Navigation – Plan du site

Datation par ESR-U/th combinées de dents fossiles des grottes d’El Mnasra et d’El Harhoura 2, région de Rabat-Temara. Implications chronologiques sur le peuplement du Maroc atlantique au Pléistocène supérieur et son environnement

Combined ESR-U/th dating on fossil teeth from el Mnasra and El Harhoura 2 caves, Rabat-Temara area. Chronological implications on the human settlement of Northwestern part of morocco during the upper Pleistocene
Nouha Janati-Idrissi, Christophe Falguères, Roland Nespoulet, Mohamed Abdeljalil El Hajraoui, André Debénath, Lahcen Bejjit, Jean-Jacques Bahain, Patrick Michel, Tristan Garcia, Larbi Boudad, Kamal El Hammouti et Aïcha Oujaa
p. 25-35

Résumés

La région de Témara, près de Rabat, abrite plusieurs sites archéologiques et paléontologiques d’une importance majeure pour la Préhistoire du Maroc et du nord de l’Afrique. Les découvertes de restes humains paléolithiques associés à des industries atériennes et du Paléolithique supérieur à Dar es Soltane 2, El Harhoura 1 et aux Contrebandiers, dans les années 1970, ont renforcé l’intérêt des sites de la région de Témara. Deux grottes ont fait l’objet de nombreuses recherches et sont en cours de fouilles : El Mnasra depuis 1990 et El Harhoura 2 depuis 2001. L’application de la méthode de datation ESR-U/Th sur l’émail dentaire permet de fournir des points de repères géochronologiques et de discuter du cadre paléoenvironnemental dans lequel vivait l’Homme paléolithique au Maroc. Les datations ont été réalisées sur des dents fossiles de bovidés prélevées dans des couches attribuées au Paléolithique moyen (Atérien). Pour la grotte d’El Harhoura 2, les âges proposés s’échelonnent entre 92 et 44 ka, et pour la grotte d’El Mnasra, les résultats suggèrent une occupation comprise entre 66 et 89 ka pour les couches 6 et 7. Ces résultats suggèrent que les grottes de la région de Témara ont commencé à être fréquentées par l’Homme moderne dès le stade isotopique marin 5, et ce jusqu’à environ 40 ka.L’enregistrement sédimentaire s’est poursuivi ultérieurement, comme en témoignent les vestiges d’occupations au Paléolithique supérieur et au Néolithique retrouvés en stratigraphie.

Haut de page

Texte intégral

Le programme de recherches archéologiques de Rabat-Témara est organisé sous la responsabilité administrative de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine. Il bénéficie des cofinancements de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine, de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (Mission archéologique El Harhoura-Témara, Codirection M.A. El Hajraoui et R. Nespoulet) et du projet ANR MOHMIE (ANR-09-PEXT-004, coord. C. Denys). Les auteurs remercient M. Aomar Akerraz, Directeur de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine, M. A. Salih, Directeur du Patrimoine Culturel, le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Maroc, ainsi que les étudiants et les ouvriers des équipes de fouilles.

1 - Introduction

1Depuis longtemps tournées vers les régions est et sud-africaines, ainsi que vers le Proche-Orient (voir par exemple : Leakey & Hay, 1982 ; Stringer & Andrews, 1988 ; McBrearty, 1990 ; Bar-Yosef & Vandermeersch 1993 ; Bar-Yosef 1995 ; McBrearty & Brooks 2000 ; Shea, 2001 ; Stringer, 2002), les recherches qui s’intéressent à l’origine et à l’évolution d’Homo sapiens en Afrique connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt au Nord de l’Afrique. Le Maroc, en particulier, a livré de nombreux vestiges humains qui jalonnent les 200 derniers millénaires, faisant de cette région une zone clef pour la compréhension des différentes formes d’Homo sapiens archaïques et d’Homo sapiens succédant à Homo erectus (Debénath et al., 1982 ; Hublin, 1992 ; Debénath, 2000 ; Hublin, 2001). Parallèlement, les découvertes de productions matérielles originales : industries lithiques, osseuses, utilisation des ressources animales terrestres et marines, et comportements symboliques, dans des sites stratifiés en différents points du continent africain, alimentent le débat sur l’apparition et la diffusion des comportements dits « modernes » (McBrearty & Brooks, 2000). Ces productions semblent s’intensifier durant les 100 derniers millénaires, comme celles attribuées à l’Atérien en Afrique du Nord.

2La définition d’un cadre chronologique permettant de comparer les enregistrements sédimentaires continentaux contenant les traces des activités humaines aux courbes paléoclimatiques globales revêt donc un intérêt primordial. Ceci aussi bien d’un point de vue paléoenvironnemental -comment les hommes ont-ils évolué et se sont-ils adaptés dans différents types d’environnements ?-, que culturel -les changements climatiques ont-ils modifié et/ou conditionné les traditions culturelles ?- Ceci est d’autant plus important que l’ancien cadre chronologique et culturel du nord de l’Afrique, qui reposait jusque dans les années 1990 sur des sériations typologiques et sur une chronologie essentiellement basée sur des datations radiocarbone donnant seulement un terminus ante quem, est aujourd’hui dépassé.

3Dans les grottes du littoral atlantique de la région de Rabat-Témara, la base des remplissages semble contemporaine de la dernière transgression marine du stade isotopique marin (MIS) 5e. La fenêtre chronologique potentielle dont on dispose répond tout à fait aux questionnements sur une phase essentielle de la présence des Homo sapiens archaïques au Maroc ainsi que des nombreux vestiges fauniques associés aux productions humaines et offre la possibilité d’appliquer la méthode de datation combinée ESR-U/Th sur émail dentaire.

4

Fig. 1: Localisation géographique au Maroc des sites atériens importants en général et ceux de la Côte Atlantique Rabat-Témara en particulier

Fig. 1: Localisation géographique au Maroc des sites atériens importants en général et ceux de la Côte Atlantique Rabat-Témara en particulier

infographie R. Nespoulet

2 - Sites étudiés

2.1 - Localisation

5Les deux grottes sont situées le long de la route côtière n°222 reliant Rabat à Casablanca, à moins de 4 kilomètres des nouveaux quartiers en construction au sud de la ville de Rabat (fig. 1). La grotte d’El Harhoura 2 est située dans le village de Harhoura (33º95’N, 6º92’W). Elle s’ouvre sur l’océan à une distance d’environ 120 mètres du rivage actuel. L’altitude du sol d’origine du site se trouvait à 17 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer (NGM). La grotte d’El Mnasra est située dans la ville de Témara (33º55’N, 6º57’W) à environ 500 mètres du rivage actuel avec une altitude du sol d’origine se trouvant à 14 m NGM.

2.2 - Contexte géologique et archéostratigraphie

6Les grottes de cette région ont été creusées dans des grès dunaires consolidés. La date de formation de ces calcarénites, d’âge Quaternaire, ainsi que la période de creusement des grottes ne sont pas encore connues avec précision. On peut toutefois préciser que la formation de ces grottes, nécessairement antérieure au MIS 5, est principalement imputable à l’érosion marine littorale, probablement accompagnée par des phénomènes de dissolution.

7Le modèle sédimentaire, qui voit un enregistrement plus ou moins continu depuis le début du MIS 5e, avec 3 phases d’occupations humaines (Paléolithique moyen, supérieur et Néolithique), est commun à toutes les grottes de la région de Rabat-Témara (Debénath et al., 1986 ; El Hajraoui, 2004 ; Nespoulet et al., 2008a ; Nespoulet et al., 2011a, 2011b).

2.2.1 - El Harhoura 2

8Outre un sondage ayant livré une double sépulture néolithique lors de sa découverte en 1977 (Debénath & Sbihi-Aloui, 1979 ; Debénath & Lacombe, 1986 ; Oujaa, 1992), la grotte d’El Harhoura 2 a fait l’objet de fouilles limitées en 1996. Des fouilles programmées sont organisées chaque année depuis 2001 (Nespoulet et al., 2008b, 2011b). L'extension maximale connue de cette grotte est d'environ 200 m² sur une hauteur de 8 mètres (fig. 2). L’extension totale des zones fouillées à ce jour est de 25m² dans l'entrée de la grotte et concerne les couches 1 à 4. Une fouille a également été menée sur 6 m² dans une salle profonde située à 20 mètres de l’entrée (couches 1fond à 3fond).

9Un sondage profond de 4 m² a été pratiqué dans l’entrée et bien que le rocher en place n’ait pas encore été atteint, le remplissage d’El Harhoura 2 présente une épaisseur importante de plus de 6,5 mètres plus ou moins homogène de la base vers le sommet, qui a été subdivisé en 4 grands ensembles lithostratigraphiques (fig. 2). Ces derniers s’individualisent par leur texture granulométrique. L’ensemble supérieur (Ensemble I, couche 1) est constitué de sable limoneux de couleur noirâtre et pulvérulent riche en coquilles, niveau déjà identifié comme un amas coquillier. Les ensembles inférieurs (Ensemble II, couches 2, 3 et 4a ; Ensemble III, couches 4b, 5, 6, 7, et Ensemble IV, couches 8, 9, 10, 11) sont de couleur rougeâtre à brun-rouge, à dominance sableuse, avec une légère augmentation de la fraction argileuse dans l’ensemble III, qui est aussi marqué par la diminution du nombre de blocs provenant de l’effondrement de la paroi. Les premières analyses granulométriques montrent que les sables moyens sont dominants tout le long du remplissage (à l’exception de l’Ensemble I, où la fraction limoneuse domine), ce qui peut être mis en relation avec les sables présents dans l’environnement de la grotte (Boudad et al., 2009 ; El Hajraoui et al., 2009). L’étude, en cours, de l’environnement de la cavité permettra de mieux préciser l’origine du remplissage d’El Harhoura 2 dont la texture et la minéralogie suggèrent qu’il provient d’un stock sédimentaire situé à proximité immédiate de la grotte : sables dunaires, sols pédologiques, autres éléments détritiques ramenés par les fleuves et redistribués par les courants marins.

10Les différentes couches ont été définies sur des bases culturelles et lithologiques. La couche 1, d’une épaisseur moyenne de 1 mètre, est attribuée à plusieurs phases du Néolithique. Six sépultures primaires y ont été découvertes, pour un nombre minimum d’individus (NMI) de 14. Cette couche est également identifiée dans la salle profonde de la cavité.

11La couche 2, d’une épaisseur moyenne de 60 centimètres, est attribuée au Paléolithique supérieur (Ibéromaurusien). Elle est également reconnue dans la salle profonde, ou son épaisseur est nettement plus importante (épaisseur moyenne de 1,5 mètre).

12Les autres couches (3 à 11) présentent des épaisseurs moyennes allant de 10 centimètres (couche 7) à 70 centimètres (couche 4b). Toutes n’ont pas livré la même quantité de matériel archéologique. Ceci est dû soit à la faible surface fouillée dans le sondage (4 m²), soit à la faible densité archéologique elle-même. Ainsi, on peut considérer que les couches 5, 7, 9, 10 et 11 sont archéologiquement presque stériles et/ou qu’elles n’ont pas livré suffisamment de matériel pour proposer une diagnose culturelle fiable. Elles peuvent être cependant attribuées au Paléolithique moyen. Les couches 3 et 4 (4a et 4b) ont été fouillées sur une superficie suffisante pour livrer un matériel archéologique caractéristique de l’Atérien : technique Levallois et micro Levallois, pièces laminaires, racloirs. Par comparaison, les couches 6 et 8, bien qu’ayant livré peu de matériel, sont attribuées elles aussi à l’Atérien. Il faut souligner le fait que dans les couches 3 et 4, l’absence de pièces pédonculées dans les séries lithiques, pourtant « attendues » dans un contexte atérien, ne s’explique pas par une sous-représentativité de l’échantillon (couche 3 : n = 286 ; couche 4 : n = 157). Cela nous amène à considérer que la présence de ces pièces caractéristiques n’est pas un critère suffisant pour caractériser l’Atérien, toutes les autres composantes de l’industrie étant présentes, et à nous interroger sur les raisons de leur absence : non produites (faciès d’activités), ou bien emportées ailleurs, dans le site ou hors du site (fractionnement des activités dans l’espace) ?

13Les données apportées par la microfaune et la macrofaune sont également importantes pour préciser les conditions de remplissage et la nature de certaines occupations à El Harhoura 2. Ainsi, l’étude taphonomique des microvertébrés indique une bonne préservation des dépôts qui n’ont pas (ou peu) été perturbés postérieurement à leur mise en place (Stoetzel, 2009 ; Stoetzel et al., 2011). La gazelle, qui est l’espèce majoritaire dans toutes les couches paléolithiques, a pu être accumulée par différents types de prédateurs qui pourraient être, pour les couches 3 à 5, des carnivores, associés ou non à l’Homme (Campmas, 2007 ; Campmas et al., 2008 ; Michel et al., 2009, 2010).

14Il faut enfin préciser que plusieurs types de perturbations syn- et post-dépositionnelles ont été identifiés : principalement la bioturbation contemporaine ou sub-contemporaine des dépôts, la bioturbation récente par des terriers (Ratel), et les perturbation d’origine anthropique (structures, creusement de fosses).

Fig. 2a : Plan de la grotte d’El Harhoura 2 situant les principales zones fouillées.

Fig. 2a : Plan de la grotte d’El Harhoura 2 situant les principales zones fouillées.

Les points rouges représentent les dosimètres posés avec une sphère de rayon de 30 centimètres environ (pointillés rouges) schématisant le volume à l'origine du débit de dose gamma

Fig. 2b : Profil de la grotte d’El Harhoura 2 présentant la succession stratigraphique du sondage avant.

Fig. 2b : Profil de la grotte d’El Harhoura 2 présentant la succession stratigraphique du sondage avant.

Les points rouges représentent les dosimètres posés avec une sphère de rayon de 30 centimètres environ (pointillés rouges) schématisant le volume à l'origine du débit de dose gamma

2.2.2 - El Mnasra

15La découverte du potentiel archéologique de la grotte d’El Mnasra par Jean Roche dans les années 1960 ne fut cependant pas suivie de fouilles par ce dernier. Ce n’est que 30 ans plus tard que des fouilles programmées furent engagées sous la direction de M.A. El Hajraoui (El Hajraoui, 1993, 2004). Elles se poursuivent actuellement, sous la codirection de M.A. El Hajraoui, A. Debénath et R. Nespoulet.

16L'extension maximale de la grotte d’El Mnasra est d'environ 230 m² sur une hauteur de 6 mètres. Les zones fouillées sont situées dans la partie profonde de la grotte. Outre un sondage de 4m² ayant atteint le substratum rocheux, près de 50 m² ont été dégagés jusqu’à la couche 7 (Atérien). Un sondage de 18 m², limité à la couche néolithique, a également été pratiqué dans le fond de la cavité (fig. 3).

17Le remplissage de la grotte d’El Mnasra est donc connu dans sa totalité, grâce au sondage. Son épaisseur maximale est de 4,4 mètres. Comme à El Harhoura 2, le remplissage est surtout caractérisé par l’abondance de la fraction sableuse, principalement d’origine éolienne, et sa grande homogénéité sédimentologique. Toutefois, d’autres processus sédimentaires peuvent avoir existé comme semble le démontrer une étude en cours (Lenoble, comm. pers.). La stratigraphie comporte 13 couches numérotées de haut en bas (fig. 3):

  • la couche 1, d’une épaisseur moyenne de 20 centimètres, contient des éléments modernes ;

  • la couche 2, d’une épaisseur maximale de 50 centimètres, correspond à un amas coquillier néolithique. Cette couche a livré 13 sépultures primaires (Nombre Minimum d’Individus : NMI = 18) ;

  • La couche 3, d’une épaisseur maximale de 50 centimètres, a livré des éléments qui peuvent être attribués au Paléolithique supérieur (Ibéromaurusien) ;

  • Les couches 4 à 13, d’épaisseurs variables (couche 9 : 10 centimètres, couche 12 : 70 centimètres) correspondent au Paléolithique moyen, bien que toutes n’aient pas livré de matériel archéologique. Ainsi, les couches 8, 9, 12 et 13 sont archéologiquement très pauvres, voire stériles. Les couches 4, 5, 6 et 7 sont attribuées à l’Atérien. Le peu de matériel archéologique découvert dans les couches 10 et 11 rend leur diagnose culturelle difficile, même si l’on peut retenir une attribution au Paléolithique moyen.

18De nombreux éléments culturels d’importance sont à souligner dans l’Atérien d’El Mnasra. Tout d’abord, une série significative de pièces pédonculées a été découverte dans les couches 4, 5, 6 et 7. Des fragments d’hématite, dont certains travaillés, ainsi qu’un gros galet ayant servi de molette à pigment, ont été découverts dans les couches 5 et 6 (Nespoulet et al., 2008a).

19Les couches 5 et 6 ont également livré une industrie osseuse particulièrement soignée, sous la forme de lissoirs façonnés sur des côtes de grands herbivores, parfois ocrés (El Hajraoui, 1994 ; Nespoulet et al., 2008a). Une série très importante de coquillages (Nassarius) dont certains perforés qui semblent avoir été apportés sur le site, a été découverte dans les couches 5, 6 et 7. Ces éléments sont considérés comme de possibles éléments de parure (Bouzouggar et al., 2007 ; d’Errico et al., 2009).

20Enfin, de nombreuses structures de combustion ont été découvertes dans les couches 5, 6 et 7, parfois associées à des empierrements complexes, comme c’est le cas dans la couche 6.

21L’étude des microfaunes (Stoetzel, 2009) et des macrofaunes se poursuit. Toutefois, on peut noter que les dépôts n’ont pas subi d’importantes perturbations syn- et post-dépositionnelles. D’une façon générale, le matériel osseux est mieux conservé à El Mnasra qu’à El Harhoura 2, probablement du fait de la position profonde de la zone de fouille. Les stigmates d’origine anthropiques sont donc plus lisibles sur les surfaces osseuses, et une grande partie de l’assemblage osseux de l’Atérien d’El Mnasra est d’origine anthropique (Campmas, étude en cours).

22Les deux séquences du Paléolithique moyen d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra, datées dans le cadre de cet article, présentent donc de nombreuses similarités : type de remplissage, gazelle comme taxon dominant, fond commun de l’industrie lithique et attribution culturelle. De nettes différences existent toutefois, comme l’absence ou la présence de pièces pédonculées, et surtout un état de préservation et une richesse archéologique exceptionnelle à El Mnasra.

Fig. 3a : Plan de la grotte d’El Mnasra situant les principales zones fouillées.

Fig. 3a : Plan de la grotte d’El Mnasra situant les principales zones fouillées.

Fig. 3b : Profil de la grotte d’El Mnasra présentant la succession stratigraphique de la zone de fouille principale.

Fig. 3b : Profil de la grotte d’El Mnasra présentant la succession stratigraphique de la zone de fouille principale.

3 - Matériel et méthodes

23Les méthodes radiométriques, qui datent directement les couches atériennes, ont permis d’envisager l’établissement de corrélations chronologiques entre ces cavités très proches et qui présentent un intérêt majeur dans la compréhension de l’évolution de la culture atérienne. Les manifestations de cette culture à El Harhoura 2 et El Mnasra ont pu ainsi être replacées dans un cadre chronologique plus large qui intègre d’autres sites importants de la région.

24Les dents fossiles prélevées dans les différentes couches des deux grottes ont été analysées par la méthode ESR-US. Pour El Harhoura 2, les échantillons sont EH0601 (couche 8), EH0603 (couche 5) et EH0605 (couche 4) (fig. 2). Ce sont des molaires ou prémolaires de boviné. Pour El Mnasra, il s’agit des échantillons EM0601 (couche 7b, Equus), EM0603 (couche 6a, boviné) et EM0604 (couche 6, Equus) (fig. 3).

25La méthode de datation utilisée (ESR-US) appliquée aux dents fossiles de grands herbivores (Grün et al. 1998 ; Falguères et al., 1999) et récemment aux dents fossiles humaines (Grün et al. 2006), combine les données de la résonance de spin électronique (ESR) et celles des séries de l’uranium (U-Th). Cette méthode permet de dater directement les périodes d’occupation humaine depuis le Pléistocène inférieur jusqu’à la fin du Pléistocène supérieur.

26Le principe de datation de la méthode U-Th (Ivanovich & Harmon, 1992) repose sur la différence de solubilité entre l’uranium soluble à l’état hexavalent et le thorium insoluble. L’équation d’âge suppose que l’uranium mesuré est entré au début de la fossilisation de l’échantillon et que la dent a depuis fonctionné en système clos. Le rapport entre 234U et 230Th qui s’est formé par la désintégration du premier élément cité donne l’âge de l’échantillon en tenant compte du déséquilibre qui existe entre 238U et 234U. Les échantillons ont été analysés par spectrométrie alpha. Ainsi, chaque tissu a été dissous dans de l’acide nitrique (HNO3) et un traceur 232U/228Th, d’activité et de quantité connues, a été ajouté à la solution. L’uranium et le thorium ont été séparés par résine anionique, puis déposés sur des plaques d’aluminium et comptés par les détecteurs alpha pendant une semaine environ (voir Wagner et al., 2010).

27La datation par ESR repose sur la quantification des dommages créés au sein d’un minéral par une exposition aux radiations naturelles (Ikeya, 1993 ; Falguères & Bahain, 2002). Dans le cadre de cette étude, elle est appliquée à des dents d’herbivores. L’émail dentaire est en général minéralisé à plus de 95 % et contient très peu d’eau et de matière organique. Deux grandeurs sont mesurées pour calculer un âge ESR. La paléodose ou dose équivalente (DE) qui correspond à la dose reçue par l’échantillon depuis son enfouissement ou sa formation. Elle a été mesurée par spectrométrie ESR sur un échantillon au préalable tamisé à 100-200 m, séparé en une dizaine d’aliquotes irradiées artificiellement à des doses croissantes (entre 60 et 1500 Gy pour cette étude) dans un irradiateur de type GammaCell 220 muni de sources de 60Co. La mesure de la DE a été effectuée sur un spectromètre ESR Bruker, en bande-X. La figure 4 montre la courbe de croissance de l’échantillon EM0601. Chaque point correspond à la mesure de l’intensité d’un signal asymétrique à g = 2,0018 et la DE a été déterminée par la méthode de l’addition utilisant une fonction exponentielle simple, SSE (Yokoyama et al., 1985 ; Grün, 1989). D’autres fonctions ont été utilisées quand la courbe SSE ne s’ajustait pas correctement aux points expérimentaux (Duval et al., 2009). Le protocole de préparation des échantillons est présenté par ailleurs en détail (Bahain et al., 2002).

28L’autre grandeur du rapport d’âge ESR est la dose annuelle (Da). Elle correspond à la somme des doses des différentes radiations ionisantes reçues par l’échantillon durant une année. Elle est calculée à partir des teneurs en radioéléments (U, Th et descendants, et 40K) de l'échantillon et du sédiment qui l'entoure. En général, la dose due au sédiment a été mesurée in situ par spectrométrie gamma portable (Mercier & Falguères, 2007) ou par des dosimètres qui ont été placés dans le sédiment pendant une période allant de 6 mois à 1 an. Une fraction de sédiment ainsi que les tissus qui composent la dent ont également été mesurés au laboratoire par spectrométrie gamma à bas bruit de fond et haute résolution. La contribution des rayons cosmiques a été prise en compte selon l’épaisseur des couches, la latitude et l’altitude du site (Prescott & Hutton, 1994).

29Le modèle ESR-US permet d’estimer l’histoire de l’incorporation de l’uranium dans les tissus qui composent une dent, en utilisant un paramètre, p, de diffusion. Il se différencie en cela des méthodes conventionnelles qui consistent à fixer une valeur pour p comme le modèle EU, «Early Uptake», où l’uranium est supposé avoir été incorporé en un temps très court après l’enfouissement de la dent (Bischoff & Rosenbauer, 1981) et le modèle LU, «Linear Uptake», qui suggère une incorporation de l’uranium à une vitesse constante (Ikeya, 1982).

30Pour calculer la concentration en uranium pour chaque tissu, la méthode ESR-US, mise au point il y a une vingtaine d’années (Grün et al., 1988), utilise une équation du type :

31où U(t) est la concentration en uranium au temps t, Um représente la concentration en uranium mesurée et T est l’âge. En utilisant les rapports isotopiques des séries de l’uranium et de la dose équivalente (DE), il a été possible de calculer l’évolution de la dose interne avec un domaine de définition limité cependant aux valeurs de p supérieures ou égales à -1, c'est-à-dire aux échantillons qui ne présentent pas de lessivage de l’uranium.

32Les âges ESR-US ont été calculés avec le programme DATA (Grün, 2009) en utilisant un facteur d’efficacité alpha de 0,13  0,02 (Grün & Katzenberger-Appel, 1994) et des facteurs d’atténuation beta (Marsh, 1999) tenant compte de l’épaisseur initiale de l’émail et des couches enlevées au cours de la préparation. La majorité des échantillons présente une géométrie dentine-émail-cément. Pour les deux qui ne présentent pas de cément (EH0601 et EH0603), une configuration dentine-émail-sédiment a alors été préconisée. La teneur en eau a été estimée à 3 % dans l’émail, 7 % dans la dentine et le cément, et 15 % dans le sédiment par rapport au poids sec. La spectrométrie gamma a été utilisée pour mesure U, Th et K dans les sédiments qui ont livré les dents. La dose a été calculée en tenant compte des données présentées dans Adamiec et Aitken (1998).

Fig. 4: Courbe de croissance de l’échantillon d’émail dentaire fossile (EM0601).

Fig. 4: Courbe de croissance de l’échantillon d’émail dentaire fossile (EM0601).

Conditions de mesure : 10 mW de puissance micro-onde ; 0,1 MT de modulation d'amplitude, 10 mT de fenêtre de balayage, 80 ms de constante de temps et 100 kHz de modulation de fréquence, chaque point ayant été mesuré trois fois

4 - Résultats

33Le tableau 1 récapitule les données isotopiques, les teneurs en uranium, les épaisseurs d’émail (initiale et enlevée) et les doses équivalentes des échantillons des deux sites. Les teneurs en uranium, très homogènes, oscillent entre 3,30 et 5,90 ppm dans la dentine et le cément, et sont inférieures à 0,20 ppm dans l’émail. De même, les rapports 234U/238U présentent des valeurs comprises entre 1,045 et 1,26. L’émail de EH0605 (El Harhoura 2, couche 4a) est une exception puisqu’il présente une teneur en uranium très faible à la limite de la mesure (0,04 ppm). Les rapports isotopiques pour ce tissu sont donc accompagnés d’une erreur importante. Cependant, cet échantillon présente une DE plus faible (de près de 30 %) que celle des autres échantillons pour lesquels les valeurs s’échelonnent entre 28 et 44 Gy. Compte tenu de l’homogénéité des résultats obtenus, EH0605 est vraisemblablement plus récent que les autres échantillons.

34Le tableau 2 présente les différentes contributions de la dose annuelle, les valeurs de p calculées pour chaque tissu et les âges obtenus par la méthode ESR-US. Compte tenu de la faible concentration en uranium dans les tissus, il est logique que la dose externe représente plus de 80 % de la dose totale annuelle.

35Pour les dents d’El Mnasra, les valeurs de p sont comprises entre 0 et -1 avec une incorporation de l’uranium quasiment en mode LU (incorporation constante au cours du temps) pour la dent EM0604 (couche 6). Les deux autres échantillons présentent des valeurs de p très regroupées comprises entre -0.6 et -0.7 suggérant une histoire géochimique analogue pour ces échantillons notamment pour l’incorporation de l’uranium.

36Les échantillons d’El Harhoura 2 montrent des résultats différents, en particulier dans les valeurs de p. Celles-ci indiquent une incorporation récente de l’uranium dans l’émail avec une valeur élevée (supérieure à 10) pour EH0605. En revanche, les valeurs de p pour la dentine et le cément oscillent autour de 0 suggérant une incorporation proche du modèle LU.

37D’une façon générale, pour les deux sites, les échantillons les plus vieux EM0604 et EH0601 (couche 8) (autour de 90 ka) montrent une incorporation quasiment constante de l’uranium au cours du temps. Ils proviennent des couches les plus anciennes dans la stratigraphie parmi celles qui ont livré des échantillons à analyser. Viennent ensuite les deux échantillons d’El Mnasra, EM0601 (couche 7b) et EM0603 (couche 6a), qui présentent des valeurs de p comprises entre 0 et -1, suggérant une incorporation exponentielle de l’uranium avec des âges autour de 60-70 ka. EH0603 provenant de la couche 5 présente un âge contemporain des deux dents précédentes avec cependant une histoire géochimique bien différente et une incorporation de l’uranium récente (p > 0). Enfin, la dent EH0605, issue de la couche 4, présente un âge plus récent avec une DE plus petite, de l’ordre de 30 % au minimum, que celle de tous les autres échantillons. Si l’on prend en compte la très faible teneur en uranium dans l’émail qui induit des erreurs importantes sur les rapports isotopiques notamment, il devient difficile d’attribuer un âge précis à la couche 4 ; cependant, si l’on se fie à l’âge de l’échantillon disponible, celle-ci semble nettement plus récente que les couches sous-jacentes.

Tab. 1: Données isotopiques, teneur en uranium, épaisseur de l’émail et doses équivalentes.

Tab. 1: Données isotopiques, teneur en uranium, épaisseur de l’émail et doses équivalentes.

E = émail, D = dentine, C = cément. Les erreurs obtenues sur les rapports isotopiques sont données avec ± 1 sigma. L'épaisseur initiale et celle enlevée de l'émail sont prises en compte dans le calcul des âges. * Le premier nombre correspond à l'émail ôté côté dentine-émail, le second nombre au côté cément (ou sédiment)-émail

Tab. 2: Dose annuelle, facteurs p pour chaque tissu, et âges obtenus accompagnés d’une erreur de 1 sigma.

Tab. 2: Dose annuelle, facteurs p pour chaque tissu, et âges obtenus accompagnés d’une erreur de 1 sigma.

La dose externe comprend la dose due au sédiment et celle due aux cosmiques. Deux types de mesures ont été réalisés : environ 100 g de sédiment sans tri préalable ont été mesurés un mois après leur mise en boite, et des dosimètres TL ont été placés à l'endroit où les sédiments analysés ont été prélevés

5 - Discussion et conclusions

38Les assemblages fauniques des deux sites qui présentent de nombreuses similitudes, proviennent d’activités de prédation humaine et non humaine. Toutefois, même lorsqu’elle se fait plus discrète, la présence des hommes est attestée par des traces de découpes et une industrie lithique en très bon état de conservation. Ce qui revient à dire que les dents fossiles d’herbivores datées dans ce travail sont bien contemporaines des périodes d’occupations humaines, même brèves. La bonne préservation des ensembles stratigraphiques identifiés à la fouille est attestée, comme nous l’avons rappelé, par l’étude taphonomique des microvertébrés. D’autre part, une série de phalanges de Bos primegenius a été trouvée en connexion anatomique dans la couche 4a d’El Harhoura 2, ce qui indique une faible modification de sa position initiale après enfouissement. Il reste cependant vrai que des perturbations importantes ont été causées par l’Homme ou par des animaux fouisseurs, à El Harhoura 2 comme à El Mnasra. Ces perturbations ont, pour la plupart, été identifiées à la fouille, mais dans certains cas, notamment pour les fouilles plus anciennes, cette identification n’a pas toujours été aisée. La présence d’un carnivore tel que le Ratel qui a creusé des terriers dans le niveau 5 d’El Mnasra pose la question d’un éventuel remaniement des objets. Les résultats obtenus sur les dents des couches 6a et 7b donnent des âges qui ne suivent pas l’ordre stratigraphique. Ceci pourrait s’expliquer en partie par un tel remaniement, que les datations mettraient alors en évidence.

39D’autre part, la nouvelle étude lithostratigraphique (A. Lenoble, comm. pers.), montre que la succession des couches à El Mnasra est très difficile à suivre, en particulier pour les niveaux concernés 7, 6 et 5.

40D’un point de vue biostratigraphique, les deux sites de Témara se rapprochent du niveau supérieur de la grotte des Félins de Oulad Hamida 2 à Casablanca car on observe dans les trois gisements la présence des grands herbivores tels que Stephanorhinus hemitoechus, Gazella dorcas et Gazella atlantica, Bos Primigenius, Connochaetes taurinus et le phacochère (Phacochoerus africanus) (Raynal et al., 2008). L’absence de Sus scrofa dans la grotte des Félins, dont le remplissage s’est déposé en contexte très aride, suggère une plus grande ancienneté que les sites de Témara. Au Pléistocène supérieur, la plus ancienne phase d’aridité au Maghreb a été observée entre 115 et 95 ka (Stokes et al., 1997). A Témara, la présence de l’homme, celles de l’hippopotame et du sanglier (Sus scrofa) semblent indiquer que des points d’eau étaient proches des sites.

41L’établissement d’un cadre chronologique est très important pour les deux sites de Témara qui présentent des successions culturelles semblables du Paléolithique moyen au Néolithique. Le site d’El Harhoura 2 a livré des niveaux contenant des industries du Paléolithique supérieur (couche 2, Ibéromaurusien). La datation de la couche 4, l’avant-dernière de la séquence atérienne, prend alors un sens particulier et pourra donner des informations majeures concernant la période située entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur dans cette région. En effet, comme l’ensemble des industries du Paléolithique moyen d’El Harhoura 2, la couche 3, qui a livré près de 300 pièces, dont une quarantaine d’outils est dépourvue de pièces pédonculées. La question de la valeur de ‘fossile directeur’ de ces pièces emblématiques est donc posée. Mais au-delà de la signification culturelle des assemblages lithiques, la nouvelle chronostratigraphie des dépôts de la fin du Pléistocène supérieur d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra ouvre des perspectives prometteuses concernant l’enregistrement sédimentaire et biochronologique d’une période encore peu documentée sur cette partie de la façade atlantique du Maroc. Les âges OSL réalisés également dans les deux sites, proposent une chronologie plus ancienne et plus courte dans le temps, qui s’échelonne entre 112 et 95 ka pour les couches considérées, et jusqu’à 130 ka pour les niveaux les plus anciens (travaux de Z. Jacobs dans le rapport de fouille 2010). Les âges ESR-U/Th, plus récents, proposent une fourchette plus étalée dans le temps entre 92 et 44 ka pour la période d’occupation des Atériens. Ils sont par ailleurs en accord avec les âges obtenus sur plusieurs sites atériens (fig. 5).

42A Dar es Soltane 1, les couches atériennes sont datées par OSL d’une période comprise entre 110-115 ka et 60-70 ka (Barton et al., 2009). Les couches 6 et 5 de Mugharet el Aliya, près de Tanger, qui ont livré des artefacts suggérant clairement une appartenance à la culture atérienne ont été datées entre 35 et 60 ka par ESR sur dents fossiles (Wrinn & Rink, 2003). Des analyses radiométriques par OSL et TL ont montré qu’à la grotte du Rhafas (près d’Oujda), la transition (remplacement) Moustérien-Atérien s’est effectuée entre 80 et 60 ka et vraisemblablement entre 70 et 60 ka (Mercier et al., 2007). A Ifri n’Ammar, dans le Rif, des datations par TL indiquent des dates plus anciennes que 170 ka pour la base du remplissage, qui est caractérisé par une industrie du Paléolithique moyen sans pièces pédonculées. En remontant dans la séquence, 3 autres ensembles stratigraphiques ont livré alternativement des industries lithiques avec et sans pièces pédonculées, qui se succèdent jusqu’à -80ka (Richter et al., 2010). A Taforalt, un ensemble de datations permet de proposer une période comprise entre 70 et 90 ka contemporaine des autres sites atériens importants (Bouzouggar et al., 2007).

43Ce corpus de dates obtenu à partir de méthodes différentes suggère un enracinement très ancien de la culture atérienne dans le nord-ouest africain. Cela pose bien sûr la question de la filiation entre Moustérien et Atérien, ce dernier ne pouvant plus être considéré comme un phénomène culturel relativement récent au sein du Paléolithique moyen. Si l’on retient que le cadre chronoculturel de l’Afrique du Nord doit être repensé, une question plus générale et structurante peut également être mise en avant : le rôle géographique et paléoclimatique joué par cette région durant les stades isotopiques 6 et 5, à l’échelle des mouvements de populations animales et humaines, non seulement du Maghreb, mais également de l’Afrique sub-saharienne et de la zone méditerranéenne. Deux modèles s’opposent alors. Cette région, située entre l’océan atlantique d’une part et les massifs de l’Atlas d’autre part, a-t-elle vraiment été un « terminus » géographique » comme cela a souvent été proposé ? Ou bien n’a-t-elle pas eu des rôles différents selon les périodes, comme zone refuge (les régions littorales) ou de zone de passage ? Les datations obtenues à El Harhoura 2 et El Mnasra font apparaître non seulement la difficulté inhérente à l’étude des stratigraphies en grottes de la région de Rabat-Témara, mais apportent aussi un éclairage sur la complexité des peuplements humains au Maroc et en Afrique du Nord durant le Pléistocène supérieur.

Fig. 5 : Différentes chronologies obtenues à partir de méthodes de datation sur les principaux sites atériens du Maroc en fonction de la courbe isotopique marine pour les derniers 140 ka (Bassinot et al., 1994).

Fig. 5 : Différentes chronologies obtenues à partir de méthodes de datation sur les principaux sites atériens du Maroc en fonction de la courbe isotopique marine pour les derniers 140 ka (Bassinot et al., 1994).
Haut de page

Bibliographie

ADAMIEC G. & AITKEN M.J., 1998 - Dose-rate conversion factors: update. Ancient TL, 16 (2), 37–50.

BAHAIN J.-J., LAURENT M., FALGUÈRES C., VOINCHET P., FARKH S. & TISSOUX H., 2002 - Datation par résonance paramagnétique électronique (RPE) des formations fluviatiles pléistocènes et des gisements archéologiques ou paléontologiques associés. Quaternaire, 13 (2), 91-103.

BAR-YOSEF O., 1995 - The Lower and Middle Paleolithic in the Mediterranean Levant: chronology and cultural entities. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 62, 246-263.

BAR-YOSEF O. & VANDERMEERSCH B., 1993 - Modern humans in the Levant. Scientific American, 268 (4), 94-100.

BARTON R.N.E., BOUZOUGGAR A., COLLCUTT S.N., SCHWENNINGER J.-L. & CLARK- BALZAN L., 2009 - OSL dating of the Aterian levels at Dar es-Soltan I (Rabat, Morocco) and implications for the dispersal of modern Homo sapiens. Quaternary Science Reviews, 28 (19-20), 1914-1931.

BASSINOT F.C., LABEYRIE L., VINCENT E., QUIDELLEUR X., SHACKLETON N.J. & LANCELOT Y., 1994 - The astronomical theory of climate and the age of the Brunhes-Matuyama magnetic reversal. Earth and Planetary Science Letters, 126 (1-3), 91-108.

BISCHOFF J.L. & ROSENBAUER R.J., 1981 - Uranium-series dating of human skeletal remains from the Del Mar and Sunnyvale sites, California. Science, 213 (4511), 1003-1005.

BOUDAD L., HAMOUTI K. & LENOBLE A., 2009 - Stratigraphie et sédimentologie de la grotte d’El Harhoura 2. In R. Nespoulet & M.A. El Hajraoui, Rapport d'activité 2009 de la Mission archéologique El Harhoura-Témara. Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, Ministère de la Culture, Rabat, 10-11.

BOUZOUGGAR A., BARTON N., VANHAEREN M., D’ERRICO F., COLLCUTT S., HIGHAM T., HODGE E., PARFITT S., RHODES E., SCHWENNINGER J.-L., STRINGER C., TURNER E., WARD S., MOUTMIR A. & STAMBOULI A., 2007 - 82,000-year-old shell beads from North Africa and implications for the origins of modern human behavior. Proceedings of the National Academy of Sciences, 104 (24), 9964 -9969.

CAMPMAS E., 2007 - Etude taphonomique et archéozoologique du matériel faunique de la grotte d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc). Mémoire de Master 2, Université Bordeaux 1, Bordeaux, 75 p.

CAMPMAS E., MICHEL P., AMANI F., COCHARD D., COSTAMAGNO S., NESPOULET R. & EL HAJRAOUI M.A., 2008 - Comportements de subsistance à l’Atérien et au Néolithique au Maroc atlantique: premiers résultats de l’étude taphonomique et archéozoologique des faunes d’el Harhoura 2 (région de Témara, Maroc). In H. Aouraghe, H. Haddoumi & K. El Hammouti (eds.), Le Quaternaire marocain dans son contexte méditerranéen. Actes de la quatrième rencontre des quaternaristes marocains (RQM4), Oujda, 15-17 novembre 2007. Volume 2 : Paléontologie, Taphonomie et Préhistoire. Publications de la Faculté des Sciences d’Oujda, Oujda, 236-254.

DEBÉNATH A., 2000 - Le peuplement préhistorique du Maroc: données récentes et problèmes. L’Anthropologie, 104 (1), 131-145.

DEBÉNATH A., RAYNAL J.-P., & TEXIER J.-P., 1982 - Position stratigraphique des restes humains paléolithiques marocains sur la base des travaux récents. Comptes Rendus des Séances de l'Académie des Sciences. Série 2, Mécanique, Physique, Chimie, Sciences de la Terre, Sciences de l'Univers, 294 (6), 1247-1250.

DEBÉNATH A., RAYNAL J.-P., ROCHE J., TEXIER J.-P. & FEREMBACH D., 1986 - Stratigraphie, habitat, typologie et devenir de l’Atérien marocain: données récentes. L’Anthropologie, 90 (2), 233-245.

DEBÉNATH A. & SBIHI-ALAOUI F.-Z., 1979 - Découverte de deux nouveaux gisements préhistorique près de Rabat (Maroc). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 76 (1), 10-14.

DEBÉNATH A. & LACOMBE J.-P., 1986 - Remarques sur la double sépulture néolithique du gisement d’El Harhoura II (province de Témara), Maroc. Arqueologia 13, 120-125.

D’ERRICO F., VANHAEREN M., BARTON N., BOUZOUGGAR A., MIENIS H., RICHTER D., HUBLIN J.-J., MCPHERRON S.P. & LOZOUET P., 2009 - Additional evidence on the use of personal ornaments in the Middle Paleolithic of North Africa. Proceedings of the National Academy of Sciences, 106 (38), 16051-16056.

DUVAL M., GRÜN R., FALGUÈRES C., BAHAIN J.-J. & DOLO J.-M., 2009 - ESR dating of Lower Pleistocene fossil teeth: limits of the single saturating exponential (SSE) function for the equivalent dose determination. Radiation Measurements, 44 (5-6), 477-482.

EL HAJRAOUI M.A., 1993 - Nouvelles découvertes néolithiques et atériennes dans la région de Rabat Grotte d’Elmnasra. Mediterraneo, 2, 105-121.

EL HAJRAOUI M.A., 1994 - L’industrie osseuse atérienne de la grotte d’El Mnasra (Région de Témara, Maroc). Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 3, 91-94.

EL HAJRAOUI M.A., 2004 - Le Paléolithique du domaine mésetien septentrional. Données récentes sur le littoral Rabat, Témara et la Mamora, Thèse d’Etat, Université Mohamed V, Rabat, 347 p.

FALGUÈRES C. & BAHAIN J.-J., 2002 - La datation par résonance paramagnétique électronique (RPE). In J.-C. Miskovsky (ed.), Géologie de la Préhistoire : Méthodes, Techniques, Applications. 2de édition, Géopré, Paris, 1273-1296.

FALGUÈRES C., BAHAIN J.-J., YOKOYAMA Y., ARSUAGA J.L., BERMUDEZ DE CASTRO J.M., CARBONELL E., BISCHOFF J.L. & DOLO J.-M., 1999 - Earliest Humans in Europe : the age of Atapuerca fossils, Spain. Journal of Human Evolution, 37 (3-4), 343-352.

GRÜN R., 1989 - Electron spin resonance (ESR) dating. Quaternary International, 1, 65-109.

GRÜN R., 2006 - Direct dating of human remains. Yearbook of Physical Anthropology, 131 (Suppl. 43), 2-48.

GRÜN R., 2009 - The DATA program for the calculation of ESR age estimates on tooth enamel. Quaternary Geochronology, 4 (3), 231–232.

GRÜN R., HUANG P.H., HUANG W., MCDERMOTT F., STRINGER C.B., THORNE A. & YAN G., 1998 - ESR and Useries analyses of teeth from the palaeoanthropological site of Hexian, Anhui Province, China. Journal of Human Evolution, 34 (6), 555-564.

GRÜN R. & KATZENBERGER-APEL O., 1994 - An alpha-irradiator for ESR dating. Ancient TL, 12 (2), 35–38.

GRÜN R., MAROTO J., EGGINS S., STRINGER C., ROBERTSON S., TAYLOR L., MORTIMER G. & MCCULLOCH M., 2006 - ESR and U-series analyses of enamel and dentine fragments of the Banyoles mandible. Journal of Human Evolution, 50 (3), 347-358.

GRÜN R., SCHWARCZ H.P. & CHADAM J.M., 1988 - ESR dating of tooth enamel : coupled correction for U-uptake and U-series disequilibrium. Nuclear Tracks and Radiation Measurements, 14 (1-2), 237-241.

HUBLIN J.-J., 1992 - Recent Human Evolution in Northwestern Africa. Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series B, Biological Sciences, 337 (1280), 185-191.

HUBLIN J.-J., 2001 - Northwestern African Middle Pleistocene hominids and their bearing on the emergence of Homo sapiens. In L. Barham & K. Robson-Brown (eds.), Human Roots. Africa and Asia in the Middle Pleistocene. Western Academic & Specialist Press for the Centre for Human Evolutionary Research at the University of Bristol (CHERUB), Bristol, 99-121.

IKEYA M., 1982 - A model of linear uranium accumulation for ESR age of Heidelberg (Mauer) and Tautavel bones. Japanese Journal of Applied Physics, 21 (11), L690-L692.

IKEYA M., 1993 - New Applications of Electron Spin Resonance: Dating, Dosimetry and Microscopy. World Scientific Publishing, Singapore, 520 p.

IVANOVICH M. & HARMON R.S., 1992 - Uranium-series disequilibrium: Applications to Earth, Marine and Environmental Sciences. 2nd edition, Clarendon Press, Oxford, 910 p.

LEAKEY M.D. & HAY R.L., 1982 - The chronological position of the fossil hominids of Tanzania. In L'Homo erectus et la place de l'homme de Tautavel parmi les Hominidés fossiles. 1er congrès international de paléontologie humaine, Nice, 16-21 octobre 1982. Institut de Paléontologie Humaine, Paris, vol. 2 ,753-765.

MARSH R., 1999 - Beta-gradient isochrons using electron paramagnetic resonance: towards a new dating method in archaeology. MSc thesis, McMaster University, Hamilton, 248 p.

MCBREARTY S., 1990 - The origin of modern humans. Man, 25 (1), 129-143.

MCBREARTY S. & BROOKS A.S., 2000 - The revolution that wasn’t: a new interpretation of the origin of modern human behavior. Journal of Human Evolution, 39 (5), 453-563.

MERCIER N. & FALGUÈRES C., 2007 - Field gamma dose-rate measurement with a NaI(Tl) detector: re-evaluation of the ‘threshold’ technique. Ancient TL, 25 (1), 1–4.

MERCIER N., WENGLER L., VALLADAS H., JORON J.L., FROGET L. & REYSS J.-L., 2007 - The Rhafas Cave (Morocco): chronology of the Mousterian and Aterian archaeological occupations and their implications for Quaternary geochronology based on luminescence (TL/OSL) age determinations. Quaternary Geochronology, 2 (1-4), 309–313.

MICHEL P., CAMPMAS E., STOETZEL E., NESPOULET R., EL HAJRAOUI M.A. & AMANI, F., 2009 - La macrofaune du Pléistocène supérieur d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc) : données préliminaires. L’Anthropologie, 113 (2), 283-312.

MICHEL P., CAMPMAS E., STOETZEL E., NESPOULET R., EL HAJRAOUI M.A. & AMANI F., 2010 - Upper Palaeolithic (layer 2) and Middle Palaeolithic (layer 3) large faunas from El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco): paleontological, paleoécological and paleoclimatic data. Historical Biology, 22 (1), 327-340.

NESPOULET R., EL HAJRAOUI M.A., AMANI F., BEN NCER A., DEBÉNATH A., EL IDRISSI A., LACOMBE J.-P., A., MICHEL P., OUJAA A. & STOETZEL E., 2008a - Palaeolithic and Neolithic Occupations in the Témara region (Rabat, Morocco): Recent Data on Hominin Contexts and Behavior. African Archaeological Review, 25 (1-2), 21-39.

NESPOULET R., DEBÉNATH A., EL HAJRAOUI M.A., MICHEL P., CAMPMAS E., OUJAA A., BEN NCER A., LACOMBE J.-P., AMANI F., STOETZEL E. & BOUDAD L., 2008b - Le contexte archéologique des restes humains atériens de la région de Rabat-Témara (Maroc): apport des fouilles des grottes d’El Mnasra et d’El Harhoura 2. In H. Aouraghe, H. Haddoumi & K. El Hammouti (eds.), Le Quaternaire marocain dans son contexte méditerranéen. Actes de la quatrième rencontre des quaternaristes marocains (RQM4), Oujda, 15-17 novembre 2007. Volume 2 : Paléontologie, Taphonomie et Préhistoire. Publications de la Faculté des Sciences d’Oujda, Oujda, 356-375.

NESPOULET R., EL HAJRAOUI M.A. & DEBÉNATH A., 2011 - Las investigaciones arqueológicas en la región de Rabat-Témara, una región muy urbanizada y turística. Colección de Monografías del Museo Arqueológico de Tetuán, 3, 627-645.

OUJAA A., 1992 - Etude anthropologique de la double sépulture d’El Harhoura II (Maroc), Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 232 p.

Prescott J.R. & Hutton J.T., 1994 - Cosmic ray contributions to dose rates for luminescence and ESR dating: large depths and long-term time variations. Radiation Measurements, 23 (2-3), 497-500.

RAYNAL J.-P., AMANI F., GERAADS D., EL GRAOUI M., MAGOGAE L., TEXIER J.-P. & SBIHI-ALAOUI F.-Z., 2008 - La Grotte des Félins, site paléolithique du Pléistocène supérieur à Dar Bouazza (Maroc), L'Anthropologie, 112 (2), 182-200.

RICHTER D., MOSER J., NAMI M., EIWANGER J. & MIKDAD A., 2010 - New chronometric data from Ifri n’Ammar (Morocco) and the chronostratigraphy of the Middle Palaeolithic in the Western Maghreb. Journal of Human Evolution, 59 (6), 672-679.

SHEA J.J., 2001 - The Middle Paleolithic: Early Modern Humans and Neandertals in the Levant. Near Eastern Archaeology, 64 (1-2), 38-64.

STOETZEL E., 2009 - Les microvertébrés du site d’occupation humaine d’El Harhoura 2 (Pléistocène supérieur- Holocène, Maroc) : systématique, évolution, taphonomie et paléoécologie. Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 437 p.

STOETZEL E., MARION L., NESPOULET R., EL HAJRAOUI M.A. & DENYS C., 2011 - Taphonomy and palaeoecology of the late Pleistocene to middle Holocene small mammal succession of El Harhoura 2 cave (Rabat-Témara, Morocco). Journal of Human Evolution, 60 (1), 1-33.

STOKES S., THOMAS D.S.G. & WASHINGTON R., 1997 - Multiple episodes of aridity in southern Africa since the last interglacial period. Nature, 388 (6638), 154-158.

STRINGER C.B. & ANDREWS P., 1988 - Genetic and fossil evidence for the origin of modern humans. Science, 239 (4845), 1263-1268.

STRINGER C.B., 2002 - Modern Human Origins: Progress and Prospects. Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series B, Biological Sciences, 357 (1420), 563-579.

WAGNER G.A., KRBETSCHEK M., DEGERING M., BAHAIN J.-J., SHAO Q., FALGUÈRES C., VOINCHET P., DOLO J.-M., GARCIA T. & RIGHTMIRE G.P., 2010 - Radiometric dating of the type-site for Homo heidelbergensis at Mauer, Germany. Proceedings of the National Academy of Sciences, 107 (46), 19726-19730.

WRINN P.J. & RINK W.J., 2003 - ESR dating of tooth enamel from Aterian levels at Mugharet el’Aliya (Tangier, Morocco). Journal of Archaeological Science, 30 (1), 123–133.

YOKOYAMA Y., FALGUÈRES C. & QUAEGEBEUR J.-P., 1985 - ESR dating of quartz from Quaternary sediments: first attempts. Nuclear Tracks, 10 (4-6), 921–928.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Localisation géographique au Maroc des sites atériens importants en général et ceux de la Côte Atlantique Rabat-Témara en particulier
Crédits infographie R. Nespoulet
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2a : Plan de la grotte d’El Harhoura 2 situant les principales zones fouillées.
Légende Les points rouges représentent les dosimètres posés avec une sphère de rayon de 30 centimètres environ (pointillés rouges) schématisant le volume à l'origine du débit de dose gamma
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 2b : Profil de la grotte d’El Harhoura 2 présentant la succession stratigraphique du sondage avant.
Légende Les points rouges représentent les dosimètres posés avec une sphère de rayon de 30 centimètres environ (pointillés rouges) schématisant le volume à l'origine du débit de dose gamma
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3a : Plan de la grotte d’El Mnasra situant les principales zones fouillées.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 3b : Profil de la grotte d’El Mnasra présentant la succession stratigraphique de la zone de fouille principale.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Fig. 4: Courbe de croissance de l’échantillon d’émail dentaire fossile (EM0601).
Légende Conditions de mesure : 10 mW de puissance micro-onde ; 0,1 MT de modulation d'amplitude, 10 mT de fenêtre de balayage, 80 ms de constante de temps et 100 kHz de modulation de fréquence, chaque point ayant été mesuré trois fois
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tab. 1: Données isotopiques, teneur en uranium, épaisseur de l’émail et doses équivalentes.
Légende E = émail, D = dentine, C = cément. Les erreurs obtenues sur les rapports isotopiques sont données avec ± 1 sigma. L'épaisseur initiale et celle enlevée de l'émail sont prises en compte dans le calcul des âges. * Le premier nombre correspond à l'émail ôté côté dentine-émail, le second nombre au côté cément (ou sédiment)-émail
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tab. 2: Dose annuelle, facteurs p pour chaque tissu, et âges obtenus accompagnés d’une erreur de 1 sigma.
Légende La dose externe comprend la dose due au sédiment et celle due aux cosmiques. Deux types de mesures ont été réalisés : environ 100 g de sédiment sans tri préalable ont été mesurés un mois après leur mise en boite, et des dosimètres TL ont été placés à l'endroit où les sédiments analysés ont été prélevés
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 5 : Différentes chronologies obtenues à partir de méthodes de datation sur les principaux sites atériens du Maroc en fonction de la courbe isotopique marine pour les derniers 140 ka (Bassinot et al., 1994).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6127/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nouha Janati-Idrissi, Christophe Falguères, Roland Nespoulet, Mohamed Abdeljalil El Hajraoui, André Debénath, Lahcen Bejjit, Jean-Jacques Bahain, Patrick Michel, Tristan Garcia, Larbi Boudad, Kamal El Hammouti et Aïcha Oujaa, « Datation par ESR-U/th combinées de dents fossiles des grottes d’El Mnasra et d’El Harhoura 2, région de Rabat-Temara. Implications chronologiques sur le peuplement du Maroc atlantique au Pléistocène supérieur et son environnement », Quaternaire, vol. 23/1 | 2012, 25-35.

Référence électronique

Nouha Janati-Idrissi, Christophe Falguères, Roland Nespoulet, Mohamed Abdeljalil El Hajraoui, André Debénath, Lahcen Bejjit, Jean-Jacques Bahain, Patrick Michel, Tristan Garcia, Larbi Boudad, Kamal El Hammouti et Aïcha Oujaa, « Datation par ESR-U/th combinées de dents fossiles des grottes d’El Mnasra et d’El Harhoura 2, région de Rabat-Temara. Implications chronologiques sur le peuplement du Maroc atlantique au Pléistocène supérieur et son environnement », Quaternaire [En ligne], vol. 23/1 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/6127 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6127

Haut de page

Auteurs

Nouha Janati-Idrissi

Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, 1, rue René Panhard, F-75013 PARIS; Université Moulay-Ismaïl, Faculté des Sciences, LASMAR, URAC11 du CNRST, BP11201 Zeitoune, 50000, MEKNÈS, Maroc

Christophe Falguères

 Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, 1, rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : falguere@mnhn.fr Mustapha HaddadUniversité Moulay-Ismaïl, Faculté des Sciences, LASMAR, URAC11 du CNRST, BP11201 Zeitoune, 50000, MEKNÈS, Maroc. Courriel : mhaddad@fs‑umi.ac.ma

Articles du même auteur

Roland Nespoulet

Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, 1, rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : nespoulr@mnhn.fr

Articles du même auteur

Mohamed Abdeljalil El Hajraoui

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Avenue John Kennedy, Route des Zaers, BP 503 SOUISSI - RABAT, Maroc.

André Debénath

Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, 1, rue René Panhard, F-75013 PARIS.

Articles du même auteur

Lahcen Bejjit

 Université Moulay-Ismaïl, Faculté des Sciences, LASMAR, URAC11 du CNRST, BP11201 Zeitoune, 50000, MEKNÈS, Maroc. Courriel : bejjitl@yahoo.fr

Jean-Jacques Bahain

Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, 1, rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : bahain@mnhn.fr;

Articles du même auteur

Patrick Michel

Université Bordeaux 1, IPGQ – PACEA, UMR 5199 du CNRS, Bâtiment B8, Avenue des Facultés, F-33405 TALENCE. Courriel : P.michel@pacea.u‑bordeaux1.fr;

Articles du même auteur

Tristan Garcia

CEA, LIST, Laboratoire National Henri Becquerel, F-91191 GIF-SUR-YVETTE. Courriel : tristan.garcia@cea.fr;

Articles du même auteur

Larbi Boudad

Université Moulay-Ismaïl, Faculté des Sciences et Techniques, BP 509 Boutalamine, ERRACHIDIA, Maroc

Articles du même auteur

Kamal El Hammouti

Université Mohammed Premier, Faculté des Sciences, BP 524, 60000 OUJDA, Maroc

Aïcha Oujaa

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Avenue John Kennedy, Route des Zaers, BP 503 SOUISSI - RABAT, Maroc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals