Navigation – Plan du site

14 | 2015
La couleur

Entre silence et éloquence
Color: Between Silence and Eloquence
Sous la direction de Laurence Petit et Murielle Philippe

« La couleur, c’est le sensible dans ou plutôt de la peinture, cette composante irréductible de la représentation qui échappe à l’hégémonie du langage, cette expressivité pure d’un visible silencieux qui constitue l’image comme telle » (Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente). Poursuivant la réflexion engagée sur les relations entre texte et image, ce nouveau numéro de Polysèmes s’interroge sur le rôle de la couleur à travers les textes littéraires en posant la question du sens et de la représentation, jusque dans ses limites, là où l’écriture se heurte à l’ineffable. Pourquoi la couleur dans les textes ? Pourquoi se reposer la question ? Que nous disent de la couleur les textes étudiés ici, en parallèle, en écho ou à rebours des théories sur l’art et que nous disent les mots de couleur du texte littéraire ? de la littérature ? Trace irréductible au langage, tache, pan ou éclat qui résiste à la saisie du regard comme à la verbalisation, la couleur fait osciller l’œuvre entre forme et informe, figuratif et figural, visible et invisible, lisible et illisible, éloquence et silence.

Notes de la rédaction

Ce numéro de Polysèmes est paru initialement à l'adresse : http://sait-france.org/la-revue-polysemes

  • Logo Société Anglicite - Arts, Images, Textes
  • OpenEdition Journals