Navigation – Plan du site
Articles

L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar

Jean-Noël Salomon
p. 35-59

Résumés

Madagascar constitue un bon exemple d'île où globalement aujourd'hui le phénomène d'accrétion littorale l'emporte dans bien des secteurs sur le phénomène inverse de recul de la ligne de rivage. Après avoir mis en évidence la conjonction de facteurs favorables à cette tendance, l'auteur établit une typologie de sites propices à l'engraissement des rivages et examine à travers plusieurs exemples les différents types de processus qui régissent le phénomène. L'exceptionnel dynamisme et la rapidité de l'évolution côtière du littoral occidental de la Grande Île ne sont pas sans conséquences écologiques et économiques pour l'État malgache.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les enquêtes menées depuis plusieurs décennies ont montré qu'environ 70 % des rivages mondiaux étaient en recul (R. PASKOFF, 1993 ; P. PIRAZZOLI, 1993), ce qui s'explique essentiellement par la remontée actuelle du niveau de la mer (15 cm au cours du siècle dernier et environ 50 cm pour le prochain selon les estimations du GIEC). Une partie des 30 % qui échappent à cette tendance se situe dans les hautes latitudes et correspond au rebond isostatique de l'après glaciation. Le reste (environ 10 %) correspond à des secteurs étroitement localisés, nombreux, mais chacun de faible étendue. C'est le cas de Madagascar qui, à l'instar d'autres grandes îles tropicales, présente un bilan où l'accrétion l'emporte nettement sur le recul des côtes.

2Dans cette île, l'accrétion littorale est devenue en quelques décennies un phénomène d'importance qu'il convient de cerner et si possible d'expliquer. Les apports sédimentaires continentaux ou littoraux sur les côtes malgaches sont parfois très anciens et doivent être rapportés à des processus naturels ayant opéré bien avant l'arrivée de l'Homme sur la Grande Île (R. BATTISTINI, 1964). Nous entendons montrer ici que l'accélération actuelle des dépôts sur le littoral, et la modification du trait de côte qui en résulte, doivent être corrélées avec les actions anthropiques les plus récentes. Le littoral malgache est suffisamment vaste et contrasté pour que la plupart des cas d'accrétion s'y présentent.

II - Une conjonction de facteurs favorables à l'accrétion

3On peut définir l'accrétion littorale principalement comme la progression de l'espace terrestre sur l'espace marin, repoussant donc la ligne de rivage du côté de la mer et exhaussant le substrat. Elle correspond à un accroissement de la partie continentale aux dépens de la mer, en raison d'apports de matériaux extérieurs qui se déposent à son niveau, par sédimentation, piégeage ou capture, termes qui, dans ce cas, peuvent être considérés comme équivalents.

4En dépit d'un certain nombre d'exemples probants du recul actuel du trait de côte malgache, notamment à Tamatave, à Morondava (G. NEUVY, 1981) et dans le delta de la Tsiribihina (J.M. LEBIGRE, 1988), l'accrétion littorale semble être en effet depuis de longues années un fait irréfutable à Madagascar (Fig. 1).

Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.

Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.

5La difficulté de bien appréhender le phénomène provient de son hétérogénéité à la fois quantitative et qualitative dans l'espace et le temps ; plus précisément, l'une des principales questions générant cette difficulté concerne le rôle de l'Homme dans la période actuelle. Aussi nous a­t­il semblé important d'aborder ce sujet, compte tenu de l'existence de solides bases scientifiques (L.R. LAFOND, 1967 ; J. HERVIEU, 1968 ; R. BATTISTINI, 1970 ; J.N. SALOMON, 1987). Nous essaierons donc en premier lieu d'examiner les différents facteurs générant ou au contraire contrariant l'accrétion littorale. Ensuite, nous mettrons en évidence les différents types de sites favorables à l'accrétion. Enfin, nous nous intéresserons aux processus qui génèrent cette dernière.

6Bien entendu, il s'agit d'un bilan qui, dans ce cas, s'avère positif en faveur de l'accrétion. Un bilan peut dépendre de mouvements relatifs, tectoniques ou de variations du niveau de la mer, mais aussi d'apports d'origine continentale compensant et au delà, les pertes liées aux mouvements de la mer.

1 ) L'importance des apports des bassins versants

7La première cause de l'accrétion est l'arrivée massive sur le littoral d'un matériel sédimentologique abondant. Le gros du matériel déposé est d'origine continentale tandis que la participation du domaine marin reste secondaire, la plus grande partie de la production en sédiments marins restant immergée. Toutefois, dans certains cas, les sables d'origine bio­organique (spicules d'éponges, débris de tests et d'algues calcaires, de coquilles, de coraux, etc.) représentent un pourcentage non négligeable dans les échantillons que l'on prélève sur les plages malgaches : la tropicalité se fait bien sentir à ce titre. Leur incorporation dans les estrans actuels se fait à un rythme régulier, mais faible.

8Dans ces conditions, notre attention doit se reporter surtout sur les bassins versants des grands cours d'eau aboutissant sur la côte. Les fleuves sont les principaux pourvoyeurs de sédiments du littoral et leur charge sédimentaire dépend de l'érosion s'exerçant sur le bassin versant. Ceci nous conduit à examiner rapidement les conditions de cette dernière. Or on peut affirmer que Madagascar est l'un des pays qui connaît aujourd'hui l'un des plus forts taux d'érosion au monde (voir infra).

9Cela tient tout d'abord au climat, aux précipitations à la fois abondantes (jusqu'à 3500 mm dans le Nord-Est, mais moins de 500 mm dans le Sud) et irrégulières (l'essentiel est concentré sur la saison chaude et humide). La structure des précipitations joue un rôle important. Il s'agit très souvent d'averses intenses, capables d'engendrer des ruissellements brutaux et érosifs. De plus, des pluies cycloniques interviennent qui sont véritablement désastreuses, d'autant que certaines se produisent en fin de saison sèche, à un moment où les sols sont mal protégés par les savanes incendiées ou jaunies. La meilleure traduction de l'agressivité du climat et des écoulements érosifs est la multiplication dans les paysages des "lavaka" et "sakasaka" (G. ROSSI et J.N. SALOMON, 1979), grandes griffures bien connues à Madagascar.

10Il est vrai que la nature géologique même des différents bassins hydrographiques se révèle aussi comme un facteur favorisant l'érosion. Le bâti géologique de Madagascar est relativement simple : il s'agit d'un socle ancien, très plissé et très arasé, qui couvre les 2/3 du pays, et d'une couverture sédimentaire percée de venues volcaniques. L'ensemble a évolué pendant des millions d'années sous l'emprise de climats tropicaux altérants, de telle sorte qu'une épaisse couverture d'altérites (souvent plus de 50 m d'épaisseur) a pu se former et fournir l'essentiel du support pédologique. Les systèmes d'érosion du passé ont buriné le socle et démantelé les grandes formations sédimentaires (série du "Karroo") qui ont été à la source d'épandages détritiques considérables (formation des "Sables Roux") dont l'influence s'exerce jusqu'à la côte. Ces matériaux de surface, généralement meubles et peu consolidés, se sont avérés être des terrains particulièrement sensibles à l'érosion dès lors qu'ils n'étaient plus protégés par la couverture végétale.

