Navigation – Plan du site
Articles
1

Variations saisonnières de terrestrialité chez le magot (Macaca sylvanus) dans le site touristique des cascades d’Ouzoud (Maroc)1

Seasonal changes in terrestriality of Barbary macaque in the tourist region of Ouzoud, Morocco
Abderrazak El Alami et Abderrahman Chait

Résumés

Le magot est une espèce menacée d’extinction, il est classé comme espèce en danger dans la liste rouge de l’union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Plusieurs études ont attribué le déclin des populations de cette espèce à : la destruction de l’habitat, à l’impact du pâturage et à la capture de jeunes singes. Cependant, des études récentes ont montré que l’effet de l’homme sur le comportement et l’écologie constitue un facteur qui influence la survie des populations du magot. Au Maroc, le nombre de groupes de ce primate qui résident dans des zones fréquentées par les touristes est en croissance à cause de l’augmentation des activités de l’éco-tourisme. Pendant cette étude, nous avons étudié les variations saisonnières de terrestrialité des activités principales et de l’alimentation du groupe de magots vivant dans le site touristique des cascades d’Ouzoud entre mars 2007 et février 2008. Nous avons utilisé la méthode de "l’instantaneous and scan sampling" pour collecter les données. Les comportements ont été classés en dix activités et les aliments sont groupés en six catégories. Le groupe étudié a passé 55.97 % du temps total dans les comportements terrestres et 44.03 % dans les comportements arboricoles. Le groupe suivi a passé 54.38 % du temps d’alimentation à manger différents aliments au sol et 45.62 % à manger sur les arbres. Les résultats montrent que le magot est capable d’ajuster la terrestrialité des activités principales et du temps d’alimentation aux variations saisonnières des ressources. La présence de touristes a aussi des effets sur la terrestrialité et l’alimentation des magots vivant dans des sites touristiques. En résumé, le présent travail permet de conclure que la terrestrialité chez le magot est influencée par la saisonnalité dans la disponibilité des ressources alimentaires et par le dérangement des magots par les touristes. D’où la nécessité d’élaboration de projets de conservation qui prennent en considération à la fois les avantages de la présence des magots pour les habitants (encourage le tourisme et le commerce) et les effets de l’homme et de la saisonnalité des ressources sur la survie des magots vivant dans des milieux anthropisés.

Haut de page

Historique

Soumis 17 mai 2014. Accepté 11 janvier 2015

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Les auteurs déclarent qu’ils n’ont aucun conflit d’intérêts avec des personnes ou des organismes a (...)

1On connaît aujourd’hui 22 espèces du genre Macaca (Thierry, 2007). Le magot (Macaca sylvanus) est le seul macaque africain et le seul singe à l’état sauvage vivant actuellement en Afrique du Nord car tous les autres macaques vivent dans le continent asiatique (Fooden, 1982). Cette espèce est actuellement menacée d’extinction, elle est classée espèce en danger dans la liste rouge de l’union internationale pour la conservation de la nature (IUCN, 2011) à cause de la réduction suspectée de la taille de sa population sauvage et de la diminution de la qualité de ses habitats. La population du magot au Maroc a subi un déclin accéléré ces dernières années, son effectif total a été estimé seulement à 10 000 individus par Camperio Ciani et al. (2003), à 6 000 - 10 000 individus par Ross (2004), à 5 000 par Camperio Ciani (communication personnelle, 2006), et à 5 000 – 8 000 individus par Van Lavieren et Wich (2009).

2Bien que le magot ait été classé comme une espèce terrestre (Cooper, 2001), la fréquence de terrestrialité chez les magots sauvages varie en fonction de l’habitat (Deag, 1985 ; Machairas et al., 2003) et de la classe d’âge/sexe (Merz, 1976 ; Deag, 1985 ; Ménard, 1985 ; Ménard et Vallet, 1986 ; Machairas et al., 2003). La fréquence de terrestrialité varie aussi en fonction de la saison (Deag, 1985), les magots sont moins terrestres pendant le printemps (Machairas et al., 2003).

3Certaines études ont mis en évidence certains effets que l’activité de l’homme a sur quelques aspects du comportement des groupes vivant dans des sites touristiques (Fa, 1981, 1991 ; O'Leary et Fa, 1993 ; Unwin et Smith 2010 ; Maréchal et al., 2011 ; El Alami et al., 2012a). D’autres études se sont intéressées à suivre les variations saisonnières du budget d’activité et du régime alimentaire chez cette espèce (Ménard et Vallet, 1997 ; Ménard, 2002 ; El Alami et al., 2012b). Le magot est généralement reconnu par sa grande capacité d’adaptation, il est un nourrisseur éclectique et il supporte des grandes fluctuations saisonnières dans la disponibilité et l’abondance des ressources trophiques (Deag, 1974 ; Drucker, 1984 ; Mehlman, 1984 ; Ménard, 1985 ; Ménard et Vallet, 1986). Il peut ajuster son budget d’activité durant l’année en variant le temps consacré à chacune de ses activités selon la saison et la disponibilité des ressources alimentaires (Ménard et Vallet, 1997), il change également durant l’année son régime alimentaire d’un régime essentiellement granivore à un régime folivore ou insectivore (Ménard et Vallet, 1988). La plasticité écologique du magot est élevée, cet animal est capable d'ajuster son budget d'activité, la structure de ses groupes et son régime alimentaire en fonction de l'habitat (Ménard, 2002).

4Bien que plusieurs études aient attribué la disparition du magot à la destruction de l’habitat, à l’impact du pâturage, et à la capture de jeunes singes (Van Lavieren, 2004, 2008 ; Camperio Ciani et al., 2005 ; Waters et al., 2007 ; Van Lavieren et Wich 2009), nous suggérons que les stratégies pour la conservation des populations actuelles doivent prendre en considération tous les facteurs qui peuvent influencer l’écologie et le comportement des magots. Au Maroc, il y a aujourd’hui plusieurs localités au Moyen Atlas, au Haut Atlas central et au Rif où des groupes de magot résident à proximité des sites touristiques. Cette proximité peut modifier l’écologie du Macaque de Barbarie. L’étude de certains aspects du comportement de l’espèce, tel que la terrestrialité, peut nous donner des informations très utiles pour la conservation de sa population.

5Le principal objectif de ce travail consiste à étudier les variations saisonnières de terrestrialité des activités principales et de l’alimentation d’un groupe de magots vivant dans un site touristique, celui des cascades d’Ouzoud.

2 Méthodes

2.1 Site et groupe de l’étude

6Le groupe étudié est situé dans la région touristique des Cascades d’Ouzoud (Fig. 1).

Figure 1

Figure 1

I. Localisation de la région de l’étude dans la carte du Maroc. II. Carte de la région de l’étude montrant la localisation du site de l’étude et de principales routes et rivières.
I. Location of the study area in Morocco. II. Map of the study site showing main rivers and roads.

7Ce groupe appartient à une petite population qui vit dans cette région et qui est isolée d’autres populations du Haut Atlas central par diverses barrières (Cuzin, 1996). Le bioclimat est thermo-méditerranéen semi-aride à hiver frais (Emberger, 1934, 1939) et le climat est de type Méditerranéen avec quatre saisons : hiver, printemps, été, et automne. La moyenne annuelle des précipitations est 550 mm et elles sont abondantes en hiver et au printemps (Sauvage, 1963). L’altitude des terrains varie entre 700 et 1 200 m. La région de l’étude est sous forme de plantation d’olivier et de végétation spontanée qui est formée principalement de Tetraclinis articulata, Junipérus oxycedrus, Juniperus phoenicea, Ceratonia siliqua, Pistacia lentiscus, Quercus ilex et Olea europeae. La région contient le site d’intérêts biologiques et écologiques (SIBE) des Cascades d’Ouzoud (6° 44' W, 32° 00'N) qui s’étend sur une superficie d’environ 100 ha. Ce SIBE est l’un des sites les plus visités au Maroc et c’est le seul endroit dans le Haut Atlas central où les magots sont nourris par les touristes. Le groupe d’étude est composé de 19 individus (6 femelles adultes, 5 mâles adultes, 5 juvéniles et 3 bébés) et il se nourrit à la fois d’aliments naturels et de ceux donnés par les touristes ou recherchés dans les décharges d’ordure.

2.2 Méthode d’observation et analyse de données

8Nous avons observé le groupe du matin au soir pendant 5-8 jours par mois. Nous avons utilisé la méthode de "l’instantaneous and scan sampling" (Altmann, 1974). Chaque scan a été exécuté pendant 5 min et l’intervalle entre deux scans consécutifs était de 15 min. Pendant chaque scan, il était impossible d’observer tous les individus du groupe suivi et qu’aucun individu n’est observé plus d’une fois. Les individus observés pendant un scan peuvent être observés de nouveau au cours du scan suivant. Les bébés d’âge de moins d’un an n’étaient pas considérés dans les relevés. La moyenne du nombre d’observations faites en un seul scan était 9, ce qui traduisait les bonnes conditions de d’observation des magots dans ce site.

9Lors de chaque scan réalisé pendant l’étude du budget d’activité, nous avons noté pour chaque observation si l’individu était sur la terre ou sur les arbres pour calculer le pourcentage de terrestrialité de chaque comportement. Nous avons considéré qu’une activité est terrestre lorsqu’au moins un pied de l’animal observé est en contact direct avec le sol (Takemoto, 2004). Les comportements ont été classés en dix activités : alimentation au sol, fourragement au sol, déplacement au sol, repos au sol, interactions agressives au sol, alimentation sur les arbres, fourragement dans les arbres, déplacement dans les arbres, repos sur les arbres, interactions agressives sur les arbres, et tous les autres comportements non décrits ci-dessus comme le jeu, l’accouplement et l’épouillage ont été regroupés dans la classe « autres ». Les définitions de ces comportements sont publiées par El Alami et al. (2012a). En plus, lorsqu’un animal a été en train de s’alimenter, on a noté la catégorie de l’item consommé. Les aliments sont groupés en six catégories : 1 les aliments liés à l’homme qui sont tous les aliments fournis par les touristes et ceux recherchés dans les décharges d’ordures, 2 les feuilles d’arbres et d’arbustes, 3 les fruits, 4 les graines et les glands, 5 les racines et les écorces, 6 les herbacées, enfin, tous les autres aliments comme les fleurs, les insectes, les lichens et les bryophytes ont été regroupés dans une seule catégorie nommée « autres ».

10Le pourcentage du temps passé à chaque activité a été calculé comme ce qui suit (Mendiratta, 2006) :

11Ta = Pourcentage du temps passé à l’activité ‘a’ par jour, S = nombre total de scans dans un jour, nai = nombre d’observations de l’activité ‘a’, en scan ‘i’, et Ni = nombre total d’observations en scan ‘i’. Le temps passé dans une activité a été défini comme la somme des temps passés à cette activité pendant chaque jour divisée par le nombre de jours de l’étude (c’est une moyenne).

12Le temps d’alimentation passé à manger une catégorie d’aliment a été calculé par la relation suivante (Mendiratta, 2006) :

13Paj = pourcentage du temps d’alimentation passée à manger la catégorie ‘a’ le jour ‘j’, naj = nombre d’observations dans lesquelles les magots mangeaient la catégorie alimentaire ‘a’ en jour ‘j’, Nj = nombre total d’observations de l’activité “alimentation” dans le jour ‘j’, j = 1 jour. Le temps d’alimentation consacré à chaque catégorie d’aliments a été défini comme la somme des temps d’alimentation consacrés à chaque catégorie divisée par le nombre de jours d’observation (c’est une moyenne). Pour comparer les différences du temps consacré à une activité au sol et sur les arbres, nous avons utilisé le test de Mann-Whitney U.

3 Résultats

14Nous avons relevé une moyenne de 727 comportements / individu pendant une période de 66 jours entre mars 2007 et février 2008. Le groupe étudié a passé 55.97 % du temps total dans les comportements terrestres (alimentation, 13.90 % ; fourragement, 8.06 % ; déplacement, 8.10 % ; repos, 6.39 % ; interactions agressives, 4.80 % ; autres, 14.72 %) et 44.03 % dans les comportements arboricoles (alimentation, 11.66 % ; fourragement, 7.86 % ; déplacement, 6.80 % ; repos, 10.63 % ; interactions agressives, 3.24 % ; autres, 3.84 %).

15Il n’y a pas de différence entre le temps d’alimentation que le groupe d’étude a passé au sol et sur les arbres pendant l’hiver et l’été, mais il s’alimentait significativement plus au sol que sur les arbres au printemps et en automne (Fig. 2a).

Figure 2a

Figure 2a

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (alimentation). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (feeding). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for spring and summer.

16La différence entre le temps de fourragement au sol et sur les arbres pendant l’automne n’était pas significative ; au contraire, le groupe fourrageait plus au sol pendant l’hiver et le printemps et il fourrageait plus sur les arbres pendant l’été (Fig. 2b).

Figure 2b

Figure 2b

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (fourragement). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (foragin). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for spring and summer.

17Les macaques de ce groupe se déplaçaient plus au sol que sur les arbres pendant l’hiver, le printemps et l’automne et ils se déplaçaient plus sur les arbres pendant l’été (Fig. 2c).

Figure 2c

Figure 2c

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (déplacement). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (moving). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.

18Le temps de repos au sol est significativement inférieur à celui enregistré sur les arbres pendant toutes les saisons (Fig. 2d).

Figure 2d

Figure 2d

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (repos). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (resting). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.

19En ce qui concerne les comportements agressifs, la différence entre le pourcentage d’agressions au sol et sur les arbres à l’hiver et à l’automne n’était pas significative ; mais les agressions sont fréquentes au sol pendant le printemps et sur les arbres pendant l’été (Fig. 2e).

Figure 2e

Figure 2e

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (interactions agressives). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (aggressive display). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed ns > 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.

20Le groupe a passé plus du temps au sol que sur les arbres pour la catégorie contenant les comportements « autres » (Fig. 2f).

Figure 2f

Figure 2f

Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (autres comportements). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.
Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (others). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ***p < 0.001 for spring and summer.

21Le groupe suivi a passé 54.38 % du temps d’alimentation à manger différents aliments au sol et 45.62 % à manger sur les arbres. Il n’avait pas de différence entre le temps d’alimentation consacré à manger les graines et les glands au sol et sur les arbres, au contraire le groupe étudié a passé significativement des temps différents à manger tous les autres items au sol et sur les arbres (Fig. 3). L’essentiel du temps d’alimentation au sol est consacré à manger les racines, les écorces, les herbacées et les aliments liés à l’homme, tandis que le temps d’alimentation sur les arbres est consacré à manger les feuilles et les fruits (Fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Différences entre le temps d’alimentation au sol et le temps d’alimentation sur les arbres consacrés à manger les différents aliments entre mars 2007 et février 2008. Signification des différences : Mann-Whitney U test, n1=66, n2=66, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05.
Comparison of daily percentages of terrestrial and arboreal feeding records spent on different food categories from March 2007 to February 2008. Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=66, n2=66, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05).

4 Discussion

22La fréquence de la terrestrialité des macaques du groupe de l’étude est environ 56 %. Les fréquences de terrestrialité des macaques dans les forêts de cèdres et de cèdres-chênes dans le Moyen Atlas ont été évaluées à 68-83 % (Deag, 1985 ; Machairas et al. , 2003), ceci indique que les magots dans la région de cette étude sont moins terrestres que dans le Moyen Atlas. Nous suggérons que les variations saisonnières de la disponibilité de différents aliments au sol et sur les arbres et le dérangement touristique sont deux facteurs qui peuvent expliquer en grande partie cette différence avec les populations du Moyen Atlas.

