Navigation – Plan du site

Nouvelles données sur le site majeur d’Écalgrain : datations radiométriques et occupations humaines de la Pointe de la Hague (Cotentin, Normandie)

The raised beaches, heads and human occupations of the Hague peninsula (Cotentin, Normandy): the key site of the Ecalgrain bay
Dominique Cliquet, Jean-Pierre Lautridou, Michel Lamothe, Norbert Mercier, Jean-Luc Schwenninger, Philippe Alix et Gérard Vilgrain
p. 345-359

Résumés

Il y a à la Pointe de la Hague deux principaux niveaux de plages perchées reposant sur deux plates-formes d’abrasion marine : la plage inférieure de 4 à 6 m NGF et la plage supérieure entre 12 et 18 m. Ces paléoplages sont recouvertes par des heads périglaciaires (dépôts de gélifluxion) et par des loess. La plage inférieure date le plus souvent de l’Eemien et ses dépôts de couverture du Weichselien. La plage supérieure correspond à l’optimum du stade isotopique 7. Cependant, dans la baie d’Ecalgrain, l’âge de la basse plage est discuté. Les formations de couverture sont complexes, avec deux séquences head-loess séparées par un sol brun lessivé interglaciaire. La tourbe et les argiles grises au-dessus de la paléoplage (5 m NGF), sous les heads, contiennent une flore et des coléoptères témoignant d’un lent retrait de la mer à la fin d’un interglaciaire et au début d’une période froide. Les datations absolues (IRSL) sont en accord avec la stratigraphie. La paléoplage, constituée de graviers surmontés de sables rouges, est attribuée à la fin du stade isotopique 7 (190 ka), la séquence inférieure au Saalien (140 ka, pour le loess ; stade 6), le paléosol au sommet à l’Eemien (sol brun lessivé), et la séquence supérieure (head-loess) au Weichselien. La base de la séquence a livré en deux secteurs distincts, au moins deux ensembles lithiques, le premier associé à la partie sommitale d’une plage de galets, dans la partie sud de la baie, le second, incorporé à des sables rouges, localement indurés et recouvrant une plage de galets, dans sa partie centre-sud, un peu plus au nord. Dans les deux assemblages, seul le silex est mis en oeuvre. Le premier ensemble se rapporte à la fin du dernier interglaciaire et / ou au début du dernier glaciaire, se définit par une production d’éclats et d’enlèvements laminaires obtenus soit par débitage direct, soit par la méthode Levallois, soit enfin, pour les lames, par une « gestion volumétrique ». Le second, rapporté au Saalien, se caractérise par un débitage orienté vers la production d’éclats et de pointes, obtenus soit par débitage direct soit par la méthode Levallois. Ces deux séries s’inscrivent dans la variabilité du Paléolithique moyen cotentinois et par extension de France septentrionale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Cliquet, Jean-Pierre Lautridou, Michel Lamothe, Norbert Mercier, Jean-Luc Schwenninger, Philippe Alix et Gérard Vilgrain, « Nouvelles données sur le site majeur d’Écalgrain : datations radiométriques et occupations humaines de la Pointe de la Hague (Cotentin, Normandie) », Quaternaire, vol. 20/3 | 2009, 345-359.

Référence électronique

Dominique Cliquet, Jean-Pierre Lautridou, Michel Lamothe, Norbert Mercier, Jean-Luc Schwenninger, Philippe Alix et Gérard Vilgrain, « Nouvelles données sur le site majeur d’Écalgrain : datations radiométriques et occupations humaines de la Pointe de la Hague (Cotentin, Normandie) », Quaternaire [En ligne], vol. 20/3 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/5244 ; DOI : 10.4000/quaternaire.5244

Haut de page

Auteurs

Dominique Cliquet

Service régional de l’Archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles de Basse-Normandie et PCR « Les Premiers Hommes en Normandie », 13 bis, rue Saint-Ouen, F-14052 Caen cedex 04 / UMR 6566 CNRS, Université de Rennes 1. Courriel : dominique.cliquet@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Jean-Pierre Lautridou

M2C, C.N.R.S. – U.M.R. 6143 - Morphodynamique continentale et côtière, Centre de géomorphologie, rue des Tilleuls, F-14000 Caen et PCR « Les Premiers Hommes en Normandie », Direction régionale des Affaires culturelles de Basse-Normandie, 13 bis, rue Saint-Ouen, F-14052 Caen cedex 04

Articles du même auteur

Michel Lamothe

Université du Québec à Montréal, case postale 8888, succursale Centre-ville, Montréal (Québec), Canada, H3C 3P8. Courriel : lamothe.michel@uqam.ca

Articles du même auteur

Norbert Mercier

Institut de recherche sur les Archéomatériaux, UMR 5060 CNRS - Université Bx3, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie (CRPAA), Maison de l’archéologie, F-33607 Pessac cedex. Courriel : Norbert.Mercier@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Jean-Luc Schwenninger

Luminescence Dating Laboratory, Research Laboratory for Archaeology, 6 Kebble Road, GB-Oxford OX1 3QJ. Courriel : jean-luc.schwenninger@archaeology-research.oxford.ac.uk

Articles du même auteur

Philippe Alix

Institut national de Recherches archéologiques préventives, Rhône-Alpes - 12, rue Maggiorini, F - 69500 Bron et PCR « Les Premiers Hommes en Normandie », Direction régionale des Affaires culturelles de Basse-Normandie, 13 bis, rue Saint-Ouen, F - 14052 Caen cedex 04

Articles du même auteur

Gérard Vilgrain

PCR « Les Premiers Hommes en Normandie », Direction régionale des Affaires culturelles de Basse-Normandie, 13 bis, rue Saint-Ouen, F- 14052 Caen cedex 04

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals