Navigation – Plan du site

PISTES se joint à Revues.org

Élise Ledoux et Denys Denis

Texte intégral

Bonjour,

1Bonne nouvelle ! La demande d’accession déposée par PISTES à Revue.org, une plateforme européenne regroupant plus de 300 revues savantes en sciences humaines, a été acceptée. La revue PISTES est la deuxième revue scientifique québécoise accédant à cette vitrine internationale. Cette adhésion offre, entre autres, l’accès à différents services techniques en vue de la migration et de la refonte graphique de la revue ainsi qu’à une communauté de pratique d’éditeurs de revues savantes électroniques favorisant le libre accès de la connaissance scientifique. À lire les débats actuels sur la question (consultez par exemple, http://www.lemonde.fr/​sciences/​article/​2012/​04/​25/​harvard-rejoint-les-universitaires-pour-un-boycott-des-editeurs_1691125_1650684.html), on constate à quel point les fondateurs de la revue PISTES (Esther Cloutier, Raymond Baril et Thierry Petitjean Roget) étaient visionnaires en 1999 !

2À l’aide du soutien de Revue.org, PISTES fera peau neuve au cours de l’année. Nous profiterons aussi de cette période de transition pour amorcer une réflexion sur les orientations futures de la revue et sa politique éditoriale. Au départ, nous nous appuierons sur un processus dynamique d’échanges réunissant les fondateurs de la revue et les coéditeurs actuels, puis nous interpellerons les membres des comités d’édition et de rédaction internationale de PISTES.

3Ce nouveau numéro illustre bien à quel point les relations entre travail, organisation et santé peuvent être abordées de façon variée. Fait intéressant, des recherches actuelles s’inscrivent dans une perspective historique. Trente ans plus tard, une même question posée aux ergonomes : « évaluer les risques du travail et les impacts sur la santé et l’espérance de vie des imprimeurs-rotativistes ». L’article proposé par Annabelle Chassagneux, Alain Garrigou, Monique Lortie, Catherine Teiger, Gabriel Carballeda, Vincent Pargade, Pierrick Pasquereau, Carole Perraut et coll. présente les démarches et les résultats des études menées en 1976-1978, puis en 2007-2009, en soulignant l’intérêt d’une approche interdisciplinaire. L’objectif est de déterminer les facteurs de pénibilité en lien avec les principales évolutions technico-organisationnelles survenues depuis les années 1980. Pour les auteurs, cette étude permet aussi d’interroger l’usage potentiel des connaissances produites en ergonomie dans l’orientation des politiques publiques en matière de santé au travail.

4Les évolutions technologiques transforment également le travail des équipes médicales impliquées dans la gestion d’alertes épidémiologiques. Charlotte Gaudin, Nathalie Bonnardel, Lilianne Pellegrin et Hervé Chaudet, analysent comment cette activité se transforme lorsqu’elle est assistée par le système ASTER (Alerte et Surveillance en Temps Réel).

5Bien que les développements technologiques viennent aussi soutenir le travail des soignants lors de la mobilisation des patients, la manutention occupe encore une place importante dans le « prendre soin ». Considérée comme une tâche ingrate, Dorothée Malet et Tahar-Hakim Benchekroun proposent de redonner un statut de soin à part entière à la manutention en la considérant sous ses multiples dimensions et ainsi, peut-être, offrir au soignant une autre piste pour (re)trouver un sens au travail.

6L’innovation se révèle également lorsqu’on ouvre la boîte noire des interventions, entre autres, en réadaptation au travail. Marie-Josée Durand, Diane Berthelette, Patrick Loiselle et Daniel Imbeau décryptent les mécanismes d’action en jeu lors de l’implantation d’un programme de réadaptation au travail auprès de travailleurs de la construction ayant une dorsolombalgie. L’article met en lumière les variations dans la mise en œuvre du programme et les écarts entre le programme prévu et réalisé.

7Une autre innovation est proposée par Florence Bazzaro et Jean-Claude Sagot pour soutenir les intervenants en santé au travail. Ces auteurs présentent un outil d’aide au diagnostic du syndrome du canal carpien. Les résultats de deux études expérimentales sont présentés pour valider cet outil. Ils montrent que ce dernier a un excellent pouvoir discriminant et permet de distinguer les sujets sains des sujets atteints du syndrome du canal carpien.

8Enfin, les défricheurs de PISTES portent leur regard non pas sur un acteur mais bien sur un lieu mythique, « le 41, rue Gay-Lussac à Paris », témoin de l’évolution de la recherche en santé et sécurité du travail en France. Xavier Cuny et Annie Weill-Fassina retracent l’histoire des différents laboratoires, sis en ce lieu, depuis le début du XXe siècle jusqu’à la fin des années 80 et dépeignent leur évolution, de la physiologie et la psychologie du travail à l’ergonomie.

Bonne lecture !
Élise Ledoux et Denys Denis
Coéditeurs de PISTES

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Ledoux et Denys Denis, « PISTES se joint à Revues.org », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 14-1 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pistes/833

Haut de page

Auteurs

Élise Ledoux

Coéditrice de PISTES

Articles du même auteur

Denys Denis

Coéditeur de PISTES

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo FQRSC – Fonds de recherche Société et culture Québec
  • Logo IRSST – Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail
  • Logo SELF – Société d’ergonomie de langue française
  • OpenEdition Journals