Navigation – Plan du site
Dossier Primatologie et Education
10

Les hominoïdes fossiles : une aide pour l’éducation en Afrique1

Fossil hominoids: an educational help in Africa
Brigitte Senut

Résumés

L’Afrique est un continent privilégié pour décrypter notre histoire partagée avec celle des grands singes et comprendre l’émergence de notre famille en rapport avec l’environnement. Aujourd’hui de nombreuses expéditions  internationales mènent des recherches sur le continent et plus spécialement dans les pays d’Afrique orientale. Le riche patrimoine fossile découvert dans des endroits souvent isolés est transféré dans les musées nationaux, (créés le plus souvent par des expatriés) et situés dans les capitales où l’accès y est plus facile pour les chercheurs internationaux, mais souvent difficile voire impossible pour les gens qui habitent près des sites fossilifères. Que se passe-t-il au niveau local ? Le plus souvent, les populations ont été marginalisées, des sentiments de frustration sont apparus, notamment en raison de la grande médiatisation des découvertes de laquelle les locaux sont souvent exclus. Or, ce sont ces populations locales qui sont les gardiennes du patrimoine. Les choses changent progressivement et aujourd’hui, de plus en plus de chercheurs de terrain s’impliquent dans la vie locale et les besoins locaux. Notre engagement de scientifique en tant que citoyen est fondamental : l’éducation est un droit pour tous, comme cela est signalé dans la déclaration universelle des droits de l’homme. Dans le cadre des travaux entrepris en Afrique avec l’équipe, des grands singes et des hominidés fossiles ont été découverts dans trois pays africains sur lesquels cet article est focalisé : l’Ouganda, le Kenya et la Namibie ; ces données montrent que l’évolution des grands singes ne s’est pas déroulée exclusivement en Afrique orientale, mais bien sur l’ensemble du continent, comme cela a été confirmé plus récemment par des découvertes en Afrique centrale et occidentale. Ces découvertes ont été réalisées avec des citoyens de chacun de ces pays et ont donné lieu à des formations faites sur le terrain ou au laboratoire et à la création de musées locaux ou d’expositions, qui sont des lieux de transmission des savoir qui touchent directement les populations, car elles sont un  plus pour l’éducation. Le savoir a été transféré à l’extérieur du continent pendant plusieurs décennies, mais aujourd’hui il y a une réelle appropriation locale de ces patrimoines qui ne peut être que bénéfique pour la préservation et la transmission de ces derniers. En outre, dans certains cas, la création de ces musées a engendré des visites de touristes et on peut penser qu’à long terme la culture scientifique aura sa place dans le développement durable.

Haut de page

Historique

Soumis juillet 2009. Accepté septembre 2009

Texte intégral

1 Introduction

  • 1  Remerciements : Ce travail a pu être réalisé grâce à l’aide de nos institutions (Muséum National d (...)

1L’Afrique est un continent qui a connu des vagues d’explorations depuis le XIXème dans un dans un but économique, mais aussi scientifique. Mais depuis les publications de Charles Darwin, elle est aussi devenue un centre d’intérêt privilégié pour les recherches sur les origines de l’homme et de ses ancêtres. Les expéditions naturalistes vont alors se multiplier sur le continent et de fait,  c’est de là que proviennent les plus anciennes traces de notre famille et de notre histoire partagée avec celle des grands singes. Les scientifiques qui y sont associés échantillonnent dans le but de mieux comprendre la nature, mais aussi pour enrichir les collections des musées occidentaux. Le souci était de rapporter des données sur des contrées inconnues, mais qu’est-il resté localement auprès des populations ? La paléontologie ne fait pas exception à la règle. Cette soif de connaître nos origines a été largement relayée au XXème siècle par les différents médias, des musées ont même été créés dans les capitales (le plus souvent par les expatriés), mais dans nombre de cas, rien n’est revenu vers les populations de brousse isolées des grands centres administratifs. Finalement le savoir reste aux mains de quelques-uns mais arrive bien rarement auprès des publics locaux, des populations sans qui les expéditions ne pourraient pas travailler ou en tous cas pas dans de bonnes conditions. Ceci a engendré des sentiments de frustrations vis-à-vis des gens des villes, voire des expatriés qui profitent d’une terre, d’un patrimoine souvent fort médiatisés, alors que peu de choses reviennent vers les communautés locales. Les choses changent progressivement et aujourd’hui, de plus en plus les chercheurs de terrain s’impliquent dans la vie locale. Notre engagement de scientifique en tant que citoyen est fondamental : on se doit de transmettre nos savoirs à tous les niveaux et on ne peut pas se couper des sociétés qui nous accueillent. L’éducation est inscrite dans l’article 26 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

1.1 Article 26 de la déclaration universelle des droits de l’homme

  • 1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

  • 2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

  • 3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

1.2 Article 27 de la déclaration universelle des droits de l’homme

  • 1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

  • 2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

2Dans le cadre des recherches entreprises sur l’évolution des grands singes et les origines de l’homme, nous avons choisi, pour notre part, l’éducation par les sciences naturalistes : reconstituer notre histoire permet de parler d’anatomie, d’évolution, d’environnements, de climats, de conservation de la nature et des patrimoines. Nos travaux sont effectués principalement dans trois pays africains : l’Ouganda, le Kenya et la Namibie. Ce choix est en partie déterminé par la géologie comme nous l’expliquons dans le premier paragraphe, puis une brève présentation de l’histoire paléontologique des grands singes reflètera cette préférence et enfin, seront abordés les travaux de terrain, la formation, la transmission des savoirs grâce aux musées

2 Les grands singes fossiles en Afrique : la géologie conditionne l’avenir

3Une région africaine privilégiée pour l’étude des grands singes est le rift est-africain reconnu par John Walter Gregory en 1892 lors de son expédition à Baringo. Cette région bouleversée de l’Afrique orientale porte en elle les traces de notre histoire : c’est au jeu combiné de la tectonique et du volcanisme que nous devons la formation de bassins où l’érosion associée à la sédimentation ont créé un véritable conservatoire naturel paléobiologique. Les empilements de sédiments sur plusieurs kilomètres d’épaisseur entrecoupés de niveaux volcaniques (cendres, laves) permettent de suivre pas à pas notre histoire évolutive, celle des environnements associés et de climats sur près de 25 millions d’années (Figure 1). Environ 70% des fossiles de mammifères africains proviennent de cette région en raison des conditions exceptionnelles de dépôt et de fossilisation (Pickford 1983, 1986a, 1998). C’est aussi là que l’on trouve la plus forte diversité en grands singes fossiles de l’Afrique dont les premiers restes sont découverts en 1933 à Koru au Kenya (Hopwood 1933a, b) : il s’agit de de Limnopithecus, Xenopithecus et du fameux Proconsul vieux de 20 millions d’années environ dont un squelette presque complet sera récolté au milieu des années 1950 sur le gisement un peu plus jeune de Rusinga (17-18 Ma).

4Toutefois, si l’Afrique orientale reste une région-clé pour comprendre l’histoire paléontologique des hominoïdes (grands singes et hommes) (Figure 1), ces derniers sont présents, mais plus discrètement en Afrique australe, au Maghreb, en Afrique centrale et occidentale. Notre histoire est donc plus complexe que ce l’on pense généralement.

Figure 1

Figure 1

La Formation de Lukeino a livré des restes d’hominoïdes de 6 millions d’années

The Lukeino Formation has yielded remains of 6 million year old hominoids

3 L’évolution panafricaine des grands singes fossiles : quelques données

5L’homme et les grands singes actuels et fossiles appartiennent à la même superfamille, celle des hominoïdes et partagent toute une partie de leur histoire (Hartwig, 2002). Jusqu’à il y a à peine une dizaine d’années, si on connaissait déjà assez bien l’évolution de notre famille hominidée (prise ici dans son sens restreint), on ne savait pratiquement rien sur l’histoire récente des grands singes africains : les chimpanzés et les gorilles. Or pour comprendre l’histoire des uns, il est fondamental de s’intéresser à celle des autres. C’est pourquoi, la paléontologie des hominoïdes non-humains fossiles est si importante (Senut, 1998, 2009).

6A cause de la richesse paléontologique et du contexte si exceptionnel des dépôts des pays d’Afrique orientale, peu de chercheurs se sont tournés vers des contrées moins connues ou peu prospectées, mais c’est là tout le défi scientifique du naturaliste. Il faut aller vers l’inconnu pour ouvrir de nouvelles portes dans nos connaissances. Et ceci a permis de découvrir des restes d’hominoïdes fossiles aussi bien au Tchad (Brunet et al., 2002), qu’en Namibie (Conroy et al, 1992), en Afrique du Sud (Senut et al., 1997) ou au Niger (Pickford et al., 2009) et on peut aujourd’hui affirmer raisonnablement que leur histoire n’a pas été limitée à une petite région de l’Afrique, mais s’est bien déroulée sur l’ensemble du continent, même si les preuves restent peu nombreuses.

3.1 : Oligocène supérieur (25 millions d’années environ)

7Les gisements continentaux de l’Oligocène supérieur sont encore mal connus en Afrique, seul un gisement kenyan a livré des fragments d’hominoïdes (Leakey et al., 1995) (Figure 2).

Figure 2

Figure 2

Répartition des hominoïdes à l’Oligocène supérieur

Distribution of hominoids in the Upper Oligocene

3.2 : Miocène inférieur (23 à 17,5 millions d’années environ)

8Au Miocène inférieur les grands singes sont confinés à l’Afrique qui se trouve alors sous un climat tropical chaud et humide. Ils sont connus en Egypte (Simons, 1994), en Ouganda (Bishop, 1958 ; Pickford et al, 1986a ; Senut et al., 2000) et au Kenya avec Ugandapithecus et Proconsul notamment et en Afrique du Sud où ils ne sont représentés que par une seule demi-dent supérieure (Senut et al., 1997) (Figure 3)

Figure 3

Figure 3

Répartition des hominoïdes au Miocène inférieur

Distribution of hominoids in the Lower Miocene

3.3 : Miocène moyen (17,5 à 11,5 millions d’années environ)

9Au Miocène moyen, les hominoïdes sont connus en Arabie Saoudite (collée à l’époque à l’Afrique puisque la Mer rouge n’existe pas encore) (Andrews et al., 1978), toujours en Afrique orientale avec Kenyapithecus, Nacholapithecus, Afropithecus parmi les plus célèbres (Andrews, 1971 ; Bishop, 1964 ; Gebo et al., 1997 ; Leakey, 1961/1962 ; Pickford, 1986b ; Pickford et al., 1986b ; Pickford et al., 1999 ; Pickford, 2002 ; Ishida et al., 1999) mais ils habitent également l’Afrique sub-saharienne comme en témoigne la présence d’Otavipithecus en Namibie (Conroy et al., 1992)(Figure 4). Mais un contact entre l’Afrique et le reste de l’Ancien Monde permet aussi l’émigration d’Afrique des hominoïdes, en liaison avec un changement climatique global. En effet,  avec l’agrandissement de la calotte glaciaire antarctique, les ceintures climatiques se déplacent vers le nord et le sud de l’Eurasie connaît un climat tropical chaud et humide favorable à la survie des hominoïdes. Ces derniers suivent leurs ressources alimentaires, et retrouvent dans ces milieux les conditions qu’ils connaissaient en Afrique. En Afrique orientale à Ngorora au Kenya, une dent isolée « chimpanziforme » vieille de 12,5 Ma découverte en 1999 est le premier indice de l’existence possible d’un grand singe de type moderne (Pickford, Senut 2005). Toutefois, il ne s’agit que d’une dent isolée (mais trouvée en stratigraphie) et il convient d’être prudent quant à son interprétation.

Figure 4

Figure 4

Répartition des hominoïdes au Miocène moyen

Distribution of hominoids in the Middle Miocene

3.4 : Miocène supérieur (11,5 à 5,5 millions d’années)

10Le Miocène supérieur est une époque extrêmement importante dans l’histoire des grands singes puisqu’elle voit émerger les premiers hominidés (sensu stricto) et les premiers représentants des familles modernes de grands singes : ils sont représentés par un maxillaire fragmentaire vieux de 9,5 millions d’années, Samburupithecus provenant des collines Samburu au Kenya (Ishida et Pickford 1997), quelques fragments de dents d’une espèce « gorilliforme » provenant de Kapsomin au Kenya récoltés en 2000 et 2003 (6 millions d’années)(Pickford et Senut 2005), par 9 dents isolées provenant de Chorora en Ethiopie (10 à 10,5 Ma)(Suwa et al., 2007), rapprochées des gorilles et attribuées à Chororapithecus, puis une forme peut-être rapprochée de gorilles ou située à la base de la divergence entre les grands singes et l’homme, Nakalipithecus découvert à Nakali au Kenya (9,5 - 10 Ma)(Kunimatsu et al., 2007). Enfin en 2009, un fragment de mandibule d’une forme de grand singe fossile proche du chimpanzé provenant du Niger et dont l’âge est estimé entre 5,5 et 11 Ma vient d’être décrite (Pickford et al., 2009) (Figure 5).

Figure 5

Figure 5

Répartition des hominoïdes au Miocène supérieur mettant l’accent sur l’Afrique

Distribution of hominoids in the Upper Miocene highlighting the African data

4 L’exemple de 3 pays africains : le Kenya, l’Ouganda et la Namibie

11En Afrique, selon les pays, les réglementations de recherche en paléontologie sont différentes, mais le plus souvent les fossiles récoltés lors des travaux de terrain sont déposés dans les musées nationaux situés dans les capitales et les gens qui vivent près des gisements fossilifères ne peuvent profiter de ce patrimoine. Dans plusieurs cas, des locaux se sont émus du fait que leur terre profite à des gens venus de la capitale, voire des étrangers et qu’eux-mêmes se trouvent marginalisés. Pour répondre à cette inquiétude, nous nous investissons depuis plus d’une vingtaine d’années, dans des conférences classiques, mais aussi dans le montage d’expositions, ou la création de musées locaux. Nous nous sommes donc orientés vers l’éducation par les sciences à tous les niveaux en  formant des jeunes sur le terrain ou au laboratoire, en réalisant des expositions ou en créant des musées. Ceci permet de valoriser le patrimoine tant au niveau local, que régional et/ou international. Mais tout le travail se fait dans un souci de suivi : de la découverte du fossile à son exposition en passant par son étude, et en gardant en mémoire que l’acquisition de connaissances sert également à la protection et la conservation à long terme du patrimoine paléontologique, mais aussi aux échanges culturels (Senut, 2006).

