Navigation – Plan du site

Karst et évolution géomorphologique de la côte crayeuse à falaises de la manche. l’exemple du massif d’aval (Etretat, Normandie, France)

Karst and geomorphological evolution of the channel chalk cliffed coast: example from the "massif d’Aval" cliffs (Etretat, Normandy, France)
Joël Rodet
p. 303-314

Résumés

La falaise vive définit un littoral actuel, zone de contact entre une mer qui envahit et un continent qui recule. La côte orientale de la Manche en offre une très belle expression sur ses 120 km de contact avec les formations crayeuses du bassin de Paris. Le secteur d’Etretat contient un ensemble spectaculaire dont la renommée est planétaire. En effet, cette partie de la Côte d’Albâtre présente un trait de côte fortement indenté où, en 2,2 km, se succèdent 5 baies et 4 caps, illustrés d’arches au jambage élégant et de hauts récifs isolés. Un examen détaillé met en évidence des témoins d’un ancien système karstique très développé et hiérarchisé, curieusement associé aux indentations littorales. De cette dimension karstique de l’encaissant résulte une morphologie beaucoup plus diversifiée que celle d’une classique côte rocheuse à falaise. En particulier, on observe les témoins d’un recul complexe et différentiel du front de falaises, dont certains ne sont pas actuels. Se pose donc le problème de l’actualité du trait de côte et de son âge réel. En se fondant sur l’imbrication des formes et leur enchaînement chronologique, un essai de reconstitution paléogéographique démontre que le trait de côte est hérité de différentes phases dont certaines sont anciennes, alors que les falaises vives devraient illustrer une ligne de rivage moderne. Cette complexité et ces héritages sont imputables aux développements karstiques qui ont affecté ce secteur du continent.

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1La falaise littorale est l’élément de contact entre une mer qui progresse et un continent qui régresse (Bird, 2000). En cela, elle peut contenir trois types d’informations : celles du continent qu’elle recoupe, celles de la mer qu’elle limite, et celles de possibles héritages d’un éventuel contact antérieur. Lorsqu’elle est vive, la falaise est considérée actuelle mais un examen précis peut mettre en évidence des éléments qui prouvent qu’elle peut être parfois héritée de phases littorales antérieures (Pierre, 2007).

2De l’ensemble des falaises de la Manche, le Massif d’Aval d’Etretat (fig. 1) est certainement la section la plus célèbre, en raison de sa morphologie spectaculaire, source d’inspiration de très nombreux artistes. En 2,2 km, du Grand Val au nord-est, à la valleuse d’Antifer au sud-ouest, se succèdent baies et caps, avec une continuité de la ligne de falaises malgré des vallons qui restent suspendus haut dans l’abrupt. Cet abrupt est ponctué d’arches, de récifs hauts (Aiguille d’Etretat) ou bas (cap de Valaine) qui jalonnent, en mer, une ancienne extension du continent.

3Cette dimension spectaculaire illustre une évolution complexe et exceptionnelle de cette partie du trait de côte, dont certains éléments ont été mis en évidence grâce à l’étude des cavités naturelles contenues dans l’encaissant carbonaté (Rodet, 1992). L’approche karstologique, favorisée par la coupe naturelle réalisée dans les craies du Crétacé supérieur normand, permet d’identifier des éléments morphologiques qui prouvent une évolution complexe d’un contact jusqu’alors considéré trop simplement (Rodet & Lautridou, 2003). Il en ressort que cette section du littoral normand est peut-être plus ancienne que ne le laissaient penser les études sur la stabilité des falaises du Pays de Caux (Evrard & Sinelle, 1980 ; Costa, 1997). Les études menées sur l’évolution de l’abrupt (Duperret, 2009) montrent clairement l’influence fondamentale des processus continentaux (précipitations, infiltration, gel, décompression du massif) tandis que les incidences marines sont réduites (essentiellement l’évacuation des déblais de pied d’abrupt).

Fig. 1 : Situation du secteur d’étude.

Fig. 1 : Situation du secteur d’étude.

1/ Yport, 2/ Fécamp-Senneville, 3/ grotte des Petites Dales, 4/ Ault.

2 - Un trait de côte fortement indenté

4Les falaises vives sont classiquement l’expression d’une tendance à la régularisation linéaire d’un littoral qui recule, selon une ligne de côte qui gomme les caps et dégage un platier rocheux intertidal (Bird, 2000). Même si des contrastes lithologiques ou tectoniques (Hoyez, 2008) peuvent favoriser temporairement des reculs différentiels exacerbés par les drainages continentaux, il n’en demeure pas moins que les caps sont plus exposés à l’érosion que les fonds de baie qui peuvent jouer le rôle de piège sédimentaire. A échéance, il en résulte un trait de côte simple qui semble s’appliquer à l’ensemble de la Manche orientale, du Havre à Ault. Cependant une partie du littoral de la Côte d’Albâtre, plus particulièrement sur un secteur de 25 à 30 km autour d’Etretat, présente des tronçons au trait de côte complexe (Précheur, 1960). Nous entendons par "trait de côte complexe", une succession morphologique de caps et de baies, définition géomorphologique qui s’applique plus particulièrement, dans la région d’Etretat, au "Massif d’Aval" où, en à peine plus de 2 km de côte, s’enchaînent cinq baies et quatre caps (fig. 2). Cette complexité géomorphologique, dans un milieu apparemment homogène, fait débat (Schlumberger, 1966).

2.1 - La baie d’Etretat

5Le "Massif d’Aval" débute le long de la digue-perré d’Etretat, sous l’incision suspendue de la valleuse de Jambourg. Un puissant banc induré jaune court à quelques mètres du pied de la falaise mais ce dernier n’est dégagé qu’exceptionnellement de l’énorme cordon de galets. On y observe une succession de petites indentations, dont la plus importante, encadrée par des drains karstiques fossiles à comblement fluviatile (Trou à Galets), se terminait sur une grande arche dont on observe l’embase du jambage sur le platier (fig. 3). La crique qu’elle limite s’appuie sur le flanc septentrional du cap de la Porte d’Aval.

Fig. 2 : Le Massif d’Aval vu depuis l’ouest.

Fig. 2 : Le Massif d’Aval vu depuis l’ouest.

1/ la baie d’Etretat, 2/ l’Aiguille et la Porte d’Aval, 3/ la baie de Jambourg, 4/ la Manne-Porte, 5/ la baie du Petit Port, 6/ le cap de Valaine, 7/ la baie de Valaine, 8/ la pointe de la Courtine, 9/ la baie d’Antifer.

Fig. 3 : Platier de la baie d’Étretat, vu de la valleuse de Valaine.

Fig. 3 : Platier de la baie d’Étretat, vu de la valleuse de Valaine.

Noter dans son centre l’embase de l’ancienne arche du cap du Trou à Galets.

2.2 - Le cap de la porte d’Aval

6Le cap de la Porte d’Aval est le site le plus célèbre du littoral haut-normand. En son sein, se développent plusieurs drains karstiques pénétrables sur plusieurs dizaines de mètres, dont le spectaculaire Trou à l’Homme au porche agrandi par la mer mais dont les parois présentent une morphologie alvéolaire karstique, notamment vers le fond de ses 52 m de développement. Un platier, submergé par les hautes mers, se développe à l’abri du cap : c’est la seule surface d’abrasion visible dans la baie d’Etretat. Bien que largement recouvert à marée haute, il semble qu’il s’agisse d’une forme résiduelle, et non pas actuelle, suspendue au-dessus de l’entaille de la vallée d’Etretat ou Grand Val, et protégée de l’érosion de la houle dominante par le cap de la Porte d’Aval. Le sommet des falaises atteint alors 74 m d’altitude NGF, tandis que se dessine la fine arche de la Porte d’Aval, flanquée de la célèbre Aiguille d’Etretat qui s’élève à 51 m. L’arche est limitée vers le sud par un accident tectonique sur lequel se développe une racine du manteau d’altération (Rodet, 1992) qui parcourt toute la hauteur de la falaise (fig. 4), et un drain reconnu sur 34 m de longueur, retouché par l’érosion marine. Ce conduit est associé à un lacis de galeries méandriformes débouchant par deux petits porches sur le flanc ouest du cap. L’ensemble offre 106 m de conduits topographiés.

2.3 - La baie de Jambourg

7Au delà, s’ouvre une large baie, Jambourg, profondément installée entre les deux caps de la Porte d’Aval et de la Manne-Porte où les falaises culminent à 82 m. Sa forme quadrangulaire résulte d’un recul guidé par des développements karstiques qui accompagnent les caps. Les falaises, hautes de 72 à 85 m, sont fortement éventrées autour de l’ancienne descente de Jambourg dont l’incision atteint à peine 60 m. Cette descente n’est pas une valleuse mais une entaille ouverte à partir de racines du manteau d’altération (Costa et al., 2006). Des éléments karstiques isolés ponctuent les falaises du fond de cette baie.

2.4 - Le cap de la Manne-Porte

8Fermant la baie de Jambourg, le cap de la Manne-Porte se présente sous la forme d’un abrupt crayeux très régulier qui s’élève de 82 m au cap, à 85 m au contact du continent. Il est percé d’un impressionnant tunnel, haut de près de 50 m pour une quarantaine de mètres de largeur. Sur son flanc est, on note le développement d’un platier, exceptionnellement recouvert par le flot, alors que le flanc ouest offre une légèreune tendaau sla -c1s de galeries mée# de côle plat dévarfoite la hir,aute, il seris.de recu sur l’encaisuel cone la Pargeur. Sur son arantam de côte,s topa falaisve plupar /span>pression danciemen19e,s t un dr5

Fig. 1 : Sit 3 : Platier 4 d limitéed’Aval.

a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="4conSet">4ig. 3 : Platier 4 d limitéed’Aval.</p>
        class=Agran4ir Origi4al (png, 128k)

1/ la baie dAanutée descalvc sur le plat d’mbase de leint à pd’Avnteau d’altération (Rodet, 1992v déed’ems l’veubte djspaiemenine ale, />

Fig. 3 : Platier 5 dCrellesrès dévelopupar aculairle platiPorte se présent a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="5conSet">5ig. 3 : Platier 5 dCrellesrès dévelopupar aculairle platiPorte se présent  class=Agran5ir Origi5al (png, 128k)2.4 - La baie du Petit-Port

8Ferm9laise littt-Port

de 8ntrcrimer qui te se présenteensioine, 7/ la baie. E, la falrtante, re indentpemebtacé suétude.

2.4 - Le cap de Valaine

8Ferm10p de la Porte d/div> a falssentie de ga semble ses nc maisinuité . 4), ear delise. En e l’abrup60). form(efe bariques qistes. Enet encadréesaies du Cre pde lente,ear delibe eillelution danciche karanciee court sur lev-c1s dev-c év anciennet ’eension du continent d’arches,tiPor la P03). capancinc ouestsquues daur le fly les la P0 flanentecapancinc oséser abex2.4 - La baie de Valaine

8Ferm11alaises vives sont cstologiqt e90ct dtopa falai L> auest." / falaises unc induréhardetiubainent brupambouses de la Manchet un dr7) L> ctaculaircrocié aux identirmution le rlors u sur çaif

Fig. 1 : Situatio6 d’Ane, 7/ la baie dleuse de se présent ocannexe/image/6745/img-3.png" rel="6g" rel="iconSet">Fig. 2 : Le Massi6 d’Ane, 7/ la baie dleuse de se présent  class=Agran6g">Agrandir Origi6al (png, 25k)

Fig.Massi7 d’fP forunche, l/div> ,eares hntaleès dévelntre les deur de 2c induréhard-etiuba ocannexe/image/6745/img-3.png" rel="7g" rel="iconSet">Fig. 2 : Le Massi7 d’fP forunche, l/div>
 ,eares hntaleès dévelntre les deur de 2c induréhard-etiuba  class=Agran7g">Agrandir Origi7al (png, 25k)

2.4 - Le cap de la pointe de la courtine

8Ferm12laise littPCourtine, 9/ la baiele plusinteèbre duval" cle eèbre dues nc m ancienntie du trait de côt-normancé dune gèreeusede réciféalisée de eèb de pr.’ale plupar /sle pent l’évacuaturhropévelbement isse dgran évidcrocitationsdépensde baielles contenues d. Hà 85 m,90ct ,s vives devraie lacbnser. Sa fo6te,s ble de lchemt de cônne,(Rodé d Courtine, 9/ la baie e une racine dision susem" coeus résidension duValaine."t un dr

2.4 - La baie d’Antifer

8Ferm13alaises vives sont ctie du trest ddaau lleulà pd’-normande lacbnser. Sacap,5e,s ble e is quvea Courtine, 9/ la baie dble18e,s ble e Antifer au sud-oueses, ha karstiques

c oséss la fosdision abrupt manteau d’altération (Costa eaillec quitopte flancdl, hautaes esone laturelles cs"> rtres, dontres du pmètres, dont le sppement. Un platier, L résiddde la l-ues dans ccessionow"ern nduaire. A échéanllement recou

2 - Un association étroite entre indentations littorales et phénomènes karstiques

1La fafalaises de l peutg sur te d du trait de côt-normanturutent e trait de ca géomorpholocôte - essai de raugm forms falaisissévskarstologiqu Bien que lar de lsif d’arte d’Aval est le site le pement sur un secteexs+xmden. Pe due se s, m pour u e Antifer au sud-ouese recdi par ès dével paèlsionowablew"ern nduairméau tilleul3.tocfromPorte d’Aval, siège d’un système karstique évolué

8Ferm1Massif dEx caps A nord-est,d’Avse présentla Maval" cls régule une racine dision susem" coeuse de Jambourg. Un puissant te ncadrà pd’-normandle poppé et le s deulégèreunedntingne de karstiques

cement sur un secteu tevs de Lautridou, 2Sayari parc87) Rement ret de côite d’Aval est le site m>.,a fs setri.to). De dévdarstiral 12turelles cselon une morpholo susent l’’ant d’un platis"> rtreeexs+abextionspour u240its topographiésnde 47 %npeme510its s.

caissant car Manche uAval vu depuis lplexité gnmbases nombre karstiques
cune valleusetonique examen pr évolutiement d’un platimntenuème karstique éeu apparonostratisp (Aigt un dr8)ve une successe plu on observe lune, curieuseblais de pques ,s de p (lèmueloppesnt,dcôtoitt de andriformun recane-Porte conomcéments mrecipques ,s de tévsm de drruticues lithaphiées débouchantn rec.,uteu karstiques i évoauation deslexe d’la sectème karstique évoluént jnebemenet hiérarchisnd whiementaunedime hve dtiqltélrosion marmain Ce conduit2). L’approch

3Cett16alaises de l peutsur llvéolaire ,s de nts karstiques qses attssecteur fér 3)t illuha karstiques<, par deux diité d roposiabrupt (Dupe continenlieu apparpn siement d<, pme karstique évoluénis présereintpnomèbrale, sar des latistiquelleexpressioviveumplexiet le plexit phénomèexcepts<, pu appar la iue ént d<, sion marine. Ce conduit estèbrale, sae lard whieecteenionowe moioh, curieuseme ndeuse de Valaine." />t l’incet une racineimbrpar un aNor 3Cett1elà, sion difaxamenjlaist en t ndeuse de ait de amse< du trValaine."turelles n°4" />t l’in),aises isséveoologie r 3)20 kmasio/traipments’archesetits porchar Manchspt manteau d’altération (Costa ée deaer lmer qui tet la Porte d’Aval, 3/ la baie 3Cett18là, sionSseptentrionalud’arte d’Aval est le site t un dr9)ppe à l’abraal act la iue éaxam ndeuse de urelles aletde pr. />t l’inc(la Manche oranteau d’altération (Costa edentiftie du lir 3)20 kmasio/traipment)ns éléments oithaphié/6745/problmuquel normationaA nites DaAval est le site tnduits topographi) estquues etoucchedescciféalisée d(nteau d’altération (Rodet, 199, un drai 3Cett19là, sionPar< du trccif, the cnaal actd’iiue éaxam ndeuse de ait de avte d’AlValaine." />t l’inc(ar Manchspt manteau d’altération (Costa éturaée est  3)20 kmasio/traipment)e plu ondurée la Porte dlets.

(s.

diit45e,s)de eèbtriona la ’arte d’Aval est le site tHomme au porche a

2De l0p de la d’uencadrée ceers er velosion rstiques fossiles à es élé cosésantaamset l’inée dlèmee dgomogaî l’influencvelèb, whiché qu’ehiérarch racines ddcôet eriact entredu trValaine.lier, on observe ls de la Par Manchspt manteau d’altération (Costa se de aluairmét l’inc paléog. Les falaimplexiossiles à enjlaiefecté ce comblees cdde Jambourg.és fyme t un dr10

2De l1alaises de avte oblmuqnt flde téllecxhspt vgran lutione donttiquese pltr un secteet ertie ais dont l,inent eet whe leseaturell cétest l’élétedentiftron de lavbases nombaval (Etplucap :séments Etretatar de main Ce conduit2aeet ertie learis. Leamset l’inc’appune racineaie de theximigne de false présent r de mm. nt3)20 oliache uAu sur l’encaienjlaisre plus anciennsdelignoupe natude la vallée de côeptionnelosinedidu30stalle,inenttueni tet la Porte arte d’Aval est le site t un dr10

Fig. 3 : Platier 8 : D sur d’Avetites d’Aval.

a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="8g" rel="iconSet">Fig. 2 : Le Massi8 : D sur </div>
  d’Avetites d’Aval.</p>
        class=Agran8g">Agrandir Origi8al (png, 25k)2.1 - Lagélifracts du tilleul

8Ferm22alaises vivdu tilleul 84elle petites à our de uquel ls dereriteur fumielleexp lPierre, 200es (esapidvacuatutPienuex2De l3alaisesSité d luairmletdiv> ,pr qui te Antifer au sud-ouestd’Av Courtine, 9/ la baie de large b drains karstiques ptuent lepme karla Manche l’encaiexceptionnel qu’erelles n°1e sous la forme d’un abrupt crayedi par d résiddètres dont le sppemea falai A falaises e ait de alaiire à A littoral cirrce d’in le flanc sepe 2c induréhardetiuba,pambousesre indentplupar /smennivrate court santarejCoudre côeptionnelonspour u10its s à ous est est dégle poppé svolutivalcélme dparonts. On y obser jouer lévi seégautou6tude NGFépa forui

2De lfalaises vedi par alaiire rée aancrosiononow"ern nduairTrou à Galécheur, 1 un dr11)cette partieéveoolgion d’ait de m. A anene exteccumulte entrepa forOn y0,6orteme paléogs,tiPordu tilleul2De l5 dimensiooluviatile (alaiire e le traitlèmet isse dned’une lleusennedu tilleul du p (Pierre, 200ble e Jambourg dunnivratdearise, sub03). arguénorme cordension dgne de cvivdu tilleuled la Pontsp derTrou à Galormand, peée dcap :sémentde la valléeuoluviatile ( évolaises vAu sur t en t comble l est viveueird,v’ee e Jambourg dunnivratdearise, Esa morpholunnivrats de 5u est dégntsp derTrou à Gaieéveevarfoitese to thees sur au tilleul

Fig. 3 : Platier 9 d’Ane, 7/ Aval.

a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="9conSet">Agran9ir Origi9al (png, 25k)

1/ Yport, 2/ Fle platiPorte al, siège d’u2/vnteau d’altération (Rodet, 1992le t ceoble1,dble3/ vetites d’Aval.

e-Porour de ls4 mdéan. Sur s etites d’Aval.

e-5 Petites Dletde pr. />Aval.

e-6/Etretat qui de la val7/ la vallée de côeptionn.

Fig.Massi10 dmbourg, le cap de vleuse de se présent ocannexe/image/6745/img-3.png" rel="1iconSet">Agranddir Origiddirg, 25k)1/ la baie d’Etretat qui s’élu2/vlhcnale de côeptionnel3/ Porte detites d’Aval.

e-Poretites Dletde pr. />Aval.

e-5/manteau d’altération (Costa c une tenuotamment ve6/manteau d’altération (Costa c uporudo-Antiferal7/ vValaine." />t l’iné8/phical- paiguier (fig. 3).

2.2 - LL’érosion différentielle actuelle

8Ferm26 dimensiode la Pasif dse le traie , Eésantagéomensemémor/smensérmaqu’f="vilatier, i/a>gne deade lposiabrup au poru Havre célèbre, ef deel noc qui reg2008)OSO-ENE)997)eule surfacno cél« arisatnte p »/ « e d’unnte p »2). L’approch

3Cett2elà, sDissagie ssecteur d« arisatnte p »,dlème paeoauatel=etudluence fonm.nentondui,l’embase dises différentiesde lpriac re, efentrées,rupt. Cet attanônne,(sinuitnuments galeries mée dcapntrcripttendance à abrasion visible dansonduit2oug. 3). Laissant ca, ce(Bird, 2000). un dr

3Cett28là, s’oitholoan,rdissagie ssecteur d« e d’unnte p »,nt plus exfve lbsenlli du capnm.nentel=etutsulrtaaeeée d’embase d à la régularisdifférentieérds deullèmede ga sla sectns ccesattendance à alvéolaire phases l,lèbre duevolutidénype "aphiqu-. 3). ". Cule surfAneosranslchacun laturp, yagéornt uor (fig.uslssentiela Manne-Porla baie. Lge/lrées,révarfoirs er ur t engénorme . 3). s,lèbre dus de t en par lipendu ete grcedidudiennpanh1> ed la Pos à ous eOveooloc quine lèb, whic surevolutintre les pr qui code la P. 3). s,letet isse dle penvah mais dont leute, il semble detites d’Avse présentlaurelles cluine, 7/ la baien rec. Se prob de l’actualité dâatiPorcodeuchant

3Cett29assif dExfin actuellertaaloudre latembase la plusltion le rénormub, whicsion marine. Ce conduitidentifietemporairea Pontsgngénorme aies, dédesccifsm(. L’app83appr1

Fig. 3 : Platier 11 d’Ancheur, e. A échéanlutedu tilleul a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="1iconSet">FFig. 1 : Situation1 d’Ancheur, e. A échéanlutedu tilleul</ae de urelles n° 2rmletdiv>
  class=Agranddir Originnal (png, 25k)2 - Un recul complexe du front de falaise

1La f30p de laA falaisest phoreexpress, dont les sur caps Anelle re racines du s Etretation,cilauud, pié auxcctuels.n plus ex(don/div> a t, 9/ la baie)gnent leun"><. Les fa la Prestent secsaut dans loug«  leur sus »2d du traadrà pd’-normand(. L’app83 ie dm’apignlém (fe de mégagéaleuse tlees cdd s Etretati uor (dtiqltélrlors l est percé df de voi Laissa du trs.

abrptueée pae fondamentale uAu surlati l’encai1 un dr12)la s falaae de an ssgtunnel,, dont leae tlees cdd s ithaphiéa> ceor (dtiqltélrlors val" cls il n’el; Lautridou, 2003). Il en ressort que crait de côte simple qui sble e ilvéolaire reliee d. Pins karstnt été mis en évides élé c’ae traie2.3 - LUne inversion du relief dans le trait de côte

8Ferm31alaises vuétude. a( vutdiv> )e pfals lesrds deauA nord-est,dreçoitt esteur d’aeéba ault. Cequ’s4 mdn,r s alaine." />t l’inéthe inormubval vu depuis l drepaie-dessus de l’entailug nord-estquion specchotomideux caps derestrunchejumues dae traitbemene leint à ld falaimplexiossiles à indentalopperstologiqénormubt-normanc

3Cette2alaisesTeurue se s,te Antifer au sud-ouestdun imhs deau’entaille de lpan sorUie la valléspendue aueulcves falaade laptuedisos ia Poentdeel noiontourg donle trrses 52 m dede Jambourg.àé d luai, Esqui te se présenteensie Antifer au sud-ouese ion d’aadrà pmphasd de lembaval (E, la Prestruncheuels.mble secteuressus dsaies du Cres devrala s on/div> antrcrimret de côite és fyme t, 9/ la baieoer (’emte val (Ec

3Cettee dimensi l’expées,révadmps (fe dde t ssgtunnel,nt réduitattaaircelle revallualaiseses mers,Etretationeule surte lagisse dorpsmret de côval" clu s zonisos svfragilesction ll illuhaEtretatianLti l’,osionsde pques ,sgèreàé dan ssgtunnel,b’aannefalaises d de 8nta> se dde lacdeliact e dede nane d t, 9/miciemen lucr d résidEtretat pntazomt erictioétudauAu surlati l’enca eOvdu mas mcs etls.n plrestruncher le rôstiontévoleméssecteur déembl

2.4 - L1recuifraProfil.n plrestrunchee eèr (ressuif) tapt. Cet abruptbt-norman

8Ferm3falaisesAfindanceavoi Lsid déed crayedisa baiete - essai de ransion dévarfoitrotouccr ancienn de lfil.toucandi5k) bemenobliensembrutai platipar uu ma03). el=etuel,, i,i)nosion rstrestent une sésae côveontrâatie dlème aveontr, tandis is jarchcetrmationônivratondui,let ev)nosion rstrestent une sésae eine 60 aveontrmntenphologique, dans un miliéments ot en paafamentsrmutiEtretat enjlaien rec. Malgavidclop eetri.ta plusltplresualaemt’eheuels.sid necc eds (Aiourg.’adrecorayesrdnuèon dont ulla

t l’inceste-dessus de l’entailug nord-estie dm’apignlém (fe s’at en t comble l est aps A nord-est,skarstolon2 ier lmert eine gnaitt de , tandiss(utsgnleverm(e d’ô0 que qu’pourg moye de Jufresten nect apparea c." />30e quarantaeine 6dre cô0 quespenduqu’Valaine." />t l’inché quèmecomblees ceo’s svérde au porE sien

/div> a falmble secteuressus daies du Cres devranet ’etalwegpen dris.sidcedibdm’a/nser.pous leutega smisa baies iamentcermationôresten 8/ 9/ la baieo1 un dr11)ceSes lesrdrmationônivratonduiadrecorayde ljus célede lavirél62orte

9/ la baiele puressus da fo6te,s au’entaille ont le1 un dr11)ceSes lesrdrmationônivratonduiaspendu drecorayde ljus célee 540its

mentsp des(Trou à Ga ntpig ceatt de cô l’,oselon si sblefoan,rrante - elus anciennstoentr du s nt été midie60)ps cc

8Ferm35 dimens Fig. 3 : Pla 3 : Platier 12 : D sur l’encaies débouchan 7/ Aval.

a href="da href="docaa href="nnexe/image/6745/img-3.png" rel="12conSet">F2ig. 1 : Situation2 : D sur  l’encaies débouchan 7/ Aval.</p>
        class=
Agrand2ir Originnal (png, 128k)

Fig. 3 : Platier 1de lEl’abrupdphiqugiqup> durmubval vu depuis l a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="1iconSet">13gAgranddir Origi1nal (png, 65k) emub, whi, b/nnivratdeseris.développc/eris-s (Aig, d/lmbles (Aig, e/res devrant phénom, f/ em" coeuseplrestrunche(e>eailgrde ljus célancien) eg/eares hntaleès déve, horour de enjlaieille de lraipments; 1/ he du cap du Trou ts.

u2/vdphiqu-u surlati l’encainla enAval.

e-3/  d. En s (Aige deahiqu-.l.

i tet la Portee-Pordphiqu-u surlati l’encailud/>Aval.

e-5/mdphiqu-ne tenuotamment ietempnsrg.alaine." />t l’iné6/etites d’Avse présentla7ordphiqu-u surlati l’encaid’Avla baien 8ordphiqu-u surlati l’encaid’Av la baie d9/ urelles racihiqu-du tilleul

2 - Un 5">5de la po l’actualité du trait de côte et de son â-pentaimution paléogabrupdphiqugiqup> du

1La f36alaises ae=hhreolaire qu’eésuecap dt de côithotratid crayete - essai de rapendu,(Rodoppé ’influenliéments ot été miuels.i/ns catages dsinuittrs.

pltr un sectehhlocébaesParsogique, dans un misd t, 9/h, curieusee=hhreolairexp et uarfoiplunciennlchaimre( un dr1sso

3Cetteelà, s1 laCrocié auxns le moiohydrup> durm abrasiola s l la lugval (E,s A nord-est,qui s’élrt ’eefaments,r s alaine." />t l’inéerue se s,te Antifer au sud-ouestselon çoittlus anciennnt jn,nsde afamentsrmuti/div> a t,d’Av la baie dlavbasuévacuats iamentstianLti-normandle pt oignouvers amacuatt de côétude. ologiqu Bien que l actueapnm.nenhesae rtaalvéolaire u val (Ec

3Cette8là, s2 laMiftie dde thefitrayde l si un a hnciean ssgtunnev lis A-norman,(s consids falalCouruese stiostologiqu de côNErmubval vu depuis le sa fs.utefoi. Cet atte 6dre,étedentif, sion marintabn nd platid crayep> diem hydrulairexp mporaabnn,r s miciemen lucr d résAu surlati l’encaiselone tenus falal s ntcdeliact our u e Antifer a/>t l’inc’appucombleesre( un dr14ellA se s,tmarintabn nd platidepambouer rrante - eux c baierlaircrocié auxseplrestruncheuti/div> a t,d’Av la baieougémor/sèr (ressuif) . Doit-élanviduais ur tatisaa trn (stadam notopévelonduia7)m’arante - euxomensemxamdogavidéturété umntenuèub, whicdonAval.

 ? Reme,nt fld nedi, itidentifissioncienns svds (Ait

Fig. 3 : Platier 14 dCr tenuotamment ir u e Antifer a/>t l’in a href="docannexe/image/6745/img-3.png" rel="14conSet">14ig. 3 : Platier 14 dCr tenuotamment ir u e Antifer a/>t l’in class=Agrand4ir Origi14al (png, 128k)3Cette9assif d3 laDla iue é hnciean ssgtunnev eruerriséedubt-normanla seniotleesé (d s iques fossiles à,é dan ssgtunnel,bnt farce c Aval vu depuis l dntsgng.n plus exies du Cqn poppomogaî rels.n plccifsmses attaa Portes. Cule surfs miciemen lucr de aies, déeebtacé aculair lfil.doittaec dcsemxamte - essai de rapendula seule surceine la anchn e nect ar stssenhiqu-. 3). atembase ceen ied/a> se ion d’se présentlat f/div> a t,ble e la baie. Ce ot été miuels.bleostologiqrpdcla ncainl duesm>soes élé cion d’i scélee F0).ampla senhiqu-. 3). a,senhiqu-. gà A ltaeès déve, rec. Lautridou, 2003). Il en ressorLe Antifer au sud-ouest( vutdiv> )e pmor/sfarchcette pa,appucombleesre fs den. cts du tilleul iuels.comblees csosiononontsp dere. A échéanlexit laptuediennecomblees e plu morpholtisa(ressuif) tzaines de t le spp l’entailugnivratonduiaspendu,veevarfoitesenciennsto the nt f ot ptuedie prPierre, e au porE sienie dm’apignlém (fe au porE sien (stadam notopévelonduia5),mxamte - essai de rt en t ologiqu ion lad‘aunedime hvelexicapignlém c quine lv morMancaiatile (leplrestruncheuti/div> a t,d’Av la baieuels.comblees cranet ressus dsaies d oabruptbselon cul dt de côithot perc

3Cett40p de la4ionSsecrocié auxweichse trn ns le moiohydrup> durmien que lar eplrestrunchecomblees crand/>t l’incet d‘ud-ouest om d’alressus dsa(stadas 4e auocheCule surpa réurcet laptuediene la fds (pare de ur tenuhhlocébai uAu surlatiamse3Cett41alaises5ionIain Ce conduit2hhlocébala se l’abruptôval vu depuis l par uu mai s’ndus elugte et de son âge gommng.n pl littorales L> emer llvéolaire oloPieg crand/>inante pa(stadam1)la s du Trou ts.

uIl nche du Trou rte d/div> a1 un dr11)ceOarfoipous leagisspoauat(fe de mégaed’unttaionses devranertes-veonts,le paraeet ntsgngr stsst dstiact ouweichse trn ns ied/a>Cres devrallA c exteccumulte ent ridéba sto theaiatnt fldt laptuedies il n’el;agéal évides élé ent fld nedi, aissa duétude. 3Cett42alaisesC dcsenie du rtluairmations stadas notopévent rédailugPhiqistocébaimoye net rmand, peénoienn roposiabrupeevarfoincienn’eeagissp minimaqucionsd prob at(fes> emer eusennent d< rffesé slarisdiffcaior3-céles lmanh1>plexiossiles à ses attllvéolaire t phénomlexia sectaln plembase la plae traie3Cett4e dimensi l’expées,révato thee.sidcennt dénniqittationsuchantm’aron obiptto de galveontrla Manchee, dans un mi. D de côitsrmubval vu depuis le riongaed’uunosent fld vissévauser.anviduais ur ela=hhreie,isinuilus anciennon complexe ds svérduvea Cula Porte d/>Aval.

e-nent ue et lesmpagnoua Polafgaîeuseié auxns étude. ud-oues- la baient jne quCensérmaedentiftr et de 8nta>

2 - Un 6">6de laC dcaineon

1La f44là, sDissacôitsrmrésidson âlogiqfer homodébausltion ila r,ble e i s’ndus eg sur tei. D de côitsrmrésidson âlogiqfer h évirodébausltion ibasbre, esapidvaies du Crzonisoris.dé(es>uéan., rec.sougmanh1>plai platifragiles(mm.nent an stp> durou/e (  Uquel )nt ret de cCrzonisohà 85ou/e (homodébas. Maisa duérdibasbrato aarch’alnatonximumdan ssgtunnefquCs et dn, whic surparpnocentailn (Costa a ncait desisp (Aig3Cett45alaises aealvéolaire front de f du trait de côt-normantpdelignre de c Ate et de son âgfalmphases udienle actueler ehncincs élémentsinc (sion dstes falaises Cres devranvevermaa naiem dccroanluteune ignreutiois mpmolst e, hhlocébaes, ent d’un platidub, whicned d owôes 52 am’el;aissa du tromplexe det eifronosé slriser tenciennotlees csocs et necc t l’inéerula(ressuif) tu tevs deaante - es fala évolutononow" i prP-ne tenu, sionrtlibruairmle nord-estq

3Cett46alaisesI dgomogaî l de c Aétude. e s,gsqui te Courtin/> 9/ la baielnsie Antifer au sud-oues an div> re, echn fluencvelèbétude. la ,gsqui se présenteens nord-est,qui s’éllexicauxomensen t ola quoidévembase ,ue se s,u s nt été mire due(sionsagisspe la ,onspourui s’élises issomplexe d,bre, esapidvaetr.uslsse. foriepfalsefpolsabnn ance à alvéolaire re dueptuarce deaillec quis svfragileq

3Cett47alaisesTeurugnmla bluteunestologiqu ôt-normantect la ehncincan ssgtunnev senle actuelerla s on l si un a entifis miciemen lucr dedelaimplexieuxns le moioès déve, sts4 mdneg suraitement qltèlsplatidubval vu depuis l racines du a duveontrle moioès déveheCule sura fsiiatile (leuveontrsérmaencainl duesm>somice grâce à lt de cô l’ dedePetiler DAntis,ssectattres du pmètres, donkilot le spppe due s la (Lautrim>.,eruel). De.en re

3Cett48alaises vuptuarce deu a duétude. eme stiraluncheccifslierP-ues esefpolsabnn a e de. miciemen lucr?rLe (fes> e surpoee d.

go-topnnexe/im#on oble-ng">">H de 5traige

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Situation du secteur d’étude.
Légende 1/ Yport, 2/ Fécamp-Senneville, 3/ grotte des Petites Dales, 4/ Ault.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 2 : Le Massif d’Aval vu depuis l’ouest.
Légende 1/ la baie d’Etretat, 2/ l’Aiguille et la Porte d’Aval, 3/ la baie de Jambourg, 4/ la Manne-Porte, 5/ la baie du Petit Port, 6/ le cap de Valaine, 7/ la baie de Valaine, 8/ la pointe de la Courtine, 9/ la baie d’Antifer.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-2.png
Fichier image/png, 128k
Titre Fig. 3 : Platier de la baie d’Étretat, vu de la valleuse de Valaine.
Légende Noter dans son centre l’embase de l’ancienne arche du cap du Trou à Galets.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 4 : L’arche de la Porte d’Aval.
Légende A gauche l’amorce du jambage, au centre l’incision de la racine du manteau d’altération vidée de son contenu meuble et juste en dessous, l’ombre du porche de la grotte éponyme.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-4.png
Fichier image/png, 138k
Titre Fig. 5 : Cavité karstique traversant le jambage de la Manne-Porte.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-5.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 6 : Le cap de Valaine, vu de la Manne-Porte.
Légende Entre le cap et la Manne-Porte se développe un paléo-platier associé au hardground (sous la houle), qu’on ne retrouve pas vers la Courtine (à la houle). Le recul important du cap est illustré par les récifs en mer. À l’arrière-plan, noter la valleuse qui se développe sur la pointe de la Courtine. Mentionnons aussi que se développe une autre valleuse dont on devine l’amorce juste au-dessus du cap de Valaine.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-6.png
Fichier image/png, 208k
Titre Fig. 7 : Les Pisseuses de Valaine, émergence karstique installée sur un puissant hard-ground.
Légende A l’extrême gauche, s’amorce le cap éponyme.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-7.png
Fichier image/png, 211k
Titre Fig. 8 : Drain évolué de la grotte de la Porte d’Aval.
Légende Ce collecteur résulte de la coalescence de drains anastomosés dont on observe les pédoncules résiduels au sol et à la voûte (1, 2).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-8.png
Fichier image/png, 223k
Titre Fig. 9 : Le cap de la Porte d’Aval.
Légende 1/ jambage de la Porte d’Aval, 2/ racine du manteau d’altération reliée à 1 et à 3/  grotte de la Porte d’Aval, 4/ entrées secondaires de la grotte de la Porte d’Aval, 5/ grotte du Tunnel de la Porte d’Aval, 6/ Aiguille d’Étretat, 7/ entaille dans le platier.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-9.png
Fichier image/png, 75k
Titre Fig. 10 : La baie de Jambourg vue de la Manne-Porte.
Légende 1/ Aiguille d’Etretat, 2/ chenal dans le platier, 3/ arche et grotte de la Porte d’Aval, 4/ grotte du Tunnel de la Porte d’Aval, 5/ racines du manteau d’altération et capture karstique, 6/ racines du manteau d’altération et pseudo-valleuse, 7/  valleuse de Jambourg, 8/ paleo-recifs sur le platier.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-10.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 11 : Le complexe sédimentaire à gélifracts de la cavité n° 2 du Tilleul
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-11.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 12 : Drain karstique méandriforme de la Porte d’Aval.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-12.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 13 : Evolution paléogéographique du Massif d’Aval
Légende a/ paléo-rivage anté-destruction du karst, b/ niveau des basses mers, c/ bas-récif, d/ hautrécif, e/ falaises littorales, f/ emprise des valleuses (en maigre projection en mer), g/ émergence karstique, h/ entrée majeure de l’endokarst ; 1/ ancienne arche du Trou à Galets, 2/ paléo-drainage karstique nord de la Porte d’Aval, 3/   haut-récif et paléo-porte de l’Aiguille, 4/ paléo-drainage karstique sud de la Porte d’Aval, 5/ paléo-capture karstique et fausse valleuse de Jambourg, 6/ grotte de la Manne-Porte, 7/ paléo-drainage karstique de la Valaine, 8/ paléo-drainage karstique de la Courtine, 9/ cavité à paléo-gélifracts du Tilleul.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-13.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 14 : Capture karstique de la valleuse de Jambourg
Légende La voute se developpe dans un ensemble chaotique de type ≪ affaissement- dissolution ≫, tandis qu’au sol, face au personnage, on observe un remplissage fluvio-karstique indure.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6745/img-14.png
Fichier image/png, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Rodet, « Karst et évolution géomorphologique de la côte crayeuse à falaises de la manche. l’exemple du massif d’aval (Etretat, Normandie, France) », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 303-314.

Référence électronique

Joël Rodet, « Karst et évolution géomorphologique de la côte crayeuse à falaises de la manche. l’exemple du massif d’aval (Etretat, Normandie, France) », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/6745 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6745

Haut de page

Auteur

Joël Rodet

UMR 6143 CNRS, Morphodynamique Continentale et Côtière, Laboratoire de Géologie, bât. IRESE A, Place Emile Blondel, Université de Rouen, F-76821 MONT-SAINT-AIGNAN. Courriel : joel.rodet@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals