Navigation – Plan du site
Deuxième Partie

Céramique, fonctionnalité et dépôts funéraires

Quelques données, quelques réflexions
Xavier Clop
p. 135-143

Résumés

Dans les sites funéraires, outre des restes osseux, on trouve généralement un ensemble d’éléments matériels considérés habituellement comme le mobilier funéraire ou le viatique du ou des individus déposés. En général, l’étude de ces éléments mobiliers se limite à en constater la présence, sans approfondir la connaissance des possibles utilisations et/ou fonctions matérielles et sociales que ces objets purent avoir dans le cadre des relations sociales, économiques et idéologiques du groupe comme aussi dans le cadre spécifique des pratiques funéraires effectuées dans le dépôt étudié. Un exemple clair de cette situation est illustré par l’étude des restes céramiques, qui constituent sans doute une des catégories d’artefacts les plus communes dans les contextes funéraires. Le développement quantitatif et qualitatif de la recherche autour du monde funéraire dans la Préhistoire, favorisés par ce qui est la lente mais progressive découverte de dépôts funéraires intacts, ont permis la réalisation d’analyses plus détaillées. Ces études ont mis en évidence que la présence des vases céramiques dans les contextes funéraires peut répondre à aune diversité de motifs. La discussion de ces éléments permet d’étendre notre vision de la complexité des fonctions qu’ont pu avoir les éléments matériels dans les contextes funéraires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude du contenu archéologique des dépôts funéraires constitue, sans doute, un des piliers fondamentaux du développement de la science archéologique. La recherche autour du fait funéraire dans les communautés préhistoriques a fait un saut véritablement spectaculaire dans ces quinze ou vingt dernières années. À partir d’une définition générique des « cultures » et des « périodes culturelles » (on peut rappeler, par exemple, les propositions de Gordon Childe), les préhistoriens ont constitué un véritable objet d’étude en soulignant le rôle très particulier tenu par l’anthropologie biologique. Mais dans la grande majorité des sites funéraires on trouve, outre des ossements humains, des éléments faisant partie du mobilier funéraire de l’individu ou des individus déposés. Toutefois, la présence d’objets matériels et d’autres éléments qui peuvent être trouvés dans un dépôt funéraire peut être le résultat de différents gestes, activités ou situations. Ainsi, et sans vouloir être exhaustif, on peut noter quelques possibilités :
a - des éléments matériels déposés spécifiquement comme offrandes dans le contexte du rituel funéraire effectué en l’honneur d’un individu concret, et qui de fait définissent son mobilier funéraire ;
b - des éléments matériels qui, même en faisant partie de l’ensemble du mobilier funéraire, n’ont pas de valeur intrinsèque mais parce qu’ils peuvent contenir ou signifier ;
c - des éléments matériels incorporés de manière non intentionnelle au dépôt funéraire, comme par exemple les pointes de flèche retrouvées dans certains corps ;
d - des éléments tombés par hasard au cours des visites postérieures sur les sites funéraires...

2D’autre part, et c’est une question non moins importante, nous devons considérer que dans tout objet matériel produit par les êtres humains, en tant que produit social, on peut définir différents niveaux de signification formelle, technologique, fonctionnelle, sociale, symbolique de telle sorte que ces objets sont de véritables signes des différents aspects des groupes qui les produisent et les utilisent (fig. 1). Ainsi, il est vrai que les sépultures sont des témoins archéologiques essentiels, mais le seul qualificatif de sépulcral ou de funéraire ne suffit pas à donner tout leur sens et à nous expliquer tous les aspects des rôles et des fonctions de tout type d’éléments matériels qu’on y peut trouver.

1 - L’objet, produit social : différents niveaux de signification

1 - L’objet, produit social : différents niveaux de signification

3La présence des éléments céramiques dans les contextes funéraires en est un bon exemple. Ils sont des éléments récurrents dans les ensembles matériels que nous pouvons retrouver dans les sites funéraires construits et utilisés pendant la préhistoire récente. Jusqu’à présent, la céramique a généralement été mise à profit pour dater le moment de construction et la possible durée d’utilisation des sites funéraires. De même, leurs formes et décors permettent d’établir le contexte culturel qui les a produit. Toutefois, la présence de céramiques dans les sites funéraires nous permet de poser un éventail beaucoup plus vaste de questions sur leur rôle spécifique dans les rituels funéraires réalisés mais aussi, et de manière plus générale, sur leur rôle dans le contexte des processus de production et reproduction économique, sociale et idéologique de ces communautés. Pour le développement de ces hypothèses, il est fondamental de connaître et de comprendre la fonction de l’élément céramique dans le développement des règles et des gestes funéraires effectués. Ainsi, on peut aborder un nombre considérable d’aspects et les mettre en relation entre eux, comme par exemple, et encore une fois sans vouloir être exhaustifs :
- les productions céramiques sont-elles exclusivement destinées au rituel funéraire ;

- les productions céramiques sont-elles locales ou importées ? ;
- s’agit-il de vases destinés à tout type d’utilisation ou sont-ils destinés à un usage spécifique ? ;
- les vases ont-ils été déposés pour leur propre valeur symbolique ou pour ce qu’ils pouvaient contenir ? ;
- quel est le rôle de chaque vase dans les différents gestes et situations qui ont eu lieu autour du site funéraire ?…

4L’étude de tous ces aspects doit tenir compte d’informations de différents types, comme les données issues de la fouille, l’analyse de la distribution spatiale des céramiques, l’analyse du contenu des vases, les études petroarchéologiques, etc. Afin d’approfondir les différentes fonctions de la céramique en contexte funéraire, nous allons présenter quelques exemples concrets qui nous aident à percevoir la diversité des possibilités et les problèmes qui en découlent.

Les maioles

5Le premier cas étudié est une sépulture mégalithique. Un des faits les plus remarquables des dernières années dans le développement de la recherche autour des questions funéraires est la fouille et l’étude de sites qui nous sont parvenus intacts depuis leur dernière utilisation ou leur destruction au cours de la préhistoire. Ces dépôts ont rendu possible l’approfondissement des différents aspects des pratiques funéraires. Il est évident que l’examen soigneux du rôle que revêtent les éléments matériels est beaucoup plus compliqué dans le cas de sépultures collectives. Mais par là même, l’analyse de dépôts collectifs intacts depuis leur dernière utilisation funéraire nous permet d’aborder de manière beaucoup plus clair les possibilités et les limites de l’analyse du rôle et la fonction des éléments matériels dans ces contextes funéraires.

6C’est ainsi que nous utiliserons les résultats et les questions posées à l’occasion de l’excavation de la sépulture mégalithique des Maioles (Clop & Faura 2002).

7Le site des Maioles se trouve à quelque soixante kilomètres au sud de Barcelone en Catalogne. Il est situé sur un emplacement stratégique de « contrôle » du passage naturel entre deux zones ayant des différences écologiques importantes : le plateau de Calaf et la vallée d’Odena. Il s’agit d’une petite galerie d’à peu près 2 mètres de longueur où l’on a pu différencier trois phases : une phase de construction, une phase d’utilisation funéraire et une phase de fermeture et d’abandon de la structure (fig. 2 et 3).

2 - Les Maioles : la petite allée

2 - Les Maioles : la petite allée

3 - Les Maioles : les trois phases de la « vie » du monument

3 - Les Maioles : les trois phases de la « vie » du monument

8La chambre funéraire et le couloir sont de forme trapézoïdale et sont constitués de dalles de grès oligocènes provenant du substrat géologique local. Il n’y a aucune trace du système de couverture de l’ensemble et de la fermeture de la chambre. Il n’y a toutefois aucun doute sur l’existence de ces éléments, puisque nous n’avons trouvé que quelques restes osseux montrant des marques de dents de petits rongeurs. Le tumulus possède une forme elliptique et on a utilisé pour sa construction du sable rapporté d’un des paléochenaux situé à 200-300 mètres au sud de la sépulture mégalithique.

9Les Maioles est une sépulture collective mégalithique qui dispose d’une série d’inhumations successives qui a abouti, finalement, à un dépôt d’ossements sans ordre apparent. La réalisation d’une minutieuse étude archéoanthropologique (Majó dans Clop & Faura 2002) a permis de dépasser l’impression de « chaos » et de reconnaître en grande partie la succession de gestes funéraires qui ont été réalisés à cet endroit. Cette étude a rendu possible l’identification des deux premiers individus déposés. Ceux-ci furent inhumés à peu de temps l’un de l’autre ou peut-être même, simultanément. Ensuite, et avant d’effectuer la dernière inhumation, on y déposa les restes d’au moins 12 autres individus. Chaque fois que l’on procédait à une nouvelle inhumation, il était nécessaire de déplacer les restes du défunt précédent pour pouvoir le déposer dans l’espace central de la chambre. La concentration de restes augmentera progressivement jusqu’à ce que le manque d’espace n’entraîne son probable abandon. Globalement, on a pu attester de la présence des restes d’un minimum de quinze individus.

10Les éléments matériels trouvés dans la chambre funéraire permettent de définir les caractéristiques du mobilier funéraire. Globalement, celui-ci serait peu important, comme l’indique la quantité totale d’objets retrouvés. Il s’agit d’un poinçon métallique, de parures, de percuteurs en silex, de vases céramiques... Les études réalisées ont permis d’identifier d’autres éléments, comme des offrandes florales ou un liquide déposé dans un des vases céramiques. On reviendra plus bas sur ce dernier élément. En tout cas, les éléments du mobilier funéraire des Maioles ne semblent pas refléter une dépense de travail social importante et ne signalent dans aucun cas l’existence de grandes différences sociales, du moins face à la mort.

11Le dernier « geste » mené à terme fut la condamnation de l’espace funéraire, avec le retrait des systèmes de fermeture de l’entrée et de la couverture de la structure ainsi que le remplissage de la chambre et du couloir par un niveau de remblai, lui-même surmonté d’un niveau de blocs de pierre.

12La réalisation de trois datations radiocarbones nous a permis de constater que la sépulture fut utilisée au cours du premier tiers du IIe millénaire BC.

13La fouille systématique de la chambre et la réalisation de deux tranchées dans la structure tumulaire ont permis de récupérer un ensemble de 122 tessons céramiques. Dans cet ensemble on a pu identifier 1 vase complet (trouvé in situ), 1 vase conservé à plus de 50 % et 5 fragments de bords, 2 fragments de fond, 2 fragments décorés et 111 fragments non décorés. On a pu définir un nombre minimal de 15 individus céramiques. Il convient de souligner que le vase complet était un élément du mobilier funéraire du dernier individu déposé.

14En fonction de leur situation dans la structure funéraire, nous pouvons distinguer deux principaux groupes de vases : les céramiques localisées dans la chambre funéraire et celles localisés à l’extérieur de celle-ci.

15La simple analyse de la distribution spatiale des céramiques souligne déjà leur possible hétérogénéité fonctionnelle en contexte funéraire.

16Nous commencerons par analyser les éléments récupérés dans la chambre. Il s’agit de 97 éléments céramiques, parmi lesquels figurent 1 vase complet et 1 vase conservé à plus de 50 %. Au total, les fragments céramiques correspondent à 11 vases différents. Notre attention est attirée sur l’effectif réduit qui concerne aussi bien la céramique que les autres types de mobiliers. Ceci est une caractéristique qui a été soulignée au cours des dernières années dans différentes régions, comme ils ont souligné les travaux d’Armendáriz au Pays Basque ou de Delibes dans la Meseta espagnole (Armendáriz 1992 ; Delibes 1995).

17Un autre fait remarquable est l’état de conservation des éléments céramiques. Aux Maioles, et à l’exception des vases 1 et 2, les fragments de céramiques sont de taille variable, dispersés dans toute la chambre funéraire, ce qui est un fait commun à beaucoup de sépultures collectives. Si on expliquait traditionnellement cette fragmentation comme le résultat de la violation des monuments postérieurement à leur utilisation funéraire, la récurrence de ces preuves dans des sites intacts permet de proposer d’autres possibilités, comme c’est le cas dans les sites de la Atayuela, los Millares ou encore dans différents monuments mégalithes du Pays Basque. Les données disponibles permettent d’envisager une fragmentation intentionnelle des récipients céramiques. Mais si l’on admet cette hypothèse, il faut se poser une nouvelle question : à quel moment a pu se produire le bris des vases ? Dans le cas des Maioles, et en tenant compte du degré de dispersion des fragments dans la chambre funéraire, l’hypothèse la plus probable est que les vases étaient cassés lorsque l’on effectuait une réduction de corps afin de pouvoir placer un nouveau défunt. Il est ainsi possible, de notre point de vue, que le remaniement des os des dépôts précédents entraîne un aménagement général de l’espace funéraire qui induirait le retrait probable des mobiliers précédents et qui occasionnerait la cassure des vases. En tout cas, une question demeure. Si la rupture des vases s’est produite dans la structure funéraire, pourquoi ne trouvons-nous pas tout ou la grande majorité des fragments des différents vases déposés ? Par conséquent, quelques questions restent ouvertes sur les gestes qui ont été réalisés au cours du processus de gestion de l’espace funéraire.

18Un autre aspect important est la question classique du statut des vases. Possèdent-ils une valeur en eux-mêmes ou pour ce qu’ils contenaient ? Bien que la réponse traditionnelle à cette question provienne d’une évaluation formelle et esthétique des vases, l’analyse des contenus a ajouté de nouveaux éléments qui, nous croyons, permettent d’avancer dans le débat. Ainsi, l’étude pollinique du contenu du vase nº 1 des Maioles a permis déterminer la présence de restes d’algues qui se forment en milieu aquatique. Le vase étant couvert par une plaque de pierre qui empêchait de possibles contaminations externes, on peut émettre l’hypothèse que ces algues se sont formées dans l’eau que pouvait contenir ce vase au moment de son dépôt dans la sépulture mégalithique, qu’il s’agisse d’eau douce seule ou d’une substance contenant de l’eau.

19En général, les analyses de contenu des récipients céramiques en contexte funéraire sont rares. Pour des périodes chronologiques similaires à celle de l’occupation des Maioles, quelques études mettent en évidence la présence d’éléments végétaux. Ce serait le cas, par exemple, de plusieurs sites funéraires proches de la mer Caspienne, dans lesquels les analyses des résidus retrouvés au fond de divers récipients céramiques ont permis d’identifier la présence de miel (Fedorova 1964). Dans des sites funéraires de la région de Lugovoï (Russie), l’analyse pollinique du contenu de plusieurs vases a permis de constater la présence de pollens de plantes aquatiques, ce qui a été interprété comme un indice clair de présence d’eau douce ou d’une substance aqueuse dans les vases (Fedorova, 1964), ce qui est un cas semblable à celui des Maioles. Un autre exemple serait constitué par la présence de pollens de céréales dans un petit vase de type SOM provenant de la sépulture collective de la Chaussée-Tirancourt (Somme, France ; Girard 1986).

20Le second ensemble d’éléments céramiques des Maioles est constitué par les vingt-cinq fragments retrouvés dans la zone du tumulus. Il s’agit des restes d’au moins quatre vases différents. La présence de ces vases dans la structure tumulaire des Maioles ne paraît pas être le résultat d’une pratique rituelle spécifique, mais plutôt un résultat accidentel, comme semblent l’indiquer les différentes profondeurs où ils apparaissent, leur appartenance à différents récipients et, spécialement, la localisation de neuf fragments pratiquement hors du tumulus. Comment expliquer ici leur présence ? à quel moment les vases auxquels ils appartiennent ont-ils été brisés ? Encore une fois, nous pouvons poursuivre la discussion mais nous rencontrons des interrogations pour lesquelles il est réellement difficile de proposer une réponse fondée. En tout cas, et en accord avec les faits, il s’agit de récipients céramiques qui n’ont aucune fonction funéraire spécifique.

21Toutefois, on connait d’autres cas où la présence d’éléments céramiques à l’extérieur d’une structure funéraire peut donner lieu à d’autres interprétations. Ainsi par exemple, la présence d’un vase complet déposé dans la structure tumulaire appartenant au Groupe de Tavertet, en Catalogne, à la fin du Ve millénaire BC. Il s’agit de tombes individuelles en coffre entourées d’un grand tumulus de terre et de pierres. Dans la structure tumulaire de l’une de ces tombes on a découvert un vase complet de type Montboló qui a été interprété comme un possible témoin de rite de fondation (Molist et al. 1987).

22Un autre exemple provient de la nécropole chasséenne de Monéteau (Yonne) fouillé et étudié par Anne Augereau et Philippe Chambon. Il s’agit d’une nécropole de 20 sépultures, pour la plupart en coffre. L’étude de l’ensemble céramique a livré quelques données intéressantes. En premier lieu, on constate la présence d’un récipient céramique dans toutes les tombes, indépendamment du sexe et de l’âge des individus. Mais l’on a aussi pu constater la présence de céramique qui, bien que faisant partie du mobilier funéraire de l’individu, fut déposée après la fermeture du coffre dans le remplissage de la tombe, au niveau des pieds. Par exemple, dans la tombe 458 le vase était placé dans le remplissage, à 50 cm au-dessus du niveau des os des pieds. Dans ce cas comme dans d’autres connus, le vase ne repose jamais à plat sur son assise, il est à l’envers, ou renversé et en net pendage, ou encore totalement fragmentée et dispersé.

Sites funéraires et fonctionnalité

23Nous allons maintenant examiner la fonctionnalité des vases céramiques en contexte funéraire dans une autre perspective. La céramique est un élément principalement utilitaire, fabriquée dans le but de constituer un moyen de travail spécifique pour développer ou prendre part à une grande variété de processus de travail dans le cadre des différentes activités de production et de reproduction sociale des groupes qui les fabriquent.

24Les récipients céramiques ont été largement utilisés pour transporter des liquides, stocker différents types de substances ou pour les réchauffer par leur exposition à une source de chaleur. Chacune de ces utilisations implique certaines conditions de travail qui rendent nécessaire des caractéristiques spécifiques à chaque cas, pour la réalisation adéquate et efficace des tâches. Ces caractéristiques sont acquises pendant le processus d’élaboration du produit céramique, depuis la sélection de la matière première jusqu’à la dernière étape de leur fabrication, de telle sorte que ces caractéristiques morphotechnologiques soient directement en rapport avec l’activité concrète à laquelle doit participer le vase.

25Les produits céramiques sont, tant par leur forme que par le matériau avec lequel ils sont fabriqués, des éléments soumis à des lois physiques spécifiques. Pour cette raison, les produits céramiques d’une forme particulière et fabriqués avec des matériaux précis peuvent répondre à certaines fonctions et en revanche s’avérer inaptes ou moins efficaces par rapport à d’autres produits céramiques pour couvrir d’autres fonctions. Il ne faut pas oublier, toutefois, que les récipients céramiques peuvent être multifonctionnels et être utilisés pour effectuer certaines fonctions pour lesquelles ils n’avaient pas été fabriqués.

26L’étude de l’utilisation des produits céramiques, tant pour l’utilisation primaire pour laquelle ils ont été fabriqués que pour leur utilisation finale, peut aborder différentes perspectives, comme l’analyse morphologique et l’établissement de corrélations forme-fonction, ou encore la détermination, au moyen de différents types d’analyses, des substances qu’ils ont pu contenir. Une autre voie d’étude possible est la détermination des caractéristiques spécifiques du comportement des matériaux avec lesquels ont été élaborés les produits céramiques. Dans cette perspective, qui est celle que nous développons, l’étude doit être orientée vers la reconnaissance des critères et des modes de sélection, ainsi que du traitement de la matière première utilisée dans l’élaboration de la céramique c’est-à-dire, la forme spécifique de gestion de la matière première choisie pour la fabrication.

27De nombreux chercheurs sont plus ou moins familiarisés avec un aspect spécifique de ce type de rapprochement, comme le sont les études de provenance. Toutefois, ces études recouvrent une partie seulement de ce que l’on appelle les études de caractérisation. Celles-ci ont pour objet d’étude la détermination des caractéristiques chimiques, minéralogiques, granulométriques et la quantité relative d’argile et d’éléments non-plastiques (dégraissants) présents. Ils sont la base de la variabilité des propriétés physiques et, par conséquent, des propriétés fonctionnelles de chaque produit céramique.

28Les propriétés physiques peuvent être modifiées pendant le processus de production en fonction des nécessités spécifiques dont doit disposer le récipient céramique, du degré de spécialisation des processus de travail mis en œuvre et de l’habilité de l’artisan dans les différentes phases du processus de production. Ainsi, le traitement de la matière première définit, dans chaque pas du processus productif, les propriétés qu’aura le produit final. De manière spécifique, le traitement de la matière première est effectué depuis le moment même où on choisit les terres jusqu’à l’instant où l’on considère le produit comme fini, en passant par la préparation des terres, la réalisation du produit céramique, son séchage, sa cuisson et ses possibles traitements pré ou post-cuisson.

29La connaissance du comportement spécifique des produits céramiques doit se poser à partir de la définition des caractéristiques formelles et du degré de variation d’un certain nombre de propriétés physiques spécialement significatives pour l’utilisation des produits céramiques, comme le sont les propriétés mécaniques, les propriétés thermiques et les propriétés d’imperméabilité. Ce sont ces propriétés qui conditionneraient des aspects fortement déterminants dans l’utilisation spécifique de tout produit céramique comme la résistance mécanique, la résistance au choc thermique, la porosité, etc.

30Nous présentons brièvement quelques résultats obtenus dans l’étude de caractérisation de la céramique de 11 sites funéraires de Catalogne (Clop 1994 et 2000). Il s’agit de 8 tombes mégalithiques et de 3 grottes sépulcrales. Au total, l’étude porte sur 156 échantillons de céramique datés entre 3000 et 1500 BC. Ainsi, l’étude inclut des échantillons de céramique campaniforme de type international, de céramique campaniforme de type régional, de céramique de type groupe des Treilles, de céramiques épicampaniformes et de céramiques lisses.

31Le premier aspect étudié a été celui de la provenance possible des produits céramiques. Les résultats obtenus permettent de constater que 147 des 156 échantillons analysés ont été réalisés avec des terres qui proviennent des Zones Théoriques d’Approvisionnement des terres à poterie définies dans chaque lieu funéraire. Nous avons, par conséquent, 94 % des échantillons analysés qui correspondent à des productions locales.

32Il est important d’indiquer que parmi les échantillons considérés comme locaux nous trouvons des échantillons de céramique campaniforme de type international, des échantillons de céramique campaniforme de type régional, des échantillons de céramique épicampaniforme et la plupart des échantillons de céramique lisse.

33Seulement 9 échantillons sont produits avec des terres qui ne se trouvent pas dans l’environnement immédiat des sites funéraires. Sept échantillons proviennent de la tombe mégalithique de la Torre dels Moros de Llanera (Solsonès) et deux échantillons de la tombe mégalithique du Mas Pla (Alt Camp). Un seul fragment est décoré d’un motif de type Treilles et provient de la tombe mégalithique de la Torre dels Moros de Llanera. Il est constitué de terres distantes d’au moins 60 km. Tous ces échantillons ont été effectués avec terres de dépôts situés entre 30 à 90 km des sites funéraires dans lesquels on les a trouvés.

34À partir des propositions effectuées par un grand nombre de chercheurs anglo-saxons concernant les caractéristiques fonctionnelles des céramiques, une étude sur l’usage de la céramique en contexte funéraire a été menée. L’accent a été mis sur le traitement de la matière première qui définit des usages plus ou moins adaptés. La détermination de l’aptitude fonctionnelle plus ou moins grande des récipients, se fonde sur l’évaluation conjointe d’un certain nombre de caractères macroscopiques et microscopiques. À partir de l’étude de cet ensemble de données nous pouvons relever par exemple quelques aspects concrets :
- les récipients à parois minces sont plus fréquents dans les sites funéraires que dans les habitats étudiés ;
- la porosité relative de la céramique en provenance de contextes funéraires présente des valeurs comprises entre 15 % et 50 %. L’étude statistique indique qu’il s’agit d’une distribution significativement non normale.

35L’étude comparée de la porosité des récipients à parois épaisses et des récipients à parois minces indique que dans le premier cas la dispersion des valeurs est réduite et que les différences sont régularisées tandis que dans le second cas, la dispersion des valeurs des porosités est plus importante, avec une distribution significativement non normale. La comparaison des récipients céramiques à parois minces provenant des lieux d’habitat et des sites funéraires permet de relever l’existence de différences significatives. La moyenne de la valeur de porosités de ces vases dans les sites d’habitat est de 27,25 %, tandis que dans les sites funéraires elle est de 35,90 %, avec une concentration importante des effectifs entre 30 % et le 45 %. Cette donnée contraste avec celle des sites d’habitat, dont les valeurs se concentrent surtout dans l’intervalle 20 % - 35 %. La conclusion de l’étude statistique est donc que les récipients céramiques des sites funéraires présentent, de manière générale, une plus grande porosité relative.

36En définitive, par cette étude, nous voulons souligner que les produits céramiques des sites funéraires étudiés ne paraissent pas avoir été fabriqués pour être exclusivement utilisés au cours des pratiques rituelles funéraires. Par conséquent, l’examen des matières premières et leur traitement ne mettent pas en évidence une production funéraire spécifique.

37Globalement, on observe dans les sites funéraires une situation opposée à ce qui se passe dans les sites d’habitat étudiés jusqu’à présent. Les récipients dont l’aptitude fonctionnelle présumée relève de la cuisine/vaisselle de service, atteint 75 % des échantillons analysés, tandis que les récipients déstinés au stockage/transport ne constituent que 25 % (fig. 4). En approfondissant ces données, on remarque que le groupe d’échantillons le plus nombreux est celui qui correspond aux productions céramiques destinées à la cuisine et au service de manière indifférenciée. En tout cas, le second groupe en importance est constitué par les récipients les plus adaptés au service. En revanche, les échantillons qui ont été identifiés comme particulièrement aptes à la cuisson des aliments sont faiblement représentés. Enfin, les récipients destinés au stockage et/ou transport sont présents de manière sporadique (fig. 4).

4 - Présence relative dans les sites d’habitation et funéraires étudiés de vases aptes aux tâches de cuisine / vaisselle de service et stockage /transport

4 - Présence relative dans les sites d’habitation et funéraires étudiés de vases aptes aux tâches de cuisine / vaisselle de service et stockage /transport

38Par conséquent, les données obtenues soulignent que les récipients céramiques choisis pour être déposés dans les sites funéraires sont surtout des produits liés à des activités quotidiennes comme le service et, dans une moindre mesure, à la transformation de la nourriture par leur cuisson. On doit remarquer que l’on a jamais identifié des productions céramiques destinées à être exclusivement un mobilier funéraire. Au contraire toutes les céramiques analysées présentent, depuis la sélection de la matière première et de leur traitement, les caractéristiques qui les rendent aptes pour leur utilisation dans l’une ou l’autre des activités quotidiennes. Par conséquent, on n’a pas identifié de production funéraire spécialisée.

Conclusion

39Comme conclusion, ou comme bilan global de ce que nous venons d’exposer, nous pouvons soulever plusieurs interrogations.

40Une première question est celle de la variabilité des fonctions que peuvent revêtir des récipients céramiques en contexte funéraire préhistorique. Au-delà de leur valeur comme indicateur chrono-culturel, les récipients céramiques sont des éléments matériels qui peuvent jouer des rôles différents dans le développement et la gestion des pratiques funéraires de ces groupes. La découverte de sites intacts depuis leur dernière utilisation funéraire (ce qui est très significatif dans le cas des sépultures collectives) ainsi que le développement de la recherche consacrée aux pratiques funéraires ont permis de définir un objet d’étude précis et complexe, que nous commençons seulement à comprendre à l’heure actuelle. Parmi de nombreuses questions, la diversité de l’utilisation de la céramique en contexte funéraire, figure l’aspect sémiologique qui se traduit dans les pratiques tout comme dans les différents aspects culturels des groupes humains qui les ont utilisés comme tel. Pour le moment, nous pouvons constater la diversité de ces signes et, dans quelques exemples qui constituent des cas particuliers, avancer quelque peu dans la compréhension de leur rôle dans la « grammaire » des pratiques funéraires à laquelle ils ont participé. Il est évident que les données dont nous disposons sont faibles et que la variabilité des utilisations possibles, mais aussi de leur diversification dans l’espace et dans le temps, peut être considérable. Mais il est important de commencer à soulever ces problématiques, de poser ces questions, de développer des axes de travail dans différentes perspectives méthodologiques, ce qui nous permettra, après un certain temps, de pouvoir obtenir une vision élargie des différentes fonctions qu’ont pu remplir les éléments céramiques ainsi que le reste de la culture matérielle présents dans les sites funéraires préhistoriques.

Haut de page

Bibliographie

Armendáriz 1992, ARMENDÁRIZ A., La idea de la muerte y los rituales funerarios durante la Prehistoria en el País Vasco, Munibe. Suplemento, San Sebastian, 8, 1992, p. 13-32.

Clop Garcia 1994, CLOP GARCIA X., Aprovisionament i tecnologia d’elaboració de les matèries primeres ceràmiques durant la transició del IIIer al IIon millenni B. C. a la Catalunya central, Universitat Autònoma de Barcelona, 1994, Trabajo de Investigación de Tercer Ciclo, inédito.

Clop Garcia 2000, CLOP GARCIA X., Materia prima i producció de ceràmiques, Universitat Autònoma de Barcelona, 2000, Tesis Doctoral, inédito.

Clop Garcia & Faura 2002, CLOP GARCIA X., FAURA J.-M., El sepulcre megalític de Les Maioles (Rubió, Anoia) : Pràctiques funerarias i societat a l’altiplà de Calaf (2000-1600 cal ANE), Igualada, Centre d’Estudis Comarcals d’Igualada, 2002, 247 p. (Estrat. Revista d’arqueologia, prehistòria i història antiga ; 7).

Delibes De Castro 1995, DELIBES DE CASTRO G., Ritos funerarios, demografía y estructura social entre las comunidades neolíticas de la Submeseta Norte, in : Arqueoloxía da morte na Península Ibérica desde as Orixes ata o Medievo, Fábregas Valcarce R., Pérez Losada F., Fernández Ibañez C. (Dir.), Xinzo de Limia, Excmo. Concello de Xinzo de Limia, 1995, p. 61-94 (Biblioteca Arqueohistórica Limià - Serie Cursos e Congresos).

Duday & Masset 1987, DUDAY H., MASSET C. Eds., Anthropologie physique et archéologie : méthodes d’étude des sépultures : Actes du colloque de Toulouse, 4-6 novembre 1982, Paris, Editions du CNRS, 1987, 406 p.

Fábregas Valcarce et al. 1995, FÁBREGAS VALCARCE R., PÉREZ LOSADA F., FERNÁNDEZ IBAÑEZ C. Eds., Arqueoloxía da morte na Península Ibérica desde as Orixes ata o Medievo, Xinzo de Limia, Excmo. Concello de Xinzo de Limia, 1995, 345 p. (Biblioteca Arqueohistórica Limià - Serie Cursos e Congresos).

Fedorova 1964, FEDOROVA R.V., Occurrence of pollen grains of synanthropic plants in archaeological monuments, Pollen et Spores, 6, 1, 1964, p. 141-146.

Girard 1987, GIRARD M., Analyse pollinique et sépultures, in : Anthropologie physique et archéologie : méthodes d’étude des sépultures : Actes du colloque de Toulouse, 4-6 novembre 1982, Duday H., Masset C. (Dir.), Paris, Editions du CNRS, 1987, p. 325-332.

Molist Montaña et al. 1987, MOLIST MONTAÑA M., CRUELLS W., CASTELLS CAMP J., L’àrea megalítica de Tavertet (Osona), Cota Zero, 3, 1987, p. 55-68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 - L’objet, produit social : différents niveaux de signification
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 2 - Les Maioles : la petite allée
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 3 - Les Maioles : les trois phases de la « vie » du monument
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 4 - Présence relative dans les sites d’habitation et funéraires étudiés de vases aptes aux tâches de cuisine / vaisselle de service et stockage /transport
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Clop, « Céramique, fonctionnalité et dépôts funéraires : quelques données, quelques réflexions », in: La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux : actes de la table ronde d'Aix-en-Provence, 25-27 octobre 2006, Maxence Bailly et Hugues Plisson (Dir.), Aix-en-Provence, Editions APPAM, 2005-2008, p. 135-143. (Préhistoire Anthropologie méditerranéennes ; 14).

Référence électronique

Xavier Clop, « Céramique, fonctionnalité et dépôts funéraires », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pm/358

Haut de page

Auteur

Xavier Clop

Departament de Prehistoria, Edifici B, Universidad Autónoma de Barcelona, 08193-Bellaterra (España)xavier.clop@uab.es

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page