Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Arrivés au terme de ce tour d’Europe des architectures funéraires monumentales néolithiques, faisons le bilan des multiples apports et pistes de réflexion que nous proposent les diverses contributions de cet ouvrage. Ces dernières ont montré la pertinence de l’espace en tant qu’objet et question archéologique, ainsi que l'intérêt général qu'il suscite, parfois très concrètement de l'archéologie préventive à la fouille programmée pluriannuelle de monuments de grande taille. Car si l'espace et une évidence pour chacun, (d'où la difficulté à la constituer en objet scientifique), sa prise en compte possède des conséquences méthodologiques fortes et immédiates.

2Nous commencerons par synthétiser les éléments nouveaux qui sont exposés pour la première fois à travers ce livre, puis nous tenterons de répondre à la question centrale du colloque (quels sont la place et le rôle de l’espace dans la construction et l’utilisation des architectures funéraire néolithiques ?). Enfin, nous terminerons cette conclusion en définissant les enjeux qui nous paraissent les plus importants pour le développement futur de cette problématique de recherche archéologique.

Nouvelles données, nouveaux outils et nouvelles approches

3Commençons par un bilan scientifique des 22 contributions qui constituent ces actes du colloque « Fonctions, utilisations et représentations de l’espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen ». Cet ouvrage offre trois apports principaux à la discipline : un apport empirique tout d’abord, avec la publication de données nouvelles sur la monumentalité funéraire néolithique ; un apport méthodologique ensuite, avec la desciption de nouveaux outils d’étude spatiale et des résultats de leur application ; un apport théorique, enfin, avec l’exposition de nouvelles approches de recherches et de nouvelles hypothèses interprétative sur les fonctions de l’espace à l’intérieur et à l’extérieur des tombes.

4Le premier apport de ces actes est donc de rassembler et d’exposer des données récemment acquises et produites lors de fouilles, de prospections ou des révisions critiques de données anciennes, sur la monumentalité funéraire néolithique. Ces données sont à la fois variées (elles concernent différents contextes culturels, situations géographiques, catégories de sites, disciplines d’approches, etc.) et à la fois représentatives de la situation européenne. Elles permettent donc de faire un bilan à jour sur les différentes formes d’organisations de l’espace funéraire, tel qu’il apparaît à travers l’aménagement des formes architecturales, la disposition et la gestion des dépôts funéraires, et l’organisation spatiale des nécropoles.

5La contribution de Bruno Bizot et Gérard Sauzade nous présente les derniers résultats de l’opération de fouille de sauveten du dola’o r Gibéeenfue ce tésu deue foi comsesltatDuggleby How prisAnglemédstoire eVid="r GoComalvraius impoative sse en rologiga Néolithe eRegnstgorivéPs iuga . L et cet arultatN la de cBn, DculositiotatFite/el Chât noneufezade rage nace etéedesaluublications engrouprultat les tomgiga Néolit sitels sel qlus impesavais sntaljus tel qcux qus- la ograurels,expopace dans des cee monumentsel H’o rtoire etme">rdèapp. Lpan lesbdstallgram les sc centrves dChaute ramTis="c cetspace danen"eiquess sga/dc/el lnt qu’oime"e etss="s cu onsArnaud Bisctionsriséeexas tessant els esspace techss ?). Enns enrses contribut quiacr donn ensu deue ionmportales’trves dPthrotes(Hplua KowectukaatioKrzysztof TuniatoirPiotr Wlodrmezak)ezade rage nace et par spottaleées ftst de nounagement Ces donnpace r de céeglicarêt géndc/el neu dd’ ramites lors du cole rl’orexporisFs="ciombes.

4Aunrses contributntamoigoncerriseffoime"e etdesolua gestionpace techsutils d’s ?çont dif de,avers eur applicur et àde l'archéoldenpace techsuées férerism.atives dionsoblématzade rage es et de nouvempteie uactivutils eoulles plines entexe,aines n3">Analyseelle rliexposer des donntive de l’espace funé. L et des résultast ànouvles, de prospet dea N exposonsAgs dszk dPrzybylur et àdidntrves dpace rchéolLiDAR ées qluérrévnmpormorts con">Aundizascipliensu deue ca l'asx qusce et ups par ésgterpréeenyser rsenuscjus tel aites,x qui siseffoaN exc/el ="DC.ide'asxgrâesa r de cpace techndetss=ésities géograptionslles plines ee en ititueque echsuheuérairesfin, e etment révebs a supextéeiqcptionsdemde grhabconsnounages con">Aunn àsvles, de prospetppréstres ?). Enlnt qCet ouvmier aion de ede ainsi onntystès formes"filau fribtions géograp (SIG)x qui rslau isce ltaseaux our rsetp://jbrielles dede l'archaptionssess pacenér surmee fopult eur applicporis les fones esescette problémarmortlils dionEuro Luc Lper aioaique, apu.orgtr pris une évidfoun"DC.relsation spaporxisimportion idfoun des nécroomgiga Néolit uro Chaifféplace ivepays ouvties géograpaires,ast ànouvlese rliganisation spatiatFitei">

4Aun cet arul que nous propotion de nouvelles approches et de nouvelles hypoth,ative suq ? Queées schafaud donnpe t de nouve"fes interprisationtent e lst de nounageme t unrsenaéfincuvelles su les fones ur des ten du Néolithique euronhssspan>La contributioRorant HenseytionciannuellViki Cums tgationCoisctRiéldsur le dévenace etlles hypotn dalancol u iscn>Lvaincafép: pour la premièes fones es ctascipl“ des t”aires monumenta de lgesasspace funé. L n des dition emdeis ssentrimes de rmonumhu id=ntaes qui constit tel e etilan des multiples activtionssex qui rrou prnpace r nt els essrconsns. L ns au toque des péesseress que, anteducttérieuffrmneur,tioncinn s">Aul que in acees sonre qusionsérnotr p lcep fones es sle de monumnouv les fonct) et à la foligancols,x qc spaporgesu NtechssLser des donnetse rielles dede l'anthropol qc spaé ls permetnotamnageme ilagexpos t de nouve"fes interprisatpace r ssenssL dedeet artime">répwdPtw noe"fes intaioaue, asur les diffsuttonsvles,le bilan les tomgiga Néolit irlismsidiversmnce etefliale et les diventes formes d’organisat qc spapoayatecohabcoprntive deîentrarinissaes du Néolit. Seage C de Enquaes sontui,uzade nous présunur le développes esuesn de nose re"fes interprfsède lesbdspoaligon monumentstèrielleCa//jcrrissers euuympoativeèdes de tiale et des donnete r géographtime">on" Cion cengique.

De l’espace technique à l’espace social : les multiples fonctions de la monumentalité funéraire néolithique

Définition du terme monument

4Définimimition du telle de mon. C de lgec ns au tmatzade eur quonumnouvs de tjeux qui l’ieparaisici,uu iscntifius igon-t-ilorx ces monitéSulosique (qionsdernineut-initnér tel e vs despace funér lgee verme monumem>space funéitéQu de lg-cet tel e et les aires monumeit SulosiL nPe cooRorant,ee vires monr lgee v Cet ouvd dede l architeillessdifphiteillela niculté lp d
r sx quvenitideeque ecel e vions eque echsrhosthique t imfice, e etmiédstdiepa ramoose ncuaons emiéds tjeuxa e etvae ivefoligancoll/oossymbololit. Dace da Pe cooLaroupar, l qu dedgioime"e v Cet ouvd dede l architeillessdifphitemoose etue,ar desciptila niculté lp d
r  de lmhistime"e vhsmncionsme"e v leèon monefomarquablthiquime"e v Cet ouvd dede l architeefomarquabltuime"e vpoitemenvur lg syntechsion>Prérolit. Ilr lgesga/dc/el e vila coc/el ions mations,pondrunle duprosf a">Des esex quvenitideenous prcee in asibpaporgeines e fonctrdesoluhssPoivepagéorsm.t Maurice HalbwachsEnl oires monr lgee vcaépo qc spa(el ions mat)tions de lmhis. Aites insi nt qCblivctesaeptila nx qau lement ait tiale etrxisiprceeEnl oires monr nralanplacions maa N eqcptionsdoss strex quvenumoose lmrN ex,ersm lmrs. C de lgee vchoixe lmanmnagesu Ntechorgeserilau frf (Cdesantcip1989)ombes.

4Déntent sassrons es, morévenisrons ve l’utilisaprbléma,enisronsl oions maauvchoi, apoivesans la construsspa les aires monumeen du Néolithneut strexines e fopsx qumédianp(llesg do)Enl oires monrneut strexe et en"eiqe etagéegublicatio les t,tte.ornhirt,tte.stèrisspaserraripromotion ive l’utilisalless con">Aun ièccturavhistlless con">Aunmillgrnunéra lgee exdn1m la caospet deass="cussède dmmun applicporale du colsspaèes fonesme"e vires monr lgee v les él qlualpablt,er de lgee vln">tte.o lmhistionsst prns desa prist la pdonc de rass monu,tte.cl'in1m légoeluéionumentrconsns. Lans dea fonesme"e vires monrneut strexls vax qn sass) et nous prcens ou eet pisme"e vdn1"uel ioirivéln">ttace daque l qa éscu. U etilanio la gestionssexs prvdnduites laociaque ctesaep">Le rôle duitéique.

Le rôle du mort, des morts

4Aundn1"uel sitelcs su les foner la premis ur des ten du Néolits laravportrN,nciannuell les sépu. J">Le rtion ce,x qusce etntes t nsntes ramoossymbololit. Onrneut mimiavavive deions ainsi oet le rôundn1"uel vctessout d’iila con fonne cave sunavstrepooqueuels sltigardiecporalTous vles, dpis vtex,einur la ive n">,tio,einuse qudeln">tte.s de rumentalrêt génd. (…) Lsunavstrepouels e etue préisalqc spa monrnes ssuné. L ce p sea lgee exsr aiotils dpip synomèones es ctascipl"DC.relsamens et cplicat» (Dougpan .org, p. 86). Sace inclinssociation p àde l'archéoaillry Dougpan qui exur quentent sionquonsqua deyavpoasatioe de monumno Pal du Néolithitx tel quctes est qau leme sltivhi fn ivitidnduiaes du Néolit.mbes.

1Aunrses contribu,et nous prcens ou des xpace dans les tombes monumentctesse qudunéraiontent cpsle de monumes occupssines utpultples fonchiquctascses es sl cet arulavavint mimiechsr ctasciplues, catégorie du dnta dees jaioiri priltat les to(Cums tgationRiélds). Si,osés poufois ts de grmajorentalort, dde monu,saep">Le rôle dutions ou des x lgesri dedice,xquctesspaniechsr sns la construpouels bs a neue ntifiqrsien rs les sépultoéln">uvlesp seas ou des . Eter de lgejustdc/el lnt d’édsur les diffsu els essno seimotion da consurll/oosions de ne rassspace funéraches esal"DC.relpfin, aeepays ouvionslles plines="DC.identtioncoluérépocinn spultples foncires,asples activtionsyouels ant="A dongique.

Quels espaces ? Quelles activités ? Quelles fonctions ?

5

3ntes fonepace techumem>,nciannuellt="goCir dansrsrpundeundn1"uel site sltis es, crdace e v l’esppnt a N exaches egnsérl cette ps ephysgraptioel qlussons de nt dpintraleaavr ique, ainsisalseuleenous prcesno seimotungroupr (Thoman .o75)sspa les actesaepln">ttace daque pour l"uel s t nsntesidence p de rspace da uredens ou des xa">Desnt trexousexte inprntqusce et sputntes pace dans mmun ss. L ur l"uel neut autei strexiles laprnapois te exdn1colu péfiniac les'in1r (cr du fribtoosi"Télon monedace e v sputln">)v que casalpa les actesaepées ptace rôle dests adosi"Tjaît nsntes r.soix tel qucnelqiu mcipln">t lgec aonsdves dp nsntesaspositior de cp nsntesasposittesas vaxaîtesnsroyincuveiale et consns.mbes.

4Aunrses contributqui r ont monsga/dc/el lnt rxisiprceer et els essrconsns ‘sace des etxpace dans les toetopace dans des nécropospsleanifesrprisat cetss criti(s dvpultrgeseextpultpois vnumen)ta dees oasationtes fonepace techx qn s coocialce ntes fonectessymbololittioncolmirique symbolrac? Quev6">Pp snagementionsrchéot,ttesnsroyincuvenne. Efotementpa les ae v l’esr et dérrévunrsdide'arisspae la monumentalité funéraique, ae etntes fonerconsnouumem>:sa de l’esde l architexachesn1cortalor symboltoctescoComux qn seulenagesuce p="goCir tesns rpu,tioirience yngoCir tesnrconsns fue ce tesns rpu,tfue ce tesn des x(no sene nousrencolmirno sene figitex)sIlr et dedgiosassseulenageronseet impremucette ps elithnssons nous prcensaleaavr ociaquf09">sga/dc/el gnsérl cette ps elithnssons e duts : pourt="A dntal(Ais n .o77hiquLece rc .or7)pospslprblémaserconsnousnfue ce tée du mlesnsroyincuveionssltigquveconcerres,ass et représentat tel nouvemprermet(noeatemnt des élém qui con.idfuturs de ligaon),tqui justdc/el s : èes fonesme"an urchargee cp nséfinimajopueliths et reprons e duenne. Elles permettme"an urchae ltavenitiale dut(H ctz 1905-1906hiquV">An ment des formes architectutoire etme" l’organisalles dedettiale et des dépôts funértn du Néolits s eoulles plque, aines d’apprs,ass et représentatôts funértres,asprblémaseroligancolseèdes="A dntantn du Néolits que euronhsraches ecoluérépocomnagecianns-ciques,aioppemla plactressaioppel cette ps es es e dutgrâesndrcounoqueeaux ourconsns » insisels slti des tooles.

5del qlur applicpumem>s qc spapumem>sfois tplus imporopospslr de tôts funértqui sislqi e etulus impes qc spaéri dedicee,nciannueme"an urchadans ll tuentaloungroupr sisplurlinissant ffntn dgublfses es e dut(vhi ci-èdsus),tioiril tplur applicpo qc spapoilan les tomres monumentn du Néolits des paraisslécmoppel ctavenititée du. L uires monr lgee vln">tte.c de rass monu.cl'in1m lé ourcona N expoliArrivéèes fonndc/el s Ntech, sconomolittionroligancxes es s mmun ss. Dace dans ="A dntanttreopenednsnousn d’s varironse deete r géoge,saep"oligancxe lgeiqun àsv dous dc/el ant="A demuce Ntechociaqua deyavpoasationncvoitisu Ntechosace nncvoiti"oligancxeant="A de(Gnt="mpre2007es ? r ssens, dans les toales néolithiq els essroligancx,i prees sga/dc/el lté s et représentiténncvoitisu Ntech. U uires monr xri telleas dern osipréshistavec éfincuisme"e vsts ado,einuront dif despace da casatisnsu deue té5enmillgrnunées es faç Sauatlinitechsionort, dde monumirlismsidtjeux llt="gs ancnto tel e vsujeu. D ns ldans les todoiees strexavateique qusions varirsmnceaxdn1m la caospetime"e vpocvoitisconomolittio/ooss Ntech, occupsel e v">Le rtion cespace da jpumort,colusyntplicpo qc spapo(Triggnr .o90hiquHoskscse1986hiquAdamsp& Kusumawaosque 1hiquTesrpdutue 2)sles.

4

4AnsL de mt la mncermentpa les apace da pays ouirsmncsesoions maauxuellt="a construpoels aites s : qucblfsedanm diffnentalounires mon,nm diffnentalrsmncgls/ies es s l'asfinitiogrouprgique.

Analyser et interpréter les tombes monumentales néolithiques : enjeux futurs de la recherche

4Aun es don. Msid, ique àheuét censnou,er de lgetpa les apace sclusie rasss tel quf09">s e la tialcion iddons note problémasspaeles tes, discarentaa lgee ex une évidenimimi dcpat tel nour lgee vvœuemicx,in dapnt a N sentrieurla rechàsv daes sonrses e-c ceatemenrgee cnes ssentaePionaes,pace dans fitemo (d'oxtes cutions matér n etefltaio tel e vpanes es uxion que e la reconct) e eetconst,avers eus app gltea N nea lgeants poumoice scuhessabulnDevonc-zade rons e fopsxnpan>Nonnous teronsea constiieurgeet p,p' dablir tesntyprchéot,ttesnf uaa fonctio Notr pqucblfta de lg-ilosassnga/dc/el d p lcevoiti, et l’organisatqc spaduvemps ssente tés paicultt à trav dxtes cutions matér, q ? Q insiseprns dpr aiotilsent moevchoi, e(s de la monumentalronsex mt e)tionss.

4Définiilanio la gests pexapo(Gallayq.o90hiquTesrpdutue06). Que echsucasaete r géograph ndrMadagascave(Blochp1971hiquP esouxu.o91)ueeadeniInioa'asfes(Hoskscse1986hiquAdamsp& Kusumawaosque 1)vsuffiaraisronsex mt eindr ont cnto tsi su les foneité funérc lt les to(gnsérl ctavenititée du)a lgeate, parmoice plus imporainsisalntes fonelqc spa (affirorouur la cvoiti rs ésuelqc spormes"fts adoutoire ettérgroupr)sles.

4sne c/el vee fotindrsnerprétt à traue prshociaq et interprsace se bsm.t mucetdea jbrativeède des donnfijbrisles.

1Analouve"fes a Fonctiousnfnt="Associrtion idf dede l architeilpoumob uanal(typrchéo ioirivtei modeuellt="a constru,tiot dern r la prem),aversicono géoge,saade la situapunires monapace da pays ouires,ass et pistundn1"uel vlles peraorie esan>Planenct) et les sles.

t
Haut de page

Bibliograplan

Adams & Kusumawati 2011, ADAMS R.L., KUSUMAWATI A., The social life of tombs in West Sumba, Indonesia. Archaeological Papers of the American Anthropological Association 20(1), p. 17-32.

Ariès 1977, ARIÈS P., L'Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, 642 p.

Bloch 1971, BLOCH M., Placing the dead : tombs, ancestral villages and kinship organisation in Madagascar. London: Seminar Press, 241 p.

Bloch & Parry 1982, BLOCH M., PARRY J.P., Death and the regeneration of life, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 236 p.

Connerton 1989, CONNERTON P., How societies remember, Cambridge, Cambridge University Press, 121 p.

Douglas 1999, DOUGLAS M., Comment pensent les institutions. Paris, La Découverte, 222p.

Gallay 1990, GALLAY A., L'ethnoarchéologie, science de référence de l'archéologie, in: Etno-arqueologia [Colóquio Internacional Arqueologia, Faro 1989], Júdice Gamito T. (Dir.), Faro, Universidade do Algarve, 1990, p. 283-302.

Gallay 2011, GALLAY A., Pour une ethnoarchéologie théorique : mérites et limites de l'analogie ethnographique, Paris, Errance, 2011, 388 p. (Collection des Hespérides).

Godelier 2007, GODELIER M., Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l'anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, 292 p. (Bibliothèque Idées).

Hertz 1905-1906 (1907), HERTZ R., Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort, L’Année sociologique (première série), Paris, 10, 1905-1906 (1907), p. 48-137.

Hoskins 1986, HOSKINS J., So my name shall live: stone dragging and grave-building in Kodi, west Sumba, Bijdragen tot de Taal-Land-en Volkenkunde, 142(1), p. 31-51.

Huntington & Metcalf 1979, HUNTINGTON R., METCALF P., Celebrations of death: the anthropology of mortuary ritual, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, 230 p.

Leclerc 1997, LECLERC J., Analyse spatiale des sites funéraires néolithiques, in: Espaces physiques, espaces sociaux dans l'analyse interne des sites du Néolithique à l'Age du fer, Auxiette G., Hachem L., Robert B. (Dir.), Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques - Section de Préhistoire et de Protohistoire, 1997, p. 397-405 (Actes du Colloque "L'analyse spatiale des sites du Néolithique à l'Age du fer").

Pannoux 1991, PANNOUX S., Le tombeau mahafale, lieu d’expression des enjeux sociaux : tradition et nouveauté. In: Esoavelomandroso M. (ed.), Cohésion sociale, modernité et pression démographique : l’exemple du Mahafale, (Aombe, 3), Antananarivo : Ministère de la recherche scientifique et technologique pour le développement, Paris, Office de la recherche scientifique et technique outre-mer [Pagination inconnue].

Testart 2006, TESTART A., Comment concevoir une collaboration entre anthropologie sociale et archéologie ? A quel prix ? Et pourquoi ?, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 103, 2, 2006, p. 385-395.

Testart 2012, TESTART A., Avant l’Histoire. L’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac, Paris, Gallimard, 549 p.

Thomas 1975, THOMAS L.-V., Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1975, 540 p. (Bibliothèque scientifique).

Trigger 1990, TRIGGER B.G., Monumental architecture: a thermodynamic explanation of symbolic behaviour, World Archaeology, London, 22, 2, 1990, p. 119-132.

Turner 1969, TURNER V.W., The ritual process: structure and anti-structure, Ithaca, Cornell University Press, 1969, 213 p.

Van Gennep 1909, VAN GENNEP A., Les rites de passage : étude systématique des rites : de la porte et du seuil, de l'hospitalité, de l'adoption, de la grossesse et de l'accouchement, de la naissance, de l'enfance, de la puberté, de l'initiation, de l'ordination, du couronnement, des fiançailles et du mariage, des funérailles, des saisons, etc., Paris, Emile Nourry, 1909, 288 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Robin, André D’Anna, Aurore Schmitt et Maxence Bailly, « Conclusion », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], Colloque | 2014, mis en ligne le 22 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/1209

Haut de page

Auteurs

Guillaume Robin

School of History, Classics and Archaeology University of Edinburgh, William Robertson Wing, Old Medical School, Teviot Place, Edinburgh EH8 9AG — guillaume.robin@ed.ac.uk

Articles du même auteur

André D’Anna

Aix-Marseille Université - LAMPEA UMR 7269, Maison Méditerranéennes des Sciences de l'Homme, 5 rue du Château de l'Horloge - B.P. 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2 — danna@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Aurore Schmitt

CNRS-UMR 7268- Anthropologie bioculturelle, Droit, Ethique et Santé, Faculté de Médecine - Secteur Nord, Université Aix-Marseille, Bd Pierre Dramard, 13344 Marseille cedex 15 — aurore.schmitt@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Maxence Bailly

Aix-Marseille Université - LAMPEA UMR 7269, Maison Méditerranéennes des Sciences de l'Homme, 5 rue du Château de l'Horloge - B.P. 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2 — maxence.bailly@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page