Navigation – Plan du site
Dossier

Étude des processus de radicalisation au sein des réseaux sociaux : place des arguments complotistes et des discours de rupture

Study of radicalization processes within social networks: role of complotist arguments and rupture discourses
Séraphin Alava, Noha Najjar et Hasna Hussein
p. 29-40

Résumés

La radicalisation des jeunes a toujours une dimension numérique et si l’accès aux ressources terroristes est l’objet d’une stratégie calculée d’identification et de suppression dans les différents pays du monde, encore très peu d’actions sont entreprises pour réguler les réseaux sociaux dans ce domaine. Certes, les grands opérateurs que sont Google, Facebook, Twitter font un travail considérable de suppression des comptes clairement identifiés comme djihadistes, mais une grande partie des actions d’accroche et de conviction/embrigadement se réalisent dans le domaine conversationnel. Dans le cadre d’une recherche qualitative conduite entre 2014 et 2016 sur des jeunes en cours de radicalisation ou repentis, nous avons étudié la dynamique d’enrôlement numérique au cœur des réseaux sociaux. Tous les témoignages de jeunes radicalisés montrent qu’une partie du processus de recrutement passe par une stratégie de contact à partir de marqueurs sémantiques utilisés par les recruteurs pour construire une stratégie d’approche, d’accroche, de séduction numérique qui isole l’individu et qui construit une situation d’apprentissage paradoxal que nous nommons « éducation sombre » car elle engage le sujet contre sa conscience dans une situation de communication paradoxale qui va l’engager dans un abandon volontaire du jugement personnel.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Non coupable mais responsable : que dire des liens entre réseaux sociaux et radicalisation.
La conversation d’engagement radical : communiquer, c’est conduire et manipuler
La conversation radicale, une pragmatique de la communication en réseau
Approche psychosociale de l’embrigadement radical
Méthodologie de recueil des récits, base de données des parcours, approche en sociologie clinique

Aperçu du texte

Dans cette stratégie discursive et d’endoctrinement, les théories du complot agissent en synergie avec d’autres thèmes issus des discours de rupture qui favorisent le questionnement du sujet et l’entrée en quête d’un sens caché. À travers un corpus d’interaction langagière issu volontairement des interactions sur Facebook (12 personnes en voie de radicalisation et 6 personnes sorties de ce processus) et l’étude lexicométrique des discours publics des groupes radicaux (jihadistes, racistes), nous montrerons comment le champ sémantique, les thèmes discursifs, les stratégies de commu­nication fonctionnent dans la déconstruction du réel, dans l’isolement de la pensée et dans la réduction de la complexité. Notre travail vise à montrer que la communication en réseaux accélère les processus cognitifs en jeu dans cette phase essentielle de la conviction radicale. Nous souhaitons décrire et expliquer le processus paradoxal d’éducation sombre qui est actif au sein des médias sociaux aujourd’h...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séraphin Alava, Noha Najjar et Hasna Hussein, « Étude des processus de radicalisation au sein des réseaux sociaux : place des arguments complotistes et des discours de rupture », Quaderni, 94 | 2017, 29-40.

Référence électronique

Séraphin Alava, Noha Najjar et Hasna Hussein, « Étude des processus de radicalisation au sein des réseaux sociaux : place des arguments complotistes et des discours de rupture », Quaderni [En ligne], 94 | Automne 2017, mis en ligne le 05 octobre 2019, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1106 ; DOI : 10.4000/quaderni.1106

Haut de page

Auteurs

Séraphin Alava

Professeur en sciences de l’éducation
Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès
EFTS

Noha Najjar

Docteure en sciences de l’éducation
Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès
Chercheuse associée EFTS

Hasna Hussein

Docteure en sociologie des médias
Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals