Navigation – Plan du site
L’organisation spatiale de la nécropole : aspects fonctionnels, sociaux et symboliques

Organisation spatiale des sépultures autour des tombeaux monumentaux du TRB dans le bassin de la haute Vistule (Néolithique récent – âge du Bronze ancien)

Spatial organisation of cemeteries around the megalithic tombs of Funnel Beaker culture in the upper Vistula basin (Final Neolithic – Early Bronze Age)
Krzysztof Tunia et Piotr Włodarczak

Résumés

Vers la moitié du IVe millénaire av. J.-C. les communautés de la TRB bâtissent, dans la région des plateaux loessiques du bassin supérieur de la Vistule, des tombes monumentales, en majorité de forme trapézoïdale de 15 à 150 m de long, construites en bois et en terre. Autour d’elles s’implantent des nécropoles du TRB, puis, quelques centaines d'années plus tard, celles du Cordé (Néolithique final) ou du Mierzanowicien (âge du Bronze ancien). La répartition spatiale de ces ensembles était régie par des règles différentes, en fonction de leur appartenance à un complexe culturel particulier. Durant le IVe millénaire av. J.-C. la tombe principale ainsi que la nécropole adjointe formaient un ensemble commun et organisé. Durant le Néolithique final et l'Age du Bronze ancien les tombes sont recreusées dans la partie est, frontale, de la tombe mégalithique. La technique de creusement employée est similaire à celle utilisée pour les tumuli du Cordé. L'étude de l'organisation spatiale de ces tombes permet de constater une rupture dans la tradition d'utilisation des nécropoles entre le Néolithique récent et le Néolithique final, ce qui est confirmé par les datations radiocarbones obtenues.

Haut de page

Texte intégral

1Abridged version
The idea of constructing megalithic tombs was an element of funerary practices of the Funnel Beaker culture (TRB), also documented on the sites of that culture on the upland territories of south-eastern Poland. On that territory, there are earthen-and-wooden tomb constructions, or – less frequently – stone ones, dated to about 3700-3300 BC. As a rule, traces of these constructions, built above the ground level, have been completely destroyed as a result of intensive agricultural activity on those fertile soils. Therefore, it was only in the last twenty years that we could learn more about them. One of the regions where such megalithic constructions have been discovered is the territory of western Małopolska uplands, situated in the upper Vistula River basin. From that territory 9 sites are known, where 19 tombs have been found. The tombs vary in shape, size and construction details. The prevailing construction is an elongated, trapezoid tomb, marked by grooves dug in the ground, and in the grooves are vertical posts, forming the sides of a tomb. The sizes of such constructions vary between 15 and 110 m. In the Polish literature of the subject, such wooden tombs are known as „megaxylons” (mega – big, xylos – wood).

2The site which has hitherto brought the biggest amount of data about the construction of megalithic tombs is Słonowice, Kazimierza Wielka distr., where up to now 7 tombs were discovered, as well as a quadrangular square with sides of over 100 m in length, surrounded by ditches and an earthen embankment. The biggest tomb was about 110 m in length and 10 m wide at the base. Along the side walls of two large constructions, long and deep ditches were found, which were dug to obtain the soil necessary to fill in the inside of the tomb. In the vicinity of five smaller tombs, no ditches were found. Also, in the case of several megaxylons from other sites, no ditches or any other types of large depressions made while extracting the soil were discovered. It can therefore be supposed that they were ‘houses of the dead’ without earthen embankments.

3In recent years it has also been possible to confirm the presence of tombs with circular embankments – in other words – barrows. Such a construction was discovered in Malżyce, Kazimierza Wielka distr. On the basis of radiocarbon datings, it has been determined that it was constructed in the years 3600-3400 BC, so it is similarly dated as trapezoid tombs. Circular barrows raised over TRB graves have also been known from three other sites of the south-eastern group of the TRB, including two – from the western part of Małopolska. However, their dating is not certain.

4The burial ritual of the TRB in western Małopolska was characterized by the presence of 1-3 graves under the mounds, containing the remains of 1-2 people each. Therefore, we can conclude that in such tombs only the remains of some chosen individuals would be buried, and other individuals were buried near megalithic tombs, on separate flat cemeteries or in pits located in settlements.

5Megalithic tombs usually represented the oldest phase of using a particular site for burial. In the centuries and millennia that followed, graves of the TRB, the Corded Ware culture (CWC), the Early Bronze Age Mierzanowice culture and early medieval graves were dug into those constructions or in their vicinity. We can therefore suppose that there existed a tradition of burial places and a continuity in using cemeteries from the Neolithic to the Early Bronze Age. To verify this hypothesis we must understand the principles of organization of CWC and Mierzanowice culture cemeteries as well as the chronological considerations of the discussed phenomena.

6On the megalithic cemeteries of the TRB, CWC graves are located east of the tombs. They are not very numerous – from 1 to 5 burials. They are not concentrated in one place, but scattered in different parts of the eastern part of TRB tombs. We can also observe another regularity: Final Neolithic graves do not cause any destruction to the older graves. There are cases where grave niches are dug under the central megalithic burials or are dug directly in their vicinity.

7Most Middle Neolithic tombs are situated on tops of elevations, and it is in the vicinity of such tombs that CWC graves were found. The only TRB megalithic cemetery in western Małopolska where no Late Neolithic graves were discovered is the site in Słonowice, situated on the slope of a culmination and in the zone of a small river valley.

8The location of CWC graves near megalithic tombs resembles the situation documented on Final Neolithic barrows, built in the older phase of the CWC – in the first half of the 3rd millennium BC. They were circular constructions, several dozen meters in diameter and about 2 meters high. In the central part of a barrow, under the mound, there was the central burial, in a large pit, usually oriented on the W-E axis. Graves of the younger phase of the CWC were dug on the eastern, south-eastern, or – less frequently – southern side. Their orientation, therefore, was analogous to that of the location of graves of the younger CWC in relation to megalithic tombs. We could therefore suppose that the population of the CWC did not bury their dead only near those tombs to which it was closely generationally related, but it used all accessible elevations that could be seen on culminations of loess uplands. It cannot be confirmed whether it knowingly used burial sites of the TRB population, who had lived in that area a few hundred years before.

9This tendency to locate the CWC near megaliths does not seem to express the continuity of the tradition of using certain burial sites in the Middle and Final Neolithic, but it reflects a new, Final Neolithic, ideology. This lack of continuity is further confirmed by absolute chronology. For TRB graves, the obtained datings point to the middle of the 4th millennium BC. A good example of the chronological relationship between TRB and CWC features is tomb no. 2 in Malżyce. Datings obtained from bones of the burials show that about one thousand year must have passed between the time when the central tomb was constructed and the moment when the niche graves of the younger phase of the CWC were dug into the mound of that TRB feature. From the period between the Middle and the Final Neolithic, in the Late Neolithic, dominated by the Baden and Globular Amphorae cultures (ca. 3300-2800 BC), there are no known cases of megalithic tombs being used for burial.

10It might therefore be concluded that, in the case of megalithic tombs being used for secondary burials, two stages can be distinguished:
- In the first, the TRB population used some of the large trapezoid tombs regularly as cemeteries. Burials, sometimes quite numerous, were located on different sides of the megaliths. There is a possibility of direct ties linking the buried dead in the tombs and those buried in the vicinity of the tombs. In the area under discussion, there is one known case of such a sepulchral complex, and from other territories of the south-eastern group – there are several. That period can be dated to 3700-3300 BC;
- At the second stage, the population of the younger phase of the CWC treated mounds of megaliths as distinctive elevations, situated on the culminations of loess-covered hills and located their small cemeteries according to the principle it had followed while digging its graves into barrows of the older phase of that culture. That stage is dated to about 2800-2400 BC. That trend was continued in the case of the population of the Early Bronze Age Mierzanowice culture, which did not construct mounds, but used TRB tombs and barrows belonging to the older phase of the CWC that had previously been constructed.

Introduction

11Il existe dans le rituel funéraire de la culture des Gobelets en entonnoir (TRB) des éléments que l'on peut lier à la tradition mégalithique, tels que le concept de construction des tombes monumentales, bâties en pierre, bois et terre. C'est dans les groupes occidentaux et méridionaux du TRB, localisés en Scandinavie et dans la Plaine d'Europe Centrale, que ces constructions sont les plus nombreuses, les plus variées et les mieux connues. Cependant, le courant mégalithique est aussi présent dans d'autres groupes du TRB, notamment sur les sites du groupe sud-est (Jażdżewski 1936), situés sur les plateaux du sud-est de la Pologne et en Ukraine occidentale. Au cours des dernières années, ces territoires ont livré des constructions funéraires monumentales, réalisées en terre et en bois, plus rarement en pierre, datées entre 3700 et 3300 av. J.-C (pour une synthèse, voir : Libera & Tunia 2006). En général, ces tombes ne sont plus visibles en surface, car, suite à l'exploitation agricole de ces terres particulièrement fertiles, les vestiges de leurs parties excavées ont été complètement arasés. C'est la raison pour laquelle leur connaissance n’a progressé que grâce aux fouilles récentes, menées durant les vingt dernières années. La région des plateaux de Petite Pologne occidentale, située dans le bassin de la haute Vistule est l’une des régions où plusieurs structures mégalithiques de ce type ont été découvertes. À ce jour, on lui connaît huit sites ayant livré 18 tombes (fig. 1). La totalité de ces sites sont localisés sur des sols loessiques. Les tombes possèdent des formes, des dimensions et des détails architectoniques variés. Ils s'apparentent aussi bien aux monuments de Kujavie de la Plaine d'Europe Centrale (Chmielewski 1952, Midgley 1985, Rzepecki 2011), caractéristiques du groupe oriental de la TRB, qu'aux tumuli circulaires du groupe méridional de Baalberg (Fischer 1956: 48, 49, Preuß 1966: 34-42, Šmíd 2003). Le type dominant est une tombe allongée de forme trapézoïdale, définie par des petits fossés dans lesquels étaient verticalement plantés des poteaux d'env. 30 cm de diamètre, formant ainsi les parois de ces tombes. Les dimensions de ces structures variaient entre 15 et 110 m (fig. 2-3). Dans la littérature polonaise, ce type de la tombe porte le nom de megaxylon (mega - grand, xylos – bois ; Tunia 2006) ou « tombe de type Niedźwiedź » (Rzepecki 2011). La charpente en bois était parfois renforcée par des blocs calcaires. Le rôle important du bois dans la construction de ces tombes monumentales est lié à la pénurie des grands blocs de pierre dans les régions loessiques. Cependant, la majorité des fosses d'inhumation installées à l'intérieur de ces monuments est bâtie en pierre, le plus souvent en calcaire.

1. Localisation des tombes mégalithiques du TRB en Petite Pologne occidentale (Pologne méridionale)

1 – Karwin, site 43 ; 2 – Kolosy ; 3 – Malżyce, site 30, tumulus 1 ; 4 - Malżyce, site 30, tumulus 2 ; 5 - Malżyce, site 31 ; 6 – Niedźwiedź, site 1 ; 7 – Rudno Górne, site 8 ; 8 – Słonowice, site G ; 9 – Zagaje Stradowskie, site 1

Le site de Słonowice

12Des découvertes particulièrement importantes de tombes en terre et bois ont eu lieu sur le site de Słonowice, un village situé à environ cinquante kilomètres au Nord-Est de Cracovie (fig. 2). Il semble pertinent d'en présenter ici quelques détails. On y a mis au jour un temenos - ensemble sépulcral et cultuel, constitué d'une place cérémonielle et de sept tombes, dont le plus grand mesurait plus de cent mètres de long. L'ensemble était entouré d'un fossé de plus de dix mètres de largeur. Toutes les tombes étaient construites en bois et en terre et présentaient un plan en forme de trapèze.

2. Plan général du site de Słonowice, distr. de Kazimierza Wielka (d'après Tunia 2006)

2. Plan général du site de Słonowice, distr. de Kazimierza Wielka (d'après Tunia 2006)

13La grande place cérémonielle, dont la surface était supérieure à 1 hectare, se présente sous la forme d’un carré d'environ 100 m de côté. Orientée selon les axes cardinaux : Nord-Sud et Est-Ouest, elle était entourée d'une part d'une levée de terre circonscrite et d'autre part des fossés. Les fouilles dans sa partie centrale n'ont fait découvrir aucune trace de construction quelconque. La place devait donc servir à des cérémonies funéraires que nous ignorons à ce jour-ci.

3. Słonowice, distr. de Kazimierza Wielka. Reconstitution de la nécropole mégalithique du TRB (A) et des détails de construction de la tombe n° VI (B).

Réalisée par W. Święcicki, d'après les résultats des travaux de terrain de K. Tunia

14Les sept tombes mégalithiques sont implantées au sud de la place. Leurs axes longitudinaux suivent tous l'axe Est-Ouest. La tombe n° I – le plus grand parmi ceux découverts à Słonowice – jouxte directement la grande place, constituant ainsi sa limite sud. Il s’agit d'une importante structure en terre et bois, construite sur un plan trapézoïdal filiforme – l'extrémité plus large, qui mesurait 10 m de long, se trouvait dans la partie est, l'extrémité plus étroite, d'environ 3 m de long, était située à l'Ouest, la longueur totale du bâtiment était d'environ 110 m. Les parois étaient construites en forme de palissade en poutres de bois d'environ 30 cm de diamètre, plantées dans des fossés d'environ 50 cm de large et environ 1 m de profondeur. Des fossés s'étendaient à l'extérieur de la tombe parallèlement aux parois. Ils ont fourni le sédiment qui a servi à remplir l'intérieur du bâtiment par la formation d'un tertre localisé à l'intérieur de la palissade. Au Sud de la place se trouvaient les sept tombes mégalithiques ; il semble donc que les bâtisseurs de la tombe avaient remué la terre à l'aide d'un araire, pour pouvoir l'extraire et la transporter plus aisément. Au milieu de l'extrémité sur le côté est, plus large, se trouvait l'entrée de la tombe. À une dizaine de mètres à l'Ouest de cette entrée était située la chambre funéraire, de forme rectangulaire. Un peu au Sud de la tombe n° I se trouvait la tombe n° II. Elle aussi avait de larges fossés latéraux (allant jusqu'à 10 m) qui longeaient ses parois. Leur profondeur était légèrement supérieure à 3 m. La longueur du monument atteint environ 100 m. Son entrée était située au milieu de l'extrémité est. À plus de 10 mètres vers l'Ouest se trouvait une chambre funéraire de constitution assez complexe. Un riche mobilier y a été découvert : un grand récipient ainsi qu'un gobelet de grandes dimensions à anse de type ansa lunata, à l'intérieur duquel reposait un autre récipient (une louche) avec le même type d'anse. Une hache et un poignard en cuivre ont été découverts au centre de la tombe. Au sud de ce bâtiment, cinq structures similaires ont pu être mises au jour (tombes nos III - VII). Leurs orientations sont parallèles les unes par rapport aux autres. Bien qu'elles présentent un certain nombre de caractères communs, il n’existe pas deux tombes identiques. Les analogies concernent surtout les principes généraux de conception, comme par exemple le mode de construction des parois, mais les détails diffèrent. Seulement trois d'entre elles (nos I, II et VII) étaient accompagnées de fossés latéraux extérieurs ayant servi à extraire le sédiment qui formait leurs tertres. Les autres (nos III, IV, V et VI) possèdent probablement des espaces intérieurs vides. Les tombes diffèrent aussi par leurs dimensions. Celles qui étaient remplies de sédiment formant le tertre à l'intérieur de la palissade et qui possèdent des fossés latéraux sont aussi les plus grandes. Les autres se révèlent plus modestes – plus courts et plus étroits. La longueur des trois constructions les plus petites (nos III, IV et V) atteignait 30-40 m. Tous les monuments possèdent une forme plus ou moins trapézoïdale, avec une extrémité plus large située à l'Est. C'est aussi dans ces parties que se trouvent les chambres funéraires, distantes de quelques mètres des parois est, dans lesquelles étaient localisées les entrées des tombes. Ces entrées avaient la forme d'espaces vides dans les palissades, souvent avec un poteau au milieu. En principe, chacune de ces tombes monumentales était destinée à abriter un seul dépôt funéraire, exception faite pour la tombe no VI qui recelait trois sépultures. Trois fosses d'inhumation ont été mises au jour, alignées dans l'axe du monument (fig. 2). La tombe la plus à l’est a livré des restes d'un individu de sexe masculin, accompagné de mobilier en cuivre (un poignard et une hache) et quelques artefacts en silex. Plus vers l'Ouest se trouve l'inhumation d'une femme, plus loin encore - celle d'un enfant. Les chambres funéraires étaient bâties de différentes manières. Leurs points communs sont leurs formes rectangulaires ainsi que leurs orientations longitudinales selon un axe Est-Ouest. Certaines d'entre elles sont de simples fosses creusées dans le sol, peut-être avec des parois bardées de bois (nos III et IV). D'autres tombes possèdent un aménagement assez complexe de bois et de pierres. Les autres tombes à construction de bois et de pierres du groupe sud-est de la TRB sont bâties selon les mêmes principes que ceux du site de Słonowice.

Les autres types de tombes mégalithiques

15Un second type de monuments mégalithiques répertoriés dans la région est représenté par des tombes dont les parois ont été construites sous forme de muret en pierre sèche. L'unique et principale différence par rapport au type précédent est la présence d'un petit muret à la place de la palissade qui bordait le tertre funéraire à l'intérieur du monument. Il était constitué de petits blocs, aménagés sans utilisation de mortier. Le plus souvent il s'agit de calcaire, parfois de schiste. Parfois, on retrouve des fossés latéraux qui ont servi à extraire le sédiment nécessaire à l'aménagement du tertre. Il s'agit aussi de structures en forme de trapèze, orientés selon un axe Est-Ouest, avec une extrémité plus large du côté est. La chambre funéraire et l'entrée se trouvaient aussi dans la partie est, plus large, de la tombe.

16Les bâtiments de ce type sont relativement peu durables et après quelques dizaines voire quelques centaines d'années ils subissent une dégradation naturelle. Le bois ayant servi à la construction des parois pourrit, les murets s'écroulent, et le sédiment contenu au milieu glisse à l'intérieur des fossés emportant avec lui les blocs lithiques, ou est étalé et aplani par l'érosion. Il ne reste ainsi en surface aucune trace d'une structure jadis monumentale, ce qui explique pourquoi les vestiges de ces tombes sont restés si longtemps inconnus et pourquoi leur découverte est si difficile.

17Au cours des dernières années on a pu mettre au jour des tombes circulaires pourvues de tertres en terre - des tumuli. Une de ces structures a été découverte à Malżyce (Tunia & Włodarczak 2011). D’un diamètre d’environ 15 m, ce tumulus est similaire en taille aux monuments de la culture Cordée. Les datations 14C ont permis de le dater entre 3600-3400 BC (tableau 1) ; il serait donc contemporain des constructions trapézoïdales. Des tumuli circulaires recouvrant des tombes du TRB sont connus sur trois autres sites du groupe sud-est, dont deux situés en Petite Pologne occidentale (Kolosy et Zagaje Stradowskie). Cependant, la période de leur formation reste incertaine.

Tableau 1. Datations radiocarbones de sépultures du TRB découvertes sous les tertres en Petite Pologne occidentale

D'après Jarosz et. al. 2009, Tunia & Włodarczak 2011 et Włodarczak 2008

Site, no de sépulture

Matériel daté

No labo

BP

BC (1σ), OxCal v.3.10

(Bronk Ramsey 2005)

Kolosy, sépulture no 2

os humain de l'inhumation

Poz-9455

467035

3520-3370

Kolosy, sépulture no 3

os humain de l'inhumation

Poz-9456

479040

3640-3520

Malżyce, site 30, tombe no 1, sépulture no 1

charbon de bois (Quercus sp.)

Poz-34682

4750±40

3640-3380

Malżyce, site 30, tombe no 1, sépulture no 1

charbon de bois (Quercus sp.)

Poz-34736

470040

3630-3370

Malżyce, site 30, tombe no 2, sépulture no 1

os humain de l'inhumation

Poz-27989

470040

3630-3370

Malżyce, site 31, tombe no 1, sépulture no 1

os humain de l'inhumation

Poz-48428

476535

3641-3382

Organisation des sépultures autour des tombes monumentales

18Un des traits caractéristiques du rituel funéraire de la TRB en Petite Pologne occidentale est la présence, sous les tertres, de 1 à 3 sépultures, chacune contenant les restes osseux de 1-2 individus. Il apparaît donc que les structures mégalithiques servaient à ensevelir des personnages importants, jouissant d'un statut particulier au sein de la communauté. Les autres sépultures étaient situées soit dans le voisinage de ces tombes mégalithiques, dans des tombes plates, soit dans des fosses découvertes à l'intérieur des sites d'habitat.

19Les sépultures décrites ci-dessus constituent le plus souvent la phase la plus ancienne d'utilisation sépulcrale des sites. Dans un second temps, d’autres sépultures sont creusées dans le tertre et l’environnement immédiat du monument, peu de temps après leurs formations mais aussi durant les siècles et les millénaires suivants. Ainsi, les nécropoles mégalithiques ont livré des sépultures du TRB, du Cordé, du Mierzanowicien (Bronze ancien) ainsi que du Haut Moyen Âge. Les observations présentées ci-dessous concernent les phases du Néolithique moyen et final ainsi que l’âge du Bronze ancien.

20 Le site de Słonowice est le seul où des sépultures TRB ont été découvertes creusées à côté des tombes mégalithiques (fig. 2). Certaines entamaient aussi les fossés-palissades de ces derniers, ce qui témoigne du fait qu’elles ont été aménagées après la disparition des parois des mégaxylons. Les sépultures mises au jour à proximité des parois latérales des mégalithes avaient en général la forme d'une simple fosse non entourée de pierres, tandis que celles qui étaient creusées près des bases des monuments avaient d'habitude un aménagement en pierre et leurs axes longitudinaux étaient orientés soit parallèlement, soit perpendiculairement à celui du mégalithe. Sur certains sites du groupe sud-est, ces structures étaient construites de manière similaire à celles découvertes à l'intérieur des mégaxylons. L'organisation spatiale de la nécropole de Słonowice présente des similitudes avec les sites mégalithiques des environs de Sandomierz - Malice Kościelne (Bargieł & Florek 2006a) et Pawłów (Bargieł & Florek 2006b).

21Les nécropoles mégalithiques de la région de Cracovie se distinguent par la prédominance de tombes contenant une seule sépulture TRB et l'absence d'autres tombes de cette culture installées postérieurement dans le tertre du monument. Cependant, dans la majorité des cas, on y a découvert de petites nécropoles du Cordé (Néolithique final) et du Mierzanowicien (Bronze ancien). Cette situation permet de supposer l'existence d'une tradition de localisation des lieux funéraires et d'une continuité d'utilisation des nécropoles allant du Néolithique moyen jusqu'au Bronze ancien. Pour vérifier cette hypothèse, il est nécessaire de connaître les nécropoles du Cordé et du Mierzanowicien ainsi que la chronologie des phénomènes discutés.

Les sépultures du Cordé dans le voisinage des tombes mégalithiques

22Sur les nécropoles mégalithiques du TRB, les sépultures du Cordé se situent du côté est, donc près de la base des tombes. Leur nombre n'est pas important et varie entre 1 et 5 individus. Elles ne forment pas de concentrations bien distinctes, étant localisés dans différents endroits à l'est des tombes du TRB. On observe aussi une autre particularité : les sépultures du Néolithique final n'endommagent pas les sépultures plus anciennes. Il arrive que des hypogées soient creusées sous les sépultures principales des mégalithes ou dans leur voisinage le plus proche.

23La majorité des tombes du Néolithique moyen est située sur des points culminants des hauts plateaux. C'est précisément près de ces structures qu'on retrouve des tombes du Cordé (Kruk 1973: 62, 63, 107). La seule nécropole mégalithique TRB de la Petite Pologne occidentale qui n'a pas livré de sépultures du Néolithique final est celle du site de Słonowice, située en flanc de coteau et dans une zone proche du fond de vallée d'une petite rivière (Tunia 2006). C'est probablement en raison de sa localisation, hors du point culminant de cette forme de terrain, que ce site n'a pas été réutilisé plus tard par les communautés du Cordé.

24L'organisation spatiale des sépultures du Cordé creusées dans le voisinage des monuments mégalithiques du Néolithique moyen ressemble à celle observée dans les tumuli du Néolithique final. Ces derniers étaient érigés durant la phase ancienne du Cordé, pendant la première moitié du IIIe millénaire av. J.-C. Il s'agit de structures circulaires, dépassant une dizaine de mètres de diamètre et d'une hauteur d'environ 2 m (pour la Petite Pologne occidentale ; Włodarczak 2000). La sépulture principale se trouve dans la partie centrale du tumulus, sous la levée de terre, dans une grande fosse orientée en général selon l'axe Ouest-Est. Les sépultures de la phase plus récente du Cordé sont creusées dans partie est, sud-est, plus rarement sud, du tertre. La majorité d'entre elles sont des structures très caractéristiques à « niche », d'une conception typique du groupe de Cracovie-Sandomierz du Cordé (Włodarczak 2006). Elles sont constituées d'un puits rectangulaire ou circulaire, d'un couloir d'accès et d'une grande chambre funéraire, circulaire ou ovale, recelant 1 à 3 inhumations. Par leur conception, elles présentent des analogies les plus proches avec la région des steppes de la Mer Noire. On connaît à l'heure actuelle plus de 150 tombes « à niche » en Petite Pologne Occidentale. Ce type de structure constituait la majorité des sépultures durant la période entre 2600 et 2400 BC et n'apparaissait plus jamais dans des nécropoles datées ultérieurement (Włodarczak 2006, Jarosz & Włodarczak 2008). Dans le cas de sépultures du Cordé, plus que durant les périodes précédentes, on remarque une standardisation des rites funéraires, qui consistait notamment à observer strictement les principes de l'orientation du défunt, à souligner son sexe et à le doter d'un lot de mobilier adéquat. Elle se manifeste aussi par la localisation des tombes, aussi bien par rapport aux points cardinaux que par rapport aux autres sépultures du TRB et du Cordé (Włodarczak 2006: 48-63). On remarque que ces tombes partagent la même orientation au centre du tumulus que les sépultures du Cordé récent. On peut donc supposer que les communautés cordées ne déposaient pas leurs morts uniquement dans le voisinage des tombes auxquelles ils étaient liés par des liens générationnels proches, mais qu'elles utilisaient tout type de points culminant au-dessus des plateaux loessiques. Par contre, il est impossible de confirmer si les tombes du TRB, antérieures de quelques centaines d'années, étaient choisies sciemment.

25La tombe TRB no 1 du site de Malżyce est un cas à part, ressemblant tant par sa forme que ses dimensions aux tumuli du Cordé (fig. 4). Les sépultures de la phase récente du Cordé sont localisées dans son voisinage de manière similaire à celle observée dans les cas des tumuli cordés anciens. On voit donc que pour l'installation de leurs nécropoles, les communautés du Cordé récent préféraient surtout des tombes de forme circulaire. Sur certains sites de Petite Pologne, des tertres ayant cette forme ont été créés au-dessus des tombes trapézoïdes ; ils étaient l'œuvre soit des communautés du TRB, soit du Cordé.

4. Nécropole du Cordé et du Mierzanowicien dans le voisinage d'un tumulus circulaire du TRB

D'après Tunia & Włodarczak 2011

26La localisation des sépultures du Cordé à proximité des mégalithes ne semble donc pas être un signe de continuité d'une tradition d'utilisation de lieux funéraires au Néolithique moyen et final, mais reflète plutôt une nouvelle idéologie, spécifique au Néolithique final. Cette discontinuité est confirmée par la chronologie absolue, bien que jusqu'à présent les données demeurent toujours peu nombreuses (Jarosz et al. 2009, Kowalewska-Marszałek et al. 2006, Tunia & Włodarczak 2011, Włodarczak 2008b). Les sépultures du TRB livrent des dates indiquant la moitié du IVe millénaire BC. Le monument no 2 de Malżyce (fig. 5) est un bon exemple de relation chronologique entre les structures du TRB et celles du Cordé (Jarosz et al. 2009). Les dates obtenues à partir des ossements provenant des tombes témoignent d'un hiatus d'environ mille ans entre la création de la sépulture centrale et le creusement des hypogées du Cordé récent dans le tertre de la structure TRB (Jarosz et al. 2009: 209, tabl. 2). Ces datations trouvent d'ailleurs une confirmation dans d'autres résultats 14C obtenus pour ces cultures, provenant aussi bien du contexte funéraire que des habitats (tableau 1). La période entre le Néolithique moyen et final (Néolithique récent), dominée par le Baden et les Amphores Globulaires, n'a pas livré d'exemples d'utilisation des tombes mégalithiques à des fins funéraires. Cette période se situe entre 3300 et 2800 av. n. è.

5. Localisation des sépultures du Cordé et du Mierzanowicien par rapport à la tombe mégalithique du TRB en forme de trapèze, mal conservé, découvert sur le site n° 30 de Malżyce (tombe no 2)

D'après Jarosz et al. 2009

Conclusion

27Pour conclure, on peut donc subdiviser l'utilisation secondaire des tombes mégalithiques en deux étapes :
1. Durant la première période, les communautés TRB utilisent certains grands tertres des tombes trapézoïdales pour l'implantation de nécropoles. Les inhumations, parfois assez nombreuses, sont localisées en différents côtés des mégalithes. On ne peut exclure l'existence de liens entre les morts enfouis dans les tombes mégalithiques et ceux ajoutés plus tardivement autour d'eux. La région qui nous intéresse ici connaît une nécropole de ce type, à laquelle on ajoutera plusieurs exemples situés dans d'autres régions du groupe sud-est de la TRB. Leur datation peut être estimée entre 3700 et 3300 av. n. è.
2. Durant la seconde étape, les communautés du Cordé récent considèrent les tertres des mégalithes comme des points culminants, localisés sur les sommets des buttes loessiques. Elles y implantent leurs petites nécropoles selon les mêmes règles qui régissaient la réutilisation des tumuli de la phase ancienne de cette culture. Cette étape est datée entre environ 2800 et 2400 BC.

28Cette tendance se poursuit durant le Bronze ancien avec les communautés du Mierzanowicien qui n’érigent pas elles-mêmes de tumuli, mais réutilisent les tertres des tombes plus anciens de la TRB et du Cordé ancien. On ne peut rien dire sur une éventuelle conscience dans les esprits des communautés du Néolithique final et du Bronze ancien des mégalithes comme lieux funéraires plus anciens. Dans le cas du Mierzanowicien on a pu observer quelques cas d'endommagement de tombes anciennes par des sépultures creusées plus récemment. Or, en général, sur les nécropoles du même horizon chronologique, on remarque que la règle est plutôt de ne pas endommager les sépultures antérieures. Il est donc possible que, contrairement à la période du Cordé, les emplacements des tombes mégalithiques n'étaient plus lisibles au cours du Bronze ancien. Elles n’auraient donc été utilisées que par hasard. On peut aussi expliquer ce phénomène par des différences religieuses entre les communautés du Néolithique final et celles du Bronze ancien.

29(Traduit par Marcin Bednarz)

Haut de page

Bibliographie

Bargieł & Florek 2006a, BARGIEŁ B., FLOREK M., Cmentarzysko ludności kultury pucharów lejkowatych na stanowisku 1 w Malicach Kościelnych, pow. Opatów, in: Idea megalityczna w obrządku pogrzebowym kultury pucharów lejkowatych, Libera J., Tunia K. (Dir.), Lublin / Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN / Instytut Archeologii UMCS, 2006, p. 361-384.

Bargieł & Florek 2006b, BARGIEŁ B., FLOREK M., Cmentarzysko w Pawłowie, pow. Sandomierz na tle innych podobnych stanowisk kultury pucharów lejkowatych, in: Idea megalityczna w obrządku pogrzebowym kultury pucharów lejkowatych, Libera J., Tunia K. (Dir.), Lublin / Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN / Instytut Archeologii UMCS, 2006, p. 385-400.

Chmielewski 1952, CHMIELEWSKI W., Zagadnienie grobowców kujawskich w świetle ostatnich badań, Łódź, Wydawnictwo Muzeum Archeologicznego w Łodzi, 1952, 109 p.

Fischer 1956, FISCHER U., Die Gräber der Steinzeit im Saalegebiet, Berlin, Walter de Gruyter & Co., 1956, 327 p. (Vorgeschichtliche Forschungen; 15).

Jarosz & Włodarczak 2008, JAROSZ P., WŁODARCZAK P., Chronologia bezwzględna kultury ceramiki sznurowej, w Polsce południowo-wschodniej oraz na Ukrainie, Przegląd Archeologiczny, Wrocław, 55, 2008, p. 71-108.

Jarosz et al. 2009, JAROSZ P., TUNIA K., WŁODARCZAK P., Burial mound no. 2 in Malżyce, the district of Kazimierza Wielka, Sprawozdania Archeologiczne, Kraków, 61, 2009, p. 175-231.

Jażdżewski 1936, JAŻDŻEWSKI K., Kultura pucharów lejkowatych w Polsce Zachodniej i Środkowej, Poznań, Polskie Towarzystwo Prehistoryczne, 1936, 457 p.

Kowalewska-Marszałek et al. 2006, KOWALEWSKA-MARSZAŁEK H., H., ŻUK H., Kichary Nowe: „Megalityczne” konstrukcje grobowe w świetle badań archeologicznych i antropologicznych, in: Idea megalityczna w obrządku pogrzebowym kultury pucharów lejkowatych, Libera J., Tunia K. (Dir.), Lublin / Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN / Instytut Archeologii UMCS, 2006, p. 341-360.

Kruk 1973, KRUK J., Studia osadnicze nad neolitem wyżyn lessowych, Wrocław / Warszawa / Kraków / Gdańsk, Instytut Historii Kultury Materialnej PAN, 1973, 267 p.

Libera & Tunia 2006, LIBERA J., TUNIA K. Eds., Idea megalityczna w obrządku pogrzebowym kultury pucharów lejkowatych, Lublin / Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN / Instytut Archeologii UMCS, 2006, 438 p.

Midgley 1985, MIDGLEY M.S., The Origin and Function of the Earthen Long Barrows of Northern Europe, Oxford, Archaeopress, 1985, 330 p. (British archaeological Reports - International Series; 259).

Preuß 1966, PREUß J., Die Baalberger Gruppe in Mitteldeutschland, Berlin, VEB Beutscher Verlag der Wissenschaften, 1966, 253 p. (Veröffentlichungen des Landesmuseums für Vorgeschichte in Halle; 21).

Rzepecki 2011, RZEPECKI S., U źródeł megalityzmu w kulturze pucharów lejkowatych, Łódź, Instytut Archeologii Uniwersytetu Łódzkiego, 2011, 195 p.

Šmíd 2003, ŠMÍD M., Mohylová pohřebiště kultury nálevkovitých pohárů na Moravě, Brno, Ustav archeologické památkové péče Brno, 2003, 246 p. (Pravek. Supplementum ; 11).

Tunia 2006, TUNIA K., "Temenos" kultury pucharów lejkowatych w Słonowicach, pow. Kazimierza Wielka. Badania 1979-2002. Trzecie sprawozdanie, in: Idea megalityczna w obrządku pogrzebowym kultury pucharów lejkowatych, Libera J., Tunia K. (Dir.), Lublin / Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN / Instytut Archeologii UMCS, 2006, p. 335-340.

Tunia & Włodarczak 2011, TUNIA K., WŁODARCZAK P., Barrow of the Funnel Beaker Culture in Malżyce, Kazimierza Wielka district, Sprawozdania Archeologiczne, Kraków, 63, 2011, p. 203-219.

Włodarczak 2000, WŁODARCZAK P., Corded Ware culture barrows in the western Little Poland, in: Im Wandel der Zeiten/A Turning of Ages. Jubilee book dedicated to Professor Jan Machnik on his 70th anniversary, Kadrow S. (Dir.), Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN, 2000, p. 481-506.

Włodarczak 2006, WŁODARCZAK P., Kultura ceramiki sznurowej na Wyżynie Małopolskiej, Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii PAN, 2006, 346 p.

Włodarczak 2008, WŁODARCZAK P., Absolute chronology of the barrow in Kolosy, Sprawozdania Archeologiczne, Kraków, 60, 2008, p. 151-168.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 2. Plan général du site de Słonowice, distr. de Kazimierza Wielka (d'après Tunia 2006)
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1095/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Krzysztof Tunia et Piotr Włodarczak, « Organisation spatiale des sépultures autour des tombeaux monumentaux du TRB dans le bassin de la haute Vistule (Néolithique récent – âge du Bronze ancien) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], Colloque | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/1095

Haut de page

Auteurs

Krzysztof Tunia

Ośrodek Archeologii Gór i Wyżyn IAE PAN, ul. Sławkowska 17, 31-016, Kraków (Poland) — ktunia@gmail.com

Piotr Włodarczak

Ośrodek Archeologii Gór i Wyżyn IAE PAN, ul. Sławkowska 17, 31-016, Kraków (Poland) — wlodarczak.piotr@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page