4.1 L’implication sur le terrain

12Les missions de terrain sont effectuées en étroite collaboration avec des institutions et populations locales, ce qui facilite l’obtention des permis mais permet une intégration dans les communautés avec qui nous travaillons et dans des régions souvent déshéritées. Grâce à l’emploi d’ouvriers, nous construisons des pistes d’accès aux gisements, qui sont ultérieurement utilisées pour apporter l’aide alimentaire dans les zones les plus reculées ou tout simplement par les gens qui se déplacent d’un village à l’autre.

13Pour les prospections, nous employons les locaux qui connaissent en général très bien le terrain et ce contact humain est irremplaçable. On peut rechercher un type de sédiment, des os ; toute information est dépouillée et vérifiée. Mais c’est grâce à l’intégration à la communauté que nous découvrons parfois des sites exceptionnels grâce à la trouvaille fortuite d’un os ou d’une dent que l’on nous fait expertiser. Dans certains cas, on effectuera des tamisages à sec ou à l’eau des sédiments pour retrouver des micromammifères ou des fragments de dents de mammifères de plus grande taille, comme les hominoïdes, par exemple (Figures 6-9).

Figure 6

Figure 6

Prospection à Napak XV

Prospection and excavation at Napak XV, Uganda

Figure 7

Figure 7

Tri des rebuts de tamisage à sec

Sorting the dry screening concentrate

Figure 8

Figure 8

Tamisage à l’eau des sédiments

Wet screening of sediments, Karamoja (Uganda).

Figure 9

Figure 9

Tri des sédiments lavés

Sorting fossils from the washed sediments from Moroto.

14Lorsqu’un niveau s’avère intéressant et qu’une fouille doit y être réalisée, commence alors le travail de formation : apprendre à faire un carroyage, comment fouiller, avec quoi, comment dégager, faire un plan en positionnant les fossiles récoltés, comment reconstituer un fossile, le mouler (Figures 10-11). Ce travail de longue haleine s’avère être obligatoire et aujourd’hui après plusieurs années de travail avec les mêmes ouvriers, ces derniers continuent à former d’autres personnes. Le transfert de connaissances ne se fait donc pas seulement en France, mais aussi localement. L’intégration des gens locaux crée aussi une dynamique autour de l’expédition car chacun s’implique et s’approprie ses découvertes. Trouver les restes d’un animal dans une région où les gens ne les ont jamais vus crée aussi une curiosité, une interrogation autour de la découverte et du savoir qu’elle véhicule.

Figure 10

Figure 10

Fouille à Kapsomin  avec des enfants de l’école de Rondinin

Excavation at Kasomin (Kenya) with pupils from Rondinin school.

Figure 11

Figure 11

Vérification des catalogues et des plans

Checking the catalogues and maps in the camp (Kenya)

4.2 La formation à l’étranger

15La formation, qu’elle soit technique ou académique, est réalisée à l’étranger ; elle s’effectue dans le cadre de bourses obtenues par le biais des Services de Coopération et d’Action Culturelle. Ainsi pour apprendre des techniques plus spécialisées de dégagement ou de moulages en laboratoire; des jeunes ougandais ou kenyans ont été formés au Muséum National d’Histoire Naturelle au Laboratoire de Paléontologie (Figure 12). Mais pour bien gérer les collections, des formations à l’informatisation des fossiles ont été aussi mises en place.

Figure 12

Figure 12

Dégagement d’un crâne de colobe fossile au micrograveur par un technicien kenyan au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Cleaning a fossil colobine skull using an air scribe by a Kenyan technician at the Muséum National d’Histoire Naturelle in Paris.

4.3 La transmission des savoirs par les musées

16Lorsque l’on travaille au sein d’une communauté, il est essentiel que quelque chose reste après notre départ, sans perdre de vue que la formation doit déboucher sur l’établissement d’une expertise locale.  Le rôle du chercheur aujourd’hui est aussi social, il se doit de transmettre son savoir à tous les niveaux. Pour exposer dans un musée, il faut tenir compte des cultures locales sans oublier que l’échange culturel est important, d’où les expositions bilingues ou trilingues (où le français est employé, même dans des pays anglophones). Ces expositions sont accompagnées ou de livrets ou de CD-Rom.

4.3.1 Problème d’exposer le concept d’évolution

17Dans le cadre de nos recherches sur la dichotomie entre les grands singes et l’homme, nous sommes amenés à parler d’évolution biologique. Mais le concept d’évolution est typiquement occidental. Selon les pays, les croyances, les ethnies, il faut adapter le vocabulaire pour ne pas gêner les sensibilités locales. Chaque ethnie a ses propres références à ses origines, comme l’ont montré nombre de poètes africains, mais la notion d’évolution n’est pas toujours comprise, hors des circuits universitaires. Or, si l’on parle de changements dans les formes, la géographie ou le climat, on peut petit à petit appréhender la notion d’évolution biologique. C’est pourquoi, dans les expositions on utilise le plus souvent les mots de « changement » ou  de « transformation », car ce sont des notions comprises par tous et qui ne se heurtent pas à des croyances religieuses ou autres.

4.3.2 Les réalisations

18Ces actions se font en collaboration avec soit nos ambassades, les centres culturels, soit des institutions locales ou des ONG. Elles permettent de promouvoir la culture scientifique (parfois dans des lieux excentrés), de sensibiliser et former les gens sur place pour entretenir ce patrimoine et donc le transmettre aux plus jeunes.

4.3.2.1 Namibie

19En Namibie, fut réalisée la salle entière de paléontologie du Museum of the Geological Survey of Namibia (Figure 13) et les restes de grands singes découverts dans les Monts Otavi se trouvent en bonne place (Figure 14).

Figure 13

Figure 13

Vue générale de la partie paléontologique du Musée du Geological Survey à Windhoek (Namibie)

General view of the palaeontological area at the Museum of the Geological Survey of Namibia in Windhoek (Namibia)

Figure 14

Figure 14

Présentation de la vitrine consacrée à Otavipithecus namibiensis au Musée du Geological Survey à Windhoek (Namibie)

Showcase dedicated to Otavipithecus namibiensis at the Museum of the Geologival Survey of Namibia in Windhoek (Namibia)

4.3.2.2 Ouganda

20Toutes les vitrines consacrées à la paléontologie à l’Uganda Museum de Kampala (Ouganda) présentent des textes bilingues anglais-français. En outre, dans l’exposition consacrée à nos ancêtres, des drapeaux ougandais signalent les pièces provenant du pays. C’est une manière de montrer l’intérêt patrimonial de l’Ouganda (Figure 15).

Figure 15

Figure 15

Vitrine consacrée aux grands singes du Miocène moyen d’Afrique à l’Uganda Museum (Kampala, Ouganda), fait partie de l’exposition « Ancestors »

Showcase dedicated to Middle Miocene African apes which is a part of the exhibition « Ancestors ».

21Notre dernière réalisation à Moroto dans le Karamoja en Ouganda est le « Musée de la Culture Karimojong » qui nous a été demandé par les membres du conseil d’éducation local (Figure 16). Ces derniers ont réalisé que leurs enfants ne savaient plus rien de leur culture après l’acculturation qu’a subie cette région sous le règne d’Idi Amin Dada. Nous avons mis les responsables en relation avec des personnes susceptibles de leur fournir le matériel ethnographique, mais nous sommes tout particulièrement impliqués dans la partie consacrée à l’histoire géologique et paléontologique du Karamoja et en particulier celle des grands singes. Le bâtiment a été terminé en mars 2009 et nous allons l’aménager dans les mois qui viennent.

Figure 16

Figure 16

Musée de la culture Karimojong à Moroto (Karimojong, Ouganda)

Museum of Karimojong Culture in Moroto (Karamoja, Uganda)

4.3.2.3 Kenya

22Le Musée créé à Kipsaraman dans les collines Tugen est consacré à l’histoire paléontologique locale, à la découverte du plus ancien hominidé bipède reconnu (Orrorin tugenensis), mais aussi à la conservation de la biodiversité actuelle. En fait il s’agit d’un lieu d’éducation sur la préservation des patrimoines fossile et vivant (Figure 17). Toutes les vitrines du Musée de Kipsaraman consacrées à la paléontologie sont trilingues (français, anglais, kiswahili). Dans la partie paléontologique est exposée l’évolution des faunes et des flores en fonction de la chronologie locale, les méthodes de travail (Figure 18) ainsi que les légendes locales concernant les fossiles

Figure 17

Figure 17

Musée de Kipsaraman consacré à la conservation des patrimoines fossile et vivant des Collines Tugen (Kenya)

Kipsaraman Museum dedicated to the preservation of the fossil and living heritage of the Tugen Hills (Kenya)

Figure 18

Figure 18

Vitrine expliquant les différentes techniques employées sur le terrain

Showcase explaining the different techniques employed in the field.

5 L’avenir : une aide à la conservation des patrimoines

23Le savoir a été transféré à l’extérieur du continent, ce qui a pu engendrer un sentiment de frustration. Au XXème siècle, les choses ont changé. Certes dans certaines zones peu peuplées, il n’y a souvent pas eu de transfert des connaissances auprès des populations concernées. Aujourd’hui, les choses changent et la recherche ne peut s’effectuer qu’au sein de collaborations qui débouchent sur une meilleure prise en charge des besoins locaux que ce soit notamment dans les formations mais aussi l’éducation. Ceci est particulièrement important dans les domaines médiatiques et plus spécialement en ce qui concerne l’étude de nos ancêtres. C’est ainsi que dans le cadre de travaux paléontologiques sur l’évolution des grands singes et la divergence entre les grands singes et les hommes, de très nombreuses découvertes ont été réalisées en Afrique orientale (Ouganda, Kenya, Tanzanie, Ethiopie) et en Afrique australe (Namibie, Afrique du Sud). Si ces recherches nous permettent d’affiner l’âge de la dichotomie, de mieux comprendre les contexte géologique et environnemental de cette dernière et de mieux maîtriser les caractères anatomiques des ancêtres potentiels, il reste essentiel de communiquer ces résultats au plus grand nombre que ce soit dans la communauté scientifique, mais aussi aux habitants locaux de tous âges, car c’est près d’eux que se trouvent les patrimoines dont ils sont les gardiens. Lors de nos missions de terrain, notamment au Kenya, nous avons ressenti la fierté des gens d’avoir participé à la réalisation de leur musée et de fait, l’appropriation d’un patrimoine est le meilleur moyen de le préserver pour le transmettre

6 Conclusion

24Les actions entreprises ont plusieurs impacts : l’appropriation par les locaux de leur patrimoine et de leur culture, l’éducation des enfants et des étudiants, mais également des adultes locaux et des touristes. Ce qui peut aider au développement touristique de certaines régions et donc au développement économique local, comme on le voit sur le site à australopithèques de Sterkfontein en Afrique du Sud (Figure 19) où dans le Musée de site on peut suivre l’évolution de nos ancêtres (Figure 20).

Figure 19

Figure 19

Musée de site à Sterkfontein en Afrique du Sud, un des sites les plus prestigieux du Cradle of Mankind

Museum at Sterkfontein (South Africa), one of the most prestigious sites of the Cradle of Mankind.

Figure 20

Figure 20

Vitrine évoquant les Australopithèques au Musée de Sterkfontein (Afrique du Sud)

Showcase exhibiting some Australopithecines at the Sterkfontein Museum (South Africa).

25Ceci peut déboucher sur le long terme à une intégration de la culture scientifique dans le développement durable. On ne peut plus au XXIème siècle se limiter unilatéralement à la recherche du passé, il faut aussi construire l’avenir, et ceci ne peut se faire qu’avec des partenariats locaux.

Haut de page

Bibliographie

Andrews P (1971). Ramapithecus wickeri mandible from Fort Ternan, Kenya. Nature 230, 192-194.

Andrews P, Hamilton WR, Whybrow PJ (1978). Dryopithecines from the Miocene of Saudi Arabia. Nature 274, 249-250.

Bishop WW (1958). Miocene Mammalia from the Napak volcanics, Karamoja, Uganda. Nature 182, 1480-1482.

Bishop WW (1964). More fossil primates and other Miocene mammals from North-East Uganda. Nature 182, 1480-1482.

Brunet M, Guy F, Pilbeam D, Mackaye H,  Likius A, Ahounta D, Beauvilain A, Blondel C, Bocherens H, Boisserie J-R, De Bonis L, Coppens Y, Dejax J, Denys C, Duringer P, Eisenmann V, Fanone G, Fronty P, Geraads D, Lehmann T,  Lihoreau F, Louchar A,  Mahamat A, Merceron G, Mouchelin G, Otero O,  Campomanes P, Ponce De Leon M, Rage J-C, Sapanet M, Schuster M, Sudre J, Tassy P, Valentin X, Vignaud P, Viriot L,  Zazzo A, Zollikofer C (2002). A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa, Nature 418, 145-151.

Conroy GC, Pickford M, Senut B, Van Couvering J, Mein P (1992). Otavipithecus namibiensis, first Miocene hominoid from southern Africa. Nature 356, 144-147.

Gebo DL, McLatchy L, Kityo R, Deino A, Kingston J, Pilbeam D (1997). A Hominoid genus from the Early Miocene of Uganda. Science 276, 401-404.

Hartwig WC (2002). The Primate Fossil Record. Cambridge : Cambridge University Press.

Hopwood AT (1933a). Miocene primates from British East Africa. Ann Mag Nat Hist 10, XI, 96-98.

Hopwood AT (1933b). Miocene primates from Kenya. J Linnean Soc London 38, 437-464.

Ishida H., Kunimatsu Y., Nakatsukasa M. & Nakano Y. (1999). New hominoid genus from the Middle Miocene of Nachola, Kenya. Anthrop Sci 107, 189-191.

Ishida H, Pickford M (1997). A new Late Miocene hominoid from Kenya: Samburupithecus kiptalami gen. et sp. nov, CR Acad Sci Paris Ser IIa 325, 823–829.  

Kunimatsu Y, Nakatsukasa M, Sawada Y, Sakai T, Hyodo M, Hyodo H, Itaya T, Nakaya H, Saegusa H, Mazurier A, Saneyoshi M, Tsujikawa H, Yamamoto A, Mbua E (2007). A new Late Miocene great ape from Kenya and its implications for the origins of African great apes and humans. Proc Nat Acad Sci USA 104, 19220–19225.  

Leakey LSB (1961/1962). A new lower Pliocene fossil primate from Kenya. Ann Mag Nat Hist 13, 689-696.

Leakey MG, Ungar PS, Walker AC (1995) A new genus of large primate from the Late Oligocene from Lothidok, Turkana District, Kenya. J Hum Evol 28, 519-531.

Pickford M (1983). Sequence and environments of the Lower and Middle Miocene of western Kenya. In New interpretations of Ape and Human Ancestry (Ciochon RL, Corruccini RS, editors). New York : Plenum Press. pp 421-439.

Pickford M (1986a) Cainozoic palaeontological sites of Western Kenya. Münchner Geowiss AbhA 8, 1-151.

Pickford M (1986b) A reappraisal of Kenyapithecus. In Primate Evolution (Else JG, Lee PC, editors). Cambridge : Cambridge University Press. pp 163-172.

Pickford M (1998) Dater les anthropoïdes néogènes de l’Ancien-Monde: une base essentielle pour l’analyse phylogénétique, la biogéographie et la paléoécologie. Primatologie 1, 27-92.

Pickford M (2002). New reconstruction of the Moroto hominoid snout and a reassessment of its affinities to Afropithecus turkanensis. Hum Evol 17, 1-19.

Pickford M, Coppens Y, Senut B, Morales J, Braga J (2009) Late Miocene hominoid from Niger. CR Palevol 8, 413-425.

Pickford M, Senut B (2005) Hominoid teeth with chimpanzee-and gorilla-like features from the Miocene of Kenya: Implications for the chronology of the ape–human divergence and biogeography of Miocene hominoids, Anthropol Sci 113, 95-102.  

Pickford, M., Senut, B. & Gommery, D. (1999). Sexual dimorphism in Morotopithecus bishopi, an early Middle Miocene from Uganda and a reassessment of its geological and biological contexts. In Late Cenozoic Environments and Hominid Evolution: a Tribute to Bill Bishop (Andrews P, Banhman P, editors). London: Geological Society. pp 27-38.

Pickford M, Senut B, Hadoto D, Musisi J, Kariira C (1986a). Nouvelles découvertes dans le Miocène inférieur de Napak, Ouganda oriental. CR Acad Sci Paris Ser II 302, 47-52.

Pickford M, Senut B, Hadoto D, Musisi J, Kariira C (1986b) Découvertes récentes dans les sites miocènes de Moroto (Ouganda oriental) : aspects biostratigraphiques et paléoécologiques. C R Acad Sci Paris Ser II 302, 681-686.

Senut B (1998). Les grands singes fossiles et l'origine des Hominidés : mythes et réalités. Primatologie 1, 93-134.

Senut B (2006). L’éducation en géosciences par les musées : une aide au développement durable. In Colloque Femmes, Géosciences et Développement, Volume de résumés, 3ème Colloque de l’Association des Femmes Africaines Géoscientifiques, El Jadida, Maroc, 6-8 mai, 153-154.

Senut B (2009). Grands singes/homme: quelles origines ? Collection « Interactions », Paris : Société Géologique de France-Vuibert.

Senut B, Pickford M, Gommery D, Kunimatsu Y (2000). A new genus of Early Miocene hominoid from East Africa: Ugandapithecus major (Le Gros Clark & Leakey, 1950). CR Acad Sci Paris Ser IIa 331, 227-233.

Senut B, Pickford M, Wessels D (1997). Panafrican distribution of Lower Miocene Hominoidea. CR Acad Sci Paris Ser IIa 325, 741-746.

Simons EL (1994). New monkeys (Prohylobates) and an ape humerus from the Miocene Moghara Formation of Northern Egypt. In Current Primatology, Vol. I : Ecology and Evolution (Thierry B, Anderson JR, Roeder J-J, Herrenschmidt N, editors). Strasbourg : Université Louis Pasteur. pp 247-253.

Suwa, G, Kono RT, Katoh S, Asfaw B, Beyene Y (2007) A new species of great ape from the Late Miocene epoch in Ethiopia.  Nature 448, 921–924.

Haut de page

Notes

1  Remerciements : Ce travail a pu être réalisé grâce à l’aide de nos institutions (Muséum National d’Histoire Naturelle, Collège de France, CNRS), le Ministère des Affaires Etrangères (Commission des Fouilles archéologiques à l’étranger, nos ambassades au Kenya, en Ouganda et en Namibie, le Geological Survey of Namibia à Windhoek, l’Uganda Museum à Kampala (Ouganda), UNCST (Ouganda), Ministry of Science and Technology (Kenya) et le Community Museums of Kenya. Mais des remerciements tout particuliers vont aux membres des équipes de terrain (scientifiques et civils), aux communautés locales et à leur implication pour que le développement par la culture scientifique devienne réalité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La Formation de Lukeino a livré des restes d’hominoïdes de 6 millions d’annéesThe Lukeino Formation has yielded remains of 6 million year old hominoids
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2
Légende Répartition des hominoïdes à l’Oligocène supérieurDistribution of hominoids in the Upper Oligocene
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 3
Légende Répartition des hominoïdes au Miocène inférieurDistribution of hominoids in the Lower Miocene
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-3.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 4
Légende Répartition des hominoïdes au Miocène moyenDistribution of hominoids in the Middle Miocene
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 5
Légende Répartition des hominoïdes au Miocène supérieur mettant l’accent sur l’AfriqueDistribution of hominoids in the Upper Miocene highlighting the African data
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-5.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure 6
Légende Prospection à Napak XVProspection and excavation at Napak XV, Uganda
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7
Légende Tri des rebuts de tamisage à secSorting the dry screening concentrate
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 8
Légende Tamisage à l’eau des sédimentsWet screening of sediments, Karamoja (Uganda).
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 9
Légende Tri des sédiments lavésSorting fossils from the washed sediments from Moroto.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 10
Légende Fouille à Kapsomin  avec des enfants de l’école de RondininExcavation at Kasomin (Kenya) with pupils from Rondinin school.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 11
Légende Vérification des catalogues et des plansChecking the catalogues and maps in the camp (Kenya)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 12
Légende Dégagement d’un crâne de colobe fossile au micrograveur par un technicien kenyan au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.Cleaning a fossil colobine skull using an air scribe by a Kenyan technician at the Muséum National d’Histoire Naturelle in Paris.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 13
Légende Vue générale de la partie paléontologique du Musée du Geological Survey à Windhoek (Namibie)General view of the palaeontological area at the Museum of the Geological Survey of Namibia in Windhoek (Namibia)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 14
Légende Présentation de la vitrine consacrée à Otavipithecus namibiensis au Musée du Geological Survey à Windhoek (Namibie)Showcase dedicated to Otavipithecus namibiensis at the Museum of the Geologival Survey of Namibia in Windhoek (Namibia)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 15
Légende Vitrine consacrée aux grands singes du Miocène moyen d’Afrique à l’Uganda Museum (Kampala, Ouganda), fait partie de l’exposition « Ancestors »Showcase dedicated to Middle Miocene African apes which is a part of the exhibition « Ancestors ».
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 16
Légende Musée de la culture Karimojong à Moroto (Karimojong, Ouganda)Museum of Karimojong Culture in Moroto (Karamoja, Uganda)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 17
Légende Musée de Kipsaraman consacré à la conservation des patrimoines fossile et vivant des Collines Tugen (Kenya)Kipsaraman Museum dedicated to the preservation of the fossil and living heritage of the Tugen Hills (Kenya)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 18
Légende Vitrine expliquant les différentes techniques employées sur le terrainShowcase explaining the different techniques employed in the field.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 19
Légende Musée de site à Sterkfontein en Afrique du Sud, un des sites les plus prestigieux du Cradle of MankindMuseum at Sterkfontein (South Africa), one of the most prestigious sites of the Cradle of Mankind.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 20
Légende Vitrine évoquant les Australopithèques au Musée de Sterkfontein (Afrique du Sud)Showcase exhibiting some Australopithecines at the Sterkfontein Museum (South Africa).
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/364/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Senut, « Les hominoïdes fossiles : une aide pour l’éducation en Afrique », Revue de primatologie [En ligne], 1 | 2009, document 10, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/364 ; DOI : 10.4000/primatologie.364

Haut de page

Auteur

Brigitte Senut

Muséum national d’Histoire Naturelle, Département  « Histoire de la Terre »
UMR 7207 (CR2P) CNRS & USM 203
CP 38,
8, rue Buffon, 75231 Paris Cedex 05
Auteur pour la correspondance :
bsenut@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • OpenEdition Journals