Navigation – Plan du site
Articles

Facteurs environnementaux et répartition spatiale des crustacés dans un cours d'eau peu anthropisé à Makak (Région du Centre Cameroun)

Gideon Aghaindum Ajeagah, Gertrude Estelle Yogback, Samuel Foto Menbohan, Siméon Tchakonté et Champlain Djieto-Lordon
p. 181-196

Résumés

Cette étude examine l'influence des facteurs environnementaux sur la distribution spatiale des crustacés dans le Matourou, ruisseau situé en zone forestière dans l'Arrondissement de Makak (Région du Centre Cameroun). Les analyses physico-chimiques révèlent des conditions écologiques de bonne qualité ; le pH est proche de la neutralité (moyenne de 7,28 ± 0,81), les eaux sont bien oxygénées (taux de saturation = 82,54 ± 8,22 %), faiblement minéralisées (conductivité électrique = 25,89 ± 6,13 µS/cm) et présentent de faibles charges en matières organiques (oxydabilité = 1,42 ± 1,70 mg/). Deux espèces de crevettes, Caridina sp. (Atyidae) et Macrobrachium sp. (Palaemonidae), et des espèces de crabes non déterminées appartenant au genre Soudanonautes (Potamidae), ont été identifiées. Au total, 2132 individus ont été récoltés. L'espèce Caridina sp. est la plus représentée, avec 90,43 % d'abondance relative, suivie de Soudanonautes spp. (7,83 %) et Macrobrachium sp. (1,74 %). Macrobrachium sp. est absente dans le cours supérieur.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les polluants liés aux activités urbaines, industrielles et agricoles exercent des pressions considérables sur les écosystèmes aquatiques. Ces pressions se traduisent par une dégradation de la qualité de l'eau et des habitats dont dépend la vie aquatique (J.D. ALLAN et A.S. FLECKER, 1993). Ces activités altèrent ainsi la composition des communautés biologiques présentes dans les cours d'eau, généralement en réduisant la diversité biologique de l'écosystème aquatique (J.P. BOON, 1992 ; J.N. BEISEL et al., 1998).

2Les crustacés, comme beaucoup d'autres groupes d'organismes, sont très sensibles aux pressions de pêche et aux modifications de l'environnement liées à la pollution, comme l'en-vasement et l'eutrophisation (P.S. GILLER et B. MALMQVIST, 1998).

3Au Cameroun et particulièrement dans les villes et les environs de Yaoundé et de Douala, les recherches effectuées à ce jour dans les milieux lotiques et lentiques se sont focalisées sur l'étude de la diversité et de la dynamique du zooplancton, des bactéries, des protistes et de l'ensemble des macroinvertébrés benthiques, afin d'évaluer leur état de santé (M. NOLA et al., 2010 ; G.A. AJEAGAH et al., 2013 ; E.B. BIRAM A NGON, 2013 ; Z. MBOHOU NJOYA, 2013 ; S. TCHAKONTÉ et al., 2014). Mais très peu de travaux ont été consacrés à la perte de la diversité des crustacés en relation avec la dégradation du milieu. Pourtant ce groupe zoologique présente un grand intérêt socio-économique, écologique et même sanitaire. Avec l'urbanisation qui se fait croissante, prévenir l'impact des pressions anthropiques sur ce capital biologique devient de nos jours une préoccupation majeure.

4Dans cette perspective, il est urgent d'enrichir les informations sur la diversité des ressources halieutiques en eau douce, et tout particulièrement dans le cas des crustacés, afin de déterminer leur abondance et d'être en mesure de proposer des stratégies pour l'exploitation rationnelle des ressources. La réalisation de cet objectif passe, entre autres, par l'étude de cours d'eau peu anthropisés. C'est dans ce cadre que s'inscrit le présent travail, qui vise à étudier les conditions environnementales régissant la distribution des crustacés dans le ruisseau Matourou, non loin de Makak (Région du Centre Cameroun).

II - Matériel et méthodes

1 ) Description du site d'étude et des stations d'échantillonnage

5Le Matourou, situé dans le "village" (au sens de "commune") de Koukoum, dans l'arrondissement de Makak, fait partie de la réserve forestière de Malak (2000 ha).

6Le secteur appartient au Plateau Sud-Camerounais (INC, 1980), qui culmine ici vers 700 m d'altitude.

7Le ruisseau prend sa source à 685 m d'altitude (3°32'01" N ; 10°57'53" E) et parcourt environ 3,7 km avant de se jeter dans le fleuve Nyong (Fig. 1). Il reçoit trois affluents : le Makoube, grossi du Bissai, le Mabogoo et le Petit Matourou. Le bassin versant présente une superficie de 5 km2 environ. Dans la partie aval, où la pente longitudinale du cours d'eau est faible, les eaux du Nyong peuvent envahir la vallée du Matourou et à tout le moins influencer le niveau de celui-ci pendant les périodes de crue.

Figure 1 - Le bassin versant du Matourou.

Figure 1 - Le bassin versant du Matourou.

D'après INC (1980).

8Faute de station climatologique, la plus proche étant celle de Douala, distante de 150 km, nous devons nous contenter de considérations générales sur le climat. Il est de type équatorial, marqué par des précipitations modérées, entre 1500 et 1700 mm par an (R. KODJO, 1998). Les températures subissent peu de variations dans le temps (J.B. SUCHEL, 1972). On observe quatre saisons (M. KUÉTÉ, 1987), qui s'organisent généralement comme suit : une longue saison sèche (de mi-novembre à mi-mars), une courte saison pluvieuse (de mi-mars à fin juin), une courte saison sèche (en juillet et août) et une courte saison pluvieuse (de septembre à mi-novembre) (J.B. SUCHEL, 1972).

9Le substrat est constitué de granite. Comme dans tout le Sud-Cameroun, les sols sont de trois types : sols ferralitiques au sommet des interfluves et au bas des pentes, sols hydromorphes dans les vallées marécageuses et sols peu évolués sur les pentes fortes (M. ONGUÉNÉ, 1993).

10Le bassin versant est couvert en majeure partie par une forêt de type secondaire (Fig. 2 et Photo 1).

Figure 2 - Image Google Earth du secteur d'étude.

Figure 2 - Image Google Earth du secteur d'étude.

On devine le Yong au bas du cliché. Cette vue met en évidence le caractère forestier du bassin versant. Les habitations sont bien visibles le long de la route qui rejoint Makak vers l'est.

Photo 1 - Couverture forestière dans le bassin du Matourou.

Photo 1 - Couverture forestière dans le bassin du Matourou.

11De 1962 à 2005, la population du "village" de Koukoum, en grande partie éclatée en petits ilots le long de la route en direction de Makak (Fig. 2), est passée de 330 habitants (ORSTOM, 1966) à 773 habitants (BUCREP, 2015). L'approvisionnement en eau de la population locale est assurée par les eaux du Matourou. Les activités humaines, que ce soit l'agriculture traditionnelle (champs de manioc ou d'arachide, palmeraies, etc.), la chasse au piège ou au fusil, la pêche à la ligne ou au barrage, sont limitées, car généralement réservés à l'alimentation familiale ou au marché local.

12Après la prospection du Matourou et de son bassin versant, trois stations d'échantillonnage ont été choisies (Mat1, Mat2 et Mat3 de l'amont vers l'aval ‒ Photos 2). La végétation sur les berges du Matourou est dominée par des arbres et arbustes dont le feuillage peut empêcher, par endroit, la pénétration des rayons solaires.

Photos 2 - Stations Mat1 (A), Mat2 (B) et Mat3 (C).

Photos 2 - Stations Mat1 (A), Mat2 (B) et Mat3 (C).

13La station Mat1 est située à 500 m seulement de la source (03°32'23" N ; 010°29'04" E), à 602 m d'altitude. Le fond du lit est constitué essentiellement de blocs de granite, de gravillons et de sable.

14La station Mat2, à 1,86 km de la source (03°32'24" N ; 10°33'06" E) et à 562 m d'altitude, se trouve en aval des confluences avec le Makoube (200 m en aval de Mat1) et le Magoboo (150 m en amont de Mat2), tous deux affluents de rive gauche. Le lit, sableux et caillouteux, est localement encombré de branches d'arbres.

15La station Mat3 (03°32'09" N et 10°23'08" E) est à 200 m environ de la confluence avec le Nyong et à 549 m d'altitude. Le Matourou a reçu son dernier affluent, le Petit Matourou (600 m en amont de Mat3), en rive droite. Le lit est sableux et vaseux.

16Dans chacune des stations, les analyses physico-chimiques et la collecte des échantillons de crustacés ont été effectuées de janvier à juin 2014, vers la fin de chaque mois. Les paramètres hydrologiques ont été mesurés en mai.

2 ) Mesure des variables environnementales

17La vitesse du courant a été estimée par flottage d'un élément en polystyrène lâché au milieu du cours d'eau dans une section rectiligne. Connaissant par ailleurs la section mouillée, il a ainsi été possible d'évaluer grossièrement le débit. Une unique série de mesures du débit a été effectuée en mai, donc en période de hautes eaux, mais sans que le Matourou soit en crue.

18Les analyses physico-chimiques ont été menées suivant les techniques préconisées par J. RODIER et al. (2009). Certains paramètres (température, oxygène dissous, pH, conductivité électrique et TDS) ont été déterminés sur le terrain, entre 6h00 et 10h00, en alternant l'ordre de passage sur les stations d'une sortie à l'autre.

19La température (en °C) a été mesurée à l'aide d'un thermomètre à alcool gradué au 1/10°C, l'oxygène dissous avec un oxymètre Oxygen Meter (modèle 935) et le pH avec un pH-mètre portatif HACH HQ11d. Enfin, la conductivité électrique (à 20°C) et les TDS ont été déterminés à l'aide d'un TDS-conductimètre HANNA HI 8733.

20Le CO2 dissous, les MES, la turbidité, la couleur, l'oxydabilité, l'alcalinité (exprimée sous forme de HCO3-), les ions nitrate (NO3-), nitrite (NO2-) et orthophosphate (PO43-), ainsi que l'azote ammoniacal (exprimé sous forme de NH4+), ont été mesurés au laboratoire (toujours sur des eaux non filtrées).

21Après fixation sur le terrain par NaOH N/20, le CO2 dissous a été dosé par titrage à l'acide chlorhydrique N/10 en présence de phénolphtaléïne.

22L'oxydabilité est fournie par la quantité de permanganate de potassium (KMnO4) consommée pour l'oxydation des matières organiques pendant un temps donné (pour nos analyses, 10 minutes à ébullition) en milieu acide. Le résultat est exprimé en mg/l de O2. Cette mesure permet d'estimer la pollution organique globale d'une eau naturelle.

23L'alcalinité à été dosée par volumétrie (acide sulfurique en présence de rouge de méthyle et de vert de bromocrésol).

24Les MES, la turbidité et la couleur de l'eau ont été mesurées à l'aide d'un spectrophotomètre HACH DR/3900. Les ions nitrate, nitrite, ammonium et orthophosphate ont également été dosés par colorimétrie, en utilisant les réactifs pré-conditionnés HACH.

3 ) Échantillonnage et identification des crustacés

25La méthode du "dipping" (Y.K. BONY et al., 2008) a été utilisée pour l'échantillonnage des crustacés. Cette méthode consiste à récolter les organismes cibles dans différents micro-habitats pendant 30 mn, à l'aide d'un troubleau de 30 cm de côté, 400 µm de maille et 50 cm de profondeur. Les spécimens capturés sont placés dans des piluliers contenant du formol à 10 %. Au laboratoire, ces spécimens ont été lavés à l'eau du robinet, puis conservés dans de l'éthanol à 70° pour des opérations d'identification et dénombrement. Ces opérations ont été réalisées sous une loupe binoculaire de marque WILD M5 à éclairage épiscopique et pour plus de précision, après dissection, avec un microscope optique de marque IVYMEN. Nous avons utilisé les clés et ouvrages d'identification suivants : J.R. DURAND et C. LEVÊQUE (1991), N. CUMBERLIDGE (1999), J.A. DAY et al. (2001), H. TACHET et al. (2006) et J. MOISAN (2010).

4 ) Analyse des données

26Les traitements élémentaires ont été effectués à l'aide du logiciel Excel 2007. Les tests H de KRUSKAL-WALLIS et U de MANN-WHITNEY ont été utilisés pour comparer les variables physico-chimiques et biologiques sur les plans spatial et temporel. Le logiciel SPSS version 16.0 a été utilisé pour ces comparaisons. Le coefficient de corrélation de rang de SPEARMAN et l'analyse canonique de redondance nous ont permis de rechercher l'influence des variables physico-chimiques sur la dynamique d'abondance et la distribution des crustacés. Ces analyses ont été réalisées avec le logiciel CANOCO version 4.5.

III - Variables environnementales

27Selon un schéma classique, la pente du talweg décroît globalement d'amont en aval, alors que la largeur du lit mineur, la section mouillée et le débit croissent (Tab. I).

Tableau I - Section mouillée et débit estimé aux stations du Matourou le 22 mai 2014.

Tableau I - Section mouillée et débit estimé aux stations du Matourou le 22 mai 2014.

* : pente moyenne du talweg en amont de Mat1, entre Mat1 et Mat2, et entre Mat2 et Mat3, respectivement.

28La station Mat3 présente la plus grande largeur en eau, la vase y est peu épaisse (5 à 7,5 cm ‒ 6,7 en moyenne). La plus grande épaisseur de vase est observée à Mat2 (1,5 à 18 cm ‒ 9 en moyenne) et la plus faible à Mat1 (1,9 à 4,5 cm ‒ 3,7 en moyenne).

29Lors des mesures, en mai, la hauteur moyenne de l'eau allait de 2,25 cm (Mat1) à 45,5 cm (Mat3). À la même date, la vitesse d'écoulement était maximale à la station Mat2 (0,31 m/s), devant Mat1 (0,21 m/s) et Mat3 (0,06 m/s) ; d'amont en aval, le débit (estimé par excès) passait de 9 l/s (Mat1) à 31 l/s (Mat2), puis à 110 l/s (Mat3).

30Les variations spatio-temporelles des paramètres physico-chimiques du Matourou sont présentées dans le tableau II.

Tableau II - Variation spatio-temporelle des abondances des espèces de crustacés récoltées pendant la période d'étude.

Tableau II - Variation spatio-temporelle des abondances des espèces de crustacés récoltées pendant la période d'étude.

31Les températures diffèrent peu d'un point de prélèvement à l'autre comme d'une série de prélèvements à l'autre : températures de 23,0 à 24,0°C à Mat1, de 23,0 à 24,0°C à Mat2 et de 23,0 et 24,9°C à Mat3. Les valeurs minimales ont été mesurées à Mat1 en mars et avril et à Mat3 en avril, et la maximale à Mat3 en janvier. En moyenne, la température des eaux augmente légèrement de Mat1 (23,2°C) à Mat2 (23,6°C), puis encore à Mat3 (24,1°C).

32Le pH varie entre 5,56 (Mat1, janvier) et 8,16 (Mat3, janvier). Les valeurs moyennes manifestent une légère augmentation de l'amont (7,19  0,94 à Mat1) vers l'aval (7,38  0,91 à Mat3), mais cela ne se vérifie pas forcément d'une série de prélèvements à l'autre.

33La conductivité électrique est comprise entre 16 µS/cm (Mat1, avril et mai) et 36 μS/cm (Mat2, avril). Les valeurs peu élevées, surtout à Mat3 (moyenne de 19,0  3,0 µS/cm, contre 30,3  4,3 µS/cm à Mat2 et 28,3  3,6 µS/cm à Mat3), reflètent la nature du substratum et des sols. Faute d'une exploration systématique du Matourou et de ses affluents, il est impossible d'expliquer l'augmentation sensible entre Mat1 et Mat2.

34Les TDS suivent évidemment les variations de la conductivité électrique, avec des valeurs comprises entre 1 mg/l (Mat1, janvier) et 19 mg/l (Mat2, avril). Les valeurs moyennes augmentent de Mat1 (8,5  4,1 mg/l) à Mat2 (14,0  4,9 mg/l), puis restent stables jusqu'à Mat3 (13,8  4,2 mg/l).

35Le taux le plus faible de saturation en oxygène dissous a été observé à Mat3 en mai (68,7 %), alors que la valeur maximale a été mesurée à Mat2 en février (96,8 %). Les valeurs sont stables entre Mat1 et Mat2, puis diminuent légèrement à Mat3. Pour l'ensemble des données recueillies, la valeur moyenne s'établit à 82,5  8,2 %, ce qui correspond à des conditions très satisfaisantes, habituelles en milieu forestier (S. DEVIDAL et al., 2007).

36Les teneurs en CO2 dissous varient entre 0,7 (en mai à Mat3) et 60,5 mg/l (en juin à la même station). Une valeur dépassant 60 mg/l a également été mesurée en juin à Mat2. Les concentrations sont restées inférieures à 15 mg/l à Mat1 pendant toute la période d'étude. Les valeurs moyennes augmentent de Mat1 (10,5  2,9 mg/l) à Mat2 (22,0  19,8 mg/l) puis dimi-nuent très légèrement à Mat3 (19,7  21,9 mg/l). En juin, les valeurs élevées à Mat2 et Mat3 ont été accompagnées par des pH très bas (6,01 et 5,87 respectivement) et des teneurs en HCO3- relativement fortes (18 et 24 mg/l respectivement). Toutefois le pH de 5,56 mesuré à cette date à Mat1 correspond à de faibles teneurs en CO2 dissous (9,7 mg/l) et en bicarbonate (8,0 mg/l).

37La concentration la plus élevée du nitrate a été enregistrée en janvier à Mat1 (1 mg/l) et la plus faible (0 mg/l) le même mois à Mat2. Les valeurs sont faibles (moyennes : 0,69 mg/l à Mat1, 0,27 mg/l à Mat2 et 0,68 mg/l à Mat3).

38Pour le nitrite, les concentrations vont de 0 mg/l (Mat1, février) à 1,2 mg/l (Mat3, février). La valeur moyenne est inférieure à 0,1 mg/l à Mat1 (0,01  0,01 mg/l) et Mat2 (0,07  0,16 mg/l) et s'établit à 0,21  0,49 mg/l à Mat3.

39L'ammonium fluctue entre 0,01 mg/l (Mat1, janvier) et 2,75 mg/l (Mat3, mai). D'après les valeurs moyennes (0,88  1,02 mg/l à Mat1, 0,94  1,07 mg/l à Mat2 et 1,34  1,30 mg/l à Mat3), les eaux sont de qualité médiocre, à Mat1 et Mt2, ou de mauvaise qualité, en Mat3.

40Les teneurs en orthophosphate varient de 0,01 mg/l (Mat1 en février) à 2,69 mg/l (Mat1 en juin), mais quatre valeurs seulement dépassent 0,42 mg/l.

41Les valeurs de l'oxydabilité sont très faibles, entre 0 mg/l (Mat1 et Mat2, en mars et avril, et Mat3, en avril) et 5,4 mg/l (Mat1, juin), ce qui traduit la faible charge du Matourou en matières organiques biodégradables. En moyenne, l'oxydabilité diminue sensiblement de Mat1 (2,64  1,93 mg/l) à Mat2 (0,67  1,61 mg/l), puis augmente légèrement à Mat3 (0,95  0,92 mg/l).

42Les valeurs maximales des MES atteignent 32 mg/l à Mat1 en mars (seule valeur au-dessus de 20 mg/l ‒ moyenne de 14,0  11,8 mg/l), 24 mg/l à Mat2 en mai (moyenne de 12,0  11,4 mg/l) et 90 mg/l à Mat3 en janvier (moyenne de 30,3  38,1 mg/l). On notera que les plus fortes valeurs mesurées à Mat3 (celle de janvier, mais aussi les 67 mg/l de février) correspondent à la fois à une saison sèche et à des teneurs peu élevées à Mat1 (0 et 16 mg/l) et Mat2 (0 et 3 mg/l). Cela fait donc penser à une perturbation localisée, d'origine animale ou anthropique, des sédiments dans le lit même du Matourou.

43D'après les normes retenues par les Agences de l'Eau en France (AE, 2003) pour évaluer les classes d'aptitude à la biologie des cours d'eau, les paramètres mesurés indiquent le plus souvent des eaux de très bonne ou de bonne qualité. Seul l'ammonium indique généralement des eaux médiocres (et même de mauvaise qualité pour certaines analyses). Pour les autres paramètres, le classement dans les eaux médiocres ou de mauvaise qualité est peu fréquent (en juin à Mat1 et Mat3 pour des pH très faibles ; en janvier et févier à Mat3 pour les MES ; en février à Mat3 pour le nitrite ; en mars à Mat1, en mai à Mat2, en mars et juin à Mat3, pour l'orthophosphate).

IV - Nature et distribution des espèces de crustacés

44Au cours de cette étude, un total de 2132 individus de crustacés, appartenant tous à l'ordre des Décapodes, a été récolté. Ces individus sont répartis dans deux sous-ordres (Natantia et Reptantia), deux infra-ordres (Carididés et Brachyoures), trois familles (Atyidae, Paleamonidae et Potamidae) et trois genres (Caridina, Macrobrachium et Soudanonautes), qui englobent deux espèces de crevettes (Caridina sp. et Macrobrachium sp.) et des espèces de crabes non déterminées appartenant au genre Soudanonautes (Tab. III).

Tableau III - Récapitulatif des relevés des valeurs maximales, des valeurs minimales, des valeurs moyennes et des écart-types des paramètres physico-chimiques du période d'étude.

Tableau III - Récapitulatif des relevés des valeurs maximales, des valeurs minimales, des valeurs moyennes et des écart-types des paramètres physico-chimiques du période d'étude.

Temp. : température. TDS : solides dissous totaux. Cond. : conductivité électrique. O2 : pourcentage de saturation en oxygène dissous. CO2 : gaz carbonique dissous. MES : matières en suspension. NH4+ : ammonium. NO2- : nitrite. NO3- : nitrate. PO43- : orthophosphate. Alca. : alcalinité. Oxyd. : oxydabilité. Max : maximum. Min. : minimum. Moy. : moyenne. ET : écart-type.

45La longueur des individus récoltés va de 7,8 à 29,6 mm pour Caridina sp. (moyenne de 15,8  3,0 mm), de 26,3 et 92,6 mm pour Macrobrachium sp. (moyenne de 44,1 ± 17,7 mm) et de 2,5 à 90 mm pour Soudanonautes spp.

46Caridina sp. est détritivore, Macrobrachium sp. omnivore à tendance carnivore et Soudanonautes spp. omnivore.

47À l'échelle temporelle, les abondances des différentes espèces de crustacés (Tab. III) croissent globalement de janvier en mars (basses eaux) et décroissent de mars en mai (hautes eaux). À l'échelle spatiale, les abondances de Caridina sp. décroissent systématiquement de Mat1 à Mat2 (même si la diminution est faible en juin). L'évolution est variable entre Mat2 et Mat3, avec notamment une augmentation sensible en fin de saison sèche (février et surtout mars) et une diminution très forte en fin de saison humide (juin). Les abondances de Soudanonautes spp. diminuent de Mat1 à Mat3. Celles de Macrobrachium sp., absent à Mat1 et peu représenté aux deux autres stations, baissent globalement de Mat2 à Mat3.

48En considérant ensemble tous les relevés de la période d'observation, l'espèce Caridina sp. est largement dominante, avec 90,43 % d'abondance relative, suivie de Soudanonautes spp. (7,83 %) et de Macrobrachium sp. (1,74 %).

49La distribution des abondances des espèces de crustacés à chaque station pendant toute la période d'étude montre toujours une dominance de Caridina sp. Les 1063 individus récoltés à la station Mat1 appartiennent à deux espèces : Caridina sp., nettement dominante (91,06 % du total des individus), et Soudanonautes spp. (8,94 %). À Mat2, 546 crustacés, de trois espèces différentes, ont été dénombrés ; Caridina sp. domine largement avec 84,9 % d'abondance relative, suivie de Soudanonautes spp. (10,99 %) et de Macrobrachium sp. (4,03 %). Les 523 individus répertoriés à Mat3 se répartissent entre les trois mêmes espèces : Caridina sp. domine largement, avec 94,84 % du total des individus, devant Macrobrachium sp. (2,87 %) et Soudanonautes spp. (2,29 %).

V - Influence des facteurs environnementaux sur la distribution des crustacés

50Une analyse de redondance (RDA) a été réalisée entre les paramètres physico-chimiques et l'abondance des espèces de crustacés (Fig. 3). Ainsi 99,9 % des informations sont-elles expliquées par les deux premiers axes, dont 98,6 % par F1. Sur l'axe F1, l'oxydabilité, le pH et le nitrate ont une influence fortement positive sur les abondances de l'espèce Caridina sp., tandis que la température, le nitrate et la conductivité ont une forte corrélation négative avec Caridina sp. Sur l'axe F2, l'orthophosphate influence positivement l'abondance de l'espèce Soudanonautes spp. En revanche, celle-ci est corrélée négativement aux MES, à la couleur, à la turbidité et à l'ammonium, mais aussi, fortement et négativement, à Macrobrachium sp.

Figure 3 - Analyse de redondance montrant la distribution des espèces de crustacés en réponse aux variables physico-chimiques.

Figure 3 - Analyse de redondance montrant la distribution des espèces de crustacés en réponse aux variables physico-chimiques.

Casp : Caridina africana. Masp : Macrobrachium sp. Sosp : Soudanonautes spp. T°C : température. TDS : solides totaux dissous. Cond : conductivité électrique. OD : oxygène dissous. CO2 : gaz carbonique dissous. MES : matières en suspension. Amm : ammonium. Nitri : nitrite. Nitra : nitrate. Phos : orthophosphate. Alca : alcalinité. Oxyda : oxydabilité. Coul : couleur. Turb : turbidité. pH : potentiel d'hydrogène.

51Selon les corrélations de SPEARMAN, la conductivité est corrélée positivement et significativement aux TDS (r = 0,830 ; p < 0,01), ce qui n'est que logique. Elle l'est négativement à l'oxydabilité (r = -0,491 ; p < 0,05). Les MES sont bien sûr corrélées positivement à la turbidité (r = 0,766 ; p < 0,01). Elles le sont aussi à la couleur (r = 0,900 ; p < 0,01) et au nitrite (r = 0,535 ; p < 0,05).

52Par ailleurs, l'espèce Macrobrachium sp. est corrélée positivement à la conductivité (r = 0,79 ; p < 0,05), aux TDS (r = 0,513 ; p < 0,05) et à la température (r = 0,488 ; p < 0,01). Soudanonautes spp. est corrélée négativement à la température (r = -0,623 ; p < 0,01). Quant à Caridina sp., elle est corrélée positivement à l'oxydabilité (r = 0,617 ; p < 0,01) et à Soudanonautes spp. (r = 0,54 ; p < 0,05).

53Nous restons toutefois extrêmement prudents quant à la signification des liens statistiques. En effet, dans les traitements effectués, les différences entre les stations écrasent celles entre les différents passages à une même station. Considérées à l'échelle de la station, les relations ne sont plus du tout évidentes. C'est ainsi, par exemple, que l'abondance la plus forte de l'espèce Caridina sp. à Mat3 (270 individus ‒ la valeur immédiatement en dessous est de 101 seulement) correspond à la conductivité la plus forte à cette station (32 µS/cm). Les relations entre les paramètres hydrochimiques et l'abondance des espèces discriminent donc les stations beaucoup plus qu'elles ne mettent en évidence des liens de causalité avec les caractéristiques des eaux.

VI - Discussion

54Les crustacés constituent une importante source de protéines animales pour l'alimentation humaine et surtout un maillon important du réseau trophique dans les eaux douces continentales en milieu tropical, ce qui justifie à suffisance l'intérêt accordé à l'étude de leur distribution et de leur écologie.

55L'inventaire des crustacés dans le Matourou a permis de distinguer trois espèces de crustacés : deux espèces de crevettes et une espèce de crabes. La richesse en espèces de crevettes est égale à celle obtenue par S. FOTO MENBOHAN et al. (2013) sur le Nga en zone périurbaine de Yaoundé.

56En revanche, sur la rivière Nsapè, en milieu périurbain de Douala, S. TCHAKONTÉ et al. (2014) ont dénombré sept espèces de crevettes (Caridina africana, Caridina nilotica, Macrobrachium tysi, Macrobrachium scabriculum, Macrobrachium equidens, Desmocaris trispinosa et Potamalpheops sp.). Parmi ces espèces, deux genres sont communs avec le Matourou (Caridina et Macrobrachium). Mais Douala est toute proche de la mer et l'on sait que beaucoup d'espèces de crustacés se développent mieux dans les eaux saumâtres.

57En Côte d'Ivoire, dans la rivière Boubo, K.G. N'ZI et al. (2008) ont identifié neuf espèces de crevettes. En comparaison, la richesse spécifique du Matourou apparaît donc faible.

58Les espèces de crustacés récoltées sur le Matourou appartiennent toutes à l'ordre des Décapodes avec une prédominance de Caridina sp. (Atyidae). H. TACHET et al. (2006) soulignent à ce sujet que les Décapodes d'eau douce prolifèrent dans les milieux bien oxygénés et sont très sensibles aux fluctuations de la teneur de l'eau en oxygène dissous.

59L'absence de Macrobrachium sp. à Mat1 serait due au manque de micro-habitats favorables, en raison de la très faible profondeur de l'eau à cette station. En effet, Macrobrachium sp. est une espèce de taille moyenne (longueur des spécimens récoltés sur le Matourou entre 26,3 et 92,6 mm). À l'inverse, Caridina sp. est plus abondante à cette station que plus en aval, peut-être parce que ses prédateurs piscicoles ne peuvent pas y évoluer facilement. Mais cette hypothèse reste à confirmer.

60Il convient néanmoins de souligner, en accord avec P.H. CHARLES et al. (1982), que la distribution et l'abondance des macroinvertébrés comme les crevettes dans les cours d'eau, est dans une large mesure fonction des exigences spécifiques des divers taxa et des caractéristiques environnementales des différentes micro-habitats, ainsi que de la disponibilité de la nourriture et la nature du substrat. La forte abondance (568 individus) des crustacés enregistrée en mars serait due à l'arrivée des pluies qui induisent une recharge des eaux en nutriments, laquelle stimule le compartiment biologique. On notera cependant que cette observation vaut surtout par l'abondance de Caridina sp. à Mat3, alors que la valeur maximale pour cette espèce a été observée à Mat1 en mai et à Mat2 en juin. Mais pour des organismes nageant en bancs, certaines différences entre stations peuvent résulter simplement de la densité d'échantillonnage.

61À l'échelle spatiale, l'abondance globale des crustacés décroît d'amont en aval, ce qui s'expliquerait par la modification des habitats liée aux pêches aux barrages effectuées par les villageois dans la partie aval du cours. Cette technique de pêche locale consiste à couper ou barrer une section du lit avec une barrière en bois et en terre, puis à vider l'eau pour ramasser poissons, crevettes, et crabes. Cette pratique, outre qu'elle opère des prélèvements sur les populations, a des effets perturbateurs sur les micro-habitats.

62De ce fait, on ne retrouve pas ici l'augmentation habituelle de l'abondance de la macro-faune benthique d'amont en aval liée à la diversification croissante des micro-habitats (J. MOISAN et L. PELLETIER, 2008), ni celle due à la dérive des individus sous l'effet des crues (E. ANGELIER, 2003).

VII - Conclusion

63Le bassin versant du Matourou est relativement peu anthropisé. Il n'est donc pas étonnant que les analyses physico-chimiques, et tout particulièrement les mesures de l'oxygène dissous, mettent en évidence des eaux de bonne qualité écologique. Celles de la station Mat1 se distinguent par une charge en produits dissous particulièrement faible (leur conductivité variant de 16 à 22 µS/s, contre 23 à 36 à Mat2 et Mat3).

64Comme autres paramètres clairement distinctifs, Mat1 offre les épaisseurs d'eau les plus faibles, Mat2 les vitesses du courant les plus élevées et Mat3 les épaisseurs d'eau les plus fortes.

65Les eaux du Matourou ont livré deux espèces de crevettes (Caridina sp., Macrobrachium sp.) et des crabes Soudanonautes spp. Cette faune est relativement peu diversifiée. À cet égard, on notera que l'éloignement de la mer (450 km environ) la prive d'espèces amphidromes.

66Caridina sp. représente 90,43 % de l'abondance totale, loin devant Soudanonautes spp. (7,83 %) et Macrobrachium sp. (1,74 %). L'abondance de cette espèce est le plus souvent maximale à Mat1 (4 cas sur 7). Le rapport entre les abondances maximale et minimale de Caridina sp. est de 2,9 à Mat1, 3,2 à Mat2 et 15,9 à Mat3.

67L'étude statistique des relations entre l'abondance des espèces et les paramètres physico-chimiques ne donne pas de résultats réellement probants. On peut tout de même retenir l'abondance de Caridina sp. et l'absence de Macrobachium sp. à Mat1, les deux possiblement en lien avec la minceur de la lame d'eau. On ne peut donc pas accorder de signification particulière à la diminution de Caridina sp. entre Mat1 et les stations aval. En revanche, celle de Soudanonautes spp. de l'amont vers l'aval, comme les fluctuations de Caridina sp. à Mat3, signent de fortes perturbations, en lien avec les activités de pêche des riverains.

68Pour mieux comprendre la distribution et l'écologie des crustacés de la zone forestière du Centre-Sud du Cameroun, il serait intéressant d'étendre les échantillonnages sur toutes les saisons de l'année, d'augmenter le nombre de points de prélèvement et de réaliser des tests en microcosme au laboratoire en faisant varier les facteurs du milieu.

Haut de page

Bibliographie

AE (2003) - Système d'évaluation de la qualité de l'eau des cours d'eau. Grilles d'évaluation SEQ-Eau (Version 2). Édit. Ministère de l'Écologie et du Développement Durable et Agences de l'Eau, 40 p. En ligne : http://rhin-meuse.eaufrance.fr/IMG/pdf/grilles-seq-eau-v2.pdf.

AJEAGAH G.A., BIKITBE J.F. et LONGO F. (2013) - Qualité bioécologique d'un milieu lacustre hyper-eutrophisé en zone équatoriale (Afrique Centrale) : peuplement de protozoaires ciliés et de macroinvertébrés bentho-aquatiques. Afrique Science, vol. 9, n° 2, p. 50-66.

ALLAN J.D. et FLECKER A.S. (1993) - Biodiversity conservation in running waters: identifying the major factors that threaten destruction of riverine species and ecosystems. Bioscience, vol. 43, p. 32-43.

ANGELIER E. (2003) - Ecology of streams and rivers. Édit. Enfield NH, Science publishers, XI + 215 p.

BEISEL J.N., USSEGLIO-POLATERA P., THOMAS S. et MORETEAU J.C. (1998) - Stream community in relation to spatial variation: the influence of mesohabitat characteristics. Hydrobiologia, vol. 389, p. 73-88.

BIRAM A NGON E.B. (2013) - Structure des peuplements de macroinvertébrés benthiques dans le cours d'eau Abouda. Mémoire de Master, Université Yaoundé I (Cameroun), 63 p.

BONY K., KOUASSI N.C., DIOMANDÉ D., GOURÈNE G., VERDOIT-JARRAYA M. et POINTIER J.P. (2008) - Ecological conditions for the spread of the invasive snail Physa marmorata (Pulmonata: Physidae) in Ivory Coast. African Zoology, vol. 43, n° 1, p. 53-60.

BOON P.J. (1992) - Essential elements in the case for river conservation. In : River conservation and management, P.J. BONN, P. CALOW et G.E. PETTS édit., Édit. John Wiley and Sons, Chichester (GB), p. 11-33.

BUCREP (2015) - Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005). Édit. Bureau Central des Recensements et des Études de Population du Cameroun, Yaoundé (Cameroun), 200 p.

CHARLES P.H., MICHAEL L.M. et ANDERSON N.H. (1982) - Effects of canopy, substrate composition and gradient on the structure of macroinvertebrate communities in cascade range stream of Oregon. Ecology, vol. 63, n° 3, p. 1840-1856.

CUMBERLIDGE N. (1999) - The freshwater crabs of West Africa: family Potamonautidae. Édit. Institut de Recherche pour le Développement (IRD), collection "Faune et flore tropicales", Paris , 382 p.

DAY J.A., STEWART B.A, MOOR I.J. et LOUW A.E. (2001) - Guides to the freshwater invertebrates of southern Africa Crustacea. Vol. 4: Crustacea III. Bathynellacea, Amphipoda, Isopoda, Spelaeogriphacea, Tanaidacea, Decapoda. Édit. Water Research Commission, rapport n° TT 141/101, Prétoria (Afrique du Sud), 151 p.

DEVIDAL S., RICHARD-SIROIS C., POUET M.F. et THOMAS O. (2007) - Solutions curatives pour la restauration des lacs présentant des signes d'eutrophisation. Édit. Observatoire de l'Environnement et du Développement Durable, rapport interne, Université de Sherbrooke (Québec), 51 p.

DURAND J.R. et LÉVÈQUE C. (1991) - Flore et faune aquatiques de l'Afrique sahélo-soudanienne. Édit. ORSTOM, Paris, France, 517 p.

FOTO MENBOHAN S., TCHAKONTÉ S., AJEAGAH G., ZEBAZE TOGOUET S.H., BILONG BILONG C.F et NJINE T. (2013) - Water quality assessment using benthic macroinvertebrates in a periurban stream (Cameroon). International Journal of Biotechnology, vol. 2, n° 5, p. 91-104.

GILLER P.S. et MALMQVIST B. (1999) - The Biology of rivers and streams. Édit. Oxford University Press, Oxford (GB), 296 p.

INC (1980) - Carte topographique d'Edéa et Yaoundé. Édit. Institut National de Cartographie, Yaoundé (Cameroun), Feuille 1d au 1/200000.

KODJO R. (1998) - Recherche pour la maîtrise du ruissellement pluvial à Yaoundé. Thèse de 3ème cycle, Université Yaoundé I (Cameroun), 299 p.

KUÉTÉ M. (1987) - Étude géomorphologique du massif de Yaoundé. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 279 p.

MBOHOU NJOYA Z. (2013) - Diversité des macroinvertébrés benthiques du cours d'eau Djobo, affluent du Nyong à Mbankomo. Mémoire de Master, Université Yaoundé I (Cameroun), 63 p.

MOISAN J. (2010) - Guide d'identification des principaux macroinvertébrés benthiques d'eau douce du Québec, surveillance volontaire des cours peu profonds. Édit. Ministère du Développement Durable, de l'Environnement et des Parcs, Direction du Suivi de l'État de l'Environnement, 82 p.

MOISAN J. et PELLETIER L. (2008) - Guide de surveillance biologique basée sur les macroinvertébrés benthiques d'eau douce du Québec. Ccours d'eau peu profonds à substrat grossier. Édit. Ministère du Développement Durable, de l'Environnement et des Parcs, Direction du Suivi de l'État de l'Environnement, 86 p.

NOLA M., NOAH EWOTI O.V., NOUGANG M., MOUNGANG M.L., CHIHIB N.E., KRIER F., SERVAIS P., HORNEZ J.P. et NJINE T. (2010) - Involvement of cell shape and flagella the bacterial in retention during percolation of contaminated water through soil columns in tropical region. Journal of Environmental Science and Health, vol. 45, n° 11, p. 1297-1306.

N'ZI K.G., GOORE B.G., KOUAMÉLAN E.P., KONÉ T., N'DOUBA V. et OLLEVIER F. (2008) - Influence des facteurs environnementaux sur la répartition spatiale des crevettes dans un petit bassin ouest africain – rivière Boubo – Côte d'Ivoire. Tropicultura, vol. 26, n° 1, p. 17-23.

ONGUÉNÉ M. (1993) - Différenciation pédologique dans la région de Yaoundé (Cameroun) : transformation d'un sol rouge ferralitique en sol à horizon jaune en relation avec l'évolution du modèle. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris VI, 254 p.

ORSTOM (1966) - Dictionnaire des villages du Nyong et Kellé. Édit. Centre ORSTOM de Yaoundé, Répertoire géographique du Cameroun, fascicule° 8, SH n° 28, XVI + 35 p.

RODIER J., LEGUBE B., MARLET N. et BRUNET R. (2009). L'analyse de l'eau. Édit. Dunod, 9ème édition, Paris, 1579 p.

SUCHEL J.B. (1972) - Le climat du Cameroun. Thèse de 3ème cycle, Université Bordeaux III, 186 p.

TACHET H., RICHOUX P., BOURNAUD M. et USSEGLIO-POLATER P. (2006) - Invertébrés d'eau douce : systématique, biologie et écologie. Édit. CNRS, Paris, 588 p.

TCHAKONTÉ S., AJEAGAH G.A., DIOMANDÉ D., CAMARA A.I., KONAN KOFFI M. et NGASSAM P. (2014) - Impact of anthropogenic activities on water quality and freshwater shrimps diversity and distribution in five rivers in Douala, Cameroon. Journal of Biodiversity and Environmental Sciences, vol. 4, n° 2, p. 183-196.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le bassin versant du Matourou.
Légende D'après INC (1980).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 2 - Image Google Earth du secteur d'étude.
Légende On devine le Yong au bas du cliché. Cette vue met en évidence le caractère forestier du bassin versant. Les habitations sont bien visibles le long de la route qui rejoint Makak vers l'est.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 1 - Couverture forestière dans le bassin du Matourou.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Photos 2 - Stations Mat1 (A), Mat2 (B) et Mat3 (C).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau I - Section mouillée et débit estimé aux stations du Matourou le 22 mai 2014.
Légende * : pente moyenne du talweg en amont de Mat1, entre Mat1 et Mat2, et entre Mat2 et Mat3, respectivement.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau II - Variation spatio-temporelle des abondances des espèces de crustacés récoltées pendant la période d'étude.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau III - Récapitulatif des relevés des valeurs maximales, des valeurs minimales, des valeurs moyennes et des écart-types des paramètres physico-chimiques du période d'étude.
Légende Temp. : température. TDS : solides dissous totaux. Cond. : conductivité électrique. O2 : pourcentage de saturation en oxygène dissous. CO2 : gaz carbonique dissous. MES : matières en suspension. NH4+ : ammonium. NO2- : nitrite. NO3- : nitrate. PO43- : orthophosphate. Alca. : alcalinité. Oxyd. : oxydabilité. Max : maximum. Min. : minimum. Moy. : moyenne. ET : écart-type.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Figure 3 - Analyse de redondance montrant la distribution des espèces de crustacés en réponse aux variables physico-chimiques.
Légende Casp : Caridina africana. Masp : Macrobrachium sp. Sosp : Soudanonautes spp. T°C : température. TDS : solides totaux dissous. Cond : conductivité électrique. OD : oxygène dissous. CO2 : gaz carbonique dissous. MES : matières en suspension. Amm : ammonium. Nitri : nitrite. Nitra : nitrate. Phos : orthophosphate. Alca : alcalinité. Oxyda : oxydabilité. Coul : couleur. Turb : turbidité. pH : potentiel d'hydrogène.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gideon Aghaindum Ajeagah, Gertrude Estelle Yogback, Samuel Foto Menbohan, Siméon Tchakonté et Champlain Djieto-Lordon, « Facteurs environnementaux et répartition spatiale des crustacés dans un cours d'eau peu anthropisé à Makak (Région du Centre Cameroun) », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 181-196.

Référence électronique

Gideon Aghaindum Ajeagah, Gertrude Estelle Yogback, Samuel Foto Menbohan, Siméon Tchakonté et Champlain Djieto-Lordon, « Facteurs environnementaux et répartition spatiale des crustacés dans un cours d'eau peu anthropisé à Makak (Région du Centre Cameroun) », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 06 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/5487 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5487

Haut de page

Auteurs

Gideon Aghaindum Ajeagah

Laboratoire d'Hydrobiologie et Environnement, Faculté des Sciences, Université Yaoundé I, BP 812, YAOUNDÉ, CAMEROUN.
Courriel : ajeagahg@yahoo.com

Gertrude Estelle Yogback

Laboratoire d'Hydrobiologie et Environnement, Faculté des Sciences, Université Yaoundé I, BP 812, YAOUNDÉ, CAMEROUN.
Courriel : yogbackgertrude@yahoo.com

Samuel Foto Menbohan

Laboratoire d'Hydrobiologie et Environnement, Faculté des Sciences, Université Yaoundé I, BP 812, YAOUNDÉ, CAMEROUN.
Courriel : sfotomen@yahoo.fr

Siméon Tchakonté

Laboratoire d'Hydrobiologie et Environnement, Faculté des Sciences, Université Yaoundé I, BP 812, YAOUNDÉ, CAMEROUN.
Courriel : tchakontesimeoon@yahoo.fr

Articles du même auteur

Champlain Djieto-Lordon

Laboratoire de Zoologie, Faculté des Sciences, Université Yaoundé I, B.P. 812, YAOUNDÉ, CAMEROUN.
Courriel : champlain_djieto@yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals