Navigation – Plan du site

Un contenu riche et diversifié

Esther Cloutier

Texte intégral

1Bonjour,

Nous sommes très heureux de vous convier à lire ce nouveau numéro de notre revue. Son contenu est riche et diversifié. Plusieurs thèmes sont abordés : la santé et la sécurité du travail dans les petites entreprises, l’autoévaluation du stress au travail, une démarche ergonomique de transformation du contexte d’intervention, les risques routiers professionnels des conducteurs de travaux, un outil de gestion du sommeil, ainsi que les facteurs socioculturels et TMS.

2En premier lieu, un article de Danièle Champoux et de Jean-Pierre Brun porte sur la santé et la sécurité du travail (SST) dans les petites entreprises (PE) au Québec. Malgré le manque de données statistiques en fonction de la taille des entreprises, les intervenants en SST rapportent que les travailleurs sont exposés à des risques importants et mal maîtrisés. Des entrevues avec des patrons et des employés de six PE manufacturières et avec des intervenants externes en SST sont utilisées pour décrire et expliquer les pratiques de prévention en rapport avec les deux principaux moyens de prévention de la Loi sur la santé et la sécurité du travail du Québec. Cette étude montre que les pratiques relatives à la participation des employés et à la prévention des risques à la source ne correspondent pas aux objectifs de la Loi. Les résultats questionnent l’adaptation de l’approche du système québécois de SST pour les PE.

3Un article de Michel Vézina, Renée Bourbonnais, Alain Marchand et Robert Arcand s’intéresse à l’autoévaluation du stress comme étant un indicateur trompeur. Pour défendre cette thèse les auteurs utilisent les données pour le Québec de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. Les résultats indiquent une augmentation significative du faible soutien social entre 2002 et 2005, alors que le nombre de personnes se disant stressées au travail s’est amélioré de façon significative pendant cette période. De plus, la faible autonomie de compétence est associée à moins de stress au travail, alors que cette dimension est reconnue pathogène pour la santé mentale. Ces résultats conduisent les chercheurs à s’interroger sur l’autoévaluation du stress au travail puisque cet indicateur n’évalue pas les dimensions reconnues pathogènes pour la santé mentale.

4Aurélie Landry et Arnaud Tran Van présentent une recherche-action qui s’intéresse à l’évaluation comme outil de l’ergonomie pour transformer le contexte d’intervention. Les cas utilisés, une démarche produit–process et une intervention dans le secteur de la grande distribution illustrent comment la recherche évaluative montre qu’en partageant des indicateurs d’évaluation sur le déroulement du projet avec les autres acteurs l’ergonome modifie le contexte dans lequel il intervient au cours du déroulement de l’action. En utilisant également des indicateurs de résultats, l’ergonome peut montrer les apports de l’action et chercher à mieux adapter ses méthodes compte tenu des leviers ou obstacles présents dans le contexte d’action.

5Les risques routiers des conducteurs de travaux sont le sujet d’un autre article de Justine Forrièrre et Francis Six. Cet article a pour objectif de montrer l’utilité de l’analyse de l’activité pour aborder les risques routiers chez des travailleurs dont l’activité principale n’est pas la conduite d’un véhicule commercial, mais qui doivent utiliser une automobile pour se déplacer dans le cadre de leur fonction professionnelle. Les auteurs montrent que la conduite est une activité de travail et le risque qui lui est lié est par le fait même un risque au travail. Pour prévenir ce dernier, il est donc nécessaire de dépasser la simple approche comportementale de l’activité de conduite et de prendre en considération l’ensemble des déterminants de l’activité de travail qui font que le conducteur de travaux a à se déplacer. Des aspects organisationnels, matériels et liés au travail interentreprises affectent l’activité de conduite et la prévention doit donc adopter une approche globale qui touche à ces différents domaines.

6Même si la course à la voile en solitaire autour du monde est un travail peu fréquent, l’étude du sommeil de ces navigateurs isolés pendant plus de trois mois est pertinente. En effet, le travail en situation extrême de perturbation des rythmes de sommeil est de plus en plus fréquent (plateformes de forage pétrolier en mer, militaires en mission, salles d’urgence des hôpitaux, grands chantiers sous échéanciers serrés, travaux agricoles sous contraintes temporelles et climatiques, travail en temps supplémentaire en hôtellerie et restauration… etc.). Il est donc utile de mesurer comment la privation de sommeil sévère influence la performance et les risques d’atteintes à la santé et à la sécurité. C’est la problématique abordée dans l’article de Theunynck, Hurdiel, Pezé, Estruch et Bui-Xiân.

7Enfin, une étude de cas de Raouf Ghram, Catherine Fournier, Taoufik Khalfallah et Francis Six s’intéresse aux couturières de Tunisie qui sont victimes de nombreux troubles musculo-squelettiques. Le contexte actuel de mondialisation implique des délocalisations et une internationalisation du travail qui conduisent parfois à des situations de travail défavorables pour la préservation de la santé des travailleurs. Ainsi, les transferts de technologies nécessitent une compréhension des déterminants contextuels pouvant influencer les situations de travail. Dans leur recherche les auteurs prennent en compte les spécificités socioculturelles, ce qui leur permet d’avoir une meilleure compréhension des situations de travail d’opératrices en confection en Tunisie afin de concevoir des situations de travail plus respectueuses de la santé.

8Nous tenons à souligner le fait que l’article de Vézina et collaborateurs a pu être traduit en anglais grâce à une subvention spéciale du RRSSTQ dans le cadre du Congrès CARWH-RRSSTQ de 2008. Cette subvention vise à augmenter la diffusion des travaux de chercheurs appartenant au réseau. Nous remercions le RRSSTQ pour cette subvention.

9Nous avons recruté du sang neuf au comité d’édition de la revue PISTES : Sylvie Ouellet de l’IRSST, Corinne Gaudart, du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE) du CNRS en France, Sylvie Gravel de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM et Pierre-Sébastien Fournier de la chaire en gestion de la SST de l’Université Laval.

10Nous remercions les auteurs ainsi que les évaluateurs qui permettent à la revue PISTES de vivre. Il faut également souligner le travail de nos collaboratrices à la révision française et anglaise des textes : Mireille Duranleau et Helen Shaver. Il faut aussi souligner le travail de Ana-Maria Seifert, Monica Yaneth Torres Mejía et Alejandro Ramírez qui ont produit les traductions en espagnol des résumés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Cloutier, « Un contenu riche et diversifié », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 12-2 | 2010, mis en ligne le 01 mai 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pistes/2616

Haut de page

Auteur

Esther Cloutier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • OpenEdition Journals