< ss, aext/jasprcle" /> Navigon/pd – Ps. scie cn!-- #ac tos -- er> Piques/pdguistiquee so-muitle" cent,ffedivite s

n!-- #d> er -- fr en >Accueil > Numoiros > -174 | > gontrde 14mis la pssition d’es... > >Aspectsffedivite ss >

n!-- #bdy-tcrumb -- che. Lr ss, aexgotent-laconf="htt3239"tle="Cr-174 | 2017 Le déjà-là dans l'écriture " ">Somke de - ss, aexgoPtiv> f="htt3395"tle="CrLennovabotion ? P:e autts, re queavec déjà-là ?i ester vèle mspdtion dnnts whianrss ux ptexjeu seveptions niv">Dment produritéts w - Dment provantesn!-- .navEce?tito 14p -- er> -174 |  | 7 L : déjà-là dans l'écriture " détrde 14mis la pssition d’estériaux linguistiques « Aspectsffedivite ss herine" / arue-Breton, Citspan> n!-- #dmeH> er -- Résumoi | Ipoex | Ps.  | suale | Bisheographie | Af /xe | Ns an |  | Aur de Résumois França?s détudiants qui se destinent aux métiers de l’enseignement doivent produire un mémoire de master, dont le genre relève à la fois du scientifique, pour ce qui est du cadre théorique et de l’analyse des données, et du professionnel pour ce qui est de l’objet de recherche. Le cadre théorique de ce mémoire, autrement dit son soubassement conceptuel, est constitué d’énoncés qui puisent chez d’autres auteurs, et à ce titre participe d’une forme particulière de dé

>Hhor parolgcn!-- #aract bas-- Ens ed’actipoex
Ipoex mastots-cl de :riture scientifique, t, herche et formation, t, tualisation ?, ceptions" / Ipoex by words"  :entific writing, r, herch and training, t, tualisatzon ?, ief" /naess, aexgo-14p"ef="htt#hcle" /-3" />>Hhor parolgcn!-- #iceeipds-- Ps.
1. Apsentéoriques comla penherche. L 1.1. er aité screutanrss sc 1.2husualisation ? du ps otrme 1.3. eoyas to doneignemes qu 2huDées idela penherche. L 2h1. Dées idela penherche. Lésentée mons lcent ntribution se 2h2huPentiplussen-pus whifnalsix plaeurs, e mémoire de: Quedéjà-là, uéoriques c 2h3. Sed poursen-pus whifnalsix plaeurs, e mémoire de: Quedéjà-là, uempiues c 3. us whimencu texiouses : refors ene: Que donnérents, to l’usas wru démêmL 3.1. hoix profs. onshoix ptextualthéoriques coonshoix ptexnées id 3.2huUe duo donceptuals du pssbution se touutan loissdémire de Quetualisation ? du ps otrme 3.3. D’étudvolon se donceoyas to doneignemes qu chamation, t tencieuro naess, aexgo-14p"ef="htt#hcle" /-3" />>Hhor parolgcn!-- #tocs-- suale a e mg an ss, aexh thsualS th"> ss, aex" tiPDF Semesler méument whn!-- #widgehss-- -Lenhevue 4Deplahypotorsesésinatesldon étsous-t ddéleistions snht des mpenherche. Lésentée monici Quea/p> 5En effetimulpenmen tos scrmactipe mg erpenherche. Ls le mammation, tdoneignemes qu gnmble aurnalmacthse admisux plans simiituéstnel pouscientifique. ", mamvie d’es 1 me-cit nseseffetsnt pous, rre aurnalmacthse t ncepnus du iiturlsant cardontures. S du douna,étcra bas les oisiques/p easse, d l’analvité scriptifique. "etripturale et doneignemes qu chamation, tmatil con woatr d lmation, tinitia e ou tribinuL–rmeuous, rre nérliimet consesure lr,nceraa t enu cadretérirelèvaitet conurit des mpétudvolon se donmoda scs lmation, t’écriture de etrlenherche. Lt pous, ous ax lstionss et dacteiiningauthor de plachangnts whiiitturesss le mamjus ed (maen chafess poeur) s/p eashangnts whiimmointswhi(maen s parchae lt ce). Il gnmble c plusiculièrement suropp diunénonied cr leseffetsnduit net les q ripp difausave c,rautiers d,raug="e est onla soie ces 1nt nlvité scr con lstionss e dacteiiningautz dlauteurs, es mmoire co,raurs qud’étudoréson, t ces 1 ui-ci a/p> 6Noétudue dor recdusarésdlautbassement cotéoriques comla penherche. Lésentée monici,esentuveasrdonturr recldonnées idelysé de LinNoétsente cor receigu a ts parloisunt surldonhésunéto eas1nt nlyse pr,i estcepturnnte une juxtir rldontrdes se pudl cn ?r ailldoneurs, es mmoire co donudlent cos déjà-là ?imencu , autres axtir écge du t du ddonceptuals du f de mssbution se touutan loissdémire de Q;uveasrdonoppe lar recsiculièrement surméuurniplusoipe,i esttenrchaonontiqce genrôle la pécriture de –retus particulièrement surda textualisation ? –rs l’écrioréson, t cespensée propre d’’auteur de mémoire deinNoétmule aur receifinelle s comentues lin les q rôle la pécivité scripturale et scientifique de les étudvolon se donceptions" / ou teoyas to doneignemes qu a/p> 1. Apsentéoriques comla penherche. L7Lensente ce cil unndoubdé 1.1. er aité screutanrss sc 8Lonceptualcdadrer aitv scxtul de noétfenseit dd suivactipsp de le dat des matee vaux profsychlyse pt nlygl parD. W. Winnicott (1975),i estcepsidirel 1 me-cimmencee autcepion.or dé 9Siusase proplacu désoipe de vde l’autexpiauxe ce ueauxrs a co,r?r euoucepsidirque le 1 me-cim euousents, thla fensexpiauxe ce iètur1 me lorsil 1 me fave ene r ce étude diale genvea est e quesemec wrars reciieernu,njà-l aborés esr ail 1 ui-ci enrchalxe eavec souexpiauxe ce ape mrrs nu, il 1 me s êtueauxrs a co ou cxee ueauxrs a co,rscieemec wrars recualtrnu ou veau s ma,pducv aale verant cardestsave csoriques compansèt à,rsci estcemtts,n une auttir iraont codénale mrre m. P ce qctériser le nécivité scrde vea est e queer a sc psychr cesipe mrrs nu désu de eteipp dis ual mrrs n173D. W. Winnicott tirl aistsé 10Siadrer aitv sc, cepsidir promencee a pot doiessentéevd lcha cesipdividl (Pice odo, 2009),nt être conjàfiniromenceeadrapac sc uduire un duuveau de scieautrdap MEE umépuntualt (ve c ailexerale Lsser n 2003),n1 me de l lccdxv de du dàfiniro ailD. W. Winnicott mencee autatuésparosychr cesglobalesvis-làviomla penhr a sc ual mrrs nu, qui estcham du drsrlorse aut 1-Lenstions smmas 1.2husualisation ? du ps otrme 12Lendeplirme s mrrsde vers rec estcepsue éle genbassement conorique de ce foiherche et cepturn’étonture de momLmdémire de,rscit lccmammatioation ? g="e ere de onturee ce foimanre de dosurlénone diale cr proméjà-là, un rement dit oùtextualisation ? profesaose cadpos enregnstions sm consependadeslse aions de v centrticulièremen,esentil con woonorés cepjoipent surla autinvionsgon/pdientifique. ", esteslse ssenexipt npau,njém in s le méreo donentifquonhum indo a/p> 13Létude de 1updtion dnnts w oncésion f doneurs, es mmoire co,rcest co-làd de masfoimanre de dosurils tts,n unecharge danlénonture de ce foiherche et,t de làtur in codr ce qemtts,drromenceconsesmeiture urmétemeut. F. Boch (2013),i estsest conipe mrtos pro u oisisducn ?rcesmoire de: mastorse,ttenrchaxv detee du simeig dsieemec wrarsv“r ce elopnirteur appentifique. " Que une juxtir foimanre de dosurléneur apptts,d ition d’ le a tualto u vie dect ofntes , autres axtir a l dgitiion, tdoneijede défoiherche et,t tceifinelactipsateed’estsce atse D le méreo umoire de master, donlénone diale sénapsre dieestsce atsrchavde l’donhéinvionsr c le autherche et s n.op m, le a puntualt veau de peut êtfois pas woonooemenr b decoup cadruntualt cadrer ait cides 14sce atse Lepdtion dnnts w un auteur app mmoire co supe, it lccla fois du a pint ineffacuts w oncésion f ene autcralerars rrmetsel polLe cadtrde 14ation_joestsce atsrtributioro u rr véler médtion dnnts w QueF. Boch (2013,pd. 559) deveic misuntee du Queaemormulates .or 14Léteur app umoire de t êtaistsre conat s p ce ti app donceptions" / oriques comaulle ril adhe de (A. Rabate r[2013] r cer parfoiler lcereo dnmoda sc hab scisds otr de ce senrents, ion CR), maen udue dor alement unelu t du ces 14ceptions" / oriques comdétrident che u reviei appsuo pre d: ceptions" / ape mrrs nus (ion woatrr paralorse lcereo dnmoda sc eursds otr de ce senrents, ion CR)a présente ce c le msponcés quicesmoire de:, propos enrmenbin co oriquee (t lccceptuals dal mrrs n1)neneceptions" / ape mrrs nus ève àr par lcereo il unendoubdémoda sc hab scisreutanrsds otr de ce senrents, ion CR, maen cest co mamjimeig dtanrsds otr de doitsti cons particulièrement surverrutatuifiqCR, s le mamure l com1 me de lstionss e dactatuir MEEcil unndéplacut surda qeoyas t, estoparine mrtoserticulièrement surd le mammation, tdoneignemes qu a/p> 1.3. eoyas to doneignemes qu 15Lenmon, t ces 16M. Crahayreutal. f le genmeituattil conexipt n a pint inmeiteiguin les q t du ces queceoyas to doneignemes qu udvoloenttnérliimet coneteer ts oeaux méduc tosusmation, t(ibid., 2huDées idela penherche. L LNeasrdonturv recicicldonnées ideempiues carueelie dsr ailveasrd le mamherche. Lésentée mons lcent ntribution se, etrldonrsen-pus whioriques com tcempiues carfnalsisx plaeurs, e mémoire de:r ce dapptte dherche. Lea/p> 2h1. Dées idela penherche. Lésentée mons lcent ntribution se 18Loonnées ideexaloits idel le nosee vaux r ce mieplapumtts, th étudvolon se doneignemes qu chamation, t,i estcepturnnteacrle met conexcieuret conenseignement doivrofentipluree,sc, ne délimioeaux «la fois tion, tinitia e Queeasrav" / apsé desalement unelusmoire de: macteignemes qsjà-l chafopt n(arue-Breton, Cat2014a Q;uarue-Breton, C & ein Cat2015)inNoétopar n ti cdr recsependadesr ce qunt ntribution sex métiere de: iosusfois tion, tinitia e,esente cest co ce titmot un, prl? M. Crahayreutal. (2010), s2’éteuièturan se oriques cognmble oislasrdontiureinNoétav" / aistsrbié, q thedment whs, de noétt àemenr recsic oigu a tsapp donchér achell de pla1 ce 14 (t c.1 ce t c.14),nsci estcer acpodd suraujurnipluontatmdémire de,r 1 uis se aré éls dtenuea/p> 2h2huPentiplussen-pus whifnalsix plaeurs, e mémoire de: Quedéjà-là, uéoriques c 19Lonssen-pus whila tualthéoriques corfnalsix plaudiants quir ce doneider l’dappee vailudi parstitué d’én juxvuist ind ce senrents, es,ncepturnale gespduc tosusénrentice?se dufoimec de (ipp dis cespenssychootr ntrgnitive), donepp dis cespenoriquee muitle" convoqturnale genmon, t ces aras heig d’a tualt, donepp dis voqturnale génonture de la fensudcole (ippuc henssychootr de, sociootr denscigénleues/p eextualth) de reonepp dis ="sev de plafoisociootre la pécridurars rrcepturnale gespinaleme scs scola de: etrldonnérlièt à donudle àuichalxe eavec dapptrde 14sociser.on, ta/p> 2h3. Sed poursen-pus whifnalsix plaeurs, e mémoire de: Quedéjà-là, uempiues c 20Lonssen-pus whila nées ideempiues carfnalsix plaudiants quiudi pars asurla festcepsue scrde objetdervars rrudcolotr de ce the deas to dasse, decegistrés eus (ve c af /xe 1), prophotographiesaffirmech duo scola de:, proposducn ?t dactudle àu, de recns an aut tdervars r,cordueillpidel le a pu, ests eadox" co se scre ezonpériurb ind sse, monZEP la fensudpe doa C1s deas to, touudoncens ed les oimec de énautelbumrde-muitle" cents aratione,tcepturnnte queférents, onnm indo masfoimait ene foimaisuntel: sévelfinisr ailldoposgramof thfrciel Quefoiler,ffede,ronturroa Ell: ceraontéevdolccdasnlvité sco trrsriouss idestnceeévelchér duonlénone dep doncer acpoddas to graphophomentes coonpenherdna?se la dastots, mamparas heig d’a tualt ourdétcr duonloisisducn ?rcénonture, mampapie,eévelbato u vie diieerssentarsv,s oimec de orenttt,t tc a/p> 2-Conssen-pus whiaré élceralé étsapp donrappels ce sencparchistrés en sapp a pcheur ? la pécri esp,s se ariieerosgétenseignmble laonudle àuit ce ué ce les oiparas heig d’a ételbum a/p> 22Loonstions suimasherche. Lpoonsblesé ce donudiants quir cvat de t lcccepturgauthoons btifs oimec de s2’étudture de, gespineeracn ?t g="e ere des, gespspencpfrcit à u supe,rt nées la fire aux udle àu, de profmealis de les quetiques" /neignemes qes, gécivité scrde lactudle à, gesp tdtac quefuxrsx plaeentice?se duo,t tc , de exaloitades matdées idela momLmtype ou chal: cerbin co chamanrs drmasloistions smmasherche. L a/p> 3. us whimencu texiouses : refors ene: Que donnérents, to l’usas wru démêmL23F. Groonmaf (2012), le a rcle" /tsistacsenula foiiousen d’ le lescours quentifique. ", rappellue ces est co mecsinatee momLmdeiiousen d est de adoxe falet surla momLmdeisentrvle nécun scrde ladrae mgquee génle"r de 3.1. hoix profs. onshoix ptextualthéoriques coonshoix ptexnées id 24Léteignmble laondment whsrbié, qe mar d appble?tun mén to wrrsrparable conun auteur appla fensres aui doitappelluefoistruc de rofs. IMRad,eavec ensente ce cil unerticulonvoqturnale gére théorique de, unerticulontierhodootreeexples asurenetmenqueale gérhoix ptexnées id, unerticulonlyse deseteer tunéto,tenseignmble entapous, e tétsapp autintisducn ?rene autcencieuro . Au seicides 1nt nstruc de ticuag d,ieignemes i lorse stsoirop des,r?r tdervensependades matnérents, to majeu, qui ontatuir Mne là-lnun autdtion dnnts w érents, doneurs, esla fensudgard l’d, esinvionsgon/pdo a/p> 25Aistsimulplans d laondment whs4rene6 mar d btifsappble?tun chacue laonticulouecepsue s qeo umoire de master, d susmifiqCRes id, p ce euraco, queceptenuseudue d en cla4pee dent cheue pudl cn ?rdtonhérents, to appblenceconalr aioire au seicidesenseignmble laondoussormebstrs w en class qu(rentice?se dufoimec de,iparas heig d’aextualth,isisducn ?rcénonture, meiturecn ?rdtoninaleme scs la fensudcole), n’en cil unerpudl cn ?rdàtur in propapp autstions smmasherche. Lpiculièremen,e peut cv du triturgaut oiparas heig d’éte r ailldonudve àuioéloisisducn ?rcénonture ailexerale a/p> 26Àusaspe, é, mémoire co 6tatuir M cil unerpudl cn ?rdtonhérents, to organie dpapp autstions smmasherche. Lspencpfr, t,ncens ed les queférlièt à diparas heig d’aexudle àuichalxe eavec apee nsadoic t donse ars recfedivite ss,eavec formecsation ? ticulière de les aejimeig dtparalexe l’étcralerree c le mammec de (férents, “hérents, to voqturnale cesorme été élfnalsiear ailéteur app umoire de lui-mêmL) a/p> 2LOn ètreau mémomLmtyd’uneopp son.or eiin"ldonmoire de:o5 n10 Quedémoire de 5rpudl cn ?e laonhérents, to chamanrs drmasloistions smmasherche. L, racdiec ees qmoire de 10,estnceeémire de Q4,rine gthéouudndortd ce senrents, es les oimec de,étudture de, tc Onmns a sependadesue lérents, t masstion dnnts w eiin"ldonneplaeurs, e mémire de Q10 du promoire de 4 Quetacdiec ees éteur ap Q4 forme pucoradsivle?t cond tstions smmasherche. Lprontiue s le mémoire co,nenetirl sune juxmanre de génle" meila nérlièt à dimec de de rautonture de cil udve àuimasmilieplavelfave en à,rémire de Q10 mule autrutribuairep autstions smmasherche. Lspencpfr, t,ncoqturnale géninflus, t mas oisiques/peignemes qe les oiparas heig d’a ételbumcepturnsc, stions smmasherche. L doidar d t lccdadrô éllesorme masécriture. MaiP cei es,r lcereo,rchaxve c meitervélleonhérents, to s le mére théorique de ?a/p> 28Netriieerssentars sm con oigu tes  (ve c verant cararue-Breton, Cat2014a) Quedésirswhila ter MEEF, doplacu donudiants quic le auttriale foptuco sustionss e cil ue constiflerrle memul1 me ast con «aborés e t lccee vailléLchamation, ti(maen sustionss e cil ue conaont of ul1 me lst co)ui doidosecepiu aultanément conla resue épp usove c (foptuco énonied s q),nla psffuspp usove c (foptuco éneignemes q)t à ce duire un duusove c (foptuco e pcheur ?) a/p> 29Aistsimtouutchaeespect co chae lt ce donett dd srmatie e mére reldussirsfiptifique. "(ionexipt n a le?sdnnts w,eunnmssition ftierhodootr de, ufsappbl sur ystrme massreuv de reoneyse deonsen?rdtonhétunéto),léteur app umoire de Q4 gnmble n adsisil ue conaoion dnélcla det concermeprenti chercheur ?, maen cermepone diale doitstue égdestsave cs, qui eil conudi parduibe cot contme eil alors. Eo chaeffetimlestsave cs icicètués de lent poumeivble tots w,eils t pouiculiè en clin"eplaet p ce euracoi eil ? tur d chajuger,fils t pouparasio a/p> 30En rev d. L, éteur app umoire de Q10,e se demble pénleurplus parxv detlaextues qu ctstrsue?se cos dé 3-P ce qui est du cadmoire de Q5ont pteur, quicermeps le méreo admoire de Q6, ra:gnmbleeffecret condtonhérents, to aculiè eespapp autstions smmasherche. Lspencpfr, t,nay detee paraplaeffetsnfoimec de oralie d les oiparas heig d’aexudle àu Que dmomLm cess le méreo admoire de Q6, géninàeté scrde loistions smmasherche. Lpicipe dprl? noéttailactatuésparrer aitve 14souteur, qui citasmeiture urloistions smpartir de caonneplassen-pus whi doit rt unelu doubdéjà-là, umencu l plaudiants qu, n’en ètués d sestsave cs lesunsorme mdnéa/p> 32P ce qui est du cadrhoix ptexnées id, veasrceau recmule aurndtonhntues linparables et Quecha ceseur appr ople" d unerpudl cn ?rau seicidunssen-pus whila nées ideda s sning, maen tacdiec eespint inevdacteiin"epla pousffecs d donshoix guiw en cxcieuret con ailldur ions smmasherche. L, et a e mg ale géretérirelinnov detouits,eau s de plac1 me-cit autres aut pou udl cn ?des données idecoqturnale hoons btifs oimec de oéloi aras heig d’a tualt, s2’étudture de, qui estd?e autapadoic t di ahents, t la fenseidemble pente mére théorique de ( esttenn ?e laonhérents, to lcestdeplanm indo)i aïncidm, le aespint inesure l,raurss whila nées id, maen chaer a sc nLpicipe d «la fétlyse desrer aitve 14c1 mes-ci Loonnées ide udl cn ?deto lcere reldéreo cer acpodd sur umé 33Aistsimd le mémoire. L 8onpenherche. Lchvisag dnaont les étudture de, qtnceeénindie mére pa. 34Àusaspe, é, mémoire co Q6, dosurloistions smmasherche. Lcepturnspencpfr, tt unelusférlièt à diparas heig dchalce de cesudle àu, de citacded i unerle daoplacu, noétfensav" / o,lla foijimeig dtl’étcralerree c le mételbumexaloits t à ce apee nsadoic t doneijede dedivite ss c le mamsudas t,rpudl cn ?e laonnées idewrrsrpiblde LinLéteur appas le àx istsénars w, au seicideschacue laonthe deas toimlestbribeevdacteiistrésnts whicepturnale gesplvité sco roints ideexcieuret conce apparas heig d’a ételbum ailldonudve àu,rchala?se tcdadrô élles res aut(stnceesplvité sco révelchér du ou cadee vaileoncer acpoddas to graphophomentes co) Q;uionudl cn ?e eigu a tlaonrappels ce sencpa, doidse mettentr pouautévaloees oiparas heig d’ésencpar ailcha cesudle à, rer apouiistsmépus whis n.op aartir de cil unndà-là ?imencu , comaucunerpudas t ast conueelie d ice?ement su, maen aicunern? t parla?se d ice?ement sucdadrô éa/p> 3.2huUe duo donceptuals du pssbution se touutan loissdémire de Quetualisation ? du ps otrme 35Neasrnerceau recs le mére thÙe qutprcle" /td?ee déjàtaileonférents, “tor “la tualisation ? oic ons ed Q;uveasrveasrrs enr rect lccla deve?ee u ve c ldontrdme scs leser partues s qes, de citgnmblenorrr véler l ts parlécivité scrds otr de ceuteurs, et rement dit oùtexmanre de dosurla tualt umoire de ms otcesevec dextualth doneurs, es ure théorique de a/p> 36En r cegu tesrverrutude de 1upmoire co 6,uveasrdonteaur" / aistsuforme pela tualisation ? peu xaloit tlaont cilrsscs orentttar ailétudture de numle"r de,i estcepsislto u ie prurndtontes eaux p le mérus smdémire de,r onla sudl cn ?erspint inevdtonitems mifiqCRes ecs le muecaseo utes eau chaen gris de la tualt a/p> 3LVoicicunnexee pard’étue des 14tes eaux,i estoccupe c le sor eiiiplureplas duo l qmoire de (t c. Q6, d. 36-37) Qua/p> Tes eau 1 a/p> 38D lcenlexerale,toparineerssentole métge du utes eau ce genburlemesest e gris qtnceemettent con dmentrerchaxv detsune juxmanre de erli ce eteeapide r ce eiecte, sldonshoix ople" dar ailéteur ap. Aistsimenseignmble laonthe deas to s pouors ente cs idel le métes eau, aistse 29edasnlvité sco doidosecepsue éleaiPailleurs, le texmi d charegard l le métes eauedasnlvité sco udl cn ?deto evec laonhérents, to oriques commettenn a leppuc hets w oncepotes cret t nceur alachaacpacu, au seicidl unnmoire de masmationrs qt (100 000 emenschvirCR)a pétes eauets, aistsvieibla pécivité scriiee mec élet sciosychr ces ’analur, qui citposgre d ltes eaux entes eaux entherdupsco rétualth,iudvoloasurd le senhr flexise prl? unnschàma texchaentolne d D», commétes eaue se suiouors s, ltonitems udl cn ?desrau seicidunssencéts w,eenelusfonoppe lampartir de caecae mgqueeudétlyse dess parfindonipsp d dsr ailldre théorique de pétes eauegu tesrors s, aistsexcieuret condoneijede cer acpoddasux plaevité sco gre dsrl le métes eau 1,esentuldontet charegard evec dexpos enrdesenseignemes qe ensyripp diasurenedapptertions" ailldonudve àuaa/p> 39Voicicunnexee pardutes eauegu tes,i estoccupe, c le sor eiiipl,tee du s duo l qmoire de (t c. Q6, d. 39-41) Qua/p> Tes eau 2a/p> -écrile àxexples Lm cesld lon n,e peut rt n a b snhroouest(ettil cont àemen tacoôtsouslduveme Ch (...) Minuudon1 ce 7 texQust co-cue cil se p du dr-l ? D». texAlorseo juxtircoradsides oipauvnre de, ? ticl tde lacthisle de. Qust co-cue cil se p du dr-ltde lacthisle de ? min. 2 1

40Loontrdesption_joève àevd le muereplates eaux pas male,sctouu, unerb?e ticulondes oips, d nensa adsisaeni éseruésencparscit lcc cesldonevité sco t s pdonnil seon «mettievdacteiin"rx le aesaras heig d [D c. Q6, d. 38ont ulemes r ailveas.]a/p> 4-Si mésc enrede arect ut n a t nradecol,rionee dent sependadesue apsre di cs smiiee mec élet donceptuals meive d en s le mére théorique de, citgnnhéinvionssiesurleurs, le scit lccdéthab scisds otrsmM cralerreea Maen s le méreo sente c, ? ns a onement uneunuxme pelensanrsds otrsmM atuir scrsrl? noétsic oimule aut 42En tur “la tualisation ?,rion conipe mrtos con dns ar icic doupn adoxgraphe,i estsestie de eiin"ldontes eaux 1 de 2 se scu s duo 36-37 de 39-51,asénapsuie r cetale hoons lesu?onlyse deslaonrappels ce sencpar( tex 43Aoonsimulpanmssition ocide4tes eauxets, btifssaraee ce foime pe 44Manifir MEEu?onltuésparrer aitve,rcest cox istsénars wasénanrssioer unerpudl cn ?rtte d– ear ailconsud es,t apsre di dpap tc eesdàtur in propapp a stions snht unemetsel po– earf de ms otcee qunt nee ars rravec forres a,nrement dit oùdffecserslaonrappuc hets ws il unuxrsxic mictn clin"epla Maen il easrapsar parhoons la ee versecenlexeralee ces est co onement uneruire un u? unuxrsxd ches pro estcepbutioro u nécunuerars rra étexéris, t mas éteur app umoire de,rchafave en de la ea dusieemec wrars?o clin"er a sc ipe mrrs ncoeesdal mrrs neaa/p> 45Si un ti rse stmoire de:orbié, qe hee, ists lesu? stions snht unecensalo estti coneignmble queférents, oncepsue s qui1upmoire co udue d en pappF. Groonmaf t autres auts pouee vers en pappdeonstions sui lc tosiàuioutsapp autinterosgars rrglobale stesmettenteaux «décunueeiléteignmblee scit lccne détualisatieaux «duxmanre de homogèneaa/p> 46Lonmoire de Q13i ailexerale,rnérhoisit tisr aimoidosepisltsssasherche. Lésc en dsr aillcri esp pédagotr de, etxtuete massre, thenncha daoenseignmble laonstions suipoonsbles Quemenherche. Lchvisag dncepturnhoons btifs oimec de s2’étudture de, e memunsipe mre d hoons btifs méduques" /neignemes qesnil la fétlvité scrdeonudve àu,rce usas an cermepoétudture, etxlet shvisage deni ions snhr alement unelatparalex scrdésupe,rt,l le aesippuc hensluui lc tosiàe cil se. Lés euaa/p> 47Lonmoire de Q8, on’easrau recsr-ltt du mifiqCR, molin"s asurla festurrglr dt dit l unnorme la fensres auila fensipsus ’analur, quignmble-t-il Qua/p> onturro aroCPmpartir de caesupe,rtstparalexeuaiP particulièrement su, veasrcearri recnoétinterosger les quetiques" /neignemes qesenncue cil 1 mes r cer p confave ener outinre un ddonudretos de saras heig d énautelbumr arationeez d’aexudle àuimasmiliepavelfave en En i estmquetiques" /neignemes qespeuv un-1 mes inre un juxmacv dse saras heig d a ételbum ? [D c. Q8uid. 12-13ont ulemes r ailveas.]a/p> 48Loistions smmasherche. Lp rt nexplerreemevd le mafentie de phra:e les q torme masécriture. M,ncoqme pent conarote pai1upmoire co (gérhoix pt cesorme de léteeurs, l irme pen drsrlas du 1,esentucoqme pen s du 8 ear adu 11). Puio,rion woatretsuneévaloees quetiques" /neignemes qes les q torme masaesaras heig d,iaurs qudonneplashra:esigu tes s En tur “la tualisation ?,r? ns a s2’atee duirme hra:e ors s, entinterosgars rrpsdeccorap hra:e ssencéts waui doitele àxeeéninterosgars rrindideccoa C1nt nors enersrl? texmrdme scrpsdeccorvi coner tumMEEcil unuxmanre de inatsiàeap hra:e ssencéts wauimaen cepbutiorot ê-re conaistsrttiger l tstions snht une les étue des:esiaspectsrlatle" ux,iaujàtrit doivrostions snht uneinitia et uneenvisag daa/p> 49On aue pard lccirm de icicla autdortd cécriture cadee vailui citposgre d la ee verseétudture de 1 me-momLmdémoire de,rmaen s le auerars rra étexéris, t sturralealent us-t dd ropapp a stions snht unemte d, etxs le eijed cla det conidennquedes eemenherche. L Onmns a chaeffeteap hra:e gu tes ,lla foificidesensintisducn ? Que texNerrutherche. Lan a l eul ipe mrre p le mamure l comlaonstions suirautonture de enncyclu 2,in’erant car ce donudle àuimasCP, été éltme eil icict n xalos ed Q». CLésc en,i estcer acpodd sarect ut n umét àee caesencoqme pauthoxnett dd srmére re,rvi conlaleitimepp autstions smstesnera fop mt contisree pa mons lmémoire co,n peut rt n luoôt les oiparas heig d’a tualt a/p> 50Céreo ettiguco,n peuatuir M cil unrglr dt dit e loistions smmasherche. Linitia e verseauteurrenorme la fensipsus ’analur, q ast con «extions" nel Queon ètreau mémomLmphoncmènemd le mémoire. L 3,n peut rt rariirfind lse aoons lesloi aras heig d’a tualt, maen staf o, tE nement uneundee vailesherche. Lslesloitisducn ?rcénonture (male,scun ti conrens e qunt ns du lesloi aras heig d) Qua/p> 51D lcereo ettiguco,nlmatdées idenudl cn ?deto,tribuairet conaromoire de Q8, t poueontosducn ?t onturees cil udve àuinLétunendqueclefsemettent con dpumtts, th églr dt dithéside prl? noétt lma delfinirs rrére thÙanalyse des dondées id Que texLoontosducn ?t aexudle àuider poud lccipsé dethidunsoicon dvue masaesaras heig d D» [D c. Q3uid. 23.]a/p> 52Il ast cond lccpeo senvue cil 1 mes soi conipsé dethidunsoicon dvue masaetosducn ?, maen la penhr tions" ésupe,rt exaloits t ce doignmble ee denrx aespint inescoqmus.or eiin"ens ed s le méconture de etens ed s le méconture. Noéttreau?t coqme pars rra qunt nlyse des le mére théorique de, citatuir M ca qunt ncoqmus.or Qua/p> Léconture de ast con « aesivité scr,eau sle r ce écrile àx peu iin"ensCP. Il a epausascreo den parurnlet ddrô oyer l tmedd r’étudture la ee verseardonteauertd cécelbumrde-muitle" centsde-jedne d,étudture de caes?rttoncm maen onement uneraes aejica monla fensrdulcoa [D c. Q3uid. 6ont ulemes r ailveas.]a/p> 53Lensipstabil scrde loistions smmasherche. Lles 14neplamoire de:, sarect ut nruire tu, au m in le lesceplirme reo,rsapp autcoqmus.or outinpintésparorique de, eiininga aexhésitars recf le méceignmble lémire de Queaistsimenslyse des dontosducn ?t onturees cémire de Q3 prof du trrmeprncés dEs le mére thÙenslyse des unsoicon dvue masaesaras heig drdésupe,rt,lmaen chvisage nalanm in eont crs, es,rthographes coonse stousecepiu a?imeig d prurn ees éteyse desnemuns con «n? t parvle?t constabile d les oiparas heig d a/p> 54Lors cesldonmoire de:ono s poutisree vers en papp a stions snht unemte d, s n.op onseux-ci desvoi coniiststenuserluoôtsapp autstruc de dal mrrs ne doitsss, ltoncepsue s quiudue d en pappF. Groonmaf (2012), doit configucoles a:esila reraler outjnsctems la reignemedr a/p> 55Inversnt su, lors cesldonmoire de:os pouee vers en papp a stions snht unemte dnstabile d, fun-coiudvolon f eteeamquede, géretérirelspencpfr, trde loistions smmettenna tuner eignmblee desensint mrrs n,sldonshoix oriques com tempiues coa C1nt ncralerars rrésujde eur app le mémoire de seree deno souv uneraexe falet surpappdeonhésitars reconcésion àuti oplr conce s rrinsu Onmns a ists le mémoire. L 12, dosurla stions snht unecepturnméselelspencpfr, trdunnelbatiieerssentarsfx le aesaras heig d a ételbum ailldonudve àu,r authésitars r eiin"lns maloi dé Nous all recd lccve c qu1 sogounelusudlent cos i oété élètenuserailldonrcheur ?uiqtnceem cv ntsdàtur inees oiparalex scrdénautelbum… C1onférents, onudlent cos v poud lccméneider u dàtur ineesse stf du latparalex scrdéB snhroouesa [D c. Q12, d. 5-6ont ulemes r ailveas.]a/p> 56Cnt nhésitars r oncésion à easrapsar pa,r lcereoprontiu,rrr vélatrice cil unnm ts w ticulièrerslaétcralerars rrésujde le aeherche. Lchars que scit lccqtnceeunnmues lles uistiques prmoonsblerméf pard 57P ce syntortener verrutsc enrcepturnale gespférents, “tor “la tualisation ? oic ons ed, doitacoôtosceursnw eiin"mait ene donceptuals iculiè en la fétlyse dee sciglr dt disivrostions snht unela fensipsusmomLmd’d, eseurs, et veasrceau rectenn ?er l tf par douldonmoire de:o ontatuir Mne lil unnm uet condt ches prorer aitfmpartir de cu doubdéjà-là, umencu lt poupepla citpoente couneundeeiale ds otrsmM, n’en seulnt sur étue ou fensres a Qua/p> 3.3. D’étudvolon t cesecroyas to d/neignemes qochamation, t 58Lensudvolon t cesecroyas to d/neignemes qo, on’easrrappelonse cil 1 me con eu is d,imaen lnseuranarflusrchvisagees e cesldonsroyas to t poumeifr podethidacteiinie projed ltdeonceptuals oriques co, noétsic du ceau de re consaeniemd le mémoire. Llla ee verse érents, ontyds cil udcés ds Quesc enrexplerreeh doneurs, e, souv uneentintisducn ?roucharsncieur rrémoire de,rmenn ?apoueonchangdt disivenceptual ?, dépl cet cosrde loistions smdeeherche. L, modc wrars?o c le mamsudl cn ?rdtonnées id,s asd 1 mes cer acpodd sur( est co-làpsde d le maflutir deuecas) ltdeondonteauertdse ’analur app les q tieripl,tsuilldonudve àu,r les aejisceplene, tc ,rouch rre poente con, t ceseer tunéto a/p> 59Aists mémoire. L 5,ewrrsrtrsue? scityname de, p diasur les oimec de oriâtralie d qtnceemoychae stionss e – ouÙen – dfave ener oiparas heig d’éte r ailldonudve àui(lenssen-pus whifnalsil plaudiants quiaré élicicparalé élpapp a eurrenherueilesdées idesffecs d ailéteur app umoire de), mule autristseharsncieur rrmépunt ca de suilldonacquio das1nt nexéris, t sttifique. " Qua/p> verru rdna?se cesrrsrpap tlla un ddon érents, onacquio chaecies to daétudducon, t easra-n-1 memettievdrorer er tousldslierunr tise de:orétudtayage denverruteyse des?a/p> Jtur ineeaen cémoire de slesu?onhr flexise tieracognirsvhennch duios con dméninterosger les qiee nsentt as rdna?se cesiacquioes arors qud 1nt nippuc hen eemenherche. L chaecies to daétudducon, ta [D c. Q5, d. 46ont ulemes r ailveas.]a/p> 60On ètreau icicmenhup de oncésion à (tise duéee nsenttacquioesu 61Touj apseharsncieur r,analur appémoire de 11, stensudue doupnpendades «explerreemevd le mémoire de eonchangdt disivenceptual ? ouu?onhr flexise tieracognirsvh, sc enesu? on,eauèldt dit e loihr flexise engag d Qua/p> Ion conrrsripe mrtos co én tderversea miliepascoma un étcraivit e loimi d chaplacula tuléou tuléippuc hen edivite sr lesloi aras heig d’a écrile à. Noétau recvu gespférlièt à oic ons edr ailéteignemes q lorse ’oimi d chaplacula étudt de 1énautelbumr arationeede-muitle" centsde-jedne dinLéteignemes q chaacsay con dmentrerchaplacuunerpud es, tcaidacoimamparas heig d’a ételbumas rs du ipiu adonudle àuim le aesaiturecn ?rdtnfeus:esitssente cars?o (chaeudas t 9r letouu)onse stamio chanérlièt dicmbreux udle àu. Ionneraitripe mrtos co e r cesuivconvt ee vailesherche. Lanrsappéselelde r’am acpodsabil scrde léteignemes q p le mamui d chaplacula pud es, tc dpumtt heig dchalce dea [D c. Q13uid. 42ont ulemes r ailveas.]a/p> 62D lcetise du,lns maloi ltdeuxetsasi dse ’oimule auttexion co/neraitripe mrtos co D» evec vadi cs smteraoro-mrdmes,finvilto u chesp s2’eondonteauertdsesffecs ddr ailétlur applorse ’analyse des dondées idela tuer pn mérepiu a?itsvisit r sueceptual ?secepturnale geselelde léteignemes q, g dnle" lht unecepg d prélsarme vident carfave es e ailldonudiants quiaunnelbutrde l appmation, t. Drsrlo le tq torme masaehr flexise, citaut rtdes l qmoire de – earcil unuxmanre de ticulièrement suEcrale d ee scityname de – les étcraivitsffecsfxaexcr duo l oiparas heig d’éte r ailldonudve àuuign dépl ceraitrversearstions smdéselelde r’am acpodsabil scrde léteignemes q,rstions smpint inet suE eig ble r ce éclur, quilauer airérept apsee cit dvi cond lccmui-mêmLneignemes q?iéniss trdunmar MEa/p> 63Noétau recpuesaituatp s2’atposgre d’aexmoire de:orbié, qe ast con «aoons minala dee cil 1 me e ai parhofentipluars w, ettil 1 memeuts rs du mêmLn woav prurnchaoite sinDoupn aoicon dvue, e mem="hle  a:gnz btif, noétgnmble-t-il,sldonm uet cosxd ches prod’d, eseurs, et eondon hetinnts whiceralexeu doit conmésc rufécivité scrsturralealenetxsttifique. ". P ce eurana,touuss quetisgre d:ono s poutisrdusmomLms wde Queqorot ê- rrpsdes dontos tosustualisation ? tderv ds Q?a/p> 64Touténars w, qorotualisation ? du auerars rra étexéris, t ocon aiulonli de Quelors ceslnsapsre di cs sm donceptuals dconser aitve ause:owiniccotttif, ettil 1 mevi conee,eau ser l tripp di au m dd , e memuerarhoons méscjde rherche. L, ee gespférents, “rubues com umoire de meiverg su, se stst con «méreo s asd 1 me an aorsiraleevis prodetuésrs rra save c a/p> 65Cnt inevmoire de:, stesn poutisrstruc d en papp aeistions smdeeherche. L eurhifiq ces( est co-làpsde ,eau sle,nruire tu ee invionsr ails rreurs, )uignmblesuraistscepsue sco rétualth lc tosifserluoôts prla aiulos lil unnmomLmtualt Ilspeuv uni ailexerale molin"ppa g aldesni me scseoriques com(ceptuals merasio ee cla det con="hule ascg, ms otceserli ce eiin"ldoneurs, et eoc.), sarec cesldonseptuals meive d en cepsue éleslnsationurenceptualélet demenherche. L repiu ac. Aement dit o,rlas iulonorique de cémoire de,rstf du te rchaeoi,rnérepsue én « are théorique dem umoire de p ce eurana a/p> 66Lo4neplastions sui eesnoétatio?o cltintisducn ?rnoétgnmblesuraistsàtroreemevli des Quemdontos tosustualisation ? t pouàtur in pr ailétge du ujà-là, u,nrement dit où ailldon,eauèldt ditipp di d ailéteur app umoire de,on,eauèldt dit estsestenraciautlil ars waf le mécs n.op screteap intns, tc rostions snht un. CLretérirelcensalovrostions snht uneousecepiu a?ichesp s2’eon 67Loistions smmassave csr ce doidoseeurs, es exmoire de:orer epoupejà-là, udconsnpendadesonement une?imeig d prur Que ce eux-momLs,énars w, sentil con woatretsesnoerslaoneemec wrars?o ,eau sleo evec laoneemec wrars?o ape mrrs ncs Q;umaen aions r ce amencu eurscrsttifique. "nenetscfusg dnel, se stgbgaur pon?iue conmieplaasio ehasaraee. CLnt inevmoire de: sc ene q chaaffetelaonstions snnts whiee,eau sscg, meonrappuc hets ws oriques comaudacieplamaen cepv incs qo,ouaexmoithodootrdsesffli ceet eont pouipsufflsant carv o en snec élett un.

Annexe

Annexe 1. Séquence « Bonnet Rouge » (description succincte) – classe de CP

Wenninger, B. & Rowe, J.-A (2000). Le Bonnet rouge. Paris : Nord-Sud.

Résumé de l’album : un lutin pourvu d’un bonnet rouge se promène dans les bois, et se fait prendre son bonnet par une branche à son insu. Une grenouille, une souris, un lapin, un hérisson, un oiseau, un renard, un sanglier, un loup et un ours pénètrent alors successivement dans le bonnet tombé par terre. Puis vient une puce, qui demande à entrer elle aussi, mais qui fait fuir l’ensemble des animaux présents. La puce s’installe alors seule dans le bonnet, qui sera retrouvé in fine par le lutin, qui le replacera sur sa tête.

Séance 1

  • Tâche 1 : présentation de l’album par l’enseignante

  • Tâche 2 : observation libre de la page de couverture par les élèves

  • Tâche 3 : description orale collective des objets figurant sur l’image (animaux notamment)

  • Tâche 4 : production d’un dessin individuel par les élèves, représentant ce qu’ils pensent que le livre raconte

  • Tâche 5 : travail d’écriture : les élèves sont invités à dire ce qu’ils voient (Sur l’image, je vois…), en s’aidant d’un abécédaire pour trouver les lettres nécessaires

  • Tâche 6 : les élèves sont invités à lire individuellement les mots figurant au tableau, et à les recopier sur un document ad hoc sous l’image correspondante, afin de compléter leur dictionnaire de mots.

Séance 2

  • Tâche 1 : repérage des mots connus à partir de l’incipit de l’album recopié en cursives au tableau

  • Tâche 2 : lecture collective à voix haute du texte

  • Tâche 3 : repérage de sons : les élèves sont invités à entourer les sons [in] [b] et [s] (sic) au tableau

Séance 3

  • Tâche 1 : rappel du texte lu la veille par les élèves, puis lecture par l’enseignante

  • Tâche 2 : rappel par les élèves des noms d’animaux qui entrent dans le bonnet, en suivant l’ordre d’arrivée

  • Tâche 3 : découpage et lecture d’étiquettes portant les noms des animaux présents dans l’album

  • Tâche 4 : à partir de l’énoncé du nom de l’animal par l’enseignante, les élèves sont invités à retrouver l’étiquette correspondante

  • Tâche 5 : mise en ordre des étiquettes représentant les animaux en fonction de leur arrivée dans l’histoire

Séance 4

  • Tâche 1 : lecture collective à voix haute de syllabes

  • Tâche 2 : scansion orale collective des syllabes des noms d’animaux

  • Tâche 3 : copie par les élèves du nom de deux animaux sur l’ardoise, et écriture d’un nom d’animal imaginaire constitué d’une syllabe de chacun des deux noms d’animaux copiés

  • Tâche 4 : sur un document fourni, copie des deux noms d’animaux, et du nom de l’animal composite, puis rédaction d’une phrase indiquant le lieu de vie (au choix des élèves) de l’animal imaginaire (Il vit…)

Séance 5

  • Tâche 1 : rappel de l’histoire ; les élèves sont invités à placer dans un bonnet tenu par l’enseignante les images des animaux nommés

  • Tâche 2 : échanges concernant la taille des animaux (peuvent-ils vraiment tenir dans le bonnet ?), puis concernant l’activité d’écriture (écrire, c’est mettre un titre, faire des phrases, etc.)

  • Tâche 3 : lecture magistrale du texte, que les élèves ont sous les yeux ; repérage individuel des structures répétitives (les élèves doivent colorier en rouge ce qui se répète)

  • Tâche 4 : mise en commun

Séance 6

  • Tâche 1 : retour collectif sur la structure répétitive de l’histoire

  • Tâche 2 : découpage d’étiquettes mots d’une phrase, puis identification des étiquettes correspondant aux mots énoncés par l’enseignante

  • Tâche 3 : reconstitution individuelle de la phrase par les élèves, avec les étiquettes

  • Tâche 4 : les élèves sont invités à compléter en écriture cursive un texte à trou, qui reprend la même phrase

Séance 7

  • Tâche 1 : à partir d’un abécédaire de noms d’animaux affiché dans la classe, les élèves sont invités à choisir des noms de cinq animaux autres que ceux de l’album

  • Tâche 2 : copie de la liste d’animaux choisis sur le document fourni

  • Tâche 3 : rédaction d’une phrase sur le document fourni en ordonnant les noms d’animaux par ordre de taille (Dans mon bonnet il y a…)

Séance 8

  • Tâche 1 : lecture à voix haute par les élèves d’étiquettes indiquant le nom du cri d’un animal, attribution du cri à l’animal correspondant, mention du verbe désignant ce cri

  • Tâche 2 : écriture du nom de l’animal et du nom du cri correspondant

Séance 9

  • Tâche 1 : lecture magistrale d’un passage de l’album

  • Tâche 2 : émission d’hypothèses collectives orales sur la suite du passage lu

  • Tâche 3 : rédaction de la suite hypothétique du passage (en autonomie ou en dictée à l’adulte)

Séance 10

  • Tâche 1 : encodage de mots (à l’écrit) avec le son [b] : arbre – poubelle – corbeau – boire – robinet – bobine – bras – balançoire – cartable – biberon

Séance 11

  • Tâche 1 : description collective orale de l’une des images de l’album projetée

  • Tâche 2 : lecture individuelle du texte correspondant à l’image, copié au tableau en écriture cursive

  • Tâche 3 : identification et entourage du mot « puce » dans ce texte

  • Tâche 4 : débat interprétatif à partir des questions suivantes : la puce veut-elle entrer dans le bonnet ? Que répondent les animaux ? Pourquoi ? Est-ce que c’est un problème de place ? Pourquoi lui disent-ils non ? Quel est le problème ?

  • Tâche 5 : production d’écrit : les élèves sont invités à rédiger la suite de l’histoire (La puce va…)

Séance 12

  • Tâche 1 : lecture magistrale de l’album dans son entier

Séance 13

  • Tâche 1 : étude collective d’une production d’élève de la séance 9 (tâche 3) recopiée au tableau (commentaires, propositions d’amélioration)

Séance 14

  • Tâche 1 : correction de l’exercice sur le son [b] (séance 10)

  • Tâche 2 : encodage des mots à l’écrit

Annexe 2. Axes de l’analyse des mémoires

Organisation du sommaire

  • Plan type (introduction, cadre théorique, méthodologie, analyse, résultats, conclusion)

  • Plan thématisé

Évolution de la question de recherche et problématisation, ramification du questionnement

  • En amont du cadre théorique

  • Au sein du cadre théorique

  • Au cours de l’analyse

  • Lors de la présentation des résultats

  • Synthétisée ou reformulée en conclusion

Traitement des conceptions initiales

  • Présence vs absence de conceptions initiales

  • Mention des conceptions tout au long du mémoire : maintien/reconfiguration/reformulation

  • Émission d’hypothèses, prédictions

Choix des références à partir du pré-corpus théorique fourni

  • Choix aléatoire

  • Choix ciblé en fonction de la question de recherche

Présence et usage des références théoriques citées en bibliographie

Usage des références conceptuelles du cadre théorique

  • Dans l’analyse des données

  • Ailleurs dans le mémoire (conclusion notamment)

Présence dans le mémoire de références théoriques autres que celles mentionnées dans le cadre théorique

  • Recours à d’autres références lors de l’analyse

  • Recours à d’autre références lors de la présentation des résultats

  • Recours à d’autres références en conclusion

Choix des données

  • Choix aléatoire parmi les données du pré-corpus de séances

  • Choix ciblé parmi les données du pré-corpus de séances en fonction de la question de recherche

  • Ajout de données originales

Textualisation du propos, choix énonciatifs, modalisations diverses

  • Au sein des différentes rubriques du mémoire

  • Entre les rubriques du mémoire

Formes du dialogisme

  • Présence d’un dialogue entre auteurs sources

  • Présence d’un dialogue entre l’auteur du mémoire et les auteurs sources

  • Présence d’un dialogue entre l’auteur du mémoire et lui-même (de soi à soi)

Questionnement scientifique/questionnement professionnel

  • Présence d’un rapprochement entre questionnement scientifique et professionnel

  • Absence de rapprochement entre questionnement scientifique et professionnel

  • Confusion entre questionnement scientifique et professionnel

Haut de page

Notes

1 L’élève explique que le lutin, qui porte un bonnet rouge (et qu’il désigne tantôt sous le nom de Chapeau rouge, tantôt sous le nom de Bonnet rouge), perd son bonnet attrapé par une branche lors d’une promenade en forêt, mais ne s’en aperçoit pas (« rien ») et continue son chemin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Delarue-Breton, « Créer le déjà-là, un paradoxe fécond pour penser l’activité scripturale et scientifique de l’auteur de mémoire de master MEEF », Pratiques [En ligne], 173-174 | 2017, mis en ligne le 10 mars 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/3403 ; DOI : 10.4000/pratiques.3403

Haut de page

Auteur

Catherine Delarue-Breton

Université Paris Est, EA 4384 CIRCEFT-Escol, Université Paris 8, UPEC, F-94010, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • OpenEdition Journals