Navigation – Plan du site

Altérations des artefacts préhistoriques en silex par les processus périglaciaires : présentation des expériences conduites au centre de géomorphologie du CNRS de Caen

Modifications of prehistoric flint artefacts by periglacial processes: presentation of experiments performed in « centre de géomorphologie du CNRS » of Caen
Luc Vallin, †Jean-Paul Caspar, †Gérard Guillemet, Bertrand Masson et Jean-Claude Ozouf
p. 259-266

Résumés

La confrontation entre les données paléoenvironnementales et les résultats d’analyse tracéologique d’artefacts en silex provenant de sites paléolithiques a amené à soupçonner le rôle de processus liés au gel du sol dans l’altération de la surface des silex ayant été soumis à des ambiances périglaciaires. Afin de vérifier cette hypothèse et d’examiner les modalités des phénomènes post-dépositionnels incriminés, des expériences de laboratoire ont été menées entre 2004 et 2007 au Centre de Géomorphologie du CNRS à Caen, où des modèles contenant des artefacts en silex ont été soumis à des cycles gel/dégel. Les premiers résultats, qui demandent à être confirmés et précisés par une étude tracéologique, montrent des modifications microscopiques de l’état de surface des silex enfouis dans le limon.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à exprimer nos remerciements au Laboratoire M2C de Caen et particulièrement aux chercheurs qui nous ont accueilli et nous ont fait bénéficier de leur aide et de leur conseil : Mme Marianne Ertlen-Font et Mr Jean-Pierre Coutard ; nos remerciements vont également à Mrs Charles Harris (Université de Cardiff), Julian Murton (Université du Sussex) et Michael Davies (Université de Dundee), qui nous ont aimablement autorisés à profiter de leur expérimentation, ainsi qu’aux membres de l’ACR « Taphonomie des assemblages lithiques du Paléolithique moyen en contexte périglaciaire », en particulier Dominique Cliquet qui a participé à la mise en place de l’expérience SECASI. Enfin nous remercions le Ministère de la Culture, dont le financement nous a permis de réaliser nos expérimentations.

1 - Introduction

1Les recherches taphonomiques conduites sur les assemblages lithiques paléolithiques se sont surtout orientées, depuis les années 1990, sur le rôle des processus périglaciaires, à partir de deux approches conjointes : d’une part les constatations effectuées sur certains sites pléistocènes européens, en particulier, ont mis en évidence la signature de phénomènes périglaciaires tels que la cryoturbation et la solifluxion ; parallèlement les mesures effectuées sur le terrain par les géomorphologues, en milieu périglaciaire actif, ont conduit les préhistoriens à une démarche déductive à partir des modèles dynamiques proposés par les spécialistes des sciences de la nature. On soulignera l’impact des travaux expérimentaux menés dans le massif du Chambeyron par Albert Pissart dans les années 1960-1970 (Pissart, 1964, 1972, 1987, Pissart et al., 1981) et par l’équipe de Géomorphologie du CNRS de Caen dans les années 1980 (Gabert & Lautridou, 1987 ; Van Vliet-Lanoë, 1987a, Coutard et al., 1988), parallèlement à différentes expériences de laboratoire (Van Vliet-Lanoë 1987b ; Coutard & Van Vliet-Lanoë, 1994 ; Harris et al., 1997 ; Coutard et al., 2000 ; Coutard, 2002).

2Les processus périglaciaires altèrent les sites archéologiques sur deux plans : la désorganisation de la disposition originelle des vestiges perturbe l’interprétation palethnographique des liaisons spatiales entre les objets (Wood & Johnson, 1978, Texier, 2000, Bertran et al., 2010), tandis que les objets archéologiques eux-mêmes subissent une série de dégradations : gélifraction, altération de surface. Le premier aspect a donné lieu à des expérimentations en milieu naturel, le plus souvent conduites par des équipes pluridisciplinaires (programme TRANSIT : Texier et al., 1998 ; programme Gavarnie : Bertran et al., 2009 ; Lenoble et al., 2009 ; voir aussi Hilton, 2003). Le transfert des résultats au champ d’étude archéologique suppose une extrapolation du facteur temps. Des simulations basées sur les mesures de déplacement des vestiges en milieu naturel ont permis de décrire les perturbations engendrées par la solifluxion sur des durées de quelques siècles et d’obtenir ainsi des configurations similaires à celles observées sur certains sites paléolithiques (Lenoble et al., 2008).

3Les artefacts lithiques paléolithiques, particulièrement en silex, présentent souvent des altérations entravant leur reconnaissance technologique, typologique et fonctionnelle : patine, ébréchures, modification de la microtopographie de surface, fissurations, fractures, etc. Certaines de ces modifications sont en relation avec les processus périglaciaires, l’illustration la plus évidente étant fournie par la gélifraction, qui a fait l’objet de programmes d’expérimentations au laboratoire de Caen (Lautridou & Ozouf, 1982 ; Lautridou, 1985). Même si les conditions régissant la gélifraction du silex sont encore mal connues, la reconnaissance des stigmates du gel sur de nombreuses séries paléolithiques est sans ambiguïté.

4Le rôle des processus périglaciaires dans l’altération de la surface des artefacts en silex est en revanche mal connu. La mise en évidence -sur le site paléolithique moyen d’Hermies « le Champ Bruquette » (Pas-de-Calais)- de silex taillés non utilisés mais portant des stigmates microscopiques semblables à ceux produits par le travail du bois, a soulevé le problème de la convergence morphologique des traces fonctionnelles et des altérations taphonomiques (Vallin et al., 2001). Des expériences d’utilisation de silex sur de la glace et sur différents matériaux gelés ont amené à poser l’hypothèse de l’existence d’un « poli de glace » (Caspar et al., 2003). Dans le cadre d’une Action Collective de Recherche conduite entre 2004 et 2007 et intitulée « Taphonomie des assemblages lithiques du Paléolithique moyen en contexte périglaciaire : approches expérimentale et archéologique à partir de sites du Nord-Ouest européen », nous avons effectué un certain nombre d’expériences, à la fois en milieu naturel et en laboratoire, afin de tester certaines hypothèses, dont celle de la formation de ce micropoli sous l’effet du gel des sols limoneux. L’expérimentation en laboratoire présente l’avantage, par rapport à l’expérimentation en milieu naturel, « d’accélérer le temps » pour simuler des durées entrant dans le champ de la préhistoire ancienne ; en revanche elle suppose, pour être transférée aux données archéologiques, que les paramètres utilisés respectent les conditions des environnements pléistocènes.

5Des expériences préliminaires ont été réalisées dans des congélateurs ménagers : des récipients de petite taille, remplis soit d’eau, soit de limon plus ou moins saturé en eau et contenant des silex fraîchement taillés, ont été soumis à plusieurs dizaines ou centaines de cycles gel/dégel brutaux. L’observation tracéologique des silex expérimentaux par l’un d’entre nous (J.-P. C.) a montré, sur les silex immergés dans l’eau, après 400 cycles, la formation d’un poli ténu s’apparentant morphologiquement au poli d’aspect mat laissé par une matière minérale meuble, et sur les silex enfouis dans le limon gorgé d’eau, un micropoli couvrant, à texture criblée, mat, également semblable à celui produit par le frottement contre un sédiment meuble. Ces altérations diffèrent morphologiquement à la fois du micropoli observé sur les artefacts paléolithiques d’Hermies et du micropoli provoqué par le frottement d’un matériau gelé. Ces expériences ont été suivies par des expériences de laboratoire, conduites au Laboratoire de Morphodynamique Continentale et Côtière (M2C) à Caen, UMR 6143 du CNRS, afin de respecter des conditions plus proches du milieu naturel.

2 - Les expériences conduites à Caen

2.1 - L’expérience secasi : protocole et déroulement

6L’expérience a été menée entre le 5 juillet 2004 et le 10 septembre 2007, dans une enceinte thermique Secasi.

7Le but en était de reproduire des mécanismes de cryoexpulsion, afin de tester l’effet du gel du sol sur la microtopographie des silex dans des conditions proches du milieu naturel. L’hypothèse de départ était que la friction, au sein du sédiment, d’éclats de silex sur des lentilles de glace interstitielle générerait la formation sur la surface des silex d’un micropoli spécifique. Ceci rendrait compte de certaines observations tracéologiques comme la localisation ponctuelle de ces microtraces sur certains artefacts paléolithiques, et leur limitation aux arêtes, alors que le micropoli de limon obtenu dans nos expériences préliminaires (attribué au frottement relatif d’un matériau de consistance plastique) est plus couvrant et s’étend aux parties concaves de la microtopographie des silex. Cette hypothèse suppose cependant que la pression et le mouvement relatif au sein du sédiment soient suffisants pour exercer une action tribologique. Le limon utilisé dans toutes nos expériences est un loess, constitué principalement de grains de quartz non usés, anguleux, de 10 à 50 µm, dont le potentiel abrasif a été constaté expérimentalement mais reste à mesurer par des analyses comparatives prenant en compte le classement granulométrique de l’encaissant.

8Les conditions d’apparition de la glace de ségrégation sont la présence d’une certaine humidité dans le sol et un gel lent, conditions bien réalisées au sommet du pergélisol, où les lentilles peuvent même être conservées d’une année sur l’autre si le pergélisol progresse vers le haut suite à l’accumulation de loess (Pissart, 1987). Nous avons, dans le protocole défini pour l’expérience, tenté de reproduire ces conditions, en construisant un modèle incluant un pergélisol et un horizon supérieur soumis à des cycles gel/dégel progressifs (« couche active »). Un bac en polyéthylène haute densité de 600 x 400 x 319 mm (contenance 60 litres) a été tapissé de fines couches basales de gravier puis de sable et rempli de 37 litres de limon loessique provenant du site paléolithique moyen d’Hermies-« le Tio Marché » (Pas-de-Calais) ; les côtés et le fond ont été isolés par du polystyrène extrudé de 40 mm (fig. 1). Une vingtaine de silex taillés a été répartie dans les deux horizons prévus, à diverses profondeurs et selon diverses inclinaisons de leur plan de détachement, alors qu’un silex de grande dimension, fiché verticalement, occupait toute la hauteur du modèle ; la base de cet éclat devait être emprisonnée dans le pergélisol (fig. 2).

9La mesure des températures a été réalisée à l’aide de capteurs de type Thermistances YSI 44040 2000 à 25°C et d’un système d’acquisition Ecureuil GRANT à mémoire de 40 000 mesures. Le nombre de points de mesure était de cinq (Air, -5 cm, -7,5 cm, -11,5 cm, 19,5 cm). Le contrôle de la teneur en eau a été effectué par une sonde capacitive de surface (profondeur active : environ 2 cm) et la progression du front de gel a été suivie à l’aide d’une tige métallique que l’on enfonçait dans le limon.

10En pratique, deux difficultés se sont présentées (en dehors des incidents techniques) :

11- le maintien d’une teneur en eau suffisante, en raison de la cryodessiccation d’une part et de la faible porosité du sédiment d’autre part, entravant l’efficacité de l’humidification par aspersion ; la teneur en eau pondérale du limon, mesurée à 22 % au début de l’expérience, a varié ensuite entre 19,2 % et 28,6 % ;

12- le contrôle de la hauteur du pergélisol, vraisemblablement à cause de la faible dimension du modèle, dont l’inertie thermique est difficile à contrôler.

13L’enceinte thermique a été débranchée le 31 juillet 2007, après 100 cycles gel/dégel et trois ans de fonctionnement ; les températures ont été mesurées jusqu’au 10 septembre 2007. Les courbes de relevé horaire des températures montrent que la durée des cycles a été très inégale ; elle tendait cependant à se stabiliser autour de 7 à 8 jours, comprenant 7 jours de refroidissement de l’air suivi d’un peu plus d’une journée de réchauffement de l’air (fig. 3). Cette durée apparaît insuffisante pour provoquer un dégel suffisant de la couche superficielle : le nombre de cycles gel/dégel de la couche supérieure du sol est à peu près inférieur de moitié au nombre de cycles de la température de l’air (tab. 1). Cependant la température maximale de l’air a varié selon les cycles, de +11 à +21°C ; ceci a entraîné à l’inverse, en fonction de la durée du réchauffement, la disparition du pergélisol à plusieurs reprises, brièvement ou pendant plusieurs jours (fig. 4). La température de cette couche profonde, pendant les périodes d’engel, se situait le plus souvent entre –8°C et –16°C ; elle pouvait être, durant certains cycles, inférieure à la température minimum de l’air.

14Le modèle a été démonté le 8 octobre 2007 : le bac a été fouillé finement, la position finale des 20 artefacts exhumés a été mesurée par rapport aux parois du récipient, ce qui entraîne une imprécision de l’ordre du centimètre sur le plan horizontal, à cause de la déformation des bords.

15A l’issue de l’expérience la surface du limon était irrégulière, légèrement bosselée et parcourue de fissures d’épaisseur millimétrique (fig. 5). Le limon n’était pas compacté et aucune structuration n’était perceptible. Quatre silex (MB20a, MB4K, MB4E et MB4F) dépassaient de la surface du sol, soit trois de plus qu’à l’origine de l’expérience ; une photographie prise en novembre 2006, après 85 cycles, montre que ces trois derniers objets affleuraient alors, dans des fissures du sédiment dont la topographie de surface était très irrégulière (fig. 6). La comparaison des positions des artefacts au début et à la fin de l’expérience ne montre cependant pas de mouvement notable si l’on tient compte de la marge d’imprécision des mesures et du tassement du sédiment (tab. 2).

16Les déplacements verticaux en particulier sont minimes : contrairement à ce qui était attendu, les mesures montrent plutôt une subsidence des objets, allant de quelques millimètres à 2 cm ; les mouvements des objets pourraient être attribués à la rétractation du limon qui n’était plus alimenté en eau à la fin de l’expérience : ceci est visible sur les parois et sur les artefacts émergeants qui montraient les traces des variations de niveau du limon. La faible mobilité des éléments inclus dans le limon peut être attribuée à la faible teneur en eau ; les mesures hydriques réalisées en milieu périglaciaire actif montrent en effet, dans les secteurs où s’exprime la gélifluxion, des valeurs nettement supérieures.

17Les artefacts ne montrent pas de stigmates macroscopiques. En raison du décès brutal de Jean-Paul Caspar, ils n’ont pas encore fait l’objet d’examen tracéologique. Cependant l’observation préliminaire de deux artefacts par l’un d’entre nous (LV), au microscope métallographique avec un grossissement de 200 fois, a montré la formation d’un micropoli plus ou moins prononcé, semblable à celui qui peut être obtenu par frottement artificiel sur de la glace (Caspar et al., 2003) ; ce micropoli est localisé en particulier sur le bulbe (MB20a), sur certaines zones de la face ventrale et sur des arêtes de la face dorsale (MB4F).

Fig. 1 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI.

Fig. 1 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI.

Seul le silex MB20a émerge du limon (cliche L. Vallin).

Fig. 2 : Situation des répliques d’artefacts en silex dans le bac de limon.

Fig. 2 : Situation des répliques d’artefacts en silex dans le bac de limon.

Vue en plan (haut) et en coupe (bas) (dessin B. Masson).

Tab. 1 : Nombre de cycles de gel enregistrés dans l’air et à différentes profondeurs du sol (expérience SECASI).

Tab. 1 : Nombre de cycles de gel enregistrés dans l’air et à différentes profondeurs du sol (expérience SECASI).

Fig. 3 : Courbe des températures des cycles 62 à 75.

Fig. 3 : Courbe des températures des cycles 62 à 75.

Fig. 4 : Courbe des températures des cycles 85 à 89.

Fig. 4 : Courbe des températures des cycles 85 à 89.

Fig. 5 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI à l’issue de l’expérience le 8 octobre 2007 (cliché L. Vallin).

Fig. 5 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI à l’issue de l’expérience le 8 octobre 2007 (cliché L. Vallin).

Fig. 6 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI le 7 novembre 2006, après 85 cycles de gel (cliché M. Ertlen-Font).

Fig. 6 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI le 7 novembre 2006, après 85 cycles de gel (cliché M. Ertlen-Font).

Tab. 2 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental SECASI

Tab. 2 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental SECASI

2.2 - L’expérience Charles Harris

18Il semble que l’équipement et la taille du modèle SECASI aient été insuffisants pour assurer le maintien d’un pergélisol et d’une couche active. Grâce à l’obligeance de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies, nous avons pu profiter de l’expérience qu’ils ont organisée au Laboratoire M2C de Caen pour enfouir, le 3 décembre 2004, quelques artefacts en silex tant dans la couche active que dans le pergélisol d’un modèle de plus grande dimension (fig. 7), qui comportait une plaque réfrigérante à la base, et qui employait un limon éolien comparable à celui de l’expérience précédente (voir Harris et al., 1995, 1996, 1997 pour l’exposé de protocoles expérimentaux). Ce modèle expérimental avait été conçu pour développer des modèles prédictifs des processus de solifluxion et étudier les réponses des versants au réchauffement climatique. La simulation incluait deux caissons de 5 m de long, 1,20 m de large et 0,40 m de profondeur, remplis de limon loessique et présentant une pente de 12° ; l’un comprenait un pergélisol, l’autre en était dépourvu. Dans le premier cas, l’engel de la couche active se faisait à la fois depuis son sommet et depuis sa base, contrairement au second cas.

19Dix répliques d’artefacts en silex ont été placées dans le caisson avec pergélisol : deux dans le pergélisol sableux (à la base du remplissage), six à différentes hauteurs du pergélisol limoneux et en différents points du versant, deux à la base de la couche active (l’un en amont, l’autre en aval de la pente). Le but était de déterminer si la situation la plus favorable à la formation de stigmates de type « poli de bois » est le sommet du pergélisol, l’intérieur du pergélisol (où des variations de température sous 0°C existent mais où l’action mécanique du sédiment doit théoriquement être entravée) ou bien la couche active (ce qui semblerait indiqué par la position des silex altérés d’Hermies dans un gley cryoturbé).

20A la fin de l’expérience, en septembre 2007, les artefacts ont été exhumés et positionnés au tachéomètre. La comparaison avec leur position originelle montre des mouvements, en plan, supérieurs à ceux qui ont été constatés dans l’expérience SECASI (tab. 3), et ce indépendamment de leur situation stratigraphique ; ces déplacements, hormis un cas, sont conformes au sens de la pente du modèle. Les déplacements verticaux, par rapport à la surface, n’ont pas été relevés.

21Aucun silex ne porte de stigmate macroscopique. Un examen préliminaire du silex BAV13, au microscope métallographique avec un grossissement de 200 fois, a montré la présence sur le bulbe d’un micropoli très net, d’aspect réticulaire, passant sur les marges à une disposition en sillons parallèles. Ce silex se situait dans la couche active du pergélisol.

Fig. 7 : Répartition originelle des artefacts dans l’expérience de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies vue en plan et en coupe.

Fig. 7 : Répartition originelle des artefacts dans l’expérience de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies vue en plan et en coupe.

Tab. 3 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies.

Tab. 3 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies.

3 - Conclusion et perspectives

22Les expériences de Caen ont fourni, dans des conditions contrôlées, un référentiel taphonomique pour les études tracéologiques à venir. Celles-ci auront pour buts de caractériser les types d’altérations causées par le gel du sol et d’identifier des caractères discriminant stigmates fonctionnels et stigmates post-dépositionnels, afin de réduire les biais affectant l’interprétation des sites paléolithiques.

23Parallèlement aux expérimentations de laboratoire, des reconstitutions en milieu naturel ont été entamées à partir de septembre 2004, afin de tester dans des conditions réelles l’action de la glace du sol sur les silex (Caspar et al., 2009). En particulier, une cellule expérimentale a été installée dans un milieu périglaciaire d’altitude, près de Gavarnie dans les Pyrénées espagnoles (2800 m d’altitude), dans le cadre du programme dirigé par Pascal Bertran : des éclats de silex taillés ont été placés à différentes profondeurs d’une fosse creusée dans un limon argileux et remplie de loess. D’après les relevés effectués sur place, le nombre annuel de cycles gel/dégel en surface du sol serait de 30 à 45, soit un total cumulé de 250 à 300 cycles depuis le début de l’expérience. Celle-ci se poursuit et les silex n’ont pas encore été exhumés. Une expérience analogue est conduite, depuis juin 2007, près du lac du Roure dans les Alpes du Sud, à 2730 m d’altitude. A l’issue de ces expérimentations, les pièces lithiques constitueront un référentiel supplémentaire, qui sera comparé aux séries produites à Caen.

24Parallèlement à l’analyse tracéologique classique, certains objets issus des différentes expérimentations feront l’objet d’un scannage de surface à l’échelle microscopique afin d’aider à la classification des types d’altération ; les premiers tests effectués au Laboratoire du C2RMF selon cette méthode apparaissent encourageants (Nicolas Mélard, com. orale).

Haut de page

Bibliographie

BERTRAN P., BEAUVAL C., BOULOGNE S., BRENET M., CHRZAVZEZ J., CLAUD E., COSTAMAGNO S., LAROULANDIE V., LENOBLE A., MALAURENT P., MASSON B., MALLYE J.-B., SIN P., THIEBAUT C. & VALLIN L., 2009 - Dynamique sédimentaire et taphonomie des abris-sous-roche et des porches de grotte en milieu périglaciaire. Le programme Gavarnie. Les Nouvelles de l’Archéologie, 118, 11-16.

BERTRAN P., KLARIC L., LENOBLE A., MASSON B. & VALLIN L., 2010 - The impact of periglacial processes on Palaeolithic sites: The case of sorted patterned grounds. Quaternary International, 214 (1-2), 17-29.

CASPAR J.-P., MASSON B. & VALLIN L., 2003 - Poli de bois ou poli de glace au Paléolithique inférieur et moyen ? Problèmes de convergence taphonomique et fonctionnelle. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 100 (3), 453-462.

CASPAR J.-P., MASSON B. & VALLIN L., 2009 - Taphonomie des ensembles lithiques du Paléolithique moyen en contexte loessique. L’approche expérimentale. Les Nouvelles de l’Archéologie, 118, 21-26.

COUTARD J.-P., 2002 - Périglaciaire et expérimentation. Environnements Périglaciaires, 9, 5-11.

COUTARD J.-P., OZOUF, J-C. & GABERT P., 1988 - Etude du processus de la cryoreptation en divers sites de la Haute Ubaye (Alpes du Sud). Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 34, 9-28.

COUTARD J.-P. & VAN VLIET-LANOE B., 1994 - Cryoexpulsion et cryoreptation en milieu limono-argileux. Expérimentation en laboratoire. Biuletyn Peryglacjalny, 33, 5-20.

COUTARD J.-P., LAUTRIDOU J.-P. & OZOUF J.-C., 2000 - La contribution des expériences en laboratoire aux recherches sur le périglaciaire : histoire, acquis et perspectives. Biuletyn Periglacjalny, 39, 7-40.

GABERT P. & LAUTRIDOU J.-P., 1987 - Mesures de mouvements superficiels et des températures dans les Alpes du Sud. In A. Godard & A. Rapp (eds.), Processus et mesure de l’érosion. Editions du CNRS, Paris, 455-476.

HARRIS C., DAVIES M. & COUTARD J.-P., 1995 - Laboratory simulation of periglacial solifluction: signification of pore water pressures, moisture contents and undrained shear strengths during soil thawing. Permafrost and Periglacial Processes, 6 (4), 293-311.

HARRIS C., DAVIES M. & COUTARD J.-P., 1996 - An experimental design for laboratory simulation of periglacial solifluction processes. Earth Surface Processes and Landforms, 21 (1), 67-75.

HARRIS C., DAVIES M. & COUTARD J.-P., 1997 - Rates and processes of periglacial solifluction: an experimental approach. Earth Surface Processes and Landforms, 22 (9), 849-868.

HILTON M.R., 2003 - Quantifying postdepositional redistribution of the archaeological record produced by freeze-thaw and other mechanisms: an experimental approach. Journal of Archaeological Method and Theory, 10 (3), 165-202.

LAUTRIDOU J.-P., 1985 - Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du Nord-Ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Caen, Caen, 907 p.

LAUTRIDOU J.-P. & OZOUF J.-C., 1982 - Experimental frost shattering: 15 years of research at the Centre de Géomorphologie du CNRS. Progress in Physical Geography, 6 (2), 215-232.

LENOBLE A., BERTRAN P. & LACRAMPE F., 2008 - Solifluction-induced modifications of archaeological levels: simulation based on experimental data from a modern periglacial slope and application to French Palaeolithic sites. Journal of Archaeological Science, 35 (1), 99-110.

LENOBLE A., BERTRAN P., BOULOGNE S., MASSON B. & VALLIN L., 2009 - Evolution des niveaux archéologiques en contexte périglaciaire. Apport de l’expérience Gavarnie. Les Nouvelles de l’Archéologie, 118, 16-20.

PISSART A., 1964 - Vitesse des mouvements du sol au Chambeyron (Basses-Alpes). Biuletyn Peryglacjalny, 14, 303-309.

PISSART A., 1972 - Vitesse des mouvements de pierres dans des sols et sur des versants périglaciaires au Chambeyron (Basses-Alpes). Les Congrès et Colloques de l’Université de Liège, 67, 251-268.

PISSART A., 1987 - Géomorphologie périglaciaire : textes des leçons de la Chaire Francqui belge. Laboratoire de Géomorphologie et de Géologie du Quaternaire, Université de Liège, 135 p.

PISSART A., SCHEPERS J.-L. & LAURANT, A., 1981 - Etude statistique des déplacements de cailloux superficiels dans un milieu périglaciaire de haute montagne. La haute vallée du Chambeyron (Basses Alpes). Recherches Géographiques à Strasbourg, 16-17, 137-142.

TEXIER J.-P., 2000 - A propos des processus de formation des sites préhistoriques. Paléo, 12, 379-386.

TEXIER J.-P., BERTRAN P., COUTARD J.-P., FRANCOU B., GABERT P., GUADELLI J.-L., OZOUF J.-C., PLISSON H., RAYNAL J.-P. & VIVENT D., 1998 - TRANSIT, an experimental archaeological program in periglacial environment: Problem, methodology, first results. Geoarchaeology, 13 (5), 433-473.

VALLIN L., MASSON B. & CASPAR J.-P., 2001 - Taphonomy at Hermies, France: a Mousterian knapping site in a loessic context. Journal of Field Archaeology, 28 (3-4), 419-436.

VAN VLIET-LANOË B., 1987a - Le rôle de la glace de ségrégation dans les formations superficielles de l’Europe de l’Ouest. Processus et Héritages. Thèse de Doctorat d’Etat, Université Paris 1 Sorbonne, Paris, 854 p.

VAN VLIET-LANOË, B., 1987b - Dynamique périglaciaire actuelle et passée ; apport de l’étude micromorphologique et de l’expérimentation. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 24 (3), 113-132.

WOOD W.R. & JOHNSON D.L., 1978 - A survey of disturbance processes in archaeological site formation. Advances in Archaeological Method and Theory, 1, 315-381.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI.
Légende Seul le silex MB20a émerge du limon (cliche L. Vallin).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2 : Situation des répliques d’artefacts en silex dans le bac de limon.
Légende Vue en plan (haut) et en coupe (bas) (dessin B. Masson).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tab. 1 : Nombre de cycles de gel enregistrés dans l’air et à différentes profondeurs du sol (expérience SECASI).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 3 : Courbe des températures des cycles 62 à 75.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4 : Courbe des températures des cycles 85 à 89.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 5 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI à l’issue de l’expérience le 8 octobre 2007 (cliché L. Vallin).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 6 : Vue de détail du modèle expérimental SECASI le 7 novembre 2006, après 85 cycles de gel (cliché M. Ertlen-Font).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tab. 2 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental SECASI
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 7 : Répartition originelle des artefacts dans l’expérience de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies vue en plan et en coupe.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tab. 3 : Distance des déplacements des silex au sein du modèle expérimental de Charles Harris, Julian Morton et Michael Davies.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6658/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Vallin, †Jean-Paul Caspar, †Gérard Guillemet, Bertrand Masson et Jean-Claude Ozouf, « Altérations des artefacts préhistoriques en silex par les processus périglaciaires : présentation des expériences conduites au centre de géomorphologie du CNRS de Caen », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 259-266.

Référence électronique

Luc Vallin, †Jean-Paul Caspar, †Gérard Guillemet, Bertrand Masson et Jean-Claude Ozouf, « Altérations des artefacts préhistoriques en silex par les processus périglaciaires : présentation des expériences conduites au centre de géomorphologie du CNRS de Caen », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/6658 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6658

Haut de page

Auteurs

Luc Vallin

Service Régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, DRAC, 4 rue du Lombard, F-59049 LILLE cedex. Courriel : luc.vallin@culture.gouv.fr

†Jean-Paul Caspar

 En raison du décès de Jean-Paul Caspar en septembre 2007, les études tracéologiques qui devaient suivre les expériences n’ont pu être réalisées comme prévu ; elles seront effectuées dans d’autres conditions.

†Gérard Guillemet

anciennement : UMR 6391, M2C, Centre de Géomorphologie du CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN.

Bertrand Masson

Service Régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, DRAC, 4 rue du Lombard, F-59049 LILLE cedex.

Articles du même auteur

Jean-Claude Ozouf

anciennement : UMR 6391, M2C, Centre de Géomorphologie du CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals