIXème siècle avec CHAMIL à la tête des Avars, le peuple le plus important de la montagne. L'expansion soviétique a substitué à l'organisation rurale traditionnelle, la création de sovkhozes et de kolkhozes. Les espaces moins rentables ont été abandonnés.

131Dans le cadre de l'URSS, la Tchétchéno-Ingouchie et le Daghestan étaient des républiques autonomes (ASSR) dans la Fédération de Russie. Depuis la dissolution de l'URSS, ces républiques caucasiennes font partie du "monde turbulent de la Fédération de Russie" avec des conflits à fondement ethnique et religieux (J. RADVANYI, 2010). La Tchétchénie, à majorité chiite, a été secouée par les deux guerres civiles de 1996 et 1999 ; le Daghestan, surtout sunnite, comporte une zone de tension ethnique, le Legistan à la frontière de l'Azerbaïdjan.

II - Découverte de la montagne : de la frontière de la Tchétchénie à Gounib

132Le trajet par l'ancienne route militaire permet de passer successivement de la vallée d'un affluent du Terek aux quatre vallées des Koïssous, qui constituent le haut bassin du Soulak. Du bassin de Védéno, en pays tchétchène, on monte par une suite de défilés au col de Karamya, à 2177 m d'altitude, aux confins du Daghestan. Ce premier trajet avait permis d'appréhender l'étagement des écosystèmes et des sols depuis la zone montagnarde de la forêt de hêtres et de pins, la plus orientale du Caucase, jusqu'à la prairie alpine. Nous présentons ici seulement quelques sites majeurs étudiés ensuite, renvoyant pour le détail de l'itinéraire au chapitre VIII dans le n° 34 de Dynamiques Environnementales.

1 ) Le lac Kesenoyan, à la frontière des deux républiques

133C'est un petit lac de montagne, de 2 km2 à 1870 m d'altitude, profond de 72 m, logé dans une paléo-vallée entaillée dans la série crétacée, à marnes et bancs calcaires, qui a pu être aménagée par une langue glaciaire du Pléistocène récent (Würm). Ce lac karstique, qui reçoit l'apport d'émergences vauclusiennes, est drainé par des ponors. À l'amont du lac, un grand éboulement récent (disparition du village Kisinoï ?) d'origine séismique a marqué le versant d'une vaste niche d'arrachement. La masse éboulée a évolué en glacier rocheux (Fig. 26).

Figure 26 - Schéma du grand éboulement séismique à l'amont du lac Kesenoyan.

Figure 26 - Schéma du grand éboulement séismique à l'amont du lac Kesenoyan.

NA : niche d'arrachement. GR : glacier rocheux (marnes à bancs calcaires du Crétacé).

134Près du lac, on est dans la zone de prairie subalpine qui passe en altitude, vers 1950 m, à la pelouse alpine à laiches et graminée. Ce sont de vastes pâturages pour les troupeaux de vaches de la vallée de Védéno, en Tchétchénie, domaine d'estive, avec de nombreux aménagements : hameaux et enclos pour le bétail réalisés vers le milieu du XIXème siècle.

2 ) La vallée de l'Andiiskoïe Koissou

135Elle tire son nom du village historique d'Andy, aoul typique de la montagne, aux maisons serrées en position défensive. Le torrent, dont le bassin supérieur est situé dans les hautes chaînes, est le mieux alimenté des quatre affluents constitutifs du Soulak. Sa vallée est une suite de cluses et de bassins. Mais, de Botlikh à Tlokh, elle est large et rectiligne, car déterminée par un champ de failles ouest-est. Ces accidents s'expriment dans le versant méridional par un découpage en facettes de failles (Photo 35). Le torrent divague en multiples bras, telle la Durance autrefois. Dans la haute vallée, la route traverse les cônes de déjection et emprunte les terrasses alluviales, formées de matériel détritique et en rapport avec les phases d'englacement à l'amont. C'est un des secteurs les moins arrosés de la montagne : moins de 400 mm/an à Botlikh au fond de la vallée. Comme dans nos Préalpes méridionales, au milieu des montagnes sèches, ce sont des secteurs irrigués et cultivés, avec des vergers, des champs de maïs et de nombreux petits villages.

Photo 35 - La vallée de l'Andiiskoïe Koïssou en aval de Botlikh, suivant un escarpement de faille (à facettes triangulaires) : large fond de vallée à chenaux tressés. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 35 - La vallée de l'Andiiskoïe Koïssou en aval de Botlikh, suivant un escarpement de faille (à facettes triangulaires) : large fond de vallée à chenaux tressés. [cliché : Jean NICOD, 1982]

3 ) Le plateau de Khounsakh

136Cette vaste unité est constituée par les calcaires crétacés, modérément plissés. Elle culmine au nord-est à 2355 m. L'escarpement au-dessus de la vallée de l'Andiiskoïé Koïssou est en évolution active. Au contraire, la traversée du plateau n'offre que des formes molles, résultant de l'arasement des rides anticlinales, des restes de la couverture néogène et du remblaiement cryonival des dépressions. Entre 1700 et 1950 m d'altitude, c'est un pays de prairies et d'élevage. Au sud, la bordure du plateau est marquée par la corniche des calcaires barrémiens. Le bourg de Khounsakh est perché sur ce rebord incisé par une profonde reculée. Il domine la vallée de l'Avarskoïé, la Rivière des Avars, remarquable par les éboulements séismiques de versant, les cônes de déjection actifs, le système des terrasses emboîtées. C'est un secteur cultivé avec ses vergers d'abricotiers. Par un nouveau col, on passe dans la vallée du Kara Koïssou, la Rivière Noire, dont on remonte le cours à partir du Narodni Most vers Gounib.

4 ) La cluse de Narodni Most

137En amont du Pont National sur le Kara Koïssou, c'est le passage le plus spectaculaire de la route vers Gounib, entaillée dans la paroi ouest de la cluse du Kara Koîsssou, à l'extrémité nord-est de la structure synclinale de Gounib. Un petit tunnel a complété le passage historique incisé dans la paroi calcaire (Photo 36). Un barrage a été établi dans la gorge en 1927, mais le réservoir a été comblé par les alluvions et la centrale de Guerghebilskaïa fonctionne au fil de l'eau.

Photo 36 - Cluse du Kara Koïssou à Narodni Most : route d'accès à Gounib entaillée et perchée en encorbellement. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 36 - Cluse du Kara Koïssou à Narodni Most : route d'accès à Gounib entaillée et perchée en encorbellement. [cliché : Jean NICOD, 1982]

III - Gounib au cœur du pays des Avars

138Ce bourg historique fut en 1859 le théâtre de l'ultime résistance du Daghestan avec CHAMIL contre les Russes. Le tsar ALEXANDRE II y aménagea une résidence. Dans le cadre de l'ASSR du Daghestan, une réserve naturelle avec un petit centre de recherches y a été instituée.

1 ) Des paysages géomorphologiques typiques

139Gounib est situé dans la partie centrale d'un vaste synclinal, marqué dans le paysage par le ploiement des couches calcaires du Crétacé inférieur (Barrémien et Valanginien) et du Jurassique supérieur (aspect de synclinal perché  Photo 37). Sur les versants structuraux correspondant aux revers des couches du Crétacé inférieur, on observe le découpage induit par la fracturation transverse et, localement, les dislocations et éboulements résultant d'un rejeu. Les grands escarpements externes, dominés par les doubles corniches calcaires, présentent sur les talus marneux des formations analogues à celles observées dans les Baronnies ou l'Arc de Castellane (Fig. 27). Gounib est perché sur un replat structural au-dessus de la gorge de Gounibka, affluent du Kara Koïssou, incisée dans les calcaires jurassiques, petit canyon profond de 120 à 140 m, aux multiples grottes.

Photo 37 - Panorama pris au-dessus de Gounib : vue sur le dispositif synclinal, corniche sommitale des calcaires barrémiens. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 37 - Panorama pris au-dessus de Gounib : vue sur le dispositif synclinal, corniche sommitale des calcaires barrémiens. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Figure 27 - Type d'escarpement au sud de Gounib.

Figure 27 - Type d'escarpement au sud de Gounib.

Étudié et dessiné depuis la route de Chokh.

2 ) Une exception montagnarde : un écosystème protégé

140Au-dessus de Gounib, en allant dans la montagne jusqu'au col d'où l'on aperçoit les ruines de l'aoul où naquit CHAMIL, l'un des derniers lieux de résistance en 1859, on observe les écosystèmes montagnards et subalpins. C'est d'abord la forêt protégée de charmes, de trembles et surtout de pins (Pinus sosnowskyi, proche du pin sylvestre), mais aussi de bouleaux, ces derniers colonisant d'anciennes terrasses de culture. Cette forêt fragile, de caractère relictuel, est typique du Caucase oriental (L. TOUCHART , 2010, p. 286). Au-dessus, vers 2200-2400 m, la prairie subalpine s'étend sur les anciennes terrasses dans ce secteur déserté, pâturée par un petit troupeau de vaches. On note la dominance de sols humifères sur débris calcaires altérés. La réserve permet de conserver 70 espèces d'oiseaux, les petits mammifères de la forêt (mulot gris, campagnols, musaraignes) et, au-dessus, quelques bouquetins et des chèvres sauvages. La marmotte de l'Altaï, introduite en 1939, est chassée pour sa fourrure par les braconniers !

3 ) Un haut lieu : l'aoul Chokh

141Perché vers 1600 m sur une crête, au dessus de Gounib, ce village est particulièrement intéressant. D'abord par sa structure adaptée à la défense : le toit de chaque saklia sert de cour à la maison supérieure, les ruelles sont étroites et en haut de l'aoul les maisons sont de petites forteresses. Par son histoire aussi : les montagnards y résistèrent victorieusement en 1742 aux troupes du régent persan Nadir Chah. Un site préhistorique indique une activité agro-pastorale dès le Néolithique. Le village domine de vastes étendues de champs en terrasses et, à l'époque de notre visite, c'était le plus important kolkhoze d'élevage ovin du Daghestan.

IV - Le barrage de Tchirkei, son contexte géomorphologique

142Clé de l'aménagement hydraulique du Daghestan, il est d'un grand intérêt géotechnique dans un contexte de risque séismique (J. NICOD, 1984). Son aménagement, dans les années 1970, dans la vallée du Soulak, répondait à un triple but : créer un réservoir régulateur, produire de l'électricité par plusieurs chutes, alimenter les irrigations sur le piémont du Soulak et, par un canal, la ville de Makhatchkala et le littoral caspien (Fig. 28). Le barrage-voûte, haut de 232 m et long de 330 m, a été construit dans le canyon du Soulak (Photo 38). Le réservoir de 2,5 km3, dont 1,2 de volume utile à l'époque, permet de compenser en partie l'irrégularité du débit du Soulak. Le barrage s'appuie sur les calcaires lités et fracturés du Crétacé supérieur. Il fallut ancrer les masses rocheuses par des ferrailles et multiplier les injections de béton pour colmater les infiltrations. Mais le pire est l'environnement séismique, à proximité du grand accident frontal Nord-Caucasien.

Figure 28 - Carte de l'aménagement hydro-électrique du Soulak, dans son contexte géomorphologique : indication de la sismo-tectonique active dans la zone de contact montagne/piémont, avec les marques du séisme de 1970.

Figure 28 - Carte de l'aménagement hydro-électrique du Soulak, dans son contexte géomorphologique : indication de la sismo-tectonique active dans la zone de contact montagne/piémont, avec les marques du séisme de 1970.

Source : J. NICOD (1984, figure 2, modifiée), d'après D.A. LILIENBERG.

Photo 38 - Le barrage de Tchirkei sur le Soulak. Ancrages. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 38 - Le barrage de Tchirkei sur le Soulak. Ancrages. [cliché : Jean NICOD, 1982]

143Le barrage a résisté au séisme de 1970. Mais il existe aussi un risque indirect : celui d'une vague produite par un éboulement dans le réservoir (type catastrophe du Vajont, dans les Alpes italiennes en 1963), car certaines parois du canyon sont instables et des éboulements s'y sont produits lors de ce séisme.

V - À travers les piémonts et le littoral caspien

144Tant à Gounib que le long de l'itinéraire, que de thèmes envisagés ! Dans l'analyse des paysages, on montre l'effet de la tectonique sur la position des vieilles surfaces d'aplanissement. L'évolution des vallées, avec leurs systèmes de terrasses fluvio-glaciaires, résulte des phases d'englacement en haute montagne au cours du Quaternaire. En aval, la multiplicité des terrasses alluviales emboîtées est en rapport avec les paléo-niveaux de la mer Caspienne, avec ses relations avec la Mer Noire et les apports du bassin d'Aral par l'Ouzboï.

145Les incidences de la tectonique active sur l'évolution des piémonts ont été analysées : subsidence de celui du Soulak et, au contraire, soulèvement du plateau de Kousar, au sud du Samour. Dans les vallées de la moyenne montagne, de nombreux villages-oasis profitent des possibilités d'irrigation à partir des torrents. Mais sur les piémonts, les vastes étendues steppiques sont devenues les espaces agricoles, des kolkhozes et des sovkhozes d'alors, avec l'extension de certaines cultures, dont la vigne. Les problèmes des migrations de population et des développements industriels et urbains ont été analysés de Makhatchkala à Bakou.

1 ) L'abaissement de la mer Caspienne étudié à Makhatchkala

146Nos ouvrages indiquaient un niveau de -26 m. En fait, il avait connu plusieurs variations importantes dans le passé historique (M. JULIAN et al, 1987, p. 33) et, à l'époque de notre visite, il était descendu à près de -29 m (minimum en 1978). On discutait des causes tectoniques, climatiques et anthropiques, particulièrement de l'effet des extensions des irrigations dans le bassin de la Volga. À Makhatchkala, les installations portuaires et balnéaires se trouvaient alors "perchées". Mais une tendance au relèvement s'esquissait déjà et s'est amplifiée : la mer est remontée de plus de 3 m (J. RADVANYI, 2007, p. 362).

2 ) Sur le passé historique du Daghestan à Derbent

147Cette ancienne capitale (La Porte à Verrou, en persan) est située en position stratégique sur le rivage caspien : un rétrécissement de la zone des piémonts et de la plaine littorale dû à un petit horst de calcaires sarmatiens. Datant du Vème siècle après J.C., elle eut son heure de gloire du VIIIème au Xème siècle, en particulier à l'époque du khalife HAROUN-EL-RACHID. C'était la barrière contre les nomades du nord. Enclose entre deux murs et dominée par la forteresse Naryn-Kala (Photo 39), elle bloquait la circulation sur l'extrémité du Caucase. Elle fut conquise par les Russes en 1795. Centre des Avéris, la ville ancienne est de type oriental et l'extension urbaine se fait sur la plaine littorale.

Photo 39 - Derbent : porte du rempart sud, au pied de la citadelle de Naryn-Kala. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 39 - Derbent : porte du rempart sud, au pied de la citadelle de Naryn-Kala. [cliché : Jean NICOD, 1982]

3 ) De Derbent en Azerbaïdjan par les piémonts et les plaines

148Une néotectonique intense marque l'extrémité du Caucase. De larges et profondes vallées incisent les piémonts et l'érosion y est intense. Ainsi la traversée des cours d'eau permet d'apprécier l'importance de l'incision récente des torrents et l'énormité du charriage alluvial actuel. Les plaines offrent de vastes étendues steppiques, dans une zone de climat semi-aride (P < 400 mm/an). Ces steppes xérophiles se caractérisent par des sols châtain-clair, localement à efflorescences salines, les solontchaks. C'était des terrains de parcours des nomades et longtemps des zones d'insécurité. Près de Divitchi, les fouilles archéologiques de Chabran, cité arabe médiévale, ruinée et définitivement abandonnée au XVIIIème siècle à la suite des inondations, puis enfouie dans les alluvions, montre l'importance des apports torrentiels dans les plaines. Par ailleurs, elle témoignait du rôle de cette voie de passage historique proche du littoral de la mer Caspienne. Voie ferrée, route, pipe-lines et gazoducs l'utilisent. Et grâce aux dérivations des eaux des cours d'eau de la montagne (canal du Samour, 55 m3/s), de vastes zones agricoles ont été établies sur les terres irriguées.

4 ) La forêt d'Ialama : une curiosité écologique

149Dans la plaine semi-aride d'Ialama, proche du Samour, il y a une exception du plus grand intérêt : une forêt de chênes et de charmes. Cette plaine est une terrasse de galets de la fin de la dernière période froide (Khvalinien récent, 12000-10000 BP) déjà déformée localement par des "anticlinaux enfouis" (Fig. 29). Grâce à son aquifère bloqué en surface par une couche de limons et alimenté par les torrents, cette forêt relictuelle, d'essences montagnardes descendues à cette époque, a pu se maintenir dans un environnement climatique semi-aride. Avec ses chênes au port élevé et l'enchevêtrement des lianes et du lierre, elle a un aspect de forêt dense d'une grande richesse floristique. Malheureusement son maintien est menacé, par l'abaissement de la nappe phréatique, du fait des prélèvements sur les cours d'eau effectués en amont pour l'irrigation de nouveaux territoires et, en aval, de l'abaissement de la mer Caspienne.

Figure 29 - Transect schématique du site de la forêt d'Ialama.

Figure 29 - Transect schématique du site de la forêt d'Ialama.

Écosystème forestier alimenté par la nappe des alluvions de la terrasse. Le bombement enfoui correspond à un anticlinal en soulèvement affectant l'aquifère.

5 ) Adieu au Caucase, dans le massif du Chakh-dag

150L'aoul de Khinalin est à 2200 m d'altitude dans ce massif de l'extrémité de la chaîne principale, qui culmine à 4243-4466 m. Les moraines permettent d'y recenser les phases des stades glaciaires fini-würmiens, mais le dernier glacier de cirque du Petit Âge Glaciaire (stade alpin Fernau) a disparu au XIXème siècle. Ce qui domine dans le paysage, c'est le modelé cryo-nival sur les pentes schisteuses et l'omniprésence des pelouses alpines xérophytiques, espace pastoral totalement dénué d'arbres (Photo 40). La chaîne du Chakh-dag se prolonge jusqu'au rivage de la Caspienne avec les structures anticlinales du Crétacé-Paléogène riches en pétrole, encore exploitées à Siazian en 1982, avec une spectaculaire forêt de derriks.

Photo 40 - Dans l'aoul de Khinalin, à 2200 m d'altitude dans le massif du Chakh-dag. [cliché : Jean NICOD, 1982]

Photo 40 - Dans l'aoul de Khinalin, à 2200 m d'altitude dans le massif du Chakh-dag. [cliché : Jean NICOD, 1982]

VI - Conclusion

151Notre travail sur le terrain avec nos collègues russes s'est opéré avec des moyens logistiques exceptionnels. Nous avons bénéficié d'une documentation considérable et de nombreuses informations techniques, particulièrement sur la séismicité, les processus de versants et l'action des cours d'eau. Sur le terrain, les aspects phytosociologiques et de nombreuses coupes de sols nous ont été présentés ; les discussions ont été passionnantes. Grâce à cette rencontre, nous avons pu connaître les divers aspects et problèmes du Caucase oriental, enrichis de comparaisons avec nos montagnes méditerranéennes.

Conclusion générale

152Parmi les nombreux sites présentés dans ce recueil, certains valent par la beauté des paysages, de nombreux, en particulier ceux souterrains, par les souvenirs historiques et parfois mythiques qui leur sont associés, d'autres plutôt par les problèmes géotechniques qu'ils permettent d'évoquer. Mais surtout, leur analyse contribue à la présentation des processus géomorphologiques qui les ont façonnés et certains sont des géomorphosites typiques.

153Géographes, nous en avons tous observés bien d'autres et il me semble que nous pouvons faire de leur présentation un double usage. Nous rejoignons ainsi les travaux et perspectives de recherche de la Commission du patrimoine géomorphologique du Comité National Français de Géomorphologie (CNFG).

154En tant qu'enseignant, il est plus facile d'évoquer, à propos de tel ou tel processus, des cas concrets sur des sites sur lesquels on peut discourir et piquer la curiosité des étudiants, même si on doit recourir à quelques anecdotes.

155Par ailleurs, les sites patrimoniaux sont de plus en plus fréquentés par les flots de touristes et dûment commentés. Dans la visite touristique, en 1993, des deux magnifiques dômes sacrés du Sri-Lanka, notre guide cinghalais, qui avait suivi quelques cours de sciences à Bruxelles, nous parlait des inselbergs. Partout, et surtout dans les parcs naturels nationaux et régionaux, on s'efforce de dépasser les simples données floristiques et faunistiques en précisant les caractères des sites, en expliquant les conditions de leur formation et de leur évolution. Les géomorphologues ont un grand rôle à jouer dans toutes ces descriptions, tant sur le terrain que dans la rédaction des guides. Et nos termes techniques apparaissent parfois d'une manière fortuite, comme sur cette pancarte qui, à Cuges-les-Pins, nous accueille en vantant comme premier atout de la ville, celui d'être dans "le plus grand poljé de France" (Photo 41) !

Photo 41 - Pancarte à l'entrée du village de Cuges-les-Pins (Bouches-du-Rhône) sur la RN 8. [cliché : Jean NICOD, 2009, avant l'urbanisation en cours de ce secteur]

Photo 41 - Pancarte à l'entrée du village de Cuges-les-Pins (Bouches-du-Rhône) sur la RN 8. [cliché : Jean NICOD, 2009, avant l'urbanisation en cours de ce secteur]
Haut de page

Bibliographie

Sur le contrefort du massif de la Sainte-Baume, au dessus du village, la chapelle de Saint-Antoine marque l'emplacement du village castral avant le "déperchement", définitif en 1509, en rapport avec les opérations d'aménagement des embucs et de drainage du poljé, achevées à la fin du XVIème siècle.

ACOVITSIÓTI-HAMEAU A. (2005) - Côté colline. Pratiques et constructions de l'espace sylvo-pastoral en Centre-Var. Édit. Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 334 p.

AGNESI V., MACALUSO T., MENEGHEL M. et SAURO U. (1989) - I Gessi di Santa Ninfa. Memorie Istituto Italiano di Speleologia, série II, vol. 3, Palerme (Italie), 201 p.

ALTUNEL E. et HANCOCK P. (1996) - Structural Attributes of travertines filled extensional fissures in the Pamukkale plateau. International Geology Review, vol. 38, p. 768-777.

AUDRA P. (1994) - Karsts alpins. Genèse des grands réseaux souterrains. Karstologia Mémoires, vol. 5, 279 p.

BARRUOL G. (1998) - Les gorges de la Nesque dans les Monts de Vaucluse. Édit. Les Alpes de lumière, n° 127, Forcalquier, 128 p.

BARRUOL G. (2004) - L'architecture religieuse médiévale et moderne. La Montagne de Lure. Édit. Les Alpes de lumière, n° 145-146, Forcalquier, 318 p.

BIGOT J.Y. (2010) - Le karst du gypse. In : Grottes et karsts de France, P. AUDRA édit., Karstologia Mémoires, vol. 19, p. 86-87.

BIROT P. (1958) - Les dômes cristallins. Mémoires et Documents, Édit. CNRS, Paris, vol. VI, p. 7­34.

BIROT P. (1978) - Sur les divers reliefs résiduels d'Afrique et de Ceylan. Bulletin de l'Association de Géographes Français, n° 450, p. 91-98.

BRAVARD Y., CHARDON M., DRESCH J., JULIAN M. et SOUTADÉ G. (1987) - Dynamique des reliefs au cours du Quaternaire. Méditerranée, n° 2-3, p. 37-60.

BRINCKMANN R. (1976) - Geology of Turkey. Édit. ELSEVIER, Amsterdam (Pays-Bas), 158 p.

BUSCH J.F. (1999) - Les effondrements gypseux de la région dracénoise (influences sur le développement de l'urbanisme). Mémoire de DEA, Université de Provence, 35 p. + documents non paginés.

CHARDON M. et NICOD J. (1996) - Gypsum karst of France. International Journal of Speleology, vol. 25, n° 3-4 ("Gypsum karst of the world"), p. 203-208.

CHARDON M. et ROVÉRA G. (1997) - Les karsts des gypses en Vanoise. Aspects géomorphologiques hydrologiques et dynamiques, Travaux Scientifiques du Parc national de la Vanoise, vol. XX, p. 23-49.

Collectif (1998) - Découverte géologique du Lubéron. Édit. BRGM, collection "Guides géologiques régionaux", Orléans, 180 p.

COLLIER R. (1986) - Les origines du christianisme et les chapelles rupestres de haute Provence. Annales de Haute Provence, vol. XL, n° 256, p. 398-399.

COOPER A.H. (1996) - Gypsum karst of Great Britain. International Journal of Speleology, vol. 25, n° 3-4 ("Gypsum karst of the world"), p. 195-202.

COURBON P. (2009) - La chapelle Saint-Pierre de Barbourin. Cahiers de l'ASER, n° 16, p. 45­48.

CURTIS J.H., HODELL D.A. et BRENNER M. (1996) - Climate variability on the Yucatan Peninsula (Mexico) during the last 3500 years and implications for the Maya cultural evolution. Quaternary Research, vol. 46, n° 1, p. 37-47.

DAUTIER A.Y. (1999) - Trous de mémoire. Troglodytes du Luberon et du Plateau de Vaucluse. Édit. Les Alpes de Lumière (coédité par le PNR du Luberon), n° 133, Forcalquier, 168 p.

DELANGE P. et GUENDON J.L. (1998) - Les phénomènes karstiques du "rocher de St-Eucher" (Vaucluse, France) témoins de l'évolution géomorphologique en moyenne Durance depuis le Néogène. Études de Géographie Physique, supplément au n° XXVII, p. 57-69.

DELAYE S. (1997) - Roquevaire (Bouches-du-Rhône), une commune confrontée au risque d’effondrement lié à l’exploitation du gypse. Mémoire de Maîtrise, Université de Provence, 108 p.

DELETIE P., HAGUENAUER B., QUEME B. et ROBINT A. (1990) - Étude et surveillance de la dissolution du gypse sur deux sites d'ouvrages hydrauliques. Mémoires de la Société Géologique de France, nouvelle série, n° 157, p. 33-42.

DÉNES G. (1970) - A Dobsinai – jégbarlzangés klimájánák kutása. In : Karst és Barlang, Partie II, p. 85-88.

DOMROES M. (1974) - The agroclimate of Ceylon. A contribution towards the ecology of tropical crops. Édit. STEINER, Wiesbaden (RFA), 265 p.

DROPPA A. (1973) - Dobšinska ladova Jaskyna. In : Livret-guide de l'excursion B3 du Congrès International de Spéléologie (Olomouc, Tchécoslovaquie, 1973).

EL KHALKI Y. et AKDIM B. (2001) - Les dolines d'effondrement et les dolines-lacs des Causses du sud-ouest du Moyen Atlas. Karstologia, vol. 38, p. 19-24.

EROL O. (1981) - Neotectonic and geomorphic evolution of Turkey. Zeitschrift für Geomorphologie, N.F., Supplement Band, vol. 40, p. 193-211.

FARMER B.H. (1960) - Ceylon. In : India and Pakistan: a general and regional geography, SPATE O.H.K., Édit. METHUEN and Cie, Londres (Grande-Bretagne), avec un chapitre (chap. XXVI) sur Ceylan, p. 745-789.

FORTI P. et SAURO U. (1996) - The Gypsum karst in Italy. International Journal of Speleology, vol. 25, n° 3-4 ("Gypsum karst of the world"), p. 339-250.

GAGNEPAIN J. (2002) - Préhistoire du Verdon. Alpes-de-Haute-Provence et Var, des origines à la conquête romaine. Édit. Édisud et Parc Naturel Régional du Verdon, 104 p.

GAMS I. (1974) - Kras. Édit. Matica slovenská, Ljubljana (Yougoslavie), 350 p.

GAUCHON C. (1997) - Des cavernes et des hommes. Géographie souterraine des montagnes françaises. Karstologia Mémoire, vol. 7, 248 p.

GAUCHON C. (2003) - Les glacières naturelles des Alpes et du Jura. Cahiers de l'ASER, vol. 13, p. 125-141.

GILEWSKA D. (1964) - Fossil karst in Poland. Erdkunde, vol. 18, p. 124-135.

GLAZEK J., DABROWSKI T. et GRADZIŃSKI R. (1972) - Karst of Poland. In : Karst. Important karst regions of northern hemisphere, M. HERAK et V.T. STRINGFIELD édit., Édit. ELSEVIER, Amsterdam (Pays-Bas), p. 327-340.

GERASIMOV I.P. et GÜLÜBOV Z.S. sous la direction de (1984) - Grand Caucase, Stara Planina, Le Balkan. Analyse géographique comparée du potentiel des ressources naturelles et son rôle dans le développement et la localisation de l'économie et la population des pays montagneux. Actes du 25ème Congrès International de Géographie (Paris, 1984), Édit. Académie Bulgare des Sciences, Sofia (Bulgarie), 431 p.

HAMEAU P. (2000) - La haute vallée du Carami. Implantation, organisation et évolution d'un sanctuaire préhistorique. Édit. ASER Centre-Var, Le Val, 227 p.

HERAUD-PIÑA M.A. (1995) - Le karst du Yucatan. Édit. Presses Universitaires de Bordeaux, collection "Scieteren, Bordeaux, 282 p.

HRIBAR F. (1960) - Temperature und vegetationsumkherungen in Trnovski gozd. Actes du VIème Congrès International de Météorologie Alpine (Bled, Yougoslavie), Édit. Institut hydrométéorologique SFRJ, p. 312-344.

IMOUCHA H. (1960) - Sainte-Victoire. Guide des excursions. Édit. Club Alpin Français - section de Provence, Marseille, 53 p.

JULIAN M. et NICOD J. (1990) - Catastrophes naturelles et risques afférents aux terrains gypseux (Alpes et Provence). Revue de Géographie Alpine, vol. LXXVIII, n° 1/3, p. 157­173.

JULIAN M., LILIENBERG D.A. et NICOD J. (1987) - Rôle des modifications des niveaux quaternaires des mers Caspienne, Noire et Méditerranée dans la formation des reliefs et de leurs marges montagnardes. Méditerranée, n° 2-3, p. 19-35.

Karst and Kryokarst (2007) - 25th Speleological School and 8th GLACKIPR Symposium "Karst and Cryokarst". Livret-guide de l'excursion (Silésie, Pologne), p. 21-35.

KEMPE S. et DIRKS H. (2008) - Layla Lakes, Saudi Arabia: the World-wide largest lacustrine gypsum tufas. Acta Carsologica, vol. 37, n° 1, p. 7-14.

KLIMCHOUK A. (2002) - Subsidence hazards in different types of karst : evolutionary and speleogenetic approach. International Journal of Speleology, vol. 31, n° 1/4, p. 5-18.

KRANJC A., sous la direction de (1997) - Karst hydrogeological investigations in South-West Slovenia. Acta Carsologica, vol. XXVI, n° 1, Ljubljana (Slovénie), 388 p.

LE ROY LADURIE E. (1967) - Histoire du climat depuis l'an Mil. Édit. FLAMMARION, Paris, 376 p.

LILIENBERG D.A., sous la direction de (1982) - Summary report on studies of recent vertical movements and morphostructures of Caucasus. Rapport de la Commission of recent crustal movements, p. 141-156.

LOUCHET A. (1977) - Le contact Highlands-Lowlands dans le sud de Ceylan. Bulletin de l'Association de Géographes Français, n° 448, p. 319-329.

LUETSCHER M. (2006) - Les glacières du Jura : groupe climatologie souterraine. Société Suisse de Spéléologie, fiches de l'auteur.

MADEYSKA T. (1981) - Le milieu naturel et l'homme du Paléolithique moyen et supérieur en Pologne à la lumière des recherches géologiques. Studia Geologica Polonica, vol. 69, Warsawa, 125 p. (en polonais).

MAIRE R. (2009) - Alpes-Maritimes : le gouffre du Scarasson. Chronique d'une disparition annoncée. Spéléo-Magazine, vol. 68, p. 18-21.

MARTEL É.A., (1928) - La France ignorée. Sud-Est de la France. Édit. DELAGRANGE, Paris, 290 p. + carte hors-texte.

MAZET J. (1993) - La Sainte-Baume, Montagne des Dieux - Terre des Hommes. Édit. TACUSSEL, Marseille, 130 p.

MORTIER G. (2011) - Chichén Itzá. Découvertes dans la capitale maya. Archeologia, n° 470, p. 42-51.

MOTYKA J. et WILK Z. (1984) - Hydraulic Structure of Karst Fissured Triassic Rocks in the vicinity of Olkusz (Poland). Kras I Speleologia, vol. XIV, n° 5, p. 11-24.

NICOD J. (1984) - Le grand barrage du Soulak (Daghestan, URSS) en région de haut risque sismique. Méditerranée, n° 1-2, p. 109-112.

NICOD J. (1993) - Karsts des gypses, morphologie, hydrologie, environnement. Karstologia, vol. 20, p. 1-10, et vol. 21, p. 11-30.

NICOD J. (995) - Carte géologique des karsts de France. Karstologia, vol. 25, p. 1-34 + carte hors-texte.

NICOD J. (1999) - Phénomènes karstiques et mouvements de terrain récents dans le département du Var. In : Risques naturels, 120ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Aix-en-Provence, 1995), P. GABERT et J. VAUDOUR édit., Édit. CTHS, p. 115-130.

NICOD J. (2003) - Les glacières naturelles témoins des changements climatiques : en Slovénie et Slovaquie. Cahiers de l’ASER, vol. 13, p. 133-138.

NICOD J. (2004) - Présentation du bloc-diagramme du Grand Canyon du Verdon. Méditerranée, n°1-2, p. 17-24 + planche hors-texte.

NICOD J. (2007) - Deux lacs à problèmes du Centre-Var, le Grand Loucien de la Roquebrussanne et le lac de Besse-sur-Issole. Études de Géographie Physique, n° XXXIV, p. 43­50.

NICOD J. (2008) - Toujours les problèmes du lac de Besse-sur-Issole. Études de Géographie. Physique, n° XXXV, p. 45-50.

NICOD J. (2012) - Sources et sites des eaux karstiques. Méditerranée, hors série, Aix-en-Provence, 277 p.

NICOD J. (2011) - Les gorges de Trévans sur le front subalpin. Physio-Géo - Géographie physique et Environnement, vol. V, p. 227-249.

PERRY E., MARIN L., MC CLAIN J. et VELÁZQUEZ G. (1995) - Ring of Cenotes (sinkholes), northwest Yucatan, Mexico: its hydrogeologic characteristics and possible association with the Chicxulub impact crater. Geology, vol. 23, n° 1, p. 17-20.

PERROUX A.S. (2001) - Étude du fonctionnement d'une cavité englacée durant un cycle climatique, site de la glacière d'Autrans. Karstologia, vol. 37, p. 41-46.

PETIT M. (1978) – Reliefs dissymétriques et dômes rocheux nus dans la zone tropicale. Bulletin de l'Association de Géographes Français, n° 450, p. 83-89.

PRIESNITZ K. (1969) - Der Nixseebecken, ein Polje im Gipskarst des südwestlichen Harzvorland. Jb. Karst- und Höhlenkunde, série H.9, vol. XVI, p. 73-87.

PULINA M. (1997) - Karst areas in Poland and their changes by human impact. Landform Analysis, vol. 1, p. 55-71.

PULINA M. et TYC A. (1987) - Guide des terrains karstiques choisis des Sudety et haut-plateau de Silésie-Cracovie. Édit. Uniwersytet Šląski, Sosnowiec (Pologne), 101 p.

RACOVIŢA G., ŞERBAN M. et VIEHMANN I. (1987) - Tendances à long terme dans la dynamique des formations de glace dans la grotte de Scărişoara. Theoretical and Applied Karstology, vol. 3, p. 143-167.

RADVANYI J. (2007) - La nouvelle Russie. Édit. Armand COLIN, Paris, 4ème édition, 463 p.

RADVANYI J. (2010) - Le monde turbulent de la Fédération de Russie. HÉRODOTE - revue de géographie et de géopolitique, n°138 ("Géopolitique de la Russie"), p. 8-20.

RAMIÈRE DE FORTANIER A.R. (1978) - Illustrations du vieux Marseille. Édit. AUBANEL, Avignon, 152 planches commentées.

SASS M. et URBAUM U. (2010) - Damage to the historic town of Staufen (Germany) caused by geothermal drillings trough anhydrite-bearing formations. Acta carsologica, vol. 39, n° 2, p. 233-245.

SALOMON J.N., (1987) - Le gouffre de Tourettes (Var). Karstologia, vol. 10, p. 52-53.

SALOMON J.N. (2003) - Cenotes et trous bleus, sites remarquables menacés par l'écotourisme. Cahiers d'Outre-Mer, vol. 56, n° 223, p. 327-352.

SALOMON J.N. (2009) - Le déclin de la civilisation classique maya : explications. Cahiers d'Outre-Mer, vol. 62, n° 246, p. 143-173.

ŞERBAN M. (1970) - Morphologie comparée des stalagmites de glace de la grotte de Scărişoara. Travaux de l'Institut de Spéléologie E. RACOVIŢA, vol. 9, p. 35-60.

SIMÃES W. (1993) - The Tekax 90 Project and the use of the caves by the Mayas. Actes du XIth International Congress of Speleology (Beijing), Institut de Géologie de l'Académie des Sciences de Chine, tome I, p. 143-146.

SORIANO M.A. et SIMÓN J.L. (1995) - Alluvial dolines in the central Ebro basin, Spain: a spatial and developmental analysis. Geomorphology, vol. 11, p. 295-309.

SURELL A. (1841) - Étude sur les torrents des Hautes-Alpes. Édit. CARILIAN-GŒRY et Victor DALMONT, Paris, XIX-283-1 p. + 6 planches hors-texte.

THOMAS C. (1999) - Aspects hydrogéologiques du Yucatan (Mexique). Karstologia, vol. 34, p. 9-22.

THOMAS C. (2010) - Le karst du Yucatan : le rôle du flux géothermique, des failles, de l'eau de mer et des évaporites dans sa genèse. Karstologia, vol. 55, p. 1-18.

THOREZ P. et RÉPARAZ A. de (1987) - La population et le peuplement dans le Caucase oriental et dans les Alpes du Sud. Formes traditionnelles, formes contemporaines, différenciations régionales. Méditerranée, n° 2-3, p. 95-110.

TOUCHART L. (2011) - Les milieux naturels de la Russie. Édit. L'Harmattan, Paris, 458 p.

TRICART J. (1984) - Aspects du milieu naturel de Ceylan. Annales de Géographie, vol. 315, p. 98-101

UNGAR C. et ALLEMAND D. (1991) - Fortifications troglodytiques du Sud-est de la France : la grotte fortifiée de Varages et la "Maison des fées" de Cabasse (Var). Mémoires de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie des Alpes-Maritimes, vol. 33, p. 115-122.

WHITMORE T.M. et TURNER B.L. (1992) - Landscape of cultivation in Mesoamerica on the eve of the conquest. Annals of the Association of American Geographers, vol. 82, n° 3, p. 402-426.

WHITMORE T.J., BRENNER M., CURTIS J.H., DAHLIN B.H. et LEYDEN B.(1996) - Holocene climatic and human influences on lakes of Yucatan Peninsula, Mexico: an interdisciplinary paleolimnological approach. The Holocene, vol. 6, n° 3, p. 273-287.

ZELINKA J. (2002) - Microclimatic research in the Slovakian show caves. Acta Carsologica, vol. 31, n° 1, p. 151-163.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte des principales données sur l'île de Ceylan (d'après M. DOMROES, 1974, et J. TRICART, 1984).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Photo 1 - Le rocher de Sigiriya, vue prise près d'un ancien réservoir. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 2 - Sigiryia : le bassin restauré au sommet du rocher. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 3 - Sigiryia : boule entaillée pour supporter une construction. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Photo 4 - Dambulla : un dôme voisin de celui du sanctuaire. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Photo 5 - Le sanctuaire troglodyte de Dambulla. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 6 - Le réservoir et l'inselberg de Giritale, près de Polonnaruwa. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 - Le karst du nord du Yucatan, position des cenotes et des grottes (d'après M.A. HERAUD-PIÑA, 1995, figure 46).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 3 - Transect nord-sud (raccourci) à travers le site de Chichén Itzá.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photo 7 - Le cenote sacré (Cenote de los Sacrificios) dans les calcaires crayeux bien lités de l'Éocène. [cliché : Jean NICOD, 1995]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 8 - Au cœur de Chichén Itzá : Chac Mool, le dieu jaguar et le Castillo, (Kukulkán), la forêt sèche au loin. [cliché : Jean NICOD, 1995]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo 9 - Le cenote de Xtoloc (de l'iguane), dans son environnement forestier. [cliché : Jean NICOD, 1995]
Légende Nappe karstique à ≈ 20 m de la surface du plateau et ébauche d'un conduit oblique.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 4 - Coupe à travers le nord du Yucatan mettant en évidence le fonctionnement hydrologique (d'après C. THOMAS, 1999, 2010).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo 10 - Altération des calcaires crayeux à la base d'un mogote près d'Uxmal. [cliché : Jean NICOD, 1993]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 5 - Château ruiné de Ryczów (fin du XIVème siècle), au sud d'Ogrodzieniec,à 495 m d'altitude (d'après une photographie dans Mapa Zespolu Jurajskich Parkow, 1995).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 6 - Carte du karst du Jura Polonais et de la bordure du bassin de Silésie (d'après A. TYC, 1997, repris dans M. PULINA, 1997, figure modifiée).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Photo 11 - Piton calcaire culminant à 504 m et château-fort d'Ogrodzieniec. [cliché : Jean NICOD, 1987]
Légende L'enceinte fut construite entre 1530 et 1545 au-dessus de Podzamsce. Au-dessous du château, était installé un village d'artisans.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 7 - Structure géologique de la butte de Podzamcze (Ogrodzieniec) (d'après un dessin exécuté sur le terrain lors d'un exposé de J. GLAZEK en 1987).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 12 - Le mont Berkówa, dôme qui correspond à un bioherme du Jurassique supérieur) avec ses dislocations. [cliché : Jean NICOD, 1987]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 - Transformation des biohermes en tors : essai de synthèse, d'après les observations dans les carrières et les discussions sur le terrain en 1985 et 1987.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photo 13 - Poche de sable et paléokarst exhumé : vue sur la vallée de la Wiercica près de Julianske. [cliché : Jean NICOD, 1987]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 9 - Le site des mines de Pb et Zn d'Olkusz, dans les calcaires dévoniens au contact du karst des calcaires du Jurassique et du Muschelkalk. Exhaure et rejet des eaux dans la Biala Przemsza en aval.
Légende Q : remblaiement quaternaire. j : calcaires jurassiques. t3 : marnes du Keuper. l : Lias. t2 : calcaires et dolomies minéralisés (Pb-Zn-Ag) du Muschelkalk. r : schistes du Werfénien (Permien). d : dolomies du Dévonien. Sources : J. MOTYKA et Z. WILK (1984), M. PULINA et A. TYC (1987).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo 14 - Dans le canyon de Prądnik, le défilé des "Portes". [cliché : Jean NICOD, 1987]
Légende En tête, le regretté Marian PULINA, directeur de l'excursion, lors de la Table-Ronde Franco-Polonaise (4 juin 1987).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photo 15 - Entrée de "Jaskynia Tunel" : la grotte tunnel. [cliché : Jean NICOD, 1987]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 11 - Notre-Dame de Beauvoir à Moustiers-Sainte-Marie.
Légende Cumul des aspects naturels et historiques. Chapelle romane, encastrée dans le calcaire, dans le site de la clue d'Entreroches (Ravin de Notre-Dame) sur le front subalpin, au-dessus de la source vauclusienne et de la cascade de la Maïre. Bourg construit sur le balcon de travertins formé par les eaux de cette exsurgence, utilisation agricole et industrielle des eaux (moulins, faïenceries, etc.), haut lieu historique et patrimonial. Au-dessus de la chapelle, suspendue à la chaîne entre les deux rochers, la célèbre étoile, souvenir du vœu du duc de Blacas revenu sain et sauf de la croisade. À gauche, sur une vire, la grotte-chapelle de Sainte-Madeleine (M). (Dessin d'après une photographie du début du XIXème siècle, avant l'urbanisation actuelle)
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Photo 16 - L'église de La Verdière (Var) encastrée sous la terrasse du château des Forbin d'Oppède, construit aux XVIIème-XVIIIème siècles sur les ruines du château médiéval dominant le village. [cliché : Jean NICOD, 2004]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 17 - Site de la Chapelle Saint-André au-dessus des gorges de Trévans, sur un mont isolé (au premier plan). [cliché : Jean NICOD, 2004]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 12 -Transect schématique montrant la position de la grotte de la Sainte-Baume dans son contexte structural et bioclimatique (J. NICOD in "Worldwide database on Sacred Caves").
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau I - Sites religieux troglodytes des Alpes-de-Haute-Provence (04).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Tableau II - Sites religieux troglodytes des Bouches-du-Rhône (13).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Tableau III - Sites religieux troglodytes du Var (83).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Tableau IV - Sites religieux troglodytes du Vaucluse (84).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photo 18 - La Baume Saint-Michel et ses murs. [cliché : Jean NICOD avec Jean-Joseph BLANC, 1997]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Photo 19 - Intérieur de la chapelle de la Magdeleine au-dessus d'Aups (Var) : mur percé d'une porte et de deux oculi. [cliché : Jean NICOD, 2004] 
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo 20 - La chapelle troglodyte de St-Honorat, cella initiale du prieuré : construction monumentale par rapport au mur originel, dont un pan subsiste à gauche. [cliché : Jean NICOD, 2012]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 13 - Le Rocher de Saint-Eucher avec le Prieuré dans une baume de fractures.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Photo 21 - L'Hôtel Turtel vu depuis un virage de la route d'Éphèse à Kuşadasi. [cliché : Jean NICOD, 1996]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photo 22 - Panorama de la côte à calanques au sud-ouest d'Éphèse. [cliché : Jean NICOD, 1996]
Légende L'orientation des caps est déterminée par le champ de fractures est-ouest. Au loin, l'expansion urbaine de Kuşadasi.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photo 23 - Détail du versant nord de la calanque : couches calcaires inclinées, couloirs de fractures, dièdre et plan de glissement. [Cliché : Jean NICOD, 1996]
Légende Le plan de glissement est marqué d'une croix.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 14 - Carte structurale de la région d'Izmir et d'Éphèse (Lydie).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 16 - Situation de la grotte Dobšinska parmi les principales glacières naturelles des Alpes et d'Europe centrale (J. NICOD, 2003).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 24 - Paysage du Slovensky Raj, près de la grotte de Dobšina. [cliché : Jean NICOD, 1973]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 17 - Schéma de fonctionnement du système souterrain de la grotte glacée de Dobšina (d'après des documents d'A. DROPPA, 1973).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 25 - Sur le glacier dans Velká Sien. [cliché : Jean NICOD, 1973]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 18 - Peştera Scărişoara : stalactites et stalagmites de glace dans la salle de l'Église (M. ŞERBAN, 1970, figure 1).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 19 - La glacière de Paradana, dans la forêt de Trnovo, en Slovénie, au fond d'une énorme doline, piège à air froid, caractérisée par l'inversion des étages de végétation (d'après F. HRIBAR, 1960, in GAMS, 1974, figure 39).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 26 - Smrekova Draga, "la fosse aux épicéas", profonde de 140 m, avec une tourbière arctique au fond. [cliché : Jean NICOD, 1973]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 20 - Schéma de la glacière de la Grâce-Dieu (Doubs), dans le karst du premier plateau jurassien à l'est de Besançon (J. NICOD, Diorama ASER Centre-Var, 1983).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau V - Principaux évènements dans le Trias du Département du Var.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 21 - Carte des principaux phénomènes observés dans le Département du Var.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photo 27 - Le Trou de Peyrui à Bargemon en 1992. [cliché : Jean NICOD]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photo 28 - Le Grand Laoucien avec un niveau très bas le 8 novembre 2008. [cliché : Jean NICOD, 2008]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 22 - Bloc diagramme du Lac de Besse (J. NICOD, 2007, figure 6).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Photo 29 - Le lac réduit à deux entonnoirs, en novembre 2007. [cliché : Jean NICOD, 2007]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 23 - Phénomènes et désordres urbains dans la vallée de la Nartuby (d'après J. NICOD 1995, figure 11, modifiée).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Photo 30 - Roquevaire : fontis formé dans une terrasse en 1995. [Cliché : Jean NICOD, 1997] 
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Photo 31 - Contour de corrosion du poljé d'Azigza sur le Causse d'Ajdir : secteur à sec en automne 1973 à la suite d'années sèches, avec des efflorescences gypso-salines. [cliché : Jean NICOD, lors d'une réunion de l'AFK dirigée par Jacques MARTIN]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo 32 - Glissement du Val d'Enfer près de Derrière La Côte, commune de Saint-Laurent de la Côte, vallée des Belleville. [cliché : Jean NICOD, août 1986]
Légende Sommet : Col de la Lune 1788 m. Base : pont de la D 96. Départ au niveau de l'affleurement de gypse. Incision de la coulée de boue par les torrents.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photo 33 - Entonnoirs actifs dans le gypse du Col du Joly (1989 m) en Beaufortain. [cliché : Jean NICOD, 1990]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photo 34 - Le barrage de la Girotte en 1965 : réparations en cours. [cliché : Jean NICOD]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 24 - Carte du Caucase oriental.
Légende Reprise de Méditerranée, 1987, n° 2-3, carte hors-texte modifiée.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 25 - Soulèvement en cours du Caucase.
Légende Source : J. NICOD (1984), d'après les données de D.A. LILIENBERG et al. (1982).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 26 - Schéma du grand éboulement séismique à l'amont du lac Kesenoyan.
Légende NA : niche d'arrachement. GR : glacier rocheux (marnes à bancs calcaires du Crétacé).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 35 - La vallée de l'Andiiskoïe Koïssou en aval de Botlikh, suivant un escarpement de faille (à facettes triangulaires) : large fond de vallée à chenaux tressés. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photo 36 - Cluse du Kara Koïssou à Narodni Most : route d'accès à Gounib entaillée et perchée en encorbellement. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Photo 37 - Panorama pris au-dessus de Gounib : vue sur le dispositif synclinal, corniche sommitale des calcaires barrémiens. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 27 - Type d'escarpement au sud de Gounib.
Légende Étudié et dessiné depuis la route de Chokh.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 28 - Carte de l'aménagement hydro-électrique du Soulak, dans son contexte géomorphologique : indication de la sismo-tectonique active dans la zone de contact montagne/piémont, avec les marques du séisme de 1970.
Légende Source : J. NICOD (1984, figure 2, modifiée), d'après D.A. LILIENBERG.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Photo 38 - Le barrage de Tchirkei sur le Soulak. Ancrages. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 39 - Derbent : porte du rempart sud, au pied de la citadelle de Naryn-Kala. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 29 - Transect schématique du site de la forêt d'Ialama.
Légende Écosystème forestier alimenté par la nappe des alluvions de la terrasse. Le bombement enfoui correspond à un anticlinal en soulèvement affectant l'aquifère.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Photo 40 - Dans l'aoul de Khinalin, à 2200 m d'altitude dans le massif du Chakh-dag. [cliché : Jean NICOD, 1982]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 41 - Pancarte à l'entrée du village de Cuges-les-Pins (Bouches-du-Rhône) sur la RN 8. [cliché : Jean NICOD, 2009, avant l'urbanisation en cours de ce secteur]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/4838/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Nicod, « Souvenirs de quelques sites géomorphologiques significatifs et curieux », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 1-103.

Référence électronique

Jean Nicod, « Souvenirs de quelques sites géomorphologiques significatifs et curieux », Physio-Géo [En ligne], Volume 10 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/4838 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4838

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals