Navigation – Plan du site
Première Partie

La défunte aux entraves

L’inhumation d’une esclave de la fin de l’âge du Fer
Sandrine Duval
p. 19-27

Résumés

Une sépulture d’esclave, datée entre le début du IIe s. av. J.-C. et le changement d’ère, a été mise au jour dans un vallon de garrigue, sur la commune de Martigues (Bouches-du-Rhône). Cette inhumation isolée illustre un contexte funéraire singulier, lié au caractère intrinsèque de l’objet sépulcral associé : si les entraves portées par l’individu de son vivant signifiaient un bannissement social, elles témoignent cependant du statut de cette défunte au sein de la collectivité. Cette sépulture permet d’autre part d’aborder la question du sort de la population captive face à la mort, le rapport au corps réservé aux esclaves.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si nombre d’objets sépulcraux rendent compte de l’univers quotidien ou du statut de certains individus privilégiés, beaucoup plus rares sont les artefacts qui accompagnent la dépouille de personnes considérées en marge de la société, comme les prisonniers, les esclaves ou les indigents. Une découverte récente sur la commune de Martigues nous livre un exemple de ce type, pour la période de la fin de l’âge du Fer. Deux points importants signent son caractère particulier : il s’agit d’une inhumation isolée, hors de tout contexte de nécropole, et les deux lourdes entraves qui enserraient encore les chevilles de l’individu marquent clairement son statut.

L’environnement naturel et historique du Vallon du Fou

2Cette sépulture a été découverte lors d’un diagnostic d’archéologie préventive mené en juin 2004, touchant l’ensemble d’un vallon nommé le Vallon du Fou. Situé au sud-ouest de la ville de Martigues (Bouches-du-Rhône), le Vallon du Fou serpente dans le relief de l’extrémité nord-occidentale de la chaîne de la Nerthe (fig. 1). Il débouche au sud sur la plaine Saint-Martin et le bassin agricole de Saint-Pierre-les-Martigues. Ce massif de garrigue est bordé de quelques barres rocheuses escarpées et de lignes de crêtes, qui culminent à 136 m d’altitude sur la cime du Mourre du Bœuf.

1 - Situation géographique du Vallon du Fou, à l’extrémité occidentale de la chaîne de la Nerthe (A) et indication topographique des principaux sites archéologiques environnants (B)

1 - Situation géographique du Vallon du Fou, à l’extrémité occidentale de la chaîne de la Nerthe (A) et indication topographique des principaux sites archéologiques environnants (B)

1 - inhumation d’esclave ; 2 - carrière d’argile du Ier s. av. J.-C. ; 3 – carrières ; 4 - agglomération de Saint-Pierre-les-Martigues (550 av. J.-C. à 50 ap. J.-C.) ; 5 - nécropole à incinération de La Gatasse (20-10 av. J.-C. à 20-30 ap. J.-C.) ; 6 - port romain des Laurons (Ier-IVe s. ap. J.-C.) ; 7 - édifice et bassins du haut-empire ; 8 - habitat gaulois du Mourre du Boeuf (VIe s. av. J.-C.) ; 9 - « installation » du VIe s. av. J.-C. ; 10 - abri dit du Ball-trap (VIe-Ve s av. J-C.) ; 11 - grotte du Mourre du Bœuf ; 12 - abri sous roche

3La sépulture isolée du Vallon du Fou prend place dans un territoire rural densément occupé durant l’Antiquité. De nombreux sites archéologiques (habitats, carrières, port et villa antiques) sont attestés dans un cercle de 700 m à 3 km autour de la tombe. Nous reviendrons sur le rayonnement potentiel de ces installations humaines, en particulier pour aborder l’hypothèse du lien éventuel de cet individu avec l’exploitation du territoire environnant.

Le contexte funéraire

4La tombe se trouve encaissée dans une courbe du fond de vallon (fig. 2 et 3), au pied du coteau méridional, presque immédiatement à l’aplomb d’une barre rocheuse d’une part, et probablement en bordure d’une sente de liaison avec la plaine environnante d’autre part.

5Le sondage réalisé à la pelle mécanique dans ce coude du terrain a directement atteint la sépulture, enfouie à moins de 20 cm de profondeur, dans une sédimentation locale de faible puissance. Le squelette jambier fut ainsi abîmé au moment de sa découverte. Deux anneaux étaient associés aux membres inférieurs sans que l’on ait pu les observer strictement en place.