23Dans les forêts du cèdre et de chênes, les feuilles et les écorces du cèdre sont disponibles pendant la fin de l’automne et l’hiver, les herbacées et les feuilles de chênes pendant le printemps, les fleurs, les fruits et les proies animales pendant l’été et le début de l’automne (Machairas et al., 2003). Dans la région de l’étude, il y a eu augmentation de la consommation de fruits et d’herbacées pendant l’été, de graines, de glands, de racines et d’écorces pendant l’hiver et l’automne, d’herbacées et d’aliments liés à l’homme pendant le printemps. Ceci explique pourquoi les magots étudiés augmentent le temps consacré au fourragement et au déplacement au sol pendant l’hiver, le temps d’alimentation, de fourragement et de déplacement au sol pendant le printemps, le temps d’alimentation et de déplacement au sol pendant l’automne, et aussi qu’ils diminuent le temps de fourragement et de déplacement pendant l’été. Dans le site touristique des cascades d’Ouzoud, les magots se reposent en majorité sur les arbres, par contre dans le Moyen Atlas, ils se reposent sur les arbres pendant l’hiver et au sol pendant l’été (Machairas et al., 2003). Cette différence peut être expliquée par le dérangement fréquent des magots par les touristes et les habitants dans le site touristique des cascades d’Ouzoud. Dans ce site, les magots se concentrent sur les arbres à côté des chemins où les touristes passent en attendant d’avoir de la nourritures par ces derniers. Dés que les singes ont obtenu les aliments, ils sautent sur les arbres. D’autres études ont montré que les magots se refugient sur les arbres pour échapper aux dangers (Merz, 1976 ; Deag, 1985) et qu’ils dorment dans les arbres (Taub, 1977 ; De Turkheim et Merz, 1984 ; Mehlman, 1989 ; Hammerschmidt et al., 1994).

24Bien que le magot soit le macaque qui présente le moins d’agression parmi les populations de macaques (Deag, 1980 ; Thierry, 2007), cette étude a montré des taux d’agression au sol élevés surtout pendant le printemps. Ceci, comme on l’a expliqué précédemment, est dû à la compétition pour l’obtention d’aliments fournis par l’homme. Une étude au Moyen Atlas a montré aussi des taux élevés d’agression chez le magot pendant l’exploitation des ressources d’aliments qui sont concentrées dans certaines zones, et même un cas de mortalité d’un magot a été enregistré (Camperio Ciani et Machairas, 2003). Pendant l’été, le taux d’agression élevé sur les arbres est dû à la consommation des fruits, car plusieurs espèces fructifient pendant cette saison.

25Plusieurs études ont mis en évidence certains effets de l’homme et d’aliments artificiels sur le comportement et l’écologie chez les groupes de magots vivant à proximité des sites touristiques (Fa, 1981, 1991 ; O'Leary et Fa 1993 ; Unwin et Smith, 2010 ; Maréchal et al., 2011 ; El Alami et al., 2012a, 2012b). Le nombre de groupes de magot qui résident dans des zones fréquentées par les touristes est en croissance à cause de l’augmentation de l’éco-tourisme au Maroc. La présente étude montre que les variations saisonnières des ressources alimentaires, modifient le comportement et l’écologie du magot et elle explique comment cette espèce est capable d’ajuster la terrestrialité de ses activités. Malheureusement, notre étude signale aussi certains effets négatifs de l’homme sur le comportement des groupes qui résident dans les sites touristiques, effets qu’il faut prendre en considération dans les projets visant la conservation de ce primate et de ses habitats. A la lumière de cette étude, nous recommandons la diminution des nuisances produites par les touristes, en installant des panneaux d’orientation dans les sites pour que les visiteurs passent seulement dans des circuits où le dérangement touristique est minimal, l’interdiction de l’alimentation des magots par certains aliments qui peuvent altérer leur santé comme les bonbons et le pain, l’augmentation de la surveillance des habitats et la sensibilisation des habitants locaux et des guides touristiques sur la conservation des magots.

Haut de page

Bibliographie

Altmann J (1974). Observational study of behaviour : sampling methods. Behaviour 49, 227-267.

Camperio Ciani A, Machairas (2003). Frequency of aggressive behavior and a case of mortal attack in wild Macaca sylvanus in the Middle Atlas region (Morocco). Human Evolution 18, 123-130.

Camperio Ciani A, Palentini L, Mouna M (2003). The human dimension of the recent decline and possible recovery of the central Middle Atlas forest in Morocco. In Proceedings of the Workshop of Forest Landscape Restoration. Ifrane, Morocco, 27 May to 1 June 2003.

Camperio Ciani A, Palentini L, Arahou M, Martinoli L, Capiluppi C, Mouna, M (2005). Population decline of Macaca sylvanus in the middle atlas of Morocco. Biological Conservation 121, 635–641.

Cooper G (2001). The Behaviour and Ecology of the Buton Macaque (Macaca ochreata brunnescens). Thèse de licence, Université d’Aberdeen, Aberdeen, UK.

Cuzin F (1996). Répartition actuelle et statut des grands Mammifères sauvages du Maroc (Primates, Carnivores, Artiodactyles). Mammalia 60, 101-124.

Deag JM (1974). A study of the social behaviour and ecology of the wild Barbary macaque Macaca sylvanus. Thèse de doctorat. University de Bristol, Angleterre.

Deag JM (1980). Interactions between males and un-weaned Barbary macaques: Testing the agonistic buffering hypothesis. Behaviour 75, 54-81.

Deag JM (1985). The diurnal patterns of behaviour of the wild Barbary macaque Macaca sylvanus. Journal of Zoology 206, 403-413.

De Turckheim G, Merz E (1984). Breeding Barbary macaques in outdoor open enclosures. In: Fa JE (ed) The Barbary Macaque: A Case Study in Conservation. Plenum press, New York, pp 241–261.

Drucker GR (1984). The feeding ecology of the Barbary macaque and cedar forest conservation in the Moroccan Moyen Atlas. In Fa J.E. (ed.). The Barbary macaque: a case study in conservation. Plenum Press, New York, pp. 135–164.

El Alami A, van Lavieren E, Aboufatima R, Chait A (2012a). Differences in activity budgets and diet between semiprovisioned and wild-feeding groups of the endangered Barbary macaque (Macaca sylvanus) in the central High Atlas Mountains, Morocco. Am. J. Primatol 74, 210-216.

El Alami A, Chait A (2012b). Seasonal variation in activity budget and diet of the endangered Barbary macaque ( Macaca sylvanus) in the tourist valley of Ouzoud, central High Atlas, Morocco. Mammalia 76, 245-250.

Emberger L (1934). Tableau phytogéographique du Maroc. 1ère partie. Mémoires de la Sociéte des Sciences naturelles du Maroc, n°38. 187 p.

Emberger L (1939). Aperçu général sur la végétation du Maroc. Commentaire de la carte phytogéographique du Maroc. 1:5.000.000. Veröffentl. Geobot. Inst. Rübel Zürich, 14, 40-157.

Fa JE (1981). The apes on the rock. Oryx 16, 73-76.

Fa JE (1991). Provisioning of Barbary macaques on the Rock of Gibraltar. In: Primate Responses to Environmental change. HO Box (ed.). London: Chapman and Hall. pp. 137-154.

Fooden J (1982). Ecogeographic segregation of macaque species. Primates 23, 574-579.

Hammerschmidt K, Ansorge V, Fischer J, Todt D (1994). Duskcalling in Barbary macaques (Macaca sylvanus): Demand for social shelter. American Journal of Primatology 32, 277–289.

IUCN (2011). La liste rouge des espèces menacées de 2011. L'Union International de la Conservation de la Nature (IUCN), Gland, Switzerland, et Cambridge, UK. [http://www.iucnredlist.org] (Downloaded on 12 December 2011).

Machairas I, CamperioCiani A, Sgardelis S (2003). Interpopulation differences in activity patterns of Macaca sylvanus in the Moroccan Middle Atlas. Human Evolution 18, 185–202.

Maréchal L, Semple S, Majolo B, Qarro M, Heistermann M, MacLarnon A (2011). Impacts of tourism on anxiety and physiological stress levels in wild male Barbary macaques. Biological Conservation 144, 2188-2193.

Mehlman PT (1984). Aspect of the ecology and conservation of the Barbary macaque in the fir forest habitat of the Moroccan Rif mountains. In J.E. Fa (ed.). The Barbary macaque - a Case Study in Conservation. Plenum Press, New York. pp. 165-199.

Mehlman PT (1989). Comparative density, demography, and ranging behavior of Barbary macaques (Macaca sylvanus) in marginal and prime conifer habitats. International Journal of Primatology 10, 269–292.

Ménard N (1985). Le régime alimentaire de Macaca sylvanus dans différents habitats d’Algérie: I – régime en chênaie décidue. Revue d’Ecologie (la Terre et la Vie) 40, 451-466.

Ménard N (2002). Ecological plasticity of Barbary macaques (Macaca sylvanus). Evolutionary Anthropology 1, 95–100.

Ménard N, Vallet D (1986). Le régime alimentaire de Macaca sylvanus dans différents habitats d’Algérie: II – régime en forêt sempervirentes et sur les sommets rocheux. Revue d’Ecologie (la Terre et la Vie), 41, 173-192.

Ménard N, Vallet D (1988). Disponibilités et utilisation des ressources par le Magot (Macaca sylvanus) dans différents milieux en Algérie. Revue d’Ecologie (la Terre et la Vie) 43, 201–250.

Ménard N, Vallet D (1997). Behavioral Responses of Barbary Macaques (Macaca sylvanus) to Variations in environmental conditions in Algeria. American Journal of Primatology 43, 285-304.

Mendiratta U (2006). Winter ecology of the Arunachal macaque Macaca munzala in Pangchen Valley, western Arunachal Pradesh. Thèse de Master de sciences, ‘The Manipal Academy of Higher Education’, Université de Deemed, Inde.

Merz E (1976). Beziehungenzwischen Gruppen von Berberaffen (Macaca sylvana) auf La Montagne des Singes. Zeitschrift des Kölner Zoo 19, 49-67.

O'Leary H, Fa JE (1993). Effects of tourists on Barbary macaques at Gibraltar. Folia Primatologica 61, 77-91.

Ross JF (2004). La forêt de l’Atlas menacée par les singes? Courrier International 712, 24–30, June, France.

Sauvage CH (1963). Le quotient pluviométrique d’Emberger, son utilisation et la représentation géographique de ses valeurs au Maroc. Annale du Service de Physique du Globe et de Météorologie du Maroc. Institut Scientifique Chérifien, Rabat. Maroc.

Takemoto H (2004). Seasonal Change in Terrestriality of Chimpanzees in Relation to Microclimate in the Tropical Forest. American Journal of Physical Anthropology 124, 81–92.

Taub DM (1977). Geographic distribution and habitat diversity of the Barbary macaque Macaca sylvanus L. Folia primatologica 27, 108-133.

Thierry B (2007). Unity in diversity: Lessons from Macaque societies. Evolutionary Anthropology 16, 224-238.

Unwin T, Smith A (2010). Behavioral differences between provisioned and non-provisioned Barbary macaques (Macaca sylvanus). Anthrozoos 23, 109-118.

Van Lavieren E (2004). The illegal trade in the Moroccan Barbary macaque (Macaca sylvanus) and the impact on the wild population. Thesis report, Msc Primate Conservation, Oxford Brookes University.

Van Lavieren E (2008). The illegal trade in Barbary macaques from Morocco and its impact on the wild population. Traffic Bulletin 21, 123–130.

Van Lavieren E, Wich SA (2009). Decline of the endangered Barbary macaque Macaca sylvanus in the cedar forest of the Middle Atlas Mountains, Morocco.Oryx 44, 133–138.

Waters SS, Aksissou M, El Harrad A, Hobbelink ME, Fa JE (2007). Holding on the Djebela: Barbary macaque Macaca sylvanus in northern Morocco. Oryx 41, 106-108.

Haut de page

Notes

1  Les auteurs déclarent qu’ils n’ont aucun conflit d’intérêts avec des personnes ou des organismes autres. Ils déclarent que les données présentées dans cet article ont été exclusivement recueillies par eux-mêmes et que les autres données qui sont citées et n’ont pas été collectées pendant ce travail sont référencées à leurs auteurs initiaux. Les recherches ont été menées avec l’autorisation de la faculté des sciences Semlalia, Université Cady Ayad, Marrakech, Maroc. Les auteurs tiennent à exprimer leurs plus vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce travail. Ainsi, ils adressent leurs remerciements à tous les agents forestiers et aux guides touristiques de la province d’Azilal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende I. Localisation de la région de l’étude dans la carte du Maroc. II. Carte de la région de l’étude montrant la localisation du site de l’étude et de principales routes et rivières.I. Location of the study area in Morocco. II. Map of the study site showing main rivers and roads.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-1.png
Fichier image/png, 182k
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-2.png
Fichier image/png, 3,3k
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-3.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Figure 2a
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (alimentation). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (feeding). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-4.png
Fichier image/png, 333k
Titre Figure 2b
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (fourragement). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (foragin). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-5.png
Fichier image/png, 288k
Titre Figure 2c
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (déplacement). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (moving). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-6.png
Fichier image/png, 234k
Titre Figure 2d
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (repos). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (resting). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-7.png
Fichier image/png, 260k
Titre Figure 2e
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (interactions agressives). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ns > 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (aggressive display). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed ns > 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-8.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 2f
Légende Différences saisonnières du temps consacré aux différents comportements au sol et sur les arbres (autres comportements). Signification des différences saisonnières : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ***p < 0.001 pour l’hiver et l’automne ; et Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ***p < 0.001 pour le printemps et l’été.Comparison of daily percentages of records engaged in terrestrial and arboreal activities by the study group (others). Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=18, n2=18, two-tailed, ***p < 0.001 for winter and autumn, and Mann-Whitney U test, n1=15, n2=15, two-tailed, ***p < 0.001 for spring and summer.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-9.png
Fichier image/png, 243k
Titre Figure 3
Légende Différences entre le temps d’alimentation au sol et le temps d’alimentation sur les arbres consacrés à manger les différents aliments entre mars 2007 et février 2008. Signification des différences : Mann-Whitney U test, n1=66, n2=66, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05. Comparison of daily percentages of terrestrial and arboreal feeding records spent on different food categories from March 2007 to February 2008. Significant differences : Mann-Whitney U test, n1=66, n2=66, two-tailed, ns > 0.05, *p < 0.05).
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1916/img-10.png
Fichier image/png, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrazak El Alami et Abderrahman Chait, « Variations saisonnières de terrestrialité chez le magot (Macaca sylvanus) dans le site touristique des cascades d’Ouzoud (Maroc) », Revue de primatologie [En ligne], 6 | 2015, document 1, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/1916 ; DOI : 10.4000/primatologie.1916

Haut de page

Auteurs

Abderrazak El Alami

Laboratoire de Pharmacologie, Neurobiologie et Comportement, Faculté des Sciences Semlalia, Université Cadi Ayyad, Rue de Prince Moulay Abdellah, Marrakech, Maroc
Auteur pour la correspondance : Abderrazak El Alami, BP 55 Beni Ayat, 22650 Beni Mellal, Maroc ; Tel : +212678889823, Courriel :
departementbiologiefssm@hotmail.com

Articles du même auteur

Abderrahman Chait

Laboratoire de Pharmacologie, Neurobiologie et Comportement, Faculté des Sciences Semlalia, Université Cadi Ayyad, Rue de Prince Moulay Abdellah, Marrakech, Maroc
Courriel :
chait@ucam.ac.ma

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • OpenEdition Journals