Navigation – Plan du site
Chronique

Le Campaniforme dans le sud-est de la France. De l’Archéologie à l’Histoire du troisième millénaire avant notre ère

Résumé de thèse par l’auteur. Université de Provence, mars 2002, 4 vol., 1451 pages (dont 487 figures, 35 cartes) et 11 cartes hors-texte
Olivier Lemercier
p. 223-227

Texte intégral

1Le Campaniforme, au sens strict, désigne un gobelet de poterie dont le profil en S lui donne une forme de cloche à l’envers. Ce type de gobelet est caractérisé à la fois par son décor d’un type très particulier et par le soin généralement apporté à sa réalisation. Par extension, le décor de ce type de gobelet a permis de qualifier de «campaniformes » d’autres formes céramiques et même d’autres décors relevant de la même tradition et probablement d’une évolution ou d’une reproduction des premiers.

2La reconnaissance de ces objets et leur définition datent du XIXe siècle, sous le terme de «campaniforme» en Espagne et au Portugal, « caliciforme » en France, « drinking cup » puis « bell beaker » en Grande-Bretagne et « glockenbecher » en Allemagne. Le terme campaniforme a, peu à peu, remplacé celui de caliciforme en France, dès le milieu du XXe siècle. Au fur et à mesure des découvertes, un assemblage mobilier « set » » ou « package » s’est créé par ajouts successifs de certains objets caractéristiques découverts associés à la céramique campaniforme comme les boutons perforés en V, les plaquettes perforées appelées «brassards d’archer», les armatures de flèches à pédoncule et ailerons équarris, certains types de parure comme les pendeloques arciformes ainsi que certaines parures en or et des objets en cuivre comme les poignards à languette et les alênes bipointes de section carrée. Ces découvertes effectuées essentiellement en contexte funéraire ont conditionné pendant longtemps la réflexion sur ce phénomène interprété comme la diffusion de « biens de prestiges » liée à celle du rite de la sépulture individuelle et traduisant une hiérarchisation sociale en rupture avec les « images égalitaires » des sociétés du Néolithique dont il marque la fin.

3A partir de la définition de ce « package » deux constats pouvaient être faits qui ont retenu l’attention de plusieurs générations d’archéologues :

4-l’apparition très rapide dans le temps au IIIe millénaire et la très vaste répartition dans l’espace, du Maroc à la Pologne et d’Irlande en Sicile, de ces objets ;

5-la découverte de ces objets le plus souvent dans des tombes, au moins dans les phases anciennes, les habitats, plus rares, étant quand même bien présents dans certaines régions et pour les phases récentes.

Pourquoi une thèse de plus sur le Campaniforme ?

6Depuis plus d’un siècle la signification de ce phénomène d’ampleur continentale a été envisagée dans plusieurs régions d’Europe et sous des angles variés. Pourtant, aucun consensus n’a été trouvé à ce jour concernant la nature et l’origine même de la diffusion des gobelets. Les recherches de ces dernières années se sont orientées vers la mise en évidence des « universaux » du Campaniforme, afin de déterminer ce qui est réellement identique dans les nombreuses régions concernées et la nature du phénomène lui-même.

7Ces travaux ont principalement porté sur des aspects techniques de la confection des vases (Convertini 1996), ou de la réalisation des décors (Salanova 2000), et sur des types de mobilier jusqu’alors trop souvent négligés comme la céramique commune associée aux gobelets (Besse 2001), ou l’industrie lithique (Bailly 2002). Mais, pour être pleinement valides, ces approches se heurtent systématiquement à la grande diversité et à la disponibilité très variable des données locales ou régionales. Il semblait, en ce sens, indispensable d’amorcer une nouvelle série de synthèses régionales des données relatives au Campaniforme (qui devrait prendre corps prochainement sous la forme d’un atlas sous l’égide de l’association Archéologie et Gobelets).

8Le travail présenté ici a porté sur le sud-est de la France. Au-delà du travail d’inventaire et de synthèse documentaire nécessaire à ces études de grande ampleur, cette région, de part la masse des données disponibles et certaines spécificités des vestiges campaniformes présents, offrait la possibilité de tester et de croiser les résultats des études spécialisées dans un environnement culturel et géographique plus réduit et mieux maîtrisé.

9Le sud-est de la France est marqué au troisième millénaire par l’existence d’une série de cultures matérielles à l’identité affirmée dont les articulations chronologiques et géographiques sont de mieux en mieux connues. Cette situation locale était l’occasion de préciser le contexte d’apparition et de développement du Campaniforme. En même temps, l’existence d’un groupe stylistique régional du Campaniforme qui semble remplacer les cultures locales pendant la seconde moitié du troisième millénaire devait être précisée. L’apparition de céramiques à décor barbelé, à la fin de la période, restait à interpréter.

La documentation et son exploitation

10En opposition avec les approches géographiquement larges, mais aussi en vue de leur assurer une base de données, détaillée et accessible, ce travail a donc été conçu comme une synthèse régionale portant sur une région à la fois de faible étendue vis-à-vis de la très vaste diffusion du phénomène et cependant très riche en vestiges campaniformes avec plus de 300 gisements inventoriés. Plus de 1200 vases décorés ont pu être dénombrés, ce qui constitue un strict minimum.

11Le cadre géographique de l’étude a été défini à partir de la répartition d’un style particulier de la céramique campaniforme, appelé style rhodano-provençal. Limité par les crêtes alpines de la frontière italienne et par la mer Méditerranée, à l’est et au sud, cette région s’étend vers le nord jusqu’au cours de l’Isère et vers l’ouest jusqu’aux piémonts des monts du Vivarais et au Vidourle qui constitue la limite sud-occidentale.

12La démarche de l’étude est constituée de trois étapes distinctes. La première a consisté à réunir les données, sous la forme d’un inventaire des sites puis d’un catalogue présentant, pour chaque site, l’ensemble des données disponibles. Ce catalogue a permis de réaliser un bilan documentaire du Campaniforme dans le sud-est de la France pour chaque type de données. Ces données replacée dans leur contexte chronologique et culturel de la fin du Néolithique, à l’échelle locale et à l’échelle européenne permettent de proposer un schéma spatio-temporel pour l’apparition et le développement du Campaniforme dans le sud-est. Ce schéma spatio-temporel est confronté à un modèle protohistorique qui permet de proposer une interprétation du phénomène.

Un bilan documentaire

13La synthèse documentaire et l’analyse des contextes de découverte permettent d’observer plusieurs ensembles distincts au sein de ce Campaniforme.

14Le sud-est de la France présente quatre ensembles campaniformes distincts. Cette partition établie initialement à partir de la céramique décorée est confirmée par l’examen des autres catégories de données et particulièrement les types de céramique commune et les contextes de découverte.

15Les céramiques décorées du style 1 (cordé, pointillé linéaire, international et mixte) ne se présentent pas comme une vaisselle complète, mais comme des éléments peu nombreux et standardisés (gobelets). Elles ne s’associent pas à une céramique commune spécifique et apparaissent, le plus souvent, dans des contextes locaux du Néolithique final (habitats et sépultures). Leur lieu de production est inconnu. Leurs matières premières peuvent être régionales mais leur réalisation correspond à traditions techniques spécifiques. Les objets «nouveaux», associés, sont très rares et métalliques. Les céramiques du style 1 peuvent également apparaître au sein des assemblages où le style 2 est dominant.

16Les céramiques décorées du style 2 (pointillé géométrique) montrent une variété de décors et de morphologies, marquée par le peu d’importance du standard atlantique et la présence de formes basses. Une céramique fine non décorée est présente. Les céramiques du style 2 apparaissent sur des sites, peu nombreux et essentiellement localisés géographiquement en rive gauche de la basse vallée du Rhône, où elles s’associent à du mobilier attribuable aux groupes de Fontbouisse et Rhône-Ouvèze. La céramique commune est de tradition locale rhône-ouvèze, mais la présence de traits campaniformes est discernable. Des transferts techniques entre les productions campaniformes (fabriquées localement) et rhône-ouvèzes sont remarquables et des cas de mixité stylistique sont observés pour les céramiques décorées. D’autres éléments spécifiques sont présents comme des objets métalliques, des parures et probablement un outillage lithique. Les sites montrent souvent une topographie particulière. Des habitations sont connues et toutes les activités domestiques et agro-pastorales sont représentées. Les rares sépultures sont collectives et essentiellement en cavité.

17Les céramiques décorées du style 3 (incisé, incisé et estampé, pointillé complexe du groupe Rhodano-Provençal) comprennent de nombreuses morphologies parmi lesquelles les formes basses sont très importantes. Les décors sont également très diversifiés. La présence de décors imitant le barbelé est notable. Elles s’associent à de nombreuses céramiques non décorées spécifiques dont une céramique commune caractéristique et forment une gamme de vaisselle complète. De nombreux types de parure, objets métalliques, et l’industrie lithique sont aussi spécifiquement campaniformes. Ces assemblages sont présents sur de très nombreux sites dans toute la région considérée. Dans la plupart des secteurs géographiques, il s’agit de sites homogènes qui ne montrent aucune association avec des éléments de styles locaux. Dans le Gard et sur certains sites rhodaniens, en revanche, la présence de quelques objets de tradition fontbuxienne associés au campaniforme est remarquable. Les sites montrent une grande variété d’implantations et des architectures différentes selon les secteurs. Toutes les activités sont représentées et des complémentarités entre sites sont probables. Les sépultures sont nombreuses et peut-être variées mais ce sont les dolmens qui sont le plus largement utilisés, avec les cavités.

18Les céramiques décorées du style 4 (incisé et barbelé) sont marquées à la fois par une tradition campaniforme et par des spécificités inédites qui concernent les morphologies et la technique de décor elle-même. Une céramique commune leur est associée ainsi que quelques éléments spécifiques comme de très rares objets en bronze. Les contextes sont pour l’essentiel homogènes, mais la présence de vases du style 4 au sein de séries ou sur des sites du groupe Rhodano-Provençal est fréquente. Les implantations sont diversifiées mais les sites de hauteurs sont nombreux et s’associent parfois à des enceintes pouvant correspondre à de réelles fortifications. La répartition des sites et leur nombre sont moins importants que pour le Campaniforme Rhodano-Provençal. Les sépultures sont majoritairement des cavités, mais la sépulture individuelle, qui n’a peut-être jamais disparu dans le sud-est, semble se développer.

Vers l’Histoire du troisième millénaire

19L’apparition du Campaniforme dans le sud-est de la France est encore difficile à dater. Elle se situe probablement autour de 2500 avant notre ère, peut-être un peu avant, mais les données chronologiques fiables sont encore trop peu nombreuses.

20Nous avons montré, dans ce travail, la possibilité d’une diffusion des gobelets campaniformes standards (style 1) à partir de centres de diffusion très localisés et attribuables au style 2. Ces sites, qui présentent des contextes domestiques intégrant éléments campaniformes et éléments de la culture locale rhône-ouvèze, sont rares et associent systématiquement des éléments du standard peu nombreux à une réelle culture matérielle campaniforme. Ce style 2 correspond à l’implantation de personnes d’origine étrangère à la région mais en contact direct avec les populations indigènes. La distinction entre ces deux styles pourrait donc être fonctionnelle. L’hypothèse chronologique d’une succession du style 1 et du style 2 ne peut, cependant, être écartée. La diffusion des vases du style 1 pourrait dans ce cas correspondre à une première diffusion très ponctuelle – des contacts – sans implantation réelle d’origine extérieure qui n’est envisageable que pour le Campaniforme pointillé géométrique.

21Les manifestations du groupe Rhodano-Provençal (style 3) sont probablement strictement postérieures à partir de 2400 avant notre ère, à la phase précédemment décrite. Le développement de ce groupe procède cependant, au moins partiellement, d’un développement du Campaniforme pointillé géométrique. Certaines composantes de cette culture indiquent néanmoins qu’il ne peut s’agir d’un simple développement sur place et que des contacts se poursuivent avec des régions extérieures, tandis que d’autres, nouveaux, s’établissent. Le groupe Rhodano-Provençal remplace les cultures locales en rive gauche du Rhône et s’implante, dans le Gard, alors que le groupe de Fontbouisse est toujours présent, ce dont témoignent de manifestes échanges d’objets.

22Le groupe Barbelé, dont les datations sont plus homogènes, apparaît entre 2200 et 2150 avant notre ère, sous une nouvelle impulsion étrangère. S’il finit par succéder au groupe Rhodano-Provençal, et souvent sur les mêmes implantations, il apparaît à un moment où le groupe campaniforme n’a pas encore disparu. La présence de rares vases barbelés et la fréquence d’imitations de décors barbelés dans les séries rhodano-provençales pourraient montrer un schéma d’intégration d’une nouvelle composante culturelle ou de cohabitation avec un ensemble étranger, sans qu’il soit possible de trancher. Les sites attribuables au groupe Barbelé (style 4) montrent, pour une part, de nouveaux choix d’implantation et l’apparition de réelles fortifications d’un type inédit, traduisant des changements, encore non interprétés, dans la situation régionale.

23Les relations entre Campaniforme et cultures locales du Néolithique final sont patentes, et variées dans le temps et dans l’espace. Il est évident que le Campaniforme n’apparaît pas dans une région vide de toute population.  Nous avons pu préciser que les principaux groupes culturels à entretenir des relations directes avec le Campaniforme sont le groupe de Fontbouisse et, peut-être plus encore, le groupe Rhône-Ouvèze dont la définition pourrait indiquer qu’il s’agit du résultat de l’influence fontbuxienne sur le groupe Couronnien. Cette dernière interprétation pourrait, en même temps, expliquer l’absence de relations directes observées entre Couronnien et Campaniforme, qu’il s’agisse d’un décalage chronologique ou d’alliances culturelles privilégiées. Les relations observables peuvent être strictes, dans des ensembles clos (sépultures individuelles, habitats de plein air isolés) ou présenter des configurations très particulières avec des cas de mixité stylistique et/ou technique. La place de ces groupes locaux semble réduite à partir du plein développement du groupe Rhodano-Provençal. Cependant, il est notable que le groupe de Fontbouisse n’a pas totalement disparu à ce moment, au moins dans le Gard, et peut-être qu’une tradition fontbuxienne persiste dans certains secteurs jusqu’à la fin de la période. De ce fait, la possibilité d’une perduration d’autres groupes culturels dans certains secteurs du sud-est de la France existe toujours, même si elle n’est pas avérée. Seule cette possibilité pourrait expliquer une éventuelle composante locale dans la genèse des cultures matérielles du Bronze ancien, si celle-ci devait être vérifiée.

24La recherche de comparaisons pour les différents éléments campaniformes reconnus dans le sud-est de la France est fonction, nous l’avons dit, de l’état de la recherche et de la disponibilité des données dans les autres régions. Elle permet cependant, en tenant compte de cette limite, d’envisager deux pistes complémentaires pour l’origine du Campaniforme dans le sud-est et différents niveaux de relation possibles.

25Concernant les premiers éléments campaniformes (styles 1 et 2), les principales comparaisons renvoient systématiquement vers l’ouest et plus précisément à deux zones d’échelle différente : la Péninsule ibérique et, plus largement, la façade atlantique. Il est difficile de reconnaître une zone nucléaire unique aux différents éléments observés dans le sud-est. Si le Portugal pourrait constituer cette zone, sur plusieurs plans, la quasi absence du décor à la cordelette dans ce secteur montre qu’il ne suffit pas à expliquer la genèse du Campaniforme du sud-est. Le nord-est de la péninsule et la région « Pyrénées – Roussillon – Languedoc occidental » constituent potentiellement la zone de relais où la synthèse des éléments reconnus dans le sud-est a pu s’effectuer. Dans ce cadre, l’importance indéniable de l’axe rhodanien doit être considérée dans le sens sud-nord – par la diffusion de ces styles anciens (1 et 2) – et non dans le sens nord-sud, en l’absence d’éléments strictement septentrionaux dans le sud-est de la France.

26Avec le développement du groupe Rhodano-Provençal, les relations avec les autres régions changent partiellement. Les liaisons avec le Languedoc occidental (groupe Pyrénéen) et avec la Péninsule ibérique sont toujours très nettes. Mais, des contacts, probablement secondaires, s’établissent avec des régions septentrionales et peut-être orientales, par l’axe rhodanien.

27Pour le groupe Barbelé, de nombreuses comparaisons indiquent un nouveau basculement des relations, avec une composante italique importante. Celle-ci n’est pas encore localisée précisément et présente à la fois des traits nord-orientaux (d’origine balkanique nord-occidentale) et d’autres centraux (Toscane). Il s’agit d’un nouveau réseau, probablement distinct des précédents, alors que des influences septentrionales et nord-orientales (Europe centrale) sont peut-être sensibles, à la même époque, jusque dans la moyenne vallée du Rhône.

28Concernant les différentes diffusions rapportées au Campaniforme, il faut remarquer qu’il ne s’agit que très rarement de simples diffusions d’objets. Celles-ci peuvent néanmoins exister, parfois à longue distance, mais le plus souvent à l’intérieur du cadre régional. Les approches technologiques de la céramique indiquent très clairement la présence de transferts techniques et la diffusion de savoir-faire à travers des régions non contiguës qui induisent le déplacement d’individus. Concernant le nombre de ces individus, il demeure difficile de répondre. L’arrivée de populations importantes est très improbable pour les implantations du Campaniforme pointillé géométrique, comme pour la diffusion des vases du standard. Tout au long de cette période d’implantation, puis du développement du groupe Rhodano-Provençal, la présence d’une tradition locale est manifeste. Cependant, l’explication du phénomène d’acculturation massive – perceptible par le développement numérique et géographique des sites à céramique incisée et estampée qui, d’une façon ou d’une autre, finissent par supplanter et remplacer les sites du Néolithique final local – peut-elle trouver son origine dans le rayonnement des quelques sites du Campaniforme pointillé géométrique ? Peut-être. Mais, à vrai dire, nous ne le pensons pas. Le développement du Groupe Rhodano-Provençal correspond à de nouveaux contacts avec les régions occidentales (entre l’Aude et la Péninsule ibérique) et sans doute à l’implantation d’une population. Ce schéma permettrait de comprendre pourquoi le Languedoc oriental, seulement gagné par quelques vases du standard dans un premier temps, se trouve ensuite couvert d’implantations du Campaniforme Rhodano-Provençal.

29Les données relatives à l’implantation des Grecs en Languedoc montrent une grande similitude avec celles qui concernent l’apparition du Campaniforme dans le sud-est. L’interprétation qui est faite des premières à l’avantage de reposer partiellement sur des sources écrites (certes tardives) et sur des récurrences dans plusieurs secteurs de la Méditerranée. Si la validité de cette approche n’est pas démontrée, ce qui nécessiterait un travail important, il s’agit bien ici d’en rester au niveau de la remarque et d’envisager ses conséquences. Le Campaniforme pourrait ainsi être interprété en terme d’explorations, de mise en place de relais sur des routes d’échanges ou d’approvisionnement et – pourquoi pas ? – de colonisation. C’est bien ce qui pourrait ressortir du schéma spatio-temporel du sud-est. On assisterait alors à la mise en place de «comptoirs» au contact direct des populations indigènes et la diffusion vers l’intérieur des terres de produits considérés comme «luxueux» ou simplement exotiques par les populations locales, les thésaurisant et les intégrant à leur mobilier funéraire. Cette diffusion pourrait être liée – à la fois comme cause et conséquence, dans une région et à une époque où l’ostentation et le prestige semblent très recherchés – à des phénomènes d’imitation idéologique et/ou symbolique. Dans un second temps, le développement d’une culture régionale campaniforme pourrait correspondre à un phénomène d’acculturation en masse, à l’implantation de populations plus importantes et à un métissage culturel qui semble bien ne pas s’être produit au même moment et de la même façon dans tous les secteurs de la région considérée.

30L’examen des données du sud-est de la France et les interprétations qui peuvent en être proposées conduisent à envisager quelques réflexions, dont la portée plus générale, nous semblait, au départ, interdite par l’approche régionale. Parmi les questions qui sous-tendent tous les travaux sur le Campaniforme, celle de la fonction des céramiques campaniformes et de la raison de leur diffusion a sans doute fait l’objet du plus de propositions et de débats. Répondre à cette question demeurera sans doute longtemps difficile, même s’il est très probable que cette vaisselle particulière, composée de vases à boire, soit simplement liée à une activité de consommation (ritualisée ou non). S’il est difficile d’aller plus loin actuellement, il faut s’interroger d’une façon différente sur ce phénomène en envisageant que ce n’est pas forcément la diffusion des gobelets qui est importante mais ce qu’elle cache (et qu’elle devrait nous révéler). Il est même possible d’aller plus loin, en se demandant s’il y a réellement eu une diffusion des gobelets campaniformes à l’échelle de l’Europe. Ce qui est observable, dans le sud-est de la France, c’est probablement la diffusion limitée de quelques objets particuliers au sein des cultures locales, mais au niveau régional seulement. La réelle diffusion n’est pas celle d’une céramique, ni même d’une technique ou d’un usage de cette céramique, mais bien celle de personnes et certainement de groupes. Les céramiques spécifiques avec leur décor aisément identifiable ne sont alors que le révélateur de phénomènes, non pas plus complexes, mais plus discrets.

31Pour le Campaniforme, les indices de brusques changements culturels et, dans certains cas, de probables déplacements de populations sont de plus en plus évidents, dans diverses région d’Europe. L’ampleur de ces déplacements, en distance comme en nombre de personnes concernées, est inconnue et il demeure difficile de prouver de réelles migrations. La nature des contacts entre ces groupes campaniformes et les groupes indigènes est aussi difficile à préciser, mais plusieurs indices sont présents dans le sud-est. Si les implantations du Campaniforme pointillé géométrique sont bien d’origine directement extérieure à la région, il faut rappeler en même temps l’existence d’objets et de techniques indiquant la présence d’indigènes sur le même site et même un certain « métissage stylistique » déjà présent pour certains objets. Parallèlement, cette implantation reste cantonnée aux abords de la vallée du Rhône et de la côte méditerranéenne et les approvisionnements en matières premières se sont très nettement recentrées sur un territoire local. Ces données traduisent-elles une difficulté à s’implanter, des contacts délicats avec certains indigènes belliqueux ? Nous ne disposons d’aucune source fiable pour envisager cette question. Les affrontements seront toujours difficiles à mettre en évidence mais n’ont pu qu’exister. Dans le sud-est de la France, l’apogée du groupe de Fontbouisse, qui semble influencer directement les régions voisines, est une période de rayonnement culturel. Elle se marque par une forte densité d’occupations dans le Gard, avec de grands sites de plaine présentant des fossés, le développement d’une architecture en pierre dans la zone des garrigues, en même temps qu’une expansion vers d’autres régions. L’origine du Campaniforme qui gagne ce sud-est, dans la péninsule ibérique, ne serait-elle pas liée à un même phénomène d’expansion à partir d’une région comme l’Estremadura portugaise. Dans cette région, une certaine pression est sensible (démographique, sociale et idéologique ?) avec la construction au Néolithique final de sites ceinturés – comme dans d’autres régions de la Péninsule – nombreux et dont le caractère fortifié ne doit pas faire de doute. Les multiples routes suivies par le Campaniforme pointillé géométrique et international, vers le nord le long de la côte atlantique et vers la Méditerranée indiquent sans doute un phénomène d’expansion à la recherche de zones d’appro-visionnement ou même de peuplement.

32Le problème de la genèse de la culture du Bronze ancien du sud-est de la France n’a pas été réellement abordé dans le cadre de ce travail car elle appelle des développements spécifiques qui seront réalisés dans d’autres cadres. Il est néanmoins possible, à partir des données campani-formes, de faire quelques remarques sur cette vaste problématique. L’observation des données archéologiques et une série de datations tendent à dater l’apparition du groupe Barbelé autour de 2200 et plus probablement 2150 avant notre ère, au plus tôt. Ensuite, l’implantation de ce groupe Barbelé semble avoir un effet direct sur le groupe Rhodano-Provençal qui est, de fait, synchrone de cette implantation. Enfin, si ce groupe Barbelé participe à la genèse de la culture du Bronze ancien (ce qui reste à montrer précisément), il faut s’interroger sur la définition même de l’âge du Bronze ancien et sur l’adhésion de ce groupe à cette définition. Culturellement, les composantes du Bronze ancien du bassin rhodanien sont encore en cours de reconnaissance et d’attribution. Après de très nombreuses hypothèses formulées, reprises et commentées pendant le dernier quart de siècle et encore très récemment, la question n’est pas réglée. Dans la constitution de l’ensemble rhodanien du Bronze ancien, la part méridionale (Campaniforme récent et cultures locales du Néolithique final) est sans doute moins importante que celle des influences d’Europe centrale, au sens large. La basse vallée du Rhône s’isole sans doute, quelque peu, dans ce schéma général est-ouest ou nord-est – sud-ouest, avec une composante barbelée importante et sensible au moins jusque vers 1900 avant notre ère. La mise en place des implantations du Campaniforme pointillé géométrique puis des cultures du Bronze ancien correspondent à des schémas différents et à des origines géographiques opposées. C’est cependant, très probablement, par l’expansion du Campaniforme de la Péninsule ibérique vers l’Europe centrale que se mettent en place des réseaux qui diffusent, en sens contraire, des objets et des influences par la haute vallée du Rhône et le Midi de la France, dès la période du Campaniforme rhodano-provençal. Le Campaniforme inaugure ainsi les routes de la mise en place du Bronze ancien.

33Pour l’ensemble des données observées, la tradition néolithique est importante. Les modes de vie sont sans doute équivalents à travers une économie agro-pastorale et des activités artisanales ancestrales, que seul le développement de la métallurgie, d’ailleurs nettement antérieur au Campaniforme, vient compléter. Pourtant, au troisième millénaire, le nombre de sites connus, l’édification de «petits châteaux» et de grands monuments, ainsi que le développement de marqueurs identitaires variés traduisent probablement en même temps la réussite et la crise de ce monde néolithique. Une importante pression démographique entraînerait une exacerbation d’élites et de symboles. A la fin de la période, l’apparition de petits objets de Bronze dans le sud-est montre le développement de nouvelles techniques qui vont mettre fin, à terme, à l’âge de la pierre – au sens strict. Mais, plus que les techniques, c’est la mise en place de nouvelles routes de déplacements ou d’échanges à travers l’Europe qui marque la seconde moitié du troisième millénaire. L’importance de la Méditerranée pour les régions méridionales de l’Europe, encore très sensible pour la première diffusion du Campaniforme, va être remise en cause par l’expansion de cultures centre-européennes, pour un temps. L’aube de la Protohistoire est, en ce sens, déjà là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Lemercier, « Le Campaniforme dans le sud-est de la France. De l'Archéologie à l'Histoire du troisième millénaire avant notre ère. Résumé de thèse par l'auteur. Université de Provence, mars 2002 », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 10-11, 2001-2002, p. 223-227.

Référence électronique

Olivier Lemercier, « Le Campaniforme dans le sud-est de la France. De l’Archéologie à l’Histoire du troisième millénaire avant notre ère », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 21 avril 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/279

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page