2 - Vue vers l’est du Vallon du Fou et localisation de la sépulture

2 - Vue vers l’est du Vallon du Fou et localisation de la sépulture

3 - Topographie du Vallon du Fou et localisation de la sépulture

3 - Topographie du Vallon du Fou et localisation de la sépulture

La sépulture

  • 1  Pour les méthodes de l’anthropologie de terrain ainsi que l’examen anthropologique détaillé du squ (...)

6Primaire et individuelle, l’inhumation se caractérise par son aspect sommaire. L’aménagement se résume à une fosse oblongue creusée dans un sédiment argileux, jusqu’à atteindre localement le niveau de gravillons sous-jacent (fig. 4). Son profil légèrement évasé dessine une alvéole longue de 2 m, large de 80 cm, et profonde de seulement 20 cm. Le corps est placé à même le sol, en pleine terre. Son recouvrement semble immédiat et direct. L’état des connexions anatomiques ainsi que l’absence de migration de pièces osseuses indiquent en effet une décomposition du cadavre en espace colmaté1.

4 – Plan et coupe stratigraphique du terrain

4 – Plan et coupe stratigraphique du terrain

7Seul fait manifestement intentionnel, le comblement de la fosse sépulcrale était particulièrement riche en charbons de bois et en nodules de terre faiblement rubéfiés. Pour autant, l’épisode funéraire n’a pas marqué la pédologie du sol alentour, exempt de tout charbon. Enfin, bien que ce type de matériau soit disponible aux abords, aucune pierre ou dalle n’est posée en couverture, ni dressée en surface pour signaler l’emplacement de la tombe. Toutefois, l’absence de couverture ou de sol conservé pourrait résulter d’une érosion du niveau.

La défunte

8À l’intérieur de la fosse, le corps a été placé en décubitus dorsal, le bras droit parallèle au rachis, le bras gauche en revanche légèrement fléchi et la main gauche posée sur le coxal (fig. 5). Le crâne repose sur la face interne de l’épaule droite, une posture qui ne montre aucune raideur cadavérique au moment du dépôt du corps. L’examen anthropologique conclut à l’identification d’une femme âgée entre 30 et 40 ans. L’altération des ossements ne permet pas de déterminer l’état sanitaire de la défunte (fig. 6). Pourtant, en raison de son statut social, des circonstances particulières pourraient être présumées pour son décès, comme la conséquence d’un hypothétique épuisement à la tâche, d’un accident ou d’une simple mort « naturelle » ?

9Selon les résultats des analyses 14C portées sur trois prélèvements d’os et charbons, cette inhumation pourrait être datée entre le début du IIe s. av. J.-C. et le changement d’ère.

5 – L’inhumation, vue vers l’ouest

5 – L’inhumation, vue vers l’ouest

6 – Fiche de conservation du squelette (S. Tzortzis)

6 – Fiche de conservation du squelette (S. Tzortzis)

Les entraves, désignation du statut du défunt

  • 2  Si l’une des entraves porte l’entaille en biseau, profonde de 4 mm, d’un probable coup de burin, c (...)

10Cette femme a été inhumée sans autre attribut que ses entraves, conservées jusque dans la tombe en raison même de leur caractère définitif. En effet, il s’agit de deux anneaux constitués de tiges cintrées en fer dont les extrémités sont solidarisées à chaud par rivetage sur la cheville de l’individu (fig. 7 et 8). Seule une découpe au burin peut libérer l’individu2.

7 – Les entraves du Vallon du Fou

7 – Les entraves du Vallon du Fou

8 - Entraves rivetées

8 - Entraves rivetées

a et b : paire d’entraves du Vallon du Fou (M. Rétif)
c : entrave de poignet de La Cloche (case 1K7-114, d’après Chabot 2004, p. 234, fig. 269)
d : type de Sanzeno (d’après Thompson 1993, p. 94, ill. 43)

Un châtiment permanent

11La pose de ce type d’objet implique un châtiment spécifique. Dans l’Antiquité romaine, les entraves de cheville nommées « compes », étaient mises « aux pieds des prisonniers et des esclaves, soit pour les punir, soit pour les empêcher de s’enfuir » (Saglio 1908, p. 1428). Elles limitent ainsi le déplacement tout en permettant un travail en milieu ouvert.

12Cette difficulté de déplacement est accentuée par la contrainte du poids des entraves. Celles de l’individu du Vallon du Fou pèsent respectivement 365 et 333 grammes, pour un diamètre extérieur de 12 cm pour la première et 11 à 13 cm pour la seconde (fig. 8, a et b). Elles fonctionnent ainsi comme des anneaux pesants, qui ont pour conséquence d’accroître la pénibilité de la tâche. Ce principe est cité dans une scène des Captifs de Plaute, où, pour s’assurer d’une mort lente par épuisement aux carrières ou à la mine, le coupable est muni de lourdes entraves, avec l’injonction suivante : « Conduisez-le où il porte de grosses entraves bien pesantes » (Plaute, Capt., p. 721-722). Le caractère définitif des anneaux répondrait d’autre part à l’impossibilité d’affranchissement réservée à la catégorie des esclaves délinquants (Dumont 1987, p. 178).

  • 3  Il est ainsi dépeint dans l’art classique, tel l’amour ou psyché à la houe (Saglio 1908, p. 1428)

13Ces indications amènent à considérer les entraves permanentes du Vallon du Fou soit comme une forme rudimentaire d’entrave, soit comme des anneaux de condamné. Par ailleurs, ce système riveté permet l’utilisation d’une simple corde3, passée directement dans les anneaux pour une immobilisation totale ou l’attache à un point fixe.

L’entrave définitive : un type peu usité ?

  • 4  Étude inédite de V. Bel (INRAP). La tombe d’esclave est illustrée dans une plaquette d’information (...)
  • 5  Informations inédites aimablement communiquées par V. Bel, Ch. Tardy (INRAP) et J. Hernandez (INRA (...)
  • 6  Habitat où la plupart des objets peuvent être datés du IIIe-Ier s. av. J.-C., mais certains remont (...)

14De rares pièces, similaires par leur fonctionnement, sont connues pour la fin de l’âge du Fer en Europe :
- une paire d’entrave définitive a été découverte en 2007 dans la nécropole antique rurale de la Vigne de Bioaux, à Valros (Hérault), petit ensemble funéraire situé à l’intersection de deux chemins antiques. L’un des sujets portait deux anneaux d’entraves autour des tibias. Le contexte est daté du Ier et IIe siècle de notre ère4. Il s’agit de deux tiges cintrées en fer dont les extrémités semblent aplaties, sans doute par matage, et rivetées à chaud5. Bien que plus légères et de plus petit diamètre, ces entraves de cheville sont les plus comparables à celles du Vallon du Fou ;
- le second spécimen connu provient de l’oppidum de La Cloche, site provençal proche (Les Pennes-Mirabeau, Bouches-du-Rhône). L’entrave est unique (fig. 8c). Son principe de fermeture rivetée est similaire, mais sa taille semble correspondre à une entrave de poignet. Retrouvée près de la porte d’une habitation, elle aurait pu maintenir captive une femme âgée de 30 à 40 ans, retrouvée au fond de la pièce, enfouie sous les décombres d’une maison au moment du sac du village, en 49 av. J.-C. (Chabot 2004, p. 107-110, fig. 166 et 171) ;
- ce type est également attesté à Sanzeno, oppidum celtique d’Italie du Nord6. Cet exemplaire fonctionne également à l’unité (Thompson 1993, p. 60 et 158) (fig. 8d). Cependant, les extrémités cintrées et percées ne sont pas jointes par un rivet de fermeture, ce qui indique qu’il pourrait s’agir d’une pièce non utilisée ou dont l’usage a été détourné (comme anneau de suspension par exemple) ;
- enfin, un type hybride d’entrave est signalé en Bourgogne. L’un des deux anneaux est riveté à chaud tandis que le second se débloque par ouverture d’un cadenas (Daubigney & Guillaumet 1985, p. 174). Cet exemple attesterait ainsi de la coexistence des deux systèmes de fermeture, l’un définitif, le second articulé.

  • 7  Pour les mentions par Ciceron, Sénèque… pour le domaine agricole chez Varron, Caton, Columelle, Pl (...)
  • 8  De nombreuses entraves articulées sont mentionnées pour les régions du Doubs et de la Saône (Audin (...)

15Le modèle d’entrave découvert au Vallon du Fou semble donc peu attesté et pourrait correspondre à un usage exceptionnel, en raison même de leur effet sur la mobilité de la personne. À l’inverse, il faut souligner que les entraves articulées sont mieux représentées et renvoient de manière plus tangible à la pratique de l’esclavage bien relatée dans les textes anciens7. Le principe de l’entrave articulée serait effectivement répandue en Celtique (Thompson 1993, p. 145-149), en particulier le type de Chalon (Bourgogne)8.

Une variante du type riveté

16Dans une tombe de Selca (ancien Pelion, en Thessalie), datée de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C., le squelette portait une entrave fermée (conservée au National Historical Museum de Tirana, Albanie ; Thompson 1993, p. 133). Il s’agit d’un type ancien d’entraves rivetées, jointes distinctement par deux ou plusieurs anneaux à un anneau central, comme une chaîne. Le principe de rivetage définitif est apparenté aux pièces du Vallon du Fou : le jonc est en deux parties, donc mobile pour l’installer sur la cheville, mais le deuxième rivet est mis en place par matage, l’entrave une fois posée sur l’individu. Ce type est archéologiquement attesté pour les esclaves des mines du Laurion de la péninsule grecque (Thompson 1993, p. 131), mais il est également cité comme préférable pour les travaux agricoles, limitant les mouvements du captif tout en lui laissant les mains libres.

L’entrave, définitive ou articulée, laissée sur le défunt

17Au-delà de l’analyse du type d’entrave, la sépulture du Vallon du Fou témoigne du sort de la population captive face à la mort et du rapport au corps réservé aux esclaves. Elle atteste d’abord qu’une inhumation peut être accordée à des individus identifiés comme des condamnés par leurs entraves définitives. Mais cet attribut peut être laissé sur le défunt, que l’entrave soit fixe ou mobile. En effet, si les entraves fixes permettent difficilement de « libérer » l’individu à sa mort, pour les raisons techniques évoquées, plusieurs cas d’entraves articulées mobiles laissées sur l’individu sont attestés. Ce fait pourrait témoigner, soit d’une volonté certaine de conserver cette marque sociale après la mort, soit de négligence ponctuelle envers cette catégorie sociale. De manière plus prosaïque, cela traduit sans doute le non-affranchissement de l’esclave sur son lit de mort.

Un droit à la sépulture

18Les textes anciens relatent que les esclaves étaient toujours ensevelis, car on ne leur déniait pas la possession d’une âme, comme l’atteste également la tradition de la divinité des Mânes serviles (Dumont 1987, p. 184). Toutefois, des collèges funéraires se développent sous l’Empire pour pallier l’abandon de cadavre par le propriétaire (Dumont 1987, p. 184-185). À partir d’Auguste, les corps des condamnés à mort étaient rendus aux familles pour que celles-ci leur donnent une sépulture décente après leur exécution, tandis que la personne servile au service d’un propriétaire, qui représente une main d’œuvre soignée de son vivant pour sa valeur marchande, obtenait l’assurance d’une sépulture (Dumont 1987, p. 176, 183, 185). Ce devoir pour les maîtres leur permettait un certain « chantage à la sépulture », pour motiver les esclaves dans leur labeur, et comportait la nécessité d’accomplir à la sauvette des semblants de rite (Dumont 1987, p. 186).

Sépultures de condamnés

19Outre la tombe de Selca déjà mentionnée, quelques contextes funéraires peuvent illustrer des inhumations associées à des entraves vraisemblablement définitives :
- la nécropole grecque d’Akanthos (Chalcidie) conserve, pour l’époque archaïque, plusieurs inhumations en pleine terre d’individus portant des chaînes ou de lourds anneaux aux chevilles (Vokotopoulou 1994, p. 88, fig. 10). Si la posture du squelette du Vallon du Fou ne semble pas traduire la contrainte d’autres liens connexes aux entraves de pieds, l’individu figuré dans cette publication paraît en revanche avoir les poings liés, sans doute par un cordage aujourd’hui disparu ;
- autre exemple, issu de la nécropole espagnole de Valencia (Garcia Prosper & Guérin 2002, p. 212, fig. 6 tombe 3261) : le corps d’un homme présente un lourd anneau de fer au tibia gauche, ainsi qu’un os coxal de bovidé déposé à ses pieds. Son inhumation en fosse simple est placée dans le quartier réservé aux condamnés, pour la période du début Ier s. au IIIe s. ap. J.-C.

Sépultures d’esclave ou marque de la servitude

20Quelques contextes peuvent également être évoqués pour les inhumations pourvues d’entraves de type articulé.

21À Remedello di Sopra (Lombardie), un ensemble complet d’entraves était encore attaché aux chevilles de l’individu, (Thompson 1993, p. 121, datation du contexte non précisée). À Saint-Vallerin (Saône-et-Loire), un individu inhumé près d’une construction romaine portait une entrave de cheville (Audin & Armand-Calliat 1962, p. 21, fig. 12). Dans une sépulture gallo-romaine de Bavay (Nord), les entraves de chevilles étaient encore attachées aux jambes d’un individu (Thompson 1993, p. 141). La sépulture gallo-romaine découverte à Luxé (Indre-et-Loire), contenait un squelette accroupi dont les bras étaient saisis par une menotte de fer non cadenassée (Audin & Armand-Calliat 1962, p. 21, note 1). Un spécimen d’entrave en contexte funéraire daté du Ve s. ap. J.-C. est signalé à Cimiez (Alpes-Maritimes), (Thompson 1993, p. 141). Enfin, une sépulture collective du IVe s. av. J.-C. découverte à Pydna (Macédoine, Grèce), était composée de 115 individus, dont quatre entravés : par un collier, par une entrave de pieds, par une paire d’entrave de pieds et une chaîne de bras (Triantaphyllou & Bessios, 2005).

22Les stigmates physiques signeraient aussi le statut social, en dehors du dépôt des objets : sur le site anglais de Icklingham, les corps de trois inhumations romaines portaient des épaississements du radius et de l’ulna, ou du tibia et de la fibula d’une jambe, suggérant des lésions liées à des entraves, sans doute temporaires ou enlevées à la mort de l’individu (Thompson 1993, p. 141).

  • 9  Étude inédite de F. Blaizot (INRAP) et M. Billard (Univ. Cl. Bernard) ; information aimablement co (...)

23Sans doute de manière plus occasionnelle, l’usage d’entrave peut pallier la nécessité médicale de maîtriser une personne. Cette hypothèse est posée pour une inhumation du IIe s. av. J.-C. du site d’Aulnat-Gandaillat à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Après examen paléopathologique, le sujet décédé vers 14-16 ans pourrait avoir souffert d’épilepsie. Inhumé dans un silo associé à l’habitat, l’individu portait deux entraves en fer aux poignets9.

Conclusion

24Au regard de la documentation archéologique sur les nécropoles de la fin de l’âge du Fer et en particulier en Gaule méridionale, force est de constater la rareté des exemples de sépultures qui conservent ce marquage social.

25Les quelques exemples archéologiques évoqués témoignent effectivement d’une volonté d’inhumation, que l’on perçoit par la présence de telles tombes au sein d’une nécropole ou sur le lieu de rattachement de l’individu. L’esclave du Vallon du Fou est quant à elle isolée. Aurait-elle été inhumée sur le lieu de son décès, à proximité d’un sentier fréquenté, même occasionnellement ? Son inhumation ne semble pas cependant répondre au simple souci sanitaire d’évacuation rapide du mort. Le rapport au corps est des plus succincts, mais il respecte le geste habituel d’enfouissement du défunt. Le corps n’est pas jeté mais déposé correctement dans la fosse, allongé sur le dos. De plus, les résidus d’un petit feu mêlés au recouvrement au cours de l’épisode funéraire pourrait revêtir un caractère rituel.

26En dépit de ces hypothèses, cette inhumation doit surtout être replacée dans le contexte des pratiques funéraires du milieu culturel local. Si l’on considère les modes funéraires de l’époque de cette sépulture, c’est-à-dire du début IIe s. av. J.-C. au changement d’ère, la pratique même de l’inhumation paraît exceptionnelle dans le contexte indigène local.

27En effet, le contexte funéraire le plus proche géographiquement et chronologiquement est celui de la nécropole de la Gatasse où est attestée la pratique exclusive de l’incinération, en urne ou en pleine terre. Cette zone funéraire, située à 2,5 km vers le sud, est liée à la population gauloise de l’habitat de Saint-Pierre-lès-Martigues, durant les années 20-10 av. J.-C. à 20-30 ap. J.-C. La pratique de l’inhumation est tout de même attestée sur le territoire de Martigues dès le Ier s. ap. J.-C. avec une sépulture isolée sur le site de l’oppidum lui-même, puis aux IIIe-IVe s. ap. J.-C. dans diverses tombes de la zone du port antique des Laurons. En revanche, la pratique de l’inhumation est répandue dans les nécropoles grecques de la cité marseillaise depuis l’époque archaïque (Moliner et al., 2003).

  • 10  D’autres contextes de relégation pourraient être mis en parallèle, soit que l’inhumation se trouve (...)

28Le cas de cette inhumation dans un milieu rural indigène, de surcroît pour une esclave, soulève donc la question de l’appartenance du défunt à une entité culturelle particulière, question à laquelle l’on ne peut répondre, en l’absence d’autres artefacts associés plus caractéristiques d’une culture matérielle. Cette situation isolée pourrait aussi, à titre d’hypothèse, sous-tendre un caractère de relégation, éloignée de lieu de culte ou de nécropole10. D’autre part, cette problématique renvoie indirectement à la représentativité des modes funéraires observés (nécropole, sépulture isolée et rites particuliers…), par rapport à l’ensemble d’une population. On constate, en particulier en Provence durant tout l’âge du Fer, une disproportion entre l’abondance des sites d’habitat et la rareté voire l’absence complète de nécropoles ou même de sépultures isolées associées.

  • 11  Comme cela semble attesté aux travaux de la mine (Rivière 2004, p. 125), on peut également suppose (...)

29Enfin, la présence de cette esclave dans le Vallon du Fou, renvoie à un lien potentiel avec les sites contemporains les plus proches, pour l’exploitation du territoire (tâches agricoles, domestiques ou autres) ou comme lieu de rattachement (fig. 1). On notera en premier lieu la proximité d’une carrière d’argile située à 600 mètres plus à l’est dans le fond de ce même vallon du Fou, qui daterait du Ier s. av. J.-C. et qui pourrait donc avoir employé notre esclave11. Des carrières de pierres sont également exploitées vers l’ouest sur la plaine Saint-Martin et sur le littoral. L’hypothèse de sa dépendance à un habitat indigène ne doit pas également être exclue, si l’on se réfère à l’esclave du site indigène de la Cloche mentionné plus haut. Elle pourrait en effet avoir travaillé à l’exploitation du bassin agricole, dans la plaine à proximité de l’agglomération de Saint-Pierre-lès-Martigues, à moins de 2 km vers le sud.

Haut de page

Bibliographie

Ardaillon 1904, ARDAILLON E., Metalla, in: Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines. Tome 3, Daremberg C., Saglio E. (Dir.), Paris, Hachette, 1904, p. 1866-.

Audin & Armand-Calliat 1962, AUDIN A., ARMAND-CALLIAT L., Entraves en Bourgogne et dans le Lyonnais, Revue archéologique de l’Est, 13, 1962, p. 7-38.

Beauchet & Chapot 1904-1908, BEAUCHET L., CHAPOT V., Servi, in: Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines. Tome 4, Daremberg C., Saglio E. (Dir.), Paris, Hachette, 1904-1908, p. 1260-1280.

Chabot 2004, CHABOT L., L’oppidum de la Cloche (Les Pennes-Mirabeau, Bouches-du-Rhône), Montagnac, Monique Mergoil, 2004, 347 p. (Protohistoire européenne ; 7).

Daubigney 2003, DAUBIGNEY A., Mutilations, sacrifices, guerre et territorialité celtiques, Revue archéologique de l’Ouest. Supplément, Rennes, 10, 2003, p. 309-354.

Daubigney & Guillaumet 1985, DAUBIGNEY A., GUILLAUMET J.-P., L’entrave de Glanon (Côte d’Or), les Eduens et l’esclavage, in: Les Âges du fer dans la vallée de la Saône : (VIIe-Ier siècles avant notre ère) : paléométallurgie du bronze à l’Âge du fer : actes du 7eme colloque de l’A.F.E.A.F. tenu à Rully (12-15 mai 1983), Guillaumet J.-P., Duval A., Bonnamour L. (Dir.), Paris, Editions du CNRS, 1985, p. 171-177 (Revue archéologique de l’Est et du Centre Est. Supplément ; 6).

Dumont 2002, DUMONT A., Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon), Dijon, Société archéologique de l’Est de la France, 2002, 275 p. (Revue archéologique de l’Est. Supplément ; 17).

Dumont 1987, DUMONT J.-C., La mort de l’esclave, in: La Mort, les morts et l’au-delà dans le monde romain   actes du Colloque de Caen, 20-22 novembre 1985, Hinard F. (Dir.), Caen, Centre de publications de l’Université de Caen, 1987, p. 173-186.

Duval et al. 2005, DUVAL S., GASCÓ J., RÉTIF M., TZORTZIS S., Une sépulture d’esclave à Martigues (Bouches-du-Rhône), Documents d’Archéologie méridionale, Lattes, 28, 2005, p. 157-170.

Garcia Prosper & Guérin 2002, GARCIA PROSPER E., GUÉRIN P., Nuevas aportaciones en torno a la necropolis romana de la calle quart de Valencia (s. II a. C. - IV d. C), in: Espacios y usos funerarios en el Occidente romano : actas del congreso internacional celebrado en la facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Córdoba (5-9 junio, 2001). Vol. 1, Vaquerizo Gil D. (Dir.), Córdoba Seminario de Arqueología - Universidad de Córdoba, 2002, p. 203-216.

Kruta 2000, KRUTA V., Les Celtes : histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, 2000, 1005 p.

Manning 1989, MANNING W.H., Catalogue of the Romano-British Iron Tools, Fittings and Weapons in the British Museum, London, British Museum, 1989, 197 p.

Marino & Rigeade 2005, MARINO H., RIGEADE C., Une nécropole hellénistique à la Pointe de Vella (Port-de-Bouc, Bouches-du-Rhône), Documents d’Archéologie méridionale, Lattes, 28, 2005, p. 115-150.

Moliner et al. 2003, MOLINER M., MELLINAND P., NAGGIAR L., RICHIER A., VILLEMEUR I., La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.), Aix-en-Provence, Edisud, 2003, 490 p. (Etudes massaliètes ; 8).

Nothdurfter 1979, NOTHDURFTER J., Die Einsenfunde von Sanzeno im Nonsberg, Mainz, Zabern, 1979, 166 p. (Römisch-germanische Forschungen ; 38).

Rivière 2004, RIVIÈRE Y., Le cachot et les fers : détention et coercition à Rome, Paris, Belin, 2004, 383 p. (L’Antiquité au présent).

Rolley 1994, ROLLEY C., Les bronzes grecs et romains : recherches récentes, Revue archéologique, 2, 1994, p. 323-345.

Saglio 1908, SAGLIO E., Compes, in: Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines. Tome 2, Daremberg C., Saglio E. (Dir.), Paris, Hachette, 1908, p. 1428-.

Thompson 1993, THOMPSON H., Iron Age and Roman Slave-Shackles, The Archaeological Journal, London, 150, 1993, p. 57-168.

Triantaphyllou & Bessios 2005, TRIANTAPHYLLOU S., BESSIOS M., A mass burial at fourth century BC Pydna, Macedonia, Greece : evidence for slavery ?, Antiquity, 79, 305, 2005, http://62.189.20.34/ProjGall/triantaphyllou/index.html [consulté le 2007.11.15].

Vokotopoulou 1994, VOKOTOPOULOU J., Anciennes nécropoles de la Chalcidique, in: Nécropoles et sociétés antiques : Grèce, Italie, Languedoc : actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Université de Lille III, Lille, 2-3 décembre 1991, Naples, Centre Jean Bérard, 1994, p. 79-98 (Cahiers du Centre Jean Bérard ; 18).

Haut de page

Notes

1  Pour les méthodes de l’anthropologie de terrain ainsi que l’examen anthropologique détaillé du squelette mené par S. Tzortzis, voir la publication Duval et al. 2005, 159-160

2  Si l’une des entraves porte l’entaille en biseau, profonde de 4 mm, d’un probable coup de burin, cette tentative de découpe a pu tout aussi bien être pratiquée avant qu’après la pose de l’entrave

3  Il est ainsi dépeint dans l’art classique, tel l’amour ou psyché à la houe (Saglio 1908, p. 1428)

4  Étude inédite de V. Bel (INRAP). La tombe d’esclave est illustrée dans une plaquette d’information INRAP « Archéologie sur l’autoroute A75 : les sites de Valros (Hérault) »

5  Informations inédites aimablement communiquées par V. Bel, Ch. Tardy (INRAP) et J. Hernandez (INRAP), que je remercie chaleureusement. Mesures avant restauration :
- Anneau droit : dim. en mm : 106 x 97 x 19 ; Ø int : 75 x 70 ; ép. de la barre : 10 à 17,3 ; poids : 260 g
- Anneau gauche : dim. en mm : 100 x 96 x 20 ; Ø int : 70 x 68 ; ép. de la barre : 10,1 à 16,2 ; poids : 255 g

6  Habitat où la plupart des objets peuvent être datés du IIIe-Ier s. av. J.-C., mais certains remontent d’après leur typologie aux Veet IVe s. av. J.-C. (Kruta 2000, 809)

7  Pour les mentions par Ciceron, Sénèque… pour le domaine agricole chez Varron, Caton, Columelle, Pline, Xenophon… dans le cadre domestique chez Plutarque, dans les carrières et les mines chez Diodore de Sicile…voir les nombreuses références détaillées dans l’article de Beauchet et al. 1904, Saglio 1908 et Dumont 1987. Cette pratique de l’esclave et du servage relèverait davantage de l’utilisation d’une main-d’oeuvre abondante. En revanche, la pose de carcan ou les fers aux pieds et aux mains (compes, manica) sont mentionnés comme appartenant à la série des châtiments ordinaires pouvant être infligés par le maître, comme l’envoi au domaine rural ou aux carrières (Beauchet & Chapot 1904-1908, 1277). Outre cet emploi punitif ou préventif de la fuite, le propriétaire a peu d’intérêt à entraver l’esclave de manière permanente, pour ne pas diminuer sa valeur marchande (Dumont 1987, 175) et sa productivité au travail. Par la lourdeur du dispositif, « l’entrave n’autoriserait qu’une marche lente et pénible et sur une courte distance. Son emploi semble exclu pour un itinéraire de type convoyage, le propriétaire n’ayant aucun intérêt à risquer sa marchandise (blessures, fuite) ou à la faire traîner. » (Daubigney & Guillaumet 1985, 174). L’entrave temporaire à anneaux articulés répondrait davantage à des besoins ponctuels

8  De nombreuses entraves articulées sont mentionnées pour les régions du Doubs et de la Saône (Audin & Armand-Calliat 1962). Elles sont présentes sous la forme de stock pour la pratique de l’asservissement, connue chez les Eduens (Daubigney & Guillaumet 1985, 175). À Sanzeno même sont attestés d’autres types d’entraves articulées (Thompson 1993, 73, 93), comme les entraves de cou et des menottes (Nothdurfter 1979). Ainsi, la forme simple a dû coexister avec différents spécimens articulés

9  Étude inédite de F. Blaizot (INRAP) et M. Billard (Univ. Cl. Bernard) ; information aimablement communiquée par F. Blaizot

10  D’autres contextes de relégation pourraient être mis en parallèle, soit que l’inhumation se trouve dans un quartier réservé d’une nécropole, comme pour l’exemple déjà cité de la nécropole de Valence (Garcia Prosper, Guérin 2002), soit encore davantage écartée. Sur ce point, bien que d’époque plus récente (XIXe s.), l’exemple de cimetière d’esclaves de l’époque coloniale en Guadeloupe est intéressant : les sépultures sont localisées dans une zone éloignée des lieux de culte et inhumées avec des pratiques cultuelles propres, sans aucune entrave associée (information P. Courtaud, L.A.P.). En revanche, l’exemple de la nécropole de la Vigne de Bioaux atteste que la tombe d’esclave peut être pleinement associée à l’ensemble funéraire. Excepté les entraves portées par l’individu, ni sa localisation ni sa posture en décubitus ventralne la distingue des autres sépultures, dans une nécropole où les rites de l’inhumation et de la crémation coexistent (information V. Bel)

11  Comme cela semble attesté aux travaux de la mine (Rivière 2004, p. 125), on peut également supposer des activités de service dans une carrière, auxquelles des femmes pouvaient être condamnées

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 - Situation géographique du Vallon du Fou, à l’extrémité occidentale de la chaîne de la Nerthe (A) et indication topographique des principaux sites archéologiques environnants (B)
Légende 1 - inhumation d’esclave ; 2 - carrière d’argile du Ier s. av. J.-C. ; 3 – carrières ; 4 - agglomération de Saint-Pierre-les-Martigues (550 av. J.-C. à 50 ap. J.-C.) ; 5 - nécropole à incinération de La Gatasse (20-10 av. J.-C. à 20-30 ap. J.-C.) ; 6 - port romain des Laurons (Ier-IVe s. ap. J.-C.) ; 7 - édifice et bassins du haut-empire ; 8 - habitat gaulois du Mourre du Boeuf (VIe s. av. J.-C.) ; 9 - « installation » du VIe s. av. J.-C. ; 10 - abri dit du Ball-trap (VIe-Ve s av. J-C.) ; 11 - grotte du Mourre du Bœuf ; 12 - abri sous roche
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 2 - Vue vers l’est du Vallon du Fou et localisation de la sépulture
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 3 - Topographie du Vallon du Fou et localisation de la sépulture
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 4 – Plan et coupe stratigraphique du terrain
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 5 – L’inhumation, vue vers l’ouest
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 6 – Fiche de conservation du squelette (S. Tzortzis)
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 7 – Les entraves du Vallon du Fou
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 8 - Entraves rivetées
Légende a et b : paire d’entraves du Vallon du Fou (M. Rétif)c : entrave de poignet de La Cloche (case 1K7-114, d’après Chabot 2004, p. 234, fig. 269)d : type de Sanzeno (d’après Thompson 1993, p. 94, ill. 43)
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Duval, « La défunte aux entraves. L’inhumation d’une esclave de la fin de l’âge du Fer »,in: La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux : actes de la table ronde d'Aix-en-Provence, 25-27 octobre 2006, Maxence Bailly et Hugues Plisson (Dir.), Aix-en-Provence, Editions APPAM, 2005-2008, p. 19-27. (Préhistoire Anthropologie méditerranéennes ; 14).

Référence électronique

Sandrine Duval, « La défunte aux entraves », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/202

Haut de page

Auteur

Sandrine Duval

Service Archéologique de Martigues, Mairie de Martigues, B.P. 101, 13692 Martigues Cedexarcheologie @ ville-martigues.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page