Navigation – Plan du site
Varia

Guide pratique de l’orthographe rectifiée

The 1990 French Spelling Reform: A Practical Guide
Danielle Béchennec et Liliane Sprenger-Charolles

Résumés

De nombreuses études récentes indiquent que l’opacité de l’orthographe a un impact négatif sur l’apprentissage de la lecture. Ainsi, alors qu’apprendre à lire en anglais nécessite plusieurs années, ce n’est pas le cas en espagnol, en allemand, ou en français, langues qui ont une orthographe moins opaque que l’anglais. De même, les difficultés d’apprentissage de la lecture sont plus sévères quand l’orthographe est plus opaque. L’opacité de l’orthographe a donc un cout social important. Ce sont des arguments nouveaux en faveur d’une simplification de notre orthographe. L’objectif de cet article est de présenter les dernières modifications (celles de 1990) de l’orthographe du français. Il comprend un avant-propos incluant un rapide historique des différentes réformes (des premières éditions du dictionnaire de l’Académie au XVIIe siècle, à celles de 1740 et de 1835). Cet historique est suivi par une explication des motifs pouvant permettre de comprendre les résistances qui bloquent les réformes actuelles (avec des extraits d’une lettre adressée par F. Brunot au ministre de l’Instruction publique au début du XXe siècle). Les trois autres parties de l’article concernent les modifications de 1990. La première comprend un rapide historique de ces modifications, incluant les derniers textes officiels émanant de l’Éducation nationale (textes de 2008, qui précisent que cette orthographe est devenue la référence : Bulletin Officiel n° 3 du 19 juin et n° 6 du 28 aout) ainsi qu’une mise au point à propos de l’application de ces modifications par les dictionnaires et les correcteurs orthographiques. Cette partie est suivie par une présentation de ces modifications, dans l’ordre suivant : Accent circonflexe ; Tréma ; Consonnes doubles ; Mots étrangers ; Trait d’union ; Pluriel des mots composés ; Modifications plus ciblées ; Note pour les lexicographes. Le texte se termine par la liste des principaux mots modifiés, présentés par ordre alphabétique.

Haut de page

Notes de l’auteur

NDLA : Cet article est une reprise partielle d’un texte initialement publié en ligne sur le site des Cahiers Pédagogiques (en ligne : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Des-traditions-a-bousculer).

Texte intégral

Avant-propos

Pourquoi réformer l’orthographe du français

  • 1 Pour une description de l’orthographe du français en comparaison avec celle de l’espagnol, de l’all (...)

1Les études récentes indiquent que la transparence de l’orthographe facilite l’apprentissage de la lecture (voir Dehaene et al., 2011 ; Sprenger-Charolles & Colé, 2013). Ainsi, alors qu’apprendre à lire en anglais nécessite plusieurs années, ce n’est pas le cas en espagnol, en italien, en finnois, en allemand et même en français, langues qui ont des orthographes moins complexes que l’anglais1. De même, les difficultés d’apprentissage de la lecture sont plus sévères quand l’orthographe est plus complexe. La non-transparence de l’orthographe a donc un cout social important.

  • 2 C’est encore le cas dans certaines régions du Sud-ouest de la France.

2Ce sont des arguments nouveaux en faveur d’une simplification de notre écriture qui devrait – autant que faire se peut – être « la peinture de la voix » comme l’a écrit un écrivain et académicien célèbre, Voltaire. Or la langue orale évolue. Pour rendre l’écrit proche de l’oral, il faudrait donc modifier régulièrement notre orthographe et écrire, par exemple, sonner comme sonore, les deux ‘nn’ n’étant que la trace du fait que, jusqu’à la fin du XVIe siècle2, le ‘on’ de sonner s’est prononcé comme le ‘on’ de mouton. Des simplifications de ce type ont été proposées dès les premières éditions de l’Académie au XVIIe siècle, la plupart ayant été acceptées, par exemple :

    • 3 Mais il y a eu quelques oublis, le ‘p’ de compte, de sculpteur, ou encore celui de baptême.

    Suppression des lettres muettes : le ‘d’, le ‘b’ ou le ‘p’ dans adjouster, adveu, debvoir et escripture3, le ‘h’ dans autheur ou authorité

  • Simplification des lettres grecques : ‘ch’ (dans scolarité…), ‘ph’ (dans flegme…), ‘th’ (dans détrôner…), et ‘y’ (dans ceci, ici, voici, asile, abîme, analise, paroxisme…).

  • Remplacement de ‘oi’ par ‘ai’ (je chantai en français et non je chantoi en françois).

  • Remplacement de la graphie ‘ign’ par ‘gn’, comme dans montagne (mais il restait oignon… au moins officiellement jusqu’en 1990 !).

    • 4 La présence d’une consonne double après ‘e’ s’explique par le fait que le signe diacritique «  » a (...)

    Suppression des consonnes doubles, soit parce qu’elles signalaient une ancienne voyelle nasale, soit parce qu’elles servaient à indiquer, quand elles suivaient un ‘e’, que cette voyelle se prononce ‘é’ ou ‘è’ (ce ‘e’ pouvant maintenant4 être marqué par un accent).

  • Remplacement des ‘es’ et ‘ez’ utilisés pour signaler que le ‘e’ se prononce ‘é’ ou ‘è’ (cf. estre et amitiez qui deviennent être et amitié) mais il reste des traces de l’ancienne orthographe dans chez et nez

  • Le son ‘an’, qui aurait dû systématiquement être noté ‘an’, l’alternance ‘an’/‘en’ s’expliquant en partie par des différences de prononciation qui ont disparu, et non par l’étymologie. Ainsi, Madame de Sévigné, probablement sous l’égide de son précepteur, Ménage (qui a établi le premier dictionnaire étymologique de la langue française) écrivait assamblée, tandresse… De même on trouve panchans… dans les écrits de Voltaire (Candide, éd. 1759).

3Il y a eu de grands changements dans l’édition de 1740 : en effet, suivant les principes énoncés ci-dessus, l’abbé d’Olivet a fait corriger plus de 5 000 des 18 000 mots du Dictionnaire de l’Académie. Malheureusement, l’édition de 1835 a rétabli d’anciennes orthographes (par exemple analyse, paroxysme) certaines ayant rapidement disparu (comme rythme écrit rhythme, aphte écrit aphthe, phtisie écrit phthisie, et diphtongue écrit diphthongue). Depuis cette époque, jusqu’en 1990, le Dictionnaire de l’Académie n’a enregistré que peu de modifications. Il est à noter que les deux propositions de modifications de l’orthographe qui ont été faites au début du XXe siècle, celles de 1901 et de 1935, n’ont jamais été appliquées. Par contre, les rectifications proposées en 1990 par un groupe d’experts, et acceptées à l’unanimité par l’Académie Française, sont progressivement prises en compte par les éditeurs de dictionnaires et dans l’éducation.

Comment expliquer les résistances qui bloquent les réformes actuelles ?

  • 5 Cette lettre a été publiée en 1905 par A. Colin.

4D’où viennent les résistances qui bloquent les réformes actuelles ? Quelques extraits d’un texte5 adressé par F. Brunot au ministre de l’Instruction publique au début du XXe siècle peuvent permettre de le comprendre. Ainsi, comme il le signalait au début d’une lettre ouverte adressée il y a plus de 100 ans au ministre de l’Instruction Publique « J’avais écrit dans mon Histoire de la langue Française une phrase que depuis quelques années, on s’est plu à citer. Je disais il est possible que le hasard de la politique amène un jour au ministère un homme assez instruit pour savoir que le préjugé orthographique ne se justifie ni par la logique, ni par l’histoire mais qu’il se fonde sur une tradition relativement récente, formée surtout d’ignorance… »

5Dans cette lettre ouverte, Ferdinand Brunot précisait :

  • 6 C’est pour éviter la confusion entre le ‘u’ qui désignait soit la voyelle ‘u’, soit la consonne ‘v’ (...)

« Quand on se décida à adopter une orthographe, le lundi 8 mai 1673, sous l’influence de Bossuet, et malgré Corneille, on voulut que cette orthographe distinguât les gens de lettres d’avec les ignorants et les simples femmes… On la fit donc si étymologique et si pédante qu’elle eût suffi, à elle seule, à discréditer le Dictionnaire (charactère, phase, prez, advocat, advis, toy, sçavoir…) ; ses contradictions (abbattre et aborder, eschancrer et énerver) la rendaient inapplicable ; on inaugurait magnifiquement le système d’exceptions aux exceptions qui dure toujours »…
« Au milieu du 18ème siècle l’Académie eut une heureuse idée. Pour se remettre au point, elle convint… de confier la révision de l’orthographe à un plénipotentiaire, d’Olivet. Il fit une révolution. Plus de 5,000 mots sur environ 18,000 furent atteints. En 1762, nouveaux sacrifices, quoique moins importants. Enfin on vit distinguer i de j, u de v6, comme Ramus le demandait déjà au XVIe siècle »...
« Il y a aux réformes une objection… Si désormais l’orthographe est changée, la lecture des livres imprimés avant la réforme sera rendue un peu plus difficile… Pareille illusion se comprend chez ceux qui n’ont jamais ouvert que des éditions scolaires, ou qui oublient que le texte de la Collection des Grands Écrivains est publié dans une orthographe uniformisée, rajeunie, truquée, où on a juste laissé oi en souvenir du passé. Mais cette orthographe est celle de la maison Hachette et Cie. Elle n’est ni celle de Corneille, ni celle de Molière, ni celle de Pascal, ni celle de Bossuet…. Qu’on se reporte aux manuscrits, quand ils existent, ou aux éditions, soit originales, soit faites d’après les éditions originales ».

6Par exemple, dans les écrits du filosofe Voltaire, on trouve phisionomie, panchans (Candide, éd. 1759) ou encore afaire, horible, il n’ariva, arêter (Voyage de Scarmentado, éd. 1778) et, dans les registres de l’Académie Française de 1771, Clédat a relevé fames, chapèle, laquèle, éxécuter, oficiers, abé (voir aussi Catach, 1995).

Modifications introduites en 1990

7Si ces modifications n’ont pas l’ampleur de celles mises en place par d’Olivet (environ 400 mots contre 5 000 !), elles permettent toutefois de rectifier quelques incohérences de notre orthographe. En conséquence, elles peuvent faciliter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture pour tous les enfants, surtout pour ceux qui sont les plus en difficultés. Il faudrait donc qu’elles soient utilisées par les enseignants. La présentation simplifiée qui est faite ici vise à faciliter la compréhension de ces modifications et à permettre leur diffusion à grande échelle dans le monde de l’éducation.

8Le travail des experts a porté sur cinq points, présentés comme suit : le trait d’union ; le pluriel des noms composés ; l’accent circonflexe ; diverses anomalies. Les différents ouvrages sur le sujet ont, dans l’ensemble, respecté cette présentation. Cependant elle ne semble pas la plus appropriée pour être retenue et appliquée facilement. En effet, certaines règles sont générales et comportent très peu d’exceptions, pas d’autres. C’est la raison pour laquelle nous ne suivons pas le plan initial. De plus, dans la mesure où cette réforme a fait l’objet de plusieurs publications (par exemple, Contant, 2009), nous apportons simplement certaines précisions sur les principes généraux et leurs applications aux mots les plus fréquents. Chaque règle est accompagnée d’exemples et suivie de la liste des mots concernés les plus fréquents.

9Dans la suite, après un rapide historique, les principales modifications sont présentées dans l’ordre suivant : A. Accent circonflexe ; B. Tréma ; C. Simplification des consonnes doubles ; D. Mots étrangers ; E. Trait d’union ; F. Pluriel des mots composés… L’article se termine par la liste des principaux mots modifiés, présentés par ordre alphabétique.

Les aménagements orthographiques de 1990

Introduction

Rapide historique

10Le 2 juin 1989, Michel Rocard (alors Premier ministre) fonde le Conseil supérieur de la langue française (CSLF), avec des ressortissants français, québécois, belges, suisses et marocains. Le CSLF est mandaté pour dresser un rapport « d’aménagements orthographiques » pour tenter de mettre fin à un certain nombre « d’anomalies et d’absurdités ». Le rapport final contient, après discussion avec l’Académie Française, 400 propositions. Il a reçu l’avis favorable de l’Académie Française (à l’unanimité), du Conseil supérieur de la langue française du Québec et de Belgique. En France, il a été publié dans les documents administratifs du Journal Officiel de la République française (1990).

Situation actuelle

Les derniers textes officiels

11Alors qu’il est précisé dans le rapport que « ces propositions sont destinées à être enseignées aux enfants – les graphies rectifiées devenant la règle, les anciennes demeurant naturellement tolérées ; elles sont recommandées aux adultes, et en particulier à tous ceux qui pratiquent avec autorité, avec éclat, la langue écrite, la codifient et la commentent », jusqu’à il y a peu, les règles nouvelles cohabitaient avec les anciennes. Toutefois, depuis juin 2008, la nouvelle orthographe est devenue la référence dans l’Éducation nationale. Ainsi la page 2 du Bulletin Officiel hors-série n° 3 (19 juin 2008) pose comme principe que « l’orthographe révisée est la référence ». De même, pour l’enseignement au Collège, on trouve le passage suivant à la page 2 (section « Orthographe ») du Bulletin Officiel spécial n° 6, 2008 (28 aout, avec l’accent circonflexe!) : « Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française (JO, 6 décembre 1990). »

Les dictionnaires

12Au fil du temps, la plupart des dictionnaires ont adopté la nouvelle orthographe. Par exemple :

  • Le Dictionnaire de l’Académie Française, Le Littré (Nouveau Littré et Petit Littré), les dictionnaires Hachette (Hachette scolaire, Hachette Collège, Dictionnaire de poche…) et quelques autres utilisent toutes les graphies rectifiées, en vedette ou en variantes.

  • Le Nouveau Petit Robert 2010 atteste 61 % des graphies rectifiées (refonte partielle en 2009).

  • Les dictionnaires Larousse : seulement 39 % des graphies rectifiées dans Le Petit Larousse 2010 qui donne toutefois 11 pages d’information sur le sujet. En outre, le Larousse Junior et le Larousse des noms communs ont intégré en 2008 des remarques orthographiques pour chaque mot rectifié pour répondre aux nouveaux programmes scolaires. Enfin, pour son édition 2012, Le Petit Larousse illustré intègre l’orthographe rectifiée.

Les correcteurs orthographiques

13Les dictionnaires des principaux correcteurs informatiques reconnaissent la nouvelle orthographe et permettent donc de l’appliquer, sauf erreurs ou omissions… qui sont nombreuses !

Les principales rectifications et modifications

A. Accent circonflexe

14Il est supprimé sur ‘i ’ et ‘u’ : ile, boite, paraitre (apparaitre et les verbes en -aitre), maitre (et dérivés), bruler (et dérivés), une flute (et dérivés), piquresauf dans deux cas. D’une part, quand il permet d’éviter des confusions : (mais dus, due…)/du ; sûr (mais sureté)/sur ; mûr/mur ; je croîs (et sa conjugaison ambigüe)/je crois ; jeûne (mais déjeuner)/jeune... D’autre part, dans les terminaisons de conjugaisons : passé simple et imparfait du subjonctif (et subjonctif plus-que-parfait ainsi que conditionnel passé deuxième forme) : nous finîmes, qu’il eût

15Liste non exhaustive : abime(r), accroitre, ainé, aout, boite, buche/bucheron, bruler/brulure, chaine (et dérivés), comparaitre, connaitre/méconnaitre, couter (et dérivés), croitre (et dérivés), croute/crouton, crument, diner, entrainer, fraiche (et dérivés), gout, huitre, ile (et dérivés), indument, maitre (et dérivés), murir, naitre, paraitre (et dérivés), piqure/surpiqure, s’il vous plait, sure/sureté/surement, traine (et dérivés), traitre (et dérivés)…

B. Tréma

16Est déplacé sur le ‘u’ prononcé dans ‘-güe’, -güi- : aigüe, ambigüité

Liste quasi exhaustive : aigüe/suraigüe, contigüe, exigüe, ambigüe, contigüité, exigüité, cigüe…

17Est ajouté sur argüer (parce que ce mot rime avec tuer, et non avec blaguer) et gageüre

C. Simplification des consonnes doubles

  1. Les verbes en ‘-eler’ et ‘-eter’ et leurs dérivés en ‘-ement’ s’écrivent, quand c’est nécessaire, avec un accent grave et une consonne simple, comme geler/je gèle ou acheter/j’achète (ex. : on nivèle, le ruissèlement…), sauf pour les verbes très fréquents : appeler, jeter
    Liste non exhaustive : cacheter, amonceler, bosseler/débosseler, canneler, carreler, cliqueter, craqueler/craquèlement, décacheter, déchiqueter, denteler (mais dentelle), dételer, écheveler, empaqueter, ensorceler (et dérivés), épeler (mais épellation), étinceler, feuilleter, ficeler/déficeler, fureter, grommeler, haleter, hoqueter, lacérer, marteler/martèlement, morceler, museler, niveler/déniveler/nivèlement, renouveler, ressemeler, ruisseler, voleter…

  2. Consonne simple après ‘e’ muet (ex : prunelier/prunelle, dentelière/dentelle comme chandelier/chandelle, nous interpelons/j’interpelle). S’il y a deux prononciations possibles, les deux orthographes coexistent (lunetier/lunettier)…

  3. On écrit avec une consonne simple les mots en ‘-ole’ et leurs dérivés : barcarole, corole, fumerole, girole, guibole, mariole, rousserole…) sauf colle, folle et molle et leurs composés (encoller, mollement)…

  4. Pour les verbes en ‘-oter’/‘-otter’ et leurs composés (mais pas pour les féminins en ‘ot’), on respecte le suffixe diminutif ‘-oter’ (mangeoter...) et la base de départ (grelot/greloter, ballot/balloter, flotte/flotter...).
    Liste non exhaustive : mots en ‘ot’ comme bouloter, cachoterie, cocoter (ce mot n’ayant pas de rapport établi avec cocotte), fayoter/fayotage, frisoter, gnognote, parloter/parlote… ; et mots en ‘ott’ (crotte/décrotter, carotte/carotter, menotte/menotter…).
    À noter : un enfant culoté a du culot, un enfant bien culotté porte une jolie culotte !

D. Mots étrangers

18Règle générale : Quelle que soit leur origine, les mots étrangers se coulent le plus possible dans l’orthographe française et, lorsque deux orthographes coexistent, on choisit la plus francisée (cacahouète, dorade, iglou, squatteur, supporteur…). Ainsi :

  1. On ajoute un accent quand nécessaire : accent aigu dans diésel, artéfact, pizzéria, véto, vadémécum… ; accent grave dans à capella, à priori, à minima, faciès, condottière

  2. Les pluriels suivent les règles françaises habituelles (un/des stimulus ; un minimum/des minimums), sauf quand ils ont valeur de citation : dans ce cas, il est recommandé de les écrire en italique (éventuellement avec une majuscule). Ex : chanter des requiem/Requiem
    À noter : on utilise comme singulier la forme la plus fréquente : macaroni(s), paparazzi(s)

  3. On francise l’orthographe pour respecter la prononciation
    On francise en “-eur”
    les terminaisons étrangères qui se prononcent comme celle de chaleur : un rockeur, un squatteur (différent du verbe squatter), babyboumeur, cutteur, mais scooter ou scooteur suivant la prononciation…
    On francise l’orthographe d’autres mots, par exemple : acuponcture, gourou, goulache, le ponch versus punch (pour avoir du punch)
    Mais, on ne francise pas l’orthographe de mots étrangers fréquents, comme foot.

E. Trait d’union

  1. Les numéraux sont systématiquement écrits avec un tiret : trois-cent-cinq… Permet de distinguer quarante-et-un tiers (41/3) de quarante et un tiers (40 + 1/3)…

  2. On écrit en un seul mot les mots précédemment unis par un trait d’union quand ils correspondent aux cas ci-dessous énumérés.

    a. Dans les mots composés à partir d’onomatopées ou similaires : blabla, bouiboui, coincoin, grigri, coupecoupe, cricri, fricfrac, kifkif, froufrou, mélimélo, pêlemêle, piquenique, tamtam, tictac, traintrain, tohubohu, tsétsé

    b. Dans les mots étrangers devenus courants (baseball, cowboy, statuquo…) sauf si la soudure entraine une prononciation défectueuse comme dans music-hall
    À noter : les locutions adverbiales étrangères en plusieurs mots ne sont pas concernées (mais on tente de franciser en lien avec la prononciation) et il est d’usage de les écrire en italique : in extrémis, à priori, aléa jacta est

    c. Les composés avec un préfixe qui se termine par ‘o’ ou ‘a’ (agroalimentaire, otorhinolaryngologiste)… sauf dans deux cas. D’une part, si cela entraine une prononciation défectueuse de type ‘ai’ pour ‘a-i’, ‘au’ pour ‘a-u’, ‘oi’ pour ‘o-i’ (extra-institutionnel, bio-industrie, hospitalo-universitaire…). D’autre part, pour marquer une relation entre deux termes géographiques (mythes gréco-latins…).
    Liste non exhaustive des préfixes concernés (par ordre alphabétique) : ‘anti-’, ‘archi-’, ‘audio-’, ‘auto-’ (sauf auto-immune, auto-induction…) ; ‘co-’, ‘contre-’; ‘éco-’, ‘électro-’, ‘extra-’ (sauf extra-institutionnel…); ‘fibro-’; ‘gastro-’; ‘hémi-’, ‘homéo-’, ‘hydro-’, ‘immuno-’, ‘inter-’, ‘intra-’; ‘macro-’/‘micro-’ (sauf macro-/micro-informatique), ‘médico-’, ‘mini-’, ‘mille-’, ‘mono-’, ‘multi-’ ; néo-’, neuro-’ (sauf neuro-imagerie) ; para-’, photo-’, pluri-’, post-’, pseudo-’, psycho-’ ;‘radio-, rétro-; semi-, socio-, super-, supra-, sur-, sus’ ; télé-, turbo-; ultra-; vidéo-
    Non concernés : ‘anglo-’/‘franco-’, ‘ex-’ (ex-femme, ex-mari…), ‘demi-’ (demi-heure)…

    d. Les mots composés de deux mots et commençant par ‘contre’ et ‘entre’ : contreplaqué, contrejour, entredeux
    Attention : le ‘e’ du préfixe disparait devant une voyelle (contrattaque, entrouvrir) sauf contre-amiral, contre-la-montre, entre-deux-mers (contre et entre ne sont pas des préfixes dans ces contextes).

    e. Dans les composés formés d’un verbe et de ‘tout’ : fourretout, mangetout…

    f. Dans plusieurs composés avec “bas(se)-’, ‘bien-’, ‘haut(e)-’, ‘mal-’ , ‘mille-’… afin de régulariser des séries de mots semblables (portemonnaie et porteclé, comme portefeuille) ou de figer une graphie lorsque deux cohabitaient : arcboutant, branlebas, entête, fairepart, hautparleur, lieudit, millefeuille, platebande, plateforme, potpourri, prudhomme, quotepart, rondpoint, sagefemme, saufconduit, terreplein, tirebouchon

    g. Cas particulier du préfixe ‘néo-’ suivi d’un nom ou adjectif de nationalité. S’il s’agit d’un nom, on garde le trait d’union devant la majuscule : un néo-Canadien est une personne qui vient de s’établir au Canada (et un néo-Ecossais en Ecosse)… S’il s’agit d’un adjectif, on soude suivant la règle commune (immigrants néocanadiens). À noter : cette règle ne concerne pas nord ou sud (un Sud-Vietnamien…).

    h. Les verbes, noms, adjectifs, adverbes ou prépositions servant de préfixe ne sont pas concernés (voir cependant ci-dessous le point « G »), par exemple (par ordre alphabétique) : ‘abat-’, ‘appui-’/‘appuie-’, ‘arrache-’, ‘attrape-’ ; ‘bas-’ (sauf basfond, bassecontre, bassecour…), ‘brise-’ ; ‘cache-’, ‘casse-’, ‘chasse-’, ‘chauffe-’, ‘compte-’, ‘coupe-’, ‘couvre-’ ; ‘essuie-’ ; ‘fixe-’ ; ‘garde-’, ‘gratte-’, ‘grille-’ ; ‘hache-’, ‘haut-’ (mais hautparleur), ‘hors-’ ; ‘lance-’, ‘lave-’, ‘lève-’ ; ‘maitre-’, ‘monte-’ ; ‘nord-’ ; ‘pare-’ (sauf parebrise, parechoc…) ; ‘passe-’ (sauf passepartout, passeport, passetemps), ‘perce-’, ‘pèse-’, ‘porte-’ (sauf porteclé, portecrayon, portemanteau, portemonnaie, porteplume…), ‘pousse-’, ‘presse-’, ‘protège-’ ; ‘ramasse-’, ‘repose-’ ; ‘sans-’, ‘serre-’, ‘sous-’, ‘sud-’ ; ‘taille-’, ‘tire-’ (sauf tirebouchon, à tirelarigot), ‘tourne-’, ‘traine-’ ; ‘vice-’, ‘vide-’…

F. Pluriel des mots composés

  1. Rappel : Les mots nouvellement soudés suivent la règle des pluriels y compris ceux dont la première partie pouvait être soit un nom soit un verbe : contreplaqué(s), contrejour(s). Ils ont un singulier conforme aux règles du français (un millepatte)...

  2. Les mots unis par un trait d’union dont le deuxième mot est un nom commun. Ce nom ne prend jamais la marque du pluriel au singulier mais prend seul et toujours la marque du pluriel : un/des pèse-lettre(s), un/des casse-noisette(s), un/des garde-côte(s), un/des garde-barrière(s), un/des garde-fou(s), un/des abat-jour(s)… Idem pour les noms précédés par une préposition : un/des sans-abri(s)… La règle ne s’applique pas si le deuxième mot est un nom propre ou s’il est précédé d’un article: des prie-Dieu, des trompe-la-mort…

G. Modifications plus ciblées

  1. Devant une syllabe écrite comportant un ‘e’ dit muet, on écrit ‘è’ et non ‘é’ dans les cas suivants : les mots comme évènement, cèleri, crèmerie, règlementaire… ; les formes du futur et du conditionnel des verbes du type céder : il cèdera, ils règleront… ; la forme inversée dans les interrogations à la première personne : aimè-je ?...

  2. Les anomalies

    a.
    Certaines familles de mots sont harmonisées (par ordre alphabétique) : bonhommie (homme) ; boursouffler (souffler) ; cahutte (hutte) ; charriot (famille de charrette) ; combattivité (combattre) ; déciller (cil) ; imbécilité (imbécile) ; persiffler, persiffleur, persifflage (siffler) ; ventail (vent)… 

    b.
    Autres anomalies supprimées (par ordre alphabétique) : assoir et ses composés (au lieu de asseoir) ; douçâtre (au lieu de douceâtre) ; levreau, cuisseau (qu’il s’agisse du cuisseau de veau ou d’une viande sauvage) ; ognon (comme grognon), nénufar (pour corriger une fausse étymologie) ; pagaille (au lieu de pagaïe ou pagaye) ; relai (comme balai, essai) ; saccarine (au lieu de saccharine…), saccarose…

    c.
    Un accent est ajouté sur quelques mots où il avait été oublié ou dont la prononciation a changé : asséner, gélinotte, québécois, réfréner, féérique…
    Lorsque deux prononciations coexistent, l’orthographe en tient compte : papeterie ou papèterie, gangreneux ou gangréneux, receleur ou recéleur…

    d. Les finales ‘-illier’ et ‘-illière’ sont remplacées par ‘-iller’ ou ‘-illère’ lorsque le deuxième ‘i’ ne s’entend pas (joailler/joaillère, serpillère, quincaillère)…
    Sauf en botanique par analogie (groseillier, vanillier, sapotillier…)
    À noter, millier n’est pas touché puisque l’on entend le ‘i’.

H. Pour les lexicographes et créateurs de mots

19Pour les néologismes dérivés d’un mot en ‘-an-’ créer la graphie comportant un seul ‘n’ (ex : gitanologie et non gitannologie…) tout comme pour ceux en ‘-on-’ (mots avec des suffixes de type ‘-onaire’, ‘-onite’, ‘-onologie’…).

Haut de page

Bibliographie

Brunot, F. (1905) : La réforme de l’orthographe. Lettre ouverte à M. le ministre de l’Instruction publique, Paris, A. Colin (en ligne : https://archive.org/stream/larformedelorth00brungoog#page/n7/mode/2up, consulté le 13/03/2015).

Catach, N. (dir.) (1995) : Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse.

Contant, C. (2009) : Grand Vadémécum de l’orthographe moderne recommandée, Montréal, De Champlain S.F.

Conseil supérieur de la langue française (1990) : Rectifications de l’orthographe, Documents administratifs, Journal Officiel de la République française,100, 6 déc.

Dehaene, S. (dir.) (2011) : Apprendre à lire. Des sciences cognitives à la salle de classe, Paris, O. Jacob.

Peereman, R., Lété, B., & Sprenger-Charolles, L. (2007) : « Manulex-Infra: Distributional characteristics of infra-lexical and lexical units in child-directed written material », Behavior Research Methods, 39 (3), p. 593-603.

Peereman, R., Sprenger-Charolles, L. & Messaoud-Galusi, S. (2013) : « The contribution of morphology to the consistency of spelling-to-sound relations : A quantitative analysis based on French elementary school readers », L’Année psychologique. Topics in Cognitive Psychology, 1, p. 3-33.

Sprenger-Charolles, L. & Colé, P. (2013) : Lecture et Dyslexie, 2e éd., Paris, Dunod.

Haut de page

Annexe

Annexe : liste des mots modifiés par ordre alphabétique

A-B

C

à capella (au lieu de a capella)

cacahouète (au lieu de cacahuète)

un à-côté/des à-côtés (pluriel francisé)

cacheter/cachète (au lieu de il cachette)

à minima (au lieu de a minima)

cachoterie (au lieu de cachotterie, vient de cachot)

à priori (au lieu de a priori)

cahutte (au lieu de cahute, vient de hutte)

à tirelarigot (suppression du tiret)

calotter (inchangé parce que vient de calot ou calotte)

abime, abimer (suppression de l’accent sur ‘i’)

canneler/cannèle (au lieu de il cannelle)

absout (au lieu de absous)

carotter (inchangé, vient de carotte)

accroitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

carreler/carrèle (au lieu de il carrelle)

acuponcture (au lieu de acupuncture)

casse-croute (suppression de l’accent sur ‘u’)

agroalimentaire (suppression du tiret)

casse-noisette, (un)/des casse-noisettes

aigüe (déplacement du tréma)

céder/cèdera (au lieu de cédera)

ainé (suppression de l’accent sur ‘i’)

cèleri (au lieu de céleri)

allo (choix de la graphie la plus simple)

chaine (suppression de l’accent sur ‘i’)

ambigüe, ambigüité (déplacement du tréma)

charriot (famille de charrette)

amonceler/amoncèle (au lieu de il amoncelle)

chauffe-eaux (des – pluriel régulier)

anneler/annèle (au lieu de il annelle)

chauvesouris (suppression du tiret)

aout (suppression de l’accent sur ‘u’)

cigüe (déplacement du tréma)

apparaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

cinéroman (suppression du tiret)

appeler/appellent (exception pour les verbes en ‘-eler’)

cliqueter, cliquètement/cliquète (au lieu de il cliquette)

arcboutant (suppression du tiret)

cocoter (au lieu de cocotter, pas de lien avec cocotte)

argüer (déplacement du tréma)

coincoin (suppression du tiret)

artéfact (accent sur ‘é’)

colle (inchangé, à la différence de girole, corole…)

asséner (au lieu de assener, prononciation modifiée)

combattivité (au lieu de combativité, famille de battre)

assidument (suppression de l’accent sur ‘u’)

comparaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

assoir et ses composés (au lieu de asseoir)

condottière (accent ajouté pour franciser)

auto-immune (trait d’union maintenu pour éviter ‘oi’)

connaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

auto-induction (trait d’union maintenu pour éviter ‘oi’)

contigüe, contigüité (déplacement du tréma)

babyboumeur (suppression du tiret)

continument (suppression de l’accent sur ‘u’)

ballotage (au lieu de ballottage, formé sur ballot)

contrattaque (suppression du tiret)

balloter (au lieu de balloter, formé sur ballot)

contre-amiral (exception à la règle)

barcarole (au lieu de barcarolle)

contrejour (suppression du tiret)

baseball (suppression du tiret)

contre-la-montre (inchangé : plus de deux mots)

basfond (suppression du tiret)

contreplaqué (suppression du tiret)

bassecour (suppression du tiret)

coupecoupe (suppression du tiret)

bateler/batèle (au lieu de il batelle, mais batellerie)

coutant (suppression de l’accent sur ‘u’)

bienêtre (suppression du tiret)

couter, couteux, couteuse (suppression de l’accent sur le ‘u’)

bio-industrie (trait d’union maintenu pour éviter ‘oi’)

cowboy (suppression du tiret)

blabla (suppression du tiret)

craqueler/craquèle (au lieu de il craquelle)

boite (suppression de l’accent sur ‘i’)

crèmerie (accent changé de sens pour la prononciation)

bonhommie (au lieu de bonhomie)

croitre (je croîs versus croire : je crois)

bosseler (débosseler)

croute, crouter, crouton (suppression de l’accent)

botter (non modifié, formé sur botte)

crument (suppression de l’accent)

bouloter (au lieu de boulotter, formé sur boulot)

cuisseau (de veau, d’une viande sauvage ou d’armure)

boursouffler (et non boursoufler, famille de souffler)

culoter (sur culot)

branlebas (suppression du tiret)

culotter (sur culotte)

brisetout (suppression du tiret)

curedent (suppression du tiret)

bruler, brulure, brulant (suppression de l’accent)

cutteur (au lieu de cutter)

buche, bucheron (suppression de l’accent)

D-E

F-G-H

décacheter/décachète (au lieu de je décachette)

faciès (au lieu de facies, francisation)

décalotter (inchangé, formé sur calot ou calotte)

fairepart (suppression du tiret)

déchainer (suppression de l’accent)

fayotage, fayoter (formé sur fayot)

déchiqueter/déchiquète (au lieu de je déchiquette)

féérique (au lieu de féerique)

déciller (au lieu de dessiller, vient de cil)

feuilleter/feuillète (au lieu de je feuillette)

décolleter/décolète (au lieu de je décollette)

ficeler/ficèle (au lieu de je ficelle)

décroitre (suppression de l’accent sur le ‘i’)

flegmatique (au lieu de phlegmatique pour franciser)

décrotter (inchangé, famille de crotte)

flegmon (au lieu de phlegmon pour franciser)

déficeler (je déficèle…)

fleureter (au lieu de flirter pour franciser)

déjeuner (suppression de l’accent sur le ‘u’)

flotter (inchangé, formé sur flotte)

demi-heure (les mots avec ‘demi-’ restent inchangés)

flute, flutiste, flutiau (suppression de l’accent sur le ‘u’)

déniveler/dénivèle (au lieu de dénivelle)

fourretout (suppression du tiret)

denteler, dentelière (je dentèle, mais la dentelle)

fraiche, fraicheur (suppression de l’accent sur le ‘i’)

désambigüiser (déplacement du tréma)

franco-français (inchangé : relation de coordination)

désensorceler/désensorcèle (au lieu de désensorcelle)

frisoter, frisotis (diminutif : ‘-oter’)

dételer/détèle (au lieu de je dételle)

froufrou (suppression du tiret)

diésel (au lieu de diesel )

fumerole (au lieu de fumerolle, terminaison en ‘-ole’)

diner (suppression de l’accent sur le ‘i’)

fureter/furète (au lieu de je furette)

disparaitre (suppression de l’accent sur le ‘i’)

gageüre (tréma sur le ‘u’)

dissout (au lieu de dissous)

gangreneux ou gangréneux (2 prononciations/2 orthographes)

donia (pour éviter le tilde)

garde-barrière/des garde-barrières (pluriel régulier)

dorade (choisi au lieu de daurade, étymologie)

garde-côte/des garde-côtes (pluriel régulier)

douçâtre (au lieu de douceâtre)

garde-fou (un)/des garde-fous (pluriel régulier)

(verbe devoir, mais dus, due…) versus du (du pain)

garroter (au lieu de garrotter, formé sur garrot)

dument (suppression de l’accent sur le ‘u’)

gélinotte (au lieu de gelinotte, prononciation modifiée)

écheveler/échevèle (au lieu de il échevelle)

gentleman (un)/des gentlemans (pluriel régulier)

empaqueter/empaquète (au lieu de il empaquette)

girole (au lieu de girolle, terminaisons en ‘‑ole’)

enchainer (suppression de l’accent sur le ‘i’)

gite (suppression de l’accent sur le ‘i’)

encoller (inchangé : colle exception à la terminaison ‘‑ole’)

gnognote (suppression du tiret)

ensorcèlement (composé en ‘-ment’ d’un verbe en ‘‑eler’)

goulache (au lieu de goulash ou goulasch)

ensorceler/ensorcèle (au lieu de il ensorcelle)

gourou (au lieu de guru, francisation)

entête (suppression du tiret)

gout (suppression de l’accent sur le ‘u’)

entrainer (suppression de l’accent sur le ‘i’)

greloter (au lieu de grelotter, formé sur grelot)

entredeux (suppression du tiret)

grigri (suppression du tiret)

entre-deux-mers (inchangé : 3 mots)

grommeler/je grommèle (au lieu de je grommelle)

entrouvrir (suppression du tiret)

groseillier (non modifié parce que ‘illi’ est un suffixe)

épeler/épèle (au lieu de il épelle, mais épellation)

guibole (au lieu de guibolle, terminaison en ‘‑ole’)

essuietout (suppression du tiret)

haleter/halète (au lieu de je halette)

étinceler/étincèle (au lieu de il étincelle)

harakiri (suppression du tiret)

évènement (au lieu de événement)

hauteforme ou haut-de-forme (suppression du tiret)

ex-détenu (inchangé)

hautparleur (suppression du tiret)

exéma (au lieu de eczéma, francisation)

hoqueter/hoquète (au lieu de je hoquette)

ex-femme (inchangé)

huitre, huitrier(e) (suppression de l’accent sur le ‘i’)

exigüe, exigüité (tréma sur le ‘u’ au lieu du ‘i’)

ex-mari (inchangé)

extraterrestre (suppression du tiret)

I-J-K-L-M-N-O-Pa

Pe-Q-R

iglou (au lieu de igloo, francisation)

pêlemêle (suppression du tiret)

ile, ilet, ilien, ilot, ilotage (suppression de l’accent)

persifflage, persiffler, persiffleur (famille de siffler)

imbécilité (imbécile)

pèse-lettre (un)/des pèse-lettres (pluriel régularisé)

indument (suppression de l’accent sur le ‘u’)

piéta (au lieu de pietà, francisation)

interpeler (au lieu de interpeller)

piquenique (suppression du tiret)

jeter, jetterait (il), jettes (tu) (exception)

piqure (suppression de l’accent sur le ‘u’)

jeûne/jeune (inchangés)

pizzéria (au lieu de pizzeria, francisation)

joailler/joaillère (au lieu de joaillière)

plait (s’il vous plait) (suppression de l’accent sur le ‘i’)

lacérer/lacère (au lieu de il lacére)

platebande (suppression du tiret)

lady (une)/des ladys (pluriel francisé)

plateforme (suppression du tiret)

levreau (et non levraut, régularisation : cf. lionceau…)

plumpouding (suppression du tiret et francisation)

lieudit (suppression du tiret)

porteclé (suppression du tiret)

louvèterie ou louveterie (selon la prononciation)

portecrayon (suppression du tiret)

lunetier/lunettier (selon la prononciation)

portemanteau (suppression du tiret)

macaroni (un)/des macaronis (pluriel francisé)

portemine (suppression du tiret)

maitre, maitresse, maitriser (suppression de l’accent)

portemonnaie (suppression du tiret)

mangeoter (suffixe ‘‑oter’)

porteplume (suppression du tiret)

mangetout (suppression du tiret)

potpourri (suppression du tiret)

mariole (au lieu de mariolle, terminaison en ‘‑ole’)

pouding (francisation)

martèlement (préféré à martellement)

presqu’ile (suppression de l’accent sur ‘i’)

méconnaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

prie-Dieu (un)/des prie-Dieu (inchangé : nom propre)

menotter (inchangé, formé sur menotte)

prudhomme, prudhommie (famille de homme)

millefeuille (suppression du tiret et singulier régulier)

prunelier/prunelle (respect de la prononciation)

millepatte (un) (suppression du tiret et singulier régulier)

québécois (au lieu de québecois)

millier (‘illi’ non modifié parce que le ‘i’ s’entend)

quincaillère (au lieu de quincaillière)

minijupe (suppression du tiret)

quotepart (suppression du tiret)

minimums (des) (pluriel francisé)

rafraichir (suppression de l’accent sur ‘i’)

molle, mollement (exception à terminaison ‘‑ole’)

raja ou radja (au lieu de rajah ou radjah)

morceler/il morcèle (au lieu de il morcelle)

réapparaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

mu (de mouvoir)

receleur ou recéleur (2 prononciations/2 orthographes)

mûr/mur, murir

réfréner (au lieu de refréner), réfrènera

museler/musèle (au lieu de je muselle)

règlementaire, règleront (au lieu de réglementaire)

music-hall (inchangé pour éviter ‘ch’)

relai (au lieu de relais)

naitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

renouveler/renouvèle (au lieu de il renouvelle)

nénufar (pour corriger une fausse étymologie)

repaitre suppression de l’accent sur ‘i’)

niveler, nivèlement, on nivèle (au lieu de on nivelle...)

reparaitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

ognon (régularisé, au lieu de oignon)

ressemeler/ressemèle

otorhinolaryngologiste (suppression du tiret)

risquetout (suppression du tiret)

ouzbek/ousbèke (au lieu de usbek)

rockeur (au lieu de rocker, francisation)

paélia (au lieu de paella ou paëlla, francisation)

rondpoint (suppression du tiret)

pagaille (au lieu de pagaïe ou pagaye)

ruissèlement, ruissèlera (‘elle’)

paitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

paparazzi (un)/des paparazzis (francisé)

papeterie ou papèterie (respect des prononciations)

paraitre (suppression de l’accent sur ‘i’)

parebrise (suppression du tiret)

parechoc (suppression du tiret)

parloter/parlote (verbe en ‘‑oter’)

passepartout (suppression du tiret)

passepasse (suppression du tiret)

passeport (suppression du tiret)

passetemps (suppression du tiret)

S-T

U-V-W-Y-Z

saccarine, saccarose (au lieu de saccharine…)

ultraviolet (suppression du tiret)

sagefemme (suppression du tiret)

vadémécum (au lieu de vademecum, francisation)

samouraï (au lieu de samuraï, francisation)

valkyrie (au lieu de walkyrie, francisation)

sans-abri (un)/des sans-abris (pluriel régulier)

vanillier (exception botanique)

saufconduit (suppression du tiret)

vanupied (suppression du tiret)

scooter ou scooteur (respect des prononciations)

vatout (suppression du tiret)

sécher/vous sècheriez

ventail (au lieu de vantail, famille de vent)

séniora, séniorita (au lieu de señora, señorita)

véto (au lieu de veto, francisation)

serpillère (au lieu de serpillière, terminaison ‘‑illère’)

volapuk (au lieu de volapük, francisation)

shampoing, shampouiner, shampouineuse

voleter, il volète (au lieu de il volette, verbe en ‘‑eter’)

siroco (au lieu de sirocco, francisation)

volteface (suppression du tiret)

squatteur (francisation)

voute, vouter (suppression de l’accent sur le ‘u’)

statuquo (suppression du tiret)

waterpolo (suppression du tiret)

stimulus (un)/des stimulus (singulier/pluriel réguliers)

yaourt ou yogourt (2 prononciations/2 orthographes)

supporteur (francisation)

sûr/sur(e), surement, sureté 

suraigüe (déplacement du tréma)

surcroit (suppression de l’accent sur le ‘i’)

surpiqure (suppression de l’accent sur le ‘u’)

taliatelle (au lieu de tagliatelle, francisation)

tamtam (suppression du tiret)

tek (au lieu de teck, francisation)

téléfilm (suppression du tiret)

terreplein (suppression du tiret)

tictac (suppression du tiret)

tirebouchon (suppression du tiret)

tohubohu (suppression du tiret)

touareg/touarègue (francisation)

tourista (francisation)

traine, traineau, trainée, trainer (pas d’accent sur le ‘i’)

traintrain (suppression du tiret)

traitre, traitresse, traitrise (suppression de l’accent)

transparaitre (suppression de l’accent sur le ‘i’)

traveleur (-chèque, francisation)

traveling (au lieu de travelling, francisation)

trompe-la-mort (un)/des trompe-la-mort (3 mots)

tsar, tsarine, tsariste (au lieu de tzar…, francisation)

tsétsé (suppression du tiret)

Haut de page

Notes

1 Pour une description de l’orthographe du français en comparaison avec celle de l’espagnol, de l’allemand et de l’anglais, voir L. Sprenger-Charolles & P. Colé (2013) ; pour des statistiques sur la consistance des correspondances graphème-phonème (CGP, utilisées pour lire) et phonème-graphème (CPG, utilisées pour écrire) en français, voir R. Peereman et al. (2007 ; 2013 pour des calculs tenant compte des morpho-phonogrammes).

2 C’est encore le cas dans certaines régions du Sud-ouest de la France.

3 Mais il y a eu quelques oublis, le ‘p’ de compte, de sculpteur, ou encore celui de baptême.

4 La présence d’une consonne double après ‘e’ s’explique par le fait que le signe diacritique «  » a servi à noter l’accent tonique sur les mots, comme en espagnol. Quand cette notation est devenue inutile, ce diacritique a pu être utilisé sur ‘e’ (voir Catach, 1995).

5 Cette lettre a été publiée en 1905 par A. Colin.

6 C’est pour éviter la confusion entre le ‘u’ qui désignait soit la voyelle ‘u’, soit la consonne ‘v’ qu’un ‘h’ a été mis devant la voyelle, ce qui permet de distinguer huitre de vitre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Béchennec et Liliane Sprenger-Charolles, « Guide pratique de l’orthographe rectifiée », Pratiques [En ligne], 163-164 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/2227 ; DOI : 10.4000/pratiques.2227

Haut de page

Auteurs

Danielle Béchennec

Docteur en linguistique, agrégée de lettres classiques

Liliane Sprenger-Charolles

Linguiste et psycholinguiste, directrice de recherche, émérite, LPP (UMR 8242 CNRS, AMU), CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • OpenEdition Journals