11En effet, la dissymétrie est-ouest de l'île fait que le versant occidental, le plus important en superficie, se situe à la retombée de l'alizé qui déverse son humidité et a tendance, par subsidence, à se réchauffer. Il en résulte pour la végétation des conditions moins favorables que sur la côte Est : la végétation est donc souvent dégradée et fait place à de vastes savanes qui représentent aujourd'hui plus de 80 % de la superficie de la région occidentale. Comme les savanes connaissent également des problèmes de dégradation, la protection qu'elles offrent au sol n'est pas toujours efficace. Surtout, la déforestation récente à Madagascar a été considérable et continue à être redoutable. (H. HUMBERT, 1927 ; P. MORAT, 1973 ; J. KOECHLIN et al., 1974 ; G. ROSSI, 1980, 1984 ; J.N. SALOMON, 1978, 1987, 1994 ; J. KLEIN, 2002).

12Donc il existe un potentiel considérable de matériaux relativement fins (prédominance de l'érosion chimique), généralement meubles et soumis à des ruissellements sporadiques mais intensifs (Photo. 1). Dans ce contexte, sables, limons et argiles constituent l'essentiel des charges sédimentaires véhiculées par les fleuves. Les investigations menées sur le Mangoky (J. HERVIEU,1964, 1968) donnent un aperçu de la granulométrie : sables fins et limons représentent plus des 2/3 de la charge. Nos propres calculs (J.N. SALOMON, 1987) indiquent que les taux de dégradation spécifique sont absolument énormes : entre 3000 et 5000 t/km2/an ! Pour comparaison, rappelons que pour le Gange ce taux est de 1400 t/km2/an et de 300 t/km2/an pour le Pô. Les pertes totales mesurées en millions de tonnes par an donnent les chiffres suivants : 142 pour la Tsiribihina, 11 pour la Morondava, 98 pour le Mangoky, 9 pour le Fiheranana et 17 pour l'Onilahy. Le plus fort tonnage est certainement celui de la Betsiboka, exutoire du plus grand fleuve de la Grande Île. Les pertes estimées sont de 35 km3/an sur l'ensemble du bassin versant (C.J. VÖRÖSMARTY et al., 1998), avec des érosions de 250 t à 400 t/ha/an, ce qui constitue l'un des records mondiaux d'érosion (RANDRIANARIJAONA P. 1983). Par comparaison, le taux moyen pour les sols forestiers de Côte d'Ivoire est de 0,03 t/ha/an.

Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)

Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)

La destruction du couvert forestier (reliques boisées dans les ravines) se traduit par une intense érosion et le décapage des couvertures pédologique et d'altération. Une partie des sédiments rejoint les cours d'eau.

13On peut donc affirmer que les taux de dégradation spécifique des bassins de l'Ouest malgache sont parmi les plus forts du monde. Cela ne va pas sans conséquences pour les littoraux proches des embouchures (voir infra). De fait, toutes les zones voisines de ces dernières sont aujourd'hui en voie de progression sur la mer, notamment les zones deltaïques. Cependant il convient de relever que tous ces apports ne sont pas forcément utiles à l'accrétion. En effet, les éléments les plus fins ou colloïdaux en suspension, sont susceptibles d'être repris par les différents courants marins et dispersés fort loin en mer. Le survol de la mer à l'approche du littoral de Majunga est à ce sujet fort éloquent : en saison des pluies, la mer se teinte de rouge jusqu'à une cinquantaine de kilomètres des rivages. Ces sédiments constituent un apport terrigène important pour la plate-forme continentale.

2 ) Le rôle de la topographie littorale

14L'aspect de la proche topographie littorale est réellement fondamental, car la plus ou moins grande profondeur de la mer, de même que l'inclinaison de l'estran, sont des facteurs qui permettent (ou non) aux dépôts sédimentaires de racheter une dénivellation. À petite échelle, l'opposition nette à Madagascar entre un versant Est, tombant rapidement dans l'Océan Indien, et le versant Ouest, plus long et moins pentu, donnant sur le Canal de Mozambique, est assez significative.

15La côte orientale apparaît extrêmement rectiligne en raison même d'une grande faille littorale de direction NNE-SSO, donnant parfois des grabens (Baie d'Antongil). Comme par ailleurs les bassins d'alimentation sont à la fois petits et bien forestés et que le littoral est battu douze mois par an par l'alizé et donc par la houle et la dérive qu'il engendre, on comprend que la régularisation extraordinaire de ce littoral ne permet pas d'avancées sédimentaires d'importance vers le large.

16Au contraire, la côte occidentale offre des profils très peu tendus (les vraies falaises sont très rares) et sauf quelques rares exceptions les pentes continentales descendent doucement vers la mer et se prolongent en continuité encore assez loin. La côte Nord-Ouest notamment offre de multiples découpures et échancrures favorables à l'accumulation sédimentaire. Les dépôts amenés par les fleuves sont soustraits aux influences marines les plus fortes, car cette côte est très calme (notamment en saison sèche). Sur la côte Ouest proprement dite, les échancrures marquées font place à des indentations à grand rayon de courbure très largement ouvertes sur le Canal de Mozambique, prolongées par des plaines sous-marines peu profondes (généralement moins de 20 m). La plate-forme continentale est souvent large (50 km vers la Tsiribihina, 30 km vers Morondava, 100 km au large du Cap Saint André ; R. BATTISTINI et al., 1970), favorisant le développement de deltas protubérants.

17Cependant, à l'échelle régionale, il convient de nuancer ce schéma d'ensemble. En effet, des exceptions notables apparaissent. Sur la côte Ouest, la régularité du relief sous-marin est coupée par quelques fosses situées dans le prolongement des principaux fleuves et mises en évidence par les cartes marines(n° 6232, 6233, 6403, 6404). Du nord au sud, il s'agit principalement des fosses de la Tsiribihina (de -20 à -50 m de profondeur), de la Morondava (jusqu'à ­500 m), du Fiheranana (visible jusqu'à -2400 m) et de l'Onilahy (jusqu'à ­2600 m). Dans ces cas là, quelle que soit la quantité des apports alluviaux, ces derniers plongent vers des profondeurs où ils ne peuvent être repris (si ce n'est par des courants de turbidité). En aucun cas ils ne peuvent participer à une accrétion du littoral.

18Un autre facteur doit être pris en compte : celui de la variation relative du niveau marin qui dépend des mouvements eustatiques et tectoniques. Nous passerons rapidement sur la tendance actuelle qui est celle d'une remontée du niveau de la mer (de l'ordre de 50 cm/siècle). Cette tendance est un facteur défavorable à l'accrétion, mais si l'on admet qu'il est global, tous les littoraux tropicaux (notamment sableux ; cf. principe de BRUUN) sont concernés à parts égales et devraient en théorie reculer. La réalité est autre. Par contre, il en va différemment pour les mouvements tectoniques qui ne sont pas forcément négligeables (Fig. 2).

Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.

Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.

Seules les zones subsidentes sont défavorables à l'accrétion.

19À Madagascar, d'une façon générale, la côte Est a tendance à se soulever, aussi l'émersion lente, mais réelle, du littoral (plusieurs mètres au cours de la remontée flandrienne) s'est-elle accompagnée du perchement d'anciennes formes littorales ou sub-littorales, en particulier récifales (G. ROSSI, 1980). Cependant, en raison des facteurs négatifs évoqués ci-dessus, il n'y a pas de formes d'accrétion de belle ampleur.

20Sur la côte occidentale, trois types de situations se présentent :

  • des secteurs ayant tendance à se soulever (région comprise entre le Cap Saint André et Maintirano) ;

  • des régions littorales connaissant une subsidence certaine (secteur d'Andavadoaka où cela a été attesté par sondage) ;

  • des secteurs à faibles mouvements que l'on peut considérer comme stables.

21Il apparaît certain que la tendance à l'émersion ne peut que favoriser les phénomènes de sédimentation puisqu'il réactive l'incision des cours d'eau et par voie de conséquence la fourniture de matériaux par les bassins versants. Par ailleurs, un soulèvement de la côte favorise aussi l'accumulation en diminuant les profondeurs littorales et permet la remise en mouvement des sédiments immergés.

22Par contre, la subsidence due à la surcharge sédimentaire, la compaction des sédiments compressibles (sables gorgés d'eau, argiles, tourbes) accumulés dans des zones privilégiées (le cas des deltas est bien connu) ou bien encore des glissements de grande ampleur, peuvent entraîner un recul du trait de côte si les apports ne sont pas renouvelés ou arrivent en quantité insuffisante. Dans un tel contexte (remontée du niveau marin, enfoncement par compaction et/ou subsidence), il faut bien que les apports soient conséquents pour compenser et faire progresser le rivage marin.

3 ) Le travail de la mer

23Une fois acheminés au contact de la mer par les cours d'eau, les sédiments se déposent rapidement pour la plupart, mais le taux de dépôt est variable. Plusieurs facteurs entrent alors en jeu, liés d'une part au travail de la mer et d'autre part à la taille et la densité des sédiments.

24La marée est un premier paramètre. Lorsque la mer est étale (à marée basse ou à marée haute), l'agitation de l'eau et les vitesses chutent ce qui favorise la sédimentation. Par contre à mi-marée (descendante ou montante) c'est l'inverse, surtout si le marnage est fort (il peut atteindre plus de 5 m sur la côte Ouest) et les vitesses de flot importantes. À ces moments-là, il peut même y avoir une reprise des sédiments déjà décantés, notamment s'ils sont très fins. Ces variations de vitesse affectent surtout les parties moyennes des estrans et expliquent qu'en théorie les sables les plus grossiers se déposent en premier dans le bas des plages, puis successivement les sables fins et les silts, enfin les argiles, vases et colloïdes. Ce tri est à l'origine des distinctions faites dans les fronts deltaïques entre top-sets, front-sets et bottom-sets des auteurs américains. Notons au passage qu'une grande confusion a été introduite par cette terminologie, car il ne s'agit pas de couches distinctes au niveau chronologique. En fait, une même couche comporte trois parties : une sommitale, une frontale et une de fond (J.N. SALOMON, 2008). Comme les silts ont entre eux une certaine cohérence, ils sont moins facilement entraînés que les sables. Par contre, une fois en suspension ils sont longs à se déposer et peuvent être entraînés fort loin (cas des sédiments amazoniens que l'on retrouve jusqu'au Venezuela). C'est pourquoi la répartition des sédiments dépend à la fois de la variabilité des courants de marée et de leur comportement lorsqu'ils sont en suspension. Cependant, en règle générale, les faibles marées peuvent être considérées comme favorisant la sédimentation des sables et des vases.

25Les vagues sont un deuxième agent brassant les sédiments côtiers. L'ensemble de la côte Est est soumis en permanence à l'action d'une puissante houle et de déferlantes qui exportent très loin les éléments fins parvenus à la mer : seuls les éléments les plus grossiers peuvent s'accumuler. Cette houle constante (alizés) a édifié tout au long de l'île un immense cordon littoral parfaitement régularisé en arrière duquel ont pu s'établir des espaces marécageux et des étangs. Ces derniers illustrent et soulignent les difficultés de l'écoulement, résultant de la présence de ce cordon. Par contre, les houles, affectant les rivages occidentaux sont plus modestes et moins régulières, car elles dépendent du régime météorologique général sévissant sur le Canal de Mozambique. La houle moyenne n'est toutefois pas négligeable et présente des caractères très nets : une période approximative de 8 secondes, une grande longueur d'onde (100 m environ) et une amplitude pouvant atteindre 3 m. Un second système de houle est dû aux vents locaux : les vents du matin soufflent de la terre et freinent la houle océanique ; en fin de matinée, la brise de mer développe des vagues courtes qui jouent un rôle notable dans le façonnement des plages.

26Cependant le littoral proprement dit est fréquemment protégé des influences de la houle par les barrières coralliennes et les hauts fonds récifaux. Même au niveau des passes ou des cornes récifales il y a affaiblissement et ralentissement par des mouvements contradictoires de réfraction. De même, les relèvements du plateau continental ou la présence d'îles (Nosy Be) jouent de la même manière un rôle de freinage. Par ailleurs, la houle et les vagues sont de peu d'effet dans nombre d'échancrures parfaitement protégées par des étroitures. Un magnifique exemple est celui des grandes baies de la côte Nord-Ouest (Baie d'Ampasindava, Baie de Narinda, Baie de Mahajamba, etc.) ou encore celui de la Baie des Assassins sur la côte Sud-Ouest. Finalement, les secteurs où les vagues ont la possibilité de déferler directement sur la plage sont peu nombreux et l'on peut considérer que les vagues jouent un rôle peu important quant à la prise en charge et la distribution des sédiments, au contraire des courants de dérive littorale.

27La dérive littorale s'exerce partout, alternativement de direction nord-sud et sud-nord. Cependant la disposition des barres de sable devant la côte montre que les courants littoraux ont une résultante prédominante. Les durées et la force des courants étant inégales, les résultantes peuvent être appréhendées par le biais des embouchures fluviales. En définitive, c'est la dérive littorale qui apparaît comme étant le principal facteur de redistribution des sédiments littoraux. L'étude de la répartition géographique des secteurs d'accrétion doit tenir compte au plus haut point de ce facteur, partant du fait que certaines portions du littoral seront plus favorables que d'autres pour accueillir la sédimentation tandis que d'autres pourront même être érodées.

4 ) La fixation des sédiments

28L'accumulation de sédiments en un point donné est une chose, leur permanence en un même lieu en est une autre. L'examen du budget sédimentaire d'un secteur donné montre que le matériel livré peut s'échapper, au moins en partie : les vents dominants soufflant vers la terre soulèvent des sables sur l'estran et les entraînent parfois très loin (cas des grands systèmes dunaires du Sud-Ouest et du Sud) ; et les courants sagittaux évacuent parfois les sables au delà de la zone de déferlement, dans un domaine suffisamment profond pour qu'ils ne puissent plus être repris par les turbulences des vagues. Dans les deux cas, la plage perd définitivement du matériel. Or, pour qu'il y ait accrétion, il faut que la plupart des sédiments puissent se fixer. Deux situations peuvent être distinguées :

a. Le rôle des obstacles naturels ou artificiels

29Les divers obstacles naturels peuvent être regroupés de façon relativement simple en deux grandes catégories : d'une part, ceux qui jouent le rôle de brise-lames et, d'autre part, ceux qui jouent le rôle d'épis.

30Dans le premier cas, se regroupent les avant-barres et bancs de sable, les récifs et les arécifes (Ankoba, Belo sur Mer), morphologies diverses se situant en avant de la côte, disposées plus ou moins parallèlement au tracé de la côte, et qui sont tantôt émergés, tantôt sous l'eau. Leur action consiste à atténuer considérablement (voire totalement, cas fréquent à marée basse) l'impact des vagues en réfléchissant ou en absorbant leur énergie avant qu'elles n'atteignent la plage. Ceci est particulièrement frappant dans le cas des récifs barrières abritant un long chenal d'embarcation, situés au nord de Manombo (côte Sud-Ouest), à tel point que des peuplements de palétuviers s'y développent, profitant des eaux calmes et des atterrissements modérés. Ces véritables "brise-lames" provoquent, par voie de conséquence, une chute de la compétence de la dérive littorale et induisent une sédimentation à leur abri. Il se développe alors de longues langues de sable et des tombolos (le meilleur exemple est sans doute celui de Tamatave puisqu'il est à l'origine d'un rare site portuaire acceptable pour la côte Est). Se développent aussi des plages alvéolaires ayant tendance à constituer des milieux confinés, souvent colonisés par la mangrove.

31Dans le second cas, on trouve quelques caps rocheux liés directement au relief de plateau tombant directement en falaise sur la mer (Pointe de Barn Hill, près de Tuléar). Ce sont également des avancées résistantes correspondant à des dunes grésifiées attaquées par la mer (littoral du Pays Mikea), ou encore des barres de grès littoraux, notamment les grands beach-rocks, se retrouvant menacés par l'avancée marine et formant des éperons rocheux s'avançant sur la mer, ce qui détermine un littoral à redans (Fig. 3). Dans presque tous les cas, ces véritables épis constituent des obstacles obliques (très rarement perpendiculaires) lorsque l'incidence des houles dominantes est importante. Leur rôle est variable et dépend de leur longueur, de la pente des plages, de la granulométrie des sédiments, de la force de la dérive littorale, etc. Dans le cas de la Pointe de Barn-Hill il est certain que la présence de l'avancée rocheuse a favorisé la formation et l'accrétion de la flèche de Sarodrano (en fournissant également du matériel sédimentaire). Dans le cas des barres de grès littoraux et de dunes lithifiées, le littoral a tendance à prendre un aspect segmenté en compartiments au tracé arqué.

32D'une façon générale, ces morphologies favorisent, comme les épis artificiels, une accrétion nette, en amont dérive. On relèvera que dans le cas des beach-rocks il y a cimentation et donc fixation durable du matériel de la plage, d'autant plus que la consolidation exige une relative stabilité du matériau.Nous citerons également pour mémoire les quelques actions anthropiques liées aux ouvrages portuaires (par exemple la construction de jetées ou de wharf à Tuléar) ou de protection urbaine (épis de Morondava – G. NEUVY, 1981), qui ont les mêmes effets, mais à une échelle négligeable par rapport à l'ensemble du littoral malgache.

Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.

Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.

Chaque redan est un facteur favorable à la formation d'accrétions sableuses sous forme de flèches littorales.

b. La biodéposition

33La biodéposition joue un rôle assez important dans les régions tropicales, notamment lorsque les littoraux sont affectés de récifs ou de mangroves. Dans le premier cas, le récif se révèle être un grand fournisseur de produits biogéniques (sables coralliens et coquilliers) et favorise le développement d'herbiers à phanérogames dans les lagons d'arrière récif (chenal d'embarcation), pour peu que ceux-ci ne soient pas trop profonds. Dans ce cas, les lacis à mailles serrées que forment les feuilles, les rhizomes et les racines des peuplements algaires freinent les courants littoraux, arrêtent les sédiments en déplacement et les fixent. Leurs feuilles mortes tendent à former des banquettes, souvent épaisses, sortes de matelas protecteurs sur lesquels s'amortissent les vagues. Les plantes se développent sur les nouveaux atterrissements au fur et à mesure de l'ensablement. Le rôle des huîtres et des coquillages, ou celui de certaines algues à squelette (diatomées), apparaît moins important.

34De nombreuses études ont mis en évidence le rôle des racines des palétuviers dans la rétention des sédiments et des débris végétaux. Les mouvements des eaux marines et continentales sont freinés par l'enchevêtrement inextricable des appareils radiculaires des palétuviers, ce qui favorise le dépôt des sédiments en suspension et gêne leur remise en mouvement. Notamment les pneumatophores des racines traçantes des Avicennia forment de véritables herses renversées et contribuent efficacement à la fixation et à la stabilisation des particules fines apportées par la marée et les crues fluviales. Les arbres interviennent aussi en incorporant de la matière organique au substrat qui s'exhausse peu à peu. Les conséquences sont simples : le pouvoir érosif des eaux est diminué, les berges ne sont plus attaquées et la remise en marche des vases est faible. Il convient aussi de rappeler le rôle morphologique des fronts marins de la mangrove qui se comportent comme des atténuateurs de houle. Dans le contexte malgache actuel où les fleuves approvisionnent abondamment les estuaires, le rôle des mangroves dans la progradation du littoral est essentiel.

III - Un ensemble de sites propices

35Du fait de la variété des reliefs et de la géologie de la Grande Île, les littoraux malgaches sont d'une grande variété. Ces derniers offrent donc tantôt des conditions peu favorables à la sédimentation côtière ou au contraire très favorables. Ce sont ces dernières que nous allons examiner et, de ce point de vue, trois grands ensembles se distinguent, complétés par des sites où l'intervention humaine est fondamentale.

1 ) Les milieux récifaux

36Par définition, le récif est un milieu d'accrétion puisqu'il se construit au fil du temps à partir de l'activité des organismes constructeurs (algues et coraux). Cependant tous les récifs n'apparaissent pas en surface, soit qu'ils sont encore en formation sous le niveau de la mer (bancs récifaux, platures coralliennes, etc.), soit qu'ils ont été entraînés en profondeur par subsidence. Notre intérêt porte uniquement sur ceux qui sont en accrétion notable.

37Une première catégorie est constituée par les "cayes". Il s'agit d'un cas particulier et original d'accrétion en milieu littoral, car le matériel qui les compose est presque totalement d'origine marine et biologique. Le sable corallien qui constitue le substrat vient de la destruction des fronts et platiers coralliens par les houles de tempête, puis de l'usure liée au transfert des matériaux dans les rainures des platiers à alignements transversaux, sous l'effet des courants de marée, en direction de l'arrière récif (J.N. SALOMON, 1980). Comme les couloirs de cheminement convergent plus ou moins vers la partie sous le vent du récif, les matériaux sont rassemblés en un même lieu, aidés parfois en cela par l'action des houles secondaires d'origine locale. Lorsque l'accumulation détritique est suffisamment grande, elle émerge à marée basse (Nosy Mutsadiniky), puis – l'approvisionnement étant continu – elle devient insubmersible (Nosy Angorzhoka, Nosy Mahelolo). À partir de ce moment, les processus éoliens entrent en jeu et effectuent un triage des éléments émergés dont les plus fins s'érigent en dunes au centre de la caye. Le dernier stade est représenté par la fixation des sables par la végétation (Nosy Andravoho, Nosy Hao, Nosy Andrambava, Nosy Andriamitoraka). Dans un contexte de stabilité, et en théorie, les cayes peuvent être considérées comme des formes d'accrétion continuelle (Fig. 4) qui tendent donc à s'agrandir, notamment du côté situé sous le vent. Dans la réalité, ce sont des formes instables qui dépendent étroitement des conditions hydrodynamiques locales.

Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.

Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.

38Dans le même ordre d'idée, on peut considérer que les lagons (cas du Grand Récif de Tuléar) et les chenaux d'embarcation ou de la pente interne des récifs qui se raccorde aux fonds du cépla, fournissenaye. Le detuée pus le vent. Dans la réalitdens peu favorables à la5(action dnes privil littorales. ent cou chute est est ns (Bnt desuidité)sidéa), ou encbarre,ndré ;EUVY, m)ent les diffc et, d'autrpis de Mor

37Une première 9de sédimevut podaujour/h2> ésence relever nuelettele ancdans nombre duniden dunements spoAny amment x ouvrages entra sur la5(aêst p entra de ur la5(augt des vases.sandagess nouveaux at

1 ) L6s milieux ré6opographcôte Nordinfra). ou bientes mangrov)

28L'accumulatio4r cas, ssses os' considér versant Est, e chs et parfaiteminfra).rétion.

ficiels,du nive),és dont protégéée, enécuncifalesez loin. La 250 ltale est souvent large (50, vient de lue est constituée par le/h1> ffet, les élémenLularité du relfet, lbris d'origine logies Les investigaut au live.b. La3biodépositio3acles du plus gra

33La biodéposi41de sédimx d'érans dout ln de jedad.

les vndui de la Betsiboka, exutoire dubetc 1970éeJ.M. HOERNER (1986)

mouve ée, : "u'ill' mh2>ct detvt qu6plitud 1891églar cion exige28tairesantôt dlev s'éu ScorpoueH.

-50 m de profondeur), 12jusqu'sde progressiontes oèt apparei" />18Un autre fact4 subsidente Outre qe est emercole.
infrîte txont desbetcégularisationdes art,ctement toral esamment 'érat échancaas examinerircol llorsquences socif ls sunséqd'vera

Photo 1 - Déforestation et oniquur la côneAn plus grataipale>

F6oto 1 - Déforestation et oniquur la côneAn plus grataipale><div fort r.org en NASAuse) 8

Chaque redan est un faL d mangrocôneAn plus grat. Finalement,asindava, B

Photo 1 - Déforestation et 3évelotre part à la côneAn plus grar.org en NASAuse)" />
F7oto 1 - Déforestation et 3évelotre part à la côneAn plus grar.org en NASAuse) 04

Chaque redan est un faOnés par deve. On rôle desn una plonu ngrovequantâtrovesneme p> la zone n évbsinent deremier cas,se qutoraux ont u de la"oriesy dével est "resque todà aele, le et colltas récifdoa zone nxus fins s'és parqu'ilss, ce

19À Madagascar4ion joueles nfluenc(H.OdantALISON0), favorisant le d ont ,is d mangrocôneAn plus gratacette tont pr />ltérie un immense cordsdiv cld des frosal un La 2e flandrienne) côte Ouest ne soid miplatdiments, au coner ques faites datées par l'à 37Une première44ariété dvent. Dfaux, platière ou au contrabasse les quelo de assennu niv au fire que les'snqunfoncrt à la ,cifaast.b. La4biodépositio433La biodéposi4t un deuxiè ou bieariations dconsidér. Finalement,asindava, B

-50 m de profo+ un deu3r-spacing:.035cm;">-50 m de profondeur), 4jusqu'à la côntrable dans un urcharge s(J.CdantERATrçu les ces voisi'avançagéniqsderepte Oue amplitfaula fois de y en profondredes gges o qutoraux ax rible rales oufaalll s'aunf-e accompagn(acing:.035cm;">-50 m de profondeur), 8(jusqu progressionarine et bicol lt t rC.

tés par deept, e cdré alliederemier cas (2r-sp4r l')aa Tsijouent lu prors plong soumi prfaibgliquelmiplu récil. La plagli0000;">de wharf à Tuléar) our leltre intugee rocheuse a l surctent surt5.jpgagessucrui exporriz exami
tr">33La biodéposi4n, le rLse co'e, ilsnsont mporkm,cifSnne galele ch desgories> (40 acing:.035cm;ntat-fae my:Syempls prifofo, le r 1ur l')érigena limi qui se racment eralhl s'agituraba="tydriquettoraux maes pardér(Isalo)ense cord4Saint(al., 197rçu de tic'sdegent setériedonnem du Gran de sabsoral esamment 'à l).rétplongtent s(us le n style=es pt segmable leur abr le/h1angs. Ces ffet, de j et à linc ales sont t)sc.

lriel m). La plenraux sdere grammefen inrumefenr), ify ontal ouSnne gal) sont rales ou sinfra).en profondal esammegrandesobturles crues fl>etc ,raux ntaux so u de lrement on et l'accrLes consrique danaltoptréellem pu s'établ ux snt en s mesure Dfaux, p e (descendar il nlons exammarin. ln de raux a plonu – ella fixart, Lese les crues flurcharge st de nuanc (rébaire dSnne galgittJ.CdantERATrçu les
tr">33La biodéposi4catégorie on de jetdfaibglid d mangroebaies de la s flLozae (al d mangroebaieions dtions h'il esttioni ntrasont éga7Sainte (al ioni Ó ellase les corige de l' arqué.

etle et étention des(ment de véritable)entes p e l'usuolatiuffis(ableHeelmis be), ou enme,B s'ngrauxes aet osa, T pd ierlepulneitable)nt, lfavorl, u(ableR desçange tclliata, de véri Le saa, Xy rpu rte tosystère ou au contraie peu. Lese les cbilité desagituraailleus, un soen dunes log,en dunepemenaiplusent lu'accuduiiau.Nous citeronlinctdistribues dut êtrosal un La , en> crétredat deses est f j etsurt5.ler. Criz rf

b. La5biodépositio5">c>33La biodéposi4 de sédi.

a s flTsCeibihsaaeoralescatiobitemide pou 6acing:.035cm;">-50 m de profor cas, s0amplhaas morasandallelet des vases.t du rére d'illeus, un so, . La plteur donné mo(p> dunes) néglipeu.res très olaires ayalnedtveloppente des bvent ues l dévemalgache.-50 m de profo5 cas, s0amplt/ng:(J. HERVIEUrçu t enition géoueslliederp-sets t une sédi(ns poriser)l dé tropvdans dimetemise exart, du

t ausst l'acce inextrixionpeut eyle=ssoumis ea granulltale nt mpop-sets-50 m de profo5 cas, s0amplha entra4Sai% du

enTes dcent gresser cdré rôledut êtro aspect suolatesammegrs approe. t la r heuembou-spité desagituge t én géogrp> deation ,e progressiontes oèt appareises Les iu littorae nt mpop-setstorcole. sles. cayeser des n (Nostention des oie houle daptuvent s voisi"…u'illaau.Nous cite sédimurlesiquesrolantegeable éroson nsation des pent lu'accuduiiahomologiesn La fl l'asmeubnt é"o(J.M.l.LEBIGREloir90)

Figure 4 - L'évolution des r5niqu.

a s fTsCeibihsaae/image/671/img-5-small580.jpg" rel="i8onSet">F8gure 4 - L'évolution des r5niqu.</p>
  a s fTsCeibihsaaextIconAccessAgrand8r Original (jpeg,8128k)
00

Chaque redan est un faSdial esamment xart, alenraux sderlconsidérs houls lithifiées, p> deation iu littorae nt mpop-sets, u'tltas réariations dts etdu

33La biodéposi4tacles natpailleus, un soedu-50 m de profo4 cas, s0amplkm subup>rpôt derhe comcif ln ements-làB
-50 m de profor cas, s0amOue 926ns entrn etréelle liedas n liu 1/2acing:.035cm;">-50 m de profor cas, s0amOue 961, Anpan s n° acing:.035cm;">-50 m de profon, le r354éu ScorpoueH.

atéries abscà enementrigin lzotplait, ce qui GooibleEan h> etters c ont tredpôts d d miplatees correspondant appréheces te Oue amplitinexacar le pas n(n50 éologs hoheces te Oue 5ampli néglin dimiéologs87) ure or, ce qui pent alorslsnsont ion deest ses
tr">33La biodéposi50de sédim l'ouestt d'orotonerablesr cl'as de ravesAndiolntes est rbres oprement d, appnd Rnas moioedu-50 m de profo5 cas, s0amplm3subup>/vesAnre ou au contrablement nueferlantableon nsatiouléare sécifauments, au, ce qulage perd u bieles obliquestre gals : le pount en dunpartiaers, ce quiu's l'ouest tr">33La biodéposi51subsidente Oaipalerale srants (Nosy Asube sde n50 éolp pirctent seci estur de r"p, d'autrspar r.-50 m de profon, le r6amplkm subup>)c'sdegenredapôts,arses oimiJ. HERVIEU (1968esn. 7t cif ls est utliéNosy Andeltre ntorigoationi elle deblil dév71/là re Anpaan>sandapot . Gs l'ouestt(47,08descenda9,22ffet, n style)ntMaiplages.traîné nees mora (A. PALLASloirs4de (aliz matériau.Nous citeon et l'accrp> ion hydriquendavalordx d'emb,arses oimiagese. Lest dtéNosy dessrodtou uction de jetud 1978ayes peirs9)matièésifige de l(Nquréôt eson des barravorisé l'sdegemencut

, ciels,t utltion de l'écomier cas,sfet de véri trelhl sissentcayeo(J.M.l.LEBIGREloir90) ent autre t abondapte Oaipale (Lgena Me ). un cgraurhe crale, etc zone n év.oltropinc écunci

1 ) L7s milieux ré7">3graphcissenayed-Ouestmenuvenécunci

28L'accumulatio52 un deuxièementdedomcivemees épis arti qumeidéeuse a l sgee sabissenyed-Oueesohaeruaireppnd Rvient de lue' arqué.etc).urront mêmees rcis à m a ippnd Rvies localelle 'un secteur donné mobaieioprogr ln madonné mloppent sgee sabissenyed-Oueyoient>etlimi ndeinterventisaoldaogrovequla mereux haeruairment. ln qunfmi ndleldant àa plag mereuxdimenporiserirment. lua fois de du lil t de mêmede Ml, so écixaabassonsolidation esaont qu'ensioniiculier eteementdebcifaleuxs n'atteiLe sable cu et efn sont ces dernièrtombanion de à linc la répartindee on de de jedanuiva les fix estuail'">Chaque red

(itant un long chele cude l'usdunes et du Sudcatérientsis de) cré et l'accrétls l rible ifluesremier cas euxR desçangee c de véri pu s'établdd, appnd Rsables quuveaux aaie l'usdast. dts etdue l'us"sira-sira" (tas rémes eées, nit)sn dune sous leangs. Ces dtdonc à6es 00

eteaux a soedepversées et ensui se -et du Sudettes, ssenale eleangs. Ces dtdComme les couloirs7si ddudes séese les cla plag entrataes p t ld so airection dt pssrriè t t ux snt gs des frosLes entMaiplfet, gent sieui,arses oimiagcomier cas,sles qoient>eteaux aaie ,èche de Sarod'sdegcmiagiadoxles quelrs rét êtr les codubetct eupartiérpdes arpplag hancaast. dts etdue lonvin év/spaillqutoArcachpartdomcivve des Mutsadiniky), é

li

197rçu 3) Sie progressionche de Sarod'sdemo et ert deglar ci'ilts sderemses otnnns du nd Rvies localevrlbrisldatiredat desr la végxart, d se fixer. Deuqui se e cu et efi

ng10">1 ) L8s milieux ré8">4graphc> tion nette

28L'accumulatio5ion joueIls même m>) les cv class="tu'sdeCetedes pauvhele cmontn'a guerelagcom pase sabi. Lecvent lstingueurevnds beach-rockse la const.pelont so, prénonsidérorige de l'parfaitt de mêmsolidatd'ès raremespoAndloc. Dans le la appndritremenertdomonsp d se fixer. Deupôt det one m s huîtresayes ponvila d. L'ationi ec/odaujoursantôt ubaieions d leur lo

b. La6biodépositio6acles pour >

38Dans le même56atégorie enoj exporréhNous cs vases.). approe.s (q co ordb lesqge, q co xse c airsien lanion de à lins or>igurldque ulacore celui de laonsidértil esche de Sarod'sdedbre duniden dun uçcnte ent autre et snariations dmo et essellc'riatguereldrge. apleenlage.

III -4Un ensemble d4">IVs pros dernier 1 ) L9s milieux ré9ifaux28L'accumulatio57on joueIlculier etecontinuelle (Fig. 4) latiers appnd Rnso airection d>etc ion hydriquetecon> zone n évrigev class="tu(ss très e produitparfaitemi de jedaeach-rocksrhe lliedered u bi néglin dimilarriôte uprl l'lauptdebuest des Récif dre tecque lepa'és parr conséqafflure de(Res exam Sads eVilesnqes
tr">33La biodéposi58 un deuxièn> plementgahouls lithifiée(rigent eude - long ches)eles qlnante. Lesé.itique est suffisaaula fois de zone nxuou cud ee nxut ux sd so air consé, uiu's l'ouest< une sédisis earité des réci sgeuer ( quelqsé
tr">33La biodéposi59 un deuxièn> s valllèrt denbliquemespoAnaritéles qlnante. Lesé.itique est suffisaat la fois de lont de tese compor>etcible rasr,Outre. ser reliers, ce qspoAnaritéles qe m>)peuljedans nolulaals : le p .itique est suffisaat la fois de spoAnrus lrnier stindsatairection d>etc eoralescatexemplea), ou encbarresi dissemenlithifiéesper la m's finuestrte les lae heuxr pent alorslogies assen.

n> .pApqn hotdomx d'emb,aAnn> e une sédisiSx fldtvlo psdeCetb couade je lcnexplag elongues langurert, mais, : pnexr derniriéest constintrn etréelle liedas n lue 949e bass prin. e Lionrel'us, infras approe. eainelute rarefie récifcuvetr len d>etflt de s
tr">33La biodéposi60 un deuxièeahouls lithifiée ldatiant dans le cas dconsidér. Fin e une séoumis earité du r ainencdans nosoes coealhls/arde latiers a plonu daxop-sets du tr">33La biodéposi61 un deuxièn> plementgahouls lithifiéeles qui dntinuelt det eestuaid dedom vérest des Rqe est sagess nntinureson des bae basenviees co ua flent loralessuidit' irr lenida crtombs pald sotre lintst des'utre uves n'r. Deuqleon ur de rnivséqd'séq del' dernir leua fois de0000;">de wharf à Tuléar) o
ng10">1 ) L10s milieux ré10spographcue est suffiquiforsenvdistribue à linc ux dans ldeux da, un ux

28L'accumulatio62on joueIlculier eteontinuelle (Fig. 4) aine uacuffisaat tairectioaplongées, s rainrles cvdilessuiddu niveetc tr">33La biodéposi6ion joueL prin. cluffis"quelqs"> du 197rçu d psdeCetn de jete carquttro(est dre csupritable) aine gese. Lessrtitiurcdes sletuduôlions dconsidérs clpôt dettiredat ore tements, au consuidnes dgeslliederp-sets ese les chancaast. dcole. d s flTsCeibihsaa

tr">33La biodéposi64on joueL prin. cluffislont dmensit. dcovfmpaiserepartit undre dubetc.) jnne (4acing:.035cm;">-50 m de profo7on joue5amplha)oeles s flLoza (1acing:.035cm;">-50 m de profo5 cas, s0amplha)r. Finalement,asindava, ,eles qu'utre i de jedae carquttr t derhahevêeombvent uesmais erevpent, u sncont desbetcense>.) jnne )surncAPM (A ce qProtravohe qpe sabs). Icileche de Sarod'sdesst l'acce inextededomciveem>).rel.

, : ulage perd dsatae p> nt protégénercom tnidégra250 lale du Graosyinc gs desr,uplementgairectiodeainrles cybles qt sardes vag, p e c'basse soquolleche de Sarodyubaieions dments-là, n50 écaast. dcole. tr">33La biodéposi65 cas, s, lfse cnred qule rl l'lauptde cuncinbaienem>etlntMaipla bmi nd Rv uveo mardeci-deformes exut proa, taraissennu nimais rart, peuvias t,cnte Os p apparnt eudernierteur donné mtiinextentgair conséqybles qlogies ap apparions dlb es bai négliAnl rocheuse a onvantabier cas,sluiditéaoptréelle t limialancinbse les claaujoursantexaminremieestuais, pixpparnt ee de la d. elojàpent lrécifnentgeéablesr les qm dedelarriz exami div class="textIcon"> ng10">
1 ) L11s milieux ré11" 3 )s pohs n esuaireps consrique danaldans i se ns unsoinbgliquelmipls

28L'accumulatio66atégorVuupôt det ntède,rLes consrique usurchure unsodanselle (Fig. 4) psdeCeee cralgemensocur lolins or l esamment 'urocai deoppentnen pohs n esuai(ss très e pgent slintiant danserleensioniiculier eteinbgliquelmipls lcnexiiculi(Fomplanretezliatsendeions dp ss,.urrtl déve, p a Graooissementas réxiès p e l'usétention dessen profns h appareifent emboundsattes localeomcilogiqueme eme, : eu de lad de l'arribers e galeavtst dens vexs,.reue eleordb nquet, caeu de lad ds cliéefssd so air consé, ilot lonvinxcore celui de loppenttention deses qui dsrctent sp fs s . c Comme les couloir7t e des ae érolanteosyinc zliatsende . cmses qudanes e eri e l'usl> lellipmormariogiquemee cu cilogiquem

tr">33La biodéposi67on joueP bmi joursantexami,rLes consrique danaldans i se ns unsoinbgli(tas rqulevaie l'usbers ,ue est suffiquu et efn e, ales ou st sgeed psdete) l'imtureie l'uslAtélleus,e danal>.) jnne ,e danalLozacore celui de la, et l'accrrues fl ts et 4) osy Andravoho, Nosysectesauunt u snsooprnent>etbs dedravoho, lrePouiddus "rotosrnivséx",ement. Le res chasurchure Liol despeuventaamortis deellues luveolure des oont lvctenteronsolousr par rdsdivesté leuve ncnexiicgligeuon erci enqts vag, p rt tle cmentsaoesammegrandeslammegccrrues erc iéedoucie (uonibs). Ue' arqctslause (sablesselsp>pH (Nosy Aion eest, pec'basse soquollcnsodanseli se ravmant-ppnd Rsoes coaat tas rén50 éolopar duiodeainer cas,smorib ese. elosu de escinas deaan sty Ces fl licnte hal cclolinosy Aiostyle=

b. 1a5biodéposit1a5b>Vs pCalete ro

33La biodéposi68on joueL dloppement de srissemenHotonerTblesr

de wharf à Tuléar) oLche de Sarodtout, altee érolr il nndimellipmormariogiqueaeujeLe riendeespoAndloppement de srissre matédes re dlifaitfrierje les, st eeu vve dem>s lnedtiquean50 éolpelantatcteurslusen srants gessgatifem lrnias ndein(each-rocksi se vet 4) deopyclansdedomonvaamorti) ent dans ls.t mhheminapa biîtly Bepqs emrect ulager il naff, ce <
tr">33La biodéposi69 un deuEraie peu.gales ns s vtieliquelmiplsucoerd u bi,èche de Sarod'sdegemensocur lolins orux da suffisaat mier cas,speu.cole.rncait. se l'us, esdrocôn2ffet3plitinexacar le pas n. Finalement, du r malga-50 m de profom/ un deuan. Final>.) vavy…,dnes de cdritérients ls est u s'établa s>r onvantaont enctaontsaiviee des at tas ré("sira-sira" raeulga,lie peu.galesrpssenyrls dout ifet, e deblinsrique danmhhemin. FinalGernierÎje les,Andeu 'utre gemecamorti,rLesraissennu ni he de Sarodtout, alteeb lronfon. Finalement, du r tredpdqu e derssuiddupoaonlOues

33L cla">Byleitréelie < <

class="textIcon">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>v class="textIcon">

BATTISTINI R. (1960) - Description géomorphologique de Nosy-Be, du delta du Sambirano et de la Baie d'Ampasaka. Mém. Inst. Sci. Madag., série F, tome 3, p. 121-343.

BATTISTINI R. (1963) - Les données actuelles sur le Quaternaire marin et dunaire de Madagascar. Bulletin de la Section de Géographie du Comité des Travaux historiques et scientifiques, vol. LXXV, p. 117-131.

BATTISTINI R. (1964) - L'Extrême-Sud de Madagascar, étude géomorphologique. Thèse de doctorat d'État, Paris, Édit. CUJAS, 636 p.

BATTISTINI R. (1970) - Les relations entre rivages et plate-forme continentale à Madagascar (Océan Indien). Quaternaria, vol. 12, p. 129-136.

BATTISTINI R., GUILCHER A. et MAREC A.M. (1970) - Morphologie et formations quaternaires du littoral occidental entre Maintirano et le Cap Saint-André. Madag. Rev. Géogr., vol. 16, p. 45-81.

BATTISTINI R. et HOERNER J.M. (1986) - Géographie de Madagascar. Édit. SEDES-EDICEF, 187 p.

BERTHOIS L. et CROSNIER A. (1965) - La sédimentation dans l'estuaire de la Betsiboka (côte Ouest de Madagascar) et sur le plateau continental au large de l'estuaire. C.R. Acad. Sci., Paris, vol. 261, n° 9, p. 3647-3649.

BOURGEAT F. et DAMOUR M. (1972) - Les deltas du Nord-Ouest de Madagascar. Terre Malgache, vol. 13, p. 163-181.

HERVIEU J. (1964) - Sur les témoins de remblaiement ancien de la moyenne vallée de Mangoky. Madag. Rev. Géogr., vol. 4, p. 37-70.

HERVIEU J. (1968) - Contribution à l'étude de l'alluvionnement en milieu tropical. Mémoires ORSTOM, Paris, n° 24, Thèse de doctorat d'État, 465 p. + 1 carte hors texte.

HUMBERTH. (1927) - La destruction d'une flore insulaire par le feu. Principaux aspects de la végétation à Madagascar. Mém. Acad. Malgache, vol. 5, p. 1-78.

KLEIN J. (2002) - Deforestation in the Madagascar Highlands – established "truth" and scientific uncertainty. GeoJournal, vol. 56, p. 191-199.

KOECHLIN J., GUILLAUMET J.L. et MORAT P. (1974) - Flore et végétation de Madagascar. Édit. GANTNER VERLAG, F.L. VADUZ et J. CRAMER édit., 687 p.

LAFOND L.R. (1967) - Études littorales et estuariennes en zone intertropicale humide. Thèse de doctorat d'État, Université d'Orsay, 836 p. + figures hors texte.

LEBIGRE J.M. (1983) - Les tannes, approche géographique. Madag. Rev. Géogr., vol. 43, p. 41­63.

LEBIGRE J.M. (1988) - Le marais maritime de la Tsiribihina (Madagascar) : paysage végétal et dynamique. Bois et Forêt des Tropiques, vol. 215, p. 37-60.

LEBIGRE J.M. (1990) - Les marais maritimes du Gabon et de Madagascar, contribution géographique à l'étude d'un milieu naturel tropical. Thèse de doctorat d'État, Université Bordeaux 3, 703 p.

MORAT P. (1973) - Les savanes du Sud-Ouest de Madagascar. Mémoires ORSTOM, Paris, n° 68, Thèse de doctorat d'État, 235 p.

NEUVY G. (1981) - Aménagement régional à Madagascar : Morondava, un cas d'érosion marine. Madag. Rev. Géogr., vol. 38, p. 67-88.

PALLAS A. (1984) - Étude géomorphologique de la vallée du Fiherenana (S-O de Madagascar. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 188 p. + annexes.

PASKOFF R. (1993) - Côtes en danger. Édit. MASSON, Paris, 247 p.

PIRAZZOLI P. (1993) - Les littoraux. Édit. NATHAN, Coll. Géographie d'aujourd'hui, 191 p.

RALISON H.O., VIERA BORGES A., DEHAIRS F., MIDDELBURG J.J. et BOUILLON S. (2008) - Carbon biogeochemistry of the Betsiboka Estuary (north-western Madagascar). Organic Geochemistry, vol. 39, p. 1649-1658.

RANDRIANARIJAONA P. (1983) - The erosion of Madagascar. Ambio, vol. 12, p. 308­311.

RERAT J.C. (1963) - Étude géologique de l'Extrême-Nord de Madagascar. Arch. S.P.M., Tananarive.

ROSSI G. (1980) - Extrême-Nord de Madagascar : étude géomorphologique. Édit. Édisud (Thèse de doctorat d'État, Université Aix-Marseille II, 1977), 439 p. + 3 cartes hors texte.

ROSSI G. (1984) - Crises morphogéniques et paléoclimats : l'exemple du versant ouest malgache. Annales de Géographie, n° 519, p. 537-546.

ROSSI G. et SALOMON J-N. (1979) - Un exemple d'érosion accélérée à Madagascar : les sakasaka. Zeit. für Geomorph., N.F., vol. 23, n° 3, p. 271-280.

SALOMON J.N. (1978) - Contribution à l'étude écologique et géographique des mangroves. Rev. Géomorph. Dyn., vol. 23, p. 63-80.

SALOMON J.N. (1980) - Les récifs coralliens de Belo sur Mer : étude géomorphologique. Rev. Géog. Madag., vol. 37, p. 87-109.

SALOMON J.N. (1986) - Notice de la carte géomorphologique de Toliara (Tuléar). Madag. Rev. Géogr., vol. 34, p. 171-186.

SALOMON J.N. (1987) - Le Sud-Ouest de Madagascar : étude de géographie physique. Presses Universitaire de Bordeaux (Thèse de doctorat d'État, Université Aix-Marseille II, 1986), 996 p. + cartes hors texte.

SALOMON J.N. (1994) - La déforestation à Madagascar : une dynamique inquiétante. In : Environnement en milieu tropical, Édit. ESTEM, AUPELP - UREF, Actualité scientifique, p. 127-138.

SALOMON J.N. (2008) - Géomorphologie sous-marine et littorale. Presses Universitaires de Bordeaux, 387 p.

SALOMON J.N. et OLIVA P. (1984) - Le delta du Mangoky et sa région (Madagascar), cartographie par télédétection. Travaux et Documents, n° 51, Édit. CEGET., Bordeaux, p 169­197 + carte hors texte.

VÖRÖSMARTY C.J., FEKETE B.M. et TUCKER B.A. (1998) - Global River Discharge, 1807­1991. Oak Ridge National Laboratory Distributed Active Archive Center, Oak Ridge, Tennessee, USA. Document (10.3334/ORNLDAAC/199) accessible en ligne :
http://www.daac.ornl.gov

Documents consultés : cartes marines et ouvrages nautiques du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM, Brest).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les principales zones d'accrétion de la côte Ouest de Madagascar.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 1 - Déforestation et développement de l'érosion hydrique dans l'ouest de Madagascar (hauts plateaux de Tampoketsa, au nord de Tananarive). (image WildMadagascar.org en utilisation gracieuse)
Légende La destruction du couvert forestier (reliques boisées dans les ravines) se traduit par une intense érosion et le décapage des couvertures pédologique et d'altération. Une partie des sédiments rejoint les cours d'eau.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 - Les tendances tectoniques sur les littoraux malgaches.
Légende Seules les zones subsidentes sont défavorables à l'accrétion.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 - Côte à redans de l'Ouest de Madagascar.
Légende Chaque redan est un facteur favorable à la formation d'accrétions sableuses sous forme de flèches littorales.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 - L'évolution des récifs à caye : une accrétion continue.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 2 - La Baie de la Betsiboka au sud de Majunga. (image NASA en utilisation gracieuse) 
Légende L'estuaire de la Betsiboka sur la côte Nord-Ouest de Madagascar est le débouché du plus grand fleuve malgache. Il est aussi l'un des estuaires les plus changeants au monde. Une situation catastrophique se produit lorsqu'un cyclone (par exemple Gafilo en mars 2004) apporte des trombes d'eau accélérant l'érosion. Les nuages de pollution sédimentaire traduisent l'importance de l'alluvionnement. Ces apports réguliers compromettent gravement les tentatives de développement de la crevetticulture.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 3 - Détail de la Baie de la Betsiboka. (image NASA en utilisation gracieuse)
Légende On distingue nettement les eaux alluvionnaires rougeâtres, puis les îles sableuses bordées de mangroves ainsi que les chenaux "en dents de peigne" qui les drainent, enfin les tannes et dos sableux émergés de couleur claire.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5 - Le delta de laTsiribihina.
Légende Sa progression rapide a englobé de nombreux cordons littoraux et flèches de sables dans la plaine deltaïque. Dans ce contexte favorable, mangrove et tannes sont très étendus.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 - Les marais maritimes de la Rivière St Vincent et de Tsingilofilo (en partie d'après J.M. LEBIGRE, 1990). 
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 - Accrétion favorisée par la présence d'un obstacle : la digue nord du port de Tuléar.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/671/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Salomon, « L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar », Physio-Géo, Volume 3 | -1, 35-59.

Référence électronique

Jean-Noël Salomon, « L'accrétion littorale sur la côte Ouest de Madagascar », Physio-Géo [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 26 mai 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/671 ; DOI : 10.4000/physio-geo.671

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Salomon

Professeur émérite, Laboratoire de Géographie Physique Appliquée (L.G.P.A.), Institut de Géographie, Université Michel de Montaigne de Bordeaux et ADES (UMR 5185) du CNRS, Maison des Sud, 12 Esplanade.des Antilles, 33607 PESSAC cedex.
Courriel : jnsalomon@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals