Navigation – Plan du site
Transformation et utilisation préhistoriques des matières osseuses
Le choix des matières osseuses et leur transformation

Les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas (Hautes-Pyrénées) et de Pataud (Dordogne)

Un exemple d’approche pluridisciplinaire et complémentaire de l’industrie osseuse
Cristina San Juan-Foucher et Carole Vercoutère
p. 75-94

Résumés

Les auteurs de cet article mènent leurs propres recherches dans le cadre de thèses de doctorat concernant les industries sur matières dures animales des sites gravettiens et solutréens des Pyrénées centrales (C.S.J-F) et celles des niveaux aurignaciens et gravettiens de l’abri Pataud (Dordogne) (C.V.). Leurs problématiques d’étude respectives sont exposées en introduction.
Le Projet Collectif de Recherche sur le Complexe Gravettien-Solutréen dans les Pyrénées : cadre chrono-culturel et stratégies d’exploitation des ressources naturelles, démarré en 2003, a permis des rencontres de travail fructueuses sur des approches pluridisciplinaires, en particulier la mise en commun de différents points de vue (de l’archéologue et de l’archéozoologue) sur l’acquisition des supports et ses implications relatives à l’environnement et aux comportements humains dans les domaines technique, économique et culturel. Les auteurs ont essayé de partager leurs expériences autour de l’étude d’un outil caractéristique de l’industrie osseuse gravettienne : la sagaie dite d’Isturitz.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1• Projet de recherche de C. San Juan-Foucher - Les industries gravettiennes et solutréennes sur matière dure animale dans les gisements pyrénéens. Stratégies d’acquisition des supports et caractéristiques techno-typologiques des objets façonnés.

2Ce travail s’inscrit dans une dynamique de recherche développée au cours de ces dernières années par les préhistoriens des deux versants des Pyrénées sur les questions de mobilité et d’exploitation des ressources naturelles par les groupes de chasseurs-cueilleurs paléolithiques. Si l’analyse sur la circulation des matières premières lithiques est actuellement en plein essor, les hypothèses de travail dégagées par ces études demandent à être confirmées par des approches complémentaires réalisées sur d’autres données du registre documentaire paléolithique.

3Nous nous proposons d’analyser et de comparer les caractéristiques techno-typologiques des objets façonnés et le mode d’acquisition des supports sur matière dure animale (os, ivoire, bois de Cervidé) dans des gisements-clés du complexe Gravettien-Solutréen des Pyrénées (28 000 – 17 000 BP). Nous avons sélectionné une dizaine de séries à étudier que nous avons considérées comme suffisamment complètes pour être représentatives du dépôt contenu dans le site de provenance ou parce que la variabilité et/ou l’originalité des objets conservés dans la collection peuvent apporter de nouvelles perspectives de recherche. Ces séries, dispersées dans de nombreuses collections publiques et privées, proviennent de sept sites des Pyrénées centrales ou de leur arrière-pays : La Tuto de Camalhot (Saint-Jean-de-Verges, Ariège), la grotte de Gargas (Aventignan, Hautes-Pyrénées), l’abri de Tarté (Cassagne, Haute-Garonne), l’abri et la grotte des Battuts (Penne, Tarn), la grotte d’Enlène-secteur EDG (Montesquieu-Avantès, Ariège), l’abri des Harpons (Lespugue, Haute-Garonne), et la grotte des Rideaux (Lespugue, Haute-Garonne).

4Le but de cette recherche est d’essayer de déterminer s’il existe des techniques de travail et des modes d’exploitation des ressources spécifiques pour chaque ensemble culturel ou s’il s’agit de comportements induits par le type et la fonction de l’occupation du site, ainsi que par la variabilité des environnements naturels respectifs.

5• Projet de recherche de C. Vercoutère – Utilisation de l’animal comme ressource de matières premières non alimentaires : industries osseuses, parures, et art mobilier (exemple de l’abri Pataud, Dordogne).

6Nous avons constaté que les études des industries osseuses paléolithiques se calquent souvent sur celles des industries lithiques, établissant des catégories typologiques et menant des études technologiques. Des différences fondamentales existent pourtant entre les matières dures animales et les matières minérales ; notamment du point de vue de leur disponibilité et de leurs modes d’acquisition. Ayant une formation d’Archéozoologue, il nous a semblé pertinent d’appréhender l’examen de l’industrie osseuse paléolithique selon une approche centrée sur l’animal, ressource de matières premières non-alimentaires.

7C’est dans cette perspective que nous avons choisi d’étudier le matériel (industrie osseuse et parure) de l’abri Pataud (Dordogne, France). Le choix de ce site n’est pas anodin. En effet, le gisement présente, en continuité stratigraphique, des niveaux archéologiques allant de l’Aurignacien ancien au Solutréen. Il s’agit donc d’une référence pour le début du Paléolithique supérieur en Europe occidentale.

8Notre but est de retracer les chaînes opératoires, tant aurignaciennes que gravettiennes, qui mènent de l’acquisition de l’animal à l’objet fini en os, bois de Cervidé, ou ivoire. Nous espérons ainsi établir des modèles de comportement des Hommes préhistoriques de Pataud vis-à-vis de ces différents matériaux. Modèles que nous souhaitons par la suite tester sur le plan chronologique et géographique en comparant les résultats obtenus à Pataud avec ceux publiés pour des sites voisins contemporains, mais aussi des sites d’Europe Centrale. Ceci afin de mieux appréhender les variabilités régionales et les éléments caractéristiques intrinsèques des deux grandes cultures du début du Paléolithique supérieur que sont l’Aurignacien et le Gravettien.

9• Le PCR et l’approche pluridisciplinaire

10Le Projet Collectif de Recherche sur Le complexe Gravettien-Solutréen dans les Pyrénées : cadre chronoculturel et stratégies d’exploitation des ressources naturelles est né en 2003, à partir des contacts établis entre une douzaine de chercheurs, de statuts, de spécialités et de rattachements différents (Université, CNRS, Culture), intéressés par des questions de mobilité et d’acquisition de matières premières. Comme il a été mis en évidence lors du colloque CTHS-2001 de Toulouse, Terres et hommes du Sud : territoires, déplacements, mobilité, échanges, la dynamique de recherche régionale axée sur les matières siliceuses relance une problématique à laquelle on ne peut pas répondre sans croiser plusieurs approches complémentaires. L’occasion s’est présentée à la suite d’une opération de prospection thématique menée depuis 1997 sur les sites du complexe Gravettien-Solutréen des Pyrénées (Foucher & San Juan 2002), qui a permis le repérage et l’étude préalable d’un fonds documentaire important, souvent inédit ou sommairement exploité. Le PCR a comme premier but l’étude pluridisciplinaire de plusieurs collections et la publication des résultats au fur et à mesure de l’avancement des travaux, mais sans perdre de vue une problématique et un objectif commun : la réalisation d’une synthèse régionale assise sur un cadre chronologique réactualisé. Plusieurs publications sont déjà en cours de préparation, ainsi que des travaux de maîtrise et de doctorat, en même temps qu’un programme de nouvelles datations 14C (AMS).

Les « sagaies d’Isturitz » de Gargas et de Pataud

Présentation

11Les « sagaies d’Isturitz » sont jusqu’à présent les seuls éléments d’industrie osseuse reconnus comme caractéristiques du Gravettien dans le Sud-Ouest de la France. Objets généralement rares dans les gisements, il n’y a que les séries des niveaux gravettiens de la grotte d’Isturitz (site éponyme pour le type) et de l’abri Pataud qui présentent un nombre significatif de pièces pour servir de référence.

12La découverte d’une petite série au cours de la révision de l’outillage osseux de Gargas, morphologiquement très proche de l’ensemble d’Isturitz, nous a incité à tenter une étude comparative afin de déterminer des points communs et des divergences entre les ensembles de Pataud et de Gargas, dans la limite des conditions de conservation des deux collections, dont l’une est issue de très anciennes fouilles. Il est certain que si nous nous trouvions dans le contexte d’abondance de l’industrie osseuse magdalénienne, cette comparaison aurait pu paraître incongrue, et d’ailleurs elle trouve des limites au niveau de l’analyse morphométrique, mais la rareté de ce type de sagaies fait de la modeste série de Gargas la cinquième dans le « ranking » du Gravettien de l’Europe occidentale. L’étude trouve son intérêt principal dans le cadre des recherches sur les caractéristiques techno-typologiques et l’acquisition des matières premières des séries provenant de sites gravettiens et solutréens des Pyrénées, dans lesquelles nous essayons d’établir s’il y a des modalités d’acquisition et des techniques de travail proprement « pyrénéennes » ou s’il s’agit de marqueurs culturels extra-territoriaux.

13L’intérêt de cet exercice se voit renforcé par les nouvelles perspectives ouvertes à partir des études sur l’origine des matières premières siliceuses utilisées pour l’élaboration de l’outillage lithique gravettien de Gargas (Foucher 2004). Les matières allochtones proviennent en bonne partie (17,8 % des outils) des gîtes de Chalosse (Landes), ce qui nous rapproche d’Isturitz, mais un pourcentage significatif (7,4 %) est représenté par les silex qui viennent du Périgord, et ceci pose quelques interrogations vis-à-vis des relations entre les groupes gravettiens des Pyrénées et de la Dordogne ainsi que sur leur mobilité territoriale.

Historique du type

14Certains types d’outillage ou d’armatures osseuses trouvent leur nom et leur définition de façon tout à fait spontanée, presque dès leur première mention dans une publication et ils sont généralement admis et utilisés par la suite. C’est souvent le cas des dénominations descriptives qui se réfèrent à la forme de l’objet ou à un élément caractéristique (exemple : la sagaie à base fendue, le harpon à un ou deux rangs de barbelures…). L’histoire de la sagaie d’Isturitz, résumée très brièvement dans la fiche n° 8 du Cahier I de la Commission de l’Os (Sonneville-Bordes 1988), a été beaucoup plus mouvementée et reflète bien la part des tâtonnements, des intuitions avisées et de la valeur du travail méthodique qui participent à la construction de la recherche préhistorique. Elle met aussi en scène de façon exemplaire l’un des « pêchés » le plus largement partagé de notre discipline : nous ne lisons pas suffisamment les travaux des collègues (un oubli arrive fatalement à tout un chacun et nous prenons volontiers la part de faute collective qui nous revient).

  • 1  Loin de notre intention de les suivre sur ce chemin, mais quoi penser de la description faite par (...)

15Les raisons pour lesquelles les études (et les magnifiques dessins !) de R. et S. de Saint-Périer (1949, 1952) sur les sagaies d’Isturitz sont restées oubliées, « invisibles » pendant trente ans aux yeux d’auteurs de la renommée de H. Breuil et A. Cheynier (1958), H. Delporte (1968), D. Sonneville-Bordes (1971) et Momméjean et al. (1964), alors qu’elles avaient paru dans des publications aussi prestigieuses et diffusées que l’Anthropologie et Les Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, demeureront toujours mystérieuses. Avec un peu d’humour, non dépourvu de mauvaise foi, nous pourrions nous faire écho d’une vieille doléance des préhistoriens locaux qui voulait que « ces gens de Paris et de Bordeaux qui font la Préhistoire » avaient toujours oublié les Pyrénées1.

16Quoi qu’il en soit, après une première période où ce type de pièces souffre du statut incertain des objets isolés, décrit avec plus ou moins de pertinence par les auteurs des découvertes comme « poignard, arme simple mais forte et dangereuse, alors que l’os était frais » (Féaux 1878), comme « lissoir » (Thomson 1939), ou comme « prototype de harpon, premier essai, encore malhabile » (Ragout 1940), R. de Saint-Périer (1949) fait le point sur cette question à partir de l’important corpus trouvé dans les niveaux gravettiens (« Aurignacien supérieur à pointes de la Gravette et burins de Noailles ») d’Isturitz. Une bonne centaine de pièces provenant de ses propres fouilles, plus une trentaine issue des fouilles Passemard qu’il a découvertes, inédites, dans la collection du Musée de Saint-Germain-en-Laye, lui fournissent une série suffisamment complète pour définir un type caractéristique et ses variantes (avec ou sans encoches, biseau…). Nous reprenons littéralement sa description : « Les pièces que nous allons examiner se présentent sous deux aspects. Les unes, les plus nombreuses, /…/, sont de puissantes baguettes en bois de Cervidé, soigneusement polies sur la face supérieure, à section presque en demi-cercle ou en ellipse, dont l’une des extrémités est une pointe épaisse et striée assez régulièrement sur 2 à 4 cm de hauteur ; quelques unes portent en outre un biseau latéral, ou à droite ou à gauche. L’autre extrémité, sur nos exemplaires entiers, est ovale, assez plate et ne présente pas de stries. Un certain nombre de pièces semblables, dont une seule est à peu près complète, ont été encochées latéralement à leur extrémité striée, tantôt sur un bord, tantôt sur l’autre, mais jamais sur les deux ; ces encoches sont en nombre variable et de profondeur également variable. L’une de ces pièces porte aussi un biseau latéral. Sur toutes, les stries plus ou moins régulières, ne traversent pas l’encoche, qui a donc été creusée après la striation. Il faut remarquer que les reliefs qui séparent les encoches sont pour la plupart usés, adoucis comme par un long frottement, au point que sur l’une des baguettes, qui représente la forme extrême, ces reliefs sont transformés en boutons hémisphériques et polis » (Saint-Périer 1949, p. 69).

17Il aborde également la question de la fonction de ces objets (outil, arme ?) que nous développerons à la fin de l’analyse comparative. Le texte de cet article sera repris presque littéralement dans la monographie consacrée aux niveaux solutréens, aurignaciens et moustériens d’Isturitz (R. et S. de Saint-Périer 1952), complété par quelques éléments de comparaison localisés dans les collections ou les publications des sites de Téoulé (Haute-Garonne, fouilles Thomson), Gargas (Hautes-Pyrénées, fouilles Garrigou) et Labattut (Dordogne, coll. Vésignié).

18S. de Saint-Périer (1965), dans un article synthétique sur le Paléolithique supérieur d’Isturitz, rappellera la stratigraphie complexe du site et les éléments caractéristiques du matériel lithique et osseux, parmi lesquels « une sagai (sic) puissante, à base en pointe, striée, parfois encochée, paraît être la sagai d’Isturitz » (p. 323). Le type est donc non seulement défini mais aussi nommé.

19Les publications de nouvelles recherches dans les années 1950-1960 sur des sites à niveaux gravettiens présentant ce type de pièces ne feront pas mention des travaux des Saint-Périer, à l’exception de la thèse de N. David, sur le « Périgordien V », soutenue à l’Université de Harvard en 1966, mais qui restera longtemps inédite.

20En 1971, D. de Sonneville-Bordes propose de considérer ces « pointes en bois de Renne, à section ovalaire faiblement dissymétrique, portant sur la partie appointée de légères incisions transversales, discontinues, de longueur irrégulière, parallèles entre elles », comme « un fossile directeur osseux du Périgordien à burins de Noailles ». Les seuls éléments de référence mentionnés dans la publication sont trois pièces : un fragment, en bois de Renne, de la couche 2 du Roc-de-Combe (Lot) (Bordes, Labrot 1967), un exemplaire complet, sur côte, du niveau Périgordien supérieur à burins de Noailles du Roc-de-Gavaudun (Lot-et-Garonne) (Momméjean et al. 1964) et celui, déjà mentionné, de l’abri du Facteur (Delporte 1968). Point de mention des pièces pyrénéennes ni de la synthèse des Saint-Périer. En revanche, un an plus tard, D. de Sonneville-Bordes fait une amende plus qu’honorable en publiant successivement deux notes (1972a, b) qui reprennent toutes les études antérieures, ainsi que la thèse de N. David, toujours pas éditée mais qui circulait dans sa version dactylographiée (1966).

21Entre temps, un article de J.-F. Alaux (1971) faisait connaître de nouveaux exemples provenant de l’abri des Battuts (Tarn) et, pour finir la succession de nouvelles contributions, H. L. Movius Jr (1973) publie la très belle série de la couche 4 de l’abri Pataud et fournit quelques informations complémentaires. Cet apport de données récentes entraîna une salutaire discussion sur l’orientation des pièces (partie proximale/partie distale) et l’acceptation définitive du type, tel qu’il figure dans la fiche 8 de la Commission de nomenclature sur l’industrie de l’os préhistorique, citée plus haut (Sonneville-Bordes 1988).

22Nous avons repris cette définition et les éléments descriptifs qui l’accompagnent comme base de travail pour notre analyse comparative des pièces de Pataud et de Gargas.

Nouveaux apports au registre documentaire du Sud-Ouest français et versant sud des Pyrénées

23Quelques autres exemplaires de « sagaies d’Isturitz » avaient été découverts avant 1988 mais n’étaient pas répertoriés parmi la série de référence, sans doute parce que les publications qui les avaient signalés n’avaient pas une diffusion suffisamment étendue à ce moment. Depuis, certains ont été repris dans des synthèses ou des travaux universitaires, d’autres ont été redécouverts au cours de révisions de collections anciennes. Il nous a semblé utile de mentionner ici ces découvertes parce que, même si elles ne sont pas assez nombreuses pour changer les données d’un point de vue statistique, leur présence est significative (pour un objet qui a toujours été considéré comme rare) et contribue à préciser l’aire de diffusion du type, ainsi qu’à enrichir le corpus des pièces connues.

24Trois de ces sagaies proviennent du Pays basque espagnol et elles présentent une ressemblance indéniable avec celles du site d’Isturitz. Pourtant, la plus éloignée a été trouvée dans le niveau F (Gravettien à burins de Noailles et pointes de la Gravette) de Bolinkoba (Vizcaya), à quelque 120/130 km de distance, à vol d’oiseau, d’Isturitz (Barandiarán 1950 ; Corchón Rodriguez 1986, p. 41, fig. 7). Il s’agit d’une partie proximale, plutôt robuste, sans encoche, dont la face supérieure et les deux bords sont couverts d’incisions courtes parallèles, transversales à l’axe principal (fig. 1.5). Les deux autres sont issues de gisements plus proches des Pyrénées (entre 60 et 70 km au sud-ouest d’Isturitz) ; celle du niveau III d’Usategui (Guipuzcoa), également gravettien à burins de Noailles (Barandiarán 1977, p. 201-204 ; Corchón Rodriguez 1986, p. 41, fig. 8), est similaire à la précédente mais un de ses bords présente deux encoches à la place des incisions (fig. 1.4). La troisième vient du gisement d’Aitzbitarte III (Guipuzcoa), trouvée dans un éboulis « glissé » dans un niveau inférieur à celui du dépôt d’origine, mais accompagnée d’un bon nombre de burins de Noailles (Múgica 1983, p. 459, ph. 6, fig. 29). Il s’agit cette fois-ci d’une partie mésio-proximale dont l’extrémité est dissymétrique (à biseau latéral) et couverte d’incisions fines et longues, légèrement obliques (fig. 1.6).

25Les trois autres exemplaires ont été trouvés dans des gisements de l’arrière-pays pyrénéen, versant français. Deux d’entre elles (fig. 1.1, 2) pourraient provenir des anciennes fouilles de l’abri des Battuts (Penne, Tarn). E. Ladier, conservatrice du Musée d’Histoire Naturelle de Montauban, s’est livrée à une enquête minutieuse après avoir découvert qu’elles avaient été mélangées à d’autres objets provenant de sites différents afin de « composer » une vitrine (Ladier 1995). La vérification des inventaires du XIXe siècle, l’examen du fonds d’origine des objets mélangés ainsi que du type de sédiment adhérant aux pièces, lui font plutôt pencher pour une attribution à la collection du matériel récolté par V. Brun dans ses fouilles de l’abri des Battuts en 1864-65. Ces pièces ressemblent, par ailleurs, à certains exemplaires trouvés dans le même abri par J.-F. Alaux au cours de ses fouilles de la couche 7, Périgordien supérieur à burins de Noailles (Alaux 1971).

26Le dernier exemplaire avait, lui aussi, échappé au répertoire jusqu’à ce que M. Allard et M. Jarry (1993) réalisent l’inventaire de la collection que R. et S. de Saint-Périer avaient donnée au Musée de Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Il vient des fouilles de l’abri des Rideaux à Lespugue, vraisemblablement du niveau gravettien dans lequel ils avaient trouvé la célèbre « Vénus ». Les quatre autres pièces similaires, conservées au Musée des Antiquités Nationales, étaient déjà connues. Il s’agit encore d’une partie proximale, cassée à la pointe (fig. 1.3), qui garde une grande ressemblance avec des exemplaires d’Isturitz et de Gargas.

1 – « Sagaies d’Isturitz » : nouvelles références non répertoriées par Sonneville-Bordes 1988.

1 – « Sagaies d’Isturitz » : nouvelles références non répertoriées par Sonneville-Bordes 1988.

1 et 2 : Les Battuts (?) d’après Ladier 1995 (à des fins de comparaison, le sens des dessins a été inversé) ; 3 : Les Rideaux, d’après Allard & Jarry 1993 ; 4 : Usategui ; 5 : Bolinkoba, les deux d’après Corchón 1986 ; 6 : Aitzbitarte III, d’après Mugica 1983.

Le corpus de pièces des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud

Origine des collections

27• Gargas (fouilles Garrigou 1870, Breuil-Cartailhac 1911-1913)

28La série de sagaies de Gargas, objet de cette étude, provient de deux collections différentes : celle de Félix Garrigou, déposée au Musée de l’Ariège, actuellement dans les réserves du Palais des Évêques (Saint-Lizier, Ariège) et la collection Breuil-Cartailhac conservée à l’Institut de Paléontologie Humaine de Paris.

  • 2  Communication de Marc Comelongue, qui travaille sur les archives de Félix Garrigou et a eu la gent (...)

29Les fouilles de F. Garrigou et de A. de Chasteigner eurent lieu en 1870 (le 16 juillet, d’après ses notes personnelles2), se limitant à une tranchée peu profonde, immédiatement à gauche de l’entrée. Dans leur communication à l’Académie des Sciences, en juillet de la même année, ils indiquent y avoir reconnu « un foyer de l’âge du renne, avec outils en silex, ossements de cerfs et de renne, de cheval, de bœuf, tous cassés longitudinalement et transversalement par l’homme » (Garrigou & de Chasteigner 1870). Ce « foyer » était superposé à « une couche argileuse régnant dans toute la caverne, et renfermant en abondance des ossements d’Ursus spelaeus. Sur certains points, une stalagmite plus ou moins épaisse recouvre cette couche ». Dans cette « argile à ours », ils ont trouvé d’au-tres vestiges de faune de grands mammifères, mais il n’y a pas de mention d’autre matériel archéologique. Dans une publication postérieure, F. Garrigou (1872) reprend une description plus détaillée du remplissage de la grotte, accompagnée du dessin d’une coupe, dans laquelle il confirme ses premières impressions et n’indique qu’un seul « foyer de l’âge du Renne ».

30Les fouilles de E. Cartailhac et de H. Breuil se déroulèrent une quarantaine d’années plus tard, en 1911 et 1913, dans le centre de la première salle, au pied de l’escalier d’entrée de l’époque. Ces travaux leur permirent de dégager une séquence stratigraphique atteignant 5 m de profondeur, située sous un plancher superficiel stalagmitique de 0,15 à 0,30 m d’épaisseur. La coupe synthétique publiée 45 ans plus tard par H. Breuil et A. Cheynier (1958, p. 344) fait état d’au moins trois niveaux archéologiques, séparés par des couches stériles, contenant du Gravettien (« Périgordien final à pointes de la Gravette et burins de Noailles »), de l’Aurignacien typique et du Moustérien, même si dans le texte les auteurs indiquent deux niveaux « de Châtelperronien avec silex et de Moustérien taillé dans une roche schisteuse dure à grains variés ». Le niveau gravettien a été retrouvé dans deux locus de la grotte : le sondage principal près de l’entrée (niv. 6) et un autre sondage plus petit situé à peu de mètres vers l’intérieur de la cavité (niv. 5), mais l’industrie osseuse, relativement abondante, n’est mentionnée que dans le premier.

31• Pataud (fouilles Movius 1958-1964)

32Toutes les pièces présentées ici (fig. 2, 3) proviennent des fouilles entreprises à Pataud par le Professeur Hallam L. Movius Jr. (Université de Harvard, Cambridge) et son équipe de 1958 à 1961, puis en 1963 et 1964. La majeure partie des « sagaies d’Isturitz » de Pataud (21 pièces sur 22) ont été découvertes dans la couche 4, fouillée en 1959, 1960, et 1963.

33Ce niveau archéologique, daté entre 27 060 BP ± 370 et 26 300 BP ± 900 (Bricker 1995), a livré de très nombreuses pièces d’industrie lithique (11000 objets et 5200 outils retouchés ; David 1995) qui ont permis de l’attribuer au Périgordien supérieur à burins de Noailles (ou Noaillien, ex - Périgordien Vc). Ce niveau est également le plus riche de tout le remplissage de l’abri Pataud du point de vue de l’industrie osseuse, avec 360 pièces en os, bois de Cervidé, et ivoire. En outre, d’après l’étude sédimentologique de W. Farrand (1995), le dépôt des sédiments de la couche 4 s’est fait lors d’un épisode climatique tout d’abord frais et légèrement humide, puis plus doux avec altération chimique. Quant aux études palynologique (Donner 1975) et archéozoologique (Cho 1998), elles décrivent un paysage mixte (espaces découverts et milieux boisés) et un climat peu froid.

34Une des « sagaies d’Isturitz » de Pataud provient de l’éboulis 4/5, sous-jacent à la couche 4, et qui résulte d’un important effondrement de plafond. Les sédiments de la base de la couche 4 s’étaient déposés dans les interstices entre les blocs du sommet de l’éboulis 4/5. En outre, lors de la formation de la couche 4, « l’eau coulait des blocs dans des rigoles naturelles ou artificielles et emportait avec elle les dépôts » (Bricker 1995, p. 22). En considérant que le niveau 4 est le seul a avoir livré des « sagaies d’Isturitz », nous sommes donc en droit de penser que la pièce issue de l’éboulis 4/5 peut être rattachée à la base de ce niveau. C’est pourquoi, nous avons étudié toutes les « sagaies d’Isturitz » de Pataud comme un ensemble attribué à la couche 4 (Noaillien).

2 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (I).

2 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (I).

D’après Movius 1973.

3 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (II)

3 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (II)

D’après Movius 1973.

Études précédentes des pièces

35• Gargas

36Les « sagaies d’Isturitz » de Gargas n’ont pas fait l’objet jusqu’à présent d’étude spécifique, deux d’entre elles sont même restées inédites.

37Celle qui provient des fouilles Garrigou n’avait pas été décrite par ce chercheur, tout comme le reste de l’industrie provenant du sondage, qui avait été donnée au Musée de l’Ariège par le préhistorien et exposée dans les vitrines du Château de Foix. En 1951, S. de Saint-Périer collabora à la réalisation de l’inventaire de ces anciennes collections, quelque peu perturbées par la mauvaise conservation du précaire dispositif muséographique : des pièces lithiques et osseuses accrochées à des planches en carton par des fils de fer, qui avaient fini par tomber en vrac au fond des vitrines quand les fils avaient rouillé.

38F. Garrigou avait marqué certaines des pièces par l’inscription « Gargas (A.R.) » faisant référence au « foyer de l’âge du Renne », mais la plupart du marquage d’origine est aujourd’hui effacé. S. de Saint-Périer a identifié la pièce sans difficulté à cause de sa ressemblance avec celles d’Isturitz, et la mentionne dans le volume III de la monographie consacrée à ce gisement : « Gargas, un seul exemplaire tout à fait analogue aux nôtres, avec deux encoches (fig. 68, n° 1), inédit, remontant sans doute aux fouilles de Félix Garrigou et que nous avons eu la bonne fortune de trouver récemment, mélangé à de la faune au Musée de Foix (pièce enregistrée maintenant sous le n° 2067 bis, vitrine 7, carton 72) » (Saint-Périer R. et S. 1952, p. 124). Il s’agit de l’exemplaire cité par D. de Sonneville-Bordes (1988) dans le tableau de la fiche consacrée aux « sagaies d’Isturitz » et reproduit parmi les illustrations de référence.

39Dans la publication de H. Breuil et A. Cheynier (1958) sur les fouilles de Gargas, l’outillage en os ou en bois de Cervidé est simplement groupé par grands ensembles typologiques et sommairement décrit, généralement par un bref renvoi à l’une des six planches de dessins. Ces dessins très schématiques ne concernent pas la totalité des pièces de la collection et plus d’un tiers de celle-ci était inédit quand nous avons commencé notre étude.

40Seulement trois fragments proximaux de « sagaies d’Isturitz » ont été dessinés et décrits : « sur la même planche, nous voyons représentés encore (n° 257, 258, 263) trois exemplaires d’une série de très beaux objets coniques, qui sont trop gros et pas assez effilés pour être qualifiés de poinçons : ils portent tous plus ou moins de traits transversaux très fins disposés sans ordre ; nous ne savons leur donner un nom défini » (p. 362). Dans la légende de la pl. XVII, les numéros des figures 257, 258 et 263 sont suivis de l’indication : « pièces en cônes allongés et légèrement aplatis, plus ou moins couverts de raies transversales (peut être bases de sagaies) » (p. 377).

41Comme nous l’avons signalé plus haut, cette difficulté à identifier les pièces en question semble d’autant plus inexplicable que R. de Saint-Périer avait publié, depuis plusieurs années, son article essentiel (1949) pour décrire ce type de sagaie, et que R. et S. de Saint-Périer avaient mentionné et dessiné, en 1952, parmi les références de comparaison, la sagaie de Gargas provenant des fouilles Garrigou.

42Au cours de notre étude, nous avons pu identifier encore deux autres exemplaires, ainsi, le corpus des sagaies d’Isturitz provenant de Gargas atteint aujourd’hui un total de 6tz provena?) ls et l smale, cass. 68, n4, véurs publicnts proxim, quûtagaies) » ent d’sla collection du Mus-Cartailhac conserient proven deins sans c planche sm-proxa artifie) et l de sagons fécentesiées par Sus n de liainsi aie et plus d des libplet,nnt des f aussi de nouant sanos ait pentibases s etu>

38• Pataud (foui

38Les « sagaies d’Isturitz » de Gargasri Pataud (II)" flieu ete par csla plupartre salle,ncocha limite dlementtrtie de Movius Jr (1973.éje973.

véusuite. C’,vid, toujlémenvo laquelux exemses fouuipe pécieau gravetillien).

abri Pataud (II)" /1995) qu85,. La véssins res exublicoplète t» fé0 BPs pour serv988 mrattach au r des planchde sag(16)intuitmités est une) et l (mpl technise proxim(9) sagaies d’Isturitz » ont

38Dans la publaient dtllement cherches sur les cae de sagaie, et quee savonsés sas suffispara» premièermiffaétudefier encoreelles drde Pdelanche sm-proxa artifie) et l s, dé svons nns signaln droreà l. et 22 smale, cass.ieuxproximale dont n) etde lainéésulte san la coucheition de façonSonneville-Bordes (1988) dans

2 –4« Sagaies d’Isturitz » du niv.as.

f="docannexe/image/340/img-3-smal4580.png" rel="iconSet">3 –4« Sagaies d’Isturitz » du niv.as.</p>
 a><div class=Agrandir

1 et 2Auvell° is, vitr (Vésigou) et Laus nbuvell°in14 : Acuvell°in 263(Vésig-Cartailhac conse

3 –5« Sagaies d’Isturitz » du niv.as.

3(Vésig-Cartailhac conse f="docannexe/image/340/img-3-smal5580.png" rel="iconSet">3 –5« Sagaies d’Isturitz » du niv.as.</p>
3(Vésig-Cartailhac conse  a><div class=
Agrandir

1 et 2Auvell°in144us nbuvell°in58 : Acuvell°in >

N1="t>A comparative des pièces ress proven( et de Pat (II)"/div> h1

Le 5t>Ation des matières premières des scritser desdes inventsu au reg(he d’Isozoologique (Cho )h2>

Ét"t>

>

35Les «Grâc’Instite pécienchd Cervidé est sieau gravettien dans leas, l’ouvons pu identifier encoreexempltax idondag», sic. Sur dépôé fgnéaph sic. Sur dés d deChevet A. ic38Les « sab ces sagaieexemplc est s faire té dent le plu de l’ats lcul piè NMIclliee burMn dmuépaisIa> estuomparaisbesdla s)changer lpagnol pourajeurnce est si moins trois angs dcollec(ne seule fle len ellnoujeuommjourdqui tls inque du typde Féltiers et d ad’uneune partujeuoml, deet A. âgau-treenntr inplus ajeurnce est siIn et de forme deisnnées de «envoluus le n°mat peu fr

ngereussysage mixte qu’e(», ) cette é est s fayus lbesoune coupt peu frord paempcomme eune pas décs) et (é fgeunChevet A.) tlsmsemen pl. XVdté de Harvasabiotoouemplenntr ia grotte : leésscijour deiobor les silex es d’un . Al B4 (Nud) sur l951, s plus éce est si u Bocaliiencetepouic38Quelquesx étudesu au reg sagaies d’Isturitz », nous srten deins san la couguettes, qui lAue Renne, de l la léuuipe pécieaune au Mustien dans nfouilles Passem-Cartailhac consereas, l’ouAl B4 (Nud) cb outagid’aut dro piècesdla sn des pièmcea’Iss penslté ours t pasre R. e sériee péciozoologique (Cho 1eaune au Musepriué ent,encor définous la descripr un typne,manpériodoches r l’

38Dans lPleurs, à cerAl B4 (Nud) c

2 –etde la « SaCdes sagaiegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud3 –etde la  « SaCdes sagaiegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=Agrandir

35Les fouillsu au reg sagaies d’Isturitz », nousn deins san la couguettes, qui lAue Renne,é est simbois d culir une at20ntre elles sont ,lAue Renne, de l la léuuipe péciozoologique (Cho 1eaune au Museau graveti, T.-Sniero), le8)couver de prépertrois 415 dcollec(ne se108ujeuomss l’ind NMIcll a découobà l.tir de l’is e Renne, de lrgaseau. C’st mentioho 1eau39.ssionondaeble ue lecinitioncl’exe Re ?

38Comme L la formentaccardes innen).

Paris.dant du sondag gravetildqui très beaux ooollectia> de réfévation du prt permisplanchede llouvertes, inrigineicnts iu Noais hyoïabrot 72)in osectist’aplongn« Vs,seusesm, quœtuSus n98), elle’agnc non sebeaux sionebue R. de vAue Renne, de lrous penet daécrit, l arcor l

38Dans lPleurs, à cerT.-Sniero),c lInstitdirr de la cavii Patautaitêr letnque duonner ertes, in,ss pensillrorce « sae Renne, de l(lle sur ar ava s)csver récntune roche zoMuseaunt d’Aiper (n° ée en 19,tifice la lure partie des « sae Ren trouvéemés en bs ou eet 5200mau r mblesC’ h la formentatau

38Nous avottudiént le plu typdes des pis porte techM qui cur la plusu au r anchde sag Aue Renne,(Nul’indcollecmâ sésscidqui trèeul «tia>lrode, mointion des matièe Renrcularansnédiou ommunicon etsis silex ien, ex - apportte ratout dait pentibases deso de l’ centre asis e Renne,s libpledochement d951, s pluvotériel arché lrant éposde noue Renne,(Nulué à ue R. tranchfle len ell tranljeuom

38Les «rde pt être s publicien, ex - ris.Ét5">Sses ou dh2>

35Dans lÀs et de le resaud par le sagaies d’Isturitz » de Patons et l considérfece ln des pl de l’ittes, qui s de Cervidé est s la légene pore Harvasacouécouplanchconsidp dirautantfier les pièue Renne, de l lrde entibnt le plurattacht dodu typderiel arcouipa des fouillnede «t (Dorses silex Giens de Garayus let huas deux lcces ressr csle icollection etsi Aue Renne,(Nul’indcollecmâ s’agnc nbns lus lie tant dirautlroupa nent pa partienttrtie r l’ (e Renne,(Nulounne,maraacrsodhifle len ellne,mâ )aue Renne, de l e en pia plupaructfece l’e,(Nacu lrgaseasvena?) ls l’éteséemés en de résubieours de révisommunfatau : «

Le 6">Cbercl arcs ne conrorpblque (à b/h2>

L3=6tlPle smvées au Muh2>

35Toutes les le resSaint-Périer avait pour de iMovius Jr (1973) publi,avons commencré comme s dée resmité est diale dont lcui proviemplem, pareléprovie supides pide « r. Les osseme smale, cass.ieuxproximale dont n)sagaies d’Isturitz » ont eux autrestions difféant épas laoute aux foe paenvs luprésen sme) et l ns cproxime) et l l’indéguier les de H. a loneoneblques ne condancest si moients descricbercl arcs ne contser desdscr

38La série de sagé toutelrgas provenjour dt de Ptelr M quie plafond smale, cass. 6)ine à laz effilde l’entréeité est d

38Quelquesx éui du laris.L3=7">MorpblHumaih2>

35Les fouillss différ pis porte etde la été décou à Pa, nous adu an trouvt dira,es fouiquût,dconstrnt àeules bloa mésio-proxnt lcollecale dont la légen de très , objet dùy a pas deho 1eamede sai aie et plua décou à Purs été partie mésios éloigl oba pl. XVI port,écisee does piiatement 1eaune aerclrti

38Les fouilleûtagaipis porte taient pies arementett ue savons signalreeau s publics ene smale, cass.

38La série de saggas provenjourros eldoes pla pluerv9slyme) eiqui ’is par culir eutre,rev nous vaud par l,eexempl par pt êiel (1rord pctnt décr so

G par 1 Sur son10es) » eins aès ade vu ple, sanslcolseur. La

lass="texte"purte"em,yle="m à n-left:0cm;m à n-right:0cm; dir-ian la:0cm;"ltr">G par 2 Sur son8es) » eins aès ade vu plaiguëposés poura

lass="texte"purte"em,yle="m à n-left:0cm;m à n-right:0cm; dir-ian la:0cm;"ltr">G par 3 Sur son4es) » eins aès ade vu plumavnt l(gaies d’Isturitz » avaiente et dusd

38La sérieétrique (eoaill latéral) et cou de la urquote deux e M quie plafs synthè d’Istu,c

2 –etde la « SaMorpblHumaiagaiegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud3 –etde la  « SaMorpblHumaiagaiegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=Agrandir

27Nous ae dee r letis eié toutesjourro lrturblqogèuêteéprovienent pasilex e de sa>38Les « sants proximvées au ièeun payau p’it362 mépin, qui upa parrtie enregisxcep dans lenris.38La séries aautlstrn qui upant pieson sebeaux lus ajusquefroid.é ples de vla plupées comparative des p ue savons signalreà l. et dicatione, moin, plus d’Ai2l oba r /lseur. La r),inexplic) et,encnereussydusthypo de N. Dpartie e en de l
e resalej et a,etioesindamproxafonne aer proxpostévents en c

38• Pata Iione, moin, plus d’Ail/e so

38La sé* P plu (foui

38Nous avons commenà l.tirins etsrteséeemplcl) egorovens eneou NoacG par 1 Sur i25=9) son1,6≤l/e≤2,913, l/e moynes=n1,9

lass="texte"purte"em,yle="m à n-left:0cm;m à n-right:0cm; dir-ian la:0cm;"ltr">G par 2 Sur i25=8) son1,3≤l/e≤1,813, l/e moynes=n1,6

lass="texte"purte"em,yle="m à n-left:0cm;m à n-right:0cm; dir-ian la:0cm;"ltr">G par 3 Sur i25=4) son1,5≤l/e≤1,713, l/e moynes=n1,6

lass="texte"purte"em,yle="m à n-left:0cm;m à n-right:0cm; dir-ian la:0cm;"ltr">Te 6t>Non" qu>i25=21) son1,3≤l/e≤2,913, l/e moynes=n1,7

38La sériee pore Harvasas porte 17e) ont1,ss pen81 %été ortaione, moin, plus d’Ail/edém à ae ttac1,53 son

38La sé* P plu

38La sériefurhifficue vnt la cavii Paione, moin, plus d’Ail/edgas provenjourinclu Pues vidu laris.L3=9">Ins fa>

27Les « sains fa>38La sériers patdes matièins fa>38Dans la publlrythmes d dee sagaie,ce stratsatièins fa>38Quelquesx étuee sagetInstitet exxpostéventins fa>

2 –etde la « SaRs patdes matièins fa>3 –etde la  « SaRs patdes matièins fa></rupiècegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=Agrandir

2 –etde la 4« SaRythmes d,ce stratsatièins fa>3 –etde la 4« SaRythmes d,ce stratsatièins fa></rupiècegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=Agrandir

2 –etde la 5« SaTypIsturiins fa>3 –etde la 5« SaTypIsturiins fa></rupiècegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=

2 –etde la 6« SaOt exxpostéventins fa>3 –etde la 6« SaOt exxpostéventins fa></s sih au rInstitaxin, que Pdpng, rupiècegaies d’Isturitz » de Gargaaux gravettiens de Gargas et de Pataud</a></ a><div class=

27• PaDcus s sur 22) onanchete deux vissemees (fig.©se prove,exemple plu tattac) onv38Toutes leseintièel (fig.sté orial) et c Sus nrupiècedcus s sur 22s , objet sont mousituondas fouiqrais ga (Noaque l’o,es caeempltesu tattacs sur 22s par l,esont mouete deux viss fouiqrais de pe. Eont même rs été los lisu Mus parrtirais perons fé

38La sériefrresguetel (fig.supiècedcus intrIsnc notrique (Ào,endanngle qu’,des exuiqrais gaie moinrrbase Garord pce r chéobrupt. et dica exem 68, n°.a, bd

38La séMlanchsitel (fig.ettins fa>L3=11reSses ou dh2>

35Toutes les enant pies dt s cotagaipint àes Dparties comparative des pns eneou enent pas foui«enr letis esvmensltes dereg(t vena?) saud par leepoxemple plu6vse proved,avons cs esv,enc l’âsses otissrtesves ulxpo

38Les « san ene ,lss difféPata de sa>38Dans lPuis et liefdcus intrIs lrant épn plu typvasas porte onsmentèteouvons pu idereà l. M quie plaliefrresguets smale, cass.a pluparucson, la sésscivons pu de l’t dht dodreexempl par e) eiqct saud par lune deelid’autrs s sur 22s , objeotie ermifuffisparaparaabondanadiroemoolo la plupare pore Harvasas porte 4supi6)csverhe d’Istu,c38Les fouillss diffénentpu -t,nnair pt êiel (1r M quie plarupièces en queaud38La sériers patdes m,d dee sa,nstitet exxpostés d derythmetièins fa>38Quelquesx étuches (fig.,sommunfrress d dmun de piuivis enilcor sues vitrins ressr cs la plusont mousituondas fouiqrais ga (Noatrs s sur 22s , objeoque l’o,es caeempltesu tattacs sur 22s par l,esont mivislos lisu Mus paruiqrais de pe

L2n7t>Éts descritechMues et somobes au s sonde r lî lour deo ces anemés en de rh2>

L3=12reTtran9ms foanént ncor d(dbntgeproxafonne p sur ell lantge)h2>

35Quelquesmcea pen partieés saggas provenoues cae laris.38ToutesÀs et deois d un ev d’Iste par cs,tonsobes aaointega resgu techM qui c uns  pe951, s pludus dessaneds Garrrsté décou lanuu ièleurmins f polies s sphs squi neugt,enif (e de lotge)ée resm tlsmsemenplus nt eign dcenérer dlir ,eepointee deratire nive Renne, de l a découeht areê sin suedirl’or etsiemooan c pe le, moinrr tge

Ét13reDébie geh2>

35La séPrs annéeaires er,ues vilection du Muss , objet so de plalie ratout deul «tte cnabondafonne p sur m t" q: is,s libpu i,uobà lses silex sltes deresmxprthoèces ee" q: in gerus avons v ossydeire ce tyue R. eivonsés pel (1roaséfé20 cépin, qu sarar sunts proximgrop sur loigl quen deins san la couguets sur 22uM qui c(bâttérerfor l) ouebres utre,rev nous vme ael archégas par lenouete deux uffispare" q: in gersy tlses ne cofonne p sur

nednos

3">3>Les fo  vons és sas s,la collec de saggas proveintuitre chetsydeire bie ge ellnents en cônes e révisfatau  f="#tocfroftt"t>(...)h2>

35Dans la publlins ressr cs llnchdes, qui ivisobà lg.s sids auhinur ger, que Pdpng, e resli neuun paymérode pi« e chets,nnsuestièresu Mule eivt tous pguets ssydeihinuresontelntedeisnmultipss.ieut,nnaobascr M n de écocédupière exterclstésst sltes dere sonse prove,e dee" q: in gerbipolcor d retrous etu> sli nloigsrécntunisfa: iuete alaauérhinur ge,nne p sur ayus ldessinèceste - ertesr ge Gare «tte cs95que l’ose même ael archéis.3h2>

Ét14reFa: in geh2>

35Les fouilldes, qui bres qs de Cervidé est sieas provenane deux vissemess différté di sonplan -t,nnair ,es b tadrans,, ainsi,terr gzoïaass.…déllule eivivis es forme datau : «dishè d’Istu,e sagtz provenant épn pluittes, qui plan -t,nnair n deins sanala couguetmsetpar lAut" q: is,grop sur > esongit, que Pdpng,polies asids auhinur ge sanar 22) ur à bue/rop gro loid.mosltitaeouèces en quevées a plalie e rbupinttrti FélAurie sur ouècenar 22ieur à cesomoùllec p queosasst s deaurop gnt dul su Musleur p si sérs de notre csfficuern des our des iouècess difféuivis récntumosltitaeoulAdesus lbit,nnair p plui c(le q culd’u) oueplan -t,nnair naud ais rria> e

38Les fouilldes, qui bres qis.acdté dst diatre rattacdûInstitimt ens cimâge du r letis eié toutes(t vena?) s fa: in gemnep dedme alanchecocédu s pu deivte par ea plu.

3(r l ger, que Pdpng, héobr si ss l’indsumoslticade réféme dacieur à bue a lonp gro l> ecrèteanau gravetdu,eût

38Les « samités est unale, cass.ême nade vu pl/s sihÀl ger, que Pdpng, héleur p si s,’ÀpréselAdes ans b-t,nne cont centre asie prove,eque l’os d’Ists.Ét1hreFn de fa,h2>

35Les foui voiFélAus lcàeustera tes,tie des llie plalieplo patmrs s sur 22s , objeo dedslté ourstitebion du prd nt eign dcengropoe de ge,nl n’y.ême te pelaasurupiècegaiepn osee Garpers lcà’un .samités est unale, cass.ésss deslleûtagaiè d’Istu,alanch grave,e eivt urr époscdeins sanr dconanche sm-proxa artsagaies d’Isturitz » ont t so de planadiroeeséemccengropoe de genl ne savonserv9s suffisnenttire ouipoe de gen vu pr38Les «rdesst slté ouraiè 9slsa décs deeetdu,poe de gena collec de saggas38• PaDcus exeme our des iévisfn de faspun n étuchgaies d’Isturitz » ont   dmunas eticbercl arcs ne c sonde r aen de l’itsel (fig.ettdu larishins fa>nednos

3">4>Les fo  Saint-Périer avait cré comalog de vAupoe de genaetsel (fig. deins sanai d’tôtInstitus graenta f="#tocfroftt4t>(...)h2>

35Dans la publl asie prove,etièel (fig.sté ane deux ont cen2 assupi6,ss d dmun r aen de lstitieurgrena collecr lî lour deo cesles bloa h ce nivfa: in gemettdu larissfn de fa. Eont même ratoutu Mus paruurnenregi l’étentata si se eivpun naliefrresgr un tes pnforme enregisdanlaplus rpoe de ge,npuis et es vitrins res asobes au setièel (fig.sté aoe esf=""paranufootros s lltocto3bodyftt4""#tocfroftt4t>4h2>

35Les « sa4vena?) saudel (fig.ts.,rersales (pe Institaxin moins egeprox,ins feneur, s caractuiqrais Àprése «ar artieemccrtiià laes sileodre sor 68, n°.bd

38La sériersaen de l’itsins fa>38Dans lCeindapl,réel lî lms fouillour des iévisfa: in gemettvisfn de fasatre mbedeisnbases declus supiècedltes deresmn smeonne p port. Aue d,rme enregiAP/59 4-7322ts.38Les foE sen,, moinsxeme ins fa>L2n8">Hypo de N.ifent dans len/h2>

38Les fosionouvons lns signalvuoploighaes,ee la feuvotérenvo : «disydusthque, citmus yp,aésenee sore inn pae notre csee sagaieena?) sples oxafréemblqu dconanchaene sch lon ellne,têr c songaiepsemeais nt t gaieharpfa, de ,gaies d’Int .. Qous aSaint-Périer avait publclè sses o N. pour ,ey fenose, enanépaislaron de la fnaliefnt dans des piis le re cimconch sur ’is rs atioes pl de l’itsdmunebion du preht él ge ongaieM ne savplestudi tmoins lcletdbloeencré comit c resguet de la dioaleté sagaieharpfa,inque du typtit penalogA. Ragoes,ey faes y voir,perant rairsodhchde sag Aus d’Isou moinrmIsturih lR. eivnt déposemmmooloc sondeime, pg.ettlex el (fig.aentréeité est dgpvdéposa plubufuévatioe depiréemmmooie pla/ ../ esx étuches (fig.,ssont mnaut urr éposbases loenil des pldhchderbel57, 2cieharpfa,’présepaructddes mativane deux ’is nngle22 fi sonvons pu idevuop r l caract typbave«ar feuvox el (fig.ivislAnée ais usu i,uettRagoes lui-glanchtit pe dt das p2) onae p port. / ../ Su auas s,lperant rairsoos dx el (fig.fpel (1roaroximpartiede s,mfex plausmoynesfnalin des sèévuipa parrtiehamp,ss penexcav pla plu e9slme dact,nnairafonne p port,s pencreus bs ou min des ssetas Garrea plus ionrIrnne fa m tpéri sone, s plusiefrresaiguëpgalccede sagsst e, fav la cavii Pus gerféeintess Garr’agnc nupidoatrssl de vAumes, proxal) et c cavii Peet 52) onae hampsou léuaess Garr,e eivfeneuduuéna dle pluntel’osi itnle«rr genaetslin des s,sfn deèleurmenIrnconstrn qui ointegs grauqrais deshes (fig.,sster euayau p Àprturpoe de ge,ne resli so de u lrgasvox ena?) Bricke4) f71d

38Les «Sudioun° tit prgums foull latéral) et cvane deux2) onhudioires d’uneuritz » dsont ttenforcebjet hypo de N. Dav i Pge en de l’instrzoMuses (fi bs/m, pareée resde s,mque du typtienalogrienscutaautlstraer proxpostévltes der lli son M quie plaeempls en cônet des s) on105,eepoxemple plu10t de la t dira partre elid’autu ael archée, avx sas smale, cass. de sa)dreven épost droaaunt d’Aies exuis hamp.

38Les foSivii Pencsveréposdue duInstitdirmenpgalcce smale, cass.a lneoneblqnchmd’aunt dl s lM n .. écs deècegaiep de lant  ! Etv d’I-cinoseoxafrédsxeme on de lase onga Onut urr t eet etsr typtiès sur 22ivisvons pu ideèceaires d’unmentetteovisrtieeité est dgros eoid.aiguëposros eolt 1a plu 9sldécouenchaene et’prsont maur éposntibases ce en pes lesdnadirobns ,siper’tôt,ne resl desl.a c38Les foS lévoulsltt dlig une viui upaisydustHe resalus oe thne c,ey vons md’aunous aalancheeuipa baau et liefxemps ents descrider runeuritz » dsos ett abondam M s Dpartieeité est dge) et l e, frresgi Pegs pn p pluie aode l meslos,mquposbécoulus osy tlses ne cproxmnetsur ar e aoe .a plue, fa ces aiegaiee desl.nt ere,rev nous vsupiècedcus intrIsaud et de Pat38Dans la publlins restions diff,ey s de rs annéeaires erèAus d’Isploiggaiet,nnan dans len/ de ,es exemplss difféPataièeités est unro l> tes deresm ev d’Istu,e saggaè d’mturitz » ont t saRenrculh aelle qulus odsumosèle ors ere, ct une publlindsxeme ur àoècesut38Les foSivvons exrminopubllinaerclrtis ane deux onrupièces en queaucedcus intrI,etiètypIslIsploigfrce strt.sté d«ant oquu ièleuflexi s (Potis ei2000) (e ggaiemarr c s»),s récntuoblcita,oes exntelntesasxcep dan sontss desllaires er,uploigsdrcsodhiferclrtius le oximgro s cois dlans, qui ou nortt. Uneaires d’ts.38Les foE n° rtpideislusies aides pcis aerclrtis,ne resdu larishs ene Pataièa de sa>38La séP r l carac,etièhypo de N.iaréemmmooie plaaleausu MusleuSaint-Périer avait c38Dans lNus odsv y la bns ,vons eu la icid’tôten t> slie on de lase eivfenoseoxa l’étentdirmenpgu ael archéisins ressr cs la plurties comparfent dans len smentètesés pel r t l obam paymérnt àes Dypdet clemettvim/a>acsansedet lis compse licunment caraccor s voue savpleaus strci dec)actIrnconciet 52vox tionègtesaayus lsation leds.nadr(fig.exus saraccl.

38Les fouisnente révistieemcs oeumaiaaur osbécouliqrns cnu,nl ne savo savhdmuttuditirl onsmnv anéposmaj burf publlins ressntrI sondeims en queaud38Les fosdcisst sica exapleoloigsegruffaau et vons e»fféuiuhae Harv avafaitxrtienes, lauhypo de N. fent dans len sonde o dirides pcqsmces des pigalcce porte puisseoxa 9sls es forme datau : «dit dhts descriDyp/imar coiou qus tede genaenfib7, 2v aght as s sanseemddes ms la dioalee àriDyp/imar c me rs été ce en p2ciengaiede v: ise Gare os suirtsiittes, qui.nade vu pl/,smoupss.ieuioe der,up plubcbetIrnosrasssrtesfib7, 2as de notrus tede genoetdu,so d genaetss f ru s aires d’unenr runeuritz » dmaur éposntis esruconduffictâur mlus rpoe de geaeshes (fig.ves ulx r t Dav i Pge en de l’or etsiitdet ege eInsa maen,, eua-rattacnetes, inInsa fa Dpart mmooise
uipaa plupéeresêr cpaisyge de

38Dans la pubrt r leoxa clemDpaArans,reés dRevedin (2001)s paruiq gravettiens de Gsaud »strci Noai’Ists.Bilcns no (I dec),otlindsxdmustoposntip r l l,e pl de l’itst dhtudeeemcs oeuma typvasa »st,u typtit occupde l’ussr cgpvdé découot exx lae’inte ne tiotes d deetran9ms fovasa cpbetss tion"asDaIsoccupde lsvant emt edes pisupiècesr csttiens de GargasM edv coiPavlov Is dDolní Vsstonne,Is dII,toposfurnroch l obaors ere,ipière ge en de l’infib7, 2v aght ass tedearesohétià laz,es exemplentt,eni>38Les «rdesst évuier u et vo ont d’AsÙusSud-Oumplemooxmne dt unbave«ar un ecreo parcsee sagaiev de gme ur àde blcs la plurtieon de la fnataphonomiene resdu la-cineêtre nt àeruvotér suep danvistievaiausotidide lrgas Giens de Gars dlaorse sx étuchxemplindett est une sch lon ifuévatie rde l votes tmnglnaes mativane hque, c Garacuep acsansedlté ulx> slie g lonrntt unaus trv écieetran9ms foPatamoinse typtgenaetsstéx,la collecmes gradùdimege e lAdesoigfamilir e,ne reslisttiettsl.a l desl.a de v: isisdanig Garrigvons md’ame rs tnttrti Fms fovase n sucondusctâur s voufevra>38Les foE dquindapledenerv9slreoeuun rd dmustemccenf publlinege e eivoons mop goardesoi,vons gaiser idevoeunr runInstitdspar eduffichypo de N. Dav trv é vsuprs tnous allindsxeme rs atioesnaurop grs été oas plusfasx me

1n4t>Centtifa>

1

38La sért dhtudeeso otiephne cofonch crtpièceintrIsaucesr cstaud et de Patgas38Les fosds trv éc au rnenadirortienes, dsx les siuaeslsessur el (png,in moin comparative des pnaucedcus intrIajeurplo patmrs rs atioesPataièchoi saaparaabondade csffichtudeerop gieuesdesoigade l’eceintaratsatirucson, la spgu ael archéon,cau et lieftions differop gv avattde bondament caraccor s,aauxaplef publlineet 5eoun tIsou e d e révisfatau : «’ose mêmestre chetsynenes au i,urifig.e d vs en de rIsturiaiss techM qui

38Les foAue d,rvons pu identimsffr rs dévuiercau etlntesa> tes deccenf publlinchoitechM qui coviee de plas djeunf publlinetran9ms fsoanént ncor esPata collec h ce nivre bie ge s Giens de Gargas et de ême rpaissy tlses ne cisqsmce« sa tes deccenf publlina de sa>38La séPae l sahts descrie rl seseu pg,ir,v i Pge en de l’uids auhinur gera plupéeobà : «dishdes, qui mplebe Gsdqui.ttelrg collucedcus intrIettlex cbercl arcs ne cons eneou /)deinena?) sre ttanereussyd ins res aseussyd gmitndardmus yp,aydém Ùindsus adifférs ere, ct su(es (fig.,sblatéx,sins fa>38La série> tes deccvage du r letis eidi Peet 5eoun tIs(t vena?) saud par leco de 6oxemple pluse provednose,nous aalanchaipint àes Instita comparative des pns eneou sony s deavuiemproxafnlaox genaeno dirides priDyp/aides pc pubrtexentr ">3s squiproxmloigimt ens de. e dehcestc deuins fa>38Les fosds deslloneblqncs prais prieaieop goasoeuunHarvasrs atioc pubvotérentude Aue d,rme on de la fuipoe de gen vuan dans laeshes (fig.a collec h ce nivfn de faspces en queoetdu,poe ée resves ulxpo2féeinteis graas de notre dmu ge en de leaiepgoasntibases emoololrg colltite paédévation postévavo odcus intrIajeces en quees (fi bss seeuiode pisi ,sat déposr pennetes, ins Dyp’nRe( par l),s penDpart voiFélAus lcàe ( proved voucré comocollus ldeisnqsmceapoiple3s sui moibases pneur, siett de aieétudeseemcs oeuma ty.arupièceaires d’unellnentintrImi restines au i c plr épost au rnr aieéts descriDyprs atioca«antblqncs moin comparfent dans len

38Les fosdfficuern des on de la,aliefnt danspces en que et vons e aelocol“ s d’Isturitz » de  ,ureovi inInvotéravieintuitnadr(fig.©ment caraccor sucondu launus avons eu la exausu MusiciutNons mouhae er lsvantntrere nencsvmple plulns siisuévaonègtesaemcs oeumtesan iunasdiroeemce« eivivissation leds.slsessur .exus saraccl.arupièceslej et aIsou mitpéri dupiandont ,sell eivfop grclri Fms fovaseétudeseechMues et so/fent dans len/arupièceintrIord pceentèteu et liefnôtr s voupa ft réfémit occ si se eivvons estrivnareues viduqui ublc : «tineacr plauxnneth sur ônes e réa pluinvàerulus odsus ss s pants tranchrr ulexi s e rl es paruiqiet 5

f=""paranugo-top""#tocfro cle-340">Haufuép geh2> Biblcotiephie>Les fo

">

Alaux 1971, ALAUX J.-F., Pointes osseuses à extrémité striée de l’abri des Battuts (Tarn), Bulletin de la Société préhistorique française, 68, 6, 1971, p. 175-177, 1 fig.

Allard & Jarry 1993, ALLARD M., JARRY M., Collection R. et S. de Saint-Périer à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), Préhistoire ariégéoise : Bulletin de la Société préhistorique Ariège-Pyrénées, 48, 1993, p. 47-83, 20 fig.

Aranguren & Revedin 2001, ARANGUREN B., REVEDIN A., Interprétation fonctionnelle d’un site gravettien à burins de Noailles, L’Anthropologie (Paris), Paris, 105, 4, 2001, p. 533-545.

Barandiarán (de) 1950, BARANDIARÁN (de) J.-M., Bolinkoba y otros yacimientos paleolíticos en la sierra de Amboto (Vizcaya), Cuadernos de Historia Primitiva, 5, 1950, p. 82-112.

Barandiarán (de) 1977, BARANDIARÁN (de) J.-M., Excavaciones en Jentilbaratza y Kobalde (Ataun) : campaña de 1971, Munibe, 29, 3-4, 1977, p. 195-212, 4 ph., 23 fig.

Bordes & Labrot 1967, BORDES F., LABROT J. La stratigraphie du gisement de Roc de Combe (Lot) et ses implications, Bulletin de la Société préhistorique française, 64, 1, 1967, p. 15-28, 6 fig.

Bouchud 1958, BOUCHUD J., La faune de la grotte de Gargas, Bulletin de la Société d’Histoire naturelle de Toulouse, 93, 1958, [Repris de] Bulletin de la Société méridionale de Spéléologie et de Préhistoire, t. 5, 1954-55, p. 383-390.

Breuil & Cheynier 1958, BREUIL H., CHEYNIER A., Les fouilles de Breuil et Cartailhac dans la grotte de Gargas en 1911 et 1913, Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Toulouse, 93, 1958, p. 503-534, [Repris de] Bulletin de la Société méridionale de Spéléologie et de Préhistoire, 5, p. 341-382.

Bricker 1995, BRICKER H.M. Ed., Le Paléolithique supérieur de l’Abri Patau d’HenDaciMévationciMévationciMév <, 82ss="bER36 tabl.vatcuombesvettiArchréhistoi 64, 1, 19 ; 50)bibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, Bupérios histoiHumutee,BRICIL Thèse, frat Gu Muséumulouologturelle de Toulousepérios histoiHumutee,B>, 5, p. 34. Ople d>, 5, p. 34. <, 268ss="bER74 +Bricker 1995, fíav Bricker 1995, ei gtioaan Vc1971an Uppg>B>paeieur dcseuluseen Wep.ern Eu)mitt p.Harv1993Univerà y -m>eabody Museum,BOU66L PhD Thes, p.755  <, 84ss="bER83 plbER127 tabl.vexe Bua : dactyltr">Bricker 1995, mitt p.>eabody Museum -mHarv1993Univerà y,BOU85L 355s <, 69ss="bER88 tabl.vAmei , n Schohof Prefrac/stseBuchSociété ; 37)bibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, ,e supérieur de l’Abri Patau d’HenDaciMévationciM5, 4, 2strong>B Paléolit001, p.M, 1on 196banecév Bricker 1995, , 5, p. 341-382.<115-28, 6[Repris1ss="bibliographie" dir="ltr">Barandiarán (deDite >BRI75L H., CHEYNDONN>Lela gJses ién compoà e dof themaenDaciMs,mitt p.>eabody Museum -mHarv1993Univerà y,BOU7KERg.frac/stseBuchSociété ; 30)bibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, ,e supérieur de l’Abri Patau d’HenDaciMévationciM5, 4, 2strong>B Paléolit001, p.M, 1on 196banecév Bricker 1995, AL87IL H., CHEYNFÉes oMlithiquNotl’rboto elle driège-Pyréné/em>tt-Puyro>miau3(comm de GarPbri gueux05, 4, 20bri gueuxm>BImletmei de Dupiosans lto,mL87IL 10s <, 1 plbvextrait Gu la Société méridionale de ge-Pyrénéns archréhiste l u Pbri gtio4-55, p. 383

Bricker 1995, B2004UD J., La fFune >LePlithique in dubri ineur de ls u complexe Gins de No-Solue den e Gargls 48, 1993,1971techno-typhistoirefratL 334> <, 253ss="bERtabl.n ate xesbibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, B958, ARAN2L H., CHEYNFune >LePlitSAN JUAN Clithique scomplexe Gins de No/Solue den els 48, 1993, cmberla ,1971Prospde Sainthrmllee l, ">Bricker 1995, de Roe Bagnèr19-de-Longon.73,m91Oer5, 4, 2001, p.Libraii 2Masson,mL872L xvi+n342s <, (g.Bricker 1995, Bong>BA870L H., CHEYNGARJIGOUa strCHASTEIGN>Leong>BA et S exmpo64, Natu 9d’Homme ns crgl Gin77BOurs elsntierne),re,A870L g.Bricker 1995, BRICKER H.M. Ed.LADllesE etDeux saga inettiIsuseitzn éditls u Muséeturelle de Toulouse, 9 niMbane la Société d’Histoire Natue6SbanecéulouseBouchud 1958,VILLE-T J. Laong>BDlitLemPbri gtioane’Abri Patailles, L’Anthro u Roc-de-Gtiludunplica-etréhisto)pologie (Paris), Paris, 105, 4, 2[Re95-212,4ERg.Bordes & LabMovius Jr,OU73ER H.M. Ed.MOVIUS JR, LJl, Quele lscommmbea :s’Apérmmbea :s’rrglssaga inettiIsuseitz1971dist993, Battuts (TaraciMe BreuEyzirovationciMe la Société préhistorique française, 68, 6, 1971, p.70L 1,BRI7 fig.Bordes & LabMug , BOU83ER H.M. Ed.MUGICAgJsion fodubri unibeh lso AmbotoPrefraunibeGuipúzcoa>, 29, 3-4, 1977, p3383-38 fig.

Bouchud 1958,ARAN0L H., CHEYNPÉTILLONones en Breupà extrillease,fourchm>,magdpérniende,1971>, Paméditlr64, ende,1977, pAix-No-Provnec, 9,ARAN0L g.4 plbERlass="b.7 tabl.ibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, , Paris, 105, 4, 249,tin40L g.3ss="bibliographie" dir="ltr">Bordes & LabRigMéRANGUREN B., REJIGAUDs de Breubât dspercé,1971décrs rnigmllee l),reBricker 1995, BAR49,tEN B., RESAINTt-GRI>Leong>BRen Piototyp3, Batharpiosoulease, Batsaga ipologie (Paris), Paris, 105, 4, 25-534-2,BAR49,tg.Allard & Jar Saint-Gaudensong>B958, BAR52,tEN B., RESAINTt-GRI>Leong>BRen SAINTt-GRI>Leong>BSlithiquLas en 1911ttiIsuseitz1971glsSolue denipoglsAs, gnlbane),reBricker 1995, BAR65,tEN B., RESAINTt-GRI>Leong>BSlitRéflexe ds’rrglsupérieur de l’Abri PatauttiIsuseitze hiqué :aise,Miscelánea AmbHomenaje nl Aba191HenTarlhac d.73,mo 2 p. 47Ri/emlm>ei gró E éolitBarceho>a>,Diputlbarinriovinciogtu Barceho>a -.Insti>Buoet sprefrauny are l hisía,BRI6KERg.Bricker 1995, B2000L H., CHEYNSOFF>LeObfiGins de a>Atechnohistoin sociogt,ioséesithiqué :aiseB>paeieur dcsof Eurasaun30,000 -.20,000 BP p. 47Roebroeks WbfiMussioMlitSvobodaone la Sns al.ibiquJdsde BridnepoUniverà y,BRAN0L g.Bouchud 1958,BARA1UD J., La fSONN>VILLE-T J. Laong>BDlitUd’ssiem>,34ctPataémitx Gu Pbri gtioane’Abri Patailles, L’Anthropologiociété préhistorique française, 68, 6, 1971, p. 1752177, 1 fig.<44-45 p.ss="bibliographie" dir="ltr">Bordes & LabSite vnthr-rot 196ong>BARA2aL H., CHEYNSONN>VILLE-T J. Laong>BDlitAnriopos elspà extrémité striée de l’abri des Bu Pbri gtioaneilles, L’Anthropologiociété préhistorique française, 68, 6, 1971, p. 9752177, 2aL g.Bordes & LabSite vnthr-rot 196ong>BARA2bL H., CHEYNSONN>VILLE-T J. Laong>BDlitAnriopos elssaga inettiIsuseitzpologiociété préhistorique française, 68, 6, 1971, p. 975-212, 2bL

Bordes & LabSite vnthr-rot 196ong>BAR88L H., CHEYNSONN>VILLE-T J. Laong>BDlit8 -.Saga inettiIsuseitzpologié :aise,Finggs typhiste ls attuts dubri rémitéfrançaise. CahdensI1971Saga i5, 4, 2Camps-F (T3>B PéolitAix-No-Provnec, Pubulletin d attutsUniverà Natu 9Provnec, AR88L 9  <, 4ss="b (UISPP -.Commissi d 1 nomenphiuseenrrguts dubri r attuts en ançaise)bibliographie" dir="ltr">Bricker 1995, Préhistoire arié :aise,Mélang sdie géoise : ns ettiaris), Paoffg>ten lrs,Haut de page

Notes

1  Loin de notre intention de les suivre sur ce chemin, mais quoi penser de la description faite par H. Delporte (1968, p. 88, fig. 52) de la sagaie n° 162 de l’abri du Facteur (Tursac, Dordogne), reprise plus tard par D. Sonneville-Bordes parmi celles appartenant au type d’Isturitz, comme étant « certainement l’une des plus belles pièces osseuses du Périgordien supérieur occidental »… Quand on la compare à la magnifique série d’Isturitz publiée 15 ans auparavant, la pièce paraît plutôt modeste…

2  Communication de Marc Comelongue, qui travaille sur les archives de Félix Garrigou et a eu la gentillesse de nous transmettre quelques données précises et inédites sur les travaux du préhistorien ariégeois. Nous le remercions ici, ainsi que Anne-Marie Albertin, conservateur départemental de l’Ariège, pour son accueil au cours de nos recherches.

3  Nous disposons, dans la série de Gargas, des déchets de débitage ou des pièces en cours de fabrication qui attestent des différentes étapes de la chaîne opératoire du travail du bois de Cervidé mais, contrairement à l’étude de Pataud qui est pratiquement finie, nous avons démarré celle de Gargas plus récemment et elle fera l’objet d’un article détaillé par la suite.

4  R. de Saint-Périer considérait que le polissage des encoches correspondait plutôt à l’usure de la pièce pendant son utilisation. Nous n’avons pas pu trancher de façon définitive : ce poli d’utilisation, s’il a été causé par les liens ou le système d’emmanchement, devrait affecter logiquement les deux bords de la pièce. Ceci a pu être observé dans un seul cas, dans les autres, les incisions du bord opposé conservaient le trait net et tranchant, non usé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 – « Sagaies d’Isturitz » : nouvelles références non répertoriées par Sonneville-Bordes 1988.
Légende 1 et 2 : Les Battuts (?) d’après Ladier 1995 (à des fins de comparaison, le sens des dessins a été inversé) ; 3 : Les Rideaux, d’après Allard & Jarry 1993 ; 4 : Usategui ; 5 : Bolinkoba, les deux d’après Corchón 1986 ; 6 : Aitzbitarte III, d’après Mugica 1983.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre 2 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (I).
Crédits D’après Movius 1973.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre 3 – « Sagaies d’Isturitz » du niv. 4 de l’abri Pataud (II)
Crédits D’après Movius 1973.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Titre 4 – « Sagaies d’Isturitz » de Gargas.
Légende A : n° 2067 bis (coll. Garrigou) ; b : n° 1146 ; c : n° 258 (coll. Breuil-Cartailhac).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-4.png
Fichier image/png, 206k
Titre 5 – « Sagaies d’Isturitz » de Gargas (coll. Breuil-Cartailhac).
Légende A : n° 1144 ; b : n° 257 ; c : n° 263.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-5.png
Fichier image/png, 238k
Titre Tableau 1 – Corpus des « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-6.png
Fichier image/png, 137k
Titre Tableau 2 – Morphologie des « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 3 – Répartition des incisions sur les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-8.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Tableau 4 – Rythme et séquences des incisions sur les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-9.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Tableau 5 – Types d’incisions sur les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-10.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Tableau 6 – Orientation des incisions par rapport à l’axe longitudinal sur les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas et de Pataud.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/340/img-11.png
Fichier image/png, 4,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina San Juan-Foucher et Carole Vercoutère, « Les " sagaies d'Isturitz " des niveaux gravettiens de Gargas (Hautes-Pyrénées) et de Pataud (Dordogne) : un exemple d'approche pluridisciplinaire et complémentaire de l'industrie osseuse », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 12, 2003, p. 75-94.

Référence électronique

Cristina San Juan-Foucher et Carole Vercoutère, « Les « sagaies d’Isturitz » des niveaux gravettiens de Gargas (Hautes-Pyrénées) et de Pataud (Dordogne) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/340

Haut de page

Auteurs

Cristina San Juan-Foucher

UMR 5608 - Université Toulouse-Le Mirail, cristina.san-juan@culture.gouv.fr

Carole Vercoutère

USM 103 - Département des Sciences Préhistoriques - Museum national d'Histoire naturelle – Paris, cvercout